Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/12/2015

Que dire de novembre ?

J'essaie de ne pas trop déroger à la petite discipline de ces billets de recap mensuel. Mais que dire de novembre, tant ce mois a été bouleversé, secoué, traumatisé par les attentats du 13 novembre ?

Dans cette difficile actualité, peut-être puis-je vous signaler, en dehors de mes sujets habituels, quelques lectures essentielles si elles ne sont pas déjà parvenues jusqu'à vous

Une terrible tribune de Gilles Kepel, spécialiste incontestable de l'Islam en France et du djihadisme.

Et, puisque la COP21 commence, un article de Stéphane Foucart dans le Monde montrant clairement que le réchauffement climatique et le terrorisme ne sont pas des sujets indépendants (je n'en doutais pas tant le monde me parait être un vaste système complexe où tout est entremêlé...).

A (ré)écouter ?

Je suis grande fan de Barbara et je connaissais bien sûr la chanson Perlimpinpin reprise par la cantatrice Nathalie Dessay lors de l'hommage national aux victimes. Ne vous privez pas de la version originale. De même pour Quand on n'a que l'amour de Jacques Brel même si j'ai été touchée par la reprise par un trio de jeunes chanteuses qui, je trouve, s'accordèrent avec justesse.

Après

J'ai continué à aller au restaurant, dans des lieux divers, certains pleins, d'autres subissant un impact notable, et je continuerai,pour autant que mes finances me le permettent... La Pascade, les Philosophes, Bouillon...m'ont régalée.

J'ai assisté à la remise du prix The Place To Bio, site qui répertorie des restaurants bio et engagés vers une alimentation durable. Intéressant de voir que le jury a récompensé essentiellement des restaurants en régions, non seulement bio mais avec une approche locale et assez végétale. J'ai eu le plaisir de retrouver parmi les lauréats, Françoise, sympathique et dynamique ex-diététicienne, reconvertie en même temps que moi, et qui a finalement s'est tournée vers l'aventure d'un restaurant bio sur l'Ile de Ré, la Coccinelle.

Ailleurs

A propos du corps connecté

Si vous vous intéressez à la technologie et/ou à la santé, vous avez forcément entendu parler voire expérimenté les objets connectés. Mais mesurez-vous les risques associés ? Eric Sadin, écrivain et philosophe, que j'avais découvert avec intérêt dans l'émission Ce soir ou jamais, met en garde contre les dangers du "techno-libéralisme" dans le domaine de la santé, de façon très pertinente à mon avis,

De mon côté

A propos de manger moins de viande, sujet naguère d'actualité, le blog Tryndo m'avait demandé de parler flexitarisme

A propos de travail, le site Dire le Travail m'a sollicité pour parler du mien.

 

A venir cette semaine

Je vais assister à la projection du film Demain, de Cyril Dion et Mélanie Laurent, qui sont partis à travers le monde en quête de projets, de personnes qui œuvrent concrètement à un monde différent.

Et, dans quelques jours, les 3 et 4 décembre, se déroulera le Congrès du GROS (Groupe de Réflexion sur l'Obésité et le Surpoids), destiné principalement aux professionnels, est consacré cette année aux régimes. Comme les deux années précédentes, le grand public a la possibilité d'assister gratuitement à une cofnérence samedi 5 matin, à 10h30, dans le 6eme arrondissement de Paris. Informations et inscription. Vous pouvez d'ailleurs en profiter pour vous balader sur le site du GROS, qui vient d'être rénové dans un sens plus lisible, me semble-t-il.

 

21/11/2015

Quelques mots....

...quelques phrases glanées deci-delà :

"L'ignorance mène à la peur, la peur mène à la haine, la haine conduit à la violence...voilà l'équation" - Averroès, philosophe et savant (1126-1198).

"C'est dans le vide de la pensée que s'inscrit le mal" - Hannah Arendt, philosophe (1906-1975).

"J'ai appris que le courage n'est pas l'absence de peur, mais la capacité de la vaincre" - Nelson Mandela, homme d'état (1918-2013).

"Le martyre, c'est le seul moyen de devenir célèbre quand on n'a pas de talent" - Pierre Desproges, humoriste (1939-1988).

"Ne mettez jamais le courage des Français en doute, ce sont eux qui ont découvert que les escargots étaient comestibles" - Doug Larson, journaliste (né en 1926)

 

 

 

10:41 Publié dans Activités d'une diététicienne | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : citations, violence | |  Facebook | |  Imprimer

31/10/2015

En octobre, je n'ai pas fait que manger...

Je me suis FORMEE : j'ai participé pendant deux jours à une formation passionnante animée par les psychologues Matthieu Villatte et Sophie Cheval, ayant notamment trait aux valeurs, à ce qui compte pour nos patients et qui peut les motiver à changer des aspects de leur vie (en lien avec l'alimentation en ce qui me concerne). J'essaie toujours de progresser dans ma compréhension des comportements afin d'approfondir l'accompagnement que je peux apporter aux personnes qui viennent me voir.

