Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/09/2016

La gourmandise ne fait pas grossir : les événements se suivent et se ressemblent...ou pas !

J'ai eu ces derniers jours plusieurs occasions de rencontrer des personnes en lien avec la sortie de mon livre. A chaque contexte particulier, un style de public un peu différent. Mais beaucoup de préoccupations similaires, que penser des modes alimentaires "sans", comment arrêter les régimes, comment bien manger au quotidien sans se ruiner ni y passer des heures, peut-on vraiment manger de tout et perdre du poids, etc. Sur tous ces sujets, je n'ai bien sûr pas de réponse magique mais j'informe, j'explique, j'incite à prendre du recul, comme je le fais, un peu autrement, dans mon livre.

Ces rencontres continuent et les deux prochaines devraient être de tonalités assez différentes l'une de l'autre.

Mardi 27, à partir de 20h00, j'aurais le plaisir d'une rencontre-dédicace autour du très combatif Xavier Denamur, dans son café-librairie La Belle Hortense, dans le Marais. L'occasion de débattre du bien manger pour tous, de la malbouffe, de l'agro-alimentaire, etc. autour de quelques gourmandises à grignoter élaborés par le chef des Philosophes et probablement d'un bon verre de vin (avec modération) puisque la soirée s'appelle "Pages et Cépages"... 

La Belle Hortense, 31 rue Vieille du Temple, Paris 4eme

belleHortence.jpeg

Vendredi 30, de 18h00 à minuit, je participerai à la Nuit Blanche des Métiers : Profession Passionnés, organisée par la librairie Mots en Marge à la Garenne Colombes. Outre les échanges et dédicaces, des tables rondes sont prévues. J'y serai toute la soirée et, à 19h30, j'aurai le plaisir de débattre avec le Chef pâtissier Nicolas Bernardé sur le thème "La gourmandise est mon métier". D'autres intervenants passionnés sont prévus au programme, comme l'explorateur Jean-Louis Etienne, la journaliste Audrey Pulvar, ou le jardinier Alain Barraton par exemple (liste complète en cliquant sur le lien ci-dessus). La soirée promet d'être riche...

la gourmandise ne fait pas grossir,la belle hortense,xavier denamur,malbouffe,bien manger pas cher,mots en marge,nuit des métiers,nicolas bernarde,dieteticienne gourmande

Nuit Blanche des Métiers, Immeuble Atrium, 10 Place de Belgique, La Garenne Colombes (face à l'arrêt de tramway Charlebourg : Tram T2 depuis La Défense direction Bezons).

Si vous êtes Parisien(ne) ou de proche banlieue et avez envie de me rencontrer/d'une dédicace, vous êtes bienvenu(e) à l'un ou l'autre de ces sympathiques moments. Ensuite, peut-être vais-je partir sur les chemins des autres villes françaises... 

 

 

 

20/02/2012

Le jeûne serait la solution ? (A propos de crevettes...)

Hier, on a mangé de délicieuses crevettes, en compagnie de légumes et de semoule. Je prévoyais éventuellement d'écrire un billet à ce sujet et puis je tombe justement sur un article dénonçant les gigantesques dégâts pour l'environnement dont ces petites bêtes (enfin, leur production...) seraient responsables. Du coup, je me suis dit encore une fois que si on était une personne raisonnable, soucieuse de sa santé et de celle de la planète, très à l'écoute des divers messages nutritionnels, il ne restait sans doute plus qu'à jeûner !

Car cette personne se dit peut-être :

- les crevettes sont un sommet d'empreinte carbone,

- la viande aussi pollue beaucoup et pour la santé, il ne faut pas trop en manger,

- le poisson, il est plein de métaux lourds et on vide les océans,

- les fruits et légumes ne peuvent pas vraiment échapper aux pesticides,

- le pain et les pâtes, on oublie, des fois qu'on serait allergique au gluten, et puis ça fait grossir,

- le lait, c'est mauvais pour la santé, difficile à digérer, et le fromage c'est trop gras !

- le sucre, c'est un poison, les scientifiques le disent. etc.

Bon, il y a peut-être le riz et encore, on n'est pas sûrs, il y a sûrement un problème ! 

Alors, il reste seulement à ne plus rien manger. Mais vous êtes vraiment sûrs que jeûner, c'est la meilleure chose à faire pour sa santé ?!

terrorisme alimentaire,environnement,jeûne,bio,écologie,bien manger,santé

Moi, je n'ai pas envie d'arrêter les crevettes mais je les choisis...

Mais non bien sûr, mangeons de tout, mais pas n'importe quoi, du bon ! Soyons attentifs à la qualité, plutôt que rechercher la quantité ou le prix le plus bas. Ne serait-il pas temps que le budget alimentation reprenne un peu plus de place dans notre porte-monnaie ?! Et si on cuisine, pas sûr qu'on dépense plus d'argent en fait. Même avec des bons produits, on peut s'en sortir peut-être pour moins cher moins qu'en achetant du tout prêt, du livré, d'aller dans un restaurant sans intérêt... Ainsi, acheter par exemple des crevettes surgelées, cela ne veut pas dire acheter n'importe quoi. On préfère en manger moins et des bonnes. Chez notre ami Mr P. par exemple, il y a bien sûr du choix mais là, il s'agissait de belles crevettes "Black Tiger" de Madagascar qui certes viennent de loin mais sont respectueuses de l'environnement : comme cela est écrit sur le paquet, et cela semble une réalité, elles sont produites à travers "une aquaculture de mer dans le respect des hommes, des ressources et du milieu".

Alors, pas de malbouffe mais pas non plus de terrorisme alimentaire qui nous empêche de manger dans la sérénité !

 

17/03/2011

Vive les pesticides !?

