Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/06/2017

Quelle semaine ! Et ce n'est pas fini, direction Ancenis !

Certains courent tout le temps à droite à gauche et c'est leur rythme. Pour ma part, mes semaines côté boulot sont souvent rythmées et remplies principalement par les consultations et ça me réjouit car ce n'est jamais pareil.
Cette semaine, comme cela arrive parfois, est toutefois autrement variée.

Outre les consultations,

- J'ai répondu à Europe1.fr sur le sujet de la maigreur des adolescentes et comment agir suite à la parution de statistiques pas très rassurantes. Le manque d''argent est une raison centrale mais la restriction voulue aussi.

- J'ai répondu à des questions au sujet des galettes de riz soufflé, triste aliment star des en-cas minceur.

- J'ai été interviewée pour un documentaire d'une télé coréenne dans le cadre d'un documentaire sur les bienfaits du chocolat et le bien manger à la française : j'ai défendu le plaisir d'abord !

- J'ai été interviewé sur la place de l'alimentation dans la qualité de vie au travail dans le cadre d'un projet de livre.

- J'ai été conviée à une soirée sur l'économie collaborative par Ulule, site de financement collaboratif et la banque Monabanq pour parler de mon parcours dans une video. J'y ai appris des choses et j'ai eu le plaisir de goûter la cuisine des Cuistots Migrateurs, un traiteur à l'équipe constituée de chefs réfugiés, de revoir Marie Kerouedan, croisée sur les réseaux sociaux puis rencontrée à Périgueux, embarquée dans le joli projet anti-gaspi des  crackers Résurrection à base de drèches (résidus de fabrication) de la bière. J'ai goûté, ces crackers ne sont pas seulement vertueux mais aussi délicieux !

 - J'ai assisté à un très intéressant colloque de l'OCPop (Observatoire des Cuisines Populaires) sur le végétal et la place qu'il prend dans nos assiettes. Et d'ailleurs j'y ai répété qu'en France, majoritairement, au contraire des pays anglo-saxons, on ne mange pas pour sa santé si le plaisir est absent. Ce colloque a mis en avant de très intéressantes et inspirante actions et recherche sur l'alimentation et l'éducation alimentaire dont je souhaite qu'elles essaiment le plus largement possible.

- J'ai assisté aux entretiens de Nutrition de Lille sur le débat animal/végétal: tiens, ce n'est pas un hasard mais sans doute plutôt une sérieuse tendance. 

Dans ces deux colloques, on a parlé pur et impur, santé et risques, symbolique et sociologie, croyances et certitudes, préhistoire et modernité...

Et aujourd'hui je suis en partance pour le Salon du livre gourmand d'Ancenis, près de Nantes. J'y serai samedi après-midi.  Si vous êtes dans les parages, venez faire un tour : il y a plein d'animation pour enfants et adultes, de très bons produits et quelques auteurs sympathiques.

SLGA couverture FB.png

14/06/2017

Ce serait quoi l'indispensable si on vivait de peu ? (ou une délicieuse escapade à St Malo)

Il y a quelques semaines, nous sommes allés passer un long week-end, de vendredi à dimanche à Saint-Malo. Nous commençons à bien connaitre cette ville car nous y avons fait plusieurs courts séjours et c'est toujours un plaisir de s'y promener et surtout d'y contempler les variations de la mer, du ciel et du sable au fil des marées, le long du Sillon.

20170331_132224.jpg

20170331_183328.jpg

C'était un week-end festif et on a fait une délicieuse escapade à Cancale pour déjeuner au restaurant Le Coquillage de la famille Roellinger. Ce fut un parfait moment de variations gourmandes maritimes puis sucrée.

20170401_134749.jpg

20170401_142342.jpg

Pour le reste, on s'est régalés d’huîtres, crevettes et autres nourritures maritimes de saison. Et aussi de merveilleuses crêpes Suzette, préparées à table sous nos yeux ravis, dessert assez rare, surtout à prix abordable, au toujours sympathique Café de l'Ouest.

20170402_131817.jpg

20170402_135349.jpg

On a aussi découvert la Maison du Sarrasin, créée par le fondateur du Breizh Café, initiateur de multiples crêperies & co, qui fait ainsi la jonction entre Japon, Bretagne et folie du sans gluten. On y a été très bien accueillis et on a tout goûté (que des produits à base de sarrasin bien sûr). Je suis repartie avec deux fabuleux miels de sarrasin locaux (et sans aucune amertume que j'avais parfois trouvée dans cette variété de miel) et des grains soufflés et croustillants, que je dissémine depuis sur des bols de petit déjeuner ou des salades.

