Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/03/2016

Février, lectures au programme !

Que de lectures en février. Quelques-unes :

Monde agricole

- On parle beaucoup d'agriculture ces jours-ci car ce monde est en grande difficulté et que se tient actuellement le Salon de l'Agriculture.

J'ai été intéressée notamment par cet article de Reporterre sur le renouveau de la paysannerie et sur cet autre du Monde sur des éleveurs qui sortent de la productivité à tout prix : on y voit que, malheureusement, le système est biaisé dès le départ... « A l’école d’agriculture, on vous apprend qu’on fait du lait avec du maïs, pas avec de l’herbe ». Comme chez les boulangers qui n'apprennent plus à faire du pain au levain. Ou d'ailleurs chez les diététiciennes où on apprend les calories et les régimes et aucune psychologie ;-)

Viande

J'ai trouvé très intéressant cette large réflexion sur la question de la viande suite à une nouvelle sinistre affaire d'abattoir.

Demain

Vous avez probablement entendu parler de l'inattendu et considérable succès du film Demain. A ce sujet, un intéressant échange entre Cyril Dion et des internautes, et une analyse de la signification de ce succès.

Grossophobie

Je vous parlais récemment de la grossophobie médicale. La grossophobie, on le sait bien malheureusement, est souvent à l’œuvre dans le monde du travail, comme le montre ce triste exemple. Il y a heureusement parfois des contre-exemples : j'ai séjourné récemment dans un hôtel de chaîne dont l'une des hôtesses d'accueil était loin du profil type, bien ronde et pleine de tatouages. Elle était très souriante et faisait super bien son boulot : n'est-ce pas l'essentiel ?

Livres

J'ai eu le plaisir de participer à une soirée qui fêtait les 25ans des Editions de l'Epure (peut-être connaissez sa longue série "10 façons de préparer..."), d'y revoir Alessandra Pierini à laquelle je rends souvent visite dans sa magnifique épicerie RAP, et l'éditrice Sabine Bucquet-Grenet et de rencontrer Martine Camillieri qui m'a dédicacée son livre "10 façons de préparer le zeste"). Je me suis empressée de faire une des recettes les plus basiques du livre dès le lendemain matin, du beurre zesté, un délice sur des tartines.

agriculture,monde agricole,grossophobie,demain le film,viande

Pâtisserie

Au-delà de ses gourmandes recettes italiennes, je suis fan des billets d'astuces d'Edda Onorato. cette fois, cela concerne les gâteaux au chocolat.

 

Une citation pour finir, partagée sur twitter par Jean-Philippe de Tonnac :

"La lâcheté, la haine, peuvent étendre leur nuit,

Rien n’obscurcira la beauté de ce monde"

Ilarie Voronca 1903-1946 tout le poème ici).

 

 

 

01/02/2016

Janvier deci-delà...sur internet

J'ai été pour le moins légère en termes de billets de blog ce mois-ci mais je reste fidèle à ce petit rendez-vous mensuel.

Alors, en ce mois de janvier, j'ai lu diverses choses intéressantes sur internet. En voici quelques-unes :

Cuisine et pâtisserie

J'ai bien envie d'essayer ce mode de cuisson des œufs pochés, suggéré par Pascale Weeks.

J'ai trouvé qu'étaient très bien faits ces deux billets écrits par Edda Onorato pour décrypter la chimie de la pâtisserie côté ingrédients centraux et cuisson

A propos de pâtisserie, une délicieuse pâtissière de Bordeaux en partance pour le Canada (que je ne connais que par les réseaux sociaux) a la gentillesse de partager plein de recettes sucrées .

 

Avenir de l'alimentation

Certains s'y intéressent, notamment Gilles Fumey, géographe de l'alimentation, qui a initié le site Food 2.0 Lab "Penser l'alimentation de demain" en liaison avec les travaux de son laboratoire.

Comportement alimentaire

Mince alors ! Une video pédagogique à l'intention des ados ou de leurs parents expliquant les troubles du comportement alimentaire de façon simple et imagée, sans simplification excessive. Elle est réalisée par la chaire ANCA, un organisme qui promeut une alimentation saine. Le questionnaire de dépistage et plus d'infos ici.

