Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/04/2013

Je me souviens de Peau d'Ane... et je goûte son gâteau

Je me souviens que dès que j'ai appris à lire, j'ai dévoré les livres.
Je me souviens que j'ai beaucoup aimé les contes de fées.
Je me souviens que Charles Perrault et Andersen m'ont accompagnée.
Je me souviens que j'avais un livre-disque de la Petite Sirène que j'écoutais dans mon mange-disque.
Je me souviens que j'avais lu l'histoire de Peau d'Ane.
Je me souviens de mon ravissement quand j'ai vu le film.
Je me souviens que je l'ai souvent revu.
Je me souviens de la voix cristalline et de la blondeur de Catherine Deneuve.
Je me souviens que j'aimais beaucoup aussi les Demoiselles de Rochefort de Jacques Demy.
Je me souviens que j'adorais les comédies musicales.

Et il y a quelques semaines, la foodosphère a bruissé d'une info : Dalloyau avait recréé à sa façon le gâteau que concocte amoureusement Catherine Deneuve dans le film. Ils ont eu l'idée de passer de la fiction (en)chantée à un gâteau bien réel, cela en parallèle d'une exposition consacrée à Jacques Demy à la Cinémathèque. Le gâteau a été imaginé sous la houlette de Yann Brys, Directeur de la création de Dalloyau et meilleur ouvrier de France. Habituellement, je me tiens plutôt à l'écart de ce type d'opérations assez commerciales et je préfère souvent les gâteaux maison. Mais la description appétissante du gâteau, et ce clin d'oeil à mon enfance m'ont entraînée sur le site de Dalloyau il y a quelques jours. J'y ai pré-commandé un gâteau (bon, 22 euros, ce n'est pas donné !) à retirer en magasin (il était en vente à partir du 10 avril).

Ce fut chose faite dimanche matin et je suis rentrée en mon logis l'offrir à "mon prince" (et le partager avec lui !). C'est un cake moelleux assez dense avec de l'amande, un parfum de vanille et un glaçage aux pommes. Il est délicieux pour qui aime ce type de gâteau "sec", on l'a savouré en plusieurs fois. Pour faire encore mieux, j'aurais apprécié que le glaçage recouvre aussi les côtés afin qu'on en profite plus largement car il est très plaisant. Au global, reconnaissons que c'est un très bon cake mais pas non plus inoubliable, et c'est le contexte aussi qui rend l'expérience amusante !

jacques demy,peau d'ane,cinémathèque,exposition,catherine deneuve,dalloyau,gâteau,conte de fée

En prélude à sa dégustation, nous avons (re)vu la fameuse séquence où Catherine Deneuve pétrit un improbable gâteau (avez-vous déjà essayé de le faire ?). Je savais mon "prince" peu fervent de comédies musicales mais j'ai découvert qu'il n'avait jamais vu ce film même partiellement et là, il n'a franchement pas aimé ! Pas de quoi le détourner du cake toutefois ! Et il m'a offert la bague cachée dans le gâteau, qui sied parfaitement à mon doigt !

Fait amusant : Dalloyau et Peau d'Ane ont presque le même âge : l'auguste maison est née en 1682 alors que le conte a éclos sous la plume de Charles Perrault quelques années plus tard, en 1694. 

Et bien sûr, je vais aller voir l'expo ! En attendant, il y a un joli dossier sur le site de France Inter.

Et vous, vous connaissez/aimez Peau d'Ane ?

 

15/01/2012

Un goûter entre filles, c'est sympa et en plus, c'est au Plaza !

Si vous aimez la cuisine, vous connaissez probablement Pascale Weeks, l'auteur du fameux blog C'est moi qui l'ai fait ! et de livres de cuisine. Depuis un an, avec son acolyte aux papilles aiguisées, Stéphanie, elles visitent avec passion gourmande et talent de narratrices les goûters chics parisiens des palaces et salons de thé. Pour celui de janvier, elles ont eu l'adorable idée d'inviter quatre lectrices de leurs blogs à les accompagner. Grâce à un désistement, j'ai eu la chance de faire partie du voyage et c'est au Plaza Athénée, antre de Christophe Michalak côté sucré, que cela s'est passé ce samedi...

Le lieu est élégant et on est bien installées dans un coin tranquille et confortable. On prend chacune un thé, qui est servi, infusé, dans une grande théière en métal. C'est devant le chariot de pâtisseries que l'on choisit son gâteau. Petit moment de flottement : aussi étrange que cela puisse paraître, je n'ai pas de coup de coeur, il n'y en a pas un qui se dégage incontestablement. J'opte pour le mille-feuilles au sirop d'érable alors que ce n'est a priori pas un de mes gâteaux chouchou. On convient de toute façon de profiter de l'occasion pour se faire goûter les différents gâteaux.

