Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/10/2012

Les Golden Blog Awards, c'est quoi ?

golden blog awards, diététicienne gourmande, concours de blogs, gastronomie, alimentation, cuisine, internet, blogosphèreDepuis quelques semaines, vous voyez à gauche de cet écran un logo coloré "Golden Blog Awards". Avez-vous eu la curiosité de cliquer dessus ? Si oui, vous aurez constaté que cela vous emmène sur le site des Golden Blog Awards, et plus particulièrement sur une page dédiée à mon blog. Si vous allez sur cette page, je serais ravie que vous votiez pour "L'Art de Manger" (et vous pouvez même le faire une fois par jour, en parler autour de vous, ... !).

Les Golden Blog Awards, c'est un événement qui, pour la troisième année consécutive, va récompenser des blogs dans différents domaines (cinéma, voyages, économie, mode, Paris, ...), sur la base de votes à la fois des internautes et d'un jury (d'après ce que j'ai compris). C'est une des premières fois, voire la première, que je concourre ainsi. On me l'a déjà suggéré amicalement mais figurez-vous que mon blog, plutôt atypique, a souvent du mal à entrer dans des catégories pré-définies. D'ailleurs, ici, il figure dans la rubrique Gastronomie : ce n'est pas exactement son positionnement mais c'était le seul possible. C'est d'ailleurs une catégorie où il y a des tas de blogs que j'apprécie.

Pourquoi me suis-je donc inscrite ? Je n'ai pas vocation à devenir une professionnelle du blog, je ne souhaite pas non plus devenir célèbre ! Mais, sans espérer gagner vu la qualité environnante, je me suis dit qu'être présente sur le site des Golden Blog Awards pouvait me donner une visibilité supplémentaire et donc de la visibilité sur cette approche de diététique plaisir et anti-régime que je défends et dont j'aimerais tant qu'elle convainque de plus en plus de personnes.

Si vous allez sur le site des Golden Blog Awards, prévoyez un peu de temps : quand on commence à se balader à travers les blogs, on ne sait pas quand ça s'arrête !

07/09/2012

C'est la rentrée, vite un atelier pour bien manger !

Ca y est, le bon temps des vacances d'été s'éloigne à grands pas. Peut-être êtes-vous encore un peu dans leur souvenir. Ou au contraire, vous êtes reparti(e) sur les chapeaux de roue avec un emploi du temps bien rempli. En tout cas, vous avez probablement largement repris votre rythme alimentaire. Avec bonnes et mauvaises habitudes, pensez-vous peut-être. Ou alors avec de sages résolutions : faire du sport, préparer à manger, s'organiser pour les courses, ... Combien de temps cela tiendra-t-il ?

Le choc de la rentrée étant passé, ne serait-ce pas le moment de prendre un peu de temps pour faire le point sur ce qui vous tracasse côté alimentation :

- l'envie de garder le plaisir de cuisiner retrouvé cet été mais en se demandant quand,

- la déception d'avoir pris quelques kilos dans la convivialité bien arrosée des vacances,

- la décision maintenant claire de retrouver votre juste poids en maudissant les régimes,

- les pauses déjeuner trop rapides car le boulot s'accumule,

- la peur de retomber dans des grignotages répétés dus au stress,

- le manque d'idées et la monotonie dans les repas du soir,

- l'angoisse devant les rayons du supermarché de ne plus savoir quoi acheter, ...

Fotolia_©Glamshot.org_freelance.jpg

Oh non, pas ça !

Pour parler de tous ces sujets, et d'autres, je vous propose un Atelier Spécial Rentrée : partage d'expériences, d'idées, d'informations, d'astuces dans la bonne humeur.

Ce sera :

Vendredi 21 septembre

Horaire au choix : 9h00-10h30 / 12h30-14h / 17h00-18h30

Prix exceptionnel : 20 euros.

Lieu : Paris 9ème.

Si vous êtes intéressé(e), merci de m'envoyer un mail à ariane.grumbach@bbox.fr, en indiquant prénom, nom, horaire préféré, thèmes prioritaires éventuellement souhaités.

A vous !

 

Copyright photo Fotolia.com /Glamshot.org

 

25/03/2012

Combien de légumes par jour ?!

Cela faisait partie des nombreuses questions que l'on m'a posées hier samedi, lors de l'intervention que je faisais devant les traductrices, traducteurs, interprètes : "Faut-il vraiment manger 5 fruits et légumes par jour ?". Ce message a été tellement véhiculé par le PNNS (Programme National Nutrition Santé) que tout le monde le connait, mais la plupart des personnes pensent ne pas l'appliquer et cela génère beaucoup de culpabilité et d'inquiétude ("suis-je vraiment en train de mettre en danger ma santé ?"). Côté santé, les choses ne sont pas si simples...

