17/04/2014

Balade végé-gourmande du côté de Stalingrad

Je vous rassure, pas Stalingrad la ville, mais Stalingrad la station de métro parisienne, à la frontière du 18eme et du 10eme. Un lieu où je fais plus souvent une correspondance de métro que des balades... Mais cela faisait très longtemps que je voulais aller découvrir la Cantine Vagabonde, un petit resto bio et végétarien, où l'on peut manger sur place, emporter ou se faire livrer. Je ne sais plus comment j'ai connu Lila mais j'avais entendu parler de son projet depuis longtemps. Sauf que mes pauses déjeuner me laissent rarement le loisir de m'éloigner autant.

 

J'en ai eu la possibilité il y a quelques jours et j'arrive donc du côté de la Cantine Vagabonde, le lieu est cool, l'accueil sympathique. Il y a un choix de deux entrées, trois plats, deux desserts. J'ai bien faim, je choisis une formule entrée-plat et je verrai s'il me reste une place pour le dessert. Arrive rapidement une salade d'épeautre à la courge butternut toute colorée et fort parfumée : il y a un assaisonnement très plaisant et avec un joli mélange de texture, c'est un plaisir de tous les sens.

P1090787.JPG

Ensuite, j'ai choisi une tarte poireau-chèvre frais qui n'est pas d'une folle originalité mais plaisante et bien garnie, bien supérieure à ce qu'on trouve en général sous cet intitulé.

P1090790.JPG

Ensuite, je n'ai pas plus très faim mais quand même envie de me faire une idée de l'offre sucrée de la maison et je prends une crème au chocolat aux graines de sarrasin, tout à fait délicieuse car la texture est d'une parfaite onctuosité, ni trop molle ni trop compacte) et bien chocolatée et agrémentée du croquant du sarrasin.

Bien sûr, c'est un peu excentré mais les chanceux qui déjeunent à plusieurs (trois minimum) peuvent se faire livrer par triporteur (périmètre desservi visible sur le site). P1090792.JPG

En sortant, j'ai eu la surprise de tomber à quelques pas sur une épicerie fine-restaurant qu'on s'attendrait plus à trouver rue des Martyrs que boulevard Rochechouart : les Terroirs des Gourmets. Il y a charcuterie et fromage à la coupe et un large choix d'épicerie sucrée-salée. Le patron, qui a déjà une autre épicerie dans le 18ème, m'a expliqué que c'était une implantation volontariste un peu facilitée par la Mairie pour diversifier le type de commerces du quartier (riche en kebab et téléphonie...). J'ai vu beaucoup de produits que je connaissais, par exemple les excellents produits Petit Duc ou miels Charaix mais j'ai aussi découvert par exemple des conserves de légumes que j'ai trouvées appétissantes. Il s'agit de la marque "Le bonheur est dans le pot", une jeune entreprise de conserves bio de la région de Toulouse. Il y en a plusieurs proposées : j'opte pour un "tagine de carottes-pois chiches" et une "cocotte de "fenouil-potimarron-figues" Le lieu fait aussi restaurant, avec une formule déjeuner raisonnable (pas végétarienne).

J'ai quelques jours plus tard, préparé le "tagine" avec un peu de boulgour : il suffit de réchauffer et c'était très bon et agréablement parfumé et cela me donne assez envie de continuer l'exploration de la gamme (autour de 4 euros le pot).

P1090804.JPG

P1090805.JPG

Et vous, c'est quoi vos dernières découvertes végétariennes (si le sujet vous intéresse ;-)) ?

 

La Cantine Vagabonde, 11 rue d'Aubervilliers, Paris 18ème, 01 46 07 44 89 

Les Terroirs des Gourmets, 10 boulevard de la Chapelle, Paris 10ème, 01 46 07 65 61  

 

15/04/2014

Cuisiner bio, végétalien et gourmand avec Ona Maiocco

Il y a quelque semaines, j'avais rencontré Ona Maiocco, sympathique jeune femme qui a décidé de mettre sa créativité au service de la cuisine végétalienne : dans ma quête de lancer peut-être un jour des ateliers de cuisine, j'avais entendu dire -merci Marie !-qu'on pouvait louer son espace.

P1090834.JPG

Après avoir échangé avec elle, j'ai eu envie de la voir en activité. Elle est installée dans un bel espace du 18ème arrondissement, où elle propose différents ateliers, elle-même ou avec des intervenants. Ma disponibilité m'a conduite à m'inscrire à un nouvel atelier proposé en soirée en partenariat avec le magazine Kaizen. Le thème était : "Utiliser les ingrédients bio". Nous étions sept (que des femmes...) + le rédacteur en chef de Kaizen. Ona nous a d'abord présenté une large variété d'ingrédients de la cuisine bio et végétale et comment elle les utilisait : flocons de céréales, purées d'oléagineux, produits sucrants, assaisonnements, ... Puis on s'est mis au travail avec application et bonne humeur.

P1090822_ona1.jpg

La cuisine végétalienne n'utilise aucun produit animal : pas d’œufs, beurre, lait, fromage... Donc forcément quelques habitudes à changer, des substituts à trouver pour le goût ou la texture, par exemple une compote de fruits pour donner du moelleux à un gâteau, ...

