Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/10/2017

Et si on s'occupait de la taille des portions ?

Dans mon travail quotidien, j'accompagne mes patients vers la reconnexion à leurs sensations alimentaires, manger quand on a faim, s'arrêter quand on est rassasié(e). Mais parfois on ne fait pas très attention, ou on ne veut pas gâcher, et alors, il est intéressant de définir en amont une portion conforme à son appétit habituel. Au début, quand on cherche à cerner son appétit, on peut aussi se servir dans une plus petite assiette puis se demander si on a encore faim pour autre chose ou pour se resservir. De même, si on a envie d'une conclusion sucrée, on apprend peu à peu à évaluer la taille du plat qu'on a besoin de manger pour garder une place pour ce dessert.

Mais les industriels, les lieux de restauration rapide ne jouent pas forcément ce jeu-là. Ils ont même parfois tendance à proposer des buffets à volonté, des "deux pour le prix d'un", et des portions de plus en plus grandes. Or, tout le monde n'est pas connecté à son ressenti, loin de là, et des études, notamment aux Etats-Unis ont montré que la taille des portions jouait un rôle dans le développement de l'obésité. Que ce soit un plat, un hamburger ou un soda, il semblerait que, plus on vous en donne, plus vous en consommez.

Il serait donc intéressant pour tous de revenir à des portions plus raisonnables, mais en diminuant le prix évidemment (je rêve peut-être ?!).

Ou encore mieux, de proposer plusieurs tailles de portions. En effet, chaque personne est différente, n'a pas le même appétit, peut avoir envie de goûter divers plats au cours d'un repas, ... Malheureusement, c'est rarement pris en compte dans les restaurants et autres lieux de bouche.

Il y a bien sûr la possibilité d'emporter une partie du repas non consommée et le système du "doggy bag" ou "gourmet bag" commence à se développer. Je l'encourage vivement mais tous les plats ne s'y prêtent pas.

J'ai toutefois repéré quelques pistes en la matière.

De quoi s'inspirer : lors de notre dernier voyage au Japon, on s'est retrouvés dans une petite gare sans avoir déjeuné et on s'est tournés vers une sorte de restaurant rapide qui proposait des Omurice (prononcer "Omeu-raiseu"), une omelette farcie au riz, spécialité populaire japonaise. Avec plaisir, j'ai constaté que quatre formats différents d'omelette étaient proposés, ce qui permettait de moduler vraiment selon son appétit. J'ai pris la plus petite et cela m'a suffi.

taille des portions,appétit variable,limiter la taille des portions,deux tailles de portion,les petits plats,boulangerie la prairie,pizza al taglio

Menu Omurice au Japon

A Paris, il existe de plus en plus de pizzerias "à la coupe", "al taglio". J'apprécie la Pizza di Loretta non seulement pour la qualité de ses pizzas mais aussi pour la possibilité de calibrer les parts de pizzas. Dans d'autres endroits, il y a un menu avec plusieurs parts mais de taille standard, ce qui enlève beaucoup d'intérêt à cette approche.

taille des portions,appétit variable,limiter la taille des portions,deux tailles de portion,les petits plats,boulangerie la prairie,pizza al taglio

J'ai entendu parler d'une autre pizzeria qui proposait deux tailles de pizzas. On m'aussi parlé de plusieurs qui donnent la possibilité de prendre une demi-pizza avec de la salade. C'est peut-être pour les personnes qui "font attention" et veulent concilier plaisir de la pizza et raison de la salade... Mais je trouve cela intéressant car je vois souvent des personnes qui n'ont pas l'appétit de manger une  pizza entière de restaurant.

J'ai aussi déjeuné cet été dans un très sympathique et bon restaurant, les Petits Plats, qui propose chaque plat en version petit plat/plat. Ce qui permet de faire éventuellement entrée-plat (petit)-dessert si on en a envie et d'avoir la variété sans une trop grande quantité.

taille des portions,appétit variable,limiter la taille des portions,deux tailles de portion,les petits plats,boulangerie la prairie,pizza al taglio

Poulpe à la plancha en "petit plat"

Dans les salad-bars, il existe souvent deux tailles de contenants pour se servir selon son appétit (et son budget). Ainsi, chez Sonat, par exemple, on peut choisir entre un petit bol et un grand bol. Le petit bol est pour un petit appétit ou peut être accompagné d'une soupe ou d'un dessert par exemple.

On peut aussi, au restaurant, ce que je pratique parfois, et recommande à mes patientes à l'appétit modéré, prendre une entrée et un dessert.

J'ai aussi trouvé une idée intéressante à la boulangerie La Prairie dans le 9eme : certains gâteaux sont déclinés en petite portion, inférieure à un gâteau standard mais plus grand qu'un petit four. Cela a été imaginé pour les enfants mais convient très bien aux personne qui ont envie d'une "note sucrée" après la partie salée (sandwich...) et pas faim pour un vrai gâteau. Il me semblerait intéressant aussi que les boulangeries proposent deux tailles de sandwiches.

taille des portions,appétit variable,limiter la taille des portions,deux tailles de portion,les petits plats,boulangerie la prairie,pizza al taglio

Et vous, connaissez-vous des lieux proposant une variété de tailles de portions ?

 

30/09/2017

Septembre : que de chouettes rencontres !

Le mois de septembre a été plutôt dense en consultations, sans doute un certain effet des bonnes résolutions, nouveaux départs, ... liés à la rentrée. Toujours un grand bonheur pour moi de découvrir des personnes dans toute la richesse de leurs différences, je ne suis pas prête, je crois, de me lasser de cela.

Mais j'ai pourtant eu le temps de multiples rencontres souriantes, passionnantes, joyeuses, gourmandes... Chronologiquement, c'est plus simple...

- J'ai rencontré la journaliste Anne Eveillard qui a un regard éveillé (euh, pas terrible le jeu de mots ;-)) et atypique sur le monde qui l'entoure. C'était à l'occasion du vernissage de l'exposition Etres Singuliers, une série de portraits de personnes du monde de la gastronomie. Cela se passait à la Librairie Appétit, et j'ai fait la connaissance d'une partie de l'équipe de la librairie et échangé avec des personnes sympathiques. 

- J'ai emmené Monsieur découvrir Soên 1738, un petit comptoir à thé japonais, et cela a été l'occasion d'un long échange intéressant avec l'initiatrice du lieu, une Française passionnée de thé, qui a vécu quelques années au Japon. 

fete de la gastronomie, mokonuts, ibrik, soen 1738, graines d'un paris d'avenir, bruit de table

- J'ai revu avec grand plaisir les gourmands Eliane alias Mingou Mango et Arnaud alias Fulguropain et nous avons partagé un fort plaisant petit déjeuner chez Mokonuts, lieu que j'adore à toute heure (pour moi, un délicieux gâteau prune-cardamome et une boisson à la pêche et verveine).

