Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/03/2015

Chouette, Veggivore de Clotilde Dusoulier est sorti (et il y en a un à gagner !)

J'avais adoré le premier livre de Clotilde Dusoulier, aussi bien les recettes que les histoires personnelles les accompagnant. Je lis régulièrement son blog où j'aime autant ses expériences culinaires que ses interviews, ses récits... J'ai observé qu'elle parlait de plus en plus végétaux et je n'ai pas été étonnée quand elle a sorti un livre sur la cuisine des fruits et légumes...en anglais. Quelle que soit mon envie de le découvrir, ma paresse (que je ne m'explique pas trop) avec les livres de cuisine en anglais gagne toujours !

J'ai donc été ravie quand Clotilde a annoncé la sortie française et je me suis précipitée pour l'acheter. Charmée par son contenu, heureuse de voir un livre (c'est encore trop rare) raisonner par saison, impatiente de me lancer dans les appétissantes recettes qui collent fort bien avec mes envies "veggivores". Et toujours le plaisir de découvrir des recettes fort bien expliquées, avec des suggestions de déclinaisons, des commentaires sur les ingrédients, ...

veggivore, clotilde dusoulier, cuisine de saison, blog culinaire, cuisiner les légumes d'hiver

Mais voilà que, quelques jours plus tard, j'ai eu la surprise et le plaisir d'en recevoir un exemplaire dédicacé gentiment, car on se connait un petit peu. Deux exemplaires ? Je pourrai en garder un tout beau tout propre et un autre à tâcher, corner, salir dans la cuisine. Mais ce serait du luxe ! J'ai plutôt envie de vous en offrir un, à l'un(e) de vous, fidèles lecteur(trice)s de ce blog.

Je ne suis pas très adepte des concours, j'en ai fait un seul en sept ans de blog, autour de la plus belle assiette composée. Mais voilà une jolie occasion de remettre cela.

Alors pas de prime au plus rapide qui mettra un commentaire, pas de tirage au sort, mais vous allez "travailler" !

Nous sommes en hiver et Clotilde Dusoulier nous propose naturellement des recettes autour des betterave, brocoli, carotte, chou de Bruxelles, chou-fleur, endive, poireau, potiron.

Si vous voulez participer au concours, pour gagner ce livre Veggivore, merci de poster un commentaire ici, décrivant un joli souvenir autour de l'un de ces légumes : betterave, brocoli, carotte, chou de Bruxelles, chou-fleur, endive, poireau, potiron : un moment particulièrement plaisant, le bonheur de savourer une recette familiale ou une que vous avez inventée, un plat délicieux que vous avez préparé, une découverte d'un accord de goûts, etc. en quelques lignes (pas un roman, maximum 1500 caractères).

La personne qui aura fait le plus joli commentaire (évalué très subjectivement par Clotilde et moi) gagnera le livre. Réponses souhaitées avant le 13 mars.

Pour ma part, j'ai déjà réalisé et savouré avec grand plaisir une salade d'endives aux noix et clémentines assortie d'une très bonne "vinaigrette" (la recette proposait des oranges mais j'ai fait avec ce que j'avais sous la main). Et aussi une tatin de poireaux, pas tout à fait aussi jolie que l'originale mais en tout cas délicieuse.

veggivore, clotilde dusoulier, cuisine de saison, blog culinaire, cuisiner les légumes d'hiver

veggivore,clotilde dusoulier,cuisine de saison,blog culinaire,cuisiner les légumes d'hiver

Côté sucré, on s'est vraiment régalés avec un fondant poire-châtaigne qui porte bien son nom et que j'ai envie de refaire très vite (ça tombe bien, j'ai un bon stock de farine de châtaigne !).

veggivore,clotilde dusoulier,cuisine de saison,blog culinaire,cuisiner les légumes d'hiver

Maintenant, à vos claviers ! Et vive les légumes d'hiver !

Veggivore de Clotilde Dusoulier, éditions Hachette Cuisine, 14,95 euros

25/02/2015

Je me souviens...

