Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/09/2014

Miam, deux "cantines" parisiennes pleines de saveur

J'essaie aussi souvent que possible de me préparer un bento pour mon déjeuner. C'est d'autant plus nécessaire que, étant très souvent en consultation sur l'heure du repas de midi, je mange en décalé vers 13h45-14h. Je risque alors de trouver porte close ou une carte réduite aux derniers plats délaissés. Mais je ne me mets pas la pression, je ne "lunchboxe" pas tous les jours et j'aime aussi sortir découvrir de nouveaux lieux. J'ai ainsi été doublement ravie ces derniers jours.

J'ai découvert grâce à Anne-Laure Pham, la pétillante rédactrice en chef du magazine Zeste, un délicieuse "cantine" assez "tendance", Mûre. Ce n'est malheureusement pas tout proche de mon cabinet mais j'ai profité d'une réunion à proximité pour m'y attabler et je me suis régalée. Tellement savoureux et frais que j'y suis déjà retournée une deuxième fois exprès (j'adore marcher, il faisait beau, donc ce ne fut pas une contrainte). Il y a notamment des assiettes avec un trio de salades (7,10 euros) qui sont très réussies dans l'art de mêler les goûts, les textures, d'assaisonner avec justesse... Même la betterave, associée à d'autres, devient plaisante ! Il y aussi un plat du jour mais quand j'arrive, il est fini depuis longtemps... Je suis un tantinet agacée par le côté "on surfe sur les modes" des pâtisseries sans gluten mais bon, passons...

002.jpg

003.jpg

J'ai aussi découvert la Table Verte (pas vraiment nouvelle, elle, puisque l'épicerie date de 1979...) grâce à Pascale Weeks , un lieu bio et végétarien, et j'ai eu le plaisir d'y déjeuner avec elle. Au menu, plusieurs formules. J'ai choisi une part de tarte salée du jour (courge, bettes, courgette) + deux crudités râpées (carottes / chou & co). C'était frais, goûteux, nourrissant (tarte aux légumes très réussie), et vraiment abordable pour le quartier (Ternes) (cette formule est dans les 8 euros). Si vous vous interrogez sur la sauce blanche, il y a une petite confusion sur l'assaisonnement, on me propose "soja" et je pense sauce soja alors que c'était au lait de soja (pas mauvais par ailleurs).

002.jpg

Dans les deux cas, on mange, pour un prix très raisonnable, dans une "vraie" assiette ! Cela change tout car j'ai de moins en moins envie de manger dans du plastique style Cojean & co.

Et vous, vous fréquentez ce type de "cantines" saines et gourmandes ?

Mûre, 6 rue Saint-Marc, Paris 2ème

La Table Verte, 5 rue Saussier Leroy, Paris 17eme, tel : 01 47 64 19 68

20/09/2014

Déguster le "repas gastronomique des Français", c'est possible (et délicieux) aux Dîners du Cercle

Le "Repas Gastronomique des Français", c'est un élément du Patrimoine Immatériel mais ça devient assez matériel et intéressant quand on le mange, surtout réalisé par un grand chef !

Vous savez sans doute en effet que le "repas gastronomique des Français" a été inscrit en 2010 sur la "Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité" par l'Unesco. Cela peut paraître un peu théorique et donc, la Mission Française du Patrimoine et des Cultures Alimentaires, qui avait porté cette candidature, s'emploie à valoriser ce repas gastronomique sous d'autres angles. Il y a ainsi par exemple le projet des Cités de la Gastronomie en cours de développement. 

Et il y a désormais, très concrètement, la possibilité de déguster une interprétation du "repas gastronomique des Français" préparé par un grand chef à Paris dans un lieu élégant, le Cercle, rue Etienne Marcel. La Mission et le Cercle ont mis en place depuis quelques jours une démarche originale et atypique : pendant une ou deux semaines, un chef installé en province vient s'installer en résidence et prépare un dîner conforme à l'esprit du "repas gastronomique des Français". Un comité de "sages" gastronomes sélectionne les chefs, supervise la démarche, a un œil sur les menus. Un second de cuisine, présent à demeure, assure la continuité et aide les chefs à trouver leurs repères et se mettre rapidement dans le bain.

