Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/09/2016

La gourmandise ne fait pas grossir : les événements se suivent et se ressemblent...ou pas !

J'ai eu ces derniers jours plusieurs occasions de rencontrer des personnes en lien avec la sortie de mon livre. A chaque contexte particulier, un style de public un peu différent. Mais beaucoup de préoccupations similaires, que penser des modes alimentaires "sans", comment arrêter les régimes, comment bien manger au quotidien sans se ruiner ni y passer des heures, peut-on vraiment manger de tout et perdre du poids, etc. Sur tous ces sujets, je n'ai bien sûr pas de réponse magique mais j'informe, j'explique, j'incite à prendre du recul, comme je le fais, un peu autrement, dans mon livre.

Ces rencontres continuent et les deux prochaines devraient être de tonalités assez différentes l'une de l'autre.

Mardi 27, à partir de 20h00, j'aurais le plaisir d'une rencontre-dédicace autour du très combatif Xavier Denamur, dans son café-librairie La Belle Hortense, dans le Marais. L'occasion de débattre du bien manger pour tous, de la malbouffe, de l'agro-alimentaire, etc. autour de quelques gourmandises à grignoter élaborés par le chef des Philosophes et probablement d'un bon verre de vin (avec modération) puisque la soirée s'appelle "Pages et Cépages"... 

La Belle Hortense, 31 rue Vieille du Temple, Paris 4eme

belleHortence.jpeg

Vendredi 30, de 18h00 à minuit, je participerai à la Nuit Blanche des Métiers : Profession Passionnés, organisée par la librairie Mots en Marge à la Garenne Colombes. Outre les échanges et dédicaces, des tables rondes sont prévues. J'y serai toute la soirée et, à 19h30, j'aurai le plaisir de débattre avec le Chef pâtissier Nicolas Bernardé sur le thème "La gourmandise est mon métier". D'autres intervenants passionnés sont prévus au programme, comme l'explorateur Jean-Louis Etienne, la journaliste Audrey Pulvar, ou le jardinier Alain Barraton par exemple (liste complète en cliquant sur le lien ci-dessus). La soirée promet d'être riche...

la gourmandise ne fait pas grossir,la belle hortense,xavier denamur,malbouffe,bien manger pas cher,mots en marge,nuit des métiers,nicolas bernarde,dieteticienne gourmande

Nuit Blanche des Métiers, Immeuble Atrium, 10 Place de Belgique, La Garenne Colombes (face à l'arrêt de tramway Charlebourg : Tram T2 depuis La Défense direction Bezons).

Si vous êtes Parisien(ne) ou de proche banlieue et avez envie de me rencontrer/d'une dédicace, vous êtes bienvenu(e) à l'un ou l'autre de ces sympathiques moments. Ensuite, peut-être vais-je partir sur les chemins des autres villes françaises... 

 

 

 

19/09/2016

Venez, venez, jeudi 22, la Bastille devient gourmande !

Comme je l'ai déjà dit, une dédicace, ce n'est pas seulement l'occasion de repartir avec un livre et un petit mot dedans, d'ailleurs, vous n'êtes pas obligé(e) d'avoir ces envies de groupie... C'est d'abord la possibilité d'être sûr(e) de trouver le livre pour le feuilleter (eh oui, il n'est pas encore partout !). Et c'est aussi et c'est important pour moi, l'occasion de se rencontrer, d'échanger un peu, de parler thématiques alimentaires, de comprendre ce qui vous préoccupe et vous intéresse. Ne soyez pas timides !

Alors, si vous êtes de Paris ou de la proche banlieue, venez à la Bastille ou plus exactement à la librairie L'Arbre à Lettres Bastille, 62 rue du Faubourg Saint Antoine, dans le 12eme, jeudi 22 à partir de 18h30 à 20h00. Je vous attends avec gourmandise !

 

Arbre_a_letttres_affiche.jpg

16/09/2016

On se rencontre ?

