Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/10/2011

Pas simple comme un régime...

La relation à l'alimentation, ce n'est pas simple comme un régime...

Souvent on croit que c'est simple de maigrir. Qu'il suffit de se priver pendant une période limitée d'aliments riches, d'éliminer des catégories d'aliments réputés grossissants, de suivre une liste de menus "light". Certes, cela parait facile. Mais alors comment se fait-il que la plupart des personnes reprennent les kilos perdus, voire plus, et entrent souvent dans un cycle de poids qui fait le yoyo, ce qui sera dommageable physiquement et psychologiquement ?

En fait, plus je reçois des personnes en désamour avec l'alimentation et/ou avec leur corps, plus je vérifie que la relation avec la nourriture est complexe. Car elle est issue de notre culture, d'une éducation alimentaire familiale, de la constitution éventuelle d'un lien affectif avec certains aliments "doudou", de périodes de restriction permanente ou temporaire, de notre style émotionnel, du mode de vie et du temps qu'on consacre au domaine alimentaire.

Par exemple, on s'éloigne de ses sensations de faim et de rassasiement parce qu'on a des règles de repas un peu strictes, qu'on doit à tout prix finir son assiette. On développe une peur de certains aliments qui feraient quasiment grossir rien qu'en les regardant. On développe un lien avec l'alimentation réconfort quand on est stressé(e) ou angoissé(e). On succombe à toutes les tentations festives car on se prive excessivement le reste du temps, ...

alimentation, régime, minceur, maigrir sans régime, comportement alimentaire, restriction, faire la paix aves les aliments, GROS, surpoids

Oui, on peut retrouver le plaisir de manger des pâtisseries sans culpabiliser !

Tout cela détermine notre façon de manger et elle est unique. Alors, si on ne prend pas en compte cette complexité pour entamer une perte de poids, on risque de traiter la question en surface. Et donc que le résultat soit temporaire.

Alors, on peut décider de prendre les choses globalement, notamment en allant voir un praticien du GROS*. Comme c'est compliqué, que souvent différents éléments sont imbriqués, cela peut prendre du temps. Plus de temps qu'un régime. Mais cela n'en vaut-il pas la peine, si on fait vraiment la paix avec les aliments... et avec soi-même ?

*Pour information, les 3 et 4 novembre, ce sont les 9èmes Rencontres du GROS, consacrées au thème des enfants.

27/09/2011

Ce n'est pas le restaurant qui fait grossir !

Beaucoup de personnes ont peur de l'influence du restaurant sur leur ligne, elles sont persuadées qu'il va être source de kilos supplémentaires par sa cuisine riche et ses menus à rallonge. Mais non ! On peut très bien aller au restaurant souvent et garder la ligne.

Ce n'est pas le restaurant en lui-même qui fait grossir. C'est plutôt la façon dont on le gère. On peut en effet prendre du poids si :

restaurant,poids,minceur,garder la ligne,régulation alimentaire

- "on se lâche" au restaurant car le reste du temps, on se restreint, on mange des plats sans saveur, on se prive de ses aliments préférés. Et du coup, on va prendre un plat particulièrement riche ou manger un dessert sans faim en se disant qu'il faut profiter de l'occasion à fond, au lieu d'écouter ses vraies envies.

- on mange tout ce qui est servi, même si les portions sont vraiment trop importantes, en allant bien au-delà de sa faim, "parce que cela ne se fait pas de laisser",

- on se jette sur la corbeille de pain et on en mange beaucoup car on a trop faim en arrivant,

- on se laisser emporte par une formule qui parait avantageuse en prix mais qui va faire manger trop,

- on ne régule pas ses repas en attendant que la faim revienne : on mange "normalement" après un repas copieux, alors qu'on n'a pas faim du tout, parce que "c'est l'heure", parce que "c'est mal de sauter un repas", par habitude,  ...

restaurant,poids,minceur,garder la ligne,régulation alimentaire

Alors qu'on peut aller au restaurant en écoutant sa faim et ses envies pour choisir les plats, en s'arrêtant quand on n'a plus faim ou en régulant après coup si on a un peu trop mangé. Du coup, il ne reste que le plaisir et ni culpabilité ni kilos en trop.

Je me suis livrée à une petite expérimentation personnelle pour vous convaincre : pendant cette semaine "Tous au restaurant", j'ai déjeuné à deux bonnes tables, et en plus mangé de la pizza à nouveau délicieuse à la Pizza di Loretta, fait un goûter chez Jean-Paul Hévin dont je vous reparlerais, ... Conclusion : je n'ai pas pris un gramme !

