Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/07/2012

Convivialité et plaisirs de la table, oui, kilos en plus, non !

L'année dernière à la même époque, j'avais écrit un billet qui me paraît toujours d'actualité : "En vacances, on grossit ou on maigrit ?". Pour certain(e)s, ni l'un ni l'autre et pour d'autres, tout dépend des circonstances...

Peut-être l'été sera-t-il pour nombre d'entre vous l'occasion de grandes tablées conviviales, d'apéritifs sans fin qui conduisent à des repas sans faim, de générosité alimentaire qui conduit à se resservir et à manger trop copieusement. Du coup, on craint que les vacances détente soient source de kilos supplémentaires et cela peut générer des inquiétudes chez les stressé(e)s du poids au lieu de se réjouir pleinement de ce moment vacant.

P1050795.JPG

Ainsi, certaines patientes qui ont commencé à changer leurs habitudes alimentaires, à se réconcilier au quotidien avec leurs sensations de faim et de rassasiement, éprouvent des difficultés dans les repas de famille (ou belle-famille) à respecter ces sensations tout en faisant honneur aux plats proposés.

Parfois, en effet, on mange un peu trop dans ces occasions car on est absorbé (e) par une conversation passionnante et on ne prête pas trop attention à ce qu'on mange ou à se demander si on a encore faim. Mais, souvent, on a tout à fait conscience qu'on est rassasié et on continue, on se ressert, on prend fromage et dessert et on est au bord d'exploser... Tout cela pour d'autres raisons. Par exemple parce qu'on n'ose pas dire non à la personne qui reçoit/cuisine. Parce qu'on a une réputation de bon(ne) mangeur(se) à tenir. Parce qu'on a peur de gaspiller en ne finissant pas le plat.

Quand on évoque ce  sujet, j'explique qu'il ne s'agit pas de se priver mais peut-être de commencer à changer ses habitudes dans ces contextes là-aussi. Il s'agit par exemple de privilégier ses aliments et ses plats préférés, d'en mettre d'autres de côté sans se sentir frustré(e), de s'affirmer et de savoir dire non en mentionnant qu'on a assez mangé (ne plus avoir faim, ce n'est pas être au régime !), à saluer la bonne cuisine autrement qu'en se resservant, à manger de tout avec modération même si d'autres font autrement...

P1050805_bis.jpg

Je peux ainsi prendre l'exemple de quatre jours passés au sein de la généreuse convivialité nîmoise de ma "belle" famille chez qui les plaisirs de la table sont festifs et très largement pourvus. Ainsi, lors de ce court séjour, il y eut beaucoup de richesses de la mer (des lisettes -petits maquereaux-, des merluchons frits, de l'espadon à la plancha, des moules, des huîtres, des tellines sautées, des coques (avec spaghetti) et aussi des pâtes aux cèpes parfumés, des pommes dans un moelleux gâteau ou une superbe tarte fine, un repas de brasserie, de la caponata parfumée, du vin blanc et un peu de pastis (consommés avec modération), des tomates gorgées de soleil, ...

Que de régals partagés dans la bonne humeur. Bien sûr il y aurait de quoi sortir de table largement plus que rassasiée. Mais je m'écoute, je me fais plaisir, je régule mes repas sans me priver. Avec même une incursion vers quelques spécialités locales sucrées : les caladons, biscuits nimois traditionnels inventés pour concurrencer les très anciens croquants de M. Villaret, les deux à base d'amandes et miel ou un "malakoff", chocolat dont certains ont la nostalgie mais pas grandiose pour un palais chocolato-exigeant...

vacances, prise de poids, détente, stress, convivialité, apéros, gourmandise, repas de vacances, repas de famille, nîmes, poisson, coquillages

Alors, expérience que je fais parfois dans ce type de circonstances pour vous montrer que c'est possible, je monte sur la balance avant et après. Résultat : quelques grammes de variation, autant dire rien !

