Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/12/2017

Novembre : des liens, des liens, des liens !

Aux Rencontres du GROS la semaine dernière, la psychologue super-active Jeanne Siaud-Facchin a mentionné une étude de Harvard aux conclusions intéressantes. Pour une fois, il s'agit d'une étude a priori solide car menée sur 80 ans ! On a suivi en parallèle deux groupes de personnes aux caractéristiques bien distinctes (milieu favorisé vs difficile...). Pour comprendre les déterminants de la bonne santé, de la longévité...Eh bien, le SEUL facteur explicatif pour vivre plus vieux, en meilleure santé, plus heureux, c'est les liens authentiques ! Créer et maintenir des liens avec les autres. Et pas des liens virtuels via les réseaux sociaux ! 

Pour ma part, même si je goûte la solitude avec bonheur, j'aime énormément rencontrer, découvrir, revoir, passer du temps avec des personnes que j'apprécie. Bien davantage depuis que j'ai changé de voie. Probablement par manque de la machine à café et autres papotages avec les collègues... Et novembre a été particulièrement riche de ce point de vue.

J'ai eu la chance d'avoir des invitations autour des fantastiques produits et ce furent de belles rencontres (bien qu'un peu courtes !) :

- à l'inauguration de la boutique des chocolats Bonnat, et donc de croiser Stéphane Bonnat, qui mène un travail vraiment exigeant de fabrication de chocolat en opérant de la fève (en allant beaucoup dans les plantations) à la tablette, pour un résultat merveilleux.

20171122_141313 (1).jpg

- à la découverte des épices Shiran : autant Bonnat est une marque installée depuis plus de 130 ans, autant Shira est une marque toute jeune, lancée par un ancien cuisinier, parti à travers le monde avec l'exigence de trouver les meilleurs épices, non seulement bons au goût mais produits de façon vertueuse par de petits producteurs. Il m'a expliqué sa démarche et ce que j'ai senti et goûté était fabuleux et j'ai eu la chance de repartir avec quelques épices à découvrir, dont un Zaatar fabuleux.

20171123_191201.jpg

J'ai eu un long échange avec le duo des Ethicuriens, qui ont mené un tour de France à la rencontre des acteurs du bien manger, même s'il n'en reste qu'une courte vidéo !

20171106_174050.jpg

J'ai assisté aux Rencontres François Rabelais à Tours sur le thème "cuisine et développement durable : un beau mariage ?". Beaucoup d'interventions furent intéressantes et j'ai échangé avec diverses personnes, été ravie de revoir Sophie Reynouard, rencontrée à Ancenis, qui m'avait initiée au délicieux Crémet d'Anjou, qu'on prépare dans ces petits moules (j'ai donc enfin le 2ème pour en refaire avec des portions entières !).

20171118_222821.jpg

J'ai fait beaucoup de bons repas en très bonne et cela contribue forcément au plaisir du moment : 

J'ai découvert avec bonheur le Shirvan Café Métisse, adresse raffinée et métissée comme son nom l'indique, à dominante oriental proche et lointain, avec Beena, Claire et Florence, gourmandes acolytes.

chocolat bonnat,stéphane bonnat,épices shiran,éthicuriens,sophie reynouard,shirvan café métisse,la traversée,colorova,valérie tribes,podcast chiffons,maison aleph,diner mystère 716,bouillon pigalle,dames de granvelle

J'ai dîné à la Traversée avec un couple d'amis toujours curieux de bonnes tables.

J'ai savouré la délicieuse tarte Tatin de la Closerie des Lilas, en compagnie de grands gourmands, "Mingou Mango", "Fulguropain" et sa famille, "le Sérial Patissteur" (découpée par le chef pâtissier William Lamagnère en personne).

chocolat bonnat,stéphane bonnat,épices shiran,éthicuriens,sophie reynouard,shirvan café métisse,la traversée,colorova,valérie tribes,podcast chiffons,maison aleph,diner mystère 716,bouillon pigalle,dames de granvelle

chocolat bonnat,stéphane bonnat,épices shiran,éthicuriens,sophie reynouard,shirvan café métisse,la traversée,colorova,valérie tribes,podcast chiffons,maison aleph,diner mystère 716,bouillon pigalle,dames de granvelle

J'ai revu la multi-talentueuse Christie, qui m'a fait découvrir une table bien traditionnelle et sympathique.

J'ai déjeuné avec ma chère Marine, toujours inspirante, chez Colorova, lieu que j'avais abandonné pendant une longue période : j'ai toujours aimé le décor mais avais été un peu déçue par les plats. Pas cette fois où j'ai beaucoup aimé une blanquette au lait de coco et riz noir et un gâteau citron-sésame noir.

20171121_123938.jpg

IMG_20171121_162818_097.jpg

Je me suis transportée dans le 15ème pour me rapprocher mes chères camarades Corinne, Gaëlle et Sophie et on a découvert l'Accolade pour passer un très bon moment ensemble.

J'ai revu Valérie Tribes, créatrice du podcast Chiffons (qui fait parler des personnes inconnues ou connues sur leur rapport au vêtement) que j'avais croisée lors de la soirée "La Poudre lit" : dans le même lieu (Mona by My Little Paris), elle est venue raconter avec sincérité et simplicité l'aventure de son podcast.

20171130_101005.jpg

Je suis retournée à la merveilleuse Maison Aleph et j'ai eu le plaisir d'y revoir sa créatrice, Myriam Sabet et de me régaler d'un chocolat chaud aux épices et d'un nid sésame-chocolat au lait.

20171130_152246.jpg

J'ai à nouveau participé à un Dîner Mystère initié par Guillaume alias 716 La Vie : on s'est retrouvés à une quinzaine à l'Abyssinia, bon restaurant éthiopien : outre le plaisir de la découverte culinaire, les échanges avec des convives qu'on découvre participe au plaisir de la soirée.

20171128_213120.jpg

Créer des liens, c'est aussi s'intéresser à un lieu, parler avec les serveur(se)s, responsables de salle; éventuellement le cuisinier/chef s'il est visible. On est ainsi allés déjeuner par souci de proximité au tout nouveau Bouillon Pigalle, vaste lieu proposant, à prix raisonnables, des plats ultra-classiques style poireaux vinaigrette ou œufs durs mayonnaise, et le service, malgré le monde (encore supportable en début de service), fut sympathique et souriant.

