Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/05/2011

Les Bretons doivent rigoler...

alimentation,nutrition,cuisine,bento,sarrasin,soba,sobacha,blé noir,galette,crêpesLundi midi, je m'étais préparé un bento à base de sarrasin. J'ai trouvé cela vraiment délicieux. Le goût et la texture changent du quinoa, du blé, du riz, de l'épeautre, ... J'ai réédité la chose cette fois avec une association classique avocat-pamplemousse-crevettes et j'y ai ajouté des dés de concombre, un reste d'asperges vertes, des graines germées, du basilic. Un régal !

Le sarrasin est à la mode. Les gourous de l'alimentation santé s'en sont emparés comme d'un nouvel aliment miracle, un super-aliment comme la grenade, les cranberries. On parle d'une fabuleuse boisson detox ! Pour ma part, j'en mange et bois depuis pas mal de temps sans me poser de question car cela fait partie des basiques japonais (alimentation dont je suis très friande, vous le savez) : il y a les soba, pâtes à base de sarrasin et le sobacha, infusion à base de graines de sarrasin.

Ici, on a l'impression qu'on vient de découvrir cet ingrédient... Du coup, ce sont les Bretons qui doivent rigoler ! Car le sarrasin fait partie de leur alimentation depuis probablement le 15eme siècle, apporté par les Sarrasins, et on le connaît bien à travers leurs galettes dites de blé noir : c'est bien de sarrasin qu'il s'agit (en l'occurence on utilise la farine de sarrasin). Le sarrasin est aussi bien connu à l'Est de l'Europe et on y utilise le sarrasin grillé, qu'on appelle kacha.

Pour information, j'avais d'ailleurs acheté mon sarrasin à St Malo .

NB : ce n'est pas compliqué à préparer : basiquement, une douzaine de minutes dans l'eau bouillante salée, et il est préférable si possible de le faire griller ou revenir avec un peu de matière grasse au préalable.

Et vous, mangez-vous du sarrasin ? 

25/05/2011

Suis-je flexitarienne ?

Connaissez-vous les flexitariens ? C'est une nouvelle catégorie de mangeurs inventée il y a quelques années par les Américains. Il s'agit d'une sorte de végétariens flexibles, des personnes en voie de "végétarisation" ou qui ont une alimentation majoritairement à base de fruits, légumes, céréales, légumineuses, mais qui peuvent par goût ou par nécessité manger de la viande ou du poisson de temps en temps.

Pour ma part, je n'ai aucun problème à faire un repas sans viande ou poisson. Ainsi, lundi midi, j'ai préparé un bento avec quelques restes que j'avais : des pousses d'épinard, de la feta, de la pastèque, de la coriandre et j'ai mélangé cela avec du sarrasin (c'était frais et délicieux !). Cela ne me choque pas de faire un tel repas. Je ne me pose pas la question, j'aime beaucoup le poisson, les oeufs, la viande, j'en mange régulièrement mais je ne me sens pas obligée d'en manger à chaque repas. Je mange assez rarement de la viande rouge, plus par manque d'opportunité que par manque de goût pour elle. Je n'ai aucune intention de devenir végétarienne mais j'adore le tofu et il m'arrive fréquemment de faire un repas de pâtes aux légumes ou à base de quinoa sans que cela me perturbe. Au contraire, je me régale.

P1030535.JPG

Il existe ainsi de nombreuses personnes qui ne sont pas végétariennes mais qui mangent relativement peu de viande, qui ont une façon de s'alimenter souple, ni végétarienne ni carnivore. Faut-il pour autant les mettre dans une case ? Je ne suis sans doute pas flexitarienne mais quelle importance ?!

Et vous, vous sentez-vous flexitarien (ne) ?

24/05/2011

Soupe toute verte, toute parfumée

P1030536.JPGCe n'est pas parce que le temps se réchauffe qu'on ne peut pas avoir envie d'une soupe. Ce fut le cas ce soir-là. Je me suis inspirée d'une recette du livre "Le Bonheur de cuisiner" (dont j'ai déjà parlé plusieurs fois) qui recommandait de mettre beaucoup d'herbes et quelques autres légumes. Je n'ai pas fait exactement la recette et dans ma soupe, il y avait : un peu d'artichaut, des pousses d'épinard, du fenouil, un poireau, de l'ail, de l'oignon, du persil plat, de la coriandre, du cerfeuil. Le tout est d'abord revenu dans l'huile d'olive puis a cuit tranquillement  avec un peu d'eau. Direction le mixer et cela a donné une soupe toute verte où tous ces ingrédients se sont mêlés fantastiquement bien pour un maximum de parfum !