P1040886_plaza2.jpg

Le mille-feuilles est très bon, la crème est légère et agréablement parfumée, avec une note de sirop d'érable bien dosée. L'idée de le présenter à la verticale est originale, je l'ai fait basculer sur le côté : on dit que c'est la bonne façon de le découper proprement, je confirme ! Les autres gâteaux que je goûte sont bons, notamment la religieuse au caramel au beurre salé, mais pas de regret sur mon choix.

P1040882_plaza1.jpg

On reste longtemps et c'est vraiment agréable de papoter de divers sujets, de cuisine et de nourriture bien sûr mais pas que ça !

Conclusion : j'ai vraiment adoré rencontrer Pascale, StéphanieEva, Rose et revoir (le hasard !) Camille. C'était le plus important, et davantage que de manger un bon gâteau, aussi gourmande sois-je... Merci mille fois Pascale et Stéphanie pour ce délicieux moment !

22/02/2010

Matefaim aux pommes : plaisir gourmand du 21 février

21fev 013.jpgDimanche soir, un début de dîner léger pour garder un peu d'appétit pour le dessert. Une découverte, un dessert que je ne connaissais pas, le matefaim aux pommes. C'est une recette d'origine lyonnaise ou savoyarde, donnée par mon amie Raphaëlle comme une de ses recettes préférées. C'est tout simple et vraiment délicieux, une sorte de grosse crêpe qu'on fait cuire tranquillement, un peu caramélisée, avec des pommes qui deviennent fondantes. Et cela porte bien son nom, après, on n'a plus faim !

Pour la recette de Raphaëlle (je pense qu'elle accepte de la partager), il faut :

2 petites pommes, 2 grosses cuillères de farine, 2 oeufs, du lait, du sucre (pas trop car les pommes sont bien sucrées), un peu de beurre (cela permet de faire 4 petites parts ou 2 pour de bons mangeurs).

On délaye la farine avec un peu de lait et le sucre dans un saladier, on incorpore les oeufs l'un après l'autre, puis on ajoute du lait jusqu'à avoir une consistance lisse, pas trop liquide. On pèle les pommes et on les coupe en tranches.

Puis on fait chauffer une grande poële beurrée (je ne suis pas coutumière de la cuisson au beurre mais cela aurait été différent avec de l'huile), on y verse la moitié de la pâte. Hors du feu, on dispose dessus les tranches de pomme, on saupoudre de sucre, on verse desssus la 2eme moitié de la pâte, on couvre, on fait cuire très très doucement 30 minutes. On beurre le dessus du matefaim, on le retourne délicatement et il cuit encore 10 minutes. A déguster bien chaud !

NB : afin de vous encourager à prendre plaisir à manger le plus souvent possible, je vous donne chaque jour un plaisir gourmand personnel. N'hésitez pas à poster un commentaire si vous voulez une recette détaillée, une adresse,... ou faire une suggestion gourmande.

 

 

28/01/2010

Les meilleurs Paris-Brest parisiens !

J'étais ravie de découvrir hier un classement que le Figaroscope a consacré aux meilleurs Paris-Brest parisiens. Comme j'aime tout ce qui est au praliné, j'adore ce gâteau, même si j'en mange en fait assez rarement car, comme l'ont constaté les testeurs, assez peu de pâtisseries en proposent. Je n'ai pas été étonnée par le gagnant : il s'agit du Paris-Brest de la Pâtisserie des rêves de Philippe Conticini : je l'ai goûté et il est effectivement un pur délice, une "tuerie" comme on dit aujourd'hui ! J'ai déjà évoqué cette pâtisserie lors de son ouverture.

Si on aime le sucré, il faut bien sûr de temps en temps se faire plaisir avec un gâteau mais pour en profiter au maximum, il est souhaitable :

- de réfléchir à quel gâteau vous aimez vraiment : ne vous laissez pas influencer par les modes, le "buzz" mais fiez-vous à votre propre goût,

- d'aller dans un endroit (pâtisserie, salon de thé, restaurant) où vous savez que c'est vraiment bon : il vaut mieux la qualité que la quantité,

- de choisir un moment où vous avez bien faim pour profiter au maximum de ses saveurs : ainsi, prendre un gâteau en dessert au restaurant après un plat consistant est rarement une bonne idée car on n'en profite finalement pas au mieux.

Alors, bonnes expériences gourmandes !