Je me souviens qu'elle se levait tôt tous les matins pour nous préparer une orange pressée,

Je me souviens qu'elle se tournait toujours vers des produits frais et n'achetait ni conserves ni surgelés,

Je me souviens qu'elle allait au marché trois fois par semaine et avait ses habitudes chez les maraîchers locaux,

Je me souviens qu'elle épluchait patiemment les épinards pour en faire une purée dont je n'ai jamais retrouvé d'équivalent,

Je me souviens qu'elle prenait toujours les morceaux les plus tendres chez le boucher,

Je me souviens qu'elle faisait des quatre-quarts, des cakes aux fruits confits, parfois un gâteau marbré ou une tarte aux pommes,

Je me souviens qu'elle faisait parfois des goûters crêpes et qu'elle passait beaucoup plus de temps à les faire que nous à les manger,

Je me souviens qu'elle n'aimait pas le riz et que du coup, on n'en mangeait jamais,

Je me souviens qu'elle cuisinait parfois un gratin de coquillettes le samedi midi,

Je me souviens qu'elle préparait rarement de la soupe et c'était toujours poireau-pomme de terre,

Je me souviens qu'elle avait acheté une yaourtière orange quand ce fut la mode et qu'on était passés aux yaourts maison mais qu'elle n'en mangeait pas,

Je me souviens qu'elle faisait de merveilleuses salades de fruits frais,

Je me souviens qu'elle faisait des frites, des pommes sautées, des pommes gaufrettes, des salades de pommes de terre mais qu'elle achetait des pommes dauphine,

Je me souviens qu'elle utilisait un très vieux robot, datant sans doute de son mariage, pour râper ou émincer,

Je me souviens qu'elle nous préparait des sandwiches en pain au lait pour les vacances et que j'aurais préféré de la baguette comme les autres,

Je me souviens qu'elle aimait la sole, les huîtres et le saumon fumé,

Je me souviens qu'elle aimait un certain gâteau à la crème de noix et aussi les sablés au citron,

Je me souviens qu'elle mangeait toujours les croûtons de la baguette,

Je me souviens qu'elle buvait du café au lait le matin et le digérait très bien,

Je me souviens qu'elle mangeait toujours des pommes Canada grises et jamais de poire,

Je me souviens qu'elle aimait le melon, les fraises, les pêches en été,

Je me souviens qu'elle adorait le café et pouvait en boire même le soir,

Je me souviens qu'elle m'a transmis le goût des bonnes choses.

Elle est partie.

Jacqueline G. 1933-2015

je me souviens,cuisine,famille,goût

19/02/2015

Dans la famille gâteaux, je choisis Pascale Weeks !

Je suis une diététicienne gourmande. J'adore les gâteaux, les pâtisseries, les desserts et je m'efforce de leur garder de la place assez souvent. Parmi mes douceurs maison favorites côté pâtisseries :

Il y a le gâteau au yaourt, que je décline à l'infini en changeant la farine, le sucre, la matière grasse, les ajouts.... et j'ai vu de nouvelles déclinaisons à expérimenter dans le dernier Zeste Magazine.

Il y a les tartes aux fruits, un bonheur en chaque saison, et j'ai trouvé mon bonheur côté base avec les pâtes à tarte d'Edda Onorato.

Il y a le gâteau chocolat-courgettes de Clotilde Dusoulier qui est devenu pour Monsieur LA référence de gâteau au chocolat.

Et il y a les cakes, les gâteaux tout simples mais si délicieux que depuis quelques années les pâtissiers chic appellent gâteaux de voyage. Je me suis rendue compte que, depuis quelque temps, quand j'ai l'idée de faire ce type de gâteau, à partir d'un ingrédient, pour un événement... je me tourne vers Pascale Weeks :

-soit son livre Cookies, muffins & co où il y a bien d'autres tentations que celles du titre...

J'ai ainsi fait et refait son délicieux cake au citron ("Lemon drizzle cake"), et je l'ai notamment servi lors de mes "braderies". Une des ses réussites est le sirop de citron que l'on verse sur le gâteau encore chaud, qui renforce l'arôme global du gâteau.P1110316.JPG

J'ai aussi transposé ce gâteau avec de l'orange et ce fut aussi un régal.