NB : afin de vous encourager à prendre plaisir à manger le plus souvent possible, je vous donne régulièrement un plaisir gourmand personnel. Je serai ravie que vous postiez un commentaire si vous voulez plus d'informations ou faire une suggestion gourmande.

 

23/05/2011

Journée de la fraise, youpi !!!

Quand on mange en respectant à peu près les saisons, on ressent parfois une sorte d'urgence. Vite, vite, il faut profiter de tel ou tel aliment avant qu'il ne disparaisse... jusqu'à l'année prochaine. Ainsi en va-t-il des fraises, qui ne durent guère plus que le printemps (enfin, les bonnes, les goûteuses, françaises forcément !). Et j'aime tellement ce fruit que je veux en profiter largement.

Du coup, j'ai décidé de mettre ce dimanche sous le signe de la fraise et je l'ai donc savourée sous différentes formes tout au long de la journée, sans me lancer dans des recettes compliquées :

alimentation,cuisine,fruits,fraise,salade rouge,dessert

- des fraises nature très parfumées ;

- un milk-shake : des fraises, du kéfir*, une touche de vanille pour adoucir l'acidité du yaourt, des glaçons : délicieux ;

- une salade toute rouge : j'avais un souvenir imprécis d'une salade dont je m'étais régalée l'année dernière avec fraise et pastèque notamment et j'ai élargi le propos. J'ai mis le paquet côté arômes avec des fraises, des tomates cerises, de la pastèque, de la feta, des pousses d'épinard, un mélange de graines germées, de la coriandre, du poivre, une vinaigrette avec du vinaigre de Banyuls. Waouh, tout ça ? Oui et ce n'était pas trop, ce fut une explosion parfumée et une pure merveille de salade !

- un trio de desserts fraisiers : une salade de fraises à l'orange, une poêlée de fraises au miel et au gingembre, une tentative de glace à la fraise sans sorbetière, avec ce qu'il restait du milk-shake : trois manières, trois températures, un grand plaisir même si la glace manquait un peu d'onctuosité.

Et vous, vous aimez les fraises ? Comment les préférez-vous ?

* Le kéfir est un lait fermenté d'origine grecque qui ressemble un peu à du yaourt semi-liquide.

21/05/2011

Gourmande...de livres

J'adore lire. Et depuis que je me passionne pour l'alimentation et la complexité du comportement alimentaire, je découvre sans cesse avec curiosité et gourmandise d'apprendre, de nouvelles possibilités de lecture. Je me réjouis donc quand frappe à ma porte le postier avec une volumineuse livraison de livres qui vont me procurer des heures de connaissance, réflexion, plaisir, découverte, ébullition imaginative, ...

Ces livres, j'en entends parler par des collègues, je les découvre au hasard des tables des libraires, je les repère sur des sites, je les feuillette lors de l'un des délicieux petits déjeuners "Ecrire pour" d'Anna et Christie, ... Cela donne un melting-pot mais le plus souvent en lien avec un aspect de mon métier.

Ma dernière cargaison recelait ainsi :

P1030468.JPG

- Le Guide des produits de saison, qui me parait être un excellent outil à mettre entre les mains de certaines personnes pour qu'elles remettent un peu de saisonnalité dans leur cuisine. Car elles ont parfois du mal à le faire, face à la persistance de certains aliments sur les étals toute l'année.

- Faire ses courses, de Martyne Perrot, sociologue : plus aucun souvenir du chemin qui m'a fait arriver jusqu'à ce livre. Il m'intéresse pour prendre du recul par rapport à ce moment particulier de la relation à l'alimentation qui est vécu de façon tellement diverse par les personnes qui viennent me voir. Ainsi, il y a celles qui font une liste, planifient, règlent cela chaque samedi. Celles qui improvisent tous les soirs à la supérette du coin, etc. Celles qui vont avec joie au marché mais abandonnent ensuite les légumes à leur triste sort. Etc. J'en reparlerai.

