Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/06/2012

De l'(in)utilité des lectures...

Ce week-end, j'ai fait de longs voyages en train. C'est l'occasion bienvenue de disposer de temps pour lire. Pas une raison pour ne se fixer que des lectures utiles, sérieuses, ... On a aussi envie de se distraire, ne pas se prendre la tête, découvrir, ... Malheureusement, le marchand de journaux propose assez peu de lectures passionnantes.

Je me rabats sans enthousiame sur Elle car lors de mes rares achats de ce magazine, je trouve souvent matière à partager avec vous. Pas grand chose à se mettre sous la dent cette fois :

- un témoignage vrai ou fabulé (rubrique "C'est mon histoire") sur les grands dangers de l'obsession de la balance pour la survie d'un couple : une prise de conscience qui pourrait être utile à bien des personnes qui ont besoin de "se désintoxiquer" de cet outil. Et on peut le lire en ligne (plusieurs "pages").

- un hallucinant smoothie quasi de science-fiction : alors que je pensais trouver peut-être une idée de recette sympa dans un paragraphe : "le smoothie de Miranda Kerr" (une top model), je lis : "protéines en poudre Sunwarrior, baies de goji, jus de noni, poudre Vitamineral Green, graines de chia, granulés de pollen d'abeille, poudre de cacao cru, baies d'açai" ! Elle ne serait pas légèrement obsessionnelle de l'alimentation santé, cette jeune femme ?! Je n'appelle pas ça de l'alimentation et je me demande où est le plaisir du goût là-dedans !

- un panier pour la semaine : des conseils pour un panier et des recettes pour toute la semaine (il s'agit de concurrencer le principe Hellofresh sans la livraison ?!) dont je doute que certaines se l'approprient intégralement. Juste une autre façon de présenter des recettes de cuisine en fait. Pour ma part, je note la pizzetta à la trévise et le poulet à la vietnamienne. Et ils sont sympas chez Elle, les recettes sont sur le site.

P1050696.JPG

Tout cela est quand même bien maigre. Autre choix, bien différent, Neon. Un magazine qui ne m'est pas destiné, puisque ciblant plutôt les trentenaires... J'avais découvert le numéro 1 car on m'y avait interviewée à propos de la mode des hamburgers et je l'avais trouvé plutôt sympa et avec des sujets originaux. Allons-y pour le numéro 2. Certes, ce n'est pas vraiment mon style globalement et c'est plein de savoirs inutiles (une page est même consacrée à ceux-ci) mais il y avait finalement pas mal de choses à lire.

Par exemple, dans mon champ d'intérêt, j'ai lu :
- un schéma humoristique sur le nettoyage du frigo qui participe peut-être indirectement à une certaine sensibilisation à l'hygiène alimentaire (?) ;

P1050692.JPG


- l'expérience de 5 jours de jeûne d'une jeune journaliste, narrée de façon vivante et précise quant aux sensations vécues jour après jour, qui devrait faire réfléchir sur leurs motivations ceux qui souhaitent s'adonner à cette pratique: en tout cas, ne le faites pas pour perdre du poids : comme elle l'écrit : 4 kilos perdus, dont 2 de muscles, et tous repris dans les 15 jours ! On peut en avoir un aperçu en video.

P1050693.JPG

Mais j'a lu aussi par exemple quelques conseils pour se faire apprécier de ses nouveaux collègues de bureau (même si je ne suis pas du tout concernée !) ou une interview d'un sérieux expert de l'analyse des foules de concerts rock (que je fréquente fort peu, et jamais dans la fosse !)...

Bref, lire, c'est comme le reste, ne le faisons pas que par utilité !

06/06/2012

Les régimes, une folie...et un business

La semaine dernière, Canal + diffusait un reportage consacré à "La folie des régimes". Une vision documentée sur les dégâts causés par les régimes et autres démarches souvent désespérées pour perdre du poids. Je n'ai pas vu l'émission tout de suite car je ne suis pas abonnée à Canal + mais, grâce à un instrument antique que certains d'entre vous ne connaissent peut-être même pas (!), le magnétoscope, j'ai pu regarder un enregistrement. 