Pour ma part, j'avais reçu le dossier de presse du lancement et repéré le premier chef résident, Keisuke Matsushima. J'avais entendu parler depuis longtemps de ce chef installé à Nice et j'ai vu là une belle occasion de goûter sa cuisine, le menu étant fort appétissant et le prix (60 euros) certes élevé mais peut-être pas tant que ça au regard de la prestation annoncée. Donc, je réserve en ligne sans tarder. Dans l'intervalle, ayant été conviée à découvrir le lieu avant l'ouverture, j'y suis allée pour mieux comprendre la démarche. J'ai découvert un lieu cosy et classique, échangé avec Hugues Piketty, l'initiateur et Président du Club du Cercle (le club privé qui était déjà installé là), Pierre Sanner, le Directeur de la Mission, le chef Gérard Cagna, quelques blogueurs curieux comme moi... Au vu du lieu, je me suis un peu inquiétée que le repas soit très classique, on m'a rassurée sur la liberté laissée aux chefs et j'ai attendu le dîner avec impatience.

004.jpg

Quelques jours après, jeudi dernier, nous arrivons pour dîner à 19h30. A partir de ce moment, l'ensemble de la soirée a été totalement délicieux :

- Le maître d'hôtel qui n'en est pas vraiment un (ancien patron de restaurant japonais et connaisseur du lieu) distille avec les serveurs un service classe, détendu et pince-sans-rire,

- On est confortablement installés (il y a trois options, les fauteuils bas de la première salle, les tables avec assise classique, la grande table de la bibliothèque),

- Nos voisins sont fort sympathiques et on échange de plus en plus au fil des plats,

- Les plats s'enchaînent avec un rythme parfait et ne sont ni trop ni trop peu copieux,

- Le chef Keisuke Matsushima fait plusieurs apparitions durant le repas et prend le temps de nous expliquer les plats conçus pour mettre en avant la gastronomie de la Méditerranée et le sens qu'il leur donne : le foie gras, tradition initialement venue d'Egypte s'accorde avec du nougat de Provence et des figues, fruit qu'on utilisait pour le gavage, le pigeon et les olives sont symboles de paix, ...

DinerCercleKeisuke.jpg

Un petit aperçu partiel (pas évident, lumière tamisée) qui ne vous dit rien du plaisir en bouche...

- Bien sûr, l'assiette joue pour une bonne part dans le plaisir de ce moment. Des délicates bouchées servies à l'apéritif (bouillabaisse et wasabi cohabitent très bien !) à l'étonnant et délicieux accord foie gras-nougat, de la salade niçoise qui est vraiment déstructurée au loup "fish & chips" plein de finesse, tout est bon, savoureux, équilibré en goût, réjouissant.

Bref, un dîner au Cercle, c'est :
- un délicieux repas dans un cadre confortable et atypique (assez loin des bistrots tendance...) à un prix qui parait plutôt raisonnable au regard du repas et des montants que l'on voit parfois dans les "événements" de chefs invités,
- l'occasion de savourer un vrai repas gastronomique, dans un style et des quantités adaptés à l'époque, 
- l'opportunité de goûter la cuisine d'un chef non parisien au cours d'un menu spécialement conçu pour l'endroit et d'échanger avec lui de façon détendue.
 
Cela vous dit ?
 
Les Dîners du Cercle, 6 rue Etienne Marcel, Paris 2eme, 01 42 36 98 57. Durée de résidence et montant variables selon les chefs.

08/09/2014

Le pain rassis, on ne le gaspille pas, on le recycle !

J'essaie, autant que possible, d'éviter le gaspillage alimentaire. Et je ne jette jamais de pain. Quand j'en ai trop, je le coupe en tranches, en morceaux et je le congèle pour une utilisation ultérieure, souvent avec l'aide du grille-pain. Mais parfois, il arrive qu'on laisse du pain rassir. Ce n'est pas une raison pour le gaspiller non plus. 

Cela m'est arrivé récemment. Je vous ai parlé de la boulangerie Dame Farine à Marseille. Je lui ai rendu deux visites. Lors de la première, j'avais acheté différents pains en petites quantités pour les consommer les jours suivants au petit déjeuner. Mais j'avais vu grand et il m'est resté du pain "Méteil" (mi-blé mi-seigle).

pain,gaspillage alimentaire,recyler le pain,que faire avec du pain rassis,panzanella,pain perdu,dame farine,boulangerie marseille

Quatre jours après achat, il était un peu rassis. Il aurait été tout à fait mangeable en le réchauffant un peu, c'est l'avantage du bon pain... Mais j'avais aussi du pain frais (fruit de ma 2ème visite) qui me faisait envie. Donc, j'ai préféré recycler le premier. Du coup, j'ai fait tout un repas sur le thème du recyclage panophile. Il y a des tas de possibilités, j'en ai pratiqué trois :