- Manuel de lâcher-prise : je l'avais feuilleté dans une librairie et je me suis dit que j'y trouverai peut-être des idées d'exercices à proposer à certaines de mes patientes qui auraient besoin de lâcher un peu le tout-contrôle, l'exigence et le perfectionnisme.

- La vie faite à la main, de la canadienne Anne-Marie Jobin, dont Christie a parlé avec tellement d'enthousiasme lors d'un petit déjeuner que j'ai eu tout de suite envie de m'y plonger. Merci Christie pour cette belle découverte !

- 1001 façons de les faire manger tous les jours, un volumineux livre de cuisine : à première vue, des recettes simples et appétissantes, que je pourrais tester pour parfois transmettre quelques pistes propices à relancer l'imagination des mangeur(se)s montones.

La question : quand est-ce que je vais lire tout ça ?! (et encore, vous n'avez pas vu ma bibliothèque ;-)). Néanmoins, si vous avez d'autres lectures passionnantes à me conseiller, je suis preneuse !

 

 

18/05/2011

Fraicheur de printemps : citron total !

P1030452.JPGParfois, quand on mange quelque chose, on cherche une boisson qui contraste, ou une boisson qui s'accorde. Et pourquoi pas une boisson qui prolonge ?

Ainsi, un dimanche, de passage chez mon quasi-voisin, le délicieux boulanger Gontran Cherrier, je m'empare d'une tartelette au citron, curieuse de goûter peu à peu bon nombre des spécialités de la maison. De retour chez moi, je m'interroge, que boire pour accompagner cette douceur acide ? Un thé ? non, pas envie. De l'eau ? bof. Il fait chaud, j'aime dans ces circonstances boire une citronnade. Mais citron et citron, qu'est-ce que cela va donner ? Est-ce que le citron à boire ne va pas "tuer" le citron à manger ? Je me lance et je m'attable avec ma citronnade (citron pressé + eau + glaçons) et ma tartelette. Première bouchée : parfum de citron très puissant, zestes de citron vert, crème comme on l'aime dans une tarte au citron mais toute légère, onctueuse, pas du tout compacte. Plus une pâte sablée parfaite, pas trop épaisse. Miam ! Et le parfum de citron est tellement présent que c'est la citronnade qui fait toute douce à côté ! Bref, une réussite !

Et vous, comment assortissez-vous pâtisseries et boissons ?

Et rappelez-vous, un gâteau sera toujours meilleur si vous le mangez quand vous avez faim !

Boulangerie Gontran Cherrier, 22 rue Caulaincourt, Paris 18ème

Je vide mon congélo, épisode 6 (et fin !) : tortilla aux légumes

Congélo, tortilla, kezako ? Je vous rassure, je n'avais pas d'oeufs au congélateur ! Mais, dernière ligne droite de cette "liquidation" des aliments surgelés pour faire place nette, j'y ai retrouvé une part de courgettes et tomates et un reste de poëlée de champignons. J'ai mélangé le tout, fait réchauffer, versé des oeufs battus dessus, et cela a cuit tranquillement pour donner une jolie tortilla (ou assimilé). Je l'ai emportée et, froide, elle a constitué un délicieux déjeuner.

alimentation,nutrition,déjeuner rapide,bento,lunchbox,repas au bureau,légumes,oeufs

Voilà une façon d'utiliser des restes de légumes en petite quantité, plutôt que de se forcer à les manger quand on n'a plus faim ou de les jeter, dilemme auquel sont parfois confrontées les personnes que je suis.

Résumé : le congélateur, c'est bien pratique ; les oeufs, cela se prête à un repas vite prêt.

Et ça y est, le congélateur est tout propre et prêt à être rempli de bonnes choses !

NB : afin de vous encourager à prendre plaisir à manger le plus souvent possible, je vous donne régulièrement un plaisir gourmand personnel. Je serai ravie que vous postiez un commentaire si vous voulez plus d'informations ou faire une suggestion gourmande.

17/05/2011

Bento quinori et tutti quanti !

P1030508.JPGLe quinori, c'est un mélange de quinoa, riz, pois chiches, ..., que j'avais découvert dans le livre Nature d'Alain Ducasse et réutilisé avec plaisir. Une base qui peut se prêter à toutes sortes d'ajouts. Alors, ce lundi, je me suis débrouillée avec ce que j'avais sous la main : concombre, fenouil, coriandre, radis, carotte, poulet au citron (qui avait été conservé au congélo), graines germées.