On a préparé quatre plats façon efficace mais sans stress :
- des mini-pizza avec une sorte de "bolognaise" à la tomate et au tofu émietté, faites avec une étonnante "pâte minute" qu'on prépare en secouant un mélange farine/eau/huile d'olive dans un tupperware.
- un mélange riz-lentilles corail (qui ont l'avantage d'avoir le même temps de cuisson) très parfumé avec notamment une rareté (du moins, pour moi), de la cardamome noire qu'on trouve en magasin indien,
- des rouleaux de printemps aux légumes : on a récupéré toutes sortes de restes de légumes de saison, on les a réduit en tout petits dés (grâce à un robot), assaisonné et on a réalisé des rouleaux servis avec une sauce délicieuse au miso et à la purée de cacahuète (entre autres),
- des mini-cookies aux flocons de céréales et pépites de chocolat avec une note délicieuse d'huile essentielle d'orange (à manier avec parcimonie).

P1090833_ona2.jpg

On s'est ensuite attablés pour partager ce savoureux repas. La cuisine d'Ona est le contraire de fade. Elle utilise beaucoup d'herbes, d'épices, du piment, du gingembre... Ce qui donne un résultat très goûteux et délicieux, qui, je suis sûre, peut ravir toute personne non végétalienne pour certains repas. Bref un atelier sympathique et plein d'idées.

Le souhait de Kaizen, qui rejoint certaines de mes préoccupations, est d'initier une action concrète pour aller vers une autre façon de manger, saine, gourmande et respectueuse de la planète : j'espère que cela fera tâche d'huile peu à peu, mais à ce stade je crois qu'on touche des déjà convaincus...


Atelier Kaizen : 65 euros pour 3h + le repas (bien sûr, ce n'est pas accessible à tous. Pour certaines parts de la population, peu favorisées, il est clair que ce sont plutôt des structures associatives spécialisées implantées localement qui peuvent jouer un rôle d'éducation culinaire).

NB : parler de cet atelier ne signifie pas particulièrement que je défende la cuisine végétalienne : chacun(e) est libre de ses choix alimentaires et je suggère de les faire de façon consciente sans subir les modes.

11/04/2014

Une semaine alimentaire pour 25 euros : pas facile mais possible

Comme vous l'avez lu tout au long de la semaine, chacune a fait son expérience et a à peu près réussi à rester dans la limite du budget, voire moins : Agnès a dépensé moins de 20 euros ! Julie, environ 24 euros, moi, 25,60 euros et Sophie, un peu perdue dans le nombre de jours, 26 euros. Et on a mangé bon et varié.

Mais, je le répète, cela ne veut pas dire que c'est facile !

Cette expérience a des limites par sa définition même : faire cela pendant une semaine nécessite une stricte attention au prix de chaque chose, de jongler avec des aliments pas trop coûteux, de ne pas faire d'écart, de cuisiner tous les repas. Probablement, on développe une certaine habileté en cela si on continue sur la durée mais on doit se limiter toujours : pas de restaurant, même pas de sandwich, pas de café à l'extérieur (j'en avais accepté un et par chance, j'ai été invitée !). Je crois que c'est cette rigueur qui est difficile à tenir dans la durée et qui est éprouvante : ne pas pouvoir se permettre d'écart, être dans un contrôle permanent... Cela m'a fait pensé à une de mes patientes qui a un budget "ric rac" et me racontait qu'elle ne pouvait se permettre aucun écart et combien cela lui pèse parfois : pas de sortie, pas de restaurants, pas de fantaisies alimentaires..‬.

Par ailleurs, cela passe par de la cuisine, même simple. Il y a donc nécessité d'un minimum de savoir-faire culinaire.  Tout le monde n'en dispose sans doute pas mais pas besoin de faire compliqué (cf mon récit) et on peut, à tout âge, facilement acquérir les bases pour faire une soupe, une quiche, des pâtes...  Mais il faut aussi décider d'y consacrer un peu de temps.

budget alimentaire,manger pour pas cher,petit budget,défi 25 euros,jack monroe,serge papin,réduire son budget alimentaire

Les pâtes, évidemment un classique des petits budgets mais il y a de multiples autres possibilités


Toutefois, il me semble quand même important de penser aussi à replacer  son budget alimentaire dans une vision de son budget global et que cela ne soit pas forcément la portion congrue. Comme le dit le patron de Super U, Serge Papin, que l'alimentation ne soit pas toujours "la variable d'ajustement".

En conclusion, on peut parvenir à manger "bien" et pour un budget modeste si :

- on est attentif dans ses courses,

- on fait la cuisine avec des produits bruts et de saison,

- on s'organise, on prévoit ses repas, on ne gaspille rien,

- on accepte de consacrer une part de son temps à cela. Ne s'agit-il pas de prendre soin de soi (et des siens) ?

Et sachez que l'on peut aller bien en-deçà d'un budget comme celui qu'on avait défini. Récemment, la presse s'était fait l'écho de l'expérience de Jack Monroe, en Angleterre, jeune mère chômeuse qui apprend à déployer des trésors de créativité pour préparer des repas appétissants et variés pour son petit garçon et finit par en faire un blog puis un livre...

Et vous, êtes-vous très attentif(ve), un peu, pas du tout, à votre budget alimentaire ?

 

10/04/2014

A vos radios ! Service Public vendredi parle régimes

Une fois n'est pas coutume, je vous annonce une émission à l'avance : demain, Service Public, émission de France Inter, que j'écoute souvent et apprécie, sera consacrée aux régimes avec quelques spécialistes du sujet et...moi. Figurez-vous que, bien que je n'ai toujours pas de livre à mon actif, j'ai été conviée à cette émission. J'espère que je saurai me faire entendre pour parler démarche anti-régime.