Vous lisez le blog depuis quelques jours, quelques mois, quelques années. Vous êtes muet(te) ou vous commentez quelquefois.? Ou fréquemment ? La sortie de mon livre ne serait-elle pas l'occasion de se rencontrer, d'échanger autour de son thème ? A Paris, il y a plusieurs occasions. Il y aura Lille aussi. Le Salon du Livre Gourmand de Périgueux. J'ai le projet de "visiter" quelques villes de France. J'ai quelques pistes mais ce n'est pas finalisé.

20160913_211439.jpg

Dites-moi où vous aimeriez que je vienne. Je ne pourrai pas aller partout bien sûr, je ne peux pas abandonner mes patients mais je serai ravie si je pouvais mettre des têtes sur quelques noms. Ou croiser des lecteur-trices silencieux... A vous !

12/09/2016

Jeudi 15, chez Terroirs d'Avenir, on va parler livre, pain et goûter !

Ca y est, le livre est sorti et je suis impatiente d'avoir des retours de lecteurs/trices*. Ceux qui commencé à picorer dans le livre semblent contents et cela me ravit. Tout le premier tirage est parti dans le réseau de distribution donc on peut imaginer qu'il est facile à trouver. En fait, cela semble très variable car, heureusement, il reste beaucoup de librairies en France... Certains libraires l'ont commandé, d'autres non. Il faudra juste un tout petit peu de patience si vous le commandez à votre libraire ou en ligne.

Le lancement à l'épicerie RAP a été fort sympathique. Mais ce n'était que le début !

Dès jeudi, si vous êtes à Paris, vous pourrez me retrouver jeudi 15 de 17h00 à 20h00 à la boulangerie Terroirs d'Avenir, rue du Nil, dans le 2eme arrondissement (métro Sentier).

Terroirs2.jpg

ll s'agira à la fois :

- de dédicacer mon livre à ceux/celles que cela intéresse (toujours au prix de 13 euros).

- d'échanger autour du thème du pain, en présence du boulanger Shinya Inagaki, qui pourra donner des éclairages concrets sur la fabrication du pain. On se demandera par exemple : Qu'est-ce que du bon pain ? faut-il avoir peur du gluten ? etc.

- de déguster quelques-uns des fameux pains de cette boulangerie que je fréquente assidûment.

Terroirs1.jpg

Je serais ravie de rencontrer certains d'entre vous à cette occasion.

Et toujours la liste des "événements" qui suivront, ainsi que quelques avis sur le livre, dans la colonne de gauche du blog. Sans doute bientôt des dates de dédicace dans quelques autres grandes villes.

boulangerie terroirs d'avenir,shinya inagaki,pain vertueux bon pain,pain aul levain,fau-il avoir peur du gluten,la gourmandise ne fait pas grossir

Fort sympathique buffet préparé par l'épicerie RAP pour la dédicace-lancement

 

*Si vous avez envie de m'envoyer votre avis sur le livre, écrivez-moi à l'adresse mail : toutelagourmandise@gmail.com. Merci d'avance !

08/09/2016

Jour J : "La gourmandise ne fait pas grossir !" sort aujourd'hui !

Désolée de vous "saoûler" avec la sortie de ce livre mais c'est un moment important pour moi. Pas seulement parce que c'est l'aboutissement d'un travail certain. Mais surtout parce que j'aimerais vraiment qu'il rencontre un écho large et favorable. Pas du tout pour l'argent que cela me ferait gagner ! Il faudrait vraiment en vendre beaucoup, et l'argent n'est pas un but en soi pour moi. Pas pour la pure gloire non plus, je n'aspire pas à la célébrité. Non, c'est parce que j'aimerais tant qu'il puisse aider des personnes, si nombreuses, qui sont en difficulté, en stress, en lutte, en désamour, avec la nourriture, à retrouver le plaisir de manger sans culpabilité et donc une tranquillité alimentaire qui rend la vie plus simple. Si vous connaissez des personnes dans cette situation, parlez leur peut-être du livre. peut-être pourra-t-il les aider sans prétendre au miracle évidemment. Un livre, c'est ainsi la possibilité de toucher un autre public, pas forcément demandeur d'une prise en charge diététique ou n'en ayant ni le temps, ni les moyens, ni la possibilité géographique.