J'ai ANIME un atelier dans une entreprise dont les salariés avaient 20 et 30 ans, avec des profils différents (de la tentation vegan au Cordon bleu-pâtes) et ont participé de façon active à la discussion. J'aime ce type d'atelier car cela donne un aperçu des préoccupations du moment chez des personnes variées. On a parlé plats préparés, surgelés, sommeil, contenu des dîners, variété alimentaire, préférences, gamelles...et viande évidemment, sujet d'actualité !

J'ai beaucoup AIME ce reportage "Graines de rebelles" mettant notamment en avant le paysan-meunier-boulanger Roland Feuillas et l'association Kokopelli.

J'ai été INTERESSEE aussi par cet échange entre Pierre Rabhi et Paul Watson, responsable de Sea Sheperd, organisé par l'association Colibri : Sea Sheperd mène des actions agressives pour défendre les océans, ce qui n'approuve pas Pierre Rabhi. J'avoue que j'ai été davantage séduite par le pirate combattant que par le paysan qui parait là un peu fatigué.

J'ai ADORE comme d'habitude lire une grande colère de la tonique Floriana, cette fois à propos de la vogue des "one pot pasta". Et j'ai eu le plaisir de découvrir une première video d'elle, en balade gourmande à Florence.

J'ai APPRECIE que, dans ce mois où on a parlé gaspillage alimentaire, on semble voir les initiatives se multiplier, et notamment dans le domaine du doggy bag : ça y est, les restaurateurs s'en mêlent.

J'ai été ATTERREE par l'ampleur qu'a pris la reprise par les médias d'une publication de l'OMS sur le lien entre viande et cancer : médias qui se précipitent tous pour reprendre une info au plus vite sans recul, sans s'informer, sans recontextualiser une consommation de viande qui n'a rien à voir en France et aux Etats-Unis par exemple. Sur ce sujet, trois articles qui,

- deux bouchers raisonnables et artisans de haute qualité, par Télérama ;

- Yves-Marie Le Bourdonnec, plus provocateur mais tout aussi pertinent, sur Atabula,

- Eatsider dont j'aime bien le blog qui raconte son parcours vers une alimentation locale et sa quête de bons artisans, qui suggère de faire de la viande un mets d'exception.

alimentation, viande et cancer, manger de la viande est mauvais pour la santé, gaspillage, formation, diététicienne anti-régime

20151017_201315.jpg

Aucune envie de renoncer à un peu de très bon pâté en croûte ou jambon de temps en temps...

Bien sûr, on peut décider de ne plus manger de viande, c'est intéressant de savoir pourquoi on le fait mais je trouve dommage de le faire par peur. Il est évident que manger de la bonne viande occasionnellement ne peut pas être mauvais pour la santé, ce sont la mauvaise qualité et/ou l'excès qui peuvent éventuellement poser problème. Mais on peut par goût ou par conviction décider d'en manger moins ou très rarement ou plus du tout. Pour ma part, j'ai choisi qualité et rareté...

Rien à voir avec l'alimentation mais...

- très beau : l'hommage de Karin Viard à Solveig Anspach sur France Inter, réalisatrice récemment disparue.

- très jolie, cette citation de Kierkegaard glânée sur twitter : "J'emploie mon temps ainsi : une moitié à dormir, l'autre à rêver".

26/10/2015

A la découverte de Marlène, gourmande BCBT passionnée

gourmande bcbt,anti-regime,gourmandise,cuisine facile,idées en cuisine,cuisine du placardMarlène fait partie de ces personnes que je rencontre un jour après une période plus ou moins longue de contacts sur les réseaux sociaux. J'ai découvert alors qu'elle lit ce blog depuis longtemps. Cela devrait donc l'amuser de s'y retrouver en tant que gourmande BCBT (Bien dans son Corps Bien dans sa Tête). J'ai rapidement eu l'impression qu'on pouvait la qualifier ainsi quand je l'ai rencontrée, alors qu'elle va bientôt quitter un beau job dans une chaîne de restauration rapide chic pour partir s'installer en Afrique en famille. Parler nourriture et gastronomie avec elle peut jouer les prolongations tant elle est passionnée par le sujet...

Ta définition de la gourmandise

C'est d'abord une extension de ma curiosité générale. Et la gourmandise a la rare qualité non seulement de réunir tous les sens mais aussi qu'on la prend en soi, on s'en remplit au sens propre. Alors, c'est un art que je cultive !
 
Ta gourmandise favorite

Le praliné et les noisettes sans hésiter ! Ah les noisettes "tonda gentile" du Piémont...

Ta dernière découverte gourmande

Lors d'un repas récent au restaurant La Grenouillère d'Alexandre Gauthier (ah, une table que je découvrirais bien...), il y a eu dans le dessert un sorbet au chèvre, servi avec un miel bien choisi, un délice ! Il faut dire que je suis très fan du goût des laits de chèvre et de brebis.
 