20170402_085109.jpg

Nous baladant dans les rues de la ville intra-muros, on est tombés sur une sympathique librairie qui avait un rayon Japon non négligeable. J'y ai trouvé l'Eloge du Peu, de Ryunosuke Koike, chroniqué quelques jours plus tôt sur l'excellent blog Lire le Japon. J'hésitais à l'acheter, étant déjà assez largement sortie du monde de la consommation excessive, mais j'étais curieuse et puis j'étais en manque de lecture pour le séjour et le train, alors allons-y. J'y ai trouvé intérêt malgré un côté un peu répétitif et insistant, car ce genre de livres donne toujours quelques pistes pour réfléchir sur soi. L'auteur n'est pas pour une ascèse triste mais plutôt pour peu, beau et bon, et un usage sage de son argent. J'ai été amusée de voir que, tout minimaliste qu'il soit, l'auteur attache de l'importance à la qualité de ce qu'il mange et choisit de bons ingrédients et je me suis reconnue dans quelques autres comportements.

st malo,saint malo,le coquillage,olivier et hugo roellinger,cancale,dieteticienne gourmande,maison du sarrasin,eloge du peu,sobriete joyeuse

Je suis cependant tout à fait consciente que je suis loin d'une consommation et d'un mode de vie vraiment minimalistes. La simultanéité de ce voyage et de cette lecture m'a fait réfléchir à ce que serait pour moi vivre de peu, par choix ou par obligation. Ce serait continuer à bien manger évidemment, ce qui est possible sans se ruiner en cuisinant de saison. Lire aussi, et pour cela, il y a les bienheureuses bibliothèques que je ne fréquente pas assez. Et me nourrir de belles rencontres. Et ce serait aussi pouvoir venir ainsi contempler la mer, tellement c'est un bonheur de chaque instant, émerveillant et régénérant. Je me dis que cela devrait être possible, ne serait-ce qu'en allant passer la journée au Touquet...

Et vous, quels seraient vos indispensables si vous viviez de peu ?

20170402_081300.jpg

 

31/05/2017

En mai, j'ai fait ce qui me plait !

Comme d'habitude, d'ailleurs ! J'ai travaillé, écouté, animé, échangé, découvert, cuisiné, mangé, paressé...

Et passé un peu trop de temps sur les réseaux sociaux. Serai-je un peu addict ?! Mes multiples problèmes de communication des dernières semaines (ligne fixe professionnelle coupée par erreur pendant 3 semaines puis accès internet pro planté par les mêmes puis téléphone portable HS sans prévenir) ont été interprétés par certains comme une incitation à mettre un peu de distance avec le monde connecté. Pas vraiment tenté ! Car les réseaux sociaux, avec leurs défauts, c'est là où je trouve une masse d'informations intéressantes (il faut évidemment faire le tri et prêter attention aux sources) et d'échanges sympathiques.

J'ai LU par exemple avec intérêt un exemple d'expérimentation de l'apprentissage de la cuisine au collège. Ce type de démarche va totalement dans le sens qui me parait à développer : apprendre à connaître les aliments (leur provenance, leur mode de production, leur goût, leur utilisation...et non de strictes informations nutritionnelles) et se familiariser avec eux en les cuisinant. Je suis certaine que donner ces bases est le meilleur moyen d'apprendre à bien manger durablement en se détachant de l'alimentation industrielle.

J'ai APPRECIE cet article autour de la lutte contre les stéréotypes des praticiennes du yoga, qui devraient être chic, minces et blanches.

J'ai bien RI avec cette vidéo des phrases qu'on n'entendra jamais chez le médecin

... Ceci-dit, il m'est déjà arrivé de dire à une patiente de manger moins de légumes ! 

J'AIME beaucoup l'approche du site Alimentation Générale et j'ai aimé y lire un article sur un maraîcher passionné, Christophe Collini, déjà croisé brièvement.

J'ai SALIVE avec le palmarès des cafés liégeois à Paris et réalisé que je n'en avais peut-être jamais mangé... Sans doute car j'ai été longtemps réfractaire au café dans les desserts. Je vais remédier à cela prochainement !

legumes de printemps,cuisine,improvisation en cuisine,fait maison

J'ai BRICOLE quelques repas sur la base de ce que j'avais en stock et des légumes achetés. Cela a donné par exemple :

- une salade toute verte rougette-courgettes grillées-tagliatelles de concombre-coriandre-menthe

20170520_203547.jpg

 une autre avocat-courgette-kiwi-coriandre, vraiment vide-frigo et finalement très bonne.,