-une célèbre salade italienne, la panzanella, en prenant la recette d'Edda Onorato dans son nouveau livre (mais elle est aussi sur son blog), salade à base de pain "trempé" et de tomate, concombre, ...

pain,gaspillage alimentaire,recyler le pain,que faire avec du pain rassis,panzanella,pain perdu,dame farine,boulangerie marseille

- de la chapelure, petit ajout à une recette qui me faisait envie dans le livre "Cuisine végétarienne" de Laure Kié, des poivrons farcis (farce à base de quinoa, tomate et chèvre).

pain,gaspillage alimentaire,recyler le pain,que faire avec du pain rassis,panzanella,pain perdu,dame farine,boulangerie marseille

- un usage classique, du pain perdu, avec des figues fraîches rôties. 

pain,gaspillage alimentaire,recyler le pain,que faire avec du pain rassis,panzanella,pain perdu,dame farine,boulangerie marseille

On peut aussi faire des croûtons, du pudding (jamais tenté), l'utiliser pour une farce ou un pain de viande ou de poisson. Ou cette appétissante recette de gâteau de pain au jambon d'Isabelle-"Cenwen" à laquelle je penserai volontiers la prochaine fois.

Et vous, cela vous arrive-t-il d'avoir du pain rassis ? Qu'en faites-vous ?

03/09/2014

Et vous, vous avez rapporté des souvenirs gourmands des vacances ?

Comme je l'ai raconté, je suis partie quelques jours en vacances en août dans le Sud de la France, à Beaumes-de-Venise et près de Marseille. J'avais un tout petit bagage car je voyageais en train, bus, taxi... J'étais partie avec quelques livres et je les ai semés en route, de banc en hall de gare, pour m'alléger et en espérant faire quelques heureux, tombant par hasard sur un livre qu'ils n'auraient peut-être pas croisé...

Néanmoins, cela n'a pas dégagé beaucoup de place et il n'était pas question de me charger de souvenirs. Mais, découvrant Beaumes-de-Venise et son délicieux Muscat*, un vin doux, je n'ai pas résisté à l'envie d'en rapporter une demi-bouteille. 

Elle n'est pas restée longtemps rangée et elle a accompagné un délicieux apéritif-entrée italianisant lors de la visite d'amis chers.

P1100602.JPG

Ce vin doux était excellent à boire mais pas vraiment adapté à l'ensemble du repas, on ne l'a pas fini et il en restait un fond non négligeable.

Je me rappelais que j'avais rapporté des fiches recettes de l'office de tourisme de Beaumes-de-Venise mais paresse de les rechercher, j'ai tapoté sur internet. Je suis tombée sur un gâteau traditionnel présenté dans une émission de Julie Andrieu, appétissant et dont j'avais tous les ingrédients. Il s'agit d'un moelleux au Beaumes-de-Venise et à l'huile d'olive (dont le village est aussi producteur). Si vous cliquez sur le lien, vous aurez la recette et la démonstration dans l'émission "Carnets de Julie".

Aussitôt dit, aussitôt fait et voilà un joli gâteau tout moelleux.

P1100619.JPG

Et vous, quelles gourmandises avez-vous rapporté d'un éventuel périple ?

 *A consommer avec modération

08:30 Publié dans Plaisirs gourmands, Restaurants & Shopping | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook | |  Imprimer

28/08/2014

En été, on...se régale de Marseille gourmande

Lors de ma petite virée sudiste, j'ai passé quelques moments à Marseille. Davantage orientés vers la gourmandise que par l'envie touristique même si j'ai pris la peine de m'offrir une jolie balade ensoleillée du côté du Mucem. Et cette gourmandise a été triplement satisfaite de belles façons, très différentes, avec :

marseille,gourmandise,provence,glacier vanille noire,boulangerie dame farine,restaurant am alexandre mazzia

- Les glaces de Vanille Noire : moi qui ne suis pourtant pas une fanatique des glaces, je crois que je deviendrais une accro de cette petite boutique ouverte cette année si j'habitais Marseille : j'y ai goûté une excellente glace noisette et surtout d'extraordinaires sorbets framboise et abricot comme je crois avoir rarement mangé, le goût des fruits à leur meilleur. J'ai fait quelque chose que je ne fais jamais : après une double glace, je suis retournée prendre une autre boule tellement j'étais emballée !

