Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/01/2012

Food italie : Italie et nourriture, tout pour me plaire !

Parmi mes cadeaux de Noël, l'un m'a tout à fait réjoui car il combine deux de mes amours : l'Italie et la bonne nourriture. Il s'agit d'un gros et beau livre, "Food italie", édité par Géo. Arpentant souvent les rayons des livres de cuisine et d'alimentation, je n'en avais pourtant pas entendu parler, ce fut donc une belle surprise.

P1040820.JPG

Ce merveilleux pays n'est pas avare de bons produits du Nord au Sud et c'est la bonne idée de ce livre d'en répertorier 150 selon leur région d'origine et de les raconter en mots et en images, avec quelques recettes aussi. Certains que je connais bien, d'autres à découvrir. De quoi se faire plaisir en le lisant et en imaginant des prolongements gourmands dans la réalité de cette belle péninsule.

P1040822.JPG

Et vous, vous avez eu des livres gourmands ou voyageurs pour Noël ?

01/01/2012

Très belle année 2012 !

Je vous souhaite une très belle année 2012,

à savourer avec délice mois après mois, semaine après semaine,

jour après jour, heure après heure, minute après minute...

carte_voeux_2012.jpg

30/12/2011

L'art de réveillonner...

Je vous ai fait part il y a quelque temps de dix principes de base pour "bien manger". Je les ai relus à la lumière de cette circonstance festive. A lire si vous avez prévu de réveillonner autour d'un bon dîner :

réveillon,fêtes,31 décembre,art de manger,dix conseils pour bien manger,gourmandise,repas de fête

1. Manger quand on a faim : quand on connait à peu près l'heure où l'on va se mettre à table, on peu adapter son déjeuner (l'heure et le contenu) pour avoir faim au bon moment (et pas trop faim sinon on se rue sur l'apéro...) ;

2. S'arrêter de manger quand on n'a plus faim : c'est sûrement difficile dans ces circonstances mais on peut de temps en temps faire le point sur son appétit pour sortir de table pas trop mal...

3. Déguster les aliments avec les cinq sens : la conversation sera passionnante, elle n'empêche toutefois pas de regarder, humer, savourer les mets ;

4. Manger lentement en mastiquant les aliments : le dîner sera long pour attendre les douze coups de minuit, raison de plus pour ne pas se presser...

5. Se détendre avant de manger : qu'est-ce qui vous en empêcherait ? (à condition que vous ayez choisi des convives agréables ;-)) ;

6. Manger sans autre activité : sauf parler, échanger, bien sûr !

7. Ne pas s'interdire d'aliment : l'important, c'est de vous faire plaisir. Ce n'est pas le moment de compter les calories !

8. Développer sa curiosité pour de nouvelles saveurs : vous pouvez aussi en profiter pour goûter ce que vous ne connaissez pas, peut-être y a-t-il des mets étonnants ;

9. Ecouter ses envies : pour ne pas trop manger, il peut être intéressant de donner à la priorité à ce dont on a vraiment envie et laisser de côté ce qui nous indiffère ou qu'on remangera facilement ;

10. Présenter joliment les aliments : si c'est vous qui recevez, c'est la moindre des choses !

Très belle fin d'année gourmande !

Si vous voulez relire la liste originale, c'est ici.

20/12/2011

Repas de fête sans excès : je l'ai fait !

Ce dimanche, c'était repas festif en famille pour cause d'anniversaires multiples et de Noël anticipé. L'occasion de mettre en pratique ce que je vous répète : pas question de rester dans la théorie, je m'applique bien sûr à moi-même mes préceptes ! s'écouter, se faire plaisir, savourer, réguler, ... Récit.

Le repas commença comme c'est souvent le cas par un apéritif avec petits fours salés. Envie d'en déguster quelques-uns car je les sais bons (plus tentants que des cacahuètes) mais sans se laisser influencer par le plat qui passe et repasse : je sais que la suite est copieuse.

Mais les hôtes ont été raisonnables et ont conçu un repas où la liberté règne en maître, prenez-en de la graine si vous êtes maître de cérémonie !

Nous commençons par du foie gras de canard et du saumon fumé, de grands classiques, accompagnés de pains divers. Chacun se sert et se ressert comme il l'entend, nulle obligation de finir le plat. Alors, se servir une petite part de chacun, goûter, apprécier, savourer, ne pas manger trop de pain, ne pas forcément y revenir ou très légèrement (en revanche, emporter une tranche de saumon fumé en pensant qu'il fera bonne figure dans le sandwich du lendemain !).

P1040727_noel2011.jpg

Ensuite, les hôtes ayant considéré que cette entrée riche peut aussi faire office de plat, ce qui ne me gêne aucunement, on passe directement aux légumes : assortiment délicieux d'haricots verts, pommes dauphine et girolles. Chacun se sert et se régale. 

Un superbe plateau de fromages avec une grande variété est servi ensuite. Le choix est difficile tellement il y en a de différents. Prendre son temps, réfléchir à ses envies, ne pas se laisser impressionner, du fromage, on en mange régulièrement, en choisir deux ou trois et prendre de tout petits morceaux, avec un peu de pain. Là encore, la liberté est de mise et le plateau de fromages repartira encore bien garni.

Car il convient, si on aime le sucré, comme cela est mon cas, de garder une petite place pour le dessert. D'autant que je sais qu'il s'agit d'un bon gâteau...