Ayant des noisettes en quantité sous la main, j'ai trouvé sur son site une vieille (presque 10 ans !) mais toujours parfaite recette de gâteau aux noisettesmoelleux et au goût bien marqué, que j'ai réalisé en miniature (avis aux personnes qui doivent manger sans gluten, les noisettes remplacent la farine donc ce gâteau est sans gluten).

gâteaux,pâtisseries maison,cakes,gâteaux de voyage,pascale weeks,blogs de cuisine,cake au citron,ardéchois,noisettes

En quête de recette pour utiliser une pâte de marrons la semaine dernière, je suis tombée sur une recette d'Ardéchois (que je n'ai pas mis dans sa boite) qui s'est avérée étonnamment légère, que j'ai accompagné d'une crème de marrons maison (NB : j'ai mis de la pâte de marron à la place de la crème de marron et ajoutée une infime quantité de sucre en plus). 

gâteaux,pâtisseries maison,cakes,gâteaux de voyage,pascale weeks,blogs de cuisine,cake au citron,ardéchois,noisettes

Pourquoi revenir ainsi toujours ou presque vers Pascale ? Parce que ses recettes, outre le fait qu'elles sont bien appétissantes, sont claires, détaillées et fiables. Elle a fait le boulot pour nous : souvent elle a fait des essais nombreux pour trouver la meilleure recette... Donc, si on suit les indications, les risques de rater sont quasi inexistants et le résultat est délicieux.

Hasard du calendrier, Pascale a justement publié il y a deux jours sur 750g, le site dont elle est rédatrice en chef, des conseils fort utiles et concrets sur la réalisation des cakes.

Et vous, avez-vous des références livresques ou bloguesques en matière de pâtisserie ?

16/02/2015

En route vers la sobriété JOYEUSE !

Il y a une douzaine d'années environ me semble-t-il, j'ai commencé à penser sérieusement que le bonheur n'était pas dans la possession, que l'accumulation ou le renouvellement permanent des objets n'était pas très intéressant. J'ai commencé a vendre ou donner nombre de livres que je ne relirais jamais, de disques que je n'écoutais pas, de vêtements à peine portés.
 
En 2005, j'ai lu L'Art de la simplicité, de Dominique Loreau qui paraîtra simpliste à certains mais avait résonné avec cet élan, et cela m'avait conforté dans mon idée de simplifier mon environnement. La même année, il y a bientôt 10 ans (oh déjà, pensons à fêter cela !), j'ai initié la démarche de devenir diététicienne. J'avais trouvé un métier qui avait vraiment du sens pour moi.
 
En 2008, j'ai commencé à pratiquer cette activité et la passion que j'ai pour elle m'occupe bien la tête et diminue naturellement les envies de consommer (les moindres revenus aussi !). Ce métier au carrefour de l'humain et de l'alimentation, m'a amenée à réfléchir sur de nombreux sujets ayant trait à l'agriculture, à la société, à la planète...
 
En 2011-2012, j'ai découvert Pierre Rabhi. J'avais écrit un billet sur son livre Vers la sobriété heureuse. J'avais beaucoup aimé ses convictions et son histoire, j'ai lu plusieurs livres de lui, je l'ai vu en conférence et dans des documentaires, entendu à la radio. Depuis au moins un an, je me suis vraiment lassée de sa dense présence médiatique qui n'est plus vraiment sobre.
 
Je reste toutefois attachée à son idée de sobriété et de cohérence mais je l'ai mis à ma sauce et je qualifie plutôt cela de sobriété joyeuse ! Car consommer avec modération, simplifier sa vie, aller à l'essentiel n'est surtout pas triste et réserve de multiples plaisirs et une vie pleine de gaieté. 
 
Comment cela se matérialise-t-il ?
 
Fin 2014, j'ai eu envie d'alléger encore davantage mon intérieur. J'avais notamment une collection de théières accumulées au fil des années et depuis longtemps enfermée dans un panier. Et aussi beaucoup de livres qui ne correspondaient plus à mon intérêt. Cela a été le point de départ d'une envie de faire plaisir en donnant certains objets ou livres à des amis. J'ai donc organisé trois après-midi de Braderie 0 euro, où tout un tas de choses était à emporter. Cela a été l'occasion de voir plein de personnes sympathiques, de papoter, de boire un thé avec quelques douceurs et de faire plaisir. Il reste encore beaucoup de choses, je vais les donner, les déposer, les partager...

20150124_082747.jpg

006.jpg

20150207_141126.jpg

Côté vêtements, je fais de moins en moins d'achats. J'aspire parfois à la simplicité de la monotonie qui permet à certains de se concentrer sur l'essentiel pour eux. Mais j'aime trop la diversité en toutes choses et les couleurs pour m'habiller toujours pareil. Je ne fais plus que très occasionnellement les boutiques ou les soldes mais je peux tomber par hasard sur une jolie pièce, ainsi il y a quelques jours, dans la vitrine d'une boutique de mon quartier, une veste égayant mon vestiaire, et d'un prix fort raisonnable.