- une tarte courgettes-chèvre-parmesan,

- une salade haricots roses-thon-mesclun-oignon

- un brunch pas compliqué (concombre au yaourt, mini-crêpes du placard (farine de châtaigne, compote de pommes, lait de coco), toast avocat-tartare d'algues, jus)

20170521_105409.jpg

J'ai PROFITE des légumes de printemps pour improviser avec ceux que j'avais achetés (petits pois, haricots verts, radis, fenouil, tomate, concombre) :

- des tartines dans l'esprit d'une recette que j'avais beaucoup aimée il y a quelques années dans le Nature d'Alain Ducasse, avec de la ricotta,

20170526_201455.jpg

- une salade avec persil plat, basilic et sésame

20170528_201528.jpg

- une autre, délicieuse, pommes de terre nouvelles rôties, asperges, petits pois, radis, herbes.

- ou petits pois, tomates, concombre, courgettes et poivrons grillés, basilic.

Monsieur a aussi beaucoup cuisiné les légumes de saison, notamment de délicieuses poêlées autour des artichauts.

legumes de printemps,cuisine,improvisation en cuisine,fait maison

J'ai SAVOURE des fraises, fruit que je chéris, mais pas tant que ça car j'ai quand même une hésitation devant le prix des bonnes fraises françaises à Paris...

Je suis RETOURNEE dans des lieux que j'aime, le Petit Keller, Botanique, Mokonuts, Belle Maison, Fulgurances qui accueille la très talentueuse Céline Pham 

legumes de printemps,cuisine,improvisation en cuisine,fait maison

Salade de courgettes chez Mokonuts

legumes de printemps,cuisine,improvisation en cuisine,fait maison

Déjeuner de Céline Pham chez Fulgurances

J'ai DECOUVERT une petite "cantine" sympathique pas trop trop loin de mon cabinet, Graine, "bar à couscous", où on peut manger un couscous végétarien ou pas, une chackchouka (très bonne), et autres plats méditerranéens.

Et une autre qui peut dépanner agréablement à deux pas de mon cabinet cette fois, Les Carrés, qui proposent divers croque-monsieur savoureux et au pain bien toasté. Le végétarien était très bon. 

Et aussi le restaurant Table, de Bruno Verjus, ex blogueur, obsessionnel des bons produits

legumes de printemps, cuisine, improvisation en cuisine, fait maison,

J'ai GOÛTE les extraordinaires produits grecs artisanaux et de tradition ancienne proposés par la petite entité Profil Grec dont une poutargue extraordinaire et une feta merveilleuse.

legumes de printemps,cuisine,improvisation en cuisine,fait maison

J'ai REPONDU aux questions d'une collègue diététicienne, "Nutrimiam" sur mon livre et mon approche

J'ai TEMOIGNE une nouvelle fois de mon parcours et de ma reconversion, pour le site Bloomr, qui aide les personne, notamment les jeunes, à s'orienter.

Et vous, avez-vous fait ce qui vous plait en mai ?

NB : une partie de mes photos culinaires/gourmandes de mai se sont évanouies avec le téléphone mais certaines existent toujours dans le vaste univers virtuel sur Instagram !

legumes de printemps,cuisine,improvisation en cuisine,fait maison

 

 

25/05/2017

Un peu de télé...pas seulement pour me voir !

Ce début de semaine, le hasard a fait que je suis passée deux fois à la télé, dans des émissions de France 5. Je vous propose ici les liens, pas tant par égocentrisme de vous faire voir ma tête mais car j'ai eu l'impression qu'il y avait du contenu intéressant à prendre dans chacune des deux :

Mardi, j'étais (une deuxième fois) invitée dans la Quotidienne, émission de vie pratique qui passe le midi sur France 5. Le thème était "Mincir sans régime, est-ce vraiment possible ?" et j'étais en compagnie de Michel Desmurget, chercheur en neurosciences, qui a lui-même perdu 50 kg sans régime mais en changeant ses habitudes peu à peu dans la durée. Il a compilé toutes les études sur le sujet de l'obésité et en a toujours une sous le coude pour appuyer son argumentation. Dans les échanges que nous avons eu hors plateau, nous étions pas d'accord sur absolument tout, mais nous avons été en phase sur l'essentiel : LES REGIMES FONT GROSSIR et donc ne marchent absolument dans la durée et on peut perdre du poids autrement, sans régime, en PERSEVERANT dans la durée. Il faut résister à l'envie d'aller vite qui conduit quasi-toujours à une reprise de poids. On a parlé famine, métabolisme, mémoire du corps, jeûne intermittent... A noter que je ne suis pas en phase avec la pratique de la diététicienne montrée dans le reportage qui, certes, ne donne pas de régime, mais propose des repas équilibrés. Je rappelle que l'équilibre se fait dans la durée et pas sur un repas. Je réapprends, si besoin, à mes patients, à manger de tout, à avoir une grande variété d'aliments de toutes catégories mais avec SOUPLESSE. Ce type d'émission est toujours un peu frustrante car il y aurait tellement à dire sur le sujet mais cela a toujours une certaine utilité, je crois, pour lutter contre les régimes. Le lien est là et disponible quelques jours.