Quelques fruits de saison pour ceux qui en ont envie, avant une petite pause et la conclusion donc : un superbe Opéra au glaçage lisse et brillant, de la pâtisserie Grandin, fondée en 1822, et que je connais depuis quasiment ma naissance ! Chacun peut avoir une part selon son envie. Même les enfants présents savent se réguler et n'ont pas les yeux plus gros que le ventre ! L'appétit diminue, une petite part me suffira, elle est tout à fait délicieuse avec ses parfums de café et de chocolat et je la savoure avec lenteur.

Côté boissons, j'ai bu un peu de champagne en apéritif et de vin blanc à table mais aussi beaucoup d'eau, présentée dans de jolies bouteilles (eh oui, le marketing des fêtes avait frappé !). Car il y avait bien sûr deux verres pour faciliter l'alternance.

P1040726.JPG

Voilà un bon repas, copieux mais sans excès. Il est clair que je n'ai plus faim, que j'ai mangé davantage que d'habitude, mais je ne ressens pas de lourdeur. Pas besoin d'anticiper, dans quelques heures, je ferai le point de ce que mon estomac réclame au dîner. Et, à aucun moment, on ne m'a obligée à manger plus que mon envie, c'est donc à moi qu'il revenait de décider. Je vous souhaite de pouvoir faire de même !

18/12/2011

Bientôt les fêtes, le plaisir n'est pas l'ennemi de la ligne !

L'année dernière, j'avais animé un atelier Spécial Fêtes. Je n'ai pas réédité cela cette année mais je crois que les circonstances sont souvent assez similaires d'une année sur l'autre, n'est-ce pas ?!

J'en ai donc repris quelques éléments, assortis de réflexions complémentaires :

Avant un repas de fête :

- si on est responsable du menu, ne pas programmer un menu avec une quantité de plats astronomique qui laissera des restes pendant une bonne semaine ; penser bon plutôt que trop ; prévoir des petites portions des plats (ou la liberté de se servir) pour que chacun (e) puisse goûter tout ce dont il (elle) a envie ;

- si on est invité (e), manger plutôt léger mais normalement pour ne pas arriver affamé (e) et ne pas se jeter sur l'apéro et se couper ainsi la faim ;

- quand on connait bien la partie invitante (souvent, c'est la famille...), se renseigner si possible sur le repas pour repérer ses mets favoris et ainsi garder "de la place" pour les apprécier (surtout quand on aime les desserts !). Eh oui, on n'est pas absolument obligé (e) de manger de tout ! Ainsi plusieurs patientes avouent ne pas aimer le foie gras, les huitres ou la bûche. Ne nous forçons pas !

fêtes, noel, repas de fête, réveillon, gourmandise, prendre des kilos pendant les fêtes

Une jolie table, cela compte aussi bien sûr

Pendant le repas :

 - prendre (ou se faire servir) des petites quantités, notamment du plat principal, et ne se resservir que si c’est vraiment délicieux,

- zapper les mets habituels qu’on reverra très probablement, le fromage par exemple (sauf rareté), ou les chocolats qui pourront sûrement attendre quelques jours,

- ne pas se laisser complètement happer par l'ambiance conviviale, manger avec attention, savourer  les aliments pour les apprécier dès les premières bouchées et ne pas avoir à se resservir forcément ;

- savoir dire non agréablement (quand on propose un deuxième service), en complimentant sur le plat avec des mots choisis exprimant ce qu'on a ressenti,

- faire le point de temps en temps sur ses sensations et ne pas se sentir obligé (e) de manger autant que les autres si l'on n'en a pas envie,

- ne pas se focaliser sur des aliments coûteux si on ne les aime pas, on a le droit ! Préférer ce dont on a vraiment envie, et ce n'est pas ça qui empêchera de profiter du plaisir de la fête !

- manger selon ses vraies envies et non de pseudo-injonctions diététiques : ainsi, certaines personnes préfèrent manger une douzaine d'huitres plutôt qu'une petite tranche de foie gras sous prétexte que ce serait plus léger et non par goût... Privilégier le plaisir ! 

fêtes, noel, repas de fête, réveillon, gourmandise, prendre des kilos pendant les fêtes

L'année dernière, un délicieux carpaccio de St Jacques. Et cette année ? Mystère !

Après le repas :

- faire confiance à son corps qui sait réguler ses apports : après un repas très copieux, attendre si possible le retour de la faim. Ne pas se focaliser sur le respect d'un nombre de repas obligé (on peut peut-être zapper le petit déj post-réveillon, non ?!). Et, après des agapes à répétition, très naturellement, sans se forcer, on aura sûrement assez vite envie de légèreté, d'une soupe, ...

- ne pas se précipiter sur les boites de chocolat qui sont souvent largement exposées, elles pourront attendre quelques jours et on les appréciera d'autant plus.

Si on se fait ainsi plaisir en savourant et en écoutant son corps, pas de risque d'accumuler des kilos en plus. Toutefois, je recommande volontiers aux accros de la chose de ne pas se précipiter sur la balance le lendemain d'un repas de fête, c'est plus sage, non ?

17/12/2011

De la vie virtuelle à la vie réelle entre gourmands...

Certains se plaignent du développement d'internet, des réseaux sociaux, arguant que cela nuit aux rapports humains. Il convient bien sûr de ne pas en abuser mais je me réjouis de leur existence car elle me permet une multitude de