J'ai regardé mardi soir le documentaire de Marie-Monique Robin, "Notre poison quotidien" (voir mon autre billet à ce sujet). Cela a représenté un certain effort après une journée de travail car c'était assez austère. Je suppose que beaucoup ont dû lâcher en cours de route et je les comprends.

C'était toutefois une belle démonstration de la collusion entre l'industrie chimique et les instances décisionnaires, dans les pays développés, en matière de mise sur le marché de produits contribuant de près ou de loin à l'alimentation. Derrière tout cela, comme toujours, il y a bien sûr le pouvoir de l'argent, l'appât du gain... Le problème, c'est que cela n'est pas inoffensif. Le film montrait clairement les dangers de certains composants (le bisphenol A, l'aspartame, les pesticides...). Cela incitera sûrement certains à modifier leur comportement (arrêt des boissons à l'aspartame ou de bouteilles plastisque, achat de fruits et légumes tout bio, ...).

P1030271.JPG

A la poubelle, mes chewingums à l'aspartame (et au sorbitol, xylitol, isomalt, ...) ?!

Je regardais tout cela un peu désespérée. Et puis, je vais peut-être vous choquer, tout à coup, une petite voix en moi s'est demandé si finalement une certaine dose de pesticides et autres additifs n'était pas un des traits de l'époque, comme le téléphone portable, les embouteillages, le nucléaire (!), la mondialisation, ... Et qu'il fallait en partie l'accepter. Je m'interroge...

Ces produits qui impactent notre alimentation ont clairement des méfaits pour la santé. Mais en même temps, les autres époques en avaient aussi, d'autres maladies, une alimentation moins sûre, moins variée, tout cela conduisant à une espérance de vie moins élevée. Alors notre époque est-elle pire ?
Comme je le dis souvent, je suis pour une alimentation saine, naturelle, peu transformée. Je ne baisse pas les bras, je suis persuadée qu'il faut donner une éducation alimentaire, faire évoluer les pratiques de la chaine de l'agro-alimentaire, améliorer la réglementation. Mais il serait illusoire de penser qu'on peut revenir un siècle en arrière. Et cela serait-il vraiment souhaitable ? Qu'en pensez-vous ?

19/01/2009

Vive la pause déjeuner à la française !

Ce lundi 19 janvier, on peut à nouveau me lire sur le site Toutpourlesfemmes
En cette veille d'investiture de Barack Obama que suit le monde entier, je voulais juste rappeler que ce serait bien de préserver notre culture alimentaire faite de plaisir et de convivialité et, en ce domaine-là au moins, de ne pas prendre les Etats-Unis comme modèle !
A lire ici

05/09/2008

Que mangent Obama et McCain ?

Alors que l'on s'approche des élections américaines et que ce pays est tellement touché par l'obésité et la malbouffe, il est intéressant de regarder si les deux candidats s'intéressent à l'alimentation. Mangent-ils comme l'Américain moyen ? Sont-ils préoccupés par l'épidémie d'obésité et ont-ils des propositions à ce sujet ?
J'ai fait un petit tour du web à ce sujet.
5b4254d827f74b9f17df218dd676d5e1.jpg

Visiblement, Obama et McCain ont tous les deux des goûts assez américains, au moins dans leurs déclarations. Barack Obama aime la pizza de Chicago, le poulet frit avec des pommes de terre sautées, et il aime aussi cuisiner. Sa spécialité serait le chili con carne. Le candidat a mis sa propre recette à disposition des internautes. Il n’aime pas trop ce qui est sucré, et préfère l’eau aux sodas. Ce ne serait pas le cas de John McCain qui, parait-il, raffole des « doughnuts » et des sodas en campagne. Il serait par ailleurs le spécialiste du barbecue pour préparer des côtes de porc marinées, et n’aime pas trop les légumes.
f94a55dc333cd6c4b371ac0a709193a8.jpg
Plus sérieusement, les deux candidats ont été interrogés par différents medias sur la politique qu’ils mettraient en œuvre pour s’attaquer au problème d’obésité du pays.
Mc Cain et Obama se sont dits très soucieux de s’attaquer en particulier à l’obésité des enfants, en faisant notamment de la prévention. Obama voudrait prendre le problème globalement en intégrant une incitation des parents à s’occuper davantage de l’alimentation de leurs enfants, une incitation à l’éducation physique, des actions sur les repas dans les écoles, ... Conscient des difficultés, il n’hésiterait pas à faire intervenir le gouvernement fédéral pour impulser la politique d’incitation, notamment vis-à-vis des industriels de l’agro-alimentaire. McCain souhaite de son côté impliquer les familles, en mettant en place des moyens d’éduquer les parents et des enfants à la santé et la nutrition, et s'appuierait plutôt sur les gouvernements locaux. Tout cela reste visiblement pour l’instant assez général et pas très concret.

Et, malheureusement, il semble que personne ne parle de revenir à la convivialité et au plaisir de manger, ces aspects fort peu présents aux Etats-Unis et qui persistent chez nous pour nous protéger (un peu) de l’ « épidémie » d’obésité.

Autre thème, plus surprenant, certains sites mettent en avant le handicap que pourrait constituer la sveltesse d’Obama, signe d’appartenance à une élite, dans un pays où il y a des dizaines de millions de personnes en surpoids. Il existe même un site où l’on peut choisir de voter pour différents Obama à la silhouette plus ou moins enveloppée ! Au contraire, certains considèrent que cette minceur de marathonien serait un atout car le symbole de son dynamisme, son énergie, son endurance et sa volonté de mouvement...

(Sources : sites Gala, Goldenapplepress, Tribune de Genève, Wall Street Journal, Washington Post, obama-mccain info)