Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/06/2013

Fan de cassis !

J'aime tous les fruits rouges et parmi eux, si je raffole des fraises, dont je me régale en saison, j'ai aussi une sympathie particulière pour d'autres un peu plus rares comme la mûre ou le cassis.

Ce dernier a révélé depuis quelque temps de nouveaux délices :

- une découverte à la Chambre aux Confitures, une confiture de cassis épépiné. C'est onctueux (davantage qu'une confiture classique), un peu comme un confit, une merveille moelleuse, fondante et acidulée en bouche.

P1060421.JPG

- un délicieux macaron tout simplement cassis chez Pierre Hermé, loin de ses innovations gustatives habituelles, fortement parfumé. Je l'ai découvert par hasard en passant me chercher un petit goûter au "corner" des Galeries Lafayette il y a quelques jours. Je me suis lassée des macarons depuis un certain temps, je n'en mange plus que rarement, du coup, ces fois-là, je les apprécie vraiment, sous réserve qu'ils soient bons bien sûr ! (sur la photo, un autre délicieux macaron japonisant matcha-sésame noir).

P1070753.JPG

- une nouveauté repérée au SIAL où elle est a été récompensée par un prix d'innovation, le poivre de bourgeons de cassis, abrégé en poivre de cassis. Ce poivre est issu de cassis noir de Bourgogne, traditionnellement utilisé pour la parfumerie et les arômes alimentaires. On m'en a très gentiment envoyé un échantillon et j'ai un peu tardé pour le goûter en cuisine. Il y a des recettes proposées sur le site, proposant du sucré et du salé. Pour ma part, j'ai d'abord testé sur des poires puis sur des carottes râpées, une soupe. Le parfum fruité et le piquant de ce poivre se sont avérés agréables mais sans doute pas compatibles avec tout, je vais continuer mes essais...

Et vous, vous aimez le cassis ? Vous avez une préférence pour d'autres baies ou fruits rouges ?

 

07/05/2013

Journée sans Régime : arrêtons tous les régimes, vive la gourmandise !

Dimanche, je lançais deux idées un peu à l'improviste pour animer la "Journée sans régime" de lundi 6 mai,  avec la contribution de Florence :

- "Postez une image de votre gourmandise sur pinterest". C'est ici si vous connaissez ce réseau.

- "Décrivez en mots votre gourmandise ou votre horreur des régimes sur twitter". Alors, voilà quelques contributions, merci à toutes !

Côté gourmandise

« Si j'en ai vraiment envie, c'est que c'est bon » - @Domydom

« un peu de chocolat au quotidien garde la dépression bien loin » @Sophiaprincesse

"La privation entraîne la frustration. Mange de tout avec plaisir mais avec modération" @meringuetoquee

Côté horreur des régimes (le mot n'est pas trop fort !)

« culpabilité, mise en échec, danger, yoyo, frustration, éphémère, pensée magique » - @AurensanC_Diet

« Quelqu'un dans ma famille a même pris des hormones de chevaux #regimepourri »@mthldv

« moi qui ai une mère passée de "rondouillette" à "médicalement obèse" à force de régimes et de yoyo » @unfilencuisine

« 1982 : 58kg,  2012 : 98 kg, entre les deux 30 ans de régimes Qu'on ne m'en parle plus (2013 : 60kg,mais un estomac en moins) "  @moune78

« le panier de la nana qui s'est fait dukaniser le cerveau : petits corayas, blancs de poulets OGM, fromage blanc 0% » @themarioncousin

 " Raidissante Experience Gaguesque Incapacitant Moultes Energies" @ExclusiveMotion

"régime = frustration + tristesse. Coach minceur = arnaque. Mieux vaut se faire plaisir, tout est dans la modération" @cecilegolfier

régimes,comportement alimentaire,mincir sans régime,frustration,gourmandise,les régimes font grossir,no diet day,journée internationale sans régime 6 mai,twitter

Alors, pas seulement pour un jour, mais définitivement, je vous conseille d'abandonner les régimes, ce qui ne signifie pas abandonner l'idée de mincir (si vous avez des kilos à perdre). D'accord ?