Et vous, avez-vous peur du restaurant ? Ou vous y régalez vous sans arrière-pensée ?

22/09/2011

Stop à la peur des féculents !

Très régulièrement, les femmes qui viennent me consulter, ayant une longue histoire de régimes, me racontent leur journée alimentaire ainsi : elles s'autorisent un peu de pain le matin, une mini-part de riz ou de pâtes le midi (et encore pas toujours) et surtout pas de féculents le soir : "on va les stocker !". Ou si cela arrive, cela crée un terrible sentiment de culpabilité, si elles ont mangé par exemple des pâtes un soir (parce c'était le conjoint qui cuisinait ou qu'il n'y avait vraiment rien d'autre dans les placards).

Cela montre une quasi-phobie des féculents entretenue depuis des années par de très nombreux régimes. On diabolise ces pauvres aliments (comme le gras). Or, notre corps a besoin de l'énergie et des apports nutritifs qu'ils fournissent et il n'y a aucune raison de s'en passer. Ce qui compte pour perdre du poids, c'est de diminuer son apport calorique global, indépendamment du type d'aliments, notamment en revenant à l'écoute de ses sensations. Donc, la question n'est pas de manger les féculents à tel ou tel repas.

Pour ma part, les repas exempts de féculents sont plutôt rares et ceux-ci peuvent même souvent être au centre. C'est arrivé plusieurs fois ces derniers jours et je ne m'en plains pas ! Il y a eu par exemple :

- un original et délicieux risotto aux moules, fenouil et rougets concocté par mon chef privé italo-nippophile,

P1040049.JPG

- des galettes de pommes de terre. En effet, envie de faire plaisir à mon amateur de patates, je suis tombée sur une recette de galettes moelleuses de pommes de terre dans le livre Nature de Ducasse, souvent source de régals du week end (les recettes sont trop longues en général pour un soir de semaine). Il s'agit d'écraser des pommes de terre cuites comme pour une purée, puis de les mélanger avec farine, oeufs, crème, blancs d'oeufs et de faire ensuite cuire ce mélange sous forme de petites crêpes. Cela donne un plat complet étonnamment délicieux, y compris pour moi qui ne suis pas une grande passionnée de purée, sans doute parce que c'est plus ferme. Les galettes étaient accompagnées d'une salade d'herbes très parfumée comme cela est conseillé, à ma façon : un mesclun avec plein d'herbes que j'avais en stock, pas celles de la recette.

 P1040050.JPG


- une soupe de pâtes udon, avec des algues wakame, un grand classique japonais.

P1040066.JPG


Et vous avez-vous parfois peur des féculents ?

03/09/2011

Rencontre avec Géraldine, gourmande BCBT

Depuis quelque temps, je donne la parole à des gourmandes BCBT. BCBT ? Un acronyme que j'ai inventé pour désigner des gourmandes Bien dans leur Corps Bien dans leur Tête car les deux vont souvent ensemble. Pour montrer qu'on peut être bien dans son corps avec diverses silhouettes, qu'on peut être gourmande sans basculer vers la taille XXL, qu'on peut vivre à l'écart des régimes, ....

Après Eva et Sophie "Gourmetise", je vous présente Géraldine. Géraldine est une authentique gourmande, amoureuse des bons produits, au point d'abandonner la vie en entreprise pour se lancer dans l'aventure de la création d'une épicerie. C'est la jolie Epicerie du 4, dans le 19eme arrondissement à Paris.

Je l'ai interviewée et je n'ai pas pu m'empêcher d'ajouter mon grain de sel...

GBeaulande_aout2011.jpgTa définition de la gourmandise
Un plaisir gustatif, olfactif et visuel

Ta gourmandise favorite
Le fromage

Ta dernière découverte gourmande ?
La crème de citron au gingembre (miam, je goûterai bien !)

Le plat / l’aliment que tu ne parviens absolument pas à aimer
Les tripes

Tu pars sur une île déserte, l’aliment que tu emportes absolument
un paquet de spaghetti (tu n'es pas italienne pourtant ?!)