20150128_135530.jpg

Toutefois, côté dépenses, je privilégie largement les moments aux objets, ceux passés au restaurant par exemple évidemment, tout en n'en abusant pas : mieux vaut du très bon occasionnellement que du banal régulier. Je vais de moins en moins au spectacle sans en ressentir de privation. J'étais une grande fan de danse moderne et contemporaine mais j'en ai sans doute trop vu et je me suis lassée. J'ai arrêté depuis quelques années de prendre mes habituels abonnements, j'ai refait une tentative cette année mais l'emballement n'est pas au rendez-vous pour l'instant. Je vais moins souvent à des concerts, c'est la première fois depuis bien longtemps que je n'ai pas pris de billet pour le prochain concert d'un chanteur que je suivais depuis ma jeunesse... Ni pour un ballet d'une compagnie que j'aimais. Mais je suis effarée par le prix des billets. J'achète très peu de disques, je préfère revisiter les essentiels de ma discothèque.
 
Je fais quand même quelques dépenses. Ainsi, j'ai enfin, après 25 ans, abandonné mon médiocre couteau à pain Ikea pour un très solide et tranchant, plus apte à venir à bout de l'épaisse croûte des pains qui me réjouissent.

sobriété heureuse,simplifier sa vie,sobriété joyeuse,pierre rabhi,simplicité,art de l'essentiel,modération volontaire

 
Et je profite de plaisirs sans cesse renouvelés et gratuits, regarder le ciel changeant, me promener dans Paris les yeux grand ouverts, arpenter des quartiers connus ou inconnus, observer la diversité des comportements humains... Et le bonheur des rencontres, des moments chaleureux avec les proches.
 
Bref, j'avance pas à pas sur ce chemin de la sobriété joyeuse, je m'en réjouis et il y a sûrement encore d'autres changements à venir.
 
Et vous, votre rapport à la consommation, aux objets a-t-il évolué ?
 

11/02/2015

Petite épicerie anglaise lorgnant vers l'Italie...

Je vous ai déjà parlé du livre de Marie Grave sur l'épicerie du Royaume-Uni. J'y avais repéré depuis un moment une recette de salade hivernale à la poire et au Stilton, un fromage bleu anglais. Je me mets en quête du dit fromage à associer avec poire, noix et salade. Et voilà que je tombe dans régal sur une recette de pizza (pas très traditionnelle diraient les puristes...) aux épinards, gorgonzola et poire. Je décide de remplacer le gorgonzola par du Stilton.

Du coup, je propose deux versions du quatuor poire-Stilton-épinards-noix :

- en salade,

- en pizza.

La salade, avec des poires crues et cuites, était absolument délicieuse, bravo Marie pour la recette.

La pizza, avec des épinards poêlés, était très bonne aussi mais j'ai encore des progrès à faire en pâte à pizza maison (et léger manque de cuisson)...

poire et stilton, fromage anglais, épicerie du royauem-uni, marie grave, épinards, pizza, salade, cuisine facile, repas végétarien

poire et stilton,fromage anglais,épicerie du royauem-uni,marie grave,épinards,pizza,salade,cuisine facile,repas végétarien

 

Et vous, quels furent vos récents plaisirs gourmands de saison ?

 

 

10/02/2015

J'ai testé pour vous... le pass Tryndo !

J'en ai déjà parlé ici, je me suis mise depuis quelques mois au yoga. Et j'étais tentée de découvrir quelques nouveaux lieux. C'est ce qui m'a donné envie de souscrire au pass Tryndo découvert par hasard, sans doute via twitter. Je fais un tour sur le site, je vois la diversité de l'offre et des salles et hop, sans trop réfléchir, j'achète un pass à 59 euros pour 10 cours dans 10 salles différentes (*). Carrément intéressant quand on connait les prix à Paris, plutôt autour de 15-20 euros le cours. Mais juste après avoir payé, je découvre, je n'avais pas vraiment fait attention, que le pass a une durée d'un mois. Dix cours en un mois ! Pas évident pour moi qui ai déjà un emploi du temps bien chargé...

tryndo,pass sport paris,yoga,choisir un sport,choisir une salle de sport,pass multi-sport multi-salles

Je ne me laisse pas abattre, je me plonge dans les propositions du site. Le fonctionnement est tout simple : on consulte par activité ou studio (malheureusement, pas par horaire, ce serait bien utile) ; on choisit un horaire ; on réserve ; puis on reçoit une confirmation par mail. Et après, on évalue le cours. Il y a plusieurs studios de yoga mais aussi toutes sortes d'autres propositions, danse, boxe, gym, arts martiaux... J'entrevois la possibilité de tester par exemple des activités comme la boxe ou la zumba que j'ai envie de découvrir depuis longtemps.