01/04/2013

Je me souviens (de la Maison) du Chocolat...

Je me souviens qu'enfant, je mangeais un carré de chocolat de tablette le soir,

Je me souviens que, plus tard, mon père rapportait souvent des chocolats de Belgique (pas des Leonidas !)

Je me souviens que mon amie Muriel m'avait fait découvrir Michel Chaudun,

Je me souviens de Jean-Paul Hevin rue Vavin mais je n'y achetais pas de chocolats,

Je me souviens qu'un jour je suis entrée à la Maison du Chocolat,

Je me souviens d'un merveilleux "Parcours Initiatique" à la découverte du chocolat avec Robert Linxe,

Je me souviens de sa passion, de sa générosité, de son plaisir à faire goûter ses chocolats sans limite,

Je me souviens d'un jour où il nous a révélé les secrets d'une bonne ganache dont on a emporté un petit pot, préparé avec lui

Je me souviens que régulièrement on m'offre un assortiment de chocolats et que je me régale,

Je me souviens d'une boite que j'avais offerte en fin de stage diététique à Quiberon et de mon agacement devant ceux qui avalaient les bouchées avec gloutonnerie,

Je me souviens que j'en ai goûté bien d'autres mais que je reviens toujours aux parfums subtils de la Maison du Chocolat.

Alors, ayant eu le bonheur il y a quelques semaines d'être invitée à une présentation des nouveautés de la Maison du Chocolat, je n'ai pas boudé mon plaisir. J'ai attendu un peu pour vous le raconter et pas trop eu envie de vous parler de leurs superbes créations de Pâques, tellement belles (et chères, comme ailleurs...) qu'on se demande si on osera les manger....

maison du chocolat,robert linxe,chocolatier,parcours initiatique,je me souviens,ganache,gourmandise

Parlons plutôt des autres chocolats, des collections éphémères qui complètent l'offre habituelle déjà assez variée. J'ai ainsi goûté une collection éphémère au citron de Menton et au yuzu. Souvent, ce type de parfums me rebute un peu, j'ai peur qu'ils "tuent" celui du chocolat. Mais là, comme sait si bien le faire cette belle Maison (et la succession des chefs chocolatiers perpétue cela), c'est très subtil : on sent bien le yuzu par exemple mais pas trop et c'est un demi-chocolat, deux fois plus fin, pour ne pas être saturé d'arômes. Celui au citron est délicieux aussi, sans aucune acide agressivité. Ce sera disponible à partir du 15 avril.

maison du chocolat,robert linxe,chocolatier,parcours initiatique,je me souviens,ganache,gourmandise

On a pu goûter aussi la collection d'été qui sera aux accents de la Corse (après le Pays Basque l'été dernier). L'assortiment comprend différentes ganaches : au miel corse et à la figue (que j'ai particulièrement appréciée), à l'infusion de menthe corse "Népita", à la clémentine (avec une gelée), une ganache nature et des "citronnettes". Toujours des parfums subtils, tout en douceur mais bien perceptibles. Cet assortiment, on le trouvera à partir de début mai.

maison du chocolat,robert linxe,chocolatier,parcours initiatique,je me souviens,ganache,gourmandise

Et comme Pâques, je l'associe surtout à des souvenirs de chocolat, je me suis quand même offert ce week-end un sachet de petits oeufs en praliné (4 variétés différentes) et on se régale !

maison du chocolat,robert linxe,chocolatier,parcours initiatique,je me souviens,ganache,gourmandise

Et vous, vous connaissez la Maison du Chocolat ? Quels sont vos chocolatiers préférés ?

Et rappelez-vous, n'ayez pas peur du chocolat !