 

Vivre bien

Une belle interview du psychiatre Christophe André (qui prolonge ce qu'il racontait dans le passionnant livre Les psys qui est à donner en exemple de comment on peut agir sa vie malgré des déterminants sociaux et émotionnels pas évidents, en y travaillant sans répit bien sûr.

Un proverbe chinois cité par la prof de yoga Laurence Gay : «Quand le vent du changement souffle, certains érigent des murs, d’autres construisent des moulins»

Quelques conseils pour mieux utiliser son temps, suggérés par un moine zen : yapluka ?!

A propos du temps, une belle phrase essentielle à la fin d'un docu hommage à Bernard Maris : "Time is not money"...

Dormir : alors que je ne cesse de parler de l'importance de bien dormir, j'ai été intéressée le témoignage sincère de Géraldine Dormoy de L'Express Styles sur son nouveau rythme de sommeil.

Et vous, qu'avez-vous lu/vu en ligne d'intéressant ?

 

06/01/2016

2016 : faites de SAM votre ami, il vous le revaudra !

Bon, ok, on sait, les résolutions de début d'année, ça ne sert pas à grand chose, ça ne tient jamais bien longtemps... Mais la pause plus ou moins tranquille de fin d'année vous a peut-être permis de prendre un peu de recul et de penser à vous. Car vous êtes important(e) ! Et c'est pourquoi j'aimerais que SAM devienne votre ami quotidien. Mais de quoi je parle ?!

Eh bien, je vous présente S.A.M : c'est un ami constitué des trois piliers vous permettant de mener une bonne vie :

- le SOMMEIL,

- l'ALIMENTATION,

- le MOUVEMENT.

Fotolia_©yoshi5.jpg

Les enfants savent réclamer à manger quand ils ont faim, bouger en tous sens spontanément puis s'écrouler quand ils ont sommeil. Pourquoi ne pas retrouver cette écoute intuitive de nos besoins si on l'a perdue ?

Dormir, c'est le pilier fondamental et souvent beaucoup trop négligé. Or, c'est tellement régénérant de dormir suffisamment. Faites-en l'expérience et vous jours se dérouleront bien différemment. Je rencontre souvent des personnes stressées, très émotives, fatiguées. Et qui, étrangement, ne font pas forcément le lien avec le manque de sommeil. Je suis vraiment triste pour ceux qui ont réellement beaucoup de difficultés à dormir et je les incite vraiment à en comprendre les causes (nervosité, angoisses, habitudes, alimentation, rythme...) pour sortir d'un état forcément pas optimal. Mais je trouve dommage que d'autres décident volontairement de se priver d'une dose de sommeil pour davantage remplir leurs journées.

Manger est un besoin fondamental bien sûr mais aussi un plaisir. Loin de moi l'idée de vous imposer une alimentation stricte et triste, bien au contraire ! Pas de privation, mangez de tout, aimez la variété, partez à la découverte de nouvelles saveurs. Et arrêtez de croire et vouloir appliquer toutes les fantaisies alimentaires que vous lisez ou entendez. Ecoutez plutôt les envies de votre corps, il sait ce dont il a besoin. 

Bouger, peut-être en a-t-on oublié la nécessité. De la même façon, je ne suis pas du tout une ayatollah du sport. Mais le mouvement, notre corps en a besoin : bougez, marchez, étirez-vous, dansez, pédales, nagez, tout ce que vous voulez et que vous aimez : essayez, si ce n'est pas déjà le cas, et vous verrez que vous vous sentirez très bien. Le plaisir plutôt que la performance.

Bien sûr, bien vivre, cela veut dire aussi être entouré de proches avec qui on se sent bien, d'être épanoui(e) dans son travail, de pratiquer des activités qu'on aime, ... Mais sans ces trois piliers SAM, vous risquez d'avoir du mal à profiter de tout le reste...

Alors, petit conseil à prendre si vous en avez envie, si vous en ressentez le besoin, pensez à votre nouvel ami SAM un peu chaque jour et demandez-vous si vous lui prêtez assez d'attention. Car si vous le faites, vous verrez que vous apprécierez... Et si vous avez des éléments de votre mode de vie à changer, prenez votre temps, écoutez-vous, faites-vous confiance.