C'est un livre facile d’accès et grand public, enfin je crois, anti-régime bien sûr. Il s'agit d'un abécédaire aux thèmes variés (grignotage, stress, bio, chocolat, calories, interdits, sport, frustration…), que le lecteur a la liberté de picorer selon ses envies. Il s'agit pour moi :
- de lutter contre les diktats et croyances alimentaires, l’obsession de la minceur, qui font de l’alimentation une source d’angoisse,
- de donner des pistes concrètes pour retrouver une relation sereine à la nourriture et le plaisir de manger,
- d'inciter à prendre un peu de recul sur son alimentation.

Et comme je vous le disais, il y aura plein d'occasions sympathiques de se rencontrer, je mets à jour la liste dès que j'ai des informations fiables.

la gourmandise ne fait pas grossir,ariane grumbach,diététicienne anti-régime,diététicienne gourmande,paris 9,carnets nord,bien-être alimentaire

C'est ce soir chez RAP Paris 9eme !

01/09/2016

Avec mon livre à partir du 8 : plein d'occasions de me rencontrer !

Mon livre sort le 8 septembre, plus qu'une semaine à patienter ! D'ores et déjà, plusieurs événements fort sympathiques se préparent et ce n'est pas fini. J'ai créé donc une page "Evénements" sur ce blog, que je mettrai à jour régulièrement. Et je compte bien ne pas me limiter à Paris ! D'ailleurs, si vous avez des suggestions pour organiser une rencontre-dédicace dans votre ville, dites-le moi, peut-être pourra-t-on l'envisager au fil du temps. A chaque fois, l'idée n'est pas de faire seulement des dédicaces mais d'en profiter pour échanger et répondre à des questions qu'on se pose sur l'alimentation, il y en a tant.

Le 8, on fête le lancement chez RAP, dans le 9eme. Puis, le jeudi 15, j'aurai le plaisir d'être à la boulangerie Terroir d'Avenir et on parlera plus particulièrement pain, gluten et tout ce qu'on entend autour...

Blog_evt_photo.jpg

31/08/2016

Alessandra, merveilleuse ambassadrice de l'Italie et véritable gourmande BCBT

Cela fait quelques années que nous fréquentons l'épicerie italienne RAP, d'abord rue Rodier, puis rue Fléchier dans un cadre plus lumineux et spacieux. Même là, les étagères débordent de mets appétissants et la place manque pour toutes les richesses gourmandes dénichées dans les diverses régions d'Italie. Au fil de nos visites, nous avons toujours eu le plaisir d'échanger avec Alessandra Pierini, la créatrice de ce lieu, et de nous émerveiller de sa connaissance de la cuisine et des produits italiens et de sa curiosité insatiable. Et j'ai fini par me dire qu'elle avait bien l'air d'une gourmande BCBT (Bien dans son Corps, Bien dans sa Tête). Elle a eu la gentillesse de se prêter au jeu de l'interview et de me faire quelques confidences... Grazie Alessandra !

Alessandra_rap.jpg

Votre définition de la gourmandise

C'est se faire plaisir avec ce qu'on mange et boit. C'est se préparer quelque chose de bon qu'on a envie de manger. C'est encore mieux si c'est un moment partagé mais ça me va même de bien manger seule.

Votre gourmandise favorite

Les compotes de fruits maison. J'en prépare et j'en mange tout le temps ! Je les fais en mélangeant les fruits, j'ajoute du citron, des épices. J'adore les manger encore tièdes. Et elles permettent de faire de jolis desserts très facilement avec un fond de biscuits, une boule de glace, etc.

Votre dernière découverte gourmande ?