Si vous êtes disponible, c'est vendredi de 10h à 11h sur France Inter, les autres invités ici. Sinon, il y aura internet pour écouter en différé.

En attendant l'émission, on peut (re)lire quelques billets autour du sujet :

Pas de régime, quel qu'il soit

Le compte-rendu d'une intervention :  maigrir après des régimes


Bonne soirée !

Ajout le vendredi 11 :

L'émission est à écouter ici : difficile de dire tout ce que l'on voudrait quand il y a quatre invités (dont trois ont quelque chose à vendre), des chansons, des reportages, ... Mais le message est quand même un peu passé si j'en crois quelques commentaires et messages que j'ai reçus... 

Ajout le samedi 12 :

Comme certain(e)s semblent avoir une allergie à certains des intervenants, je propose une écoute sélective et tout à fait égocentrique, mes interventions se situant aux moments suivants :

- Mon avis sur les régimes, à 9'30

- Pourquoi c'est compliqué les régimes, à 24'10

- Discussion avec Dukan (qui fait une comparaison stupide avec mes lunettes...) sur la responsabilité des régimes, à 28'40

- Faire la différence entre faim et envie de manger, dans le prolongement de L.Chevallier, à 36'20,

- A propos du désarroi, à 38'30,

- Travailler sur les causes émotionnelles et les compulsions, à 44'40,

- M.D. cherche à discréditer mon approche en confondant écoute de la faim et "écoute de son nombril", on parle motivation, à 47'20,

- En conclusion, je rappelle que chaque personne est unique et j'offre du chocolat à Guillaume Erner, à 51'25.

Voilà, si cela vous dit...

 

Une semaine à 25 euros : Julie, strasbourgeoise à vélo

Une autre twitteuse tente le défi de manger pour 25 euros. Est-ce plus facile hors de Paris ? La parole à Julie :

J'ai 34 ans, je travaille comme documentaliste dans une association. Je suis mariée mais je vis seule à Strasbourg, célibat géographique oblige. Mon budget nourriture mensuel est de 300 euros. Je retire cette somme en liquide le jour où mon salaire est versé sur mon compte. Avec cette somme, je vais au supermarché de mon quartier, au marché les mardis ou les samedis matin en fonction de mon emploi du temps, et faire le plein de légumineuses, de produits cosmétiques et d’entretien bio discount dans une chaîne allemande, DM, puisque j’habite à 15 mn en vélo de la frontière.

J’habite dans un appartement de 30m2 avec un grand placard aménagé dans ma cuisine, ce qui me permet de stocker de la nourriture, et un balcon, où j’entrepose les légumes pendant la saison froide, mais en pratique, je n’ai qu’une semaine de nourriture d’avance, d’une part parce que je fais toutes mes courses à vélo, et que même s’il porte pour moi une grosse charge, je ne peux pas non plus y transporter deux semaines de courses et d’autre part parce que je déjeune sur mon lieu de travail de plats que je cuisine moi même et que je réchauffe au micro-ondes.

Fotolia_velo_©Stellers.jpg

Je ne crois pas que Julie ressemble vraiment à ça ;-)

En général, chaque semaine, je dépense entre 30 et 40 euros en grande surface, et entre 5 et 12 euros au marché.

Manger une semaine pour 25 euros représente certes un défi puisqu’il s’agit de diminuer mon budget de 50%, mais en pratique, j’ai déjà pour habitude de faire attention à mon budget alimentaire. En effet, après un an de reprises d’études avec 30% de mon salaire en moins, et un sinistre dans mon appartement qui a été très mal couvert par mon assureur, j’ai eu plusieurs incidents de paiement qui m’ont obligé à repenser ma manière de dépenser mon argent. Je me trouvais toujours à découvert le 15 du mois et malgré une comptabilité attentive, je ne comprenais pas où se trouvait la faille. Je n’ai pas de charges fixes si lourdes que ça, et une fois mes comptes faits proprement, j’ai calculé qu’il devait normalement me rester plus de 200 euros en banque une fois toutes mes factures de consommation courante réglées. Depuis que j’achète ma nourriture en liquide, je vois mieux où passe mon argent, et les fins de mois sont plus saines, même si la dernière semaine se solde parfois par un triste “je n’ai plus que 20 euros, à moi de trouver comment manger bien et bon avec cette somme”. Il y aussi de bonnes surprises qui me permettent de m’offrir une douceur avec le liquide épargné !

C’est donc avec plaisir que j’ai accepté ce challenge.

Voilà les courses :

D'abord, les courses épiceries et produits frais

4 yaourts (je n’en mange pas le week end).

Pain

Bananes X6

Purée de tomate 3X200

Crème fraiche 20cl 

Penne 500g

Chocolat patissier 200g 

Buche de chèvre 

Brique de jus d’orange 1L 

Pois chiche en conserve 

Cela a fait un total épicerie et produits frais de 9.84 euros

Puis les courses fruits et légumes :

Un jus de pomme 25cl (pour le plaisir)

Pommes à croquer 1kg (1 par jour)

Pommes à cuire 2kg (théoriquement pour remplir 4 pots de 250g, on verra)(en vérité 1kg aurait suffi pour toute la semaine, je ne les ai pas toutes cuisinées !)

1 carotte (pour le dhal)

1 chou fleur (pour le dhal)(2,80 euros, il commence à devenir cher, c’est probablement le dernier dhal de la saison !)

