Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/02/2016

Vive les pommes ou un délicieux brunch 100% pomme

Tout a commencé par l'achat de pommes granny bio pour me refaire un jus de pomme verte car je trouve ce jus mono-fruit délicieux. Puis par la lecture d'une recette de gâteau riche en pommes chez Edda Onorato. A lors, il m'est venu l'idée de faire dimanche un brunch 100% pomme alors que j'étais en solo ce week-end. Evidemment, pas une mono-diète de pommes et rien que ça ! Mais des petits plats ayant tous une touche de pomme. Il y eut donc, sans trop réfléchir, avec ce que j'avais sous la main :

- une salade aux pommes rôties et noix de Pécan (pommes et noix poêlées au dernier moment, avec un peu de beurre et de sirop d'érable),

- une tartine de ricotta aux pommes et noisettes (pommes légèrement assaisonnées, noisettes torrifiées et concassées),

- des pseudo-pancakes au sarrasin et à la pomme avec du sirop d'érable : une impro car il me restait un demi-oeuf et un peu de crème liquide et je ne voulais pas gâcher la pulpe de pomme du jus, alors j'ai voulu tester au feeling (oeuf, crème, ricotta, farine de sarrasin, pulpe de pomme) et c'était plutôt réussi,

- une part du gâteau très pommes cité ci-dessus (préparé la veille),

- une compote pomme-poire-citron (préparée la veille),

tout cela avec trois variétés de pommes différentes, et

- le jus de pomme verte.

20160131_131858.jpg

Tout cela ne fut vraiment pas compliqué et l'ensemble a été délicieux. J'aime bien parfois me fixer un thème pour les repas, cela oriente la réflexion et évite de se perdre dans de multiples envies. Et c'est la preuve qu'il n'y a pas lieu de se lasser des pommes en hiver...

Et vous, variez-vous votre usage des pommes ? Les invitez-vous parfois hors des desserts ?

 

01/02/2016

Janvier deci-delà...sur internet

J'ai été pour le moins légère en termes de billets de blog ce mois-ci mais je reste fidèle à ce petit rendez-vous mensuel.

Alors, en ce mois de janvier, j'ai lu diverses choses intéressantes sur internet. En voici quelques-unes :

Cuisine et pâtisserie

J'ai bien envie d'essayer ce mode de cuisson des œufs pochés, suggéré par Pascale Weeks.

J'ai trouvé qu'étaient très bien faits ces deux billets écrits par Edda Onorato pour décrypter la chimie de la pâtisserie côté ingrédients centraux et cuisson

A propos de pâtisserie, une délicieuse pâtissière de Bordeaux en partance pour le Canada (que je ne connais que par les réseaux sociaux) a la gentillesse de partager plein de recettes sucrées .

 

Avenir de l'alimentation

Certains s'y intéressent, notamment Gilles Fumey, géographe de l'alimentation, qui a initié le site Food 2.0 Lab "Penser l'alimentation de demain" en liaison avec les travaux de son laboratoire.

Comportement alimentaire

Mince alors ! Une video pédagogique à l'intention des ados ou de leurs parents expliquant les troubles du comportement alimentaire de façon simple et imagée, sans simplification excessive. Elle est réalisée par la chaire ANCA, un organisme qui promeut une alimentation saine. Le questionnaire de dépistage et plus d'infos ici.

 

Vivre bien

Une belle interview du psychiatre Christophe André (qui prolonge ce qu'il racontait dans le passionnant livre Les psys qui est à donner en exemple de comment on peut agir sa vie malgré des déterminants sociaux et émotionnels pas évidents, en y travaillant sans répit bien sûr.

Un proverbe chinois cité par la prof de yoga Laurence Gay : «Quand le vent du changement souffle, certains érigent des murs, d’autres construisent des moulins»

Quelques conseils pour mieux utiliser son temps, suggérés par un moine zen : yapluka ?!

A propos du temps, une belle phrase essentielle à la fin d'un docu hommage à Bernard Maris : "Time is not money"...

Dormir : alors que je ne cesse de parler de l'importance de bien dormir, j'ai été intéressée le témoignage sincère de Géraldine Dormoy de L'Express Styles sur son nouveau rythme de sommeil.

Et vous, qu'avez-vous lu/vu en ligne d'intéressant ?

 

25/01/2016

Halte à la grossophobie médicale !