Dans un autre style, je suis retournée aux Dames de Granvelle et j'y aime l'accueil chaleureux de la créatrice du lieu, en harmonie avec le cadre cosy. J'y ai par ailleurs mangé une délicieuse quiche aux légumes.

20171120_123812.jpg

Il y a aussi bien sûr les liens familiaux, eux aussi souvent entretenus autour de bons repas.

Et pour vous, novembre a-t-il été riche en liens ?

 

 

 

28/11/2017

Séduire, aimer, être aimé(e), avoir des enfants quand on est gros(se) : on en a parlé aux Rencontres du GROS

Un de mes mantras, et une réalité difficile à contester, c'est que chaque personne est unique, avec son histoire, son corps, sa vie, sa personnalité... Néanmoins, dans un monde valorisant à l'extrême les silhouettes idéalement minces, les personnes grosses vivent très souvent des difficultés communes, liées à leur apparence et aux stéréotypes qui y sont attachés. Y compris, bien trop souvent, dans le monde médical. Le thème des 16èmes Rencontres du GROS (Groupe de Réflexion sur l'Obésité et le Surpoids) la semaine dernière était "Amour Fécondité Kilos". L'apparence joue un rôle qu'on ne peut nier dans les relations entre personnes. Alors, comment le fait d'être gros ou grosse influence la séduction entre individus, l'amour, la fécondité, la grossesse. Comment moins en subir les conséquences et moins en souffrir ? Et mieux l'accompagner côté monde médical ?

gros,groupe de réflexion sur l"obesité et le surpoids,rencontres du gros 2017,surpoids,obésité,être gros,stigmatiation,grossophobie,avoir un enfant quand on est grosse

Résultat d'une expérience mentionnée par Jean-François Amadieu

Faisons-en un point étape par étape (ce n'est pas vraiment un compte-rendu de cette riche journée).

D'abord, les racines du surpoids. On ne peut là encore pas généraliser mais beaucoup de personnes ont pris du poids suite à un traumatisme, des violences physiques, psychologiques ou sexuelles, une carence affective. Et aussi, du fait de la spirale des régimes parfois initiée très tôt, dès l'enfance. Jeanne Siaud-Facchin a rappelé, un peu dans la lignée de l'année dernière, les conséquences des carences affectives. Mais affirmé fortement que ce n'est jamais irréversible. Les liens, la tendresse, les rencontres, l'amour, les contacts physiques, serrer quelqu'un dans ses bras, une relation avec un thérapeute empathique, beaucoup de choses peuvent au fil du temps contribuer à "réparer" le manque ou la blessure psychique.

On a parlé aussi de la stigmatisation qui existe entre les enfants mais aussi parfois, pas si rarement que ça, au sein des familles. Venant des frères et sœurs, parfois cruels, mais aussi des parents. Consciemment ou pas. Par obsession de la minceur, préoccupation santé, peur du gras... On donne des surnoms, on fait des commentaires sur le corps, le poids, la nécessité d'un régime... Je suis parfois terrifiée, dans les récits de patientes, par les surnoms donnés par un parent à son enfant, peut-être simplement un peu plus rond que le reste de la famille. Avec des conséquences très néfastes : un cercle vicieux pour le poids car l'enfant risque fort d'accroître le rôle de réconfort de la nourriture, le rôle délétère des régimes qui le font manger en cachette, et une difficulté à construire son estime de soi qui risque de mener à un certain isolement.

gros,groupe de réflexion sur l"obesité et le surpoids,rencontres du gros 2017,surpoids,obésité,être gros,stigmatiation,grossophobie,avoir un enfant quand on est grosse

Diapositive de Nathalie Rigal

On grandit plus ou moins bien, on se libère ou pas de cette histoire. Et un jour, on songe à séduire. Gérard Apfeldorfer a détaillé les mécanismes de la séduction entre deux êtres. Séduire, c'est capturer l'attention : il a expliqué qu'on pouvait donc séduire en dehors des canons de la beauté de l'époque, en mettant en avant un trait saillant. Ensuite, une relation durable se batit sur l'empathie entre deux personnes qui se sentent semblables. Dans le cas des personnes grosses, le psychiatre a insisté sur la nécessité de travailler sur le sentiment de honte, émotion douloureuse répandue chez les personnes grosses. Cette honte d'être gros(se) est un frein puissant à se mettre en avant pour séduire et nouer des relations sereines et équilibrées. Ensuite, une fois la honte reconnue, mise à distance et acceptée (mais elle ne guérira jamais complètement, prévient-il), on peut repérer ce qui est un trait saillant chez soi puis s'entraîner à des développer des habilités sociales, être plus à l'aise, affirmer son corps, ne plus se cacher...Un long travail sans doute mais n'en vaut-il pas la peine ?

Une fois qu'on a trouvé "l'âme sœur", il est possible qu'on souhaite avoir des enfants. Comme il était dit plus haut, il est fréquent (sans généraliser) que la personne grosse, mal à l'aise avec son corps et fragile dans sa tête, mette du temps à nouer une relation durable, dans un monde qui affirme partout que beauté = minceur. Or, indépendamment du poids, il est prouvé que la fécondité, en particulier féminine, diminue avec l'âge. Il est moins simple d'avoir un bébé à 38 ans qu'à 25... Du coup, est-il sage de passer du temps à perdre du poids avant de tomber enceinte ? Ce n'est pas simple.

Si on est en surpoids, on a peut-être intégré le discours médical ambiant qu'il sera plus difficile d'avoir des enfants. Je vois parfois aussi chez mes patientes l'inquiétude du poids de grossesse, des kilos qui viendront s'ajouter à un poids déjà élevé. Pour ma part, je les rassure, je leur explique que le travail que l'on mène ensemble (écoute des sensations alimentaires, alimentation variée, travail émotionnel) régulera la prise du poids sans les mettre dans un état de restriction qui est vraiment à éviter durant la grossesse. Quand elle mange normalement, une personne en surpoids prend par ailleurs en moyenne moins de poids qu'une personne mince car les "réserves" fournissent naturellement une part des besoins du fœtus. Le Docteur Anne Laurent-Jaccard a par ailleurs insisté que le fait qu'il ne fallait pas fixer de normes de prise de poids ou d'apport calorique. L'important est de manger ce dont on a besoin au fil de la grossesse. J'ai plusieurs patientes qui ont mené une grossesse sans aucun problème, pris 5-6 kilos et accouché d'un bébé en pleine forme.