27/01/2010

Gateau au chocolat pour chocolatomaniaques

jul2008 041.jpgA la demande de nombreuses personnes qui l'ont goûté avec délectation, voici, après la recette de la mousse au chocolat pour chocolatomaniaques, celle du gâteau au chocolat pour les mêmes gourmands. Soucieuse de trouver une recette qui ne soit pas trop riche en beurre et en sucre, surtout pour préserver le goût dominant du chocolat, je suis tombée sur la recette adéquate, dans le livre "Gourmande et mince" paru il y a quelques années aux éditions Hachette et qui contient quelques recettes fort sympathiques même si on n'est pas obsédé(e) de minceur ! J'étais étonnée à la lecture de la recette de voir qu'il n'y avait pas de farine mais le résultat est tout à fait concluant. C'est un gâteau léger et fort en goût, donc il n'y a pas de raison d'en manger des quantités trop importantes.

Les ingrédients : 3 jaunes d'oeuf et 7 blancs, 240 g de bon chocolat noir, 40 g de beurre, 5 cuillères à soupe de sucre (proportions pour un moule de 24 cm de diamètre).

- On fait fondre le chocolat et le beurre au bain-marie.

- On monte les blancs en neige en y ajoutant 4 cuillères de sucre à la fin.

- On bat les jaunes avec la 5eme cuillère de sucre.

- On mélange délicatement les jaunes et les blancs puis avec le chocolat.

- Dans un moule et 35 minutes environ au four thermostat 6.

Régalez-vous !

 

 

13/09/2009

Michalak ou Conticini, tout est permis !

Du 21 au 29 septembre, pour célébrer St Michel, le saint patron des pâtissiers, 5 300 artisans pâtissiers dans toute la France vont proposer la Reine Capucine, un entremets créé par Christophe Michalak, le Chef Pâtissier du Plaza Athénée. Chaque pâtissier reçoit le moule et la recette pour réaliser lui-même le gâteau. La Reine Capucine mêle des arômes de noix de coco, de noisette et de cassis autour d'un biscuit moelleux.

reine capucine.jpgN'appelons pas cela un dessert car justement, manger une pâtisserie en dessert n'est bien souvent pas la meilleure idée ! En effet, on apprécie beaucoup plus une pâtisserie (comme tout aliment) quand on a faim et que les papilles et les récepteurs olfactifs sont disponibles pour de nouvelles saveurs. Or, à la fin d'un repas, c'est rarement le cas.

Donc, si vous voulez goûter cet entremets ou tout autre pâtisserie qui vous tente, prévoyez de les manger au goûter, en ayant fait un déjeuner léger qui vous permettra d'avoir faim en cours d'après-midi, ou à la fin du repas à condition d'avoir gardé une part de votre appétit suffisante pour ce dessert. Si vous faites cela, vous aurez un maximum de plaisir gustatif et vous n'aurez pas dépassé votre besoin calorique. Ou pourquoi pas avant le repas, comme le préconise le chocolatier Patrick Roger (voir ma note à ce sujet).

Les artisans pâtissiers comptent profiter de cette opération pour valoriser la pâtisserie artisanale, le savoir-faire des artisans qui utilisent de bons produits et sans doute donner envie de consommer des gâteaux, catégorie d'aliment parfois évitée par une partie de la population, notamment féminine. Or, sauf si vous n'aimez sincèrement pas les gâteaux, il n'y a aucune raison de vous priver de ce plaisir de temps en temps car cette privation entraînera de la frustration qui vous fera craquer tôt ou tard, et sans doute sur des quantités plus importantes.patisserie_des_reves_2.jpg

Je ne suis pas sûre d'avoir envie de goûter cet entremets, je trouve qu'on est assez souvent déçus par ces gâteaux modernes à la texture mousseuse.  Je préfère largement les pâtisseries traditionnelles, tartes, éclairs, etc. A ce sujet, comme beaucoup de monde, vu l'énome buzz suscité en quelques jours, j'ai bien envie d'aller plutôt à la Pâtisserie des Rêves que vient d'ouvrir Philippe Conticini à Paris : il a réinterprété le Paris-Brest, la tarte Tatin, les éclairs, le mille-feuille, etc., et ça n'a pas l'air triste !

Et ne croyez pas que manger de temps en temps un bon gâteau vous donnera le gabarit généreux de Philippe Conticini. Les artisans pâtissiers insistent sur l'importance de privilégier la qualité plutôt que la quantité : quand vous mangez un gâteau, choisi chez un bon pâtissier, faites une vraie pause, savourez-le tranquillement et consciemment, et vous verrez que vous n'aurez pas besoin qu'il soit copieux pour être agréablement rassasié(e).

Et au fait, quel est votre gâteau préféré ?