Pour ma part, je ne fixe pas de règle stricte, je recommande surtout d'avoir une alimentation la plus variée possible, naturelle, de saison, colorée et cela comporte logiquement des légumes et des fruits. Et j'essaie toujours d'aider la personne à comprendre pourquoi éventuellement elle néglige cette catégorie d'aliments. Par goût, par habitude, par manque de savoir-faire culinaire, par impression de manquer de temps pour faire les courses et/ou cuisiner, par peur de gaspiller, ... Ainsi, si vous vous posez des questions, vous pouvez vous amuser vous aussi à faire le bilan sur quelques jours : si vraiment vous mangez très peu de légumes et de fruits, demandez-vous comment vous pourriez faire évoluer vos habitudes.

légumes, 5 fruits et légumes, pnns, alimentation, règles alimentaires, nutrition

Pour le plaisir bien sûr ! Pour ma part, je les aime (presque) tous et je ne vois pas comment je pourrais me passer de fruits et de légumes. Je ne compte pas combien j'en mange mais je sais que si j'en suis privée un ou deux jours, j'en ressens très vite le manque. Et faire un repas à base de légumes me satisfait tout à fait. Ainsi, samedi soir, mon chef personnel avait concocté un plat de légumes mijotés dont il a le secret, une sorte de variation sur les artichauts à la barigoule, des petits artichauts italiens avec de la tomate, de la salade, des carottes, des petits pois, des lardons pour le goût, ... Un régal !

légumes, 5 fruits et légumes, pnns, alimentation, règles alimentaires, nutrition

A propos de la consommation de fruits et légumes, j'avais tourné en 2011 une petite video  à la demande de la Maison du Cancer, un site informatif et concret.

Et vous, êtes-vous inquiet(e)s de ne pas manger assez de légumes ?

02/03/2012

Une diététicienne gourmande en visite au Salon de l'Agriculture...

Mardi, je suis allée passer quelques heures au Salon de l'Agriculture. Avec l'idée de m'informer, de découvrir, d'échanger. J'ai fait le tour de différents halls et stands. Au global, j'ai constaté que le salon est largement tourné vers les enfants, de façon ludique et pédagogique, à la fois pour leur faire découvrir le parcours des aliments "du champ à l'assiette", les familiariser avec les animaux et les plantes, .... D'ailleurs, parmi les visiteurs fort nombreux, beaucoup étaient accompagnés d'enfants et ce n'est sans doute pas par hasard que le salon est positionné pendant des vacances scolaires. Pour ma part, je confesse qu'il m'a fallu attendre de devenir diététicienne sur le tard pour visiter cet événement...

sia 2012,salon de l'agriculture,alimentation,bien manger,gastronomie,japon

Parmi les lieux visités, je suis allée observer l'Odyssée végétale, zone verdoyante présentant de nombreuses plantes usuelles de l'agriculture, avec des points de vue variés. Je suis tombée juste à côté sur le stand Lu. J'y ai eu une discussion très intéressante avec la diététicienne de la marque, Agnès Mignonac, notamment à propos du complexe sujet de l'huile de palme.

sia 2012,salon de l'agriculture,alimentation,bien manger,gastronomie,japon

Je suis aussi allée rendre visite au stand du Ministère de l'Agriculture, j'y ai revu Cyrielle, ma sympathique intervieweuse de l'année dernière pour leur site consacré à l'alimentation et obtenu par la Direction de l'Alimentation de maigres réponses sur l'avancement du Programme National Alimentation.

J'ai un peu discuté régimes, métaux lourds, bon sens et variété alimentaire avec des personnes accueillantes de l'ANSES ; parlé bio avec une productrice de sel de Guérande ; évoqué leur avenir largement ouvert sur des sujets passionnants avec des étudiants d'AgroParisTech ; visité le stand très animé des Produits Laitiers, en regrettant leur positionnement très ludique, qui a sûrement ravi les petits, et donc peu orienté (du moins pour ce que j'en ai vu) vers des thèmes plus complexes (production, polémiques, intolérance, ..) dont j'aurais aimé discuter ; visité rapidement sur le stand de Bleu Blanc Coeur dont j'apprécie les efforts pour proposer des produits sains au plus grand nombre.

sia 2012,salon de l'agriculture,alimentation,bien manger,gastronomie,japon

J'ai voyagé à travers les gastronomies des pays, avec une attention particulière pour le Japon cher à mon coeur et j'ai fait l'acquisition de deux riz particuliers, l'un sans engrais ni pesticides, l'autre complet et germé donc particulièrement nutritif visiblement.