PS : quand on était parisien ces jours-ci, on avait un peu l'impression d'arriver en terre étrangère en sortant du TGV à Nîmes dans une forte chaleur sous un grand ciel bleu... Quel plaisir de manger dehors, de buller en terrasse, de ne plus se poser la question parapluie ou imper, ... !

vacances, prise de poids, détente, stress, convivialité, apéros, gourmandise, repas de vacances, repas de famille, nîmes, poisson, coquillages

Ca, c'était la couleur du ciel là-bas et elle est enfin arrivée sur Paris !

26/06/2012

Première glace de la saison !

Courte escapade dans le Sud où la forte chaleur et le soleil créaient un cadre bien différent de la grisaille des jours récents à Paris.

Cela donna une bonne envie de glace : alors que certains les aiment toute l'année, c'est pour moi plutôt un aliment saisonnier. Alors, tandis que nous "bullions" à une terrasse, nous avons suivi la trace de tous les passants que l'on voyait déambuler un cornet à la main. On est tombé sur le glacier Chamo, sur le port de Toulon. Accueil sympathique et vaste proposition de contenants : il y en avait notamment un que j'aimerais trouver plus souvent à Paris, le "cornet baby" avec des boules de glace plus petites (enfin, des boules qui étaient juste normales dans mes années de jeunesse !), facturé 2,60 euros pour deux boules. Le choix est large, ce qui n'est pas forcément un gage de qualité, mais ici il semble que cela ne lui nuise pas. Je goûte une glace praliné qui séduit grandement mes papilles fort amatrices de ce parfum. Et un sorbet pêche de vigne agréable mais manquant un peu d'onctuosité.

glace,glacier,été,gourmandise,dessert,pas d'aliment interdit

Bref, c'était la première glace de la saison et peut-être y aura-t-il d'autres à Paris bientôt si le temps s'y prête. Mais je suis souvent rebutée par la taille et le prix, qui ne correspondent ni l'un ni l'autre à mes envies.

Bon, j'en entends certain(e)s se lamenter : "Mais les glaces, c'est hyper-calorique !". Bien sûr que cela peut représenter un certain apport calorique, comme tout aliment. Ce n'est pas une raison pour se les interdire ou acheter des glaces light sans goût. Si vous aimez les glaces, ne vous en privez pas mais c'est un mets nourrissant, alors savourez-les avec appétit :
- soit en cours de journée et cela devrait diminuer votre faim pour le dîner,
- soit à la fin du repas en ayant pensé à lui "garder une place".

Si vous êtes adepte des maxi-pots chez vous, prenez le temps de vous servir une quantité de glace adaptée à votre envie dans une jolie coupe, laissez-la atteindre la bonne température et savourez-la confortablement installé (e).

Bon, vivement l'été pour de vrai, non ?

22/06/2012

Lise, une dame confiture atypique et une gourmande BCBT !

De temps en temps, j'interviewe une gourmande BCBT "Bien dans son Corps Bien dans sa Tête", une expression que j'ai créée pour désigner des femmes qui aiment manger, se faire plaisir sans frustration et sans ressentir le besoin de sauter à pieds joints dans le dernier régime à la mode pour compenser.

En bonne Parisienne à l'affût des adresses gourmandes, j'ai découvert la Chambre aux Confitures peu après son ouverture, avec le chaleureux accueil de Lise Bienaimé. Une jeune femme bien différente du cliché de la mamie confiture aux chignon blanc et au tablier à carreaux (quoique, le tablier ;-)) ! En discutant un peu avec elle, j'ai eu le sentiment qu'elle avait assez le profil d'une gourmande BCBT et je lui ai donc proposé cet entretien au milieu des pots irrésistibles.

P1050658.JPGVotre définition de la gourmandise

La gourmandise, c'est un pur instant de bonheur où on est centré sur son propre plaisir sans culpabilité.

Votre gourmandise favorite

Une confiture évidemment ! C'est au petit déjeuner, un pot que je me réserve absolument d'une confiture que faisait ma maman : coing-citron-vanille. Grande satisfaction, on a réussi à la refaire pour la boutique (mais elle est déjà épuisée !).