Que consommes-tu sans modération ? 
Le thé

D’où vient ton tempérament gourmand ?
De mes parents, et d’avoir aimé cuisiner petite fille, avec ma mère et ma grand-mère

Ta gourmandise inavouable ?
Le boudin noir

La cuisine, c’est quoi pour toi ?
Un réconfort, une détente et un grand plaisir

Dans tes placards, il y a toujours… ?
Des pâtes, du riz, du pilpil, des conserves de poisson, du chocolat, de l’huile d’olive, de la sauce soja, du poivre, du sel et moult épices

Ta madeleine de Proust, le goût que tu n’arrives pas à retrouver ?
Le gâteau de Savoie de ma grand-mère (ah, les grand-mères ...)

Ta recette super-express et super-bonne ?
Des pâtes aux câpres à la sauge et au citron (tiens, cela me donne des idées...)

L’effort que tu fais pour ta ligne ?
J’essaie de toujours rester un peu sur ma faim (rester sur sa faim ou manger à sa faim ?)

C’est quoi les régimes pour toi ?
Réviser son comportement par rapport aux notions de nourriture et cuisine : ne pas se remplir l’estomac pour se remplir la tête, et préparer les repas en évitant au maximum des plats cuisinés industriels et bourrés de mauvais ingrédients (c'est pas un régime ça, c'est juste bien manger, non ?)

Ta meilleure façon de bouger ?
La marche quotidienne, à compléter par une activité plus physique (l'important c'est que cela reste un plaisir)

Une astuce gourmande pour embellir le quotidien ?
Varier les aliments et les couleurs dans les plats

Merci à Géraldine et si vous voulez faire plus amplement connaissance avec elle, vous pouvez lui rendre visite à l'Epicerie du 4, 4 rue de la Villette, Paris 19ème.

22/07/2011

J'ai testé pour vous...les vacances conviviales

Pour illustrer ce que peuvent être des vacances où l'on ne voit pas trop son poids "déraper", voici à titre d'expérimentation personnelle un long week-end passé dans le Sud de la France. Ce week end pourrait paraitre à certain(e)s à risque car il a notamment compris :

- un déjeuner multi-plats à Avignon (le merveilleux menu tomate),
- des repas tournant autour des spécialités locales : pâtes aux moules du cru, saucisse, glaces (il faisait beau...), ...
- la fréquentation d'une fête régionale (course camarguaise) avec ensuite dîner au restaurant (entrée, plat, dessert),
- divers apéritifs avec spécialités du cru (brandade, anchois, pâte d'olives, ...),P1030791.JPG
- une copieuse et délicieuse paella maison au feu de bois,
- quelques bons vins,
- la compagnie de convives gourmands qui aiment passer du temps à table.

P1030796.JPG

P1030797.JPG

Eh bien, quel fut le résultat ? Aucun mouvement sur la balance ! (quand je vis ce type de moment, je me pèse avant et après pour vous montrer qu'il est possible d'être gourmande, de manger de tout et de ne pas revenir avec 3 kilos de plus). Et je vous promets que je ne me suis pas privée !

Comment est-ce possible ?
- en étant attentive à sa faim, en ne la rassasiant pas  totalement dès l'apéritif,
- en zappant le fromage si on préfère garder une place pour le dessert,
- en mangeant avec attention, tout en suivant la conversation, pour apprécier les plats au mieux et avoir sa dose de plaisir dès la première assiette,
- en buvant de facon consciente et mesurée,
- en ne répondant pas forcément par l'affirmative aux propositions de se resservir tout en montrant qu'on a vraiment apprécié le plat.

Et en n'étant pas en restriction le reste du temps ! Car quand on se fait plaisir au quotidien, on éprouve moins le besoin de "se lâcher" lors d'occasions festives, on en profite, c'est tout.

Alors, pas de panique si vous passez des vacances avec famille et amis gourmands, écoutez-vous, savourez et vous ramènerez des souvenirs de bons moments plutôt que des kilos en plus !

 

21/07/2011

En vacances, on grossit ou on maigrit ?

Etrange interrogation peut-être car il n'y sûrement pas de généralités en la matière ! Mais je vois bien parmi les personnes qui me consultent que certaines sont plutôt confiantes en cette période et d'autres plutôt inquiètes. En effet, il peut y avoir du pour et du contre.

Certain(e)s perdent du poids car, en vacances :
- on peut vivre à son propre rythme et donc attendre d'avoir faim pour manger,
- on a plus de temps pour s'écouter (sa faim donc, ses envies, ses émotions),
- on n'a moins de facteurs de stress qui peuvent faire grignoter,
- on bouge davantage, on marche, on nage, on fait du vélo, ...
- on peut éventuellement manger plus léger car on choisit ce que l'on mange (on n'est plus assujetti au self d'entreprise, ...)