J'en ai fait deux récemment :

- une salée : une crème de courgettes à la menthe, envoyée par un fournisseur sicilien, vraiment délicieuse ! Onctueuse, douce, équilibrée, rafraichissante.

- une sucrée : un miel de pommier extraordinaire, goûté à la Maison du Miel, très original, qui a presque un goût de légume. Je le verrai bien accompagner un fromage de brebis.

Le plat / l’aliment que vous ne parvenez absolument pas à aimer

Certains abats, les oreilles, la langue de cochon, la cervelle, le foie, les tripes... Question de texture notamment. Mais je suis parfois obligée de goûter et, finalement, cela peut s'avérer très bon certaines fois, comme des tripes que j'ai mangées en Sicile. C'est parfois l'idée qu'on se fait d'un aliment qui prévaut plutôt que son goût réel...

Vous partez sur une île déserte, l’aliment que vous emportez absolument

L'huile d'olive, sans hésiter !

Que consommez-vous sans modération ?

Je mange de tout, mais jamais en grosse quantité. Ah, je consomme quand même l'huile d'olive sans modération ! Ou plutôt des huiles d'olive. J'en ai des différentes, pour la salade, le pain, le cru, le cuit, les légumes, etc. Et je suis toujours curieuse d'en découvrir de nouvelles, ce que je fais régulièrement. 

D’où vient votre tempérament gourmand ?

De ma famille ! Ma mère et mon père étaient bien complémentaires : ma mère faisait à manger (beaucoup) tout en mangeant peu et mon père mangeait (beaucoup) ! On vient d'Emilie-Romagne, région d'abondance, où on aime manger. Je me souviens des vacances dans la maison de ma grand-mère, près de Parme, au milieu des vaches, de la fromagerie, des voisins chez qui j'allais chercher des légumes de leur potager, de ma mère qui cuisinait tout car il n'y avait pas de commerce : le pain, les confitures, les gâteaux, etc.

Votre gourmandise inavouable ?

Je ne mange rien d'inavouable...mais parfois, j'ai un peu de mal à refermer le pot de pâte de noisettes pure.

La cuisine, c’est quoi pour vous ?

C'est pouvoir se faire plaisir avec ce qu'on aime, en assemblant des aliments. C'est ludique, c'est une détente, une distraction, un moment d'activité manuelle qui fait du bien. Ma mère m'a appris à cuisiner et aussi, en premier lieu, à faire les courses, à savoir choisir les aliments. Elle a toujours eu une exigence de bons produits et me l'a transmise. Je ne fais jamais de liste de courses, j'achète selon ce que je vois et qui me plait. Je fais une cuisine improvisée avec ce que j'ai dans le frigo. Par exemple, récemment, j'avais récupéré un talon de provolone, j'n ai coupé des tranches et l'ai roulé avec une escalope de dinde aplatie et de la pancetta, une sorte de paupiette, je l'ai fait cuire avec de l'huile d'olive, déglacée avec un peu de vin blanc, j'ai râpé une carotte et une courgette grossièrement et, ce n'était pas prévu au départ, j'ai eu envie de les faire revenir 2 minutes dans le jus de la paupiette : improvisé et délicieux ! (quel talent !)

Dans vos placards (et frigo), il y a toujours… ?

Des huiles d'olive, des câpres, des olives, des anchois, du bon beurre (pour une tartine de temps en temps ou des pâtes beurre et sauge), du très bon thon (pour une salade ou des pâtes), de la ricotta, des poivres et des épices (des curries, du curcuma, des herbes (romarin, sauge, thym...), des pâtes, du riz, du parmesan. Des noisettes et des amandes. Et de la peau de citron et d'orange séchée que je fais moi-même : j'en mets un peu partout, sur la ricotta, les salades, etc.

Votre madeleine de Proust, le goût que vous n’arrivez pas à retrouver ?