sia 2012,salon de l'agriculture,alimentation,bien manger,gastronomie,japon

Puis celle des régions de France : Poitou-Charentes (mais je manquais d'appétit pour leur restaurant gastronomique), Normandie, Bretagne (dont j'aurais bien rapporté quelques belles langoustines...), Provence, Ile-de-France, ... Cette dernière région m'a régalée (oh, la chauvine !) : ayant goûté quelques échantillons à droite à gauche, j'avais peu faim (et les prix pour s'attabler sont vraiment élevés) : en manque de gaufre après les avoir vues fleurir sur internet, je me suis réjouie (et étonnée) de trouver une gaufre du Vexin.

sia 2012,salon de l'agriculture,alimentation,bien manger,gastronomie,japon

Son charmant fabriquant s'est avéré être un cultivateur de blé-producteur de farine qui a eu l'idée de s'associer à son voisin producteur de bière pour proposer une gaufre à la bruxelloise, fabriquée à la bière, ce qui lui confère son moelleux. Il produit aussi de l'huile de colza, dans le Parc naturel du Vexin. Je suis restée dans le sucré et ai complété mon "repas" avec un délicieux yaourt à boire au bon goût de vanille de la ferme de Viltain (que j'ai connue dans ma jeunesse estudiantine..). et bien sûr j'ai vu (et respiré...) quelques animaux, emblèmes du Salon !

sia 2012,salon de l'agriculture,alimentation,bien manger,gastronomie,japon

13/12/2011

C'est drôle comme la façon de manger peut évoluer...

Quand j'étais enfant, on mangeait souvent de la viande. Le plus souvent cuisinée à la poêle : escalope de veau, tournedos, ... Ou alors cuite au four, souvent pour le déjeuner du samedi : c'était alors un rôti de boeuf ou de veau. Et bien sûr le poulet rôti du dimanche ! Jamais de plats mijotés lentement sur le feu, pas de blanquette, de boeuf bourguignon, ..., cela ne faisait pas partie du patrimoine familial.

Alors qu'aujourd'hui, je mange finalement très peu de viande poêlée, de temps en temps un steak hâché principalement. La viande au four ne fait plus non plus partie de mon quotidien. En revanche, j'ai découvert au fil des années, des livres de cuisine, du partage, de nombreuses recettes de plats mijotés et je m'en régale. Qu'il s'agisse d'un boeuf-carottes, d'un sauté de veau aux poivrons, aux pommes, ..., c'est l'occasion de déclinaisons multiples selon les saisons. Je me suis même équipée d'une cocotte en fonte ! Un exemple que les habitudes alimentaires peuvent vraiment changer, qu'on n'est pas forcément "scotchés" sur notre de façon de manger dans l'enfance.

Ainsi, samedi, nous nous sommes réjouis de manger un plat de saison, un pot au feu de veau : d'abord un petit bol de bouillon puis le "plat de résistance", avec des légumes parfumés et une viande (du jarret de veau) fondante à souhait. Un plat que je n'ai découvert qu'à l'âge adulte !

cuisine,alimentation,viande,veau,pot au feu,habitudes alimentaires,plat mijoté

Et vous, votre façon de manger a-t-elle vraiment changé par rapport aux habitudes familiales ou êtes-vous fidèle aux plats de votre enfance ?

11/12/2011

Leçons de Japon : recap... et fin

Je vous ai récemmment donné à lire sept "Leçons japonaises", inspirées par mon récent voyage dans ce fascinant et gourmand pays. Si vous en avez laissé quelques-unes de côté ou si voulez revoir quelques images, les revoici :

japon,cuisine japonaise,asie,diéttéicienne gourmande,voyage gastronomique,nutrition,alimentation,manger sain,plaisir de manger

Leçon 1 : on mange aussi avec les yeux

Leçon 2 : le plaisir de suivre les saisons

Leçon 3 : du thé plutôt que des sodas !

Leçon 4 : n'ayons pas peur des oeufs !

Leçon 5 : être végétarien, ce n'est pas forcément triste !

Leçon 6 : l'ouverture aux influences extérieures

Leçon 7 : la variété, c'est bon et c'est bon !

La suite, ce sera pour le prochain voyage !

07/12/2011

Leçon japonaise 7 : la variété, c'est bon et c'est bon

Il y a quelque temps, je lisais dans une interview de je ne sais plus qui : "J'essaie de manger trente aliments par jour, comme les Japonais". Je ne sais pas si les Japonais ont vraiment une pratique aussi précisément comptabilisée... Certes, quelquefois, ils se contentent d'un plat de soba. Mais leur repas font souvent preuve d'une variété extraordinaire, avec une multitude d'aliments différents en petite quantité. Les premiers jours de notre voyage, je me suis amusée à compter un peu et on dépassait largement les trente !