Une femme en surpoids peut, comme beaucoup d'autres femmes, rencontrer des difficultés dans son désir de grossesse. La perte de poids est souvent réclamée par les médecins. Surtout quand on se trouve en difficulté d'avoir un enfant. Qu'en est-il ? ll y a bien des conséquences réelles, constatées, du surpoids sur la fécondité :

- la fécondité diminue proportionnellement aux kilos en trop,

- le délai de conception est donc plus important car l'ovulation apparaît plus perturbée.

Mais, dans une démarche d'AMP (Assistance Médicale à la Procréation), il est indispensable :

- de rechercher les causes d'infertilité, qui ne sont pas forcément du côté de l'ovulation. Une personne grosse, comme des personnes de tout poids, peut rencontrer des difficultés pour avoir des enfants mais ce n'est pas forcément à cause de son poids ! Il y a d'autres motifs d'infertilité. 

- si on estime qu'une perte de poids est vraiment souhaitable car elle peut améliorer l'ovulation, le temps nécessaire est à mettre en regard de l'âge, et peut être modérée et sans restriction. 

Malheureusement, certaines femmes non seulement prennent significativement du poids du fait des traitements hormonaux, mais peuvent vivre un parcours médical pénible, rencontrer sans cesse des médecins, des obstétriciens, qui vont les presser de perdre du poids avant d'envisager une grossesse. Sans forcément vérifier si c'est vraiment le sujet...  

Une fois la grossesse en route, il faut garder à l'esprit qu'elle présente certains risques comme d'autres grossesses, ont dit les spécialistes. Des risques accrus de gros bébé, de bébé prématuré, de fausse couche. Donc elle doit être considérée, surveillée, accompagnée au même titre que d'autres grossesses à risque. Ni plus ni moins. L'obésité n'est pas une identité mais une particularité, a-t-on affirmé. Or, malheureusement, du fait de la stigmatisation trop fréquente par des médecins, des injonctions à maigrir, des affirmations exagérées sur les conséquences du poids, de nombreuses femmes vont craindre et éviter cette surveillance particulièrement nécessaire. Et peut-être du coup, augmenter les risques. Il est essentiel d'accompagner ces grossesses sans juger ni culpabiliser mais en informant avec clarté.

Il a été regretté qu'existent très peu de structures, non médicalisées, où des femmes en surpoids, enceintes ou en désir de grossesse, pourraient s'exprimer, par exemple des groupes de parole, où elles trouveraient soutien, encouragement mutuel, et information honnête et bienveillante. Car il ne s'agit pas de sur-médicaliser la grossesse (qui n'est pas une maladie !) mais en revanche de la surveiller de façon adéquate.

Quand on est obèse, on peut souhaiter envisager une chirurgie bariatrique. Comme la perte de poids qui en résulte est importante et crée des risques de carences, il est impératif de ne pas prévoir une grossesse trop vite et donc d'avoir un mode de contraception adéquat pour l'éviter (stérilet). Il est recommandé d'attendre deux ans pour que le poids diminue puis encore un an de stabilisation. Par ailleurs, dans un couple où la femme perd beaucoup de poids rapidement suite à une chirurgie, les rapports évoluent, il y a des changements psychologiques complexes parfois imprévisibles. Il apparait vraiment important de réfléchir au désir d'enfant en lien avec un souhait de chirurgie, de situer tout cela dans le temps, d'avoir conscience en amont de toutes les conséquences et s'y préparer en se faisant accompagner. 

Bref, il me parait absolument impérieux et urgent de former les professionnels de santé à une écoute bienveillante, réelle et respectueuse quel que soit le poids ET à la connaissance et la compréhension non biaisées des conséquences du surpoids, notamment en vue d'une grossesse. Beaucoup de personnes font remonter les difficultés et comportements stigmatisants qu'elles rencontrent avec des professionnels de santé, notamment les gynécologues. Dans cette perspective, le GROS et le Centre d'Ethique Clinique de l'Hopital Cochin lancent une enquête pour recueillir des témoignages auprès de patientes et de gynécologues pour objectiver un peu le sujet et prendre la mesure du comportement éventuellement grossophobe, conscient ou pas, des gynécologues de ville.

gros,groupe de réflexion sur l"obesité et le surpoids,rencontres du gros 2017,surpoids,obésité,être gros,stigmatiation,grossophobie,avoir un enfant quand on est grosse

En parallèle, il me parait positif que se développent des mouvements de solidarité, de mise en commun de moyens et d'énergie pour s'affirmer en tant que personnes grosses, de lutte pour faire reculer la grossophobie, par exemple depuis peu, le mouvement Gras Politique qui était d'ailleurs présent. Le sujet est loin d'être nouveau, des associations comme par exemple Allegro Fortissimo se sont battues depuis longtemps sur ces sujets et même le terme grossophobie, rappelle Sylvie Benkemoun, vice-présidente du GROS, a été utilisé dès les années 90, et notamment popularisé par Anne Zamberlan. Mais il semble revenir sur le devant de la scène, sans doute en lien avec les possibilités de communication plus directe que permet internet. Ainsi, une demi-journée sur la grossophobie est organisée par la Ville de Paris le 15 décembre dans le cadre de la Semaine de lutte contre les discriminations. Si vous êtes intéressé(e), les inscriptions sont ici.

 

11/11/2017

Un anniversaire joyeux ou une journée pour soi

Y a-t-il un âge limite pour fêter vraiment son anniversaire ? Je ne crois pas, chacun(e) fait comme il(elle) veut. Pour ma part, c'est toujours une bonne occasion de festoyer avec gourmandise. Et cette année, j'ai eu envie de profiter de cette journée pour passer un moment tranquille et agréable.

La matinée fut tranquille, à boire du thé et écouter le CD de Depardieu chantant Barbara, cadeau fort bien ciblé de Monsieur.