 

Visuel Fotolia © yoshi5

01/01/2016

Belle année 2016 !!!

 

Bonjour, retour de la Minute Gourmande pour vous souhaiter une

Voeux_2016_blog.jpg

 

31/12/2015

Décembre 2015 : je remplis mon garde-manger

Petit retour sur les bons côtés, les jolis moments de 2015, ceux dont je n'avais pas pris le temps de vous parler sur le blog, et ils vont nous amener tranquillement à la fin de l'année.

Cet été, je vous avais parlé de mon déménagement. Mais déménagement ne veut pas forcément dire emménagement immédiat... Il peut y avoir des étapes intermédiaires, des travaux, une installation progressive. C'est le cas pour moi. Mais j'ai commencé peu à peu à cuisiner dans ma nouvelle "maison". J'avais majoritairement liquidé mes stocks alimentaires avant de faire mes cartons. Du coup, décembre a été propice à quelques étapes de constitution d'un garde-manger de base de produits non périssables. Tout ne vous paraitra peut-être pas du domaine du basique indispensable selon vos propres besoins, question de goût...

Cela a commencé par une visite au Salon Saveurs début décembre. Cela faisait plusieurs années que j'avais espacé mes visites, manque de temps et relatif désintérêt. Mais cette année, j'étais libre le lundi matin et, après avoir reçu plusieurs invitations, j'ai pris la peine de regarder la liste des exposants sur le site et de voir qu'il y avait visiblement matière à une plaisante visite. Ce fut le cas et je suis repartie avec quelques emplettes sucrées : de délicieuses confitures de Stephan Perrotte (après en avoir goûté beaucoup sur le stand !), champion du monde de confiture. On avait déjà découvert les confitures qu'il a imaginées en partenariat avec la Maison du Miel et on était ravis d'échanger avec son associé et lui. J'ai apprécié son souhait de ne pas se développer trop vite pour être sûr de garantir le maintien du niveau de qualité. Je suis par ailleurs revenue avec du sirop d'érable, de la pâte de pruneau (pour changer un peu des pruneaux...).

20151207_121114.jpg

On a peu après fait une escale à l'Epicerie italienne Rap pour de la très bonne huile d'olive et des pâtes Martelli, la marque favorite de Monsieur.

En boutique bio et ailleurs, j'ai constitué un stock de toutes sortes de "graines" (céréales et légumineuses) pour mes bentos ou des dîners végétariens : quinori, boulgour, petit épeautre de Haute-Provence, du riz basmati Tilda (chez Velan, passage Brady), ...

20151223_173806.jpg


J'ai aussi acheté une variété de fruits secs et oléagineux, utiles pour les salades, le granola (je vais m'y remettre) voire à grignoter : noisettes, noix de pécan, noix de cajou, raisins secs, abricots secs, pruneaux... Et des flocons de céréales à manger tels quels, avec laitage et fruits ou à utiliser comme base de granola. De la farine, blé et sarrasin pour commencer, d'autres suivront au fil des besoins.

J'ai rendu visite à Laurence de Chocolatitudes, une de mes boutiques favorites pour me fournir en très bon chocolat à manger ou à cuisiner. Et, côté sucré, j'ai aussi acquis de la pâte de noisette, de la crème de marron... Des miels à la Maison du Miel.

20151223_173710.jpg

20151223_173741.jpg

Il me restait quelques épices, aromates, assaisonnements, mais j'ai refait un petit stock de ceux que j'utilise souvent (coriandre, cumin, paprika, cannelle...), du sésame, de la moutarde, des cornichons, du vinaigre de Banyuls de la Guinelle, que j'aime beaucoup.

20151223_173907.jpg

On a passé une commande à la Compagnie Bretonne du Poisson car on aime beaucoup leurs produits et je mange de temps en temps thon, sardines, maquereau qui agrémentent parfois une assiette composée.

Côté boissons, j'ai une bonne provision de thé arrivée tout droit du Japon.

Voilà... Avec tout ça, quelques bonnes recettes et plein de fruits et légumes de saison, on ne devrait pas mourir de faim !

Côté frais, il y a progressivement du beurre, des œufs, des yaourts, du parmesan, de la feta, de la ricotta...