marseille,gourmandise,provence,glacier vanille noire,boulangerie dame farine,restaurant am alexandre mazzia

- la boulangerie Dame Farine : j'avais été en contact avec Marie-Christine, la Dame Farine (ci-dessous, avec son "acolyte" Aurélie), l'année dernière suite aux billets que j'avais écrits sur le gluten. Apprenant qu'elle a ouvert sa propre boulangerie à Marseille après diverses expériences, j'avais très envie de faire sa connaissance et de goûter son pain. Elle défend le véritable bon pain, préparé dans les règles de l'art (dont le gluten est beaucoup plus tolérable que celui des blanches baguettes), non "trafiqué", s'approvisionne en farines bio de qualité, propose une grande diversité de pains, bosse intensivement, essaie d'éduquer ses clients... Un vrai sacerdoce ! J'ai goûté plusieurs de ses réalisations et me suis régalée de pain au petit épeautre, au sarrasin, aux graines, du mi-seigle mi-blé... J'en ai emporté un peu mais malheureusement pas autant que j'aurais voulu...

marseille,gourmandise,provence,glacier vanille noire,boulangerie dame farine,restaurant am alexandre mazzia

marseille,gourmandise,provence,glacier vanille noire,boulangerie dame farine,restaurant am alexandre mazzia

- le restaurant AM - Alexandre Mazzia
 
La foodosphère a bruissé de l'ouverture de ce restaurant : le chef Alexandre Mazzia, anciennement chef du restaurant "le Ventre de l'Architecte" à la Cité Radieuse, a ouvert il y a quelques semaines son propre restaurant. Je ne connais pas sa cuisine mais je suis curieuse et je décide de consacrer un peu de ma brève virée marseillaise à un déjeuner chez lui. J'embarque dans l'aventure une autre passionnée de bonne cuisine et de sensations gustatives, Rachel alias OnMyKitchen (et son mari). Le voyage en a valu la peine, que de sensations réjouissantes, que de délicieuses bouchées qu'on aimerait prolonger, que d'accords étonnants dont on pense surtout à se régaler. Un peu régal des jolies "biscottes végétales" du début au délicat accord citron-goyave de la fin en passant par le fabuleux pain au charbon végétal (noir noir) avec beurre au combawa, un "gyoza végétal" au tourteau, ...

marseille,gourmandise,provence,glacier vanille noire,boulangerie dame farine,restaurant am alexandre mazzia

 
Merci à Cécile et à son blog SofoodSogood qui est une source inépuisable de bonnes adresses et infos gourmandes, notamment marseillaises.

Vanille Noire, 13 rue Caisserie, 2eme arrdt.
 
Dame Farine, 77 avenue de la Corse; 7eme arrdt.
 
AM Alexandre Mazzia, 9 rue François Broca, 8eme arrdt, 04 91 24 83 63    
 

27/08/2014

En été...on découvre un havre de paix avec la sérendipité

Connaissez-vous la sérendipité ?
 
Pour résumer en simplifiant, c'est l'art de trouver quelque chose sans le chercher. Et internet a sûrement fait progresser cette capacité par les sauts un peu improbables qu'on peut y faire. Exemple personnel...
 
Les deux derniers étés, je m'étais éloignée quelques jours de Paris en quête de lieux propices au binôme lecture-natation. J'avais vaguement dans l'idée de rééditer cela ailleurs mais sans trop savoir où chercher. Un soir il y a quelques semaines, je lis sur le charmant blog Café Mode une interview de Fanny Péchiodat, la dynamique et créative patronne du site à la spectaculaire réussite, MyLittleParis. Je lis le billet car je m'étais abonnée à ce site il y a fort longtemps. Rien à voir avec les vacances, n'est-ce pas ? Mais Fanny Péchiodat y parle de ses parents et de la maison d'hôtes pleine de jolis détails qu'ils ont créée à Beaumes de Venise, Thym et Romarin.  Il y a un lien, je clique, l'endroit a l'air charmant, il y a une piscine (bon, pas très grande, mais il ne faut pas rêver quand il y a 4 chambres...). Je me renseigne, une chambre est libre en changeant un peu mes dates. Je réserve et début août, me voilà partie. 