J'avais envie de faire un déjeuner bon et agréable, pas forcément ruineux. Mon choix s'est porté sur le restaurant Botanique, que nous avions déjà apprécié. On y a fait un délicieux déjeuner, avec des plats moins sophistiqués que lors du dîner dégustation : des choux de Bruxelles frits à partager en grignotage introductif (eh oui, après des années, j'ai fini par aimer les choux de Bruxelles et traités ainsi, ils sont particulièrement savoureux) ; une polenta crémeuse aux champignons dans un bouillon vert ; du Saint Pierre en croûte de pomme de terre ; un crumble aux pommes avec glace au caramel.

IMG_20171110_190334.jpg

On s'est ensuite baladés à travers le Marais sous le ciel bleu pour aller découvrir la boutique GAG ou Gras-Alcool-Gluten (je suis particulièrement adepte des 2 G !), ouverte par le chef Arnaud Daguin, activiste du bien manger, et le fondateur du Pain Quotidien, Alain Coumont. On y trouve le pain 100% nature de Roland Feuillas livré depuis le tout nouveau Fournil des Champs et une série de produits de grande qualité sélectionnés avec soin et passion par Arnaud Daguin : des fromages, des laitages, des charcuteries et bien sûr des vins.

20171107_152057.jpg

20171107_150831.jpg

20171107_150812.jpg

Comme on disposait d'un peu de temps, on est allés siroter un thé chez Kodama, bar à thé de style minimaliste.

20171107_154554.jpg

J'avais eu envie de m'offrir un massage pour conclure la journée. J'étais aller consulter le blog de la journaliste Lili Barbery-Coulon, experte es beauté et bien-être, et j'avais repéré un article sur Junnon Merigoux, pas seulement masseuse mais aussi énergéticienne, experte en toutes sortes de moyens thérapeutiques (bien que je n'aie pas a priori de grave problème physique ou émotionnel...). La séance fut surprenante, passionnante et instructive, bien au-delà d'un massage.

Le soir, c'est Monsieur qui était en cuisine et je lui avais "commandé" comme dîner d'anniversaire, non pas des mets de luxe mais une simple assiette de légumes variés, qui était finalement ce qui me ferait plaisir. Il a fort bien réalisé mon souhait, avec une délicieuse assiette composée : salade d'endives aux noisettes, poêlée de champignons, carottes, pommes de terre au romarin.

20171107_195748.jpg

Et vous, comment aimez-vous votre journée d'anniversaire ?

GAG 3 rue de Palestro, Parie IIème

01/11/2017

Octobre 2017 : vive les femmes !

Il ne s'agit pas ici de parler d'un "hashtag" qui a fait beaucoup de bruit ce mois-ci ou de la "libération de la parole", ou du moins pas directement. Mais en revisitant ce que j'ai lu, vu, fait, écouté, j'ai eu envie de saluer des femmes multiples et diverses, passionnantes et enthousiastes, qui ont rendu ce mois fort riche. Dans le désordre :

Lauren Bastide, qui a lancé il y a bientôt un an le podcast La Poudre, où elle invite des femmes diverses à une conversation féministe au long cours. Elle a le talent de créer un climat intime et confiant qui produit de beaux et passionnants entretiens (j'en avais déjà écouté beaucoup), pleins de sincérité me semble-t-il. Ce mois-ci, Lauren Bastide et La Poudre se sont associées à un lieu éphémère (ouvert jusqu'à fin 2017) créé par l'équipe My Little Paris, Mona, pour y installer une bibliothèque féministe.

IMG_20171019_210938_288.jpg

A cette occasion était organisée une soirée à laquelle j'ai participé, avec un partage de livres : nous étions 30 ou 40 et chacune avait apporté un livre écrit par une femme ou livre féministe à offrir et en recevait un, au hasard. Puis cela enclenchait des conversations autour de ces livres. J'ai pour ma part offert un livre que j'ai adoré il y a deux ans "Chez soi" de Mona Chollet, livre qui comporte selon moi de nombreuses dimensions féministes, dans le rapport au logement, au ménage, au foyer, etc. Lauren Bastide avait convié trois autres podcasteuses, qui ont présenté un livre de coeur.

20171019_194241.jpg

Les "podcasteuses" Lauren Bastide (La Poudre), Siham Jibril (Génération XX), Valérie Tribes (Chiffons), Rebecca Armstrong (2050 Le Podcast)

Valérie Tribes, journaliste mode créatrice du podcast Chiffons, rencontrée lors de cette même soirée, dont j'écoute désormais avec plaisir les entretiens : elle invite des personnes éclectiques, connues ou inconnues, à parler de leur rapport à la mode et au vêtement et cela dit plein de choses plus globales sur le monde d'aujourd'hui.

Perla Servan-Schreiber, dont j'adore le livre de cuisine Le Bonheur de cuisiner, plusieurs fois évoqué ici, qui a fait une courte conférence sur le pouvoir de l'intuition, là encore chez Mona, intuition à laquelle je crois beaucoup personnellement et qui m'a guidée dans plusieurs choix importants de ma vie personnelle et professionnelle. Elle vient de sortir un livre, Ce que la vie m'a appris, que j'ai lu avec plaisir il y a quelques semaines, où j'ai trouvé plusieurs résonances avec certaines de mes réflexions.

20171027_083359.jpg

Chloé Delaume qui a donné une intéressante interview à Usbek & Rica, "le média qui explore le futur" mettant notamment en avant l'importance de la sororité : cela parait tellement essentiel dans un monde qui ne leur fait pas souvent de cadeau, que les femmes se soutiennent et soient solidaires plutôt que de se mettre en concurrence et rivalité, mais ce n'est finalement peut-être pas si répandu...

Chloé Hollings, dont j'ai enfin lu le livre Fuck les régimes (j'avais participé à une émission de radio avec elle en début d'année) où elle raconte combien elle a été malheureuse lorsqu'elle était obsédée par son poids et enchainait les régimes et comment elle s'en est libérée.

Laurence Gay, prof de yoga chaleureuse et super compétente : j'ai suivi un samedi après-midi un stage avec elle, de passage à Paris, car elle vit désormais à Marseille. Elle a un blog très agréable à lire, qui mêle réflexions personnelles et sur le yoga.