Dix cours en un mois, c'est au moins deux cours par semaine, en plus de mon habituel cours de yoga. Je programme divers cours de yoga, c'est ma priorité, mais ce n'est pas toujours simple de combiner lieu, horaire, style de yoga souhaités. Je me décide aussi pour un cours de boxe et un cours d'aquabike. Et le reste, on verra au fil de l'eau.

Parmi les cours de yoga, j'ai envie d'en tester le plus possible mais cela ne sera pas toujours possible en termes d'horaire (et pour cela, il y aurait plutôt le YogaPass, toujours pas essayé). Pour une part, je n'ai pas pris trop de risque : un cours pour retrouver Laurence Gay, prof que j'avais beaucoup appréciée, chez Big Apple Yoga. Je retourne chez Ashtanga Yoga où j'avais pris un cours pendant l'été et je tombe sur le même prof et passe un cours tonique et plutôt sympa. Un peu moins emballée par le cours chez Trini Yoga, assez beau studio, que je trouve le cours trop orienté vers le fait de se donner à fond et pousser ses limites, pas ce que j'attends du yoga personnellement. Cela dépend beaucoup plus du prof que du lieu même si celui-ci fait sûrement des choix de style. En revanche, j'ai découvert et beaucoup apprécié un cours chez Be Yoga, avec une prof qui m'a beaucoup plu. 

tryndo,pass sport paris,yoga,choisir un sport,choisir une salle de sport,pass multi-sport multi-salles

J'ai aussi pris un cours plutôt sympa d'aquabike aux Aquabikettes, lieu beaucoup plus accueillant et lumineux que ceux que j'avais connus auparavant pour cette discipline, et tout proche de mon cabinet. Mais cela ne me passionne pas trop, je préfère, si j'en ai l'occasion (et les moyens...) pédaler seule à mon propre rythme.

Dans le champ des découvertes, j'ai pris un cours de boxe féminine au Battling Club. En 1h30, on se dépense bien, on a l'avantage d'entrer tout de suite, même comme débutante, dans le vif du sujet, que ce soit le sac, quelques éléments de technique, des mini-échanges. Bonne ambiance, je tiens le coup, mais je ne ressens pas l'envie de me lancer plus avant dans cette activité.

Dernier épisode, pour utiliser encore un "crédit" et seule disponibilité un lundi matin, je choisis du Crossfit, une activité vraiment loin de moi. 8h30 du matin, j'arrive à la salle, tout sauf luxueuse, l'ambiance est au travail intensif : il s'agit d'entrainement non stop avec enchaînement rapide de plusieurs exercices qu'on doit réaliser le plus vite possible. J'en ai d'ailleurs découvert un que j'ignorais, fort impressionnant (et que je ne suis pas prête de faire !) : des pompes en position de poirier (appelées HSPU "handstand pushup") !!! Heureusement, il y avait un prof fort compréhensif, qui m'a proposé des exercices de débutant, à faire à mon rythme et en me montrant les mouvements avec précision, insistant sagement sur le fait qu'il fallait les maîtriser avant de les enchaîner à toute vitesse. Je me suis dépensée, pas tant que ça finalement, mais l'ambiance performance et gros muscles, pas vraiment pour moi !

Bilan :

-Quantitativement : j'étais partie avec l'illusion que j'arriverai à profiter de dix cours, cela n'a pas été possible, j'ai finalement profité de 7 cours, c'est déjà bien ! Soit environ 8 euros le cours, ce qui reste très raisonnable. 7 cours "seulement" car j'ai annulé au dernier moment un cours de yoga prévu le 7 janvier, où je n'avais pas le cœur à sortir, j'ai renoncé à un cours de Kravnaga car cela m'aurait trop courir d'un rendez-vous à l'autre et j'ai annulé, sans avoir le temps de choisir autre chose, un cours de yoga bikram (yoga en salle surchauffée) car je n'avais finalement pas envie de me faire du mal à transpirer excessivement...