Je ne compte plus les tristes récits de mes patientes sur des moments douloureux avec des personnes du monde médical, en cabinet ou à l’hôpital. Les nombreuses fois où elles consultent pour un rhume, une angine, un problème capillaire, un projet d'enfant... Et où, au lieu de se concentrer sur la demande, l'interlocuteur évoque leur poids. Rarement de façon sympathique et chaleureuse. Bien sûr, il existe une masse de soignants bienveillants et attentifs. Mais trop ne le sont visiblement pas. Ou pas avec tout le monde.

Je me souviens de patientes en pleurs au début de leur grossesse parce qu'on les avait sermonnées, alertées sur tout un tas de dangers potentiels (mais pas du tout automatiques) liés à leur poids, sommées de se mettre au régime... 

Je me souviens aussi d'une réunion d'une réseau hospitalier en charge du cancer du sein : on nous avait décrit comment les situations stressantes que vivent des personnes obèses lors d'examens, mammographies... pouvaient peu à peu en conduire certaines à arrêter le suivi médical.

Si j'en parle, c'est que le sujet a resurgi de deux façons concomitantes :

- le récit d'une patiente il y a une quinzaine de jours.

- un article dans Libération, reprenant notamment une série de tweets que j'avais vu passer.

Ce n'est pas la première fois que le sujet est abordé dans les medias : il y a eu par exemple un article dans TerraFemina en septembre dernier.

Les personnes en surpoids sont rares à ne pas être conscientes de leur situation corporelle et, très souvent, elles en souffrent. Elles vivent dans un environnement majoritairement hostile, sans compter les difficultés à s'habiller, l'inconfort physique... Mais elles n'ont pas forcément davantage de problèmes de santé que les autres : leurs analyses de sang sont souvent impeccables... Alors pourquoi les ennuyer avec leur poids quand elles ne consultent pas pour cela ?

Beaucoup de personnes en difficulté avec leur silhouette sont fragilisés, manquant de confiance en elles, souvent confrontées à un environnement qui souligne leur manque de volonté... Mais est-ce le rôle de professionnels de santé d'enfoncer le clou ? Certes, beaucoup croient sans doute bien faire pour la santé de leur patient mais ils méconnaissent totalement la complexité de la relation à la nourriture et au poids. Beaucoup croient que "yaka" manger moins, faire du sport, se discipliner. Ceux qui se renseignent ont peut-être entendu parler des régimes mais n'ont pas eu le temps de creuser. Tous ne seraient-ils pas au moins tenus à de l'écoute et et de la bienveillance ? Et au respect de chacun, quel que soit sa silhouette... ?

grossophobie monde médical, médecins et obésité, bienveillance, professionnels de santé et surpoids

Quand elles connaissent les travaux du GROS, qu'elles consultent un thérapeute qui en fait partie, elles se laissent moins impressionner. Ainsi, il m'arrive "d'entraîner" mes patientes à répondre du tac au tac au professionnel de santé, à ne pas se laisser faire, à le recentrer sur le motif de la visite... Bien sûr, il est aussi opportun de changer de médecin si ce n'est  pas trop compliqué...

Comme le dit Martin Winckler dans l'article de Libération : "Si la personne ne mentionne pas la question du poids, il n'y a pas de lieu de l'aborder". Suggestion : cela ne pourrait-il pas devenir un "mantra" à formuler calmement si on se trouve confronté à ce type de situation : "Je n'ai pas mentionné le sujet du poids, il n'y a donc pas lieu d'en parler" et le répéter, répéter sans se démonter ?

Avez-vous connu des expériences de ce type ? Qu'avez-vous fait ?

Visuel Fotolia © scb13

06/01/2016

2016 : faites de SAM votre ami, il vous le revaudra !

Bon, ok, on sait, les résolutions de début d'année, ça ne sert pas à grand chose, ça ne tient jamais bien longtemps... Mais la pause plus ou moins tranquille de fin d'année vous a peut-être permis de prendre un peu de recul et de penser à vous. Car vous êtes important(e) ! Et c'est pourquoi j'aimerais que SAM devienne votre ami quotidien. Mais de quoi je parle ?!

Eh bien, je vous présente S.A.M : c'est un ami constitué des trois piliers vous permettant de mener une bonne vie :

- le SOMMEIL,

- l'ALIMENTATION,

- le MOUVEMENT.