été,vacances,poids,minceur,buffet,apéritif,tables d'été,maigrir,surpoids

D'autres prennent du poids car :
- on est dans une région ou un pays où l'on veut découvrir la gastronomie et goûter à tout sans rien oublier,
- on a le temps de préparer et apprécier des apéritifs à rallonge avec beaucoup à manger...et à boire,
- on fait des repas conviviaux avec plats multiples durant lesquels on mange bien au-delà de sa faim,
- on est dans un lieu de vacances avec formule buffet et on veut en profiter au maximum,..

été,vacances,poids,minceur,buffet,apéritif,tables d'été,maigrir,surpoids

A relire peut-être : L'Art de manger en vacances

Et vous, comment voyez-vous votre été côté alimentation et silhouette ?

Images : pique-nique © Sveta / buffet © Kelly Hironaka - Fotolia.com

19/07/2011

Lisez-vous des magazines féminins ?

femmes,magazines féminins,minceur,régimesJe n'ai jamais été accro aux magazines féminins. "Elle" me tombe des mains, "Marie-Claire" m'ennuie, "Cosmo" me saoule, Biba me fatigue, etc. etc. Et les nouveaux qui se veulent différents type Causette m'indifférent assez... Bref, je ne dois pas vraiment être dans la cible ! Finalement, je lis bien davantage des magazines de cuisine !

Toutefois, depuis que je suis diététicienne, ma relation aux magazines féminins a un peu changé. A la fois, je les maudis pour leur proposition de régimes ou pseudo-non-régimes à répétition, pour leur contribution uniforme à la vision d'une femme idéalement mince voire maigre, pour leur incapacité à montrer des femmes séduisantes et "normales" (taille 40 par exemple...), pour leurs incursions beaucoup trop occasionnelles dans la diversité des corps, ...

En même temps, ayant une clientèle essentiellement féminine,  je les lis désormais beaucoup plus qu'avant, trouvant deci-delà quelques articles intéressants, pour me tenir informée de ce qui passe dans l'univers de la mode, de la beauté... et tout savoir des dernières tendances minceur afin de les déminer chez mes patientes !

Et vous avez-vous des magazines féminins fétiches ? Qu'est-ce que vous aimez dedans ?

05/06/2011

Les Drs Apfeldorfer et Zermati lancent Linecoaching

Gérard Apfeldorfer et Jean-Philippe Zermati, les biens connus Présidents d'honneur du GROS, auteurs de plusieurs livres essentiels sur la relation à l'alimentation et l'amaigrissement, viennent de lancer un site de suivi en ligne pour faire évoluer le comportement alimentaire des personnes qui en ressentent le besoin, www.linecoaching.com. Alors, qu'en penser ?

Sûrement certains détracteurs diront qu'ils copient les Drs D... ou C..., qu'ils critiquent. Mais ne confondons pas le support et le contenu. Ce n'est pas parce qu'ils utilisent un site internet qu'ils vont donner des régimes ! Ce site leur a demandé beaucoup de travail, ils ont formalisé toute leur approche sous forme de questionnaires, d'exercices, ...à travers différents registres qui peuvent aider à pacifier son comportement alimentaire : écouter ses sensations, manger en conscience, gérer ses émotions, ...

Pour ma part, je me suis interrogée quand ils ont annoncé la nouvelle. Je suis membre du GROS, ils ont largement influencé ma pratique et j'apprends beaucoup à leur contact. Mais je crois tellement à l'importance de la relation humaine (cf les propos d'Irvin Yalom) que je doute qu'on puisse faire un travail véritablement personnalisé, adapté à chacun (tel que je le conçois) avec un programme informatique, même très sophistiqué. C'est d'ailleurs ce que reconnait Gérard Apfeldorfer et il ne prétend pas que Linecoaching puisse remplacer une prise en charge humaine.

Je comprends cependant leur intention : un site internet comprend une part d'interactivité qui permet un parcours semi-personnalisé, plus satisfaisant qu'un livre qui part dans la nature sans possibilité de dialogue. De plus, certaines personnes ont eu un parcours difficile avec des médecins, diététiciennes, ... et n'ont plus envie à un moment donné de se retrouver face à un professionnel de santé. S'abonner à ce site peut leur permettre de retrouver l'envie de travailler sur leurs habitudes alimentaires. Pour d'autres personnes intéressées par cette approche, il n'y a tout simplement pas de thérapeute du GROS à proximité de leur lieu de vie.