Une salade verte (pour accompagner la quiche et les repas tartine)

½ chou vert (pour le chou farci au boulgour)

Une botte de persil (cadeau) (utile pour agrémenter la salade)

 

Voici avec tout cela ce qu'ont été mes menus.

Lundi soir : Pâtes + sauce crème fraîche ail graines, 0,77 euros

Mardi midi : Pâtes + crème fraiche, ail graines (reste)

Mardi soir : dhal de lentilles + riz

Mercredi midi : quiche poireaux/champignons/chèvre + salade verte (restes de la semaine précédente, préparation estimée à environ 2€)

Mercredi soir : soupe de poisson en conserves (2.50 euros la boite, achetée il y a deux mois en bretagne) + tartines de fromage (Deux belles tranches de salers et de cantal issues d’un montant total de 15€ de fromage d’Auvergne achetés la semaine précédente)

Jeudi midi : quiche poireaux/champignons/chèvre + salade verte (restes)

Jeudi soir : salade + omelette (4 oeufs)

Vendredi midi : dhal de lentilles + riz

Vendredi soir : Hoummous + tartines

Samedi midi : chou farci au boulgour

Samedi soir :  Hoummous + pâté vegan + tartines

Dimanche midi petit déjeuner tardif avec deux oeufs à la coque.

Dimanche soir : pommes de terre sautées et hoummous

 

Tous les matins 

1 banane 0.11cts              

2 tartines beurre, miel, confiture (sur 1 pain de 400g à 1.59 euros l’unité)

1 yaourt 0.19 cts

1 verre de jus d’orange 20cl 0.17 cts

1 mug de thé (non quantifié), soit un montant d'environ 0,80 euro.

En dessert chaque midi, en semaine :  une compote de pommes maison dans un pot à confitures.

 

Bilan de la semaine :

J'ai dépensé autour de 24 euros pour la semaine. Je continue à cuisiner maison, avec des légumes frais et que je fais attention à acheter à un producteur local au marché.

J’ai remarqué que quand je fais des courses sur les marchés parisiens, il est difficile de repérer les producteurs de la région des grossistes qui achètent à Rungis… à Strasbourg aussi, nous avons notre Rungis, le marché-gare, mais les producteurs régionaux mettent un “label” sur leurs étals pour informer le consommateur. C’est du volontarisme, la seule obligation légale est d’afficher l’origine de leur produits (Alsace, France, Espagne, etc.). Je choisis toujours des produits de saison, et quand je ne suis pas sûre (pour les salades, par exemple) je pose toujours la question au producteur. Ils sont honnêtes, on m’a par exemple fait cadeau de la botte de persil plat parce qu'il était du acheté en gros, et qu’ils n’en avaient plus de frais “mais les pousses primeurs arriveront dans trois semaines !”.

J’étais inscrite à une AMAP, mais les paiement par chèque était compliqué à gérer pour moi au niveau comptable, et aucune AMAP de ma région n’accepte le virement bancaire ou le prélèvement automatique. Le système des ruches avec le paiement à la commande est bien, mais malheureusement les quantités ou les tarifs restent trop élevés pour ma consommation. Je pense par contre qu’à partir de deux personnes dans le foyer, c’est très avantageux en plus d’être social et solidaire.

Et au final, j’adore aller au marché :) J’espère que je pourrai continuer en venant vivre à Paris.

Il m’a été difficile de trouver comment remplacer mes pauses goûter de 10h et de 15h, habituellement des biscuits petit déjeuner qui coûtent 3€ le paquet de 8 même en sous-marque et qui pesaient inutilement dans le budget réduit. J’ai essayé de manger davantage le matin pour ne pas avoir de fringale mais ça n’a pas fonctionné (peut être que la nutritionniste pourrait me conseiller sur l’amélioration de mon petit déjeuner décrit plus haut*). Mon four est un appareil combiné qui n’est pas très performant en cuisson, et, de toute façon, je ne suis pas bonne pâtissière. J’ai croqué des pommes en désespoir de cause… L’autre solution aurait été de faire provision de muesli en Allemagne (1.50€ les 500g) et d’en emmener une ou deux poignées dans une boite hermétique.

Par contre, pour les desserts, c’est tout vu ! La préparation et la cuisson d’1kg de compote de pommes à 0.18€ le pot de 250g prennent ¼ d’heure tandis que 8 petits pots (15cl) de compote achetés en grande surface coûtent le triple ! En mangeant ces petits pots achetés par flemme et contenant sans doute beaucoup de sucres, je cherche toujours à retrouver le goût du fait maison. Je n’en achèterai plus, désormais je la ferai moi même pour ma consommation journalière pendant la saison de récolte et de vente des pommes !

En résumé, je renouvellerai probablement ce défi, mais étalé sur tout le mois. En avril, je vais essayer de dépenser 100€ de moins en produits alimentaires, 100€ à mettre de coté pour m’offrir autre chose :)

Bravo Julie pour le résultat et l'envie de recommencer. rendez-vous demain pour un bilan de l'expérience.

 

En prime, quelques exemples de coûts détaillés des plats :

Le dhal

1 chou fleur 2.80€

Riz 250g (4.9 le kilo soient 1.22€)

Lentilles corail 250g (3.5 le kilo soient 0.87€)

1 grosse carotte 0.37€

Une boite de concentré de tomates 200ml soit 0.40€

1CS de Curry (inquantifiable)(mais c’est du curry haut de gamme je crois que j’ai payé dans les 6 euros les 250g !!!)