P1040270.JPG

Dans ce petit déjeuner simple, déjà plus de dix ingrédients différents !

P1040544.JPG

Dans celui-ci, fort peu coûteux, il y en a une quinzaine et la journée que fait que commencer !

La variété, c'est bon au goût et c'est bon pour la santé, donc ne nous en privons pas ! Cela peut être :

- au sein d'un repas, pour varier les sensations gustatives,

- au cours de la journée, la multitude des aliments garantissant plaisir et apports nutritionnels variés sans se prendre la tête,

- au cours de la semaine, pour éviter la monotonie, d'autant que l'équilibre nutritionnel se fait sur la durée : pas besoin que chaque repas soit "équilibré" !

- au cours de l'année, en suivant le rythme des saisons pour choisir ses aliments,

- la variété des modes de cuisson, comme le font les Japonais qui cumulent, souvent au sein d'un même repas quand il s'agit de cuisine raffinée : grillé, bouilli, mijoté, sauté, frit, vapeur, ....

Bien sûr, on n'a pas vraiment le temps de se préparer un petit déjeuner comme ceux-là mais on peut sûrement améliorer la diversité de ce que nous mangeons. Alors, observez vos habitudes alimentaires, voyez si vous ressentez une certaine monotonie, si vous achetez toujours les mêmes aliments quand vous faites vos courses, bref, s'il ne serait pas temps de raviver votre curiosité et de surprendre vos papilles !

06/12/2011

Craquage, chocolat, culpabilité

Ces trois mots vont souvent ensemble. Quoique... il ne s'agit pas toujours de chocolat, il peut s'agir de fromage, de saucisson, de gâteaux, de se resservir d'un bon plat au dîner, ... Bref, tous ces moments où l'on mange sans faim, parce qu'on n'a pas trop le moral, pour se faire du bien.

Fotolia_© foto.fritz.jpgIl n'est pas facile d'en parler de façon générale car chaque personne a ses moments et ses déclencheurs particuliers.

Toutefois, plusieurs choses sont importantes à préciser si cela vous arrive :

- la culpabilité ne sert pas à grand chose, qu'à vous faire aller plus mal encore, et donc souvent à vous faire remanger. Ne vous dites pas que c'est nul et que vous ne devriez pas, essayez plutôt de comprendre pourquoi vous le faites ;

- acceptez de temps en temps d'avoir besoin de réconfort et que cela passe par le fait de manger. Alors, faites en bon moment, avec un aliment que vous aimez vraiment et prenez le temps de le savourer ; ensuite, votre corps saura attendre pour vous signaler le retour de la faim ;

- ne diabolisez pas le chocolat ou les autres aliments, ils sont bons et ils vous sont utiles, réapprenez à les déguster calmement ;

- peu à peu, quand c'est possible, mettez des mots sur ce que vous ressentez au moment où vous avez envie de manger. Il peut notamment s'agir d'une émotion que vous n'acceptez pas de ressentir, d'un besoin de détente, de l'envie d'une pause, ...

Si vous êtes Parisien(ne), sachez que j'animerai à nouveau en 2012 des ateliers autour de ce sujet. Vous pouvez me contacter par mail si cela vous intéresse.

Photo © foto.fritz - Fotolia.com

31/10/2011

Pas simple comme un régime...

La relation à l'alimentation, ce n'est pas simple comme un régime...

Souvent on croit que c'est simple de maigrir. Qu'il suffit de se priver pendant une période limitée d'aliments riches, d'éliminer des catégories d'aliments réputés grossissants, de suivre une liste de menus "light". Certes, cela parait facile. Mais alors comment se fait-il que la plupart des personnes reprennent les kilos perdus, voire plus, et entrent souvent dans un cycle de poids qui fait le yoyo, ce qui sera dommageable physiquement et psychologiquement ?

En fait, plus je reçois des personnes en désamour avec l'alimentation et/ou avec leur corps, plus je vérifie que la relation avec la nourriture est complexe. Car elle est issue de notre culture, d'une éducation alimentaire familiale, de la constitution éventuelle d'un lien affectif avec certains aliments "doudou", de périodes de restriction permanente ou temporaire, de notre style émotionnel, du mode de vie et du temps qu'on consacre au domaine alimentaire.