20170911_102018.jpg

- J'ai assisté à un colloque à Bercy autour du produit dans la cadre de la Fête de la Gastronomie, écouté des intervenants plutôt intéressants et j'ai notamment eu le plaisir d'y retrouver par hasard la très pâtissophile Agathe alias My Little Recettes.

20170914_110436.jpg

- J'ai passé un moment fort sympathique avec Florence, cuisinière ambulante alias Lulu Martha B et Fanny, pâtissière sans gluten car atteinte de la maladie coeliaque au café Ineko où je retournerai volontiers déjeuner.

20170914_155441.jpg

- J'ai petit déjeuné avec la charmante Julie alias Madame Ganache chez Ibrik, de leur granola que j'adore.

fete de la gastronomie,mokonuts,ibrik,soen 1738,graines d'un paris d'avenir,bruit de table

- J'ai déjeuné d'un bobun avec Marine avec qui j'aime toujours beaucoup échanger et ébaucher des pistes de réflexion sur des tas de sujets.

fete de la gastronomie,mokonuts,ibrik,soen 1738,graines d'un paris d'avenir,bruit de table

- J'ai assisté à une intéressante conférence au sein de l'Ecole du Cordon Bleu, à nouveau dans le cadre de la Fête de la Gastronomie et j'ai notamment beaucoup l'intervention de Pierre Georgel, paysagiste qui aménage des espaces végétaux notamment sur des toits, comme le potager du Cordon Bleu, qu'on a visité : c'était passionnant de l'écouter parler de tous les aspects à prendre en compte dans ce type de projet (évidemment la question spécifique du poids) et d'entrevoir l'équilibre qu'il s'efforce de trouver entre des modes de culture traditionnels et un contexte moderne (mais pas du tout "hors sol").

fete de la gastronomie, mokonuts, ibrik, soen 1738,

fete de la gastronomie, mokonuts, ibrik, soen 1738,

- J'ai récupéré mes crackers Résurrection, contrepartie de ma participation à leur financement et j'ai échangé un peu avec Nathalie, une des deux initiatrices du projet, que j'avais déjà croisée.

20170923_151444.jpg

- J'ai participé à la soirée d'anniversaire du site Bruit de Table, dont j'apprécie beaucoup l'approche ouverte et humaine du monde de la gastronomie, j'y ai revu de nombreuses personnes sympathiques. A noter, le très beau témoignage d'Alexandre Gauthier, le chef de la Grenouillère, sur ce site.

- J'ai assisté avec beaucoup d'intérêt à une partie de la journée Graines d'un Paris d'Avenir autour des semences et écouté/rencontré/échangé avec le semencier-boulanger Roland Feuillas, que je revoyais avec plaisir, la chef Nadia Sammut, le très engagé maraîcher Xavier Mathias, la responsable de la Fête de la Gastronomie Sophie Le Bouleise qui défend le plaisir de manger comme moi.

fete de la gastronomie, mokonuts, ibrik, soen 1738,

les chefs Michel Bras, Patrice Gelbart, François Pasteau, Nadia Sammut et le maraîcher Xavier Mathias

- J'ai revu Roland Feuillas à l'occasion de l'ouverture à Paris d'une boulangerie similaire à celle de Cucugnan, en coopération avec le Pain Quotidien (je vous en reparlerai), le Fournil des Champs.

- J'ai pris un café avec la délicieuse blogueuse Clotilde Dusoulier et la journaliste-auteure Julie Gerbet. Non seulement Clotilde fête ses 14 ans de blog (c'est une des "ancêtres" des blogs culinaires français) mais elle a lancé il y a quelques mois un excellent podcast, Change ma vie, qui fait souvent écho, de façon concrète et pragmatique, au travail que je fais avec mes patients sur les pensées et les émotions.

Sinon, j'ai bien mangé évidemment (et pas que des gâteaux comme on pourrait le penser via ce billet !).

Et vous, avez-vous fait de belles rencontres ?

17/09/2017

Qu'est-ce qu'on mange ce soir ? Tout est possible !

Quatrième épisode de la saga des repas, parlons du dîner. Quand je dis que tout est possible, c'est à la fois sans doute le repas le plus libre (si l'on excepte ceux du week-end) car la plupart des contraintes de la journée sont passées, que personne ne vous impose quoi manger mais peut-être aussi le plus stressé car vous manquez de temps ou d'idées pour préparer le repas dont vous auriez envie, que vous êtes fatigué(e), que vous demander chaque jour "que va-t-on manger ?" vous stresse.

Essayons de voir comment on pourrait en faire le plus souvent un moment plaisant et gourmand sans y passer des heures de préparatifs. Je vais ici, comme pour les repas précédents, donner des pistes mais sans prétendre à l'exhaustivité ni aux miracles. Il ne faut pas se cacher que bien se nourrir, c'est-à-dire acheter des aliments, les cuisiner, les manger, requiert un minimum de temps. Il s'agit de l'optimiser et/ou le rendre plaisant.

Avant le dîner

Les idées et les courses. Ou les courses et les idées.

Si on n'est pas très sûr(e) de soi en cuisine, il vaut mieux réfléchir en amont à ce qu'on voudrait cuisiner, se plonger dans son répertoire culinaire de saison (à constituer au fil du temps), glaner quelques idées appétissantes sur internet ou dans les livres de cuisine. Et peu à peu les noter quelque part. Avant d'aller faire les courses :

20170916_154312.jpg

Liste de courses en fonction de ce qu'on veut cuisiner ou achats libres et décider après, chacun fait ce qui lui convient pour éviter le stress du soir

- on consulte son agenda pour voir combien de dîners on fera chez soi (en prenant en compte les différents styles de dîners selon les participants, les horaires en fonction d'activités associatives, culturelles, sportives..;le soir).

- on fait le point des stocks : on regarde si on a déjà des aliments disponibles ou des plats qu'on voudrait décongeler.

- en fonction de cela et des plats qu'on a envie de préparer (à imaginer plus ou moins précisément selon son tempérament), on fait une liste de courses,

- on fait les courses, si possible en amont. Il me parait, sauf exception, préférable de ne pas faire de courses le soir en sortant du boulot : cela retarde la préparation du dîner, il y a du monde, c'est stressant...

- en rentrant des courses, on range, éventuellement on nettoie, on coupe, on prépare certains ingrédients.

La cuisine en avance

En fonction de son organisation de vie, du temps dont on dispose le soir (horaire de retour, obligations familiales...), on peut cuisiner les plats du week-end en plus grande quantité, préparer des plats spécifiques pour la semaine ou préparer certains ingrédients (couper des légumes, les cuire...). Eventuellement blanchir et congeler certains légumes qu'on n'utilisera qu'en fin de semaine. Pour ma part, il me parait intéressant, surtout si on dispose d'un temps limité le soir, d'avoir un, deux, trois plats quasiment finalisés en début de semaine.