A l'arrivée, le lieu est très plaisant, la chambre de grand confort, joliment aménagée, je suis accueillie par un petit mot et des calissons, ainsi que les conseils de mon hôte. Le jardin est très agréable, je ne tarde pas à plonger dans la piscine. 001.jpg

P1100463.JPG

La maison est toute proche du centre du village de Beaumes-de-Venise, terre d'un célèbre Muscat, et charmant village, où j'ai trouvé le parfait équilibre entre calme et animation, avec possibilité de jolies et tranquilles balades à pied (c'était suffisant pour moi en plus de la piscine, mes voisins de maison étant de sérieux cyclistes ne reculant pas, eux, devant l'ascension du Mont Ventoux tout proche...).

serendipite,maison d'hôtes thym et romarin,beaumes-de-venise- fany pechiodat

Le petit déjeuner étant plaisant et copieux, je déjeune très légèrement et je dîne au restaurant. Ils ne sont pas enthousiasmants, je me contente de crudités, de salades, sauf un qui me plait bien, avec un tout jeune chef, l'auberge St Roch (j'y mange notamment un savoureux filet mignon au jus de thym avec de goûteuses purées).

003 (3).jpg

serendipite,maison d'hôtes thym et romarin,beaumes-de-venise- fany pechiodat

J'ai passé beaucoup de temps à lire, j'adore ça et je m'étais équipée, et M. Péchiodat, très attentif aux activités de ses filles, m'a aussi procuré de la lecture de source "MyLittleParis". Je me suis bien amusée avec "Les mots qui manquent aux Parisiens", des mots inventés pour décrire des personnes, des situations... par exemple "l'incompaintibilité" que beaucoup connaissent : c'est quand les quantités de pain et fromage ne collent jamais et qu'on prend du pain pour finir le fromage, du fromage pour finir le pain...

P1100441.JPG

serendipite,maison d'hôtes thym et romarin,beaumes-de-venise- fany pechiodat 

Si vous voulez en savoir plus sur la sérendipité : il y a par exemple un article de Sciences Humaines ou un autre de la coach-thérapeute Béatrice Giraudeau.
 

26/08/2014

En été...on va (pas mal) au restaurant

En été, même avant de partir véritablement en vacances, l'activité ralentit un peu, on a davantage de temps pour sortir, les soirées sont longues, on profite d'ami(e)s un peu plus disponibles avec qui on a plaisir à se retrouver autour de bonnes tables. Et avant que celles-ci ne ferment (presque) toutes.

- J'ai ainsi découvert un soir avec quelques gourmandes, Florence, Julia, Lauranie, Melody, un petit restaurant chinois proposant une cuisine plutôt originale et très parfumée, la Taverne de Zhao. J'ai partagé une marmite de légumes et une salade au tofu.

P1100342.JPG

- Après avoir goûté sa cuisine au déjeuner, j'ai eu envie de découvrir les tapas du BAT, qui lui donnent son nom (Bar A Tapas) et on s'y est retrouvés avec notre ami Philippe. Le principe des tapas, c'est a priori de prendre un grand nombre de petits plats et de les partager. Mais nos envies ont fait qu'on a préféré choisir chacun les nôtres. Pour moi, cela a été une délicieuse raviole de feta et fèvettes, de l'espadon mariné (classique et pas passionnant), des encornets tendres à souhait, une originale et délicieuse soupe froide poivron-framboise agrémentée d'un moelleux et parfumé cake au citron de Menton. Le chef vient de la Kitchen Galerie Bis et cela se sent à son goût pour les condiments fruités-épicés.

P1100381_BAT.jpg

On a découvert plusieurs restaurants récemment (voire très récemment) ouverts :

- le Dix-Huit, dont j'avais largement entendu parler, notamment par l'exigeante Camille. Déjeuner très plaisant dans un cadre agréable (une partie de la salle est sous une verrière) et d'un excellent rapport qualité-prix (entrée-plat-dessert 24 euros) : succulent gaspacho plein de parfums et des textures mêlées, cabillaud parfaitement cuit et goûteusement assaisonné associé à du chou pak-choi (mais ce n'est pas mon poisson favori), rafraîchissante soupe melon-pêche-coco. Très envie d'y retourner.

restaurants paris,diététicienne gourmande paris 9,bat bar à tapas,taverne de zhao,tsubame

restaurants paris,diététicienne gourmande paris 9,bat bar à tapas,taverne de zhao,tsubame