Fotolia_©yoshi5.jpg

Les enfants savent réclamer à manger quand ils ont faim, bouger en tous sens spontanément puis s'écrouler quand ils ont sommeil. Pourquoi ne pas retrouver cette écoute intuitive de nos besoins si on l'a perdue ?

Dormir, c'est le pilier fondamental et souvent beaucoup trop négligé. Or, c'est tellement régénérant de dormir suffisamment. Faites-en l'expérience et vous jours se dérouleront bien différemment. Je rencontre souvent des personnes stressées, très émotives, fatiguées. Et qui, étrangement, ne font pas forcément le lien avec le manque de sommeil. Je suis vraiment triste pour ceux qui ont réellement beaucoup de difficultés à dormir et je les incite vraiment à en comprendre les causes (nervosité, angoisses, habitudes, alimentation, rythme...) pour sortir d'un état forcément pas optimal. Mais je trouve dommage que d'autres décident volontairement de se priver d'une dose de sommeil pour davantage remplir leurs journées.

Manger est un besoin fondamental bien sûr mais aussi un plaisir. Loin de moi l'idée de vous imposer une alimentation stricte et triste, bien au contraire ! Pas de privation, mangez de tout, aimez la variété, partez à la découverte de nouvelles saveurs. Et arrêtez de croire et vouloir appliquer toutes les fantaisies alimentaires que vous lisez ou entendez. Ecoutez plutôt les envies de votre corps, il sait ce dont il a besoin. 

Bouger, peut-être en a-t-on oublié la nécessité. De la même façon, je ne suis pas du tout une ayatollah du sport. Mais le mouvement, notre corps en a besoin : bougez, marchez, étirez-vous, dansez, pédales, nagez, tout ce que vous voulez et que vous aimez : essayez, si ce n'est pas déjà le cas, et vous verrez que vous vous sentirez très bien. Le plaisir plutôt que la performance.

Bien sûr, bien vivre, cela veut dire aussi être entouré de proches avec qui on se sent bien, d'être épanoui(e) dans son travail, de pratiquer des activités qu'on aime, ... Mais sans ces trois piliers SAM, vous risquez d'avoir du mal à profiter de tout le reste...

Alors, petit conseil à prendre si vous en avez envie, si vous en ressentez le besoin, pensez à votre nouvel ami SAM un peu chaque jour et demandez-vous si vous lui prêtez assez d'attention. Car si vous le faites, vous verrez que vous apprécierez... Et si vous avez des éléments de votre mode de vie à changer, prenez votre temps, écoutez-vous, faites-vous confiance.

 

Visuel Fotolia © yoshi5

02/01/2016

Réveillon simple, végétarien, bloguesque...et délicieux !

Cette année, j'ai choisi, un peu tardivement, de prendre en charge le dîner de réveillon, comme c'est souvent le cas, qu'il soit fruité, parfumé, orange... Je n'avais pas trop d'idée directrice cette fois. Au fil de l'élaboration du menu, j'ai décidé que le repas serait végétarien et serait guidé par l'idée de faire plaisir à Monsieur, en cuisinant certains de ses aliments préférés : châtaigne, chocolat, pomme de terre, avocat...

J'ai trouvé des recettes sympathiques sur mes blogs favoris, pas forcément festives ou coûteuses, que j'ai parfois adaptées et qui se sont avérées vraiment délicieuses. Ou d'autres selon les thèmes que je cherchais. J'avais choisi des plats que je pouvais majoritairement préparer en avance pour bien profiter du repas sans être bloquée en cuisine. J'ai tout servi en petite quantité afin qu'on apprécie l'ensemble du repas. Mais clairement, l'ensemble in fine fut bien nourrissant !

Voilà le menu, avec les liens si possible vers les recettes puisqu'elles ne sont pas à réserver à des jours de fête.

D'abord, j'ai préparé une jolie table, car le plaisir des yeux compte aussi bien sûr.

réveillon,repas de fêtes,repas de réveillon,repas végétarien,repas de fête végétarien,recettes de blogs

Trio d'entrées fromagères :

- Petites gougères au cumin, recette du livre de Clotilde Dusoulier cette recette proche d'Anne Demay à laquelle on peut ajouter du cumin si on l'aime.

- Dés de polenta au parmesan et à la roquette, inspirées de cette recette mais sans olives et sans chorizo (très bonnes mais la version d'origine est probablement plus forte en goût).