Mercredi, j'étais invitée de l'émission Allo Docteurs sur le thème des aliments fermentés et leurs bienfaits. J'étais en compagnie de Sylvie Lortal, chercheuse à l'INRA spécialiste du lait, qui s'est passionnée d'abord pour la fermentation des produits laitiers puis au-delà. Il y a un reportage avec démonstration concrète de légumes fermentés par Marie-Claire Frédéric, très grande spécialiste du sujet. Il faut d'ailleurs que je vous reparle des expériences que j'ai faites dans ce domaine avec un de ses livres. Je n'ai pas été vraiment très claire sur les cornichons, alors, je vous joins une recette ! L'idée, autour des aliments fermentés, est d'observer sa consommation et se demander si on peut l'élargir, pour se faire du bien et aussi pour le plaisir des découvertes gustatives et explorations culinaires. Voici le lien, disponible quelques jours aussi.

20170524_164219.jpg

Profitez bien de votre journée, pas seulement derrière les écrans quand même !

 

 

17/05/2017

Intuition pâtissière, expérimentation et vidage de placard

On dit souvent que la cuisine est affaire d'intuition et la pâtisserie affaire de précision. Certes mais quand on a dans sa banque de recettes quelques classiques de base, tel le gâteau au yaourt, on peut les décliner à l'intuition. Ou si on cherche une recette, qu'on en trouve plusieurs pas tout à fait à son goût, on peut en improviser une troisième en faisant confiance à son intuition des proportions acquise au fil des réalisations.

Ainsi, ayant participé à un utile challenge vide-placards proposé par Clotilde Dusoulier, j'ai fait récemment le point de ce qui figurait dans les miens : rien de très excessif, inutile ou périmé mais quand même des farines à ne pas trop faire tarder. Cela m'a donné le coup de pouce pour accélérer leur utilisation. Et notamment celle de la farine de châtaigne, qui est censée se conserver mal. 

Je décide donc de faire un gâteau moelleux à la farine de châtaignes. Je préfère assurer la réussite en cherchant une recette ad hoc. Je tombe sur une recette d'ardéchois de Pascale Weeks mais deux choses ne me conviennent pas : comme souvent dans ce type de recette, la quantité de farine de châtaignes est assez minime et j'avais envie de bien entamer mon stock ; il faut une grande quantité de crème de marrons et j'en ai une excellente que je n'ai pas envie d'utiliser en totalité ainsi. Je trouve aussi une recette de moelleux de "Chef Nini" entièrement à la farine de châtaigne, ce qu'elle a fait par erreur : son gâteau semble réussi mais j'ai craint qu'il soit un peu compact.

Alors, j'ai fait un mélange des deux recettes en tentant 2/3 de farine de châtaigne/1/3 de farine de blé, matière grasse, œufs et ajouté ma touche personnelle en remplaçant la moitié du sucre par du miel de châtaignier, ajouté deux cuillères de crème de marron quand même dans la pâte, mis du lait car je n'avais pas de crème. Cela peut paraître risqué car on part un peu dans l'inconnu mais j'avais envie de tenter. Et le résultat a été un gâteau absolument merveilleux, sans fausse modestie : très moelleux, parfumé, juste sucré comme il faut. J'ai essayé de le servir avec un peu de crème de marrons mais il se suffisait à lui-même.

farine de chataigne,gateau à la chataigne,moelleux à la chataigne,marrons,improviser en cuisine,patisserie,vide-placards

Récapitulatif, si mes souvenirs sont bons :

Ingrédients :

  • 3 œufs
  • 50 g de sucre roux
  • 40 g de miel de châtaignier
  • 8 cl de lait entier
  • 100 g de farine de châtaigne
  • 50 g de farine de blé
  • 2 c. à c. de levure chimique
  • 60 g de beurre demi sel fondu
  • 2 c. à s. de crème de marrons
  • 1 peu de beurre mou pour le moule

Séparer les jaunes et les blancs. Fouetter ensemble les jaunes et le sucre, ajouter le lait, ajouter les farines et la levure, mélanger, ajouter le beurre fondu et la crème de marrons. Battre les blancs en neige et les ajouter délicatement. Mettre au four préchauffé à 180° environ 30-35 minutes.

farine de chataigne,gateau à la chataigne,moelleux à la chataigne,marrons,improviser en cuisine,patisserie,vide-placards

Il n'est pas dans mes habitudes de publier des recettes mais ce gâteau a été vraiment très réussi donc autant en garder une trace et puis, peut-être cela peut-il vous inciter à vous donner un peu de liberté en pâtisserie.

