Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/05/2014

6 mai : pas de régime, pas d'obligation de mincir non plus !

Chaque année, le 6 mai, c'est la Journée Internationale sans Régime. Chaque année, ou presque, j'en parle, sans beaucoup d'écho ici en France. Toutefois, cette année, est-ce un hasard, France 2 rediffuse à 22h35 son documentaire "Régimes, la vérité qui dérange", plutôt bien fait sur le sujet.

Vous qui me lisez, savez bien que je suis contre les régimes, tous les régimes. Je suis intervenue récemment sur ce sujet sur France Inter : le temps imparti m'a permis de critiquer les régimes et leurs prescripteurs mais pas forcément de détailler mon approche alternative, que j'avais résumé ici, consistant notamment à comprendre pourquoi et comment on a pris du poids et à agir sur les leviers adéquats, de façon personnalisée, sans privation (écoute des sensations, travail sur les émotions, acceptation de soi, réconciliation avec tous les aliments...).

Nous sommes au printemps et les magazines féminins n'hésitent pas à proposer, quelle originalité, de nombreuses couvertures à objectif minceur (quoique c'est un peu toute l'année désormais...). Mais cette année, comme cela est déjà arrivé ponctuellement, on ne parle pas (en apparence) de régime mais, dans plusieurs magazines, plutôt de l'aspect psychologique des kilos pris : couverture de Marie-Claire : "Maigrir c'est dans la tête", couverture de Elle : "les kilos émotionnels".

Cela appelle plusieurs remarques :

- Je devrais me réjouir de cette prise en compte de la dimension émotionnelle de la relation à l'alimentation car je la rencontre quasi-quotidiennement dans mon cabinet : en parler dans des magazines grand public dénote une meilleure prise en compte de la complexité de cette relation, qui ne peut être traitée par une approche simpliste comme un régime. Cela semble donner peu à peu davantage de visibilité aux personnes qui, comme moi, travaillent sur ce sujet (et ce ne sont pas forcément que des psys !).

MAIS...

- Cette mise en avant des "kilos émotionnels", de "maigrir, c'est dans la tête" est faite par les mêmes magazines qui, quelques semaines plus tôt ou plus tard, vont vanter le dernier régime à mode, le "régime 5-2" américain ou  le 7-4-2 du Dr Fricker ou... Tout se vaut du moment que cela fait vendre...

- J'ai feuilleté ces magazines (j'avoue que je suis parfois fatiguée de dépenser de l'argent pour les lire, m'agacer et vous en parler..) et j'ai été étonnée d'une certaine incohérence : ainsi Marie-Claire par exemple relaie des propos du Docteur Zermati* (président de l'association G.R.O.S. dont je fais partie), avec lesquels je me sens plutôt en phase et, soudain, en lisière d'article, parmi les "adresses" à retenir, que vois-je : les sites de Jean-Michel Cohen ou de Weight Watchers...

- Comme le soulignent "Mélissa & Nora" sur leur blog, en prenant cet angle d'approche, n'y a-t-il pas toujours une injonction à maigrir, à se conformer aux stéréotypes de la silhouette féminine, une culpabilisation sous-jacente des femmes qui ne prendraient pas soin d'elles-mêmes sur ce plan et qui ne sauraient pas "gérer" leur stress ?

- Je ne suis toutefois pas totalement en phase avec leur analyse : certes, il y a une incitation à maigrir alors que chacune a la droit de s'accepter et d'être bien dans son corps sans faire une taille 36... Mais, en même temps, souligner cet aspect émotionnel peut être instructif pour certaines femmes et il ne relève pas forcément de la culpabilisation : ainsi, quand je traite cet aspect émotionnel avec mes patientes, j'insiste sur l'importance de comprendre comment on réagit et non de se juger (sévèrement, le plus souvent). Par ailleurs, il faut différencier la personne qui veut mincir alors qu'elle a un poids normal, pour se conformer à certains canons, et la personne qui a effectivement pris un certain nombre de kilos pour diverses raisons.

minceur,magazines féminins,injonction minceur,maigrir sans régime,diététicienne anti-régime,comportement alimentaire,kilos émotionnels

Se rêver plus mince... pour quoi faire ?