L'émission dénonce à juste titre le gigantesque business des régimes et montre le désarroi des femmes qui sont entrées dans la spirale du yoyo qui les emmène vers un poids toujours plus haut. Toutes sortes de manières de manipuler les personnes en demande de minceur sont présentées et plus particulièrement les plus célèbres ou les plus dangereuses (car on peut aller jusqu' à mourir de son envie de maigrir...). Elles sont critiquées avec des témoignages de "victimes" à l'appui :

- le régime Dukan avec incursion chez des "Dukanautes" (au cours d'un pique-nique 100% protéines !) et dans l'"usine" à profit Dukan où il fait passer des "chargées de clientèle" pour une "armée de diététiciennes" (grand moment quand le centre téléphonique promet à une personne-testeuse de 180 kg qu'elle pourra perdre 110 kg. "Ce sera juste un peu plus long" et elle atteindra le poids souhaité précisément "le 15 juillet 2013" ! M. Dukan est loin de vouloir s'arrêter, quels que soient les critiques et rappels à l'ordre : il navigue entre conquête de nouveaux pays (convaincre les Italiens d'abandonner pâtes et pizza par exemple !) et espoir de faire du konjac (un aliment gluant 0 calorie mais aussi 0 intérêt gustatif, un des rares aliments qui ne me réjouit pas au Japon !) un nouveau miracle sonnant et trébuchant comme celui du son d'avoine.

la folie des régimes,canal plus,minceur,maigrir à tout prix,régime dukan,business de la minceur,bypass,natur house,compléments alimentaires

Interdit bien sûr quand on se lance dans le régime D ! 

- la merveilleuse réussite de Natur House : cette enseigne qui ouvre boutique sur boutique propose un suivi diététique gratuit (avec régime qui refuse de dire son nom et "journées choc" si la perte de poids promise tarde à venir). Mais cette "gratuité" s'accompagne de 40 euros de compléments alimentaires à consommer par semaine en ajout aux règles alimentaires prescrites...

- les compléments alimentaires et pilules diverses, souvent interdites en France (car très dangereuses) mais facilement disponibles, qui promettent un corps de rêve sans un pouce de gras.

- l'opération du "bypass' qui consiste à court-circuiter l'estomac et lui laisser une taille fort réduite qui empêche de manger plus que quelques bouchées. Mais les risques opératoires pendant et les risques de dénutrition après sont nombreux. Les personnes sans scrupule aussi...

L'émission fait assez froid dans le dos et le titre est vraiment approprié, c'est un comportement tout à fait irrationnel qui pousse de millions de personnes vers une quête toujours renouvelée de la minceur. Il renvoie d'ailleurs à un livre de Gérard Apfeldorfer paru il y a plusieurs années : "Maigrir, c'est fou !". Certains diront peut-être que l'on présente des cas extrêmes mais je ne crois pas quand je pense à tout ce que me racontent mes patient(e)s.

la folie des régimes,canal plus,minceur,maigrir à tout prix,régime dukan,business de la minceur,bypass,natur house,compléments alimentaires

Pilules et minceur : un couple à éviter...

Elle met en colère aussi contre tous ces individus/entreprises assoiffés de revenus (y compris dans le monde médical) qui profitent de la détresse des personnes qui ne supportent pas leur corps et sont prêtes à tout pour le changer.

Etant opposée aux régimes, néfastes pour le corps et la tête (et souvent aussi pour le porte-monnaie), je ne peux qu'approuver le contenu de cette émission et espérer que certaines personnes, après l'avoir vue, arrêteront les régimes. Mais je regrette qu'on n'y ait pas insufflé une note d'optimisme en évoquant plus précisément d'autres voies possibles pour perdre du poids comme celle des praticiens du GROS. La place laissée à ces solutions alternatives était vraiment limitée, avec une brève incursion, pas très optimiste, dans un groupe animé par Gérard Apfeldorfer et Jean-Philippe Zermati, Présidents d'honneur du GROS.