Votre dernière découverte gourmande

Un fabuleux restaurant dans le 14e où on est allés pour une invitation : Cobéa, j'ai adoré l'ambiance, le pain au milieu de la table et on a mangé des couteaux hallucinants !

Le plat/l'aliment que vous ne parvenez absolument pas à aimer ?

Le fromage, il n'y a vraiment rien à faire, à part le gruyère ou le parmesan, alors que mes parents adorent ça !

Vous partez sur une ile déserte, l'aliment que vous emportez absolument ?

Une huile d'olive bien verte. Ou du pain.

Que consommez-vous sans modération ?

Le pain justement : je suis folle de pain, tous les pains, notamment le pain aux céréales, complet, tradition. Quand je vais à Brive, d'ou je suis originaire, je me régale avec la tourte correzienne.

D'ou vient votre tempérament gourmand ?

C'est totalement familial, transmis de génération en génération ! Pas une personne de la famille qui ne soit ultra-gourmande et on a chacun nos "spéciallités" : un frère fou de fruits, mon père de viande, ma mère de sucré-salé, ...

Votre gourmandise inavouable

Quand même, le Nutella... Et les Kinder !

La cuisine, c'est quoi pour vous ?

Elle ne doit surtout pas être une contrainte, c'est un moment de partage et de convivialité. Je prends le temps de cuisiner tous les jours, même simplement.

Dans vos placards ou votre frigo, il y a toujours ... ?

De l'huile d'olive, de la crème fraîche, des pâtes, un très bon thon, un super jambon cru, des champignons séché, ...

Votre madeleine de Proust, le goût que vous n'arrivez pas à retrouver ?

Il y avait cette confiture coing-citron-vanille dont j'ai retrouvé le goût (mais pas la texture, qui était très coulante, pas raisonnable à proposer ainsi à la vente !) Et mon repas d'anniversaire depuis toujours : canard à l'orange et tarte au citron meringuée : je le réclamais chaque année sans exception. Comme je suis née le 24 decembre, cela devenait le repas de Noël et cela a fini par lasser tout le monde !

Votre recette super express et super bonne ?

Des poivrons grillés (qu'on a préparés avant), de la mozzarella, de l'huile d'olive, de la ventréche de thon : un régal ! Ou une soupe de carotte-badiane-laurier, simplissime et délicieuse.

L'effort que vous faites pour votre ligne ?

Arrêter les paquets de gâteaux au goûter !

C'est quoi les régimes pour vous ?

Je suis plutôt anti-régime et je n'en ai jamais fait. Vouloir maigrir, c'est plutôt acquérir de bons réflexes dans sa façon de manger.

Votre meilleure façon de bouger ?

Travailler et me déplacer, à pied ou en vélo. Et monter mes quatre étages !

Une astuce gourmande pour embellir le quotidien ?

Faire un vrai petit déjeuner pain-beurre-confiture, en prenant soin de varier celles-ci pour renouveler les plaisirs. Et avoir toujours quelque chose de frais et cru au cours d'un repas.

 

Merci à Lise pour cette plongée dans ses bases gourmandes. Et si vous ne la connaissez pas encore, partez à la découverte de sa boutique remplie de délices qu'elle ou son acolyte se feront un plaisir de vous faire goûter. Ma dernière découverte étonnante : rhubarbe-banane-passion !

Les autres gourmandes BCBT, découvrez-les dans la rubrique "La parole aux gourmandes"

Et si vous, chère lectrice (de préférence parisienne ou proche), vous vous sentez l'âme d'une gourmande BCBT et l'envie d'être interviewée, contactez-moi !

07/06/2012

Revoilà la rhubarbe !

printemps, compote, faux crumble, dessert facile, gourmandise, fruits, rhubarbe et fraiseChaque année, c'est pareil ! Vers fin mai, je commence à saliver en voyant tous les billets fleurissant sur divers blogs à propos de rhubarbe. Et ce week-end, j'ai donc eu vraiment envie d'y goûter pour la première fois cette année.