On peut décongeler un plat le matin pour le soir, en le plaçant au frigo pour la journée. ¨Pour ma part, n'ayant pas de micro-ondes, je pratique ainsi si je veux manger le soir un plat que j'ai congelé. Je suis d'ailleurs souvent étonnée du nombre de personnes qui semblent rechigner/hésiter à congeler des plats maison, par manque d'habitude.

dîner,bien manger tous les jours,qu'est-ce qu'on mange ce soir,casse-tête du diner

Cuisiner des légumes en quantité le week-end et en congeler des portions à accompagner de riz, semoule, épeautre, quinoa... est bien pratique 

Juste avant et pendant

Le soir

Si on peut préparer certains plats en avance, on peut aussi alterner avec des dîners préparés rapidement (en l'ayant décidé avant) ou vraiment improvisés. Chez certaines personnes, il y a par exemple un soir (le vendredi ou le dimanche) où on fait une sorte de pique-nique de restes. Il y aussi des soirs où on peut préparer un plat rapide, et ce n'est pas seulement des pâtes au beurre. Pourquoi pas des pâtes mais celles peuvent être thon-tomate-olive (avec une bonne sauce tomate ou des tomates cerise), brocoli-anchois (j'ai même une fois fait une recette super express en décongelant des brocolis dans l'eau de cuisson des pâtes...), courgettes ou champignons qu'on fait revenir pendant la cuisson des pâtes,

20170905_194615.jpg

Des pâtes courgette-espadon, pas très longues à préparer (espadon du congélateur) donc envisageables au dîner si on y a pensée un peu avant

Si on a un peu de temps et besoin de décompresser de sa journée de travail, on peut essayer de prendre le temps de la cuisine comme un temps de détente et non une corvée à régler, ce que j'ai essayé de suggérer dans la préface de Cuisiner c'est méditer.

Et quoi préparer ? Contrairement à ce qu'on croit et pratique souvent, on n'a pas BESOIN de manger de la viande ou du poisson le soir, si on en a mangé (ou un équivalent) au déjeuner. Ce qui n'interdit pas d'en manger évidemment ! (exemples : poulet, thon, crevettes... dans un plat, œufs dans une quiche ou une omelette, jambon...) Mais le grosse entrecôte risque d'être un peu longue à digérer... Le soir est le bon point d'entrée pour s'habituer peut-être à ne plus voir la viande (ou le poisson) au centre de l'assiette... Par ailleurs, il ne faut absolument pas avoir peur des féculents. Non, les féculents le soir ne font pas grossir. Ils rassasient et évitent d'avoir faim au moment de se coucher (ce qui risque d'arriver si le dîner est uniquement composé de légumes, salade légère...). Un dîner plaisant, rassasiant et pas lourd peut tout à fait être composé de légumes et féculent. Sous diverses formes : une soupe, une salade et du pain, des pâtes au légumes, des légumes de couscous et de la semoule, de la ratatouille et du riz. Mais aussi une part de quiche et de la salade ou un bol de soupe, un gratin de légumes...

Le dîner est prêt !

Il me parait important :

- de ne pas être affamé(e) pour ne pas se jeter sur le dîner,

- de prendre quelques instants de détente avant de commencer à manger pour profiter du repas,

- d'avoir éventuellement une vision globale du repas si on a envie d'un dessert ou de fromage,

- de ne pas se servir trop. Si on n'est pas sûr(e) de bien évaluer son appétit, il vaut mieux se servir une petite portion et se resservir si on a encore faim

- de manger à table. Même si on décide de manger quelques restes ou un encas si on n'a pas très faim, on peut les présenter joliment dans une assiette.

- de manger tranquillement, en prenant le temps de savourer chaque bouchée,

- de s'arrêter quand on n'a plus faim. Ce qu'on n'a pas mangé sera encore là demain !

 

Après le dîner

Si on mangé un repas adéquat en composition et quantité, on doit le digérer facilement et se coucher sans lourdeur. Plus on dîne tard, plus on a intérêt à manger un repas facile à digérer, donc pas trop copieux, pas trop lourd.

Avez-vous des questions, des suggestions, des pratiques à partager au sujet de vos dîners ?

14/09/2017

Goûter ou ne pas goûter, là est la question...

Il parait que goûter, c'est pour les enfants. Nous, adultes, nous n'en avons pas besoin. D'ailleurs, on nous serine qu'il faut faire trois repas par jour. Pourtant, il m'a semblé voir récemment quelques odes au goûter pour tous. Un coup du lobby des boulangers-pâtissiers ?!  Alors, qu'en penser ? Si on utilisait la célèbre méthode d'investigation QQOQCCP (un peu dans le désordre !) ?

Qui

Potentiellement tout le monde. Certaines personnes ont toujours besoin d'un goûter, c'est leur rythme naturel, elles ont plutôt un petit appétit, sont vite rassasiées, ont besoin de manger souvent.

D'autres personnes sont de façon naturelle sur un rythme de trois repas par jour. Mais les contraintes professionnelles, de transport, familiales ou habitudes sportives ou culturelles...les amènent à dîner beaucoup plus tard que ce dont elles ont auraient naturellement besoin. Du coup, un en-cas ou goûter leur permet de tenir jusqu'au dîner tranquillement. 

Si en revanche, on dîne relativement tôt, comme dans beaucoup d'autres pays, il n'est pas forcément nécessaire de faire un goûter.

Il est donc intéressant d'observer si on a vraiment besoin de manger quelque chose ou si on le fait par automatisme, peur d'avoir faim, habitude...

Quoi

Tout est possible ! Un goûter doit répondre si possible à plusieurs caractéristiques : être plaisant, être pratique vu le contexte, être rassasiant mais pas trop, juste ce qu'il faut pour tenir jusqu'au dîner. On m'a récemment demandé de décrire un goûter équilibré. Mais ça n'existe pas ! Là encore, je crois qu'on mélange manger équilibré et manger sain. Une pomme, ce n'est pas un goûter équilibré, un fruit ne représente pas l'équilibre à lui tout seul ! Pour le côté sain, il me semble que c'est toujours mieux de penser produits bruts ou maison ou peu transformés.