Suite à ce reportage, quelques éléments complémentaires :

- d'abord, une évidence : pour ne pas avoir à maigrir, commencez par ne pas grossir ! Ecoutez votre faim, mangez sans excès, savourez, apprenez à avoir du plaisir à manger tous les types d'aliments. Si vous mangez sans faim, demandez-vous à quel besoin cela répond.
- acceptez votre corps, apprenez à le respecter, l'apprécier et en prendre soin tel qu'il est.
- si vous avez du poids à perdre, refusez tout ce qui est une démarche manifestement commerciale promettant une perte de poids rapide. Et dites-vous qu'il n'existe pas de produit ou de recette miracle : si on vous annonce des résultats spectaculaires et rapides, méfiez-vous ! Ce qui compte c'est la perte de poids durable et raisonnable en fonction de vos spécificités. Il s'agit de comprendre pourquoi on a pris du poids pour travailler sur un changement durable et adapté de ses habitudes.

Si vous avez des questions ou remarques sur ces sujets, vous pouvez les poser en commentaires bien sûr.

Photo © Marc Roche - Fotolia.com

28/05/2012

Je suis sympa, j'ai lu Elle pour vous !

P1050539.JPGDe temps en temps, assez rarement, j'achète le magazine Elle. Et chaque fois, je comprends pourquoi je ne l'achète pas plus souvent... Alors, je "rentabilise" la dépense en vous en faisant profiter ! En général, c'est un des articles de couv qui attire mon oeil. En l'occurence, la collision de deux expressions : "kilos psycho" et "le régime qui va vous réussir", m'a interpellée. En effet, "kilos psycho" m'a évoqué mon approche de l'alimentation émotionnelle, de ce qui fait manger sans faim, et c'est un sujet que l'on ne traite surtout pas avec un régime, qui ne fait qu'aggraver les choses... 

Bref, n'arrivant pas à le feuilleter chez le marchand de journaux, je me suis délestée de 2 euros en songeant à l'activité détente que ce serait de le lire en buvant une citronnade (ma recette rafraîchissante et basique : des glaçons, 1/2 citron pressé, de l'eau pétillante).

L'article en question n'était en fait que la présentation d'une n-ième cure bien-être zen / detox de luxe pour people fatigués. Et comme Elle se doute que ses lectrices ne pourront pas se la payer, une adaptation dans leur intérieur douillet (mais sans vue sur la mer turquoise) est proposée. Finalement, entre la détente, le fait de prendre son temps pour savourer et manger consciemment, de s'arrêter quand on est rassasié, de comprendre ce qui stresse, cela n'est pas si loin de la façon dont je travaille avec mes patient(e)s, l'habillage zenifiant en moins et la totale variété alimentaire en plus (là, c'est à forte tendance macrobiotique)... Je devrais peut-être devenir gourou alors...

Bon, heureusement, il y avait d'autres lectures gourmandes :

- la réhabilitation du goûter, à laquelle je m'emploie souvent avec mes patientes au petit appétit qui se sont mis en tête qu'il ne fallait surtout pas manger entre les repas. Pas question de se contenter d'une salade à midi mais, certaines, avec un vrai repas, ont quand même un creux vers 16-17h. Il est alors souhaitable de faire une petite collation car sinon, on risque fort d'arriver affamé(e) au dîner.

- les bonnes adresses italiennes de Laura Zavan à Paris, qui m'ont donné idée de quelques incursions gourmandes en quête de rares fromages ou autres "feuilles de pain" sardes ;

- les idées de dîners thématiques, pétillants d'originalité d'Esterelle Payani, et, comme elle est généreuse, elles sont aussi en ligne. Pour ma part, je serais bien tentée par le menu "veggie" (probablement sans faire tout à la fois) : un mesclun pêche-menthe-feta, qui doit être d'une plaisante fraîcheur, un "orgetto" (risotto d'orge) à l'avocat qui pique ma curiosité, un meringué de rhubarbe aux épices, bien de saison.

A part ça, rien à faire, les filles des pages mode sont toujours aussi maigres...

24/01/2012

Les 3 M : Morphologie-Métabolisme-Minceur : pas d'égalité !

Pourquoi tant de femmes se mettent-elles au régime, souvent sans être en surpoids au départ ? Parce qu'elles ne sont pas satisfaites de leur corps au regard de leur idéal, souvent inspiré des modèles qu'on leur montre, de minceur souvent radicale (cf visuel). Ou parce qu'elles insatisfaites d'elles-mêmes, parfois du fait d'une exigence excessive, et elles pensent que s'occuper de ce qu'on voit au dehors est l'essentiel.