- L'Esquisse, dans ses tout premiers jours d'ouverture, car j'avais eu l'info de l'ouverture par la chaleureuse et rigoureuse en cuisine Valérie qui y travaille : décor de bistrot traditionnel, accueil très sympathique et conseils points du sommelier-serveur et formule déjeuner fort attrayante : délicieuse salade melon-scarmoza-piquillos, fondante joue de bœuf confite avec aubergines moelleuses qui ne donne pas envie de devenir végétarien(ne) et, un peu en deça, soupe de pêche à le menthe. Tout cela pour une vingtaine d'euros. Très bon moment et on reviendra bientôt, d'autant que je peux même y aller à pied.restaurants paris,diététicienne gourmande paris 9,bat bar à tapas,taverne de zhao,tsubame

restaurants paris,diététicienne gourmande paris 9,bat bar à tapas,taverne de zhao,tsubame

restaurants paris,diététicienne gourmande paris 9,bat bar à tapas,taverne de zhao,tsubame

- un délicieux déjeuner au 13-A baker's dozen : lieu atypique bien américain planqué au fond d'une jolie cour de St Germain des Prés : j'en avais entendu parler par le super duo gourmand Le Grumeau et j'avais très envie de goûter le carrot cake. Mais je me suis dit que cela me faisait pas un déjeuner donc j'ai voulu prendre un plat léger avant. Sauf que léger, il n'y avait pas vraiment... j'ai choisi un "pie" à la tomate qui ne ressemblait pas à ce que j'imaginais mais était délicieux puis ce fameux carrot cake qui est vraiment une pure merveille, un régal à chaque bouchée (j'ai sans doute passé l'âge de dire "une tuerie ;-)), et quasi-légère : contrairement à ce que j'imaginais, j'ai tout mangé !

restaurants paris,diététicienne gourmande paris 9,bat bar à tapas,taverne de zhao,tsubame

restaurants paris,diététicienne gourmande paris 9,bat bar à tapas,taverne de zhao,tsubame

Et vous, vous avez fait de belles sorties gourmandes cet été ?

 

Le BAT, 16 boulevard Montmartre, Paris 9eme, 01 42 46 14 25

Le Dix-Huit, 18 rue Bayen, Paris 17eme, 01 53 81 79 77.

L'Esquisse, 151 bis rue Marcadet, Paris 18eme, 

La Taverne de Zhao, 49 rue des Vinaigriers, Paris 10eme, 01 40 37 18 27,

13-A baker's dozen, 16 rue des Saints-Pères, Paris 6eme, 01 73 77 27 89.

 

 

22/08/2014

En été...on petit déjeune dehors

J'aime donner des rendez-vous autour du petit déjeuner. C'est un moment un petit peu plus calme pour moi que l'heure du déjeuner en général, les adresses ne sont pas pléthoriques mais se développent. Mais tout le monde n'est pas disponible pour passer 1h-1h30 en début de matinée... Ces dernières semaines, mon activité, et celle des autres, étant un peu plus calmes en été, cela a permis de fixer quelques plaisants rendez-vous matinaux avec des personnes que j'ai toujours grand plaisir à voir. Ou avec moi-même... 

Ainsi, j'ai pris avec Camille un excellent café au Télescope, charmant lieu ouvert tôt le matin qui fait partie des néo-cafés exigeants sur la qualité qui fleurissent à Paris. J'ai accompagné ce café d'un délicieux financier maison.

P1100343.JPG

J'ai retrouvé avec joie Esterelle au Café Pinson n°2, rue du Faubourg Poissonnière (une rue qui se "branchouillise" progressivement). Je n'avais pas été emballée par ma première expérience à l'adresse initiale mais là, dans le calme du matin, c'était plutôt sympa et je noterai volontiers ce lieu dans mes adresses de petit déjeuner. Il y a une formule à 12,50 euros (un peu trop copieuse, la prochaine fois, je prendrai la "mini") avec granola au yaourt de soja (présenté dans un récipient trop petit, peu pratique), jus de fruit du jour, tartines (avec confiture, beurre végétal-délicieux- et pâte à tartiner) ou petites madeleines, boisson chaude (photo ratée !). 

Je suis retournée au Bob's Bake Shopdécouvert il y a quelques semaines pour un rapide goûter un jour de grande pluie. En ce lieu sis dans un quartier et un bâtiment atypiques officie la charmante Marie que j'apprécie beaucoup. Ce jour-là, le temps était nuageux et je n'ai pas pu profiter de la belle terrasse. Petit déjeuner à la carte, ce sera granola et fromage blanc, smoothie vert du jour (mangue, banane, épinard), café. Le tout pour 10,70 euros (c'est le smoothie qui grève le budget : 5 euros à lui tout seul, un prix assez classique pour cette catégorie de produits et il est copieux...). Regret : la vaisselle en plastique, mais il y a polyvalence "sur place/à emporter".