1 yaourt nature 0.19€

soit 5.85 pour trois repas, donc 1.8 € par repas. 

C’est une recette que je fais depuis quelques semaines pour m’obliger à manger du chou-fleur et décorer un peu le riz et les lentilles qui sont la base d’une alimentation peu coûteuse et végétarienne (même si je les achète bio, ce qui coûte un peu plus cher) et je l’aime beaucoup ! En plus comme j’en fais toujours trois fois trop pour utiliser tout le chou fleur (qui ne se conserve pas bien frais et qui garde une drôle d’odeur une fois cuit) elle est particulièrement rentable.

 

La compote de pommes

1kg de pommes 0.75€ + 1 cs à soupe d’eau, 1 de cannelle, 1 de sucre (inquantifiables)

De quoi faire 4 pots à confiture de 250g soit 0.18€ par pot

 

Recette du chou farci au boulgour de quoi faire deux plats donc 4 repas = 1.56 par repas

½ chou vert 0.80

50g de boulgour 3.9 les 1000g = 0.39

1 buche de chèvre 1.49

 

Recette du hoummous = 1.01 mangé en trois repas = 0.33 par repas.

1 conserve de pois chiches 0.51

1 CS de tahin (inquantifiable)

1 CS de jus de citron (inquantifiable)

sel, poivre, persil

Total inquantifiable on va dire 0.50

 

*Julie, quand on vraiment une fringale en cours de matinée avec un petit déjeuner sucré, cela vaut la peine d'essayer un petit déjeuner plus riche en aliments sources de protéines : fromage ou jambon avec du pain par exemple. OK pour tester ?

 

Dessin © Steller's - Fotolia.com

09/04/2014

Une semaine à 25 euros : Sophie, bibliothécaire et banlieusarde

Les expériences continuent, la parole est à Sophie :
 
J'ai 30 ans, j'habite à Nogent sur Marne et je suis bibliothécaire à Cergy. J'aime énormément cuisiner, mais pas forcément pour moi. Je cuisine souvent le dimanche pour la semaine car je rentre tard du travail. J'aime recevoir des amis à dîner ou amener des petites gourmandises pour mon équipe (les bibliothécaires sont de toute façon très gourmands en général).
 
J'ai fait le choix de manger moins de viande, mais de meilleure qualité, en allant chez le boucher. Même choix pour le poisson, même si c'est plus difficile aujourd'hui je trouve. Je mange régulièrement des pâtes, que j'agrémente au gré des envies. Je suis accro aux légumes et au Comté, que je ramène de ma Franche-Comté natale quand je descends voir ma famille. Je mange régulièrement assise à mon bureau, entre deux moments de travail, et cela me convient bien ; les déjeuners au travail sont soit des moments comme celui-ci, ou des moments au restaurant avec mes collègues. Je bois du thé et du coca, mais aussi beaucoup d'eau. Je mange en petites portions, et je fais souvent un goûter (je finis régulièrement à 19h).
 
Je me fais livrer mes courses une fois par mois, où j'achète surtout de l'épicerie et des boissons, avec aussi un peu de frais. Je vais au marché une à deux fois par mois, et je fais le plein de légumes. Pour le reste, je fais un petit peu à la petite épicerie du coin. J'achète peu de marques, je prends des marques de distributeur.

JOUR 1 Les courses, étape cruciale de la semaine

Avant tout, je réfléchis à des menus simples et peu chers, pour l’ensemble de la semaine. Et je décide de ne pas utiliser mes placards, sauf cas exceptionnel.

Je pars donc sur l’enveloppe globale de 25€ pour 5 petits-déjeuners, 5 déjeuners et 5 dîners (euh, Sophie, une semaine, c'est 7 jours...).

Le marché : je table sur des produits que je pourrais cuisiner de plusieurs façons, afin de varier les plaisirs : carottes, pommes de terre, pommes : 3,50€

Mon maraicher me donne des topinambours !

manger pour pas cher, budget alimentaire, courses, défi 25 euros, réduire ses dépenses, alimentation et prixAu Supermarché :

- Beurre - 250g

- Thé en vrac

- Riz - 500g

- Poulet - 2 escalopes

- Yaourts nature

- Jambon

- Sucre en poudre

- Chocolat

- Pains au lait

Je garde une petite marge de 7-8€ pour la suite de la semaine. Je suis invitée pour un apéritif dinatoire jeudi, et j’ai un déjeuner de travail vendredi, incompressible.

+ un peu de cuisine en prévision de la semaine :

- soupe carotte/pomme de terre 1/topinambours (=1 repas) – purée pomme de terre/topinambours (= 2 repas)- carottes râpées (= 2 repas)

+ 1 baguette

Les menus :

Lundi midi : sandwich jambon-beurre + carottes rapées maison + yaourt

Lundi soir : topinambours poëlés, poulet au thym 1 + pomme nature

Mardi midi : purée pomme de terre/topinambours + jambon + yaourt

Mardi soir : de sortie, j’ai donc acheté un petit pain salé à la boulangerie (1€) pour tenir, en rentrant j’ai mangé un peu de soupe et un yaourt

Mercredi midi : riz + poulet + pomme

Mercredi soir : soupe carotte/pomme de terre/topinambours + jambon

Courses de complément : 6 œufs – de la farine (pour faire le gâteau et le cake) – j’ajoute en plus du parmesan et de la viande des grisons en date courte ! et des épinards surgelés, une boite de thon, du lait.