Le plat / l’aliment que tu ne parviens absolument pas à aimer
Le goût amer ou en tout cas, un certain type d'amertume, celle du pamplemousse, de l'endive, du soda "tonic",.. J'essaie de "me soigner" mais ce n'est pas facile !
 
Tu pars sur une île déserte, l’aliment que tu emportes absolument
Des pâtes sèches. Et je les agrémenterai d'encre de seiche ou de fruits de mer trouvés sur place !
 
Que consommes-tu sans modération ?
Les légumes. Ça me vient du Sud. Je dois sans problème en manger cinq par jour, voire dix... Je les mets toujours au centre de l'assiette et la viande n'est qu'un accompagnement.
 
D’où vient ton tempérament gourmand ?
J'ai beaucoup vu ma mère et ma grand-mère dans la cuisine. Elles géraient tout, je ne touchais à rien mais quand j'ai dû me débrouiller plus tard, j'ai reproduit leurs gestes. Et puis on parlait toujours beaucoup de nourriture, le genre de famille où, à peine sortis de table, on se demande ce qu'on mangera au repas suivant... 
 
Ta gourmandise inavouable
Pas une gourmandise, plutôt un comportement inavouable... Quelquefois, j'aime tellement un truc, un super praliné par exemple, que je peux le cacher à mes enfants et à mon mari pour le garder tout à moi !
 
La cuisine, c’est quoi pour toi ?
Un moyen de se faire plaisir, de connecter les gens entre eux et de transmettre du plaisir, de génération en génération. Ainsi, ma grand-mère avait une recette de beignets de courgettes qu'elle a transmis à ma mère et maintenant, c'est moi qui en fais.
 
Dans tes placards (et ton frigo), il y a toujours… 
Des pâtes, du parmesan, des tomates séchées, des anchois, des pignons : de quoi improviser une sauce Puttanesca ou autre pour un plat de pâtes rapide. Et puis des yaourts, des noisettes bien sûr, des confitures, toutes sortes de graines et d'épices.
 
Ta madeleine de Proust, le goût que tu n’arrives pas à retrouver
Le goût d'une gelée de framboises quand j'avais 8 ans : on avait cueilli des framboises sauvages, ma mère avait mis beaucoup de soin à préparer la gelée, elle avait pressé les framboises à travers un bas pour enlever les grains, j'avais  été très impressionnée. Je n'ai jamais retrouvé un tel goût. Cette gelée avait sans doute aussi le goût d'un moment parfaitement heureux.
 
Ta recette super-express et super-bonne 
Je suis la reine du dessert "coup de bluff" improvisé ! Je me débrouille avec ce que j'ai dans les placards. Par exemple une compotée de fruits chaude qu'on pose sur une base de biscuits, on arrose d'un coulis, d'un caramel ou d'un sirop d'agave à la vanille. Et on sert avec une quenelle de glace pour un contraste de températures. Ce dessert après des pâtes alla puttanesca, c'est facile, rapide et délicieux.
 
L’effort que tu fais pour ta ligne
J'écoute ma faim : si j'ai fait un gros repas et que je n'ai pas faim au repas suivant, je ne me force pas à manger, même un petit truc. Et si parfois ma curiosité me fait aller au-delà de ma faim, je régule ensuite en mangeant plus léger., des légumes notamment
 
C’est quoi les régimes pour toi ?
Beaucoup de n'importe quoi et de dogmes et ils sont toujours condamnés à l'échec, j'en ai de multiples exemples.
 
Ta meilleure façon de bouger
Marcher, prendre les escaliers, faire du vélo pour me déplacer, courir après les enfants mais sinon, aucun sport !
 
Une astuce gourmande pour embellir le quotidien
Les "toppings" : les herbes (coriandre, persil, aneth, sauge...), les mélanges de graines, du granola salé, un reste de quinoa, des raisins : on en saupoudre une soupe, une salade et elles sont transformées ! Idem pour les desserts avec des noisettes, des pralines roses...
 
Et aussi les confitures : on les fait ensemble, elles ont une palette de goûts immense et elles embellissent tout, une faisselle, un gâteau...
 
Merci beaucoup Marlène pour ce partage inspirant et au plaisir de se revoir avant ton départ, peut-être autour de quelques noisettes ;-)
 
 

16/10/2015

Pourquoi mincir vite... si c'est pour regrossir ?

Je reçois beaucoup de personnes qui ont fait de nombreux régimes. A chaque fois, perdant du poids puis le reprenant, souvent avec quelques kilos supplémentaires. Mais replongeant souvent malgré cet échec. Parce que se présente un nouveau régime séduisant. Séduisant car il promet une perte de poids RAPIDE.

En effet, à partir du moment où l'on a pris la décision de mincir, bien souvent, on voudrait que le résultat soit immédiat. On garde en tête l'expérience de régimes précédents, les 3 kgs qu'on a perdus la première semaine, ... en oubliant la suite. Ou en se disant, c'était de ma faute, j'ai manqué de volonté...