Et vous, quels sont vos basiques du garde-manger ?

Très bon réveillon de fin d'année ! (vite, je pars en cuisine, à demain !)

28/12/2015

Septembre 2015 : je vais au marché avec les chefs !

Petit retour sur les bons côtés, les jolis moments de 2015, ceux dont je n'avais pas pris le temps de vous parler sur le blog, et ils vont nous amener tranquillement à la fin de l'année.

Un dimanche de septembre, dans le cadre de la Fête de la Gastronomie s'est déroulée une opération, orchestrée par Relais & Châteaux, que j'avais pressentie intéressante et qui l'a confirmé : Allons au marché avec les chefs ! En plus, cela se passait tout près de chez moi.

Il s'agissait d'un marché de maraîchers, mais pas n'importe lesquels, des producteurs venus de dix régions de France, fournisseurs de légumes et de fruits de haute qualité pour des chefs multi-étoilés. Du coup, les stands du marché étaient tenus par des duos chef/maraîcher, réunis pour nous faire découvrir de beaux et bons légumes de saison. Et nous inciter à cuisiner et manger bon et sain.

allons au marché avec les chefs,fete de la gastronomie,relais et chateaux,marché de chefs

J'avais craint une grande affluence (les photos publiées ensuite me l'ont confirmé), du coup j'y suis courageusement allée de très bonne heure, vers 8h15 (Etre voisine, cela facilite !). Ce fut une bonne idée, il y avait alors très peu de clients. Du coup, tout le monde, chefs et maraîchers, étaient assez disponible. Olivier Roellinger, qui avait préparé une soupe, pestait un peu contre la plaque de cuisson peu performante pour sa grande marmite mais cela s'est vite arrangé avec l'aide de Julien Dumas, qui lui a gentiment prêté la sienne en complément...

allons au marché avec les chefs,fete de la gastronomie,relais et chateaux,marché de chefs

Sur place, j'ai découvert, outre la richesse et la variété des stands, qu'on pouvait aussi faire une bonne action en se régalant au profit de l'ANDES (dont j'admire le travail) : chacun des chefs avait conçu une recette servie en mini-portion et la vendait 2 euros au profit de cette association. Malheureusement, j'avais un déjeuner au restaurant prévu le midi et je ne voulais pas me couper l'appétit, sinon, je crois que j'aurais goûté beaucoup de choses... Je me suis contentée de très légères lamelles de céleri au pesto de céleri joliment préparées par Julien Dumas, le jeune et sympathique chef de Lucas-Carton, associé au célèbre maraîcher Joël Thiebault.

allons au marché avec les chefs,fete de la gastronomie,relais et chateaux,marché de chefs

J'ai fait quelques courses de saison (les toutes dernières tomates venues du Sud ont tenu compagnie à des poireaux crayons, des haricots verts et haricots coco du maraîcher d'Olivier Roellinger, Eric Bocel, des carottes et céleris-raves de Joël Thiebault, ....

allons au marché avec les chefs,fete de la gastronomie,relais et chateaux,marché de chefs

Donc, opération plaisante et réussie, qui sera sans doute renouvelée. Mais est-ce utile ? Une telle opération un peu chic (mais un effort avait été fait sur les prix, m'a-t-on dit) atteint-elle l'objectif (que je suppose) de donner envie aux Parisiens de retourner au marché et de délaisser un peu le supermarché ? Encore faudrait-il sans doute des horaires adaptés et une vraie différence de qualité sans des prix déraisonnables...

Et vous, vous allez parfois, souvent, jamais au marché ? Vous aimez ça ?

27/12/2015

Août 2015 : je traque les bonnes adresses

Au mois d'août, je suis majoritairement restée à Paris, partiellement en vacances, avec du temps pour cuisiner mais aussi l'envie de sortir un peu. Comme chaque année, j'en avais parlé, la grande majorité des restaurants étaient fermés*. Il est bien normal que leurs équipes prennent du repos, dans un métier ô combien exigent. Mais quelle déception pour les touristes et vacanciers de trouver autant de portes closes s'ils se réjouissaient d'un séjour emprunt de gastronomie à Paris...