P1100403.JPG

P1100401.JPG

Dernière étape : Lazare, le restaurant très fréquenté de la gare St Lazare. Je me rappelais qu'il ouvrait tôt et ce jour-là (31 juillet), je me suis dit que cela ne devait pas être la grande affluence. Gagné ! A 7h45, c'était désert et ceux qui connaissent ont sans doute peu l'habitude de le voir ainsi. Le pain était à peine en train de sortir du jour. De ce fait, il est arrivé tout chaud et par ailleurs délicieux, avec une croûte épaisse et craquante. Formule petit déjeuner à 10 euros : une boisson chaude, un jus (ce sera orange-carotte, mais pourquoi donc n'est-il pas filtré ?!), des tartines avec beurre et confiture, le tout 10 euros. Et la pause fut fort plaisante, le calme étant propice à la lecture, passionnante du 1 Hebdo consacré à Istanbul (parmi un tour des villes de Méditerranée).

002.jpg

003.jpg

Je ne suis quand même pas sortie tous les jours et il y eut parfois des petits déjeuners maison fort agréables aussi, surtout quand les produits sont top : pain "granola" de la boulangerie Liberté (dans le Xeme mais bonne nouvelle, elle s'installe aux Galeries Lafayette bientôt), mi-ricotta, mi-confiture abricot-cardamome du "bazar" de "Ma" (je ne suis pas hyper fan de cette épice mais là, l'accord est parfait), thé vert japonais Tamayura.

P1100423.JPG

Et vous, avez-vous varié les plaisirs matinaux cet été ?

 

12/07/2014

Découverte du Belhara et de Tempero, que de gourmandise !

Pendant un mois, je vais "me taire" (je ne sais pas si cela sera facile, j'ai pris des habitudes...) : du 14 juillet au 17 août, j'ai décidé de ne plus bloguer ni tweeter. Donc plus de partage de mes coups de cœur, de belles assiettes, de réflexions, de jolis moments, des délices concoctés par Monsieur, etc.

Alors, avant de passer à cette période de calme, retour sur de récents plaisirs gourmands, la belle découverte de deux tables parisiennes très différentes où je me suis régalée cette semaine  en bonne compagnie :

Le Bistrot Belhara, dans le 7eme : pour une fois, ce n'était pas mon choix mais la suggestion de l'amie avec laquelle je dînais, choix d'un quartier facile d'accès pour elle. Il me semble que je n'avais jamais entendu parler de ce restaurant de style bistrot, ouvert il y a tout juste un an, alors qu'il avait eu bonne presse. Eh bien, il a eu tout bon !

- un service précis, compétent, sympathique,

- du bon pain (Poujauran, une référence) tiédi et du beurre dès l'arrivée, ce qui est bien tombé alors que je devais attendre une bonne demi-heure mon amie retardée par les transports (mais j'ai pris soin de ne pas me couper l'appétit),

- des explications claires sur les différents menus et carte (il y a un menu du jour imposé et un menu libre qu'on doit décider en début de repas car les portions seront différentes de la carte : cela me parait une bonne idée pour en profiter jusqu'au bout),

- un repas délicieux de bout en bout : des maquereaux marinés d'un parfait moelleux, une cocotte de rascasse aux légumes d'été fondants, très parfumée, un riz au lait à la confiture d'abricot et aux fruits secs très plaisant (ci-dessous),

belhara paris 7eme; tempero paris 13eme,restaurants parisiens,bistrots,diététicienne gourmande,bien manger au restaurant,repas de twittos

- de petites attentions finales : mini-cannelé et guimauve à la noix de coco toute légère,

- un chef souriant et chaleureux quand je suis allée le féliciter, et qui s'est empressé de partager le compliment avec son équipe.

- seul (petit) bemol : une salle petite où on a optimisé le nombre des tables, qui sont donc assez serrées.  

 

Tempero, dans le 13eme : toute autre ambiance, mais chaleureuse et gourmande aussi. Plusieurs personnes m'avaient parlé de cette adresse depuis longtemps mais le fait qu'elle est planquée dans une petite rue du 13eme ne m'avait pas aidée à y aller. Mais j'ai lancé il y a quelques semaine l'idée d'un déjeuner twitter pour découvrir enfin le lieu et, surprise, on s'est retrouvées à 9 : Anne-Laure, Beena, Céline, Claire, Marie, Marion, Sophie, Valérie. On a passé un moment fort sympathique et on s'est régalées.