- Tartine d'avocat au chèvre et à l'ume (une garniture de burger végétarien trouvée chez Clea et adaptée sur une tartine).

réveillon,repas de fêtes,repas de réveillon,repas végétarien,repas de fête végétarien,recettes de blogs

Velouté de châtaignes au pecorino et à l'huile de truffe (huile pour Monsieur uniquement, je ne suis pas amatrice), recette d'Edda Onorato.

réveillon,repas de fêtes,repas de réveillon,repas végétarien,repas de fête végétarien,recettes de blogs

Salade de chou-fleur à la grenade, recette d'Edda Onorato d'inspiration Ottolenghi. J'ai adoré cette salade pleine de couleurs, de goûts et de textures. Pour cette recette, j'ai écrasé des graines de coriandre au suribachi (pilon japonais) quel parfum ! Bien plus satisfaisant que de la coriandre en poudre.

réveillon,repas de fêtes,repas de réveillon,repas végétarien,repas de fête végétarien,recettes de blogs

réveillon,repas de fêtes,repas de réveillon,repas végétarien,repas de fête végétarien,recettes de blogs

Salade de lentilles à la coriandre, car elles sont censées assurer la prospérité pour l'année qui commence.

réveillon,repas de fêtes,repas de réveillon,repas végétarien,repas de fête végétarien,recettes de blogs

Duo de patates rôties (pomme de terre et patate douce), recette d'Anne Lataillade, dans laquelle j'ai omis le poivron. Avec une petite salade de roquette.

réveillon,repas de fêtes,repas de réveillon,repas végétarien,repas de fête végétarien,recettes de blogs

Trio chocolaté :

- Fondant chocolat-noisettes (recette de de "torta caprese" d'Edda, réalisée avec des noisettes).

- Gâteau marbré (recette de l'auteure de livres de jeunesse Carole Saturno racontée dans le magazine du Monde).

- Crème au chocolat (projet de Chantilly au chocolat mais pas vraiment le résultat escompté, donnant une mousse entre la ganache et la chantilly).

réveillon,repas de fêtes,repas de réveillon,repas végétarien,repas de fête végétarien,recettes de blogs

Voilà un repas délicieux, varié, fort goûteux, qui nous a ravis, et probablement pas ruineux.

Et vous, qu'avez-vous mangé le 31 ?

Très belle année 2016 sereine et gourmande !

01/01/2016

Belle année 2016 !!!

 

Bonjour, retour de la Minute Gourmande pour vous souhaiter une

Voeux_2016_blog.jpg

 

31/12/2015

Décembre 2015 : je remplis mon garde-manger

Petit retour sur les bons côtés, les jolis moments de 2015, ceux dont je n'avais pas pris le temps de vous parler sur le blog, et ils vont nous amener tranquillement à la fin de l'année.

Cet été, je vous avais parlé de mon déménagement. Mais déménagement ne veut pas forcément dire emménagement immédiat... Il peut y avoir des étapes intermédiaires, des travaux, une installation progressive. C'est le cas pour moi. Mais j'ai commencé peu à peu à cuisiner dans ma nouvelle "maison". J'avais majoritairement liquidé mes stocks alimentaires avant de faire mes cartons. Du coup, décembre a été propice à quelques étapes de constitution d'un garde-manger de base de produits non périssables. Tout ne vous paraitra peut-être pas du domaine du basique indispensable selon vos propres besoins, question de goût...

Cela a commencé par une visite au Salon Saveurs début décembre. Cela faisait plusieurs années que j'avais espacé mes visites, manque de temps et relatif désintérêt. Mais cette année, j'étais libre le lundi matin et, après avoir reçu plusieurs invitations, j'ai pris la peine de regarder la liste des exposants sur le site et de voir qu'il y avait visiblement matière à une plaisante visite. Ce fut le cas et je suis repartie avec quelques emplettes sucrées : de délicieuses confitures de Stephan Perrotte (après en avoir goûté beaucoup sur le stand !), champion du monde de confiture. On avait déjà découvert les confitures qu'il a imaginées en partenariat avec la Maison du Miel et on était ravis d'échanger avec son associé et lui. J'ai apprécié son souhait de ne pas se développer trop vite pour être sûr de garantir le maintien du niveau de qualité. Je suis par ailleurs revenue avec du sirop d'érable, de la pâte de pruneau (pour changer un peu des pruneaux...).