La "crostata" aux prunes de ma mère. C'était une pâte sablée bien beurrée, presque brûlée, avec de la confiture de prunes acidulée, le tout un peu caramélisé. J'en avais une part pour le goûter quand j'étais enfant. Et j'avais toujours envie d'en reprendre un peu mais je n'avais pas le droit. Quelle frustration ! Ma mère préservait en fait mon appétit pour le dîner.

Votre recette super-express et super-bonne ?

Des pâtes aux olives, câpres et anchois : tout simple et goûteux. 

L’effort que vous faites pour votre ligne ?

Aucun effort particulier. Je ne grossis pas, j'ai le même poids depuis l'âge de 16 ans... j'ai sans doute de la chance. (euh non, Alessandra, vous écoutez les besoins de votre corps et mangez sans excès !)

C’est quoi les régimes pour vous ?

De la tristesse. Ce n'est pas drôle de se priver, et je vois bien autour de moi que cela ne marche pas. Je n'ai jamais rencontré quelqu'un pour qui cela fonctionne.

Votre meilleure façon de bouger ?

Je marche beaucoup, j'adore marcher, surtout en ville, en étant attentive à tout ce que je vois. Mais pas de sport.

Une astuce gourmande pour embellir le quotidien ?

Créer autour de soi un environnement joli et gourmand, en gardant visibles le maximum d'ingrédients : une corbeille de fruits et légumes, une assiette avec quelques sablés maison, des épices à portée de main. Une ambiance avec les effluves de ce qui se prépare en cuisine.

 

Mille grazie Alessandra pour ces jolies confidences et continuez à nous régaler de tous ces merveilleux produits authentiques italiens !

RAP, 4 rue Fléchier, Paris 9eme (tous les jours sauf dimanche après-midi-lundi)

 

27/08/2016

La sortie du livre, c'est jeudi 8 et le lancement, c'est chez RAP !!!

Oyez oyez, chanceux Parisiens ! Je sais que certain(e)s sont impatient(e)s de découvrir mon livre, c'est très gentil ! D'ailleurs, je suis moi-même fort impatiente qu'il sorte, pour avoir des retours de lecteurs-trices ! 

Eh bien, il sort jeudi 8 dans toutes les bonnes librairies (je fais l'hypothèse que l'éditeur et le diffuseur auront bien fait leur boulot ;-)). Mais figurez-vous que, si vous êtes Parisien(ne), vous n'aurez pas forcément besoin de courir dans votre librairie préférée ou commander sur internet. 

Car, dès le jeudi 8 au soir, de 17h à 20h, je fêterai la sortie du livre à la fabuleuse épicerie italienne RAP, dans le 9eme. Ce sera donc l'occasion d'échanges et de dédicaces. Et Alessandra Pierini, sa fabuleuse patronne (dont je vous reparle bientôt), nous fera le plaisir de nous proposer un petit grignotage de quelques délicieuses spécialités.

RAP_lancement.jpg


En effet, ce livre ayant pour thème la gourmandise, j'ai souhaité ne pas me limiter à des dédicaces en librairies mais aussi investir quelques lieux gourmands.

Plein d'autres surprises (et séances de rattrapage) à venir, je vous en dis davantage très bientôt. Et pas seulement à Paris !

Alors, rendez-vous chez RAP jeudi 8, je serais tellement contente de voir certain(e) d'entre vous ! Et vous pourrez aussi faire le plein de merveilleux produits italiens.

RAP, 4 rue Fléchier, Paris 9eme (le long de l'église Notre Dame de Lorette / en bas de la rue des Martyrs).

26/08/2016

Sur les traces du thé japonais 1er épisode : multitude de moments théophiles

Le thé vert fait vraiment partie des fondamentaux du Japon. Il est souvent banalisé aujourd'hui, par exemple quand il est servi avec le repas au restaurant. Ou au contraire, il est parfois traité de façon snob et exagérément cérémonieuse. Peut-être un moyen de résister à l'invasion du café ? Alors que le maitre de thé Sen no Rikyu, grand codificateur de la cérémonie du thé au XVIème siècle, aurait dit La voie du thé n'est rien que cela : tout d'abord tu fais bouillir de l'eau, ensuite tu fais le thé, et tu le bois. Je suis assez adepte de cette vision ! Tout en aimant savourer de bons thés.