Je fais donc un cake parmesan – viande des grisons le mercredi soir, ainsi qu’un gâteau au yaourt

Jeudi midi : cake parmesan + carottes râpées + yaourt

Jeudi soir : apéritif dinatoire chez des amis – j’ai amené un gâteau au yaourt.

Vendredi midi : journée d’étude professionnelle, j’ai donc mangé gratuitement ce jour-là.

Vendredi soir : cake parmesan + épinards surgelés + pomme en compotée

Samedi midi : riz avec du thon et de la moutarde

Samedi soir : riz + épinards surgelés + 1 tranche de jambon

Je devais m’arrêter samedi soir, mais avec les deux repas à l’extérieur, je peux continuer sur le dimanche (ce qui fera une semaine !).

Il me reste donc un tiers de cake au parmesan, une part d’épinards surgelés, ainsi que quelques tranches de viande des grisons. Je réussis à faire les repas du dimanche (journée où je mange moins généralement), tout en faisant un brunch, où j’ai acheté une baguette.

A la fin de la semaine, il me reste encore quelques petites choses : moutarde, riz, sucre, farine, thé, lait, pain au lait, chocolat.

Le bilan est plutôt positif, je n’ai dépassé que d’un euro à peine le budget, par pure gourmandise du brunch du dimanche.

Bravo Sophie pour la variété, l'organisation et d'avoir tenu une semaine finalement !

Rendez-vous demain pour l'expérience de Julie.

08/04/2014

Une semaine à 25 euros : Agnès, parisienne et végétalienne

Suite de l'expérience d'alimentation bonne et économe : donnons la parole à Agnès :

Bloggueuse culinaire depuis 4 ans, je cuisine végétalien depuis plus de 3 ans maintenant. De ce fait, je cuisine tout de A à Z et les plats préparés n'ont pas le droit de cité dans ma cuisine car ils contiennent toujours un peu de lait, de crème, de gélatine et autre produit animal... J'essaie aussi un maximum d'acheter bio, même si pour les fruits et légumes c'est parfois rédhibitoire, tarifs parisiens obligent. Je ne sais pas combien je consacre en temps normal à mon alimentation mais je dirais que pour 2 personnes, on doit être entre 100 et 150€ selon les semaines ... Autant dire que cette semaine a été un sacré challenge pour moi.

Je suis une grande adepte du plat unique et je pense que ça m'a aussi beaucoup aidé pour ce défi... En revanche, (à part pour le petit-déjeuner) je ne supporte pas de manger 2 fois la même chose, donc pas question pour moi de préparer un gros plat et d'en manger 3 jours de suite, même si cela aurait réduit les coûts !

La préparation :

J'ai fait quelques courses d'avance, au marché, et j'ai ensuite compensé au fur et à mesure, en fonction de ce que j'avais envie de manger. Oui, j'ai guetté les promotions pour trouver les bananes ou le tofu le moins cher du quartier, chose que je n'aurais pas faite en temps normal et qui m'a demandé pas mal de temps.

Je travaille à la maison donc j'ai pu consacrer pas mal de temps à la préparation, mais en fin de compte pas plus qu'en temps normal...

Le déroulement de la semaine :

Le début de la semaine s'est passé à merveille, puis le weekend a frappé ! Dur de dire non à toutes les invitations, j'ai fait comme j'ai pu... Mais au final, je m'en suis sortie en respectant le budget !

Le petit déjeuner :

J'ai mangé (comme à mon habitude) la même chose tous les matins. Nous avons donc un « forfait petit déjeuner » composé d'un pain de seigle tranché, de confiture et d'un yaourt de soja. J'ai compté 4€ pour la semaine, 0,57€ par jour.

Let's go :

LUNDI

Au déjeuner, je me suis fait une belle assiette de pâtes à la tomate et au tofu fumé. Un délice à 1,24€ la portion ! Ensuite une banane avant d'aller à la capoeira et en rentrant, un bol de soupe de chou-fleur

Total de la journée, 2,74€, dans les clous en ayant la sensation d'avoir mangé exactement comme d'habitude. La semaine commence bien !

 MARDI

Pour le déjeuner un de mes petits plaisir : des pâtes avec du brocoli et une sauce au beurre de cacahuètes. Un délice ! 1 pomme pour le goûter et au dîner, un bon risotto de poireau au curry.

Total du mardi : 2,83€, il reste 19,43€ sur le budget... easy...

MERCREDI

Ce midi, une grosse salade pseudo mexicaine avec des haricots rouge, du concombre et de l'oignon, accompagnée d'une vinaigrette tout simple : moutarde et jus d'orange. Moins d'1€ pour cette belle assiette. Ensuite une banane avant d'aller à la capoeira et pour le dîner, un 1/2 poivron farci au riz et aux protéines de soja.

Encore une journée économe à 2,40€, il me reste 17,03€...

JEUDI

Pour jeudi un déjeuner asiatique d'abord, un wok de vermicelles de soja avec des champignons, du tofu frit et du poivron. Délicieux et super copieux pour 1,32€. Une pomme en dessert et pour le dîner une tentative de hachis-parmentier vegan, avec des protéines de soja... Malheureusement je dois l'avouer... C'était vraiment pas top !! Recette à retravailler !