20151207_121114.jpg

On a peu après fait une escale à l'Epicerie italienne Rap pour de la très bonne huile d'olive et des pâtes Martelli, la marque favorite de Monsieur.

En boutique bio et ailleurs, j'ai constitué un stock de toutes sortes de "graines" (céréales et légumineuses) pour mes bentos ou des dîners végétariens : quinori, boulgour, petit épeautre de Haute-Provence, du riz basmati Tilda (chez Velan, passage Brady), ...

20151223_173806.jpg


J'ai aussi acheté une variété de fruits secs et oléagineux, utiles pour les salades, le granola (je vais m'y remettre) voire à grignoter : noisettes, noix de pécan, noix de cajou, raisins secs, abricots secs, pruneaux... Et des flocons de céréales à manger tels quels, avec laitage et fruits ou à utiliser comme base de granola. De la farine, blé et sarrasin pour commencer, d'autres suivront au fil des besoins.

J'ai rendu visite à Laurence de Chocolatitudes, une de mes boutiques favorites pour me fournir en très bon chocolat à manger ou à cuisiner. Et, côté sucré, j'ai aussi acquis de la pâte de noisette, de la crème de marron... Des miels à la Maison du Miel.

20151223_173710.jpg

20151223_173741.jpg

Il me restait quelques épices, aromates, assaisonnements, mais j'ai refait un petit stock de ceux que j'utilise souvent (coriandre, cumin, paprika, cannelle...), du sésame, de la moutarde, des cornichons, du vinaigre de Banyuls de la Guinelle, que j'aime beaucoup.

20151223_173907.jpg

On a passé une commande à la Compagnie Bretonne du Poisson car on aime beaucoup leurs produits et je mange de temps en temps thon, sardines, maquereau qui agrémentent parfois une assiette composée.

Côté boissons, j'ai une bonne provision de thé arrivée tout droit du Japon.

Voilà... Avec tout ça, quelques bonnes recettes et plein de fruits et légumes de saison, on ne devrait pas mourir de faim !

Côté frais, il y a progressivement du beurre, des œufs, des yaourts, du parmesan, de la feta, de la ricotta...

Et vous, quels sont vos basiques du garde-manger ?

Très bon réveillon de fin d'année ! (vite, je pars en cuisine, à demain !)

30/12/2015

Novembre 2015 : je suis doublement fan d'Alexandre Bourdas

Petit retour sur les bons côtés, les jolis moments de 2015, ceux dont je n'avais pas pris le temps de vous parler sur le blog, et ils vont nous amener tranquillement à la fin de l'année.

Début novembre, quelques jours avant les terribles événements qu'on sait, c'était mon anniversaire. C'est toujours l'occasion de faire un délicieux repas, dans un registre qu'on ne s'offre pas tous les jours, sans tomber toutefois dans des excès démesurés dont nous ne voulons pas. Cette année, j'ai eu très envie de retourner au Saquana, le restaurant du chef Alexandre Bourdas à Honfleur, car on n'y avait pas mangé depuis fort longtemps alors que c'est un restaurant où j'ai de très beaux souvenirs. Et aussi parce que le restaurant va fermer prochainement pour une refonte complète (il ferme à partir de fin janvier pour quelques mois).

la pascade,saquana honfelur,alexandre bourdas,repas festif au restaurant

la pascade,saquana honfelur,alexandre bourdas,repas festif au restaurant

la pascade,saquana honfelur,alexandre bourdas,repas festif au restaurant

Un des plats merveilleux et surprenant de ce repas : "la daurade étuvée - chou-fleur râpé & semoule, amandes caramélisées & vinaigrette "chermoula""

D'ailleurs, démarche atypique et intéressante, Alexandre Bourdas a créé un blog pour raconter l'aventure de la refonte de son restaurant (en fait une totale refonte de tout le bâtiment qui abrite le restaurant et où il habite aussi avec sa famille). Une démarche de transparence et de réalisme du quotidien d'un cuisinier, qui veut aller à l'encontre du spectacle de la cuisine-réalité. Entretien à ce sujet et d'autres chez Atabula. Il y parle avec honnêteté et simplicité des étapes, des démarches, des aspects financiers, informatiques, architecturaux... de son futur Saquana.