- l'aspect rassasiant est à expérimenter. Il s'agit d'être tranquille jusqu'au prochain repas sans se couper l'appétit pour celui-ci (sauf cas exceptionnel d'un goûter très copieux parce qu'on l'a décidé)

- l'aspect plaisant est très personnel. Sucré ou salé ? Fruité ou chocolaté ? Ne culpabilisez pas si cela vous parait riche, c'est sans doute bien nourrissant et donc à manger en petite portion. Ne vous forcez pas à manger quelque chose qui ne serait que "raisonnable" et ne vous apporterait aucune satisfaction si ce n'est celle de contrôler rigoureusement votre alimentation. Ainsi, nombreuses sont les personnes qui mangent une pomme l'après-midi, mais combien s'en réjouissent vraiment parce que la pomme est savoureuse et choisie avec envie ?

goûter,en-cas,bien manger tous les jours,rythme alimentaire,le goûter ce n'est pas que pour les enfants,pâtisseries,croyances alimentaires

Cela fait un moment que la pomme est davantage fruit raisonnable que fruit défendu...

- l'aspect pratique dépend de votre contexte. Travail ou maison. Emporté, acheté, conservé. disponibilité d'un frigo ou pas. Non périssable si on n'est pas sûr(e) d'en avoir besoin. 

Donc, cela peut être par exemple un fruit de saison, des fruits secs et oléagineux, un peu de chocolat, un ou deux biscuits, une compote, du pain et du chocolat, du pain et du fromage, un laitage, le dessert du déjeuner, une part de gâteau maison...tout cela seul ou à combiner selon le besoin.

20170827_205125.jpg

On peut mettre de côté une part d'un gâteau qu'on a cuisiné s'il est facile à transporter dans une petite boîte

Quand

Ni trop tôt ni trop tard. Si c'est trop peu de temps après le déjeuner, on n'aura pas faim du tout. Si c'est trop tard, au-delà de 18h00 par exemple, on risque d'avoir trop faim car l'heure naturelle du dîner approche, et du coup, on peut avoir du mal à se contenter d'un petit en-cas. Alors que si on le prend vers 16h30-17h00, il peut permettre d'attendre le dîner tranquille. Certaines patientes ont du mal à accepter cette idée, marquées par l'injonction de ne pas manger entre les repas, craignant de trop se lâcher face à mets un peu "diabolisé", ou simplement trop absorbées par leur travail pour penser à manger. Mais souvent quand elles acceptent d'essayer, celles qui ont un dîner tardif constatent le mieux-être en fin de journée. A expérimenter !

Combien

Comme je le disais plus haut, c'est une quantité adaptée à votre besoin en fonction du temps prévu avant le prochain repas et d'éventuelles activités sportives par exemple. C'est en testant que vous trouverez vos repères et ce sont les vôtres et pas ceux décidés par un fabricant de biscuits qui a décidé du contenu de sachets par trois ou quatre, ou la poignée d'amandes qu'on vous a conseillé. 

Où & Comment

Bien souvent, cela se passe au travail. Et il ne faut pas avoir peur du regard des collègues, chacun a le droit d'avoir son propre rythme alimentaire. Parfois, cela peut être chez soi, parce qu'on y travaille ou qu'on rentre tôt. Si on décide de manger, il est bénéfique d'en faire une vraie pause et de savourer ce qu'on a décidé de manger. Parfois sur le trajet de retour : si possible, il est préférable d'avoir un minimum de confort et d'attention à ce que l'on mange. Dans tous les cas, on peut pratiquer les 3 AS dont je parle dans mon livre -Assez-Assis-Assiette (ou équivalent), démarche qui a notamment marqué ce journaliste de Slate.

Pourquoi

Pour ne pas arriver affamé(e) le soir. Pour ne pas "se jeter sur tout ce qui traîne" en rentrant. Pour ne pas grignoter pendant le repas des enfants et se couper la faim pour le dîner. Pour pouvoir prendre le temps de préparer un dîner plaisant et ne pas se tourner ers la solution la plus instantanée. Pour prendre un temps de décompression en rentrant sans être tenaillé(e) par la faim. Pour ne pas trop manger le midi par anticipation. Pour être en forme pour une activité sportive de fin de journée. Mais PAS parce que "il FAUT goûter" !

 

13/09/2017

Bien déjeuner, ça veut dire quoi au fait ?

Il n'est pas évident de donner quelques principes généraux concernant le déjeuner tant les contextes peuvent varier, entre la personne freelance qui mange chez elle, les salariés qui ont une cantine ou des tickets restaurant, les personnes qui sont dans un environnement citadin riche de propositions et ceux qui travaillent avec une unique supérette à proximité, etc.

On peut toutefois esquisser que bien déjeuner en semaine correspond à plusieurs aspects :

- Se mettre à table en ayant faim sans avoir trop faim : soit vous avez la liberté de manger quand vous avez faim, par exemple si vous déjeunez seul avec une certaine flexibilité, et vous pouvez attendre d'avoir faim pour manger ; soit vous avez des contraintes horaires, des collègues qui n'ont pas forcément le même rythme que vous. Dans ce cas, si vous avez faim trop tôt ou trop tard au regard de vos obligations, vous pouvez adapter votre petit déjeuner pour retomber sur vos pieds et avoir faim à peu près au bon moment. Il arrive ainsi qu'on me dise : "oh je pourrais largement attendre 13h-13h15 mais mes collègues sont réglés comme des coucous et veulent déjeuner à midi pile". Si on apprécie ses collègues, on peut réduire son petit déjeuner pour avoir faim à midi comme eux... Pour ne pas avoir trop faim, on peut trouver le petit déjeuner qui convient (cf billet précédent).

- Que vous soyez chez vous, à la cantine, dans une boulangerie/saladerie, au restaurant, prenez le temps d'évaluer à la fois votre faim et vos envies, sans agir de façon automatique. Méfiez-vous des formules qui ne vous correspondent pas forcément et donc ne sont pas si économiques que ça. Il est important que le repas vous plaise, ne crée pas de frustration, en tout cas la plupart du temps. Sinon, vous risquez de compenser la frustration par la quantité ou par un rattrapage ultérieur. Bien sûr, parfois, on mange pour se nourrir sans se réjouir, il vaut mieux que cela ne soit pas tous les jours si possible. A la cantine, si cela est possible, demandez une quantité adaptée (je sais que c'est souvent difficile d'interrompre le bras du serveur...).

bien déjeuner au travail, quoi manger au déjeuner, croyances alimentaires,

Chez Sonat, petite "cantine" que je fréquente de temps en temps, le grand bol végétarien satisfait mon appétit donc je ne prends pas de dessert 

- Arriver à table détendu(e) ou prendre quelques instants de détente, pour profiter du repas sans être pollué(e) par tout ce qui a précédé. Si possible, faire du repas une vraie pause. Ne pas parler seulement boulot.

- Ne pas s'obliger à faire un repas équilibré comprenant toutes les catégories d'aliments (viande ou poisson ou équivalent, légume, féculent, laitage, fruit) si cela va bien au-delà de votre appétit. Si vous en avez envie, adaptez les quantités, ou alors, gardez des éléments pour un autre moment : l'équilibre nutritionnel se fait sur plusieurs jours. 