Flavie Flament et son équipe de On est faits pour s'entendre sur RTL qui m'a invitée pour la troisième fois hier, à propos de mieux manger (après les régimes, j'étais intervenue en juillet sur les intolérances alimentaires). J'aime participer à cette émission car l'atmosphère est chaleureuse et sympathique, avec un vrai intérêt pour les invités et ce qu'ils ont à dire. Ce qui n'est pas toujours le cas, dans ma courte expérience médiatique... Et il y a souvent des sujets intéressants autour de thèmes féminins (mais intéressants pour tout le monde !), par exemple récemment les hormones.

En ce mois d'octobre qualifié de rose depuis quelque années en référence à une nécessité de lutter contre le cancer du sein, mais devenu aussi un vaste business, une femme que je connais un petit peu, a écrit un très beau texte sur une autre façon de voir ce moment.

Les équipes féminines de plusieurs de mes "cantines" favorites, Ibrik, Sonat, La Cantine vagabonde, où je retourne encore et encore.

20171028_125832.jpg

Une fameuse shakshuka lors d'un délicieux brunch chez Ibrik

20171018_124947.jpg

et leur merveilleux carrot cake

20171018_121211.jpg

Un bol savoureux et varié, le "Usain Bowl" chez Sonat

20171017_133733.jpg

Une délicieuse assiette végétarienne à la Cantine vagabonde

Les Dames de Granvelle, nouveau lieu très cosy initié par celle qui avait fondé SuperNature et avait fait une pause après avoir vendu cette précédente adresse.

20171024_121842.jpg

20171024_123346.jpg

Assiette Renaissance aux Dames de Granvelle

Sophie Cheval, psychologue que j'adore, avec laquelle on a parfois un rôle de co-thérapie pour certaines patientes que je lui adresse ou qu'elle m'adresse, auteure de "Belle autrement" visant à se sentir mieux avec son apparence physique. J'ai suivi avec bonheur une formation de 2 jours avec elle à Lyon.

Deux grandes dames de la chanson, Barbara et Anne Sylvestre, deux de mes compositrices-interprètes de coeur : je suis allée voir l'exposition sur Barbara à la Philarmonie, où on plonge dans sa vie et son monde au son de ses chansons, et j'ai écouté avec bonheur Anne Sylvestre sur France Inter.

20171017_120431.jpg

.............................

Et sinon, en ce mois d'octobre, j'ai fêté les 10 ans du diplôme qui a changé ma vie. Eh oui, début octobre 2007, je scrutais avec angoisse et impatience les résultats du BTS diététique sur internet et ô joie immense, j'étais reçue ! Ce fut le début d'un changement de vie pas strictement  professionnel : il y a en effet non seulement la passion pour ce métier qui ne faiblit pas du tout mais aussi toutes les rencontres, les beaux moments, les réflexions, les découvertes qui ont accompagné cette reconversion. Après avoir fêté cela avec un peu d'avance avec Monsieur chez le toujours merveilleux Saquana à Honfleur, j'ai convié à venir papoter, trinquer, savourer quelques mets, certaines des belles personnes rencontrées sur mon chemin.

mona,la poudre,lauren bastide,valérie tribes,chiffons,podcasts,féminisme,chloe delaume,barbara,anne sylvestre,sonat,ibrik,la cantine vagabonde,diététicienne heureuse

 

 

 

 

30/09/2017

Septembre : que de chouettes rencontres !

Le mois de septembre a été plutôt dense en consultations, sans doute un certain effet des bonnes résolutions, nouveaux départs, ... liés à la rentrée. Toujours un grand bonheur pour moi de découvrir des personnes dans toute la richesse de leurs différences, je ne suis pas prête, je crois, de me lasser de cela.

Mais j'ai pourtant eu le temps de multiples rencontres souriantes, passionnantes, joyeuses, gourmandes... Chronologiquement, c'est plus simple...

- J'ai rencontré la journaliste Anne Eveillard qui a un regard éveillé (euh, pas terrible le jeu de mots ;-)) et atypique sur le monde qui l'entoure. C'était à l'occasion du vernissage de l'exposition Etres Singuliers, une série de portraits de personnes du monde de la gastronomie. Cela se passait à la Librairie Appétit, et j'ai fait la connaissance d'une partie de l'équipe de la librairie et échangé avec des personnes sympathiques. 

- J'ai emmené Monsieur découvrir Soên 1738, un petit comptoir à thé japonais, et cela a été l'occasion d'un long échange intéressant avec l'initiatrice du lieu, une Française passionnée de thé, qui a vécu quelques années au Japon. 

fete de la gastronomie, mokonuts, ibrik, soen 1738, graines d'un paris d'avenir, bruit de table

- J'ai revu avec grand plaisir les gourmands Eliane alias Mingou Mango et Arnaud alias Fulguropain et nous avons partagé un fort plaisant petit déjeuner chez Mokonuts, lieu que j'adore à toute heure (pour moi, un délicieux gâteau prune-cardamome et une boisson à la pêche et verveine).

20170911_102018.jpg

- J'ai assisté à un colloque à Bercy autour du produit dans la cadre de la Fête de la Gastronomie, écouté des intervenants plutôt intéressants et j'ai notamment eu le plaisir d'y retrouver par hasard la très pâtissophile Agathe alias My Little Recettes.

20170914_110436.jpg

- J'ai passé un moment fort sympathique avec Florence, cuisinière ambulante alias Lulu Martha B et Fanny, pâtissière sans gluten car atteinte de la maladie coeliaque au café Ineko où je retournerai volontiers déjeuner.

20170914_155441.jpg

- J'ai petit déjeuné avec la charmante Julie alias Madame Ganache chez Ibrik, de leur granola que j'adore.

fete de la gastronomie,mokonuts,ibrik,soen 1738,graines d'un paris d'avenir,bruit de table

- J'ai déjeuné d'un bobun avec Marine avec qui j'aime toujours beaucoup échanger et ébaucher des pistes de réflexion sur des tas de sujets.

fete de la gastronomie,mokonuts,ibrik,soen 1738,graines d'un paris d'avenir,bruit de table

- J'ai assisté à une intéressante conférence au sein de l'Ecole du Cordon Bleu, à nouveau dans le cadre de la Fête de la Gastronomie et j'ai notamment beaucoup l'intervention de Pierre Georgel, paysagiste qui aménage des espaces végétaux notamment sur des toits, comme le potager du Cordon Bleu, qu'on a visité : c'était passionnant de l'écouter parler de tous les aspects à prendre en compte dans ce type de projet (évidemment la question spécifique du poids) et d'entrevoir l'équilibre qu'il s'efforce de trouver entre des modes de culture traditionnels et un contexte moderne (mais pas du tout "hors sol").

fete de la gastronomie, mokonuts, ibrik, soen 1738,

fete de la gastronomie, mokonuts, ibrik, soen 1738,

- J'ai récupéré mes crackers Résurrection, contrepartie de ma participation à leur financement et j'ai échangé un peu avec Nathalie, une des deux initiatrices du projet, que j'avais déjà croisée.