Pour les Parisiens de plus en plus nombreux à être en partie présents par souci budgétaire ou fractionnement des vacances, la rareté peut susciter la curiosité : quand on ne fréquente pas ses tables favorites, on peut en découvrir d'autres avec plus ou moins de réussite. Ainsi, j'ai un bon souvenir de la Maison Bleue où j'ai mangé une assiette végétarienne comprenant de succulents légumes à la braise (la cuisson à la braise est la spécialité du lieu et c'est sympathique qu'elle soit appliquée aux légumes).

paris au mois d'aout,restaurants ouverts en aout,le 1 hebdo spécial paris,philippe meyer

Pourrait-on imaginer une sorte de réglementation ou de code de bonne conduite qui organiserait les fermetures entre juillet et août ? Faut-il le souhaiter ? Je n'y crois guère alors que, dans le même temps, l'organisation des congés d'été des boulangeries a été supprimée et l'on a pu craindre que les parisiens doivent errer tristement en quête d'une baguette fraîche...

Du coup, revenant sur cette période, je me disais que Paris est peut-être dans une période de transition. Ou un mélange complexe entre un Paris qui vit, qui travaille, qui a droit à du repos à la française et un Paris très touristique, de plus en plus animé et "consommée" toute l'année par des visiteurs venus d'ailleurs, qui ont envie d'en profiter à fond, notamment, pour certains, en mangeant bien. Et être une ville touristique, cela veut dire des ouvertures permanentes, le dimanche, en été, tard... Quelle compatibilité avec notre "modèle" social ? Alors que je me faisais cette réflexion, j'ai lu une interview assez désabusée du journaliste Philippe Meyer dans Le 1 Hebdo sur Paris : selon lui, comme Paris s'est vidée de sa diversité sociale, travailleuse et habitante, via les changements immobiliers, les hausses de prix des logements et le départ des Halles, elle n'est plus qu'une ville qui s'uniformise socialement, qui ne brille plus que dans l'esprit des étrangers et qui serait de plus en plus vouée au tourisme avec un destin à la Venise, "l'appropriation, même non agressive, d'une ville par l'étranger"...

Pourvu qu'on n'en arrive pas à Paris "ville musée et shopping", qu'il ne soit pas trop tard, que Paris arrive à réjouir à la fois une large palette d'habitants et de visiteurs cohabitant plaisamment, notamment sur le plan gustatif. Pas simple...

 

*Le site anglophone de bonnes adresses Parisbymouth répertorie les tables ouvertes, mais plutôt dans un certain créneau chic et/ou branché. N'y figure pas par exemple le bon bistrot Les Philosophes de Xavier Denamur, ouvert tout le temps (dans le Marais).

25/12/2015

Juin 2015 : je me passionne pour Mona Chollet et son Chez soi

Petit retour sur les bons côtés, les jolis moments de 2015, ceux dont je n'avais pas pris le temps de vous parler sur le blog, et ils vont nous amener tranquillement à la fin de l'année.

Une de mes plus belles lectures de 2015 est sans aucun doute le livre Chez Soi - Une odyssée de l'espace domestique, de Mona Chollet. je suivais cette journaliste du Monde Diplomatique sur twitter, depuis un certain temps, et j'avais notamment entendu parler d'elle pour son ouvrage Beauté Fatale, que je n'avais pas encore lu.

C'est un échange sur twitter justement, lors de la sortie du livre, qui m'a intéressée. On parlait du plaisir de rester chez soi avec un bon thé et un livre : je me suis ô combien reconnue dans ce bonheur-là... Du coup, je me suis précipitée pour acheter le livre et je dois dire que je l'ai dévoré...ce qui est quand même assez rare pour un essai. Mais c'est un essai plein de passion, de réflexions personnelles qui viennent s'entremêler avec des recherches, des idées, des témoignages, venus de l'histoire, la littérature, la poésie, la sociologie, l'économie, la politique, l'architecture... Tout cela produit un texte dense, passionnant, riche en passerelles vers des réflexions personnelles. A travers le choix du sujet de la maison où l'on habite, Mona Chollet brasse une multitude de sujets avec cohérence, de la mode des "tiny houses" à la parfaite ménagère en passant par le revenu universel,les problèmes de logement, les réseaux sociaux...