Pour ma part, je prends soin de faire réfléchir les personnes qui viennent me voir à leurs motivations. Certaines ne cherchent pas à mincir, ou pas en priorité, mais plutôt à se libérer la tête de l'obsession alimentaire. D'autres souhaitent arrêter une spirale de prise de poids. D'autres veulent se défaire de ce qu'elles considèrent comme une sorte d'addiction à la nourriture. D'autres encore, nombreuses, ont une demande d'amincissement. Alors, s'agit-il de confort, de retrouver une silhouette d'antan, d'injonctions des médecins, de peur pour leur santé, de séduction, de plus grande liberté à s'habiller, ...? Il est important de clarifier cela et de ne pas tout miser sur la minceur : eh non, la vie ne sera pas parfaite et sans souci une fois qu'on sera mince !

 

*Malheureusement, les Drs Apfeldorfer et Zermati, pour lesquels j'ai beaucoup d'estime pour tout ce qu'ils m'ont appris, ont tendance désormais à promouvoir davantage leur entreprise en ligne Linecoaching que l'association G.R.OS. qui regroupe un ensemble de thérapeutes partageant un certain nombre de convictions, notamment contre les régimes...

Dessin © diavolessa - Fotolia.com

22/07/2013

Ralentir, c'est au programme ? (j'ai lu Elle pour vous !)

Samedi matin, de retour matinal de la piscine, j'avais envie d'un peu de lecture-détente. Direction le kiosque à journaux. Je tombe là sur la couverture de Elle et le titre "marcher, manger, méditer". Comme cela est proche de mon propre programme de vacances (en ajoutant l'indispensable "nager"), j'ai été tentée de l'acheter. Cela m'arrive très occasionnellement car vous savez si vous me lisez que ce magazine ne me passionne vraiment pas.

elle_jul2013.jpg

Le titre cité faisait référence à un article sur les vacances vantant les bienfaits de la pause, de la lenteur, du calme via ces activités assez dans l'air du temps : ce n'est pas moi qui vais les contredire (même s'il me paraît plus essentiel encore d'intégrer cela dans son quotidien...) ! Marcher, oh oui, sur la plage, en ville, en montagne, dans la verdure ou pas, c'est forcément ralentir, retrouver son rythme et pas besoin de se lancer dans un pèlerinage ! Méditer, ce n'est pas forcément à prendre au sens propre mais c'est déjà réapprendre à se poser, à ne rien faire, à accepter le silence et ne pas être dans l'action permanente. Quant à manger, il s'agissait plutôt de jeûner dans l'article ! Alors que ralentir, ce peut être prendre le temps de cuisiner, savourer les mets avec tous ses sens... Au-delà de ce papier, comme d'habitude, si je ne parviens pas à aimer le ton général du magazine, j'ai picoré quelques informations.

Coté gourmandise, si vous ne programmez pas de jeûne, il y a notamment :

- quelques conseils appétissants et simples de Christophe Moret, le chef du restaurant Lasserre, par exemple une boisson pour décliner ma traditionnelle citronnade : il y ajoute verveine, gingembre et citronnelle ; ou une salade de poulpe qui me donne bien envie de tenter de cuisiner ce drôle d'animal.

- les "dips de l'été", ces sauces dans lesquelles on trempe des bâtonnets de légumes, brochettes, ... Il y a par exemple un "avocat à la japonaise" pour lequel on mixe avocat, algues nori, sésame, sauce soja, jus de citron qui paraît amusant pour accompagner des crevettes ou tartiner un sandwich au saumon fumé.