20170923_151444.jpg

- J'ai participé à la soirée d'anniversaire du site Bruit de Table, dont j'apprécie beaucoup l'approche ouverte et humaine du monde de la gastronomie, j'y ai revu de nombreuses personnes sympathiques. A noter, le très beau témoignage d'Alexandre Gauthier, le chef de la Grenouillère, sur ce site.

- J'ai assisté avec beaucoup d'intérêt à une partie de la journée Graines d'un Paris d'Avenir autour des semences et écouté/rencontré/échangé avec le semencier-boulanger Roland Feuillas, que je revoyais avec plaisir, la chef Nadia Sammut, le très engagé maraîcher Xavier Mathias, la responsable de la Fête de la Gastronomie Sophie Le Bouleise qui défend le plaisir de manger comme moi.

fete de la gastronomie, mokonuts, ibrik, soen 1738,

les chefs Michel Bras, Patrice Gelbart, François Pasteau, Nadia Sammut et le maraîcher Xavier Mathias

- J'ai revu Roland Feuillas à l'occasion de l'ouverture à Paris d'une boulangerie similaire à celle de Cucugnan, en coopération avec le Pain Quotidien (je vous en reparlerai), le Fournil des Champs.

- J'ai pris un café avec la délicieuse blogueuse Clotilde Dusoulier et la journaliste-auteure Julie Gerbet. Non seulement Clotilde fête ses 14 ans de blog (c'est une des "ancêtres" des blogs culinaires français) mais elle a lancé il y a quelques mois un excellent podcast, Change ma vie, qui fait souvent écho, de façon concrète et pragmatique, au travail que je fais avec mes patients sur les pensées et les émotions.

Sinon, j'ai bien mangé évidemment (et pas que des gâteaux comme on pourrait le penser via ce billet !).

Et vous, avez-vous fait de belles rencontres ?

08/09/2017

La gourmandise ne fait pas grossir ! : un an déjà !

Eh oui, c'est le 8 septembre 2016 que sortait mon livre "La gourmandise ne fait pas grossir !" Un an déjà !

Quelle satisfaction alors de l'avoir écrit. Et quel bonheur toute cette année d'en parler, de le présenter, de rencontrer des personnes intéressées, d'avoir des retours chaleureux et parfois très émouvants. Des personnes qui me disent qu'il les aide vraiment à cheminer sur le chemin de la tranquillité alimentaire. Même si je sais qu'un livre ne fait pas de miracles...

20170908_112117.jpg

Si, par hasard, vous n'avez jamais entendu parler de ce livre (est-ce possible ?!) ou que vous n'avez jamais eu l'occasion de le feuilleter, sachez que c'est un abécédaire très facile d'accès pour faire la paix avec la nourriture et sortir des diktats, régimes et injonctions de toutes sortes. Cet abécédaire comprend 128 mots et pour que cela soit vraiment concret, les voici :

la gourmandise en fait pas grossir,diététicienne gourmande,abécédaire,stop aux diktats,stop aux régimes,diététicienne anti-régime

la gourmandise en fait pas grossir,diététicienne gourmande,abécédaire,stop aux diktats,stop aux régimes,diététicienne anti-régime

Si vous avez des questions sur le livre ou autres sujets, n'hésitez pas !

31/08/2017

Alors les vacances ? 5eme épisode, plonger dans un autre temps, ou l'exposition Les jours sans

Il y a quelques mois, j'avais reçu le dossier de presse de l'exposition "Les Jours sans - Alimentation et pénurie en temps de guerre", consacrée à l'alimentation des Français pendant la deuxième guerre mondiale. Malheureusement pour moi, cette exposition se déroulait à Lyon, au CHRD (Centre d'Histoire de la Résistance et de la Déportation), mais elle m'a attirée par ce thème de la relation particulière et centrale de la nourriture durant cette période. Du coup, j'ai profité de l'été pour faire une courte escapade à Lyon. L'exposition est d'ailleurs centrée principalement sur l'expérience vécue dans la région.

20170816_113624.jpg

Probablement, certains d'entre vous avez des arrière grands-parents, grands-parents, parents selon votre âge qui vous ont raconté leur vécu pendant cette période, qui ont rendu cette période un peu concrète pour vous.

Sinon, il est difficile d'imaginer dans notre monde d'abondance actuel ce qu'ont vécu les personnes pendant ces années, les femmes qui passaient des heures à faire la queue sans forcément de résultat, la faim souvent ressentie sans pouvoir la combler, notamment quand on était adolescent avec des besoins importants, la débrouille pour bricoler des semblants de repas, les ersatz d'aliments, qu'il s'agisse du sucre, du café, remplacé par des mélanges divers (photo ci-dessous), ...

les jours sans,lyon,chrd,alimentation et pénurie pendant la guerre

La pénurie commence très vite au début de la guerre. Outre le manque bien réel, intense et durable de nourriture, l'organisation du rationnement a mis du temps à se mettre en place, avec notamment les tickets par âge ou métier. Les "J3" adolescents ou les travailleurs de force ont, c'est logique, vu leurs besoins énergétiques, droit à des rations plus importantes. En théorie, car bien souvent, les femmes font des heures de queue pour trouver des rayons vides...

les jours sans,lyon,chrd,alimentation et pénurie pendant la guerre

D'ailleurs, la colère gagne peu à peu devant les difficultés à trouver de quoi se nourrir et d'autant plus quand les personnes apprennent qu'une part non négligeable de l'approvisionnement est destinée aux Allemands (les pommes de terre notamment). Le gouvernement de Vichy est obligé de lâcher du lest à partir de 1941. Il autorise le "marché rose", consistant à pouvoir recevoir ou aller chercher des colis et provisions alimentaires dans la campagne environnante. Heureux ceux qui avaient dans leur famille ou leurs proches des paysans pourvoyeurs de denrées de première nécessité. Et il tolère le "marché gris" de troc de produits manufacturés contre des denrées alimentaires. Reste illégal le marché noir, mais c'est le plus important, pour ceux qui peuvent y accéder. Par ailleurs, les consignes du pouvoir pouvaient être assez étranges. On apprend par exemple qu'on avait demandé aux boulangers de vendre le pain rassis, le lendemain de sa fabrication, afin de le rendre moins attractif....