Nous sommes justement partis sur les traces de Sen no Rikyu, en allant revoir un temple où il a joué un rôle important, un des temples du Daitoku-ji, à Kyoto, et découvrir sa ville de naissance, Sakai, près d'Osaka. Cette ville, dont l'importance est révolue (mais qui conserve un rôle majeur dans la production de couteaux), cherche probablement à tirer partie de la célébrité de Sen no Rikyu côté tourisme et a aménagé récemment un espace de musée pour lui rendre hommage. Il ne subsiste de sa maison natale qu'un puits. Le musée était intéressant pour le resituer dans son contexte historique, visualiser la façon dont il a évolué vers une sobriété accrue pour les espaces de thé et dont ses descendants ont fait évoluer la cérémonie du thé. A cette occasion, on a dégusté un matcha préparé par une maître de thé.

Shizuoka est la première région productrice de thé japonais (je vous parlerai du thé de Shizuoka dans le 2eme épisode), Kagoshima dans le Kyushu, la deuxième. Et on a découvert par hasard que la régione d'Ise (davantage connue pour son temple shinto majeur) était la troisième zone de production. Par curiosité, nous sommes allés y découvrir le thé et avons été chaleureusement reçus dans une vieille boutique avec plusieurs dégustations avant de choisir.

japon,vacances au japon,thé vert japonais,thé vert,matcha,sencha,boire du thé au japon,glace au matcha,nanya,shizuoka,sen no rykyu,sakai,cérémonie du thé

Il y a eu de nombreuses autres occasions :

- C'est la boisson d'accueil dans les ryokan (auberges traditionnelles) : sencha ou matcha, en général avec une petite douceur, dans le hall dès qu'on arrive, ou dans la chambre. Selon le niveau de l'hôtel, on vous sert ou on vous met à disposition du thé, il est en vrac ou en sachet, il y a une pâtisserie fraîche ou pré-emballée.

japon,vacances au japon,thé vert japonais,thé vert,matcha,sencha,boire du thé au japon,glace au matcha,nanya,shizuoka,sen no rykyu,sakai,cérémonie du thé

japon,vacances au japon,thé vert japonais,thé vert,matcha,sencha,boire du thé au japon,glace au matcha,nanya,shizuoka,sen no rykyu,sakai,cérémonie du thé

 - un thé matcha peut aussi être servi avec une pâtisserie ou un dessert.

japon,vacances au japon,thé vert japonais,thé vert,matcha,sencha,boire du thé au japon,glace au matcha,nanya,shizuoka,sen no rykyu,sakai,cérémonie du thé

- Nous avons bu un thé dans un espace joliment consacré à la dégustation de thé (dans la pénombre) où l'on retourne souvent quand on séjourne à Tokyo,  Cha no Ha, au sous-sol du grand magasin Matsuya, dans le quartier de Ginza.

japon,vacances au japon,thé vert japonais,thé vert,matcha,sencha,boire du thé au japon,glace au matcha,nanya,shizuoka,sen no rykyu,sakai,cérémonie du thé

Le thé vert est aussi un ingrédient incontournable des desserts, entremets, glaces, pâtisseries...

japon,vacances au japon,thé vert japonais,thé vert,matcha,sencha,boire du thé au japon,glace au matcha,nanya,shizuoka,sen no rykyu,sakai,cérémonie du thé

japon,vacances au japon,thé vert japonais,thé vert,matcha,sencha,boire du thé au japon,glace au matcha,nanya,shizuoka,sen no rykyu,sakai,cérémonie du thé