Avec ce challenge, j'ai "liquidé" la farine de sarrasin qui me restait, et j'ai encore pas mal de farine de châtaigne, donc je vais continuer les expérimentations. Et aussi de la farine de pois chiche, qui fait merveille dans les pâtes à tarte salée, et aussi pour faire une pseudo-socca sans le goût du feu de bois malheureusement.

15/05/2017

A bas le café gourmand, vive le café mini-gourmand !

Peut-être certains d'entre vous se souviennent-ils d'un temps où le café bu au restaurant arrivait seul, vraiment seul... Puis est arrivé le petit carré de chocolat, l'amande chocolatée, le speculos et autres douceurs. Avec l'idée qu'une petite douceur accompagnant le café faisait plaisir à beaucoup. <permettait de faire passer son amertume. Et puis un jour, quelqu'un a imaginé le café gourmand. Pour ceux qui ne voulaient/pouvaient pas prendre de dessert mais avaient d'une petite "note sucrée". Ce fut un mini-dessert puis deux puis trois et le prix est monté en conséquence. Aujourd'hui, nombreux sont les lieux où le café gourmand est aussi copieux qu'un dessert et aussi coûteux. Le risque est alors qu'on mange trop, on n'a pas envie de gâcher. Car on n'a pas forcément faim pour tout cela ni envie de ce supplément. La bonne idée de départ a dérapé car elle avait du succès. Dans ces endroits-là, évidemment, on ne fait pas d'effort sur le café de base. Retour à la case départ !

Certains lieux prennent toutefois une autre voie sympathique. Ni rien du tout, ni une proposition coûteuse et copieuse, ni une banale offre industrielle. Mais un minuscule accompagnement fait maison. On est sensible alors à la double attention : accompagner le café et avoir préparé l'accompagnement en question.

Je me souviens ainsi il y a quelques années d'un minuscule macaron chez Acide Macaron, ce qui paraissait assez naturel pour un pâtissier.

Plus récemment, j'ai repéré ainsi :

- des mini-cookies chez Belle Maison (où le serveur a la gentillesse d'apporter du rab au non buveur de café),

restaurants à paris,café gourmand,café et accompagnement,patisserie miniature,café au restaurant,petit keller,clos des gourmets,belle maison

- de minuscules macarons à l'italienne au Petit Keller.

restaurants à paris,café gourmand,café et accompagnement,patisserie miniature,café au restaurant,petit keller,clos des gourmets,belle maison

- une mini-madeleine et une fondante pâte de fruit exotique au Clos des Gourmets.

restaurants à paris,café gourmand,café et accompagnement,patisserie miniature,café au restaurant,petit keller,clos des gourmets,belle maison

Il est possible que le café soit renchéri de quelques centimes, je n'ai pas fait attention, le prix m'a paru standard pour ces types de lieux.

Et en phase avec cette tendance, j'ai retrouvé dimanche une sorte de précurseur, la "Petite Cuillère" en sablé Poilâne, en compagnie d'un savoureux café d'orge au tout nouveau Comptoir Poilâne.

restaurants à paris,café gourmand,café et accompagnement,patisserie miniature,café au restaurant,petit keller,clos des gourmets,belle maison, petite cuillere poilane

Rencontrez-vous parfois cela de votre côté ? Est-ce que cela vous plait ?

05/05/2017

Foutez-vous la paix (alimentaire) ! Vive la liberté !

Il y a quelques semaines, j'ai lu Foutez-vous la paix, le dernier livre de Fabrice Midal, philosophe, écrivain et fondateur de l'Ecole Occidentale de Méditation. J'ai découvert Fabrice Midal il y a plusieurs années, j'ai beaucoup apprécié son parcours et son approche de la méditation, j'ai lu plusieurs livres de lui avec beaucoup d'intérêt. Je n'étais a priori pas trop intéressée par ce dernier qui me paraissait un peu une redite. Et puis, finalement, je l'ai acheté en voyage pour accompagner quelques heures de train. Il se lit facilement et reprend les thèmes habituels de Fabrice Midal qu'il regroupe sous ce chapeau "Foutez-vous la paix". C'est-à-dire : arrêtez de vous mettre la pression, arrêtez de vouloir être parfait, arrêtez de vous fixer des tas de règles rigides, de vous soumettre à de multiples injonctions qui vous empêchent de vivre bien, de profiter de la vie, etc. Fabrice Midal semble penser que cette phrase-titre a suffisamment de force pour créer un déclic, plus fort que dans ses écrits précédents.