Je m'en suis sorti pour 2,83€ de la journée, il reste donc 14,20€ pour boucler la semaine... Je me prends au jeu, c'est de plus en plus facile !!

defi_agnes_semaine à 25euros.jpg

VENDREDI

Attention les problèmes (et la vie sociale) arrivent... Pour déjeuner un plat copieux pour résister à l'entrainement de capoeira : couscous, ratatouille et pois-chiche. Un grand classique de la maison que j'adore ! Ensuite une banane avant l'entraînement et aïe, le dîner... Des amis nous invitent à un « apéro dinatoire ». Je décide d'apporter un pain au zaatar comme celui-ci. J'estime la recette à 0,60€ le pain, ce qui nous fait une journée à  2,64€, on est toujours dans les clous, il reste 11,56€

SAMEDI

Autre imprévu pour ce défi : nous aidons un ami à déménager toute la matinée. Ensuite il nous invite au resto pour nous remercier... Donc techniquement pas de dépense... Le soir pas d'énergie, gros plat de pâtes à la tomate comme lundi midi et une banane en dessert.

Journée à 2,01€, il reste 9,55€ dans le porte monnaie !

DIMANCHE

J'ai beau avoir un mini budget, on ne déroge pas à la règle de la pizza du weekend ! Une pizza toute simple, sans fromage (parce que vegan) avec de la roquette... 1,32€ la pizza individuelle, le tout est de faire la pâte maison pour réduire les coûts ! Pour le dîner un curry de chou-fleur au lait de coco accompagné de riz qui a malheureusement échappé à mon appareil photo...

Journée à 3,99€ il me reste donc 5,56€ à la fin de la semaine !

Conclusion...

On PEUT bien manger, équilibré pour 25€/semaine/personne... Mais ça demande beaucoup d'organisation, c'est un fait ! J'imagine que le défi aurait été plus « facile » (façon de parler) en plein été, quand on a un peu plus de choix de légumes de saison... J'ai mangé moins que d'habitude car je n'ai pas grignoté, cela a même eu un effet sur la balance auquel je ne m'attendais pas !

Cette semaine m'a permis de réfléchir à ce que je mange, à ma gestion du budget-miam, j'ai pu me rendre compte de la chance que j'ai de ne pas avoir à compter le moindre centime quand je fais mes courses. Bref, c'était une expérience très enrichissante et je remercie Ariane de m'y avoir convié !

Grand bravo Agnès pour ta créativité, ton talent culinaire et ta rigueur économe, défi brillamment relevé ! Rendez-vous demain avec Sophie.

07/04/2014

(Bien) manger pour 25 euros par semaine, est-ce possible ?

Comme je l'avais dit dans mon recap de février, j'avais lu un article de Télérama sur le "bien manger" qui serait réservé aux "riches". L'article m'avait paru globalement assez bien fait mais il affirmait qu'il était IMPOSSIBLE de manger équilibré pour moins de 3,50 euros par jour et par personne. Ce côté assez péremptoire m'a un peu agacée mais, n'ayant pas de preuve du contraire, je me suis dit que le mieux était de tenter l'expérience. Et pourquoi pas le faire à plusieurs pour que cela soit plus diversifié ? Je lance l'idée sur twitter à tout hasard et nous voilà rapidement cinq, de profils différents, à nous lancer (mais une a dû abandonner en route). Je définis quelques principes et un montant de 25 euros pour la semaine, tous repas et boissons compris, soit 3,57 euros/jour.

Loin de moi l'idée d'être donneuse de leçons, de dire des "yakafokon"... Je connais ô combien la complexité des déterminants des habitudes alimentaires et que cela n'est pas qu'une simple question de porte-monnaie. L'idée est seulement d'observer si c'est POSSIBLE.

Je vais vous rendre compte des expériences de chacune (eh oui, que des femmes courageuses !) et d'abord de la mienne.

Pour commencer, je fais des courses avec quelques idées en tête autour d'aliments pas trop coûteux mais en me disant que je compléterai dans la semaine selon mon budget.
Je commence le vendredi et ce n'était pas forcément une bonne idée car je vais vite "exploser" mon budget” sur le week-end et vais devoir redoubler d'attention ensuite.

Voilà un recap de ma semaine. Bien sûr, avec un tel budget, pas question de manger dehors, même un sandwich, tous les repas sont fait maison.

Je suis restée sur mon petit déjeuner habituel (céréales/yaourt/fruits ou smoothie, ou parfois juste un fruit) et je vois qu'il pèse pas mal dans mon budget quotidien.

P1090548.JPG

Pour les autres repas aussi, je suis restée assez proche de mes habitudes, je n'ai pas pris le temps d'explorer de nouveaux territoires culinaires par manque de disponibilité dans la période. Je le ferai davantage si j'avais à faire cela plus durablement :
 
Vendredi
Déjeuner : salade de lentilles, pomme, concombre et oignon.
Dîner tardif : légumes (jardinière Picard) et boulgour.

P1090552bis.jpg

Samedi
- Déjeuner : hot-dog maison et salade. Remarque : par manque d'attention, j'ai acheté un pain au lait mais c’est cher (1,10 euro) et finalement je crois que cela aurait été aussi bon dans un morceau de baguette...
- dîner : Monsieur en cuisine nous régale plutôt à petit prix : salade d’endives, mimolette, noix, oeuf poché.
 
Dimanche
- déjeuner : une recette que j’avais déjà aimé : tagine de poulet aux pruneaux avec du boulgour, des carottes râpées avec quelques raisins secs, une compote de poires.
- dîner : soupe de légumes, une de mes classiques, très économique, et la fin de la compote.