Quelques jours avant, j'étais retournée déjeuner pour une n-ième fois à la Pascade, la deuxième table, parisienne, du chef. J'avais aimé, lors de l'ouverture, constater qu'il ne cherchait pas une installer une table bis mais à faire tout autre chose. Depuis j'y vais régulièrement car c'est toujours un plaisir de se régaler d'une pascade mêlant des ingrédients multiples de façon harmonieuse et relevée. Alexandre Bourdas ne manque pas d'imagination pour les renouveler de façon délicieuse mais il a eu aussi la très jolie idée de convier des amis du monde gastronomique ou des proches à imaginer leur propre pascade. 

Ainsi, en novembre, c'est le très médiatique Cyril Lignac, aveyronnais comme lui, qui a créé une pascade. J'avais préféré ne pas aller la découvrir le soir du lancement, au diable les mondanités, mais plutôt la goûter tranquillement 2-3 jours plus tard. D'autant plus tranquillement que j'y suis allée en décalé, à presque 14 heures, consultations obligent. Cette Pascade s'appelait "Un peu de tout… de tout un peu…" et mariait de façon délicieuse, croustillante et parfumée des crevettes au panko (panure japonaise), du citron vert et du lait de coco, de l'avocat et de la sucrine.

la pascade,saquana honfelur,alexandre bourdas,repas festif au restaurant

la pascade,saquana honfelur,alexandre bourdas,repas festif au restaurant

Plaisir d'une mini-pascade pour une touche onctueuse et chocolatée avec le café

La Pascade a justement (déjà) fêté son troisième anniversaire il y a quelques semaines et cela a été l'occasion d'un entretien d'Alexandre Bourdas avec à nouveau le site gastronomique Atabula.

Je ne suis pas du genre groupie, ni envers les chefs ni envers d'autres personnes. Mais j'apprécie beaucoup Alexandre Bourdas. Pourquoi ? Evidemment d'abord, il cuisine excellemment bien et sa cuisine est un régal. Mais pas seulement. Peut-on, en cuisine, faire abstraction de l'homme qui est derrière des plats ? Lui me parait être un "honnête homme", il parait heureux de pratiquer son métier sans chercher la gloire et la fortune à tout prix mais plutôt à bien vivre, à se faire plaisir, à continuer à créer des plats qu'on sera heureux de découvrir et de partager. Et aussi parce qu'il est très gourmand (c'est la moindre des choses pour un chef !) et cela se retrouve forcément dans sa cuisine généreuse et créative.

Complément le 31/12 : belle interview d'Alexandre Bourdas sur son façon de manager sur le site Bruit de Table

29/12/2015

Octobre 2015 : je me balade aux Batignolles

Petit retour sur les bons côtés, les jolis moments de 2015, ceux dont je n'avais pas pris le temps de vous parler sur le blog, et ils vont nous amener tranquillement à la fin de l'année.

Parmi les possibilités de se fournir en bons fruits et légumes, j'avais assez peu investigué le marché bio des Batignolles qui se tient le samedi matin dans le 17eme arrondissement. Impression de prix élevés et de clientèle chic. Mais mon amie Marine qui en est habituée m'a appris qu'il fallait simplement choisir son horaire et connaître les bons stands de vrais maraîchers. Elle s'est donc improvisée guide un samedi matin ensoleillé d'octobre.

Pour se donner du courage en début de marché, on a bu un jus d'herbe fait minute, éventuellement additionné de jus de fruits, vendu bien cher le petit gobelet. Mais c'est censé faire tellement de bien, n'est-ce pas ?!

20151024_102736.jpg

Puis on a arpenté le marché, côté fruits et légumes, œufs, fromages... On a repéré les bons endroits, fait quelques achats et prévu de revenir une autre fois.

20151024_104602_batignolles.jpg

En complément, on a découvert un autre endroit dont j'avais découvert le site internet auparavant, sans bien comprendre son fonctionnement : Au Bout Du Champ, un petit point de vente de produits locaux : on peut commander sur internet et venir chercher sa commande mais j'ai découvert qu'il y avait aussi des produits disponibles à la vente sur place. L'intérêt : c'est local, c'est proche, c'est largement ouvert. Et ne nous laissons pas rebuter par les casiers, tout est frais. Bien envie de tester !