- Qualitativement : contente de l'expérience globalement, d'être un peu sortie de ma "zone de confort" en essayant des disciplines peu familières, d'avoir découvert un nouveau cours de yoga qui me donne clairement envie d'y retourner. Et finalement cela me conforte dans mes préférences de yoga et natation !

- Je trouve ce principe de pass vraiment intéressant si on a envie (pas par contrainte !) de se (re)mettre à une pratique sportive ou de mouvement et que l'on ne sait pas trop ce que l'on pourrait apprécier. Un cours, c'est bien pour découvrir mais évidemment, il faut parfois faire l'effort de persévérer un peu pour apprécier une activité... Et globalement, bougeons pour le plaisir, pour se faire du bien, pour être bien dans son corps, pas par obsession de sa silhouette... J'ai bien aimé lire ainsi cette vision du sport serein

Et vous, vous aimeriez avoir un pass sportif multi-salles ?

* Ce pass de 10 cours mensuels valait 59 euros. Il vient de disparaître et a été remplacé par un "pass illimité" (avec pas plus de 3 visites d'un même lieu quand même...) à 99 euros par mois. Cela peut intéresser des personnes très disponibles, sportives et éclectiques mais ce n'est pas pour moi. 

Visuels Tryndo, © gl_sonts - Fotolia.com, 

09/02/2015

Le blog a 7 ans. Age de raison ? Certes non !

Fotolia_©Anna_Frajtova_blog.jpgEh oui, c'est le 9 février 2008, alors que je venais d'être diplômée depuis quelques mois mais n'avais même pas encore ouvert mon cabinet que je créais ce blog, sans trop réfléchir (cf l'adresse du blog, totalement inefficiente pour des recherches ciblées !). Parce qu'un ami coach et une collègue diététicienne m'avaient donné leur exemple. Je voyais cela à la fois comme un moyen de me faire connaitre et de défendre mon approche de l'alimentation, sans régime, sans privation.

Depuis, les visites n'ont cessé de croître, mon envie d'écrire ne se dément pas, même si le temps me manque pour publier sur tous les thèmes dont j'aimerais vous parler.

Alors 7 ans, l'âge de raison ? Si la raison veut dire publication régulière, sujets très sérieux, thèmes ordonnés, eh bien je crains de devoir répondre non... Car sur ce blog, comme dans la vie, je fonctionne à l'envie, au plaisir, à l'intuition. Et je crois que je vais continuer ainsi. Ravie si cela vous convient !

Et surtout, merci merci merci de me lire, de commenter parfois et de continuer à le faire !

NB : ce soir, je participe dans le cadre d'HEC au Féminin à une table ronde sur le thème "Les Femmes à la (Re-)conquête du Goût", en compagnie de dynamiques entrepreneuses dans l'univers de la gastronomie et du goût. Je vous raconterai cela prochainement (pour ceux qui ne le sauraient pas, j'ai fait HEC et travaillé 20 ans en entreprise avant de choisir ce métier par passion).

 

Illustration © Anna Frajtova - Fotolia.com

 

 

08:30 Publié dans Activités d'une diététicienne | Lien permanent | Commentaires (10) | |  Facebook | |  Imprimer

04/02/2015

Connaissez-vous Thomas d'Ansembourg et l'intériorité transformante ?

Thomas d'Ansembourg est un auteur, conférencier, thérapeute belge, spécialisé dans la "conscience non violente" telle que nommée sur son site, en lien avec un domaine communément appelé communication non violente (CNV). Il est notamment l'auteur d'un livre dont je parle souvent à mes patients que je sens dans certaines difficultés relationnelles, “Cessez d’être gentil, soyez vrai - Etre avec les autres en restant soi-même” (2001). Je le connais de réputation depuis plusieurs années, je trouve ses propos très intéressants et j'ai eu la chance d'assister pour la première fois à une conférence qu'il animait la semaine dernière à Paris. Conférence à l'initiative de l'Association Française pour la Communication Non Violente, accessible pour un prix très raisonnable de 14 euros vs des experts ou pseudo gourous qu'on voit régulièrement demander bien davantage...
 