- Il est toutefois intéressant de composer son repas pour qu'il soit rassasiant sans être lourd : il s'agit ni d'être plongé(e) dans une quasi-somnolence digestive ni d'avoir faim deux heures après. Pour cela, il est intéressant d'avoir une part de viande-poisson-oeuf-jambon-céréale & légumineuse qui va apporter des protéines rassasiantes, une part de légumes ou crudités (ou un fruit), une part de féculents (pain, pâtes, riz, semoule, pommes de terre...) fournisseurs d'énergie. Tout cela en quantité adaptée à son appétit. Ce n'est pas une obligation mais testez-le, vous verrez que ça marche. Toutefois, ne soyons pas rigides sur ce sujet, ce n'est pas toujours possible.

20170829_132608.jpg

Une assiette variée où l’œuf apporte des protéines rassasiantes

- Ne pas se mettre trop de pression à cuisiner : si on a l'obligation ou le souhait d'apporter son déjeuner, il est important que cela ne soit pas trop compliqué et consommateur de temps. D'abord, on peut le faire une partie de la semaine, deux ou trois jours, pas tout le temps, si on a d'autres possibilités le reste du temps. Ensuite, on a intérêt à profiter des moments où l'on cuisine, pour préparer davantage, par exemple cuire plus de riz u autre céréale ou garder une part d'un plat cuisiné le soir ou le week-end : partir d'une base disponible pour avoir seulement à la compléter, ne pas à la composer de toute pièce, me parait sage. 

IMG_20170904_201028_441.jpg

Exemple type d'un déjeuner vite prêt (un reste de farce de la veille (quinori-tomate-feta), un reste de riz aux girolles, complétés par des dés de concombre et de tomate, du basilic)

- Varier le plus possible son déjeuner au fil des jours pour des raisons de plaisir gustatif et d'apports nutritionnels variés. On peut aussi varier les lieux, les convives...

- Manger tranquillement sans se presser et donc, adapter son repas au temps disponible : si vous avez un court créneau disponible, il vaut mieux manger un sandwich calmement qu'avaler un repas à toute vitesse. Et si avez vraiment très peu de temps, vous pouvez manger un en-cas pour tenir et décaler votre repas à un moment plus adapté. 

- Ne pas faire des réserves pour la suite, ne pas manger par anticipation. De nombreuses personnes sont marquées par les messages du style "il ne faut pas grignoter entre les repas", "on doit faire trois repas par jour"... et donc ne veulent surtout pas avoir faim dans l'après-midi. Du coup, elles vont souvent manger un peu trop le midi "pour se caler" et tenir jusqu'au dîner. C'est à la fois inconfortable et pas toujours nécessaire.

- Si on n'a plus faim, ne pas se forcer à finir son assiette, son plat, sa gamelle, son plateau... Je ne sais pas du tout pour le gaspillage mais je crois qu'il est souvent possible d'agir en amont pour adapter la quantité ou si ce n'est pas possible, plutôt laisser que se forcer et sortir du repas avec lourdeur. Au restaurant, n'hésitez pas à demander un "gourmet bag" si le plat s'y prête.

- Il peut bien sûr cependant arriver pour de bonnes raisons que l'on mange un peu trop au déjeuner (super restaurant, dessert incontournable...) et alors, on peut attendre le retour de la faim et manger beaucoup moins le soir si c'est ce que réclame le corps.

Avez-vous envie de changer quelque chose à vos déjeuner ou sont-ils satisfaisants ?

 

 

12/09/2017

Parlons petit déjeuner en huit points

En cette période encore un peu de rentrée, je n'aime pas parler de bonnes résolutions. Mais parfois, le recul des vacances donne envie de changement. Peut-être pour les repas par exemple, sans se mettre de pression. Du coup, je vous propose une petite série sur le sujet. Commençons par le début, le petit déjeuner.

J'ai déjà parlé plusieurs fois du petit déjeuner sur ce blog, j'en parle aussi dans mon livre, j'ai été interviewée sur le sujet deux fois coup sur coup il y a quelques mois mais ce ne sont que de petits pas face aux croyances vraiment bien installées, et entretenues par nombre de mes collègues, autour de ce repas. Reprenons quelques idées. Sont-elles vraies, sont-elles fausses ?

1. Il faut absolument manger le matin

Combien de centaines de fois a-t-on entendu cela ! Oui, certes, SI ON A FAIM ! Ou si on SAIT par expérience qu'on aura faim une ou deux heures plus tard et qu'on préfère anticiper un peu, si on sait qu'on ne peut vraiment pas passer une matinée confortable sans manger. Quelle est votre situation ? Avez-vous faim en vous levant ? avez-vous faim peu de temps après ? Ou pas ? Si vous n'avez pas faim le matin, c'est peut-être que vous mangez trop le soir et donc vous pouvez essayer de diminuer un peu. Mais si vous êtes certain(e) de ne jamais avoir faim le matin et d'être tout à fait opérationnel(le) toute la matinée sans manger, il n'y a aucune raison de vous forcer. Même si votre mère vous l'a toujours dit ! Et, même si on a besoin de manger le matin, on peut sauter le petit déjeuner si on a ponctuellement fait un dîner trop copieux la veille. Si on n'a pas faim, l'important est toutefois de boire quelque chose.

2. Le petit déjeuner est le repas le plus important de la journée

Je me bats contre une autre idée bien répandue : qu'on peut manger autant qu'on veut le matin, car on "brûlera" tout. Non, on mange selon sa faim, à ce repas-là comme aux autres. Si, au global, on mange trop, on peut grossir, même si les excès sont le matin. Et mon mantra : CHAQUE PERSONNE EST DIFFERENTE, à chacun son rythme : ceux qui ont peu d'appétit le matin, n'ont pas à se forcer.

3. Il existe un petit déjeuner idéal

Récemment, on me demandait ce que serait un bon petit déjeuner équilibré. Cette notion me parait étrange dans la mesure où on ne va pas se forcer à manger toutes les catégories d'aliments dans un même petit déjeuner : l'équilibre se fait dans la durée. Ce qui est sûr, c'est qu'il faut boire pour se réhydrater après la nuit. Côté nourriture, certes, il faut probablement un apport d'énergie par un féculent (pain, céréales) mais pour certains un fruit peut suffire. On mangera sucré ou salé selon son goût, sa faim, sa façon de se rassasier. Les fruits ou laitages sont des options, tout dépend de la variété globale de votre alimentation. Le "bon" petit déjeuner en semaine me paraît être celui combine plaisir, praticité, rassasiement durable jusqu'au déjeuner.

petit dejeuner,quoi manger le matin,petit dejeuner equilibre

Ce petit déjeuner que j'apprécie (granola, yaourt, fruits crus ou cuits, thé vert) ne vous fait peut-être pas du tout envie !