20151024_110711.jpg

20151024_110757_boutduchamp.jpg

Enfin, toujours dans le même quartier des Batignolles, on est allés déjeuner au Bal Café, avant que la foule ne s'y presse. C'est un brunch le week-end mais pas de formule imposée, on choisit des plats (plutôt copieux et nourrissants) à la carte. J'ai choisi un welsh rarebit (croque gallois au cheddar et à la Guiness) car je n'avais jamais goûté ce plat : pas de grand emballement car cela manquait de diversité gustative... Je préfère les plats de la semaine du Bal Café.

batignolles, paris 17, marché bio des batignolles, bal café, au bout du champ, légumes bio, acheter local, légumes d'ile de france

Merci Marine pour la balade !

Marché bio des Batignolles : le samedi matin 9h-15h, terre plein du boulevard des Batignolles (n° 27-35 et 34-48)

Au Bout du Champ, 20 rue des Dames, Paris XVIIe

Bal Café, impasse de la Défense, Paris XVIIe

28/12/2015

Septembre 2015 : je vais au marché avec les chefs !

Petit retour sur les bons côtés, les jolis moments de 2015, ceux dont je n'avais pas pris le temps de vous parler sur le blog, et ils vont nous amener tranquillement à la fin de l'année.

Un dimanche de septembre, dans le cadre de la Fête de la Gastronomie s'est déroulée une opération, orchestrée par Relais & Châteaux, que j'avais pressentie intéressante et qui l'a confirmé : Allons au marché avec les chefs ! En plus, cela se passait tout près de chez moi.

Il s'agissait d'un marché de maraîchers, mais pas n'importe lesquels, des producteurs venus de dix régions de France, fournisseurs de légumes et de fruits de haute qualité pour des chefs multi-étoilés. Du coup, les stands du marché étaient tenus par des duos chef/maraîcher, réunis pour nous faire découvrir de beaux et bons légumes de saison. Et nous inciter à cuisiner et manger bon et sain.

allons au marché avec les chefs,fete de la gastronomie,relais et chateaux,marché de chefs

J'avais craint une grande affluence (les photos publiées ensuite me l'ont confirmé), du coup j'y suis courageusement allée de très bonne heure, vers 8h15 (Etre voisine, cela facilite !). Ce fut une bonne idée, il y avait alors très peu de clients. Du coup, tout le monde, chefs et maraîchers, étaient assez disponible. Olivier Roellinger, qui avait préparé une soupe, pestait un peu contre la plaque de cuisson peu performante pour sa grande marmite mais cela s'est vite arrangé avec l'aide de Julien Dumas, qui lui a gentiment prêté la sienne en complément...

allons au marché avec les chefs,fete de la gastronomie,relais et chateaux,marché de chefs

Sur place, j'ai découvert, outre la richesse et la variété des stands, qu'on pouvait aussi faire une bonne action en se régalant au profit de l'ANDES (dont j'admire le travail) : chacun des chefs avait conçu une recette servie en mini-portion et la vendait 2 euros au profit de cette association. Malheureusement, j'avais un déjeuner au restaurant prévu le midi et je ne voulais pas me couper l'appétit, sinon, je crois que j'aurais goûté beaucoup de choses... Je me suis contentée de très légères lamelles de céleri au pesto de céleri joliment préparées par Julien Dumas, le jeune et sympathique chef de Lucas-Carton, associé au célèbre maraîcher Joël Thiebault.

allons au marché avec les chefs,fete de la gastronomie,relais et chateaux,marché de chefs

J'ai fait quelques courses de saison (les toutes dernières tomates venues du Sud ont tenu compagnie à des poireaux crayons, des haricots verts et haricots coco du maraîcher d'Olivier Roellinger, Eric Bocel, des carottes et céleris-raves de Joël Thiebault, ....

allons au marché avec les chefs,fete de la gastronomie,relais et chateaux,marché de chefs

Donc, opération plaisante et réussie, qui sera sans doute renouvelée. Mais est-ce utile ? Une telle opération un peu chic (mais un effort avait été fait sur les prix, m'a-t-on dit) atteint-elle l'objectif (que je suppose) de donner envie aux Parisiens de retourner au marché et de délaisser un peu le supermarché ? Encore faudrait-il sans doute des horaires adaptés et une vraie différence de qualité sans des prix déraisonnables...

Et vous, vous allez parfois, souvent, jamais au marché ? Vous aimez ça ?