foutez-vous la paix ! fabrice midal,liberté alimentaire,anti-régime,contrôle alimentaire,restriction alimentaire

Je ne suis pas vraiment convaincue que cela soit si simple. Par ailleurs, j'ai lu le livre sans déplaisir mais, un peu comme je l'imaginais, sans y trouver beaucoup de nouveauté, plutôt une synthèse de ce qu'il avait déjà écrit. Il y parle d'arrêter d'être calme, sage, parfait, d'arrêter de se comparer (ce que font tellement les femmes concernant leur silhouette...), d'être bienveillant avec soi, ce qui ne veut pas dire ne rien faire et ne pas avancer, mais le faire autrement. Ce ressenti peut probablement être différent pour quelqu'un qui le découvre avec ce livre qui donne de nombreuses pistes intéressantes pour appréhender la vie autrement.

Il y a cependant un passage qui m'a frappé tant il résonnait avec le principe des régimes. Fabrice Midal parle de la "servitude volontaire" (se référant à l'ouvrage de La Boétie "Discours sur la servitude volontaire"), du fait que l'on se convainc si souvent que l'on ne fait bien que si l'on obéit aux règles fixées par autrui. Cette expression en particulier s'applique on ne peut mieux aux régimes.

Se mettre au régime en effet, c'est renoncer à sa liberté alimentaire pour se placer entre les mains / sous le contrôle d'un programme alimentaire précis, d'un nutritionniste, d'un cadre alimentaire lu dans un livre ou un magazine. Pourquoi donc renoncer à cette liberté qui me parait un bien ô combien précieux ? Parce que l'on ne se fait pas confiance, qu'on ne se croit pas assez compétent ou sage pour décider soi-même comment manger. Bien sûr que, si l'on a jamais "appris" à manger, on a besoin d'un peu d'éducation pour prendre ses marques. Mais cela n'est pas le plus fréquent. La majorité des personnes qui viennent me voir ont fait beaucoup de régimes, sont expertes des règles nutritionnelles. On pourrait imaginer, et elles le formulent d'ailleurs, qu'elles veulent sortir de ce carcan. Elles se doutent qu'elles ne vont pas repartir de mon cabinet avec une feuille imprimée leur disant exactement quoi manger. Et pourtant j'observe même chez certaines d'entre elles, une peur au début de "faire n'importe quoi" avec cette liberté. Tellement elles y ont renoncé longtemps, parfois depuis leur enfance. Mais finalement, au fil des séances, elles constatent qu'elles peuvent se faire confiance en écoutant leurs corps, leurs sensations, leurs envies. Pour retrouver peu à peu une relation intuitive et libre à l'alimentation.

La liberté alimentaire, cela veut dire aussi faire ses propres choix en fonction de ses goûts, ses convictions, ses choix, et pas en se conformant à des normes ou des diktats, sans cesse renouvelés vous disant quoi manger, qu'il faut arrêter le sucre ou le gluten, la viande ou les laitages, alors que vous vivez très bien avec. Et pour moi, la liberté va avec la tolérance envers les autres mangeurs puisqu'on respecte leur propre liberté alimentaire.

NB ; demain samedi 6 mai, c'est la Journée Internationale sans Régime, le No Diet Day :Et si c'était le premier jour de votre nouvelle vie, si vous en profitiez pour faire une expérience de liberté alimentaire, manger selon vos envies, écouter votre corps davantage que votre tête, vous faire plaisir sans arrière-pensée et aussi réfléchir à tout le mal que vous font/vous ont fait les régimes...

foutez-vous la paix ! fabrice midal,liberté alimentaire,anti-régime,contrôle alimentaire,restriction alimentaire,stop aux régimes,journée sans régime

Vous avez le choix !

04/05/2017

Au printemps, vive la rhubarbe !

Chaque printemps, il y a le bonheur de retrouver les fruits et légumes de saison, les radis, les asperges, les petits pois, les fraises... Et aussi la rhubarbe, à laquelle je voue un amour particulier.

Cette année, j'ai l'impression que j'ai assouvi cette passion encore davantage, en en trouvant facilement en attendant la pleine saison des fraises.