Mais pourquoi perdre du poids aussi vite si c'est pour le reprendre après quelques mois ? Est-il si difficile de se situer dans une perspective un peu moins immédiate ? Qui ferait peut-être perdre du poids un peu moins vite mais surtout, et n'est-ce pas l'essentiel, ne pas en reprendre ? Et stabiliser un poids, un corps avec lequel on se sente bien ?

Faisons ainsi une petite comparaison.

Prenons deux personnes qui ont pris du poids et veulent perdre une dizaine de kilos, en passant de 70 kilos à 60 kilos environ, ce qu'elles pesaient avant.

Imaginons la personne A qui va suivre un régime restrictif (pas ci, pas ça, pas de féculents le soir, presque pas de matière grasse, un "écart" par semaine, ...). Elle applique cela sérieusement, perd du poids assez rapidement, parvient au poids qu'elle souhaitait au bout de 3-4 mois, et même un peu en-deçà : 58 kilos. Oh, elle est ravie, elle se sent bien, elle arrête le régime puisqu'elle a atteint son objectif.

Imaginons la personne B qui décide de changer sa façon de manger sans régime. Elle réapprend à écouter sa faim, à manger de tout en variant son alimentation. Parfois, elle mange trop, elle met un peu de temps à comprendre ce qui se passe, elle travaille à changer des habitudes bien ancrées, à ne plus utiliser la nourriture comme compensation. Cela lui parait long, après 3-4 mois, elle n'a perdu "que" 1 kilo ou 2. Elle est tentée d'abandonner. Mais elle persévère car elle ne voit pas d'autre solution et peu à peu, elle se met à perdre du poids doucement.

Regardons ce que cela donne sur un an.

poids_blog.jpg

Au bout de 3-4 mois, la première avait atteint son objectif, la seconde en était encore loin. Mais quelques mois plus tard ?

La première a arrêté son régime, repris ses habitudes antérieures, remangé tout ce dont elle s'était privée. Peu à peu son poids remonte, elle est stressée, elle mange de plus en plus, ne sait plus s'arrêter, s'en veut de gâcher ses efforts, culpabilise.

La deuxième ne se décourage pas même si elle aimerait que cela aille un peu plus vite. Elle continue et peu à peu, après presque un an, arrive au poids souhaité en ayant vraiment changé sa façon de manger.

C'est un peu l'histoire du lièvre et de la tortue, non ? Mais en plus le "lièvre" n'arrive pas après la tortue mais repart à zéro, malheureusement.

Je vous raconte cela car j'en vois sans cesse, des victimes du mirage des régimes. Malheureuses. Et pourtant, même parfois après avoir commencé un travail avec moi, tentées de s'y remettre. Alors que prendre son temps, même un an (la durée varie selon les personnes), est-ce tant que ça quand on est fâché(e) avec la nourriture depuis 15, 20, 30 ans ?

14/10/2015

Construire sa vie à soi...

Il y a quelques semaines, le hasard a fait que j'ai eu l'occasion d'écouter le même jour de fantastiques personnes parler de de se réaliser pleinement, d'avoir une vie à la hauteur de leurs rêves.

C'était un mercredi. Le matin, la merveilleuse danseuse Sylvie Guillem, dont j'admire grandement le talent et les choix depuis quasiment ses débuts, et qui prend sa retraite cette année, était l'invitée d'Augustin Trapenard dans l'émission Boomerang sur France Inter. Elle revenait sur son parcours et quand l'animateur lui a parlé des difficultés que cela avait représenté, toutes ces heures de danse, d'entrainement, de répétition des mêmes pas, de corps qui souffre, elle a répondu que non, car c'était exactement ce qu'elle avait voulu, "c'était du travail, pas des sacrifices, du travail certes mais que du bonheur".

SGuillem_sep15.jpg

Les adieux émouvants de Sylvie Guillem au Théâtre des Champs-Elysées

Le même jour, je m'étais inscrite à une conférence de l'explorateur Jean-Louis Etienne, organisée par l'association HEC. Je le connaissais un peu, comme beaucoup de monde, par la couverture médiatique de ses exploits mais c'est le sous-titre qui m'avait attiré : Persévérer, le titre de son dernier livre. En effet, cette question de la persévérance m'intéresse et m'intrigue, que ce soit à titre personnel (ce n'est pas ma principale qualité !) et dans le travail avec mes patients, dont je sens souvent l'envie d'abandonner un chemin qui leur parait trop long ou compliqué. Jean-Louis Etienne a raconté diverses expériences vécues au cours de ses expéditions et j'ai découvert un homme passionné et passionnant, qui a en fait inventé la vie qu'il voulait avoir. Il n'a jamais laissé les circonstances ou un destin qui aurait pu être tracé décider pour lui et c'est ainsi que de tourneur-fraiseur, il est devenu médecin, puis médecin d'expédition puis explorateur organisant ses propres expéditions. Tout ce qu'il a vécu au Pôle Nord et ailleurs ne montre pas seulement un "super campeur" comme il se qualifie mais un homme qui semble avoir une volonté inépuisable pour arriver à son objectif.