Je sais comme elle s'accorde bien avec la douceur de la fraise. Un crumble, une tarte, ... ? Je me tourne vers une simple compote (en mettant les fraises vers la fin, pour qu'elles gardent un peu de consistance). Mais pas envie de servir juste une compote ! Justement la veille, par curiosité, j'ai acheté du fromage blanc de chèvre. Alors allons-y pour une jolie verrine, avec fromage de chèvre, compote fraise-rhubarbe et pour le croquant (texture que j'aime beaucoup), quelques brisures de galette bretonne sur le dessus comme un faux crumble facile. Vraiment un dessert de paresseuse mais absolument délicieux !

J'avais extrait un peu de jus rhubarbe-fraise pour que la compote ne soit pas trop liquide. Je l'ai intégré le lendemain matin à un smoothie pamplemousse-banane-orange qu'il a agréablement coloré et parfumé.

Et vous, comment l'avez-vous savourée cette année, la rhubarbe ?

Les desserts, c'est bon et, avant, on peut se préparer une assiette composée légère pour leur garder une place. Une occasion de participer au concours de la Plus Belle Assiette Composée bien sûr !

14/05/2012

Conseils alimentaires au nouveau Président

M.le Président,

Alors que vous allez entrer en fonction officiellement dans quelques heures, je me permets de vous proposer quelques conseils alimentaires adaptés au mode de vie qui vous attend, qui pourront préserver votre poids, maintenir la forme et la vitalité qui vous seront ô combien nécessaires et répondre à votre tempérament agréablement gourmand.

D'abord, je vous recommande de ne pas entrer dans une succession de variations de poids qui est néfaste pour la santé et qui, par les commentaires qu'elle pourrait occasionner, risquerait de détourner l'attention du fond de vos messages. Stabilisez votre juste poids et votre silhouette, ni trop mince, ni trop ronde, en mangeant de tout, sans trop de restriction ni une gourmandise excessive. Cela en mangeant à votre faim, en sortant de table autant que possible sans sensation d'avoir trop mangé. Ne faites pas de régimes, ceux-ci, on le sait bien, ne marchent pas dans la durée et ont des conséquences néfastes tant psychologiques que physiologiques. Ne craignez aucun aliment, c'est l'excès qui fait grossir, mais savourez-les avec une modération qui peut sans doute correspondre assez à votre tempérament.

Vous allez sûrement vivre des moments de stress important étant donné les enjeux qui vous attendent. Il est essentiel de vous préserver des moments de détente qui permettront une régulation naturelle.
Une alimentation variée, comprenant toutes les catégories d'aliments, est la clé d'une bonne forme. Vous aurez la grande chance pour y accéder de ne pas avoir à cuisiner le plus souvent, mais de bénéficier des services d'un cuisinier (ne vous privez surtout pas de ce luxe certes "anormal" mais tellement utile) ou de repas organisés pour vous. Cela vous épargne le stress que connaissent nombre de vos concitoyens de faire à manger au quotidien. Que ce luxe vous permette de manger des plats sains et plaisants, adaptés à vos goûts, mettant en valeur des produits de qualité et de saison, sans faire d'excès mais sans tomber non plus dans une triste restriction.

Vous connaîtrez bien sûr de très nombreux repas de travail ou protocolaires. Le contenu de l'assiette n'est pas l'essentiel de ces moments bien sûr mais elle mérite si possible quelques instants d'attention sensorielle, par égard pour ceux qui l'ont composée.

Votre emploi du temps chargé vous conduira probablement parfois à avoir recours aux sandwiches. Rien de mal à cela mais je vous recommande toutefois de prendre le plus souvent possible une vraie pause repas, dans la convivialité, qui vous apportera plaisir, détente et regain d'énergie.