On s'est en particulièrement régalés de glace au matcha grâce à la découverte du glacier Nanaya à Shizuoka et à Tokyo, qui propose sept degrés de glace au matcha, selon l'intensité du matcha, le grade 7 étant particulièrement richement doté en matcha. Découverte grâce à Robert Gilles, gourmet installé de très longue date à Shizuoka et multi-blogueur, qui n'ignore rien des richesses gustatives de sa ville. Nous avons goûté ces glaces à Shizuoka et nous y sommes retournés à Tokyo (où je me suis aussi régalée de sésame noir).

japon,vacances au japon,thé vert japonais,thé vert,matcha,sencha,boire du thé au japon,glace au matcha,nanya,shizuoka,sen no rykyu,sakai,cérémonie du thé

japon,vacances au japon,thé vert japonais,thé vert,matcha,sencha,boire du thé au japon,glace au matcha,nanya,shizuoka,sen no rykyu,sakai,cérémonie du thé

Et j'ai bien sûr rapporté une grande quantité de thés japonais variés dans mes bagages !

 

 

 

24/08/2016

Au Japon, régalons-nous des classiques !

Ma connaissance de la cuisine japonaise avait commencé, il y a bien longtemps (plus de vingt ans...), par la découverte des brochettes (yakitori) dans un restaurant proche de mon bureau d'alors. Puis sont venus les sushi. Puis toute la diversité de la cuisine japonaise, familiale ou de restaurant, simple ou sophistiquée. Ces deux premiers exemples sont d'ailleurs loin d'être les nourritures les plus répandues sur place. Durant notre séjour, nous avons mangé avec une grande diversité (je suis incapable de faire autrement !). Nous avons notamment savouré les grands classiques de la restauration japonaise, dans des endroits un peu chics sans être luxueux ou carrément populaires (je reviendrai en particulier sur le tofu dans un autre billet). C'est-à-dire : 

- les soba (nouilles de sarrasin) plusieurs fois. On a notamment découvert à Kyoto, Owariya, un restaurant de soba vieux de 550 ans (!) et proposant un assortiment d'assaisonnements pour accompagner plusieurs mini-portions de soba empilées. Amusant et délicieux.

P1120078_owariya.jpg

- le tonkatsu, filet de porc pané, accompagné de salade de chou et d'une fameuse sauce, de style sauce "Bulldog"dont chaque établissement garde jalousement la recette.

P1120264.JPG

- les tempura : nous sommes tombés par hasard à Nagoya sur un délicieux restaurant de tempura où l'on s'est régalés d'une succession fine et croustillante. J'ai aussi mangé des assortiments de tempura de légumes avec des soba.

P1120258.JPG

P1120048.JPG

P1120163.JPG

- le sukiyaki, un plat représentatif du développement de la consommation de viande au Japon à partir de l'ère Meiji. Toujours délicieux dans la chaîne Imahan, avec, outre la viande délicieuse, le plaisir d'observer les gestes précis et élégants de la personne qui fait cuire le bœuf.

P1120111_sukiyaki.jpg

- les takoyaki, une spécialité de la cuisine de rue d'Osaka (où nous avons passé une nuit), des boulettes farcies au poulpe, q'on mange brûlantes, savourées dans une minuscule échoppe recommandée par un passant.

P1120092.JPG

- l'oyakodon, un bol de riz avec oeuf et poulet.

japon, cuisine japonaise, vacances au japon, spécialités japonaises, variété alimentaire, tonkatsu, sukiyaki, takoyaki, tempura, soba, cuisine populaire au japon

- un plat très populaire et bon marché, qu'on mangeait pourtant pour la première fois, dans une gare où on n'avait pas le choix, mais qui s'est avéré très bon, l'omurice / omuraisu (contraction d'omelette et riz), une omelette farcie au riz.

P1120104.JPG

- bien sûr du poisson cru, notamment quand on se trouve près de la mer, sous forme de sashimi, sushi ou chirashi (bol de riz recouvert de poisson)

20160815_125241.jpg

Bref, on a très bien mangé ! J'espère qu'il en a été de même lors de vos vacances proches ou lointaines.