Il y a un menu-carte entrée-plat-dessert à 20 euros au déjeuner et pour ce prix fort raisonnable, on a des plats créatifs à base de bons produits de saison. J'ai choisi un merveilleux gyoza croustillant aux légumes, une poitrine de cochon de lait crousti-moelleuse, une poire pochée à l'aubergine savoureuse (partagée avec une panacotta aux fruits exotiques délicieusement onctueuse)

belhara paris 7eme; tempero paris 13eme,restaurants parisiens,bistrots,diététicienne gourmande,bien manger au restaurant,repas de twittos

 Derrière cet amas de verdure se cachait un merveilleux gyoza

belhara paris 7eme; tempero paris 13eme,restaurants parisiens,bistrots,diététicienne gourmande,bien manger au restaurant,repas de twittos

Poire pochée, compotée d'aubergine, glace vanille-romarin : bel accord

Comme d'habitude, la question : ai-je envie d'y retourner ? Oh oui, dans les deux !

Et vous, avez-vous fait de belles découvertes récemment ?

 

Le Bistrot Belhara, 23 rue Duvivier, 7eme, 01 45 51 41 77, dîner entrée-plat-dessert 38 euros.

Tempero, 5 rue Clisson, 13eme, déjeuner entrée-plat-dessert 20 euros (mon repas sans supplément)

 

09/07/2014

Le homard à Chausey : au plus près de la mer et de ses fragiles richesses - 2e épisode

Oh oui, qu'elles sont fragiles, ces richesses de la mer. L'année dernière, nous avions fait une escapade au pays de la pêche bretonne de la langoustine et de la sardine. Car on adore la sardine, le maquereau, ces poissons modestes mais délicieux et forts en goût.

Cependant, Monsieur a aussi un goût pour une merveille des mers bien plus luxueuse, le homard. Il s'en régale de temps en temps à proximité des lieux de pêche (pas très souvent, même pas une fois par an...) : chez Olivier Roellinger à Cancale, au Petit Hôtel du Grand Large, où l'on s'était arrêtés lors d'un passage à Quiberon

Mais en fait, savez-vous que le homard le plus renommé de nos contrées (et probablement sans concurrent de sa qualité, disent les amateurs) n'est pas breton (appellation floue, non réglementée) mais normand. C'est celui (homard du Cotentin et de Jersey) qui est notamment pêché, avec mesure (mesure de la taille et modération quantitative) au large des Iles Chausey. On parle aussi localement de "homard de Chausey".

C'est lors d'un dîner à Cancale que des voisines de table nous avaient parlé de ce fameux homard il y a deux ans. Nous n'avons pas oublié et jeudi dernier, nous voilà partis pour faire un court séjour à Chausey via Granville (on a eu quelques frayeurs, le bateau a failli être annulé !).

P1100297.JPG

Chausey est un archipel gouverné par la marée. Qui conditionne les sorties en mer. Qui transforme le paysage. Qui peut faire annuler des navettes avec le continent. Qui peut atteindre 12-13 mètres d'écart entre haute et basse mer.

L'effort pour préserver la ressource est efficace et le homard ne se raréfie pas. En revanche, pas question de le manger en hiver, c'est maintenant (d'avril à juillet environ) la saison ! La meilleure façon de le manger est sans doute simplement grillé (mais la cuisson parfaite n'est pas si simple, elle l'était cette fois) pour que l'on savoure la délicatesse de la chair de cet animal.

P1100283.JPG

P1100285.JPG

La pêche à Chausey est donc raisonnable depuis de longues années, les pêcheurs sont très sensibilisés à la préservation de la ressource et ont obtenu une certification de "pêche durable". La réglementation est rigoureuse sur la taille (et donc l'âge) des homards que l'on peut pêcher. Si voulez voir à quoi cela ressemble concrètement, j'ai trouvé une belle et informative video sur le sujet. Et aussi sur le site MSC Pêche Durable, une rencontre avec les pêcheurs.

En dehors de la proximité avec cette rare ressource, nous avons découvert un lieu magnifique, où l'on peut rester des heures à contempler la mer et ses variations perpétuelles, que l'on peut parcourir tranquillement de bout en bout, où nous avons été fort bien accueillis à l'Hôtel du Fort et des Iles. Quel délicieux séjour !

P1100303.JPG

P1100290.JPG

P1100272.JPG