L'exposition fait ressentir ce qu'ont été les difficultés de cette période. Il y a par exemple des témoignages audio de personnes qui étaient enfants ou adolescents et racontent quelques souvenirs, que ce soit la grande maigreur vécue alors, ou l'horreur durable des rutabagas. Il faut être né bien après la guerre pour avoir envie d'en manger, de même pour les topinambours... L'objectif de la collecte de ces témoignages était en effet à la fois d'évoquer des souvenirs mais aussi d'en raconter la trace qui a perduré. Et en effet, s'est transmis souvent de génération en génération la peur d'avoir faim, l'incapacité à gaspiller, la nécessité donc de finir son assiette, le savoir-faire pour accommoder des restes. Selon les familles, certains aspects se sont toutefois perdus au fil du temps et du développement de la société de consommation, avec son abondance, ses facilités et ses tentations, qui a mis à mal ces principes.

les jours sans,lyon,chrd,alimentation et pénurie pendant la guerre

L'ambiance générale de l'exposition 

On pourrait vraiment pour cette période parler de la "charge mentale des femmes", ce sujet d'actualité, car elles devaient faire des heures de queue, imaginer des solutions pour trouver le basique indispensable, être créatives en matière de recettes sans les aliments usuels pour que les plats restent un peu appétissants... Débrouillardise et ténacité étaient des qualités essentielles mais j'imagine que le découragement devait être parfois plus fort... Le sujet des femmes était orienté. Le gouvernement de Vichy voulait en effet promouvoir une femme épouse et mère, qui s'occupe valeureusement de sa famille... Les magazines féminins proposaient quantité de recettes de restriction. L'exposition met ainsi en avant les écrits d'Edouard de Pomiane, récemment réédité par Menu Fretin, qui tentait de proposer des solutions adaptées aux temps difficiles. 

les jours sans,lyon,chrd,alimentation et pénurie pendant la guerre

Il y a eu par exemple un livre de recettes à base de miettes de pain (remplaçant la farine). Il était en effet devenu un réflexe d'utiliser absolument tout ce qu'on avait sous la main pour composer des plats le plus acceptables possible. 

les jours sans,lyon,chrd,alimentation et pénurie pendant la guerre

Le recul par l'humour et les chansons (une parodie de "J'ai du bon tabac" par exemple) resta toutefois présent, sans doute indispensable pour supporter la dureté des temps...

les jours sans,lyon,chrd,alimentation et pénurie pendant la guerre

L'aspect médical et santé est aussi abordé. Il est clair que la pénurie alimentaire a entraîné maladies, carences, problèmes de croissance et nombre de morts de dénutrition durant cette période même si cela n'a pas été quantifié précisément.

Il est d'ailleurs précisé que la Libération et la fin de la guerre, après une période d'euphorie, n'ont pas marqué la fin du rationnement. Celui-ci a continué et ce n'est que deux-trois ans environ après la fin de la guerre que la situation est revenue à la normale, avec un approvisionnement suffisant.

Un dernier volet présente quelques aspects de la nourriture dans les camps de concentration. Contexte alimentaire bien différent, bien plus privatif encore, assurant à peine la survie, et humiliant quand, par exemple, on ne dispose pas de couverts pour manger. Cela m'a fait penser à un témoignage de Simone Veil au sujet de l'impossibilité fondamentale de raconter ce qui s'était passé, au retour des camps. Elle donne ainsi une anecdote où elle essaie d'expliquer la privation de nourriture et une amie lui rétorque quelque chose du style : ah oui, c'est comme nous qui devions faire plusieurs km pour trouver des aubergines... (il me semble, je n'ai pas retrouvé l'émission où elle raconte cela). Il y avait aussi cependant le pouvoir d'évocation des recettes de cuisine que l'on se racontait, que l'on écrivait tant bien que mal pour se souvenir et rêver. Ou les recettes qui étaient un moyen de crypter des messages. Cela est évoqué par Jacky Durand ici.

Si vous voulez avoir un éclairage complémentaire du sujet, une émission La Marche de l'Histoire de France Inter y a été également consacrée : Les Jours sans 1939-1949.

Avez-vous dans votre famille des témoignages de ce temps ? Ressentez-vous encore les effets de ce qui a été vécu alors ?

---------

Ajout du 01/09/2017

Jacky Durand a fait un beau et large compte-rendu de l'exposition dans Libération

 

28/08/2017

Alors les vacances ? 4ème épisode, des disparitions, des hommages, le mien à Paule Neyrat

Si vous n'étiez pas en vacances sur une île déserte, vous avez probablement entendu parler de plusieurs disparitions de personnalités du monde culturel en août et hommage leur a été rendu, de façon plus ou moins marquée dans les médias : la si passionnante et libre Jeanne Moreau, l'élégant Claude Rich, le dramaturge Sam Shepard, Jean-Claude Bouillon, héros télévisuel de mon enfance... Mais est passé naturellement beaucoup plus inaperçu mi_août le décès de Paule Neyrat, diététicienne et gastronome, co-auteur de livres de cuisine et très active dans de multiples domaines de la nutrition et de la gastronomie. Camille Labro l'avait rencontrée il y a quelques mois à l'occasion de la sortie de son livre, "Manger heureux, vivre vieux, mourir en bonne santé".

paule neyrat,manger heureux vivre lontemps mourir en bonne santé,diététicienne gastronome,alain ducasse,nature

Pour ma part, j'avais entendu parler d'elle depuis longtemps, et notamment de ses collaborations avec Alain Ducasse (elle avait participé au très bon Nature) . Et j'avais été très étonnée et touchée quand elle avait chroniqué mon livre de façon très sympathique l'année dernière lors de sa sortie (sans doute l'attachée de presse lui avait-elle envoyé). Elle avait dû garder mon nom en tête car, juste avant l'été, quand j'ai été contactée par une équipe coréenne pour un reportage sur le chocolat, c'est elle qui avait donné mon contact

J'avais feuilleté son livre, été attirée par les recettes, mais moins par les considérations nutritionnelles, que je ne connais que trop... Toutefois, j'ai eu finalement envie de l'acheter quand j'ai appris sa mort, me disant que ce dernier livre, signé toute seule, était en quelque sorte son testament culinaro-nutritionnel et vu son long parcours expert, il méritait de l'attention.