Dans ce numéro, il y avait aussi quelques éclairages sur comment "Bien vieillir". Une psychanalyste affirme ainsi que c'est une question d'harmonie et qu'"on ne peut bien vieillir qu'en aimant sa vie ". Je suis peut-être bien partie alors ! Cela résonne avec les propos d'un sociologue : savoir qui on est et ne pas se conformer au discours standard sur le bien vieillir. Il s'agit aussi d'être de dialoguer avec son corps, en prendre soin mais aussi de rester en mouvement dans sa tête, ouverte au changement. Beau programme !

Côté minceur, le magazine ne craint pas le grand écart entre un article préoccupé sur le "thigh gap" (l'écart entre les cuisses) (phénomène déjà évoqué sur internet, dernier avatar de la folie de la minceur, nouveau graal des jeunes filles en désamour avec leur silhouette), et les images d'extrême minceur qui constituent la quasi-totalité des visuels page après page...

Et vous, lecture de Elle ou pas, qu'avez-vous prévu pour une pause estivale ?

17/09/2012

Et si on décidait de s'accepter...? (j'ai lu pour vous les magazines féminins)

Chers lecteurs et lectrices, avez-vous remarqué mon sens du sacrifice ?! Pour toujours mieux vous informer, je teste des "sports" terribles (je reprends bientôt), je me fais goûteuse non gastronomique, je me prive d'aliments de mon quotidien. Et, pour vous lectrices, je lis de temps en temps des magazines féminins !

Il y a quelques jours, j'en ai choisi trois un peu par hasard (pour leur titre rose ?) en me disant que j'y trouverai sûrement matière à partager.

magazines.jpg

Premier constat : je suis toujours agacée par la perpétuelle monotonie des mannequins qui ont des cuisses qui paraissent faire un diamètre à peine plus important que mon bras...

Mais finalement, ce qui a retenu mon attention, le fil directeur que j'ai vu émerger en feuilletant ces magazines, c'est le thème de l'acceptation (qui n'a rien à voir avec la résignation). Moins de promesse de tout changer, moins de titres punchy clamant : moins trois kilos en une semaine ou dix astuces pour devenir la chef. Différents articles tournent autour de cette idée qu'on pourrait arrêter de lutter pour être parfaite et se rendre compte que ce qu'on a n'est pas si mal. Un retour au réalisme ? Hasard ou tendance ? Tour d'horizon :

Dans Marie-Claire, l'actrice Eva Mendes parle de difficultés avec son apparence, oui oui ! Elle affirme qu'elle s'est longtemps battue avec ses complexes et dit sagement "le problème, ce n'est pas ce que tu as ou ce à quoi tu ressembles, mais comment apprendre à gérer ce qui nous plait le moins en nous" : elle-même a appris à aimer ses imperfections, comme son grain de beauté par exemple et affirme que c'est pour ces imperfections qu'on nous aime justement. Philosophe, Mlle Mendes !

Biba titre sur "C'est si bon d'être imparfaites" : cela vaut aussi pour le corps, la silhouette, la façon de manger ou de cuisiner : ainsi, une "bille en cuisine" assume son incompétence et assure que les copains des enfants se régalent chez elle de "pâtes bolo et de danette chocolat". Déculpabilisant, non ? Une autre a calculé le temps passé en abdo-fessiers (des milliers d'heures) en quête du corps parfait et décrété que la gym en douceur et moins souvent, c'était bien mieux ! Bef, il s'agit de ne pas être trop exigente et plutôt de (re)devenir amie avec soi-même. Beau programme !