mona chollet,chez soi,beauté fatale,éditions zones,bonheur de rester chez soi,réseaux sociaux

J'ai donc vraiment adoré ce livre, j'y ai trouvé beaucoup d'intelligence curieuse et cultivée et d'agilité à créer des ponts, des ouvertures entre diverses thématiques, des liens étonnants. Et aussi beaucoup de résonance personnelle (le bonheur de passer du temps chez moi, la lenteur, le goût du Japon...), probablement encore davantage du fait que j'étais dans une phase préparatoire au départ de mon "chez moi". Son goût déclaré dans le livre pour les intérieurs atypiques m'a poussée à lui proposer de venir boire un thé chez moi. A ma grande surprise, elle a accepté et nous avons passé deux heures très agréables à discuter de multiples sujets. Je lui ai lancé l'idée qu'elle serait particulièrement bien placée pour écrire un livre du même style autour du vaste sujet multi-dimensionnel de la nourriture. Je ne suis pas sûre d'avoir vraiment trouvé un écho, peut-être parce qu'elle se juge piètre cuisinière (cette activité ne la passionne guère)...

J'ai ensuite lu Beauté Fatale, davantage connecté à mon activité, essai passionnant également sur la dictature, plus ou moins visible ou insidieuse, de modèles de beauté obligés, qui minent bien souvent la vie des femmes. Elle en parle ici.

Une belle interview de l'auteur sur le site Ballast.

Le regard de la blogueuse Sophie G, revenue "chez elle" justement.

Une critique du livre parmi d'autres, dans Le Temps

Une interview video de Mona Chollet par Madmoizelle.com

Une réflexion plus globale sur le fait de rester "chez soi" dans Télérama

Le livre est intégralement disponible en ligne (bravo aux Editions Zones pour cette démarche !) si vous avez le courage de le lire sous ce format mais c'est tellement mieux de se blottir dans un bon fauteuil avec le "vrai" livre !

En avez-vous entendu parler ? L'avez-vous lu ?

24/12/2015

Mai 2015 : je célèbre la Journée Internationale Sans Régime

Petit retour sur les bons côtés, les jolis moments de 2015, ceux dont je n'avais pas pris le temps de vous parler sur le blog, et ils vont nous amener tranquillement à la fin de l'année.

Chaque année, le 6 mai, c'est la Journée Internationale Sans Régime. Régulièrement, j'en parle, j'essaie d'attirer l'attention mais en France, ce n'est vraiment pas évident d'intéresser largement sur le sujet... Cette année, voulant toutefois encore une fois marquer la date, j'avais imaginé un petit déjeuner "portes ouvertes" pour répondre aux questions sur les régimes. Quelques personnes ont participé. Pas très nombreuses, du fait de l'horaire de journée sans doute, mais très sympathiques et ouvertes à la discussion et au partage.

Elles avaient toutes, avec plus ou moins de constance, pratiqué des régimes. Je n'ai pas eu beaucoup à insister pour les convaincre que cela ne marchait pas. On a évoqué les raisons psychologiques (la restriction entraîne le craquage, la culpabilité se développe) et physiologiques (le corps enregistre la privation et baisse peu à peu ses besoins). On a parlé de ces nouveaux régimes "sans" plein de choses qui, sous couvert de forme et de santé, prennent bien soin de vanter l'amaigrissement aussi. On a évoqué ces femmes qui ne sentent pas au régime mais qui sont en fait dans la restriction permanente, qui finit par devenir une seconde nature.

On a évoqué ce qui fait prendre du poids, dont les raisons émotionnelles : se donner du courage pour un travail pénible à faire, une récompense pour avoir réglé un problème, l'ennui, un moment de flottement,  ... qui souvent peuvent se muer en habitudes et comportements machinaux. Et la difficulté à changer ses habitudes même si on sait ce qu'il faudrait faire. On a parlé de "conscientiser" ses comportements, de réfléchir à ses motivations, de comment changer des habitudes ancrées.

Et surtout on a beaucoup parlé de toutes les croyances, règles, dogmes qui déterminent la façon de manger souvent bien davantage que l'écoute de ses propres besoins. L'obligation de prendre trois repas par jour, de faire un petit déjeuner consistant, les aliments qui feraient grossir, ...