Par exemple, on s'éloigne de ses sensations de faim et de rassasiement parce qu'on a des règles de repas un peu strictes, qu'on doit à tout prix finir son assiette. On développe une peur de certains aliments qui feraient quasiment grossir rien qu'en les regardant. On développe un lien avec l'alimentation réconfort quand on est stressé(e) ou angoissé(e). On succombe à toutes les tentations festives car on se prive excessivement le reste du temps, ...

alimentation, régime, minceur, maigrir sans régime, comportement alimentaire, restriction, faire la paix aves les aliments, GROS, surpoids

Oui, on peut retrouver le plaisir de manger des pâtisseries sans culpabiliser !

Tout cela détermine notre façon de manger et elle est unique. Alors, si on ne prend pas en compte cette complexité pour entamer une perte de poids, on risque de traiter la question en surface. Et donc que le résultat soit temporaire.

Alors, on peut décider de prendre les choses globalement, notamment en allant voir un praticien du GROS*. Comme c'est compliqué, que souvent différents éléments sont imbriqués, cela peut prendre du temps. Plus de temps qu'un régime. Mais cela n'en vaut-il pas la peine, si on fait vraiment la paix avec les aliments... et avec soi-même ?

*Pour information, les 3 et 4 novembre, ce sont les 9èmes Rencontres du GROS, consacrées au thème des enfants.

14/10/2011

Bien déjeuner au boulot avec Yannick Alléno ?

Je vous parle souvent bento, lunchbox, déjeuner à emporter, ... étant d'ailleurs moi-même adepte de ces pratiques. Et parce que c'est une solution souvent intéressante gustativement, économiquement et nutritionnellement, surtout quand on ne dispose pas d'une cantine.

Je ne suis pas la seule et les bentos sont plutôt à la mode. P1040124.JPGAinsi, Malakoff-Mederic, assurance mutualiste soucieuse de prévention en matière de santé, a eu l'idée de proposer un livre de recettes sur ce thème : "Bien déjeuner dans ma «boite»" (astuce !).

Leur idée  part du constat que de nombreuses personnes qui travaillent n'ont pas forcément l'alimentation adéquate au déjeuner, tant qualitativement que quantitativement. Le repas apporté sur le lieu de travail est souvent monotone et pas vraiment adapté aux besoins.
Et elle a fait appel à un célèbre chef, Yannick Alléno, pour travailler sur les recettes, histoire probablement de donner plus de visibilité au projet.

Il s'agit de recettes relativement peu coûteuses, faciles et rapides. Elles sont plus ou moins originales, certaines sont des classiques que je connais bien, telles que lentilles-saumon fumé ou des rouleaux de printemps, d'autres sont plus originales, surtout me semble-t-il dans la partie "plats chauds" (réchauffables au micro-ondes) (évidemment, cela donne plus de latitude, c'est comme chez soi).

P1040169.JPG

J'ai testé deux recettes pour voir si le temps de préparation était honnête pour quelqu'un qui est loin d'avoir la dextérité de Yannick Alleno... J'ai ainsi préparé un couscous de poulet aux abricots secs (avec cumin et basilic) et une salade saumon-trévise-tomates cerise. C'est en effet facile et plutôt rapide. Et c'est bon !

P1040172.JPG

Mais le constat que je fais en écoutant mes patientes, c'est qu'ayant déjà du mal à trouver du temps pour préparer le dîner, il leur est difficile de trouver 20-30 mn supplémentaires pour préparer une boite-repas (sauf à considérer que ce peut être une activité de détente le soir...). En revanche, elles peuvent faire simple à partir de restes, ce que proposent quelques recettes du livre : rôti de boeuf, poulet cuit, pâtes, ... Le livre pourra-t-il convertir des personnes aux plaisirs de la boite-repas, quitte à y passer un peu de temps ?

L'aspect nutrition (via le Dr Serog) est un peu trop présent à mon goût : on donne des conseils pour compléter le plat (pain, yaourt, fruit, dessert, ...) en prenant en compte le besoin d'équilibre nutritionnel mais le problème, c''est que la quantité indiquée est standard : si on suit ces conseils (mais on n'est pas obligés, l'équilibre se fait sur la durée !), il est bon de vérifier qu'on a assez faim pour un yaourt et un fruit en plus du plat par exemple et si ce n'est pas le cas, diminuer la portion du plat ou garder un élément pour plus tard. Certaines propositions de dessert m'ont par ailleurs paru étranges : oeufs à la neige, tarte aux pommes : on les fait, on les achète industriels, on les transporte ?!

Conclusion : un bouquin qui pourra vous donner des idées plutôt sympas pour votre boite-repas, voire des idées rapides qu'on a aussi le droit de consommer à la maison !