La conférence était très riche et stimulante, mettant l'accent sur une notion fondamentale pour lui, l'intériorité transformante. Se relier à son intériorité est parfois évacué car on croit que cela doit être associé à une religion, or, ce n'est pas nécessairement le cas et, a contrario, on peut pratiquer une religion sans se mettre dans cette position. "S'asseoir régulièrement sur la chaise de l'intériorité transformante" permet, affirme Thomas d'Ansembourg, de voir autrement ce qu'on a regardé, de remettre en question des positions. Il a donc vivement incité à ralentir, s'asseoir, faire silence pour "laisser le seau du discernement descendre dans le puits de la connaissance infinie". Il a d'ailleurs indiqué que ces moments d'arrêt existent dans toutes les traditions. Mais aujourd'hui ? Est-ce que l'on n'est pas bloqué individuellement et/oucollectivement  selon la formule tellement évidente de Paul Watzlawick : "Si l'on fait ce qu'on a toujours fait, on obtient ce qu'on a toujours obtenu". 
 
Il nous a montré par un petit "jeu" avec notre voisin de siège que l'on pouvait vivre un profond contentement dès lors qu'on répondait à nos besoins fondamentaux de relation à soi, à l'autre, à l'univers. Mais beaucoup de personnes se sont éloignées de leur chemin de vie et se sont bloquées dans des enfermements et des automatismes qui les rendent malheureuses. Et très souvent mettent en place des mécanismes compensatoires (tabac, alcool, ...), abusent des autres, sont agressifs, malveillants, développent des comportements avides.
 
Car selon cet homme souvent percutant dans ses formulations, "on a davantage appris à compenser le mal-être qu'à vivre le bien-être". Il a souligné certains pièges dans lesquels on tombe fréquemment :
- le faire sans répit et l'avoir plutôt que l'être, ce qui nous entraîne dans une course perpétuelle qui nous épuise et épuise la planète,
- la culture du malheur, l'habitude de se plaindre plutôt qu'être joyeux et se réjouir de ce qu'on a.

thomas d'ansembourg,cnv,acnv,communication non violente,intériorité transformante,méditation,écoute de soi,prendre soin de soie

 
Mais, bonne nouvelle, on peut "se réaligner sur son chemin de vie" par un apprentissage progressif, en commençant par s'apporter de la douceur à soi-même, par nourrir son intériorité transformante avec, selon les préférences de chacun, de la beauté, de la joie, de la nature, du lien, de la méditation, de la simplicité..., par développer un rapport pacifié avec le temps. Et Thomas d'Ansembourg affirme que cela est le contraire de l'égocentrisme car "un citoyen pacifié devient un citoyen pacifiant". Avec à l'appui une citation de l'écrivaine Christiane Singer "Dans ce monde qui se dessèche, si nous ne voulons pas mourir de soif, il nous faudra devenir source". 
 
Pourquoi cela me parle ?
 
- Je vois chaque jour des personnes qui compensent un mal-être, tel que le décrit Thomas d'Ansembourg, par une surconsommation ou une sous-consommation alimentaire.
- Il a commencé sa conférence en disant "il n'y a pas de fatalité. Notre capacité à nous transformer et à transformer le monde est aussi puissante qu'ignorée, il suffit de réapprendre" : cela me rappelle ce que je dis dans mon domaine à de nombreuses personnes qui me consultent : il n'y a pas de fatalité, on peut faire la paix avec la nourriture, il faut juste y aller à son rythme, étape par étape.
- J'ai le sentiment d'avoir entamé moi-même une part de ce travail pour revenir sur mon propre chemin et de le vivre très joyeusement, dans le bonheur de la rencontre avec l'autre et du ralentissement.
 
Et vous, que vous évoque ce compte-rendu ?
 
Si vous voulez avoir  un (long) aperçu du Monsieur, j'ai trouvé en ligne la captation d'une conférence de 2014 sur les rapports homme-femme.
 

02/02/2015

Janvier côté douceur de bons repas

En ce mois de janvier, il est possible que l'on ait eu encore davantage que d'autres débuts d'année envie de douceur et de réconfort alimentaire, de se réunir autour de bons plats, de partager de chaleureux moments. Le récapitulatif mensuel se limitera à un petit échantillon gastronomique personnel :

Des pâtes, toujours délicieuses, toujours différentes, des penne pleins de parfums,  des pâtes de Cucugnan, des cannelloni...

20150103_201330.jpg

 

20150110_201052.jpg

De merveilleuses endives au jambon légèrement décalées de la recette classique.

plats d'hiver,les pâtes ne font pas grossir,nabe de saumon,pascade,mure paris 9,epicerie generale,ito chan,professore,restaurants paris 9,diététicienne gourmande

Des légumes variés mijotés, aussi savoureux chauds que froids

20150118_202148.jpg

20150119_142708.jpg

Un merveilleux nabe (sorte de pot-au-feu) japonais au saumon

20150111_131659.jpg

De la soupe évidemment, avec une jolie trouvaille parfumée : utiliser un fond de lentilles Beendhi fortement épicées et les mêler/mixer avec divers légumes (carotte, potimarron..) pour une soupe bien relevée.