presse féminine,acceptation de soi,minceur,corps idéal,magazines féminins

Pour aider à se trouver belle, on peut aussi essayer de passer par le regard des hommes : consacre un article (thème déjà vu) à "Ce qui nous rend vraiment belles", selon les hommes. Eh bien, figurez-vous que ce n'est sûrement pas une silhouette taille 34, vous vous en doutiez un peu, non ? Selon le magazine, nous voir par leurs yeux nous rendrait plus bienveillantes envers nous-mêmes. Quelques citations autour du corps : "Le plus important, c'est la démarche (...) une femme peut être un hippopotame même en pesant 50 kg" (François Cluzet) ; "Quand je vois des photos des défilés, j'ai l'impression que les nanas sont malades" (Vincent Cassel) ; "Une belle femme, c'est une harmonie : elle peut être ronde, ou grande et élancée" (Roschdy Zem) ; "Je me fous de la beauté plastique des femmes des magazines. Je préfère un beauté quotidienne, moyenne, proche de nous qui a de l'assise, de l'humour, de la coquetterie" (Samir Bouajila).

La sortie du livre d'Isabelle Thomas "You're so french" dans Biba, qui montre que la mode n'est pas réservée aux tailles 34-36 et aide à trouver la garde-robe la plus adaptée à ce qu'on est car s'accepter, cela veut dire aussi mettre en valeur ce qu'on a de mieux...

Et à propos d'acceptation de soi, j'ai aimé récemment un joli billet de Caroline/"Pensées de Ronde"

On cause quand même un peu régimes dans Marie-Claire, mais ceux des hommes cette fois : certains se moquent de leur physique, d'autres y attachent une (trop ?) grande importance, comme ceux qui ont été interrogés : par discipline, pour leur silhouette, ils s'efforcent de manger sain, de faire du sport mais cela peut virer à l'obsession : l'un affirme penser à son poids tous les jours et il "pense à ses repas en fonction de son poids". Est-ce bien raisonnable ?

Sinon, j'ai repéré aussi :

- Les "kitchen guerilleras" qui défendent le manger bon via leurs restos dans Grazia (et, au fait, moi aussi, pour tous les jours ;-)) : bravo, mais certaines vont peut-être un peu loin dans l'extrémisme sain me semble-t-il...

- deux rubriques marrantes dans Biba : "Moi vue de mon frigo", où le pauvre se lamente quand on ne lui propose que yaourts 0% et salades défraîchies... et "Le défi(lé) du mois" où une cobaye (un peu trop bien foutue...) doit enfiler une tenue improbable (là, un blouson-ourson) et passer la journée avec pour voir l'impact sur les autres : pourquoi ne pas en prendre de la graine et oser quelque chose d'inhabituel dans sa tenue pour voir les réactions ?

- l'annonce du spectacle Je suis Top, à voir absolument si ce n'est pas encore fait pour rire et réfléchir un peu aussi sur les relations homme-femme en entreprise, je suis contente que ça marche,

- un thème récurrent : la vie difficile des mères célibataires qui elles ont sûrement renoncé à vouloir être parfaites et se battent pour des objectifs plus concrets...

- la chronique sympa de David Abiker dans Marie-Claire autour de la mémoire du couple et de la place basique ou symbolique que chacun donne à certains objets.

Côté cuisine,

- j'ai mis de côté une recette sympa, d'inspiration grecque, de tarte filo-épinards-feta, dans Marie-Claire ;

- j'ai trouvé les bentos light proposés par Biba pas vraiment très gais mais bon, ça peut dépanner (en mangeant à sa faim). En revanche, les recettes à base de pommes dans le même magazine m'ont paru archi-sucrées (a-t-on vraiment besoin d'ajouter 150g de sucre à des pommes naturellement sucrées pour faire une compote ?!). Alors, si on trouvait une moyenne entre les deux ?!

2e photo copyright Brides-les-Bains

27/06/2012

De l'(in)utilité des lectures...

Ce week-end, j'ai fait de longs voyages en train. C'est l'occasion bienvenue de disposer de temps pour lire. Pas une raison pour ne se fixer que des lectures utiles, sérieuses, ... On a aussi envie de se distraire, ne pas se prendre la tête, découvrir, ... Malheureusement, le marchand de journaux propose assez peu de lectures passionnantes.