Du coup, mon hommage personnel a consisté à réaliser plusieurs recettes de saison issues de cet ouvrage (et ce n'est pas fini !) :

- sa "poudre magique" à base de fruits secs, curcuma, graines de chanvre, à saupoudrer partout (un alicament selon elle, mais aussi très bonne au goût),

paule neyrat,manger heureux vivre lontemps mourir en bonne santé,diététicienne gastronome,alain ducasse,nature

- de la sauce chermoula très parfumée,

- une soupe de courgettes à la mozzarella,

paule neyrat,manger heureux vivre lontemps mourir en bonne santé,diététicienne gastronome,alain ducasse,nature

- des aubergines farcies à la mozzarella et gratinées,

paule neyrat,manger heureux vivre lontemps mourir en bonne santé,diététicienne gastronome,alain ducasse,nature

- une cocotte de pois chiches aux poivrons,

paule neyrat,manger heureux vivre lontemps mourir en bonne santé,diététicienne gastronome,alain ducasse,nature

toutes délicieuses et pas compliquées. Ce sont surtout le goût et la simplicité qui m'intéressent, plutôt que le fait de manger tel ou tel aliment pour ses vertus. Mon credo est davantage d'avoir le maximum de variété d'aliments pour bénéficier des bienfaits de chacun sans avoir à se poser trop de questions.

Et vous, quelles disparitions vous ont touché(e) ?

22/08/2017

Alors, les vacances ? 1er épisode, on part au soleil ?

Comme je l'avais dit ici, j'ai été invitée début août à tenir une conférence à Gordes, beau village du Lubéron. En effet, chaque année, le Groupement Oléicole du Vaucluse organise une Fête du vin et de l'huile d'olive sur une journée, avec des animations, dégustations, conférences...

20170803_181000.jpg

20170806_111804.jpg

J'ai assisté à une bonne partie de la journée, très sympathique. Il y a eu un concours d'aïoli évalué par plusieurs chefs locaux, qui m'a rappelé le concours de pesto organisé par l'épicerie RAP & co l'année dernière à Paris. Les participants étaient soit de la région soit d'ailleurs et le gagnant faisait son premier aïoli. On pouvait ensuite participer à un apéritif pour les goûter. Puis j'ai été conviée à un "Grand Aïoli", très bon et riche en échanges sympathiques.

20170806_113549.jpg

20170806_114359.jpg

20170806_120535.jpg

20170806_135621.jpg

Puis le thème de ma conférence était Stop aux diktats, vive la liberté alimentaire et j'ai eu l'impression que les spectateurs ont bien apprécié ce que je disais et les échanges qui ont suivi. On a parlé manger sainement, cuisiner, bien manger sans se ruiner, laisser tomber les régimes, problème de monotonie de repas... Une personne du public, de passage dans le coin, a été tellement emballée qu'elle m'a demandé si je pouvais la prendre en consultation tout de suite après, ce que j'ai fait.

20170806_174508.jpg

Vu le temps pour venir à Gordes (TGV + TER + bus), je n'allais pas me contenter d'un voyage d'une journée ! J'en ai donc profité pour rester 3-4 jours et m'adonner à deux de mes activités favorites : lire et nager. J'avais en effet trouvé une plaisante chambre d'hôtes un peu en dehors du village (15-20 mn à pied par un plaisant chemin). Les petits déjeuners y étaient très sympathiques et variés (pain, confitures maison, fromage, fruits...). En revanche, comme je l'avais déjà expérimenté lors d'un séjour il y a 4 ans, la gastronomie du lieu n'a rien de fabuleux. Depuis, Pierre Gagnaire a pris en charge un restaurant d'hôtel, mais ce n'est pas vraiment dans mes prix ! J'ai donc fait simple (salade ou poisson) le midi et pique-niqué sur la terrasse de ma chambre face aux oliviers le soir. 

gordes,luberon,huile d'olive,vaucluse,groupement oléicole du vaucluse,aioli,concours d'aioli,conférence nutrition,liberté alimentaire,cavaillon,melon

gordes,luberon,huile d'olive,vaucluse,groupement oléicole du vaucluse,aioli,concours d'aioli,conférence nutrition,liberté alimentaire,cavaillon,melon

20170807_081855.jpg

20170807_084306.jpg

20170807_084320.jpg

Au retour, je suis passée par Cavaillon, petite ville assez peu passionnante où je me suis bricolée un dîner autour du melon (brut, en confiture, confit dans du panettone).

20170807_185956.jpg

Après cette courte escapade ensoleillée, retour à Paris !

Et vous, avez-vous refait votre stock de vitamine D au soleil ?

31/07/2017

A bientôt !

Bon mois d'août et bonnes vacances si vous en prenez. Et sinon, août est souvent un mois propice à ralentir même si on travaille, à profiter des douces soirées, à flâner où que l'on soit.

On peut relire ces quelques suggestions sur l'art de manger en vacances, se demander si on a plutôt l'habitude de mincir ou de grossir en vacances (sans se mettre de pression et surtout pas se programmer un régime !) et puis cuisiner et surtout manger des mets simples et savoureux à son rythme.

Et le HuffPost s'est demandé cette fois ce que mangeaient les diététiciens en vacances et ce qu'ils pensent des glaces, beignets et autres plaisirs ensoleillés. Ne culpabilisons pas, écoutons nos envies, faisons-nous confiance et il est peu probable qu'on aura envie de se nourrir de beignets... Cela me rappelle une phrase d'une patiente mise en exergue dans mon livre : "Depuis que je peux manger des frites quand je veux, j'ai envie de brocolis !".

Belles journées d'été et à bientôt vers fin août sans doute, à moins que je ne vienne avant, vous raconter Gordes, où je serai en conférence le dimanche 6 août. 

bien manger en vacances,diététicienne en vacances,gordes,liberté alimentaire,ralentir