Plus globalement, vous savez bien sûr que l'alimentation est un thème complexe et passionnant, au carrefour de l'agriculture, de l'économie, de la gastronomie, de la santé, de la culture, de la transmission, de l'éducation, ... Qu'il soit abordé avec tout le sérieux qu'il mérite, tout en en préservant le côté festif et gourmand.

Respectueusement

05/05/2012

Quand on aime les desserts, on pense à leur garder une place...

Lundi dernier, journée tranquille. Expo, balade, on se demande où déjeuner. On pense au Mansart, pas loin. Je me demande ce que je vais prendre. Le hamburger ? J'y ai déjà goûté et ce plat copieux et bon m'avait largement rassasiée. Il en aurait été de même cette fois et j'aurai encore raté une occasion de goûter un dessert, comme j'aime le faire parfois.

Du coup, j'ai préféré prendre une entrée pour me réserver une place : un demi-bagel aux sardines et petits légumes, tout à fait honnête dans son mélange de parfums et de textures.

P1050404.JPG

Ce qui m'a permis, comme je l'imaginais, d'avoir encore faim pour un dessert, en l'occurence un Paris-Brest. La pâte à choux me parait un peu sèche mais finalement cela contraste bien avec l'onctueuse crème à la noisette qui est vraiment délicieuse.

une place pour les desserts, gourmandise, sucré, paris-brest, pâtisserie, rassasiement, diététicienne gourmande, le mansart

Au global, un bon repas justement nourrisant, que d'aucuns jugeront peut-être peu équilibré : je leur rappelle que l'équilibre nutritionnel se fait sur la durée !

Et vous, si vous aimez les desserts, prévoyez-vous le reste du repas pour leur faire une place à leur mesure ?

Le Mansart, 1 rue Mansart, Paris 9ème, 9h-2h

03/04/2012

Connaissez-vous les chocolats Akesson's ?*

Pour les tablettes de chocolat, bien sûr, il y a les grandes marques qui squattent le linéaire des supermarchés. Puis, quand on devient un peu plus exigeant, Il y a le top des chercheurs de grands crus : Bonnat et Pralus. Il y a aussi celles de chocolatiers dont ce n'est pas le coeur d'activité mais qui proposent néanmoins un vaste choix : Patrick Roger, Jean-Paul Hevin, ...

Et il y a aussi depuis quelque temps les petites tablettes carrées d'Akesson's. J'avais d'abord, grâce à Sophie de l'épicerie Lion, voisine des Abbesses, humé et goûté leurs poivres chaudement parfumés. Puis j'ai découvert le chocolat.

Un récent vendredi en fin de journée, je me suis en effet rendue à une dégustation de chocolats Akesson's organisée par l'épicerie Lion, un de ses quelques distributeurs parisiens. Le créateur de ces produits était là pour nous faire découvrir ses différents délices et ce fut un moment rare. A la fois car il est plus souvent aux quatre coins de la planète cacao qu'à Paris et par sa disponibilité, sa franchise et sa passion qu'il était content de partager.

chocolat,akesson's,gourmandise,cacao,brésil,madagascar

Il nous a fait goûter avec une progression étudiée et tous les détails souhaitables cinq chocolats isssus de ses plantations, tous très différents, aux arômes bien marqués :
- un cru du Brésil, où il a réhabilité une plantation dans la région de Bahia : une douceur fondante et des parfums de tabac,
- un cru de Madagascar, aux délicieux arômes de fruits rouges,
- le chocolat du Brésil garni de café grossièrement moulu (avec une vieille machine) à l'arôme très présent : du café qu'il a fait pousser sur les arbres d'ombrage des cacaoyers.
- le chocolat de Madagascar avec :
. du poivre fleuri Voatsiperifery,
. puis du poivre noir puissant.
- et pour finir en douceur, un chocolat au lait, sucré au sucre de fleur de coco, aux arômes de caramel.

Toute cette richesse de parfums repose sur le seul chocolat et a fait encore une fois la démonstration que c'est un produit d'une merveilleuse diversité.