Je me rabats sans enthousiame sur Elle car lors de mes rares achats de ce magazine, je trouve souvent matière à partager avec vous. Pas grand chose à se mettre sous la dent cette fois :

- un témoignage vrai ou fabulé (rubrique "C'est mon histoire") sur les grands dangers de l'obsession de la balance pour la survie d'un couple : une prise de conscience qui pourrait être utile à bien des personnes qui ont besoin de "se désintoxiquer" de cet outil. Et on peut le lire en ligne (plusieurs "pages").

- un hallucinant smoothie quasi de science-fiction : alors que je pensais trouver peut-être une idée de recette sympa dans un paragraphe : "le smoothie de Miranda Kerr" (une top model), je lis : "protéines en poudre Sunwarrior, baies de goji, jus de noni, poudre Vitamineral Green, graines de chia, granulés de pollen d'abeille, poudre de cacao cru, baies d'açai" ! Elle ne serait pas légèrement obsessionnelle de l'alimentation santé, cette jeune femme ?! Je n'appelle pas ça de l'alimentation et je me demande où est le plaisir du goût là-dedans !

- un panier pour la semaine : des conseils pour un panier et des recettes pour toute la semaine (il s'agit de concurrencer le principe Hellofresh sans la livraison ?!) dont je doute que certaines se l'approprient intégralement. Juste une autre façon de présenter des recettes de cuisine en fait. Pour ma part, je note la pizzetta à la trévise et le poulet à la vietnamienne. Et ils sont sympas chez Elle, les recettes sont sur le site.

P1050696.JPG

Tout cela est quand même bien maigre. Autre choix, bien différent, Neon. Un magazine qui ne m'est pas destiné, puisque ciblant plutôt les trentenaires... J'avais découvert le numéro 1 car on m'y avait interviewée à propos de la mode des hamburgers et je l'avais trouvé plutôt sympa et avec des sujets originaux. Allons-y pour le numéro 2. Certes, ce n'est pas vraiment mon style globalement et c'est plein de savoirs inutiles (une page est même consacrée à ceux-ci) mais il y avait finalement pas mal de choses à lire.

Par exemple, dans mon champ d'intérêt, j'ai lu :
- un schéma humoristique sur le nettoyage du frigo qui participe peut-être indirectement à une certaine sensibilisation à l'hygiène alimentaire (?) ;

P1050692.JPG


- l'expérience de 5 jours de jeûne d'une jeune journaliste, narrée de façon vivante et précise quant aux sensations vécues jour après jour, qui devrait faire réfléchir sur leurs motivations ceux qui souhaitent s'adonner à cette pratique: en tout cas, ne le faites pas pour perdre du poids : comme elle l'écrit : 4 kilos perdus, dont 2 de muscles, et tous repris dans les 15 jours ! On peut en avoir un aperçu en video.

P1050693.JPG

Mais j'a lu aussi par exemple quelques conseils pour se faire apprécier de ses nouveaux collègues de bureau (même si je ne suis pas du tout concernée !) ou une interview d'un sérieux expert de l'analyse des foules de concerts rock (que je fréquente fort peu, et jamais dans la fosse !)...

Bref, lire, c'est comme le reste, ne le faisons pas que par utilité !

20/03/2012

A quoi vous fait penser le printemps ?

Aujourd'hui, c'est le printemps ! Mais oui déjà, et la météo semble de la partie. Finalement, l'hiver est vite passé, vous ne trouvez pas ?

Le printemps, cela me fait penser aux journées qui rallongent à grande vitesse, aux proverbes du type "En avril, ne te découvre pas d'un fil", aux premières fraises que j'ai hâte de re-goûter, aux asperges, petits pois et autres fèves qui vont rejoindre nos assiettes. A travers les aliments, je trouve plaisir à chaque saison et je serais bien triste si on avait toujours le même temps !

P1010696.JPG

Pas encore goûtées cette année...