J'ai résumé quelques aspects de ces différentes possibilités avec un petit schéma qui pourrait vous aider à réfléchir au choix entre un livre, le site Linecoaching et le suivi par un professionnel, si la question venait à se poser :

schema_linecoaching.jpg

Dans GROS Info n°3, vous pouvez lire la présentation de Linecoaching par Gérard Apfeldorfer (pages 4-5) et le commentaire de Bernard Waysfeld, Président du GROS (page 7).

12/05/2011

L'homme est-il une femme comme les autres ?

alimentation,nutrition,régime,minceur,hommes,embonpointMa clientèle est très majoritairement composée de femmes. Les hommes sont moins enclins à venir me consulter. Je vois à cela plusieurs explications, notamment : 

- les hommes sont beaucoup moins obsédés par leur poids et leur silhouette que les femmes car ils ne subissent pas autant (pour combien de temps encore ?) la même dictature de la minceur.

- les hommes sont peut-être moins enclins à rechercher un accompagnement et s'ils décident de gérer leur ligne, ils vont plutôt le faire seuls.

- quand ils prennent conscience de kilos accumulés au fil des années à force de repas d'affaires, apéros entre copains, d'arrêt de toute activité sportive ..., ils ont tendance à prendre des mesures drastiques simples : "je supprime le pain, le fromage, le vin". Ainsi beaucoup perdent des kilos très vite car leur métabolisme n'a pas encore été perturbé par des régimes. Mais souvent ils les reprennent s'ils ne changent pas leurs habitudes durablement.

En même temps, il semble que de plus en plus d'hommes se soucient de leur ligne. Ils sont sans doute sensibles aux discours santé qui insistent sur les risques liés à l'embonpoint et aussi soucieux de leur apparence, qui est tellement valorisée dans le monde d'aujourd'hui. Du coup, le marketing a encore frappé, en découvrant une nouveau territoire à conquérir. Ainsi, au millieu d'une offre croissante de produits de beauté, il y a même des crèmes minceur spécial ventre (cf pub ci-contre) ! Et de très nombreux hommes se sont lancés dernièrement dans le célèbre régime du Dr D.... Peut-être parce qu'ils apprécient une action coup de poing qui puisse donner des résultats rapides. Le problème, c'est qu'ils commencent à se rendre compte que les kilos reviennent assez vite...

Du coup, j'ai l'impression qu'on assiste à une séparation croissante entre deux types d'hommes (je schématise, la réalité est bien sûr plus complexe):

- ceux qui deviennent obsédés de leur image, quasiment à l'égal des femmes, et sont donc clients des crèmes, régimes, salles de sport, plat légers, ...

- ceux qui regardent les kilos s'accumuler sans trop réagir, à coup de repas d'affaires, de bons vins, de convivialité, ... et sont parfois alertés seulement quand leur médecin ou leur cardiologue agite un risque santé.

A tous, je voudrais dire que "la brioche n'est pas une fatalité"* et qu'on peut lutter contre elle sans être dans la privation et la frustration. Que les régimes ne sont pas la solution ! Qu'ils demandent aux femmes qui ont une large expérience en la matière...

Chers lecteurs, avez-vous un avis sur la question ? 

*C'est le titre de l'atelier que j'anime à nouveau le vendredi 20 mai de 19 à 21h. Un atelier informatif et interactif pour trouver des réponses concrètes à ces kilos masculins bien localisés. Inscriptions ici :  http://fr.amiando.com/brioche_20mai11.html

05/05/2011

Mon interview pro-gourmandise chez les Fauteuses de trouble

fauteuses de trouble, femmes, beuaté, minceur, régimes, gourmandiseLe site féminin assez iconoclaste des Fauteuses de trouble vient de réaliser un beau dossier sur la gourmandise, traitée sous différents aspects, beauté, sociologie, psychologie, cuisine, ... Pas tout à fait dans la ligne habituelle des magazines féminins. Eh bien, elles m'ont aussi demandé une interview, qui vient d'être publiée. C'est à lire ici.

Et rappelez-vous, la vraie gourmandise, c'est avoir du plaisir à manger (et ce plaisir sera encore plus grand si on a une bonne faim). Bon appétit !

Photo : l'éclair au café, une de mes gourmandises favorites !