27/03/2013

Connaissez-vous Arômes et Gourmandiz ? (ou un atelier spécial gourmandise)

Que de rencontres faites via internet, le blog, twitter. Ainsi Pénélope, charmante jeune femme qui travaillait sur un projet gourmand et l'a concrétisé il y a quelques mois. Il s'agit d'une activité et boutique autour des arômes naturels, Aromes & Gourmandiz. C'est l'objet d'un site internet et d'une boutique physique à Garches où l'on trouve toutes sortes d'arômes gourmands mais aussi bien d'autres choses autour de l'univers culinaire.
 
Pénélope m'a proposé d'animer un atelier sur un thème qui m'est cher : "La gourmandise ne fait pas grossir !". Cela se passera à sa boutique samedi 30 mars à 15h00 et la participation est de 15 euros. Si vous êtes dans le coin, l'occasion d'une rencontre interactive et gourmande. Description :

affiche_a&g.png

Au plaisir de rencontrer peut-être certain(e)s d'entre vous qui seraient proches.

Adresse : 24 avenue Joffre, Garches (Hauts de Seine)

 

10/01/2013

De retour du Japon, de la gourmandise dans les bagages...

Avant de vous faire un récit des délicieux mets hivernaux savourés lors de notre séjour japonais, voilà un petit aperçu de ce que j'ai rapporté dans mes bagages pour agrémenter mon retour :

P1070071.JPG

- une grande quantité de thé vert (différents thés Sencha et Genmaicha glânés à Tokyo, Kyoto et ailleurs) et du matcha pour les desserts ;
- quelques tsukemono (légumes saumurés, les "pickles" japonais, qu'on mange en général en fin de repas avec le riz, à mettre dans des bentos nipponisants, et des "furikake" : un mélange parfumé, à base de sésame, algue, ... dont on peut saupoudrer le riz ;
- des prunes (ume) délicieuses achetées à Kyoto : l'avantage au Japon c'est qu'on peut quasiment toujours goûter avant d'acheter, donc pas de risque de déception.
- un appétissant mélange de céréales déniché dans une boutique qui vend par ailleurs d'excellents bouillons : ils promettent 10 céréales + du riz. A tester rapidement.
- du riz nouveau, et du top de gamme : du riz Koshihikari de Niigata : quand on l'achète en grand magasin en vrac, il est complet et on peut le faire polir plus ou moins pour avoir du riz demi-complet ou blanc. Et aussi des galettes de riz croustillantes et parfumées qui n'ont rien à voir avec celles assez insipides qu'on trouve en France ;
- des algues nori d'un très vieux magasin de Tokyo, pour faire des makis et autres ;
- des spécialités locales d'Arima Onsen, petite station de onsen (sources chaudes) près de Kobe : un mélange de champignons matsutake et d'algue kombu marinés dans la sauce soja qui existe depuis plusieurs siècles ; des biscuits tout fins et tout simples (de la farine, de l'eau, du sucre, du sel) hyper craquants (genre gavottes) faits avec l'eau de la source volcanique locale, riche en gaz.

Bref de quoi se régaler durablement ! Et vous, vous ramenez des gourmandises lors de vos voyages ?

08/01/2013

Me voilà de retour...du Japon

Merci à tous de continuer à lire ce blog en ce début 2013. J'espère que la fin 2012 fut plaisante et je vous souhaite encore une fois tout le meilleur pour cette nouvelle année et notamment de garder le plaisir de manger de délicieuses nourritures à votre goût et de vous sentir bien dans votre corps et dans votre tête.

P1060938.JPG

Je reviens du Japon où j'étais en vacances, fort gourmandes évidemment, je vous en dirai un peu plus prochainement. J'avoue que je n'étais pas derrière l'ordinateur et j'avais programmé quelques billets pour vous tenir compagnie. Merci pour vos commentaires auxquels je vais me hâter de répondre. Belle semaine et bon courage à ceux qui viennent de reprendre le travail.

japon, vacances, bonne année, voeux, gourmandise, alimentation

01/01/2013

Savoureuse Année 2013 !