4. Il ne faut surtout pas manger sucré le matin

Le "petit déjeuner à la française" (tartines/beurre et/ou confiture) est souvent décrié pour le pic de glycémie qu'il créerait et son côté peu rassasiant durablement. C'est en effet exact pour un certain nombre de personnes surtout si elles consomment du pain blanc style baguette de base ou pain de mie, et un élément sucré style confiture ou jus, ou des céréales du style pétales très raffinées. Mais ne généralisons pas quand même ! Certains mangent des tartines avec de la confiture ou du miel sans problème de coup de barre à 10h-11h ni impact sur leur poids. Laissons-les tranquille ! Alors qu'ils/elles ne se privent pas de ce plaisir...Mais si vous ressentez un coup de barre ou une vraie car votre déjeuner vous a peu rassasié, vous pouvez diminuer le sucre, changer le pain pour un pain plus rassasiant (voir plus bas), ajouter un fruit, du fromage, du jambon...

5. Il faut absolument petit déjeuner chez soi avant de partir travailler

Aucune raison pour cela ! On ne va pas tomber dans les pommes si on n'a pas mangé, contrairement à ce que croient certaines personnes. Sauf si vous avez un très long temps de transport et une faiblesse avérée. Si on ne peut/veut pas prendre son temps chez soi et/ou qu'on n'a pas très faim avant de partir, on peut très bien emporter un petit déjeuner nomade ou transportable. Ce sera a priori mieux nutritionnellement et économiquement que de passer systématiquement à la boulangerie...(manger une viennoiserie de temps en temps est un plaisir absolument autorisé mais peut-être pas tous les jours...). Parmi les possibilités, selon ses préférences et son appétit, on peut emporter un petit bocal composé de céréales style muesli ou granola, laitage et fruits frais ou secs / un petit sandwich salé ou sucré / un muffin maison / un smoothie un peu consistant / des fruits secs / un fruit / une compote / un laitage. On s'adapte selon la faim qu'on aura, l'heure où on prendra ce petit déjeuner, l'heure prévue du déjeuner. Et du frais ou fait maison ou artisanal me parait autant que possible préférable à des produits industriels...

petit dejeuner,quoi manger le matin,petit dejeuner equilibre

On peut préparer une fournée de mini-muffins, les congeler et les emporter au travail quand on en a besoin

6. On peut manger ce qu'on veut le matin

On m'a posé cette question et c'était plutôt dans le sens calorique je pense. Au-delà de cela, bien sûr que l'on peut manger ce qu'on veut, selon ses goûts et ses besoins. Sucré ou salé. Solide ou liquide. Froid ou chaud. Au Japon, on se régale de poisson grillé et de riz, de soupe miso et parfois de natto (soja fermenté) tandis que certains seraient très rebutés par un tel festin. La nouvelle tendance qui comble les foodistas, c'est le porridge, autrefois bien rébarbatif. Il peut devenir fort plaisant si on l'agrémente de fruits, fruits secs, graines... Et être relativement pratique si on le fait cuire la veille. Mais je ne vois pas en quoi ce serait un petit déjeuner idéal. Et, comme je l'ai répondu à une journaliste, on ne doit pas s'obliger à manger quelque chose qu'on aime pas. En France, on a une tradition de pain et, si on aime cela, il n'y a pas de raison d'y renoncer. 

7. Si on mange du pain, il faut prendre du pain complet

On a tendance depuis des années à idéaliser le pain complet qui serait plus riche en nutriments, plus rassasiant. Stop ! D'abord, il n'a de sens que bio, sinon, l'enveloppe du blé qui est conservée risque d'être particulièrement pourvue en pesticides. Ensuite, vérifiez qu'il vous plait gustativement, côté texture, ... Enfin, les personnes à l'intestin sensible risquent vraiment un inconfort avec le pain complet. Sortons des extrêmes (pain de mie super raffiné ou pain complet) et recherchons plutôt un bon pain, rassasiant et goûteux, par exemple un pain de campagne un peu brut, un pain au levain (pas si courant), sans s'interdire une bonne baguette tradition si on l'aime.

8. Halte au café au lait !

Le café au lait fait partie de ces habitudes souvent vouées à l'opprobre au prétexte que cela serait totalement indigeste. Peut-être pour certains...Mais encore une fois, je suis contre les généralisations. A chacun de voir s'il en a envie et s'il le digère bien. A titre d'exemple, qui comme je le répète ne vaut absolument pas généralité, mon cher papa boit une grande tasse de café au lait chaque matin depuis au moins soixante ans et il s'en porte très bien.

Conclusion

CHAQUE PERSONNE EST DIFFERENTE, ALORS A CHACUN(E) SON PETIT DEJEUNER, ET SI VOUS AVEZ ENVIE DE CHANGEMENT, FAITES DES EXPERIENCES, SOYEZ CURIEUX-SE !

 

 

 

 

11/09/2017

Revoilà notre ami SAM !

SAM, c'est l'ami de votre bien-être, votre compagnon pour penser facilement à prendre soin de vous via le Sommeil-l'Alimentation-le Mouvement. Peut-être était-il bien présent pendant vos vacances, où vous étiez plus tranquille, moins débordé(e), davantage à l'écoute de vos besoins. Mais sa place n'est-elle pas aussi dans votre quotidien ?

- Le sommeil : je ne cesse de répéter à quel point il est un socle incontournable et les personnes qui ont vraiment des difficultés à dormir le savent bien. Comme en matière de sensations alimentaires, vous pouvez faire confiance à votre corps, écouter ses signaux et ne pas trop faire comme s'ils n'étaient pas là en cours de soirée. Car, selon une image d'un spécialiste que j'ai bien aimée, "le sommeil est comme un train qui s'arrête en gare toutes les 90 minutes pendant 10 minutes". Si on laisse passer ces 10 minutes, il faut donc attendre 1h30 pour le prochain bon moment. C'est dommage... Je sais que vous avez l'impression que la soirée a passé à toute vitesse, surtout si vous devez vous occuper des enfants. Le temps n'est pas extensible... Mais ne vaudrait-il pas mieux parfois rentrer un peu plus tôt du boulot que rogner sur le sommeil, je pose la question ?!

sam sommeil alimentation mouvement,alimentation saine,bien dormir,santé sans stress

- L'alimentation : avoir une alimentation saine, plaisante et variée est sans nul doute un facteur de forme et d'énergie pour mener les projets qui nous tiennent à coeur. Je vous en reparlerai cette semaine au travers des particularités des différents repas. Et au fait, ça veut dire quoi manger sain ?! Je n'en peux plus du "hashtag" #healthy qui inonde sur les réseaux sociaux pour, soit glorifier des pseudo super-aliments, soit qualifier la moindre salade de quinoa ou jus de pamplemousse...