20150104_170823.jpg

Et dehors :

Un assortiment végétarien dans un sympathique et raisonnable restaurant libanais que je fréquentais dans mon ancienne vie de consultante basée du côté de Richelieu-Drouot, Cedrus.

20150110_135143.jpg

La découverte d'un bon restaurant italien, à l'ambiance sympathique, Professore, où j'ai apprécié un bar fort bien cuit et la bonne habitude transalpine de donner le choix de l'accompagnement de légumes (des épinards, hors photo).

20150123_125719.jpg

Et celle d'un plaisant japonais, Ito Chan, où le plateau-déjeuner à 12 euros me parait être une plutôt bonne affaire (choix entre poulet et dorade sur ce plateau, ou sinon ramen, pas d'option végétarienne).

20150127_123855.jpg

Le plaisir de retourner à la Pascade et de me régaler d'une pascade hivernale où se mêlent fort joliment brocoli, daikon (radis blanc), cerfeuil, poivre Sansho, fruit de la passion.

20150129_131722.jpg

Une incursion à la très voisine Epicerie Générale, pour un assortiment de légumes et céréales plutôt plaisant et un brownie vivement recommandé, à juste titre, par Mingou Mango bien que sans gluten (ce lieu est tombé dans la mode de ne faire que des gâteaux sans gluten, certains sont très réussis, d'autres moins, même le personnel le dit...)

20150116_133249.jpg

De nouveaux déjeuners chez Mûre (à éviter entre 12h30 et 13h30), je ne me lasse pas de leurs délicieux trios de salades et je rêve que leur succès leur fasse ouvrir une annexe un peu plus près de mon cabinet...

20150112_123141.jpg

Enfin, côté sucré, une première visite à un nouvelle boulangerie voisine du boulanger (déjà installé ailleurs) Sébastien Mauvieux, Pain Pain : je me suis concocté un déjeuner rapide et ai beaucoup apprécié son éclair au café, une de mes pâtisseries favorites : généreux glaçage, crème au café bien parfumée, pâte à choux moelleuse mais pas ramollie.

plats d'hiver,les pâtes ne font pas grossir,nabe de saumon,pascade,mure paris 9,epicerie generale,ito chan,professore,restaurants paris 9,diététicienne gourmande, pain pain sebastien mauvieux

 Bon appétit !

26/01/2015

"Marronnier" d'hiver : revoilà les St Jacques !

Vous connaissez sans doute les "marronniers" dans la presse, ces sujets, souvent pas vraiment essentiels, qui reviennent chaque année... Eh bien, en voilà un sur le blog... Je crois qu'à peu près tous les hivers, je vous parle coquille St Jacques : début 2012, fin 2012, début 2013, fin 2013, début 2014... En particulier en ce week-end de fin janvier où la fête de la St Vincent nous amène les coquilles St Jacques d'Erquy directement à Montmartre, dans une ambiance festive et marine.

20150125_084639.jpg

Cette année n'a pas failli. Monsieur est fan d'aller quérir quelques St Jacques fraîches place des Abbesses puis de les cuisiner simplement pour ne pas masquer leur goût. On aussi profité de la fête pour déjeuner sur place samedi midi : il y avait foule, le soleil était au rendez-vous, l'ambiance souriante, les huîtres excellentes et la soupe de poisson pas mal. Il y avait aussi des brochettes de St Jacques, des saucisses, des crêpes...

20150124_130436bis.jpg

Samedi soir, Monsieur a fait dans le classique mais toujours excellent, des St Jacques poêlées rapidement avec une fondue de poireaux.

20150124_200917.jpg

Dimanche midi, il a préparé des brochettes avec poivron, tomates cerise et chorizo. Moins de saison, de la culture française probablement sous serre mais soyons indulgents... C'était délicieux ! Accompagné d'une toute fraîche "salade" endive-pomme-poivron-raisins secs.

20150125_130154.jpg

Bref, si vous êtes parisien(ne) et amateur(trice) de St Jacques, je vous recommande une petite visite montmartroise l'année prochaine à cette date, pour déguster sur place ou emporter !