Chers lecteurs et lectrices de ce blog, je vous souhaite une Année 2013

Curieuse

Gourmande

Partageuse

Savoureuse

Sereine

Stimulante

Vivante

 

Prenez soin de vous et de vos proches et profitez de chaque instant de 2013, il ne se représentera pas !

bonne année, fêtes

19/12/2012

Les pâtisseries japonaises, cela vous dit ?

Il y a quelques semaines, j'ai été contactée par une société de production travaillant pour le magazine 100% Mag de M6 afin de participer à un reportage sur la pâtisserie japonaise. J'ai pour coutume en général de refuser ce type de demande car il s'agit le plus souvent d'intervenir sur un aliment ou une pratique sous un angle très classico-diététique qui ne me ravit pas et j'ai largement mieux à faire pour m'occuper... Pourquoi ai-je accepté cette fois ? Une baisse d'esprit critique liée à ma passion du Japon ? L'idée que je serai plus forte qu'eux pour faire passer "mes" messages ? Illusion !

Après un rendez-vous replanifié deux fois, on a fini par tourner. Et évidemment, l'objectif central était de me faire dire que les pâtisseries japonaises étaient plus light que les françaises (au hasard, un mille-feuilles..) et donc bien adaptées aux personnes qui surveillent leur poids. Pas vraiment ma tasse de thé ! Que cela soit vrai ou pas n'est pour moi pas la question. Et même si j'ai lutté contre cette idée dans mes réponses, vous connaissez les capacités du montage... (je n'ai en fait aucune idée du résultat final, c'était très urgent et depuis, plus de nouvelles, peut-être cela va-t-il passer à la trappe...?)

Alors, pour vous dire vraiment ce que je pense, rien ne vaut un billet de blog (désolée pour le préambule un peu long...).

Une chose est sûre, les pâtisseries japonaises (je me limiterai ici aux wagashi) sont très différentes des pâtisseries françaises.

D'abord, elles ont en général une symbolique liée à la saison. Chez nous, on utilise couramment des fruits de saison mais on ne cherche pas spécialement à exprimer des caractéristiques ou des impressions liées à la saison. Et la plupart des gâteaux sont présents toute l'année.

Elles sont par ailleurs petites, d'une taille très inférieure à la plupart de nos pâtisseries. Mais n'est-ce pas suffisant pour se faire largement plaisir avec une "note sucrée" ? Est-ce qu'il ne vous arrive pas de "caler" quand vous mangez un gâteau et de vous dire que vous pourriez vous arrêter ?

wagashi, japon, patisserie japonaise, gateaux, gourmandise, toraya, walaku, 100% mag

La composition de ces gâteaux est très différente. Alors que nos pâtisseries contiennent en général de la farine, des oeufs, du sucre, souvent du beurre ou une autre matière grasse, éventuellement du lait, les wagashi sont composés majoritairement de pâte de haricot rouge, voire de pâte de haricot blanc, de sucre (du sucre wasanbon, sucre non raffiné très fin), parfois de farine de riz. Il n'y a pas de matière grasse dans le wagashi : cela rejoint une caractéristique de la cuisine japonaise, peu grasse et essentiellement végétale et maritime (du fait de la géographie). En revanche, le wagashi a une saveur très sucrée car il est là pour adoucir l'amertume du thé vert.

En terme de texture, le wagashi apparaît assez pâteux car cela caractérise la pâte de azuki (haricot rouge). Cela ne plait pas toujours aux Français qui vont peut-être préférer du croquant, du croustillant, du moelleux, du crémeux ou un mélange de ces textures.

Les parfums sont subtils, peu affirmés, on est loin de nos riches arômes de chocolat, café, praliné,
cannelle, noix de coco, fruits divers, ...