Bref, un moment de partage très intéressant et j'aimerais en avoir l'occasion plus souvent.

20151027_195751.jpg

Exemple de croyance à défaire : que le fromage ferait grossir...Oh, non, question de faim et de quantité !

 

Et vous, avez-vous enfin renoncé aux régimes ? Si vous me lisez, peut-être !



23/12/2015

Avril 2015 : je petit déjeune dehors

Petit retour sur les bons côtés, les jolis moments de 2015, ceux dont je n'avais pas pris le temps de vous parler sur le blog, et ils vont nous amener tranquillement à la fin de l'année.

Je vous ai déjà parlé de mon goût pour les petits déjeuners à l'extérieur. C'est l'occasion de varier les plaisirs, de passer un moment avec des ami(e)s, voire de se donner un autre cadre pour travailler. J'ai continué mes pérégrinations matinales quand mes consultations m'en laissent le temps. Ainsi, en avril, sans doute une disponibilité un peu plus grande due aux vacances scolaires, j'ai eu l'occasion de trois petits déjeuners dehors.

1. Le Caffe Stern

Quand ce café-restaurant a ouvert passage des Panoramas, les descriptions que j'ai lues du lieu et des prix pratiqués m'avaient plutôt dissuadée de m'y poser. Et puis, on m'a dit que c'était un lieu très agréable pour le petit déjeuner. J'y ai donc donné rendez-vous. Le lieu était très paisible de bon matin, confortable, la déco raffinée. La carte est assez originale notamment côté boissons. J'en suis restée à un double expresso, que j'ai accompagné d'un moelleuse brioche huile d'olive-abricot.

20150421_090655.jpg

2. Le Matamata Coffee bar

Quand je petit déjeune dehors, j'aime souvent le faire assez tôt, à la fois pour répondre à ma faim, et pour garder une bonne part de la matinée disponible pour d'autres activités. Mais les lieux ouvrant tôt ne sont pas si nombreux. Le Matamata Cafe a l'avantage d'être assez central, d'ouvrir à 8 heures et de proposer du granola, dont j'aime bien découvrir des variantes. Le lieu est petit, accueillant et café et granola furent bons.

20150422_084816.jpg

3. Soul Kitchen

J'avais déjà déjeuné dans ce lieu décontracté. Je me suis trouvée un jour dans le quartier en fin de matinée, ayant très faim et j'y ai fait un petit déjeuner tardif, composé d'un café et d'un délicieux muffin à la pomme. Un très plaisant lieu pour passer un moment, plutôt en dehors des heures de pointe.

20150430_105633.jpg

Et vous, vous arrive-t-il de petit-déjeuner dehors ? Qu'aimez-vous dans cette pratique ?

 

Caffe Stern : 47 passage des Panoramas, Paris IIeme

Matamata Coffee Bar : 58 rue d'Argout, Paris IIeme

Soul Kitchen : 33 rue Lamarck, Paris XVIIIe*

Plus de souvenir exact des prix mais je crois autour de 6-7 euros.

D'autres lieux que j'ai fréquentés matinalement une ou plusieurs fois :

Lazare (VIIIe) : classique, matinal et de bon goût. Tartine baguette copieuse et croustillante, beurre, confiture, jus frais, boisson chaude (10 euros)

Mûre (IIe) : copieux, cosy et délicieux. Divers choix. Formule yaourt-granola-fruit, pâtisserie à choisir (muffin, madeleine, cake...), jus frais, boisson chaude : 11 euros. Ou possibilité de manger à la carte.

Café Pinson (IIIe et Xe) : malgré son positionnement trop "health" (cf la déclaration en devanture "in detox we trust") et un déjeuner qui m'avait peu emballée, j'y ai petit déjeuné avec plaisir : madeleines, cakes, tartines, granola, jus... : diverses formules.

Bob's Bake Shop (XVIIIe) : vaste, américain et un peu excentré. Granola, fromage blanc, salade de fruits, café : 8,20 euros. Regret : emballages plastiques plutôt que de la vaisselle.

Le pain quotidien: tout à fait correct pour une chaîne, choix assez large.