Mais finalement, quand on lui demande son secret pour persévérer, il parle de passion et de rêves d'enfant qui guident ses projets. Il enjoint de ne pas renoncer à ce dont on a rêvé, d'avancer peu à peu vers ce qu'on veut vraiment et promet qu'ainsi, on découvre ses limites, bien au-delà que ce qu'on imaginait. Mais en expliquant aussi que "la passion s'entretient, se cultive" : tout n'est pas donné au départ mais construire sa vie est possible pour chacun à condition de ne pas rester sur la frustration de tel ou tel échec, même une maquette qu'on renonce à construire, enfant.

JLEtienne_sep15.jpg

Jean-Louis Etienne invité par "L'Heure H" HEC

Si cela vous intéresse, voici une courte video reprenant quelques-uns des thèmes évoqués dans la conférence.

Ces deux personnes ont eu des parcours extra-ordinaires mais on n'est pas obligés d'avoir une vie aussi atypique pour s'inventer une vie où l'on se réalise. Quelques jours plus tard, j'ai assisté à un dîner-débat avec le philosophe Michel Lacroix. Le thème était justement la réalisation de soi. Qui est propre à chacun : il peut s'agir de la construction de sa vie familiale, professionnelle, dans la société ou l'engagement collectif...

A l'inverse de ces belles personnes et de ces extra-ordinaires parcours, j'ai lu avec tristesse les résultats d'un sondage Ipsos (comment était donc formulée la question) disant que la moitié des Français avait le sentiment de "passer à côté de sa vie". Alors, j'ai envie de leur dire les derniers mots du livre de Jean-Louis Etienne : "Persévérez sur la voie de vos rêves même si le chemin parait difficile. Nous avons tous un destin à découvrir, à inventer, à construire".

Pourquoi je vous parle de ça ? Parce que je vois trop dans ma pratique quotidienne de personnes malheureuses, stressées, frustrées...(compensant éventuellement ce mal-être dans la nourriture) et donc le sujet m'intéresse, dans toute sa complexité.

12/10/2015

Dans les mailles du filet : de la rude pêche d'antan à la complexité actuelle

La semaine dernière, j'ai été conviée en avant-première à la présentation d'une nouvelle exposition qui vient d'ouvrir au Musée de la Marine à Paris (Palais de Chaillot). Heureux calendrier, j'étais disponible et cela donnait l'opportunité d'une visite commentée de façon très intéressante par son commissaire.

20151006_164151.jpg

Une bonne partie de l'exposition est consacrée à la pêche à la morue en haute mer. C'est un pan majeur de l'histoire de la pêche européenne, et très rude. Les navires partaient pour 6 mois vers les mers froides de Terre-Neuve, du Labrador, d’Islande et du Groenland, les pêcheurs abandonnaient leur famille pour cette durée, Certains même ne revenaient pas car la mer peut être fort violente. Toute cette histoire est racontée à travers dessins, tableaux, films, livres... avec notamment une mise en avant du plus célèbre, Pêcheur d'Islande.

20151006_151148.jpg

On apprend aussi quelques anecdotes culinaires : ainsi la présence des accras de morue aux Antilles est dû au fait qu'on venait y débarquer quantité de morue, mets facile à conserver (elle était salée sur le bateau ou séchée au soleil) et source de protéines économique pour les esclaves d'alors. Sans oublier bien sûr la si répandue huile de foie de morue pour fortifier les enfants naguère. Ou que l'homme le mieux payé du navire était le responsable du salage car de son travail dépendait la qualité du produit final.

20151006_145611.jpg

J'avais eu un aperçu de cette histoire il y a un an et demi, quand nous étions partis à St Brieuc, En effet, en 2013-2014, quatre villes (Granville, Rennes, St Brieuc, St Malo) s'étaient regroupées pour monter plusieurs expositions relatant cette épopée maritime. A Saint Brieuc, nous avions vu Le temps de l'absence qui mettait l'accent, de façon émouvante, sur la vie difficile à terre, notamment pour les familles quand les bateaux étaient loin.

Cette exposition est donc riche en œuvres diverses racontant cette époque qui s'étale sur plusieurs siècles. Et par ailleurs, pour la première fois dans ce Musée, nous a-t-on dit, elle embrasse un sujet totalement actuel, celui de la surpêche et de l'épuisement de certaines espèces. Il est ainsi frappant de voir que cette pêche à la morue, certes très dure mais semblant fournir des ressources inépuisables, a tout à coup connu un coup d'arrêt à Terre-Neuve en 1992. Car les réserves de morue ont fini par s'épuiser... avec les excès de la pêche industrielle. Cela devait être provisoire mais ne s'améliore que très peu... Le cabillaud que l'on mange aujourd'hui vient majoritairement de la mer de Barents au nord de la Norvège.