Il en est d'autres à qui le printemps fait penser aux kilos à perdre, au régime à entreprendre absolument pour aborder les petite robes d'été ou la plage. Les magazines féminins surfent éternellement sur cette envie et une fois encore, cela n'a pas raté. De passage chez mon marchand de journaux, je suis tombée sur les titres des magazines. Au hasard : Elle : "Spécial kilos, une semaine pour que ça marche !" ou Biba : "Maigrir par celles qui ont fondu (et pas repris !)". Chaque année, ça recommence inlassablement (même s'il y a de plus en plus de sujets minceur toute l'année). Finalement, je les plains un peu car cela ne doit pas être évident de trouver un angle nouveau à chaque fois...

P1050286.JPG

Bon, ceci dit, le printemps, c'est le renouveau. Alors, on peut profiter pour avoir un déclic, se dire qu'on va enfin prendre soin de soi, prendre du temps pour se chouchouter. Et pourquoi pas manger autrement pour être en pleine forme. Mais pas de régime s'il vous plait. Car, vous le savez, et de plus en plus de voix s'élèvent pour le dire, les régimes sont dans la grande majorité des cas néfastes pour le corps et la tête.

Et vous, à quoi vous fait penser l'arrivée du printemps ?

27/11/2011

ELLE veut faire grossir les femmes ?

Qu'est-ce qui est le plus grave : dépenser 2 euros ou des minutes de mon précieux temps ? Toujours est-il que je me suis laissée aller à acheter une nouvelle fois le magazine Elle... Il y avait une bonne raison : un titre a attiré mon attention en couv, "Plus belle avec 3 kilos de plus !". Vous en connaissez beaucoup, vous, des féminins qui incitent à prendre du poids ?!

elle,magazines féminins,minceur,3 kilos en plus,prise de poids,prendre du poids l'hiverImpossible de le feuilleter pour cause de plastique pour nous livrer en plus un catalogue de Noël. Donc achat et passage direct à l'article en question : "Plus ronde, plus belle, dix bonnes raisons de prendre 3 kilos" (ou, sans doute sous-entendu, de ne plus chercher à les perdre). Des raisons plus ou moins sérieuses et argumentées mais qui vont globalement dans une saine direction, le fait de s'accepter et de ne pas chercher à ressembler aux mannequins des magazines (présents toutefois partout ailleurs dans ce mag comme dans les autres). Ce serait bon pour la peau, la santé, le moral, la séduction, le vieillissement... Petit bémol, on a un peu l'impression que c'est un papier de saison pour ne pas déprimer celles qui vont prendre quelques kilos avec la raclette ou les fêtes, et que, dès le printemps, on nous reparlera de les perdre... Mais bon, c'est quand même peut-être une petite pierre dans le vaste jardin de la privation.

Plus globalement, la question n'est pas de prendre ou de perdre 3 kilos. Mais de se sentir bien à son poids d'équilibre, ce poids naturel qu'on peut maintenir sans effort. Si vous luttez indéfiniment pour descendre à un poids inférieur, l'article de Elle vous est destiné. Si vous êtes à votre juste poids, ne touchez à rien ! Si vous avez pris du poids pour telle ou telle raison, il pourra être intéressant d'entreprendre une démarche pour perdre ces kilos quand vous sentirez le moment opportun (surtout pas un régime !).

Un autre article semble d'ailleurs aussi vouloir inciter à s'accepter un peu plus même, notamment quand les années passent : une enquête qui se demande si les femmes liftées paraissent réellement plus jeunes...

Si vous êtes du côté de la gourmandise, le bonus, si vous achetez le magazine, c'est que vous aurez l'article délicieusement sucré de la pétillante Esterelle sur les nouvelles pâtissières en vogue, qui n'ont vraiment pas l'air de compter les calories ! On peut en partie le lire en ligne.