P1090528_we.jpg

Lundi
- déjeuner : bento avec des restes prélevés sur le tagine et le boulgour + une salade de concombre
- soir : la fin de la soupe.
 
Mardi
- la moitié d’une sorte de quichelette (entre la quiche et l'omelette) carotte-chou-rouge-poireau-fromage frais + un peu de pain.
- Soir : assiette composée chou rouge, carotte, concombre, pois chiches.

P1090549bis.jpg

Mercredi
- le reste de la quichelette.
- Monsieur cuisine des pâtes aux brocolis et au citron.
 
Jeudi
- mon bento se retrouve dans une assiette car je suis finalement chez moi : sardines, riz et brocolis.
- un dîner rapide avant une réunion : sandwich mousse de sardine (sardine-fromage frais-citron)/concombre.

P1090555bis.jpg

Fin de l'expérience. Bilan financier : au total, j'ai dépensé 25,20 euros, soit une moyenne de 3,60 euros par jour, entre 0,65 euro (les pâtes aux brocolis) et 3,37 euros (le tagine) par repas, et j'ai très bien mangé.

Je n'ai sans doute pas complètement optimisé l'expérience du pur point de vue monétaire car :
- j'ai préservé un certain rapport qualité-prix qui me convenait, et, dans la mesure du possible des aliments français : du coup, je n'ai pas toujours choisi les produits les moins chers (quelquefois, si et ce n'est pas forcément satisfaisant, par exemple le fromage frais Carrefour ne vaut pas le St Morêt !).
- je ne suis pas allée en hypermarché ou sur des marchés réputés peu coûteux (Barbès par exemple à proximité, ...),*
- j'habite dans un quartier plus très populaire,
- j'ai acheté des petites quantités et il y a certains aliments plus économiques par lots plus importants.

Au global, récapitulons, j'ai mangé :

Oeuf, poulet, sardine, saucisse.

Brocoli, carotte, chou rouge, concombre, endive, oignon, poireau, "jardinière", salade.

Boulgour, lentilles, pain, pâtes, pois chiches, pomme de terre.

Fromage frais, mimolette, yaourt.
 
Ananas, banane, citron, kiwi, noix, orange, poire, pomme, pruneau, raisins secs.

Huile, moutarde.

Cela parait plutôt "équilibré", non ?

Cette expérience montre que, à condition de préparer ses repas et d'avoir une vigilance sur les prix, on peut y arriver. Mais c'est rigoureux et donc PAS FACILE.

Rendez-vous demain pour une autre expérience, celle d'Agnès.

Je vous suggère d'attendre la fin de la semaine pour commenter l'expérience.

 

*Origine des achats : Carrefour, Franprix, Picard, très peu dans les commerces de proximité

04/04/2014

Recevoir, ça s'organise...

La charmante Marine, avec qui j'ai souvent plaisir à (petit) déjeuner, nous avait cette fois conviés à un dîner chez sa mère, à l'occasion d'une rencontre avec un couple de Japonais en séjour à Paris. La soirée fut excellente et j'ai trouvé que le dîner, très réussi , était un parfait exemple d'une bonne organisation en cuisine pour ne pas trop se stresser (bravo Anne !) et ravir les invités.

Ainsi, il y eut une fraîche salade composée dans une jolie assiette, qu'on peut préparer avec un peu d'avance et assaisonner au dernier moment ;

P1090661.JPG

Puis un plat qui avait longuement mijoté et peut supporter un éventuel retard des invités, un sauté d'agneau, servi avec du riz, avec une viande fondante à souhait ;

recevoir à dîner, s'organiser pour recevoir, préparer un dîner en avance, plat mijoté, cuisiner pour recevoir

P1090663.JPG

Et en dessert, une délicieuse compote maison, accompagnée de biscuits du boulanger du coin et de glace pour ceux qui le souhaitaient.

P1090664.JPG

Et vous, comment vous vous organisez pour recevoir sans stress ?

02/04/2014

Un plateau télé vite fait, bien fait !

Quelquefois, on envisage de regarder la télé à l'heure du dîner en imaginant que cela en vaut la peine (cela nous arrive rarement). Du coup, c'est l'occasion de préparer une sorte de plateau télé "finger food". Et de se régaler, même si finalement le spectacle télévisuel est assez vite oublié...

plateau télé, soirée télé, manger devant la télé, recycler les restes, cuisine du placard, finger food, cuisine du congélateurCette fois, j'ai fait peu d'achats et j'ai beaucoup utilisé les ressources disponibles. le tout a été assez vite prêt :

- une boite de maquereau, un reste de St Moret, du citron, un peu de piment : des rillettes de maquereau, un de mes grands classiques :

- un reste de pâte à tarte, du cresson et des fanes des radis (tout cela dans le congélateur) qu'on fait revenir, on y ajoute des oeufs, du chèvre frais, et voilà une tarte salée ;

- souvenir d'un dîner passé et au congélateur aussi, de délicieux petits muffins salés poire-Roquefort-noix qu'il suffit de passer au four ;

- une soupe froide "4C" avec Carottes, lentilles Corail, Curry et lait de Coco ;

- des radis ;

- un gâteau marbré préparé la veille, avec une base de gâteau au yaourt et du cacao en poudre ;

- de la compote de poires et des petits sablés (reste de pâte à tarte), les deux légèrement agrémentés de "poudre des Bulgares" de Roellinger.

Tout cela a composé un agréable dîner et on a même des restes pour le lendemain !

Et vous, qu'est-ce que vous mangez devant la télé ?