Leur moment de dégustation est particulier : pas à la fin du repas mais à tout moment de la journée (plutôt l'après-midi) avec un thé, souvent un matcha.

Ce qui m'agace dans le type d'approche voulue par le reportage, c'est qu'on veuille manger des pâtisseries japonaises pour leur aspect calorique sans forcément se faire plaisir. Est-ce que ce type de considérations doit guider notre choix de pâtisserie ? Non !!! Je suis contre l'idée qu'on se mette à manger des wagashi parce que ce serait "light" ! Bien sûr qu'on peut être curieux(se) de les découvrir, qu'on peut apprécier leur esthétique voire même leur goût. Mais c'est très particulier et il ne faut surtout pas se forcer. Pour ma part, peu fan de la texture pâteuse-farineuse en général, j'ai mis un certain temps à les apprécier. Cela me fait très plaisir d'en manger maintenant mais si vous me donnez le choix entre un wagashi et un éclair au café, c'est très probablement ce dernier qui aura ma préférence !

wagashi, japon, patisserie japonaise, gateaux, gourmandise, toraya, walaku, 100% mag

En revanche, sans forcément en manger, si on préfère en rester aux pâtisseries d'ici, on pourrait quand même en tirer un peu d'inspiration, par exemple : 
- la taille : pourquoi ne pas proposer des gâteaux plus petits (en adaptant le prix bien sûr !) ?
- l'esthétique,
- le respect des saisons, en étant encore plus attentif à cet aspect du côté des pâtissiers,
- le moment de dégustation, en dehors des repas ou au moins à un moment où l'on a de l'appétit et les papilles disponibles.

Si vous voulez :
- en savoir plus sur les pâtisseries japonaises et les déguster aves les yeux, il y a un joli livre sorti récémment, "Wagashi" de Minori Kai.
- les savourer pour de vrai et que vous habitez Paris, il y a Toraya et son grand classicisme, Walaku et sa douce élégance.

Conclusion : mangez les pâtisseries qui vous font plaisir, en ayant faim pour mieux les apprécier, en les savourant pour vous faire un grand plaisir gustatif sans forcément une grande quantité.

18/12/2012

Stop à la diabolisation du sucre ! (et balade en terre sucrée au SugarNweb)

Dimanche dernier, écoutant en différé la dernière émission de Francois-Régis Gaudry "On va déguster" avec le "pape" de la cuisine minceur, Michel Guérard, comme invité principal, j'ai noté que ce dernier parlait (je l'avais déjà entendu sur ce sujet) d'un Paris-Brest "light". Quelle tristesse ! Je préfère que l'on s'offre de temps en temps un vrai bon Paris-Brest avec une crème non allégée que de se tourner vers des ersatz de pâtisseries... Et j'ai été attristée et agacée d'entendre le maître des lieux, sans doute pour se mettre au diapason de l'invité, parler de "ces deux démons que sont le gras et le sucre". Faut-il rappeler que ces deux éléments, notre corps en a besoin, notre tête et nos papilles s'en réjouissent, ils ne nuisent en rien à notre santé si on les consomme sans excès au sein d'une alimentation variée.

Pour ne pas être dans l'excès, en pâtisserie ou dans les desserts, on peut souvent réduire la quantité de sucre prévue dans une recette, en fonction de son goût, on peut se déshabituer de la saveur sucrée si on se rend compte qu'on en a besoin trop souvent ou en trop grande quantité, on peut varier les types d'ingrédients sucrants pour ne pas se limiter au sucre blanc raffiné. Mais cela ne veut pas dire oublier les plaisirs sucrés !

Ces plaisirs étaient justement célébrés de facon très sympathique mardi dernier lors de la première édition du SugarNweb, une déclinaison parisienne et sucrée du Salon du blog culinaire de Soissons, organisée par 750g et CookNweb à destination des blogueurs. Ce n'est pas un hasard si la Collective du Sucre parraine un tel événement, c'est justement pour tenter de redresser une image assez dégradée.