Et pour les Parisiennes, il y a un retour sur les tendances 2011 en matière de restaurants dont certains que j'ai évoqués ici :
- le savoureux Neva Cuisine,
- le délicat Galopin,
- la très chic Compagnie de Bretagne,
d'autres me restent à découvrir...ou pas.

16/10/2011

J'ai picoré Elle pour vous...

magazine elle,magazines féminins,femme,mincir,accepter son corps,bien dans son corps,gourmandise,régimeParmi les activités les moins prises de tête que je connaisse, il y a notamment regarder une série américaine à la télé ou feuilleter un magazin féminin. Encore que... cela peut parfois largement m'agacer.

Ce week end, j'ai acheté Elle, cela m'arrive ponctuellement et à chaque fois, je m'étonne du succès de ce magazine qui, pour ma part, ne m'emballe guère. Mais, cette fois, j'y ai picoré quelques  idées, réflexions, remarques... qui ont plus ou moins à voir avec la nourriture et le corps des femmes et je les partage avec vous en vrac.

Extrait d'une interview d'Imogen Poots (qui c'est ?! une jeune actrice anglaise, je découvre aussi) : réponse à la question "Votre astuce taille fine ?" : "Je ne fais jamais de régime. L'important, c'est de se sentir bien dans son corps et, pour ça, je pense que tout est une question de modération". Bon, je pourrai peut-être l'interviewer pour ma série des Gourmandes BCBT*...

Dans un article sur les filles qui ont du style, Joséphine de la Baume, chanteuse et actrice, s'exprime ainsi : "Le secret d'un look réussi ? Il faut s'accepter comme on est et composer son look à sa sauce. Réaliser qu'on n'a plus un corps d'adolescente par exemple". Vouloir arrêter le temps est une lutte vouée à l'échec en effet...

Selah Sue (je ne connais pas non plus... c'est une jeune chanteuse flamande) parle aussi du corps : "Ma mère m'a toujours dit "Ton corps, prends-en soin et vois-le comme ton temple"". Eh oui, il n'y a pas que la tête qui compte...

Il y a aussi une interview de Thomas Dutronc, un mec que je trouve plutôt sympa, surtout depuis que je connais sa chanson "Les frites bordel". Il a visiblement changé depuis, car il dit qu'il ne consomme que du riz complet bio, du soja bio, des graines de lin ! Par ailleurs, il cite une phrase d'Aragon : "le temps d'apprendre à vivre, il est déjà trop tard" (à contredire absolument : vivons tout de suite, profitons de chaque instant !). Il aime "les femmes aux courbes ultra-féminines et ultra-sensuelles" et franchement, je crois qu'il n'est pas le seul homme dans ce cas, ne l'oubliez pas mesdames quand vous rêvez de ressembler aux mannequins des magazines !

J'ai aussi repéré 28 rituels anti-blues pour le dimanche, le genre d'article classique d'un féminin: parmi ceux qui peuvent vous inspirer, pourquoi pas se préparer un bon chocolat maison (mais un vrai !), stocker des confitures de la "Chambre aux confitures" (tout le monde en parle...) ou d'une autre bonne maison, se préparer une jolie carafe de thé ou autre infusion pour en avoir à rallonge toute l'après-midi, faire un beurre de framboises, une idée qui me dit bien : on mélange du beurre, des framboises écrasées (justement, j'en ai au congélateur) et une pincée de sucre roux, on fait attendre 24h au frigo et le résultat doit être pas mal sur des tartines.

Le célèbre chef espagnol Ferran Adria donne ses astuces cuisine et ses produits cultes, pas vraiment dans la ligne de sa cuisine moléculaire. Je partage son conseil de gagner du temps en utilisant des petits pois surgelés (surtout s'il s'agit de faire une soupe) ou des pois chiches en bocal, en congelant des sauces ou des bouillons : autant faire les choses en quantité. Un conseil à retenir, que j'applique pour ma part en général : faire une mise en place de pro, c'est-à-dire préparer tous les ingrédients d'une recette, lavés, découpés, pesés, sur son plan de travail. Vous le faites vous ou c'est plutôt le bazar et l'avancés pas à pas ?! Il donne aussi une recette de soupe au pain pour utiliser un reste de pain, qui a l'air assez sympathique.