20170409_102910.jpg

J'ai fait beaucoup de rhubarbe compotée, en la faisant macérer dans du sucre avant cuisson puis en lui ajoutant une touche d'anis étoilé comme conseillé par Esterelle, pour la savourer soit telle quelle, soit avec du yaourt, avec mon granola du matin, dans une période où la variété des fruits n'est pas très grande pour l'accompagner.

20170410_074340.jpg

20170425_070742.jpg

J'en ai utilisé, rôtie, avec de l'orange, dans une délicieuse brioche perdue au four, dénichée dans un petit livre de la délicieuse blogueuse Clea.

20170416_190957.jpg

J'ai aussi réalisé un gâteau moelleux où la rhubarbe se marie délicieusement à un peu de noisette (à la place de l'amande de la recette)

20170430_174728 (1).jpg

Ce week-end, j'en avais fait cuire beaucoup et du coup, j'en ai congelé un peu, que je serai ravie de retrouver très bientôt.

Monsieur n'est pas très fanatique a priori mais, quand elle est traitée avec douceur et modération dans un gâteau, il y prend sérieusement goût !

Et votre relation, à vous, à Dame Rhubarbe est-elle passionnée, tranquille, indifférente, hostile ?

 

 

02/05/2017

Avril au fil des jours

En avril, outre des consultations, rencontres stimulantes, étonnantes, attristantes, réjouissantes, toujours passionnantes, avec de nouvelles patientes ou des fidèles, et quelques interventions en entreprise ou leur préparation, 

J'ai ECOUTE avec intérêt une émission sur Roland Barthes et la nourriture et découvert sa relation au corps, aux régimes, à l'alimentation (je connaissais son goût de la japonaise).

Et aussi cette émission Affaires sensibles sur la passionnante affaire du pain de Pont St Esprit, incluant une intervention du très expert Steven Kaplan.

J'ai LU et adoré ce portrait du journaliste-épicier Sébastien Demorand dans la série toujours passionnante de la journaliste Camille Labro. Et je compte bien retourner déjeuner dans son épicerie fort sympathique.

Et aussi ce très sympathique portrait/visite autour du merveilleux chocolat BONNAT avec la plume si talentueuse de Jacky Durand.  

Et aussi cette belle interview de Patrick Pelloux, "médecin malade" sur sa façon de continuer à vivre.

Et aussi un article sur l'acceptation de la diversité corporelle et des "corps normaux", un thème qui m'est très cher, et qui avance petit pas après petit pas...

Et aussi un témoignage sur la vie et quoi faire avec l'endométriose, sujet très douloureux pour de nombreuses femmes : certes, chacune est différente et doit expérimenter mais les pistes sont intéressantes.  

J'ai PARTICIPE à une soirée-conférence sur l'alimentation (replay) clairement positionnée ANTI-REGIME, organisé par La Ruche Qui dit oui et le MAIF Social Club (un nouveau lieu d'événements et rencontres à Paris) en compagnie de deux personnes aussi convaincues que moi, Florence, diététicienne que je connaissais bien, et Ananda, spécialiste de l'alimentation consciente, que j'ai rencontrée avec plaisir.

J'ai REPONDU à quelques questions de l'association GROS à propos de mon livre.

Et aussi à celles de la tonique Sophie, du blog The Other Art of Livingà propos du chocolat bio.

Et aussi à celles de Gaëlle, dont j'apprécie beaucoup les thématiques d'équilibre vie personnelle-vie professionnelle, sur mon parcours au fil du temps.

J'ai SAVOURE en bonne compagnie un délicieux déjeuner préparé par la talentueuse chef Céline Pham en résidence dans le très gastronome Fulgurances

diététicienne anti-régime,dieteticienne paris 9,bien manger à paris,otium,le grand 8,ibrik,supernature,belle maison,bol porridge bar,restaurants paris 9

J'ai DECOUVERT par hasard à Montmartre un sympathique bistrot, le Grand 8où j'ai apprécié un filet de maigre avec de délicieux légumes de saison, et un riz au lait au coulis de fraises, avec une vue plongeante sur les toits de Paris.

diététicienne anti-régime,dieteticienne paris 9,bien manger à paris,otium,le grand 8,ibrik,supernature,belle maison,bol porridge bar,restaurants paris 9

Et aussi, pas loin de mon cabinet, une sympathique petite cantine méditerranéo-orientale, IBRIK, où j'ai savouré une très bonne assiette de mezze et un café à la turque, préparé en douceur, incitation à prendre son temps.

diététicienne anti-régime,dieteticienne paris 9,bien manger à paris,otium,le grand 8,ibrik,supernature,belle maison,bol porridge bar,restaurants paris 9