La dernière partie de l'exposition rassemble ainsi de nombreuses informations orientées vers le grand public pour le sensibiliser à ce sujet sur lequel il peut agir dans son quotidien, en mangeant éventuellement moins de poisson (c'est-à-dire inverser la tendance...) et en choisissant et variant les poissons qu'il mange.

dans les mailles du filet; musée de la marine,pêche à la morue,histoire de la pêche

Les concepteurs de l'exposition ont davantage cherché à informer qu'à créer la polémique et ils ont donné la parole, via des témoignages notamment en video à des intervenants divers (il y a notamment Bloom, Greenpeace, le MSC...). Différentes activités sont aussi prévues pour les enfants.

Bref, une exposition artistique, historique, informative et citoyenne visant un large public.

Dans les mailles du filet, Musée de la Marine, place du Trocadéro, Paris 16eme, jusqu'au 26 juin 2016.

01/10/2015

La rentrée est déjà loin. Et les bienfaits des vacances ?

Peut-être avez-vous observé que je ne vous ai pas imposé de billet "conseils de rentrée"... ? Un de ceux où vous auriez sans doute vu des injonctions, même déguisées, même sympathiques ;-) Je me suis abstenue. Mais un mois ou davantage plus tard, peut-on en parler ? Leurs bienfaits sont-ils carrément partis aux oubliettes ?

Sans doute beaucoup d'entre vous ont-ils pris des vacances cet été, tranquilles ou exploratrices, proches ou lointaines, calmes ou animées. Peut-être aimeriez-vous être plus souvent en vacances...

Vous vous étiez par exemple reposé(e), ressourcé(e), régénéré(e), regonflé(e), revitalisé(e).

Vous aviez ralenti, ri, vous vous étiez réjoui(e) régalé(e)...

Puis cela a été la rentrée, avec son lot d'urgences, de tâches multiples, de stress.... Les vacances sont déjà loin. Où en êtes-vous ?

Peut-être certain(e)s d'entre vous

- sont-ils vite retombés dans le stress et le rythme effréné des mois précédents, persuadés que c'est une fatalité,

- ou ont-ils déjà abandonné les ambitieux objectifs qu'ils s'étaient fixés, un abonnement à une salle de sports pour y aller 3 fois par semaine, un stock de livres de cuisine pour mitonner de bons petits plats au quotidien, un régime super strict pour compenser les apéros-chips-saucisson...

Et attendant les prochaines vacances avec impatience...

Stop ! N'y aurait-il pas une possibilité d'agir en douceur, d'impulser quelques petits changements qui feront la différence côté bien-être ? Maintenant que l'urgence de la rentrée est passée, n'est-ce pas le bon moment pour y penser ?

Il n'est pas trop tard pour prendre quelques minutes pour réfléchir à ce qui vous avait vraiment fait du bien en vacances, ce que vous avez fait avec plaisir, sans contrainte. Par exemple, aller au marché, prendre le temps de cuisiner des plats simples et bons sans se presser, bouger, nager, vous promener dans la nature, passer du temps avec vos proches, prendre votre temps, lire, ne rien faire, dormir...

Ces choses que vous aimez, occupent-elles une place suffisante dans votre quotidien pendant l'année ? Aimeriez-vous leur en faire une plus grande ? Ne vous occupez pas de ce qu'il FAUDRAIT faire, d'écouter vos meilleurs amis, votre famille ou les magazines mais de ce dont vous AVEZ REELLEMENT ENVIE. Pas cinquante projets, peut-être un ou deux qui vous tiennent à coeur, vous font plaisir, vous donnent la pêche.

Fotolia_89337961__©thodonal.jpg

Fotolia_©Photographee.eu.jpg

Fotolia_©oslobis.jpg

Fotolia_©alliance.jpg

Côté alimentation, comme je le répète sans cesse, la rentrée, pas plus qu'un autre, n'est le bon moment pour se mettre au régime. Beaucoup de personnes sont encore persuadées que c'est la seule façon de mincir. Mais non ! On peut retrouver son poids naturel (si on s'en est éloigné) en réapprenant à écouter les signaux envoyés par son corps, en mangeant de tout, en  s'arrêtant quand le corps dit stop, en observant pourquoi, parfois, on n'a pas envie de l'écouter...

Côté repas par exemple, qu'est-ce qui vous avait particulièrement fait plaisir en vacances ? La découverte de nouvelles saveurs, les courses sans courir, le temps de cuisiner sans regarder sa montre... ?  Pas besoin de disposer de plusieurs heures pour cuisiner quelque chose de bon et pour se faire plaisir....

Qu'en pensez-vous ?

 

Visuels © Alliance © Photographee.eu © thodonal © oslobis - Fotolia.com

 

30/09/2015

En septembre, j'ai mangé et bougé (oh oh, comme le dit le PNNS !)

Loin de moi l'idée de suivre à la lettre les injonctions Manger Bouger du Programme National Nutrition Santé (vous savez, ceux qui vous serinent sans relâche de manger 5 fruits et légumes...). Mais il se trouve que manger et bouger, j'adore ça !

D'abord, évidemment, j'ai bien mangé !

Assez souvent à l'extérieur, avec un mix de fidélité et de découverte.