sam sommeil alimentation mouvement,alimentation saine,bien dormir,santé sans stress

- Le mouvement : le mouvement et pas obligatoirement le sport : bouger, danser, jardiner, marcher, faire du vélo... dans la vie de tous les jours. Ou avoir une activité sportive qu'on aime et qui nous fait du bien. Je connais (j'ai testé pour vous !) la complexité d'avoir une activité sportive régulière en trouvant la juste combinaison, rare, du bon créneau horaire qui ne bouleverse pas tout l'emploi du temps, du lieu qui ne nécessite pas de traverser la ville, du bon prof/coach sympa et compétent si l'activité le nécessite, du prix non exorbitant... On peut faire le point sur ses vraies envies, tester différentes activités pour trouver celle qui vous plait et pas celle qui est à la mode, ne pas se lancer tête baissée dans un abonnement annuel sans être sûr(e) de le rentabiliser. Mais aussi marcher davantage, réfléchir à ses itinéraires habituels, voir si on peut les faire évoluer pour être davantage en mouvement, ...Tout ce qui permet d'être un peu moins assis, un peu plus actif/ve.

sam sommeil alimentation mouvement,alimentation saine,bien dormir,santé sans stress

 Alors, où en êtes-vous de votre compagnonnage avec SAM ?

Dessins © sobakasu - Fotolia.com

 

08/09/2017

La gourmandise ne fait pas grossir ! : un an déjà !

Eh oui, c'est le 8 septembre 2016 que sortait mon livre "La gourmandise ne fait pas grossir !" Un an déjà !

Quelle satisfaction alors de l'avoir écrit. Et quel bonheur toute cette année d'en parler, de le présenter, de rencontrer des personnes intéressées, d'avoir des retours chaleureux et parfois très émouvants. Des personnes qui me disent qu'il les aide vraiment à cheminer sur le chemin de la tranquillité alimentaire. Même si je sais qu'un livre ne fait pas de miracles...

20170908_112117.jpg

Si, par hasard, vous n'avez jamais entendu parler de ce livre (est-ce possible ?!) ou que vous n'avez jamais eu l'occasion de le feuilleter, sachez que c'est un abécédaire très facile d'accès pour faire la paix avec la nourriture et sortir des diktats, régimes et injonctions de toutes sortes. Cet abécédaire comprend 128 mots et pour que cela soit vraiment concret, les voici :

la gourmandise en fait pas grossir,diététicienne gourmande,abécédaire,stop aux diktats,stop aux régimes,diététicienne anti-régime

la gourmandise en fait pas grossir,diététicienne gourmande,abécédaire,stop aux diktats,stop aux régimes,diététicienne anti-régime

Si vous avez des questions sur le livre ou autres sujets, n'hésitez pas !

31/08/2017

Alors les vacances ? 5eme épisode, plonger dans un autre temps, ou l'exposition Les jours sans

Il y a quelques mois, j'avais reçu le dossier de presse de l'exposition "Les Jours sans - Alimentation et pénurie en temps de guerre", consacrée à l'alimentation des Français pendant la deuxième guerre mondiale. Malheureusement pour moi, cette exposition se déroulait à Lyon, au CHRD (Centre d'Histoire de la Résistance et de la Déportation), mais elle m'a attirée par ce thème de la relation particulière et centrale de la nourriture durant cette période. Du coup, j'ai profité de l'été pour faire une courte escapade à Lyon. L'exposition est d'ailleurs centrée principalement sur l'expérience vécue dans la région.

20170816_113624.jpg

Probablement, certains d'entre vous avez des arrière grands-parents, grands-parents, parents selon votre âge qui vous ont raconté leur vécu pendant cette période, qui ont rendu cette période un peu concrète pour vous.

Sinon, il est difficile d'imaginer dans notre monde d'abondance actuel ce qu'ont vécu les personnes pendant ces années, les femmes qui passaient des heures à faire la queue sans forcément de résultat, la faim souvent ressentie sans pouvoir la combler, notamment quand on était adolescent avec des besoins importants, la débrouille pour bricoler des semblants de repas, les ersatz d'aliments, qu'il s'agisse du sucre, du café, remplacé par des mélanges divers (photo ci-dessous), ...

les jours sans,lyon,chrd,alimentation et pénurie pendant la guerre

La pénurie commence très vite au début de la guerre. Outre le manque bien réel, intense et durable de nourriture, l'organisation du rationnement a mis du temps à se mettre en place, avec notamment les tickets par âge ou métier. Les "J3" adolescents ou les travailleurs de force ont, c'est logique, vu leurs besoins énergétiques, droit à des rations plus importantes. En théorie, car bien souvent, les femmes font des heures de queue pour trouver des rayons vides...

les jours sans,lyon,chrd,alimentation et pénurie pendant la guerre

D'ailleurs, la colère gagne peu à peu devant les difficultés à trouver de quoi se nourrir et d'autant plus quand les personnes apprennent qu'une part non négligeable de l'approvisionnement est destinée aux Allemands (les pommes de terre notamment). Le gouvernement de Vichy est obligé de lâcher du lest à partir de 1941. Il autorise le "marché rose", consistant à pouvoir recevoir ou aller chercher des colis et provisions alimentaires dans la campagne environnante. Heureux ceux qui avaient dans leur famille ou leurs proches des paysans pourvoyeurs de denrées de première nécessité. Et il tolère le "marché gris" de troc de produits manufacturés contre des denrées alimentaires. Reste illégal le marché noir, mais c'est le plus important, pour ceux qui peuvent y accéder. Par ailleurs, les consignes du pouvoir pouvaient être assez étranges. On apprend par exemple qu'on avait demandé aux boulangers de vendre le pain rassis, le lendemain de sa fabrication, afin de le rendre moins attractif....