Je suis RETOURNEE deux fois chez Belle Maison, pas seulement pour sa proximité mais car le lieu et l'accueil y sont sympathiques et la nourriture très bonne : il y a chaque midi un poisson du jour très bien préparé, au prix de 14 euros.

diététicienne anti-régime,dieteticienne paris 9,bien manger à paris,otium,le grand 8,ibrik,supernature,belle maison,bol porridge bar,restaurants paris 9

diététicienne anti-régime,dieteticienne paris 9,bien manger à paris,otium,le grand 8,ibrik,supernature,belle maison,bol porridge bar,restaurants paris 9

Et aussi au Bol Porridge Bar, qui abrita naguère quelques matinales écritures de chapitres de mon livre. L'ouverture aux aurores (7h30) me sied bien, le lieu est agréable et les porridges sont très bons et varient régulièrement.

diététicienne anti-régime,dieteticienne paris 9,bien manger à paris,otium,le grand 8,ibrik,supernature,belle maison,bol porridge bar,restaurants paris 9

Et aussi chez Supernature, où je vais occasionnellement et prends toujours l'assiette vitalité, mélange varié, végétarien et savoureux.

diététicienne anti-régime,dieteticienne paris 9,bien manger à paris,otium,le grand 8,ibrik,supernature,belle maison,bol porridge bar,restaurants paris 9

J'AI ADORE faire la connaissance de Lili Barbery-Coulon, journaliste et blogueuse beauté-style de vie, dont j'aime beaucoup les billets sensibles, intéressants, mélanges de profondeur et de légèreté. Nous avons déjeuné chez Otium, petite cantine végétarienne tout près de chez moi, où on mange un bol varié, bon et nourrissant pour 10 euros. Nous avons parlé minceur, beauté, corps des femmes, régimes, alimentation et autres.

diététicienne anti-régime,dieteticienne paris 9,bien manger à paris,otium,le grand 8,ibrik,supernature,belle maison,bol porridge bar,restaurants paris 9

J'ai CUISINE entre autres une délicieuse tarte aux asperges (pâte à tarte au sarrasin, asperges rôties et crues) du livre Veggivore, toujours de bon conseil, car Monsieur est un grand adorateur de ce légume à la courte saison.

diététicienne anti-régime,dieteticienne paris 9,bien manger à paris,otium,le grand 8,ibrik,supernature,belle maison,bol porridge bar,restaurants paris 9

Et aussi des repas composés, principalement à base de légumes (par exemple ici soupe de cresson, salade carotte-céleri-pomme, tartelettes aux oignons nouveaux, houmos)

diététicienne anti-régime,dieteticienne paris 9,bien manger à paris,otium,le grand 8,ibrik,supernature,belle maison,bol porridge bar,restaurants paris 9

Pour finir, quelques mots d'Aragon relus ces derniers jours sur twitter : 

Quand les blés sont sous la grêle
Fou qui fait le délicat
Fou qui songe à ses querelles
Au coeur du commun combat

(pour relire la Rose et le Réséda en entier, c'est là)

 

 

14/04/2017

Vive la variété des assiettes composées !

J'adore la variété dans l'assiette. Et je ne suis pas la seule ! Le plaisir de manger est selon moi dans la diversité des goûts, y compris dans un repas. Les assiettes composées sont un moyen simple et plaisant de répondre à cette envie. Cela peut être rapide si on n'a pas tout à préparer sur le moment, en utilisant les ressources du frigo, du placard, les restes... On peut y mettre des crudités, des légumes cuits, un reste de pois chiches ou lentilles, une tartine de fromage ou de purée de légumes ou de rillettes de poisson, un peu de charcuterie, un peu d'omelette ou de quiche, du fromage, etc. En fonction du temps qu'on a. Je suis tellement fan des assiettes composées que j'en avais même fait un concours il y a quelques années !

Cette semaine, Monsieur nous en a préparées plusieurs en partant notamment des restes d'une délicieuse tarte aux champignons que j'avais cuisinée dimanche et de divers achats à la fantastique épicerie RAP. C'est aussi un moyen de gérer les aléas de mon horaire d'arrivée quand j'ai des consultations tardives, quand l'essentiel du contenu est froid.

20170411_204348.jpg

Artichauts grillés maison, asperges, tomates, jambon, petite part de tarte aux champignons gratinée au fromage

20170412_204558.jpg

Tarte aux champignons, mâche, asperges, jambon, tomate

20170413_202022.jpg

Coppa, porchetta (encore RAP !), mâche, poêlée maison pommes de terre-courgettes

 

 Et vous, pratiquez-vous les assiettes composées ?