Je me suis aussi un peu reconnue dans la folie des parfums sucrés, eh oui, ma gourmandise va jusque là ! En ce moment, j'alterne ainsi des effluves de rhubarbe Comme des Garçons et de Love Coco (noix de coco et coriandre) d'Honoré Des Prés. il parait que ça rend appétissante... Mais ce n'est pas une raison pour se priver de dessert, quoi qu'en dise l'article !

Je ne sais pas si tout cela peut vous éviter de l'acheter, vous voulez peut-être des nouvelles de Carla B., Tristane B. ... ;-)

*Gourmandes BCBT : Bien dans leur Corps Bien dans leur Tête, voir rubrique "La parole aux gourmandes"

Illustration © Laetitia Bouaziz

19/07/2011

Lisez-vous des magazines féminins ?

femmes,magazines féminins,minceur,régimesJe n'ai jamais été accro aux magazines féminins. "Elle" me tombe des mains, "Marie-Claire" m'ennuie, "Cosmo" me saoule, Biba me fatigue, etc. etc. Et les nouveaux qui se veulent différents type Causette m'indifférent assez... Bref, je ne dois pas vraiment être dans la cible ! Finalement, je lis bien davantage des magazines de cuisine !

Toutefois, depuis que je suis diététicienne, ma relation aux magazines féminins a un peu changé. A la fois, je les maudis pour leur proposition de régimes ou pseudo-non-régimes à répétition, pour leur contribution uniforme à la vision d'une femme idéalement mince voire maigre, pour leur incapacité à montrer des femmes séduisantes et "normales" (taille 40 par exemple...), pour leurs incursions beaucoup trop occasionnelles dans la diversité des corps, ...

En même temps, ayant une clientèle essentiellement féminine,  je les lis désormais beaucoup plus qu'avant, trouvant deci-delà quelques articles intéressants, pour me tenir informée de ce qui passe dans l'univers de la mode, de la beauté... et tout savoir des dernières tendances minceur afin de les déminer chez mes patientes !

Et vous avez-vous des magazines féminins fétiches ? Qu'est-ce que vous aimez dedans ?

08/03/2011

Journée de la femme, journée DES femmes (Stop à l'uniformité !)

Je profite de la Journée de la femme pour revenir sur le sujet de la diversité des corps. En effet, je suis assez étonnée par ceux qui prétendent que les magazines féminins donneraient plus de place aux femmes rondes depuis quelque temps.

D'abord, cela reste vraiment très occasionnel, un article de temps en temps par-ci par-là. Et rien de nouveau en ce qui concerne les photos des pages mode ou les pubs bien sûr.

Et surtout, on va en fait vers les extrêmes : on montre quelques femmes très rondes, une mannequin, une chanteuse, une blogueuse... parallèlement aux habituelles filles extrêmements minces. Veut-on en faire de nouveaux modèles ? Mais on ne voit pas de femmes "moyennes" (qui feraient une taille 40-42 par exemple).

 JISR_image.png

Un visuel utilisé par le groupe Equilibre au Québec en 2009 pour encourager au respect de la diversité des corps


Quid de la diversité alors ?! Où sont ces femmes ? Je sais que le but des magazines est de faire rêver et non de montrer la vie telle qu'elle est. Mais pourquoi ne voit-on jamais des femmes séduisantes de toutes morphologies ? Montrer un peu plus de diversité aiderait sans doute de nombreuses femmes à mieux accepter leur corps, à ne pas rêver à un corps inatteignable et se précipiter sur le dernier régime à la mode ou vivre dans une permanente relation restrictive à la nourriture. Avez-vous des idées sur le sujet ?