Du côté des adresses connues et appréciées :

. J'ai poursuivi ma quête des adresses généralistes proposant une offre végétarienne et j'ai eu le plaisir de déjeuner à nouveau aux Philosophes, le restaurant de l'activiste Xavier Denamur. Un des rares endroits où il y a chaque jour, en plus du plat du jour, du poisson du jour, deux possibilités végétariennes :

- une assiette maraîchère composée de légumes crus et cuits, que j'ai choisi : c'était un assortiment délicieux de légumes crus, cuits, frits, en quiche.... tous excellents.

20150911_125921.jpg

- une "complète végétarienne" : selon les jours, un plat de pâtes ou un risotto par exemple

Comme je ne suis pas végétarienne, j'ai pris d'excellents calamars frits avant l'assiette maraichère.

. Je suis retournée pour la troisième fois au bistrot Belhara et cela a été un plaisir à nouveau : ce restaurant propose de la bonne cuisine traditionnelle de bistrot, goûteuse et bien réalisée. De plus, il y a deux serveurs plaisantins comme on voit assez peu et un chef toujours heureux d'être complimenté. J'ai notamment apprécié un très bon risotto.

20150905_131704.jpg

. J'ai apprécié une nouvelle fois les accords délicieux d'une Pascade. Je sais que certains ne raffolent pas de cette grosse crêpe et du côté sucré-salé qu'elle apporte mais moi j'aime beaucoup ! Cette fois, ce fut une pascade "picant Nuts" (lieu étuvé, concombre & cacahuètes, crème de volaille, vinaigrette de soja)

20150912_124053.jpg

. Je suis retournée, sans doute pour la dernière fois, un bento chez le paisible Sachi, restaurant japonais qui fermera le 7 octobre car le couple qui le tient part ouvrir un restaurant à Hyères dans le Sud.

20150919_124623.jpg

 Côté explorations gustatives

. J'ai découvert le plaisant Juste dédié aux produits de la mer et proche de mon cabinet, grâce à la charmante twitteuse du 9eme "I love Paris 9" et Anne "Panier de saison" : j'y ai mangé des moules très bien préparées et une délicieuse salade de sarrasin aux salicornes. C'est en fait une sorte de self où on choisit son plat puis on le fait chauffer.

20150908_123442.jpg

. J'ai fait la très délicieuse découverte du restaurant Servan, dont la cuisine m'a vraiment plu (merveilleux gnocchi fondants, crème d'oseille et sauge frite en entrée - photo) et le repas fut d'autant plus plaisant qu'en compagnie de Claire et Beena.

20150923_125824.jpg

J'ai savouré une très bonne assiette végétarienne chez le sympathique Hobbes, malheureusement un peu excentré (brouillade de tofu, légumes et maîs. tempeh fumé, riz), en la charmante compagnie d'Alexandra,

cuisine maison,blogs culinaires,servan,hobbes,les philoso^hes xavier denamur,la pascade,bistrot belhara

Je me rends compte que je suis ainsi beaucoup allée au restaurant ;-) Mais j'ai aussi (un peu) cuisiné, en particulier :

- une salade de la talentueuse Christelle car on avait un peu de saumon fumé au frigo : avec avocat, agrumes et fenouil, ce fut un régal.

20150924_193431.jpg

- une quiche pas vraiment lorraine car riche en fromage goûteux, qui fut grandement appréciée,

20150918_194709.jpg

. Avec la petite boule de pâte brisée qui me restait de la quiche, j'ai improvisé des mini tartes fines aux pommes jolies et délicieuses.

cuisine maison,blogs culinaires,servan,hobbes,les philoso^hes xavier denamur,la pascade,bistrot belhara

Côté activités hors consultations

J'ai animé à nouveau un atelier sur le thème "Bien manger quand on travaille" et me suis rendue compte une nouvelle fois de la masse de croyances alimentaires sans fondement absorbées par les personnes. Sinon, j'ai l'impression que les entreprises commencent à se préoccuper sérieusement de la forme et du bien-être de leurs salariés (pour des raisons de rentabilité sans doute...) vu le nombre croissant de demandes que je reçois en cette rentrée pour des ateliers, des conférences ou diverses interventions. 

Côté lectures, je retiens en particulier une tribune commune de Slowfood et la Confédération paysanne qui me parait poser justement le problème actuel de l'agriculture et l'alimentation, relayée par l'excellent site Alimentation Générale, que je vous invite à lire si vous vous intéressez à ce sujet sous toutes ces formes.

Et un très beau et terrible billet "Demandez-vous" du Dr "Jaddo".

Côté "bouger"

J'ai changé ma pratique de la natation, jusque là matinale et trop épisodique à mon goût, et me suis inscrite dans un club sportif (pour la première fois de ma vie je crois), tout en redoutant les contraintes contraires à mon plaisir de nager en toute liberté. il s'agit bien d'un entrainement avec des consignes ("maintenant, vous faites 400m de crawl avec les jambes seulement"... non, j'exagère (un peu) !) mais le bonheur de pouvoir nager plus d'une heure en soirée (j'y vais une fois par semaine mais je pourrais passer à deux) vaut vraiment la peine de cette petite contrainte. 