Cela a été vite prêt (15 mn de cuisson du quinori et pendant ce temps-là, je découpe, émince, râpe les légumes) et a donné un bento joliment coloré, agréablement parfumé, tout croquant et vraiment délicieux à déguster.

NB : afin de vous encourager à prendre plaisir à manger le plus souvent possible, je vous donne régulièrement un plaisir gourmand personnel. Je serai ravie que vous postiez un commentaire si vous voulez plus d'informations ou faire une suggestion gourmande.

15/05/2011

Je vide mon congélo, épisodes 4 et 5

P1030500.JPGEpisode 4 : le congélateur, ou comment manger à contre-saison

Cela sert à ça aussi, le congélateur, à pouvoir manger de la ratatouille ou faire un coulis de framboises en plein hiver. Je ne le fais pas souvent, tellement j'aime suivre le rythme des saisons. Mais parfois, il est bien normal d'avoir envie d'un peu d'aliments estivaux pour ensoleiller la grisaille hivernale. Par exemple une bonne sauce tomate pour les pâtes. Cette fois, opération "vidage" du congélo oblige, c'était un petit souvenir hivernal en plein printemps. Un plat cuisiné l'hiver dernier, soigneusement étiqueté. Il s'agissait d'un savoureux mille feuilles de légumes d'hiver. Un peu d'anticipation le matin pour penser au repas du soir. Puis cela décongèle tranquillement au frigo et il y a juste à le réchauffer le soir. Même s'il n'était pas de saison, je me suis régalée et cela m'a rappelé de refaire ce plat l'hiver prochain.

P1030494.JPGEpisode 5 : le congélateur, ou comment préparer un déjeuner vite fait

Il me restait aussi un pavé d'espadon. J'avais déjà réalisé une excellente recette d'espadon au pavot de Philippe Delacourcelle. J'avais plutôt besoin de préparer un bento pour mon déjeuner, j'ai bricolé avec ce que j'avais sous la main et cela a donné des tagliatelles aux dés d'espadon, concombre et graines de courge. Un mélange un peu bizarre, qui manquait de couleur mais finalement bon, avec de l'espadon froid vraiment délicieux. 

Bon, le congélateur est presque vide, affaire à suivre !

13/05/2011

Et si on commençait par le dessert ?

alimentation, nutrition, desserts, pâtisseries, gourmandise, diététicienne gourmandeTraditionnellement, un repas français, c'est souvent entrée-plat-dessert ou plat-dessert : en tout cas, le salé avant le sucré. Mais n'est-ce pas juste une convention, une habitude culturelle ?

J'avais un jour entendu le merveilleux chocolatier Patrick Roger, très amateur de sucré, parler de sa tentative (vaine) de convaincre des chefs de faire commencer des repas par la partie sucrée. Pourquoi ? Pour pouvoir vraiment en profiter ! Car souvent quand on arrive au dessert, on n'a en fait plus très faim et on n'en tire pas le maximum de plaisir.

J'apprends donc à mes patients à garder une place pour le dessert ou à manger des pâtisseries en dehors des repas. Voire même à s'autoriser des repas sucrés si c'est vraiment cela dont ils ont envie, plutôt que de garder une frustration qui engendrera un craquage tôt ou tard.

Mais pourquoi ne pas parfois commencer un repas par le dessert ? Ce n'est pas dans nos coutumes : je me souviens d'avoir organisé un jour un "slunch", sorte de goûter dinatoire et j'avais prévu qu'on commencé par le sucré (l'aspect goûter) pour finir par le salé (l'apéritif). Mais j'avais tout présenté à la fois et, bien qu'il soit 17h, tout le monde, par réflexe, avait commence par le salé. On ne change pas des habitudes facilement !

Pour notre part, ce dimanche, on a ainsi commencé par le dessert. Il était simple mais très attirant : quelques fraises au citron et une petite tranche de brioche tartinée d'une délicieuse pâte dont je vous reparlerai (son nom ne commence pas par un N !). On l'a vraiment apprécié et très probablement davantage que si nous l'avions mangé à la fin du repas. Et, comme il n'était pas très copieux, cela n'a pas nui à la suite.

Et vous, vous arrive-t-il de commencer un repas par le dessert ? Voire de faire un repas 100% sucré ?