Nous étions peu nombreux et cela a créé plus de proximité pour l'écouter, découvrir des photos de ses plantations sur son téléphone, échanger sur le marché du chocolat où il est difficile aux "petits" de se faire une place.

Bien sûr, il s'agit de chocolats plus coûteux que les chocolats de grande distribution mais on peut en manger peu : comme je le dis souvent, il est intéressant de savourer avec attention pour avoir beaucoup de plaisir avec peu de quantité. Et ne vaut-il mieux pas de très bons produits moins souvent ?

Merci à l'épicerie Lion pour cette belle rencontre !

*A la manière de Food Intelligence

19/03/2012

Merveilles des mers et de la terre...

Il y a quelques jours, nous nous sommes offerts un fabuleux repas à dominante orangée, proposant un assortiment de quelques merveilles des mers :

P1050175.JPG

- des crevettes délicatement grillées,

- un peu de filets de bar et de daurade,

- une huitre à la japonaise,

- un faux sushi d'oursin.

Ces délices étaient accompagnés de quelques savoureuses bouchées plus terriennes : des petits oignons, de la salade cuite (une autre façon plaisante de manger de la salade) et des carottes râpées ; un bol de riz.

La diversité des mets était au rendez-vous et je la préfère largement à un plat mono-goût. Et pas la peine d'aller forcément au restaurant pour se régaler !

 

12/02/2012

Devinette gourmande !

Une petite devinette pour finir la semaine (ou la commencer) :

gourmandise,dessert,diététicienne gourmande,sucré,cuisine

Qu'est-ce que c'est ?! (rien à gagner sinon mon admiration pour votre sagacité gourmande...)

15/01/2012

Un goûter entre filles, c'est sympa et en plus, c'est au Plaza !

Si vous aimez la cuisine, vous connaissez probablement Pascale Weeks, l'auteur du fameux blog C'est moi qui l'ai fait ! et de livres de cuisine. Depuis un an, avec son acolyte aux papilles aiguisées, Stéphanie, elles visitent avec passion gourmande et talent de narratrices les goûters chics parisiens des palaces et salons de thé. Pour celui de janvier, elles ont eu l'adorable idée d'inviter quatre lectrices de leurs blogs à les accompagner. Grâce à un désistement, j'ai eu la chance de faire partie du voyage et c'est au Plaza Athénée, antre de Christophe Michalak côté sucré, que cela s'est passé ce samedi...

Le lieu est élégant et on est bien installées dans un coin tranquille et confortable. On prend chacune un thé, qui est servi, infusé, dans une grande théière en métal. C'est devant le chariot de pâtisseries que l'on choisit son gâteau. Petit moment de flottement : aussi étrange que cela puisse paraître, je n'ai pas de coup de coeur, il n'y en a pas un qui se dégage incontestablement. J'opte pour le mille-feuilles au sirop d'érable alors que ce n'est a priori pas un de mes gâteaux chouchou. On convient de toute façon de profiter de l'occasion pour se faire goûter les différents gâteaux.

P1040886_plaza2.jpg

Le mille-feuilles est très bon, la crème est légère et agréablement parfumée, avec une note de sirop d'érable bien dosée. L'idée de le présenter à la verticale est originale, je l'ai fait basculer sur le côté : on dit que c'est la bonne façon de le découper proprement, je confirme ! Les autres gâteaux que je goûte sont bons, notamment la religieuse au caramel au beurre salé, mais pas de regret sur mon choix.

P1040882_plaza1.jpg

On reste longtemps et c'est vraiment agréable de papoter de divers sujets, de cuisine et de nourriture bien sûr mais pas que ça !

Conclusion : j'ai vraiment adoré rencontrer Pascale, StéphanieEva, Rose et revoir (le hasard !) Camille. C'était le plus important, et davantage que de manger un bon gâteau, aussi gourmande sois-je... Merci mille fois Pascale et Stéphanie pour ce délicieux moment !