Car on a l'impression qu'on peut davantage choisir son poids que sa taille ou la couleur de ses yeux. Erreur !!! Nous ne sommes pas toutes faites pour être de fines lianes comme celles qui peuplent les pages des magazines (et pour qui ce n'est pas en souvent pas si naturel que cela non plus...).

minceur,surpoids,métabolisme,morpholgie,silhouette,maitriser on poids,restriction

Un visuel trouvé sur Facebook (merci Jeanice Crea), qui montre que les modèles qui nous influencent ont changé, peut-être pas pour le meilleur... (traduction : "Quand ceci est-il devenu plus '"chaud" que cela ?")

 

Nous avons deux données qui nous sont fixées par la "nature", par notre patrimoine génétique, et qui déterminent notre poids naturel et notre silhouette :

- notre morphologie : notre taille, la forme de notre corps, notre carrure, notre ossature, le fait d'avoir des hanches larges ou d'être filiforme, ...
- notre métabolisme : la façon dont notre corps consomme l'énergie qu'il absorbe en mangeant.

Quand on laisse faire la nature, qu'on mange de tout en fonction de sa faim, on a donc un poids donné, notre poids génétique, et le corps qui va avec. Ce corps-là, comme je le disais plus haut, n'est pas toujours le corps dont on rêve. Notre taille, en général, on finit par l'accepter, on ne songe pas trop à la changer (à part quelques barbares qui étirent les membres !). Mais on est loin de faire de même avec le poids !

Côté poids, on décide souvent de contraindre la nature car on pense qu'on peut le maîtriser. Et en effet, en se restreignant du côté alimentation, en faisant des régimes, on peut changer de silhouette, devenir plus mince. Le hic, c'est qu'on finit tôt ou tard par se lasser de cette restriction et souvent par se lâcher côté alimentation. Ou on se restreint toute sa vie, ou presque, mais on se sent malheureuse et frustrée côté alimentation.

On peut aussi en partie agir sur son métabolisme et sur sa silhouette par le sport. On peut ainsi changer (dans certaines limites) :
- notre morphologie car certains sports permettent de se muscler et de modeler en partie la silhouette, à condition de pratiquer à haute dose ;
- notre métabolisme : en développant sa masse musculaire, on augmente son métabolisme ce qui signifie qu'on dépense plus d'énergie y compris "au repos".

Donc, en faisant beaucoup de sport, on peut modifier sensiblement sa silhouette : avez-vous ainsi observé le changement corporel de Madonna entre ses débuts, par exemple le film "Recherche Susan désespérément" où elle avait quelques rondeurs féminines et le corps sec et musclé de ses derniers shows ? Au prix de combien de milliers d'heures de gym ?! Oui au sport qu'on aime et par plaisir !

Alors, plutôt que de vouloir être toutes pareilles, si on essayait (et pensez-y aussi si vous avez des enfants) de s'ACCEPTER, de manger de tout en fonction de ses besoins (en réapprenant à écouter sa faim), de bouger pour le PLAISIR et d'accepter la DIVERSITE des corps !

11/01/2012

Le GROS traite le régime Dukan d'imposture

Depuis que je gazouille sur twitter, j'ai davantage tendance, car c'est plus immédiat, à relayer des liens sur ce réseau. Mais pas de raison de vous en priver ! Dans le Monde daté du 11 janvier, le GROS (Groupe de Réflexion sur l"Obésité et le Surpoids) publie une tribune intitulée "Le régime Dukan est une imposture" dans laquelle il appelle les médecins à prendre leurs responsabilités. Cela fait suite à une autre initiative saugrenue et particulièrement inappropriée du fameux docteur, il y a quelques mois : écrire à tous les médecins généralistes pour leur suggérer de se former à sa méthode pour la proposer ensuite à leurs patients...

C'est à lire ici :

http://www.lemonde.fr/idees/article/2012/01/10/l-e-regime...

 

A la lecture des commentaires, on se dit que le GROS a encore des efforts à faire en matière de notoriété et que le régime D. n'est pas encore prêt de partir aux oubliettes...

Pour faire connaissance avec le GROS : www.gros.org

09/01/2012

Le régime Dukan et les autres, même combat !

Aujourd'hui, une bonne partie des personnes qui viennent me voir sont des femmes qui m'ont connue par mon site web, ce blog, le bouche à oreille, l'annuaire du GROS, ...