Cela se passait dans un lieu très sympa, genre bazar bohème, le Comptoir Général.

P1060651_bis.jpg

P1060652.JPG

Cela a été l'occasion de dégustations en aveugle organisées par Louise, l'exploratrice de saveurs sucrées, d'ateliers pâtisserie et desserts, de démos par les marques sponsors de l'événement. Notamment Bonne Maman qui mettait en avant et faisait reproduire les recettes aux bons ingrédients réellement utilisées pour réaliser ses produits, ce que ne pourraient certainement pas faire toutes les marques... Il y avait aussi des tests d'arômes avec la sympathique petite société d'épices Ethic Valley, des dégustations du Palais des Thés, ... Et, n'étant pas sectaires, les organisateurs avaient prévu un buffet déjeuner salé tout à fait correct !

P1060648_recap.jpg

Et surtout pour moi qui n'avais pu libérer que 2 heures à l'heure du déjeuner et une partie de la soirée, l'occasion était belle de revoir des personnes gourmandes que j'avais déjà croisé ou d'en rencontrer certaines que je ne connaissais que par internet interposé : Annika PanikaCamilleCarine, Chef Damien, DorianEva, JuliaLouise, Lucie et son acolyteMamina, Marie, Marion, Pascale, Rose, Virginie.

Philippe Conticini était le parrain de l'opération et, quand il est arrivé, il a vite eu une foule de foodigroupies autour de lui. J'ai quand même pu lui glisser un mot de mon enthousiasme sur le mélange sésame noir-praliné et lui m'a dit avoir été touché par le billet que je lui avais consacré, ce qui était vraiment gentil. Le soir, il y avait ateliers cupcakes et choux avec les adorables Dorian et Pascale (qui m'a presque réconciliée avec ces cupcakes tant honnis !) mais je me suis contentée de manger sans créer (paresseuse !) en ayant auparavant débuté par du salé avec la dégustation de 3 Fourmes d'Ambert de forces différentes.

P1060663.JPG

Bref, de chouettes moments, merci beaucoup aux organisateurs et merci aux sponsors car on repartait avec un sac cadeau pas du tout ridicule...

Si vous êtes "allergique" au sucré, sachez que le prochain rassemblement, ce sera un AperoNweb, prévu le samedi 1er juin 2013.

17/12/2012

Rencontre avec Eva, gourmande BCBT

P1060631.JPGRégulièrement, je donne la parole à des gourmandes BCBT (Bien dans leur Corps, Bien dans leur Tête), des femmes qui aiment manger mais ne sont ni dans l'excès sans limite, ni dans la restriction virant à l'obsession alimentaire.

Bizarrement (vous comprendrez en lisant), c'est à deux occasions sucrées que j'ai croisé Eva, souriante et enthousiaste. D'abord, lors d'un fameux goûter au Plaza Athénée où nous avions été invitées par Pascale et Stéphanie. Puis à la Pâtisserie des Rêves. Eva tient un blog consacré au vin, Oenos, et travaille dans la communication, souvent gastronomique. Au fil des discussions et des échanges virtuels, j'ai eu l'intuition qu'elle répondait à ce profil. Allez, rendez-vous fut pris pour une interview : je crois que j'avais vu juste...

Ta définition de la gourmandise
La gourmandise, c'est prendre du plaisir avec ce qu'on mange ou ce qu'on boit.

Ta gourmandise favorite
Le fromage ! Tous mais surtout les fromages très affinés, forts en goût : un Comté très vieux où l'on sent les cristaux de sel ou un chèvre très affiné et très sec, c'est vraiment à découvrir. Et, pour accompagner, si on choisit un vin du même coin, on a peu de chances de se tromper !