L'exposition fait ressentir ce qu'ont été les difficultés de cette période. Il y a par exemple des témoignages audio de personnes qui étaient enfants ou adolescents et racontent quelques souvenirs, que ce soit la grande maigreur vécue alors, ou l'horreur durable des rutabagas. Il faut être né bien après la guerre pour avoir envie d'en manger, de même pour les topinambours... L'objectif de la collecte de ces témoignages était en effet à la fois d'évoquer des souvenirs mais aussi d'en raconter la trace qui a perduré. Et en effet, s'est transmis souvent de génération en génération la peur d'avoir faim, l'incapacité à gaspiller, la nécessité donc de finir son assiette, le savoir-faire pour accommoder des restes. Selon les familles, certains aspects se sont toutefois perdus au fil du temps et du développement de la société de consommation, avec son abondance, ses facilités et ses tentations, qui a mis à mal ces principes.

les jours sans,lyon,chrd,alimentation et pénurie pendant la guerre

L'ambiance générale de l'exposition 

On pourrait vraiment pour cette période parler de la "charge mentale des femmes", ce sujet d'actualité, car elles devaient faire des heures de queue, imaginer des solutions pour trouver le basique indispensable, être créatives en matière de recettes sans les aliments usuels pour que les plats restent un peu appétissants... Débrouillardise et ténacité étaient des qualités essentielles mais j'imagine que le découragement devait être parfois plus fort... Le sujet des femmes était orienté. Le gouvernement de Vichy voulait en effet promouvoir une femme épouse et mère, qui s'occupe valeureusement de sa famille... Les magazines féminins proposaient quantité de recettes de restriction. L'exposition met ainsi en avant les écrits d'Edouard de Pomiane, récemment réédité par Menu Fretin, qui tentait de proposer des solutions adaptées aux temps difficiles. 

les jours sans,lyon,chrd,alimentation et pénurie pendant la guerre

Il y a eu par exemple un livre de recettes à base de miettes de pain (remplaçant la farine). Il était en effet devenu un réflexe d'utiliser absolument tout ce qu'on avait sous la main pour composer des plats le plus acceptables possible. 

les jours sans,lyon,chrd,alimentation et pénurie pendant la guerre

Le recul par l'humour et les chansons (une parodie de "J'ai du bon tabac" par exemple) resta toutefois présent, sans doute indispensable pour supporter la dureté des temps...

les jours sans,lyon,chrd,alimentation et pénurie pendant la guerre

L'aspect médical et santé est aussi abordé. Il est clair que la pénurie alimentaire a entraîné maladies, carences, problèmes de croissance et nombre de morts de dénutrition durant cette période même si cela n'a pas été quantifié précisément.

Il est d'ailleurs précisé que la Libération et la fin de la guerre, après une période d'euphorie, n'ont pas marqué la fin du rationnement. Celui-ci a continué et ce n'est que deux-trois ans environ après la fin de la guerre que la situation est revenue à la normale, avec un approvisionnement suffisant.

Un dernier volet présente quelques aspects de la nourriture dans les camps de concentration. Contexte alimentaire bien différent, bien plus privatif encore, assurant à peine la survie, et humiliant quand, par exemple, on ne dispose pas de couverts pour manger. Cela m'a fait penser à un témoignage de Simone Veil au sujet de l'impossibilité fondamentale de raconter ce qui s'était passé, au retour des camps. Elle donne ainsi une anecdote où elle essaie d'expliquer la privation de nourriture et une amie lui rétorque quelque chose du style : ah oui, c'est comme nous qui devions faire plusieurs km pour trouver des aubergines... (il me semble, je n'ai pas retrouvé l'émission où elle raconte cela). Il y avait aussi cependant le pouvoir d'évocation des recettes de cuisine que l'on se racontait, que l'on écrivait tant bien que mal pour se souvenir et rêver. Ou les recettes qui étaient un moyen de crypter des messages. Cela est évoqué par Jacky Durand ici.

Si vous voulez avoir un éclairage complémentaire du sujet, une émission La Marche de l'Histoire de France Inter y a été également consacrée : Les Jours sans 1939-1949.

Avez-vous dans votre famille des témoignages de ce temps ? Ressentez-vous encore les effets de ce qui a été vécu alors ?

---------

Ajout du 01/09/2017

Jacky Durand a fait un beau et large compte-rendu de l'exposition dans Libération

 

28/08/2017

Alors les vacances ? 4ème épisode, des disparitions, des hommages, le mien à Paule Neyrat

Si vous n'étiez pas en vacances sur une île déserte, vous avez probablement entendu parler de plusieurs disparitions de personnalités du monde culturel en août et hommage leur a été rendu, de façon plus ou moins marquée dans les médias : la si passionnante et libre Jeanne Moreau, l'élégant Claude Rich, le dramaturge Sam Shepard, Jean-Claude Bouillon, héros télévisuel de mon enfance... Mais est passé naturellement beaucoup plus inaperçu mi_août le décès de Paule Neyrat, diététicienne et gastronome, co-auteur de livres de cuisine et très active dans de multiples domaines de la nutrition et de la gastronomie. Camille Labro l'avait rencontrée il y a quelques mois à l'occasion de la sortie de son livre, "Manger heureux, vivre vieux, mourir en bonne santé".

paule neyrat,manger heureux vivre lontemps mourir en bonne santé,diététicienne gastronome,alain ducasse,nature

Pour ma part, j'avais entendu parler d'elle depuis longtemps, et notamment de ses collaborations avec Alain Ducasse (elle avait participé au très bon Nature) . Et j'avais été très étonnée et touchée quand elle avait chroniqué mon livre de façon très sympathique l'année dernière lors de sa sortie (sans doute l'attachée de presse lui avait-elle envoyé). Elle avait dû garder mon nom en tête car, juste avant l'été, quand j'ai été contactée par une équipe coréenne pour un reportage sur le chocolat, c'est elle qui avait donné mon contact

J'avais feuilleté son livre, été attirée par les recettes, mais moins par les considérations nutritionnelles, que je ne connais que trop... Toutefois, j'ai eu finalement envie de l'acheter quand j'ai appris sa mort, me disant que ce dernier livre, signé toute seule, était en quelque sorte son testament culinaro-nutritionnel et vu son long parcours expert, il méritait de l'attention.

Du coup, mon hommage personnel a consisté à réaliser plusieurs recettes de saison issues de cet ouvrage (et ce n'est pas fini !) :

- sa "poudre magique" à base de fruits secs, curcuma, graines de chanvre, à saupoudrer partout (un alicament selon elle, mais aussi très bonne au goût),

paule neyrat,manger heureux vivre lontemps mourir en bonne santé,diététicienne gastronome,alain ducasse,nature

- de la sauce chermoula très parfumée,

- une soupe de courgettes à la mozzarella,

paule neyrat,manger heureux vivre lontemps mourir en bonne santé,diététicienne gastronome,alain ducasse,nature

- des aubergines farcies à la mozzarella et gratinées,

paule neyrat,manger heureux vivre lontemps mourir en bonne santé,diététicienne gastronome,alain ducasse,nature

- une cocotte de pois chiches aux poivrons,

paule neyrat,manger heureux vivre lontemps mourir en bonne santé,diététicienne gastronome,alain ducasse,nature

toutes délicieuses et pas compliquées. Ce sont surtout le goût et la simplicité qui m'intéressent, plutôt que le fait de manger tel ou tel aliment pour ses vertus. Mon credo est davantage d'avoir le maximum de variété d'aliments pour bénéficier des bienfaits de chacun sans avoir à se poser trop de questions.

Et vous, quelles disparitions vous ont touché(e) ?