Et pour finir, une citation "pour la route" : "Rester à l'écoute de son temps ne signifie pas s'y soumettre" (Boris Pasternak)

Et vous, que me racontez-vous de votre mois de septembre ?

21/09/2015

Et si un film nous aidait à regarder nos assiettes ?

Avez-vous entendu parler du film "Regards sur nos Assiettes" ?

20150913_190804.jpg

En fin de semaine dernière, j'ai appris via des adhérents Slowfood qu'il y avait le dimanche soir une projection-débat de ce film. J'ai eu envie d'y aller car j'en avais entendu parler sur le web et j'avais été intéressée par la bande-annonce. Intéressée car cela semblait être un film échappant au catastrophisme et à la sinistrose de nombreux documentaires puisant dans le domaine alimentaire. Et entrepris par un groupe de six étudiants, ni journalistes ni apprentis cuisiniers mais géographes, étudiants à Annecy.

Je me doute que je suis mieux informée que la moyenne des gens sur ces sujets. Pourtant, j'ai vraiment apprécié le film (au-delà de quelques infographies un peu scolaires mais pouvant sans doute aider à la prise de conscience). Le constat de départ est la part négligeable des circuits courts (2%) alors que 80% de la consommation alimentaire se fait dans les grandes enseignes de distribution. Au fil des recherches et rencontres des étudiants, on entend à la fois des propos angoissants tel un professeur de lycée horticole à propos des tomates de plein champ "On ne peut pas enseigner un truc qui est en train de disparaître gentiment..." et d'autres beaucoup plus encourageants : un responsable de collectivité qui, atteignant la part limite hors marchés publics d'alimentation bio et locale, prévoit de former les producteurs locaux pour qu'ils puissent répondre aux marchés publics. Ou un patron d'une jeune entreprise de restauration collective qui dit sa joie de "retrouver des postes avec des cuisiniers qui cuisinent".

J'ai apprécié que les étudiants s'intéressent à tous les intervenants sans hiérarchie car cela rejoint ma conviction que le changement des habitudes viendra par un mouvement de chaque maillon "de la fourche à la fourchette". On voit aussi un boulanger avançant peu à peu dans son projet de pain purement local expliquer, ce qui rejoint tellement mes convictions dans ce monde de chasse au gluten : "Ce n'est pas le pain le problème, c'est la façon dont on le produit !". Il explique en quelques mots l'évolution des semences et le fait qu'elle ont davantage changé en 50 ans que dans les 12 000 ans précédents... (un discours qu'apprécierait Roland Feuillas...). Agriculteurs et éleveurs se questionnent et évoluent aussi.

C'est ce que j'ai vraiment aimé dans le film : les témoignages de divers acteurs de la chaîne alimentaire qui œuvrent concrètement, dans leur territoire, à développer des circuits courts, permettant l'approvisionnement local et bio (ou équivalent) du plus grand nombre. Des hommes et des femmes motivés, persévérants et qui, chemin faisant, prennent conscience qu'ils retrouvent un sens à leur travail, qu'ils soient agriculteur, cuisinier ou boulanger. Des femmes et des hommes qui travaillent beaucoup certes mais qui arrivent ainsi à changer vraiment leur approche et son impact sur l'alimentation locale. Comme le dit l'un d'eux, "le commerce équitable, c'est en France aussi !". Il n'y a là rien de facile ou d'idéaliste mais du concret, du travail, de la réflexion, des rencontres, du partage.

J'ai aimé que ce ne soit pas un film militant avec un parti-pris de départ qu'il essaie de démontrer mais plutôt l'exploration de quelques étudiants curieux et relativement ignorants qui cherchent des réponses à leurs questionnements. Lors du débat qui a suivi le film, certains ont regretté qu'on ne montre pas davantage la face noire de l'alimentation (pour ma part, il me semble que la télé s'en charge bien...). Bien sûr, il est très loin d'être exhaustif mais comment l'être sur un sujet comme l'alimentation, tellement vaste et complexe ?

Comme l'a dit le réalisateur Pierre Beccu dans le débat suivant les film, les étudiants voulaient montrer des gens qui ont envie de nourrir sainement leurs voisins.... Espérons qu'il y en ait de plus en plus. Et à nous consommateurs ou consomm'acteurs de les encourager par nos choix.

regards sur nos assiettes, pierre beccu, documentaire sur l'alimentation, circuits courts, alimentation et territoires

Pour l'équipe, la prise de conscience et l'action devraient d'abord venir des jeunes, comme ceux qui ont initié le film. Du coup, elle aimerait, outre une diffusion limitée en salle, présenter le film en milieu scolaire pour susciter des débats autour de l'alimentation et du territoire. Si vous êtes enseignant, pourquoi ne pas aller lire le dossier pédagogique pour y réfléchir... ?

Regards sur nos assiettes, documentaire, 1h15