Ta dernière découverte gourmande ?
Etonnamment, le sucré. Je n'ai jamais aimé cela, je ne finissais jamais les desserts, sauf les tartes aux fruits de ma mère... Jusqu'à ce qu'une copine blogueuse me fasse découvrir Philippe Conticini. Son Paris-Brest, waouh, une révélation ! Tout le reste était trop sucré en fait alors que là, c'est parfaitement équilibré. Et maintenant, je commence aussi à decouvrir le chocolat. A suivre...

Le plat / l’aliment que tu ne parviens absolument pas à aimer ?
Les choux de Bruxelles, rien à faire, blocage total !

Tu pars sur une île déserte, l’aliment que tu emportes absolument ?
De l'eau ! Une patate (j'aurai un briquet !). Ou une banane, de quoi tenir..

Que consommes-tu sans modération ?
L'eau. Et les soupes en ce moment.

D’où vient ton tempérament gourmand ?
C'est vraiment de famille : tout le monde aime manger. Mes parents ont un jardin-potager et m'ont toujours fait tout goûter : je mangeais du Bleu à deux ans !

Ta gourmandise inavouable ?
De temps en temps des bonbons au boulot pour se détendre et si c'est des M&M's, j'ai du mal à arrêter !

La cuisine, c’est quoi pour toi ?
Faire la cuisine, c'est décider de se faire plaisir en mangeant, se poser, y penser, et aussi faire à manger pour l'autre, partager : un vrai moment de plaisir dans un monde plutôt maussade...

Dans tes placards (et ton frigo), il y a toujours… ?
Du fromage, des pâtes de toutes formes, de la sauce tomate, des lardons, de la crème (oh Eva, ne me dis pas que tu fais des carbonara à la française ?! Ou alors va faire un tour sur le blog de Floriana !)...

Ta madeleine de Proust, le goût que tu n’arrives pas à retrouver ?
Celui de la crème au praliné de ma mère, jamais retrouvé. Quoique... je pense que ce n'est pas étranger à mon goût pour le praliné de Conticini...

Ta recette super-express et super-bonne ?
Une recette improvisée récemment : des chaussons pomme-praliné : une pâte feuilletée coupée en quatre, dessus, de la compote de pommes sans sucre, des dés de pomme granny, du "praliné Conticini" (reste d'une autre recette), je referme, je mets au four, je sors les chaussons quand ils sont dorés : mangés tièdes, un régal !

L’effort que tu fais pour ta ligne ?
Ne pas boire tout le temps ! Manger sain le midi le plus souvent et ne pas faire trop d'excès le soir.

C’est quoi les régimes pour toi ?
C'est chiant ! (Pardon, je retranscris tel quel) !. J'en ai fait un seul il y a 2-3 ans : j'avais vraiment exagéré pendant les fêtes, pris quelques kilos : une copine m'a parlé du régime Dukan, je l'ai fait, j'ai tenu 10 jours et c'était vraiment horrible : pour moi, la nourriture n'avait jamais été un problème et tout à coup elle devenait une obsession, j'appréhendais le moment des repas, je n'avais pas envie de ce que je devais manger, j'étais de mauvaise humeur. J'ai perdu du poids anormalement vite puis j'en ai repris une partie. Plus jamais ! Il me suffit de moins sortir et de diminuer un peu le fromage et tout va bien.

Ta meilleure façon de bouger ?
Je n'ai jamais été sportive, j'aime faire du vélo mais seulement à la campagne, je marche pas mal, je songe à aller à la piscine...

Une astuce gourmande pour embellir le quotidien ?
Une petite part de fromage le soir : c'est mon carré de chocolat à moi !

Merci beaucoup Eva pour ce partage plus solide que liquide et pour ce deuxième point, on peut aller faire un tour sur son blog.

Pour découvrir d'autres gourmandes BCBT, c'est là : http://ariane.blogspirit.com/la-parole-aux-gourmandes/

Le vin et autres boissons alcoolisées sont à consommer avec modération !