Autant dire qu'elles ont déjà une première idée de mon approche en arrivant et elles ne sont pas à la recherche d'un régime. Car elles sont des expertes es régimes, elles les ont à peu près tous essayés : bien sûr le régime Dukan et toutes sortes d'autres régimes hyper-protéinés, et aussi le régime soupe aux choux, certains coupe-faim, les régimes stricts hypo-caloriques, les réunions à l'américaine, ... Certaines me disent même qu'elles pourraient en faire un livre... Elles ont fait des régimes pendant 10, 15, 20, 30 voire même 50 ans ! Parfois leur premier contact avec un nutritionniste a eu lieu à l'âge de 8-9 ans...

Fotolia_©Prod. Numérik_help.jpg

Et presque toujours, elles disent avec une note de regret dans la voix : "mais, en fait, j'ai revu des photos d'avant, j'étais normale" ou "j'étais juste un peu ronde et cela serait sûrement passé"... Et des années et d'innombrables restrictions après, la grande addition des régimes est à tous les coups positive : elles ont toujours gagné du poids ! Et elles ont beaucoup perdu en sérénité dans le même temps...

Du coup, elles ne sont plus dupes, elles connaissent les méfaits des régimes, pour le corps et pour la tête. Souvent, elles sont obsédées par ce qu'elles doivent manger ou pas. Cela occupe une grande partie de leurs pensées. Elles ont parfois perdu le plaisir de manger, ne savent plus dire ce qu'elles aiment vraiment à force d'avoir choisi en fonction de ce qu'il fallait manger. Ou alors elles ont décidé de tout lâcher pour ne plus y penser. Un peu désabusées pour certaines, elles ont parfois même perdu l'espoir de perdre du poids, elles voudraient juste arrêter d'en prendre... Et retrouver un peu de tranquillité. Cela peut être un long chemin, qui demande de la persévérance.

Je rencontre ces femmes victimes des régimes et de l'obsession de la minceur tous les jours. Tout cela représente beaucoup de souffrance, de mésestime de soi, de perte de confiance, de difficulté à profiter pleinement de la vie, de gâchis*.  C'est pourquoi tout l'espace médiatique donné aux grands faiseurs de régimes me met très en colère et qu'il m'est un peu difficile de sourire vraiment quand il s'agit de prendre cela côté parodie.

Soyons quand même un peu optimistes, j'ai l'impression que le discours du GROS, porté par Gérard Apfeldorfer, Jean-Philippe Zermati et de nombreux autres thérapeutes, gagne du terrain...Tout en sachant bien que la minceur est un gigantesque marché et que cela ne va pas s'arrêter demain : vous avez regardé les magazines féminins récemment ?!

Il y a un très beau témoignage que vous avez peut-être lu sur le blog "Pensées de ronde" : ce n'est pas une de mes patientes, elle a vu Jean-Philippe Zermati, mais je pense que nombre des femmes qui me consultent (et d'autres) peuvent se reconnaitre dans ce parcours...

*c'est pour peut-être éviter à quelques-unes cette spirale des régimes que j'anime de temps en temps des ateliers pour les ados "Ne commençons pas le premier régime"

PS : une célèbre compagnie vient de lancer une vaste campagne "Stop les régimes" : on ne doit pas avoir la même définition du mot...

Image Fotolia.com ©Prod. Numérik

14/12/2011

Où il est question de sensations, émotions et cognitions (congrès du GROS 2010)

Il y a un peu plus d'un an, début novembre 2010, le congrès du GROS (Groupe de Réflexion sur l'Obésité et le Surpoids) avait pour thème "Surpoids et obésité : le rôle des sensations, émotions, cognitions" et traitait de différentes approches et expériences de prise en charge des personnes en difficulté avec l'alimentation. J'y étais et l'OCHA m'avait demandé de rédiger un compte-rendu. Il a été mis en ligne récemment et il est intéressant, à le lire, de constater à la fois que :gros,congrès 2010,ocha,obésité,surpoids,régimes,minceur,diététicienne,comportement alimentaire,alimentations particulières

- la problématique des régimes, du surpoids, ... est toujours ô combien d'actualité ;

- en un an, il s'est quand même passé des choses, entre succès et critique du régime D., rapport de l'ANSES sur les dangers des régimes, ...

En écho au titre du Congrès en trois points (les sensations que nous vivons en mangeant, les émotions qui influencent largement notre façon de manger, les cognitions qui occupent beaucoup nos petites têtes), je répondais en introduction par un autre trio : "Singularité, complexité, pluralité". Singularité des personnes en difficulté avec l'alimentation (chaque personne a une histoire et un vécu différents, d'où l'inadéquation d'approches standardisées) ; complexité de la prise en charge car la relation à l'alimentation est déterminée par des facteurs multiples ; pluralité des interventions et des compétences pour accompagner les personnes.

Si vous voulez lire ce compte-rendu, c'est là que ça se passe : "Surpoids et obésité : le rôle des sensations, émotions et cognitions" . J'avais essayé de rendre intelligibles des idées et des interventions parfois complexes, j'espère que c'est à peu près lisible par tous !

Ce serait assez normal que vous ne connaissiez pas l'OCHA, organisme qui intéresse probablement surtout des personnes connectées professionnellement au monde de l'alimentation. Le site publie d'intéressants compte-rendus de colloques, conférences, livres... L'OCHA, c'est "l'Observatoire Cniel des Habitudes Alimentaires". C'est un programme d’études et de publications créé en 1992 au sein du Cniel, le Centre National Interprofessionnel de l’Economie Laitière.

Pour information d'ailleurs, les 19 et 20 janvier prochains, l'OCHA organise un colloque sur "Les Alimentations particulières". Un intitulé transversal qui permettra d'aborder la façon dont se construisent les choix alimentaires, les régimes spécifiques, les règles qu'on se fixe, les restrictions, les allergies, ... Un programme riche avec des intervenants de divers horizons, qui annonce des échanges passionnants. J'y serai et je vous en raconterai les aspects essentiels.

Visuel © Pétrouche - Fotolia.com

10/12/2011

Votre fille ado est préoccupée par sa silhouette ? Ceci est pour vous...

adolescente,jeune fille,puberté,silhoutte,minceur,régime,nutrition,habitudes alimentaires,surpoidsIl y a quelque temps, une personne que j'avais rencontrée lors d'une conférence dans un cercle féminin m'a contactée pour me demander d'animer un atelier pour sa fille et une copine, toutes les deux ados d'une douzaine d'années. Le but : parler bonnes habitudes alimentaires, risque du premier régime, gourmandise, morphologie, ... J'ai dit OK et, du coup, je me suis dit que ce serait encore plus sympa si elles étaient un petit groupe, pour échanger entre filles du même âge.

Peut-être êtes-vous de votre côté vaccinée contre la tyrannie des régimes (surtout si vous lisez ce blog !). Mais ce n'est pas toujours le cas des ados, plus facilement influençables, que ce soit par les médias ou les copines filiformes. Alors, quand leur corps commence à changer, elles peuvent vouloir contrôler leur alimentation pour se conformer à un idéal de minceur, sans en imaginer les conséquences pour la tête et le corps. D'autres, exagérément attachées aux douceurs sucrées de l'enfance et peu mobiles, s'arrondissent irrésistiblement... Dans les deux cas, elles s'éloignent de leur juste poids.

Comme c'est bientôt les vacances scolaires, cet atelier est programmé mardi 20 de 10h30 à 12h. Alors, si vous aussi vous avez une ado entre 12 et 15  ans en désamour avec sa silhouette qui change, proposez-lui de participer à cet atelier informatif, interactif et ludique qui pourra peut-être lui éviter d'entrer dans la dangereuse spirale des régimes et de gâcher sa relation à l'alimentation.

Atelier "Faut-il commencer un premier régime ?"
Mardi 20 décembre 10h30-12h, Paris 9e.
Participation : 30 euros
Inscriptions par mail : ariane.grumbach@bbox.fr

Visuel © Pétrouche - Fotolia.com

27/11/2011

ELLE veut faire grossir les femmes ?

Qu'est-ce qui est le plus grave : dépenser 2 euros ou des minutes de mon précieux temps ? Toujours est-il que je me suis laissée aller à acheter une nouvelle fois le magazine Elle... Il y avait une bonne raison : un titre a attiré mon attention en couv, "Plus belle avec 3 kilos de plus !". Vous en connaissez beaucoup, vous, des féminins qui incitent à prendre du poids ?!

elle,magazines féminins,minceur,3 kilos en plus,prise de poids,prendre du poids l'hiverImpossible de le feuilleter pour cause de plastique pour nous livrer en plus un catalogue de Noël. Donc achat et passage direct à l'article en question : "Plus ronde, plus belle, dix bonnes raisons de prendre 3 kilos" (ou, sans doute sous-entendu, de ne plus chercher à les perdre). Des raisons plus ou moins sérieuses et argumentées mais qui vont globalement dans une saine direction, le fait de s'accepter et de ne pas chercher à ressembler aux mannequins des magazines (présents toutefois partout ailleurs dans ce mag comme dans les autres). Ce serait bon pour la peau, la santé, le moral, la séduction, le vieillissement... Petit bémol, on a un peu l'impression que c'est un papier de saison pour ne pas déprimer celles qui vont prendre quelques kilos avec la raclette ou les fêtes, et que, dès le printemps, on nous reparlera de les perdre... Mais bon, c'est quand même peut-être une petite pierre dans le vaste jardin de la privation.

Plus globalement, la question n'est pas de prendre ou de perdre 3 kilos. Mais de se sentir bien à son poids d'équilibre, ce poids naturel qu'on peut maintenir sans effort. Si vous luttez indéfiniment pour descendre à un poids inférieur, l'article de Elle vous est destiné. Si vous êtes à votre juste poids, ne touchez à rien ! Si vous avez pris du poids pour telle ou telle raison, il pourra être intéressant d'entreprendre une démarche pour perdre ces kilos quand vous sentirez le moment opportun (surtout pas un régime !).

Un autre article semble d'ailleurs aussi vouloir inciter à s'accepter un peu plus même, notamment quand les années passent : une enquête qui se demande si les femmes liftées paraissent réellement plus jeunes...

Si vous êtes du côté de la gourmandise, le bonus, si vous achetez le magazine, c'est que vous aurez l'article délicieusement sucré de la pétillante Esterelle sur les nouvelles pâtissières en vogue, qui n'ont vraiment pas l'air de compter les calories ! On peut en partie le lire en ligne.

Et pour les Parisiennes, il y a un retour sur les tendances 2011 en matière de restaurants dont certains que j'ai évoqués ici :
- le savoureux Neva Cuisine,
- le délicat Galopin,
- la très chic Compagnie de Bretagne,
d'autres me restent à découvrir...ou pas.

09/11/2011

Connaissez-vous la retox ?

Vous connaissez sûrement la detox. Toutes ces cures, ces régimes, cette purification... dont on nous abreuve régulièrement au printemps, après les fêtes, avant ou pendant les vacances... En oubliant sans doute que notre corps, si on lui donne une alimentation saine et variée, est tout à fait compétent pour se "détoxifier" tout seul. Ainsi, pour ma part, je ne ressens pas le besoin de me lancer dans des cures detox car je fais confiance à mon corps et à ses organes.

Mais la retox ? Eh oui, ce terme commence à apparaître deci delà*, pas encore très souvent. Je l'ai par exemple entendu à la radio il y a quelques semaines. Cela pour qualifier une tendance de ras-le-bol de l'hygiénisme exagéré, de la terreur des diktats alimentaires et santé, qui veut se faire plaisir, redonner une place de choix à la gourmandise.

A priori, je devrais adhérer à cette tendance pro-gourmandise et anti-privation.

Fotolia_©viperagp.jpg

Oui s'il s'agit bien de gourmandise, de manger de tout avec plaisir et même volupté, sans culpabilité, de ne pas se priver, de ne pas s'interdire les frites ou le chocolat, de protester contre la présence envahissante et moralisante de l'alimentation santé.

Mais s'il s'agit de s'empiffrer excessivement, d'enchainer non stop tartiflette et gaufre à la chantilly, fast food et barres chocolatées, de ne se nourrir que de nourriture hyper-riche, industrielle, de "junkfood" sans la savourer, alors, non, je ne suis pas du côté de la retox !!!

Donc à suivre pour voir si le mouvement retox prend son envol et avec quel contenu.

*ce que j'ai glané au fil du web sur le sujet :

Madame Figaro

Elleadore 

Potinsdecuisine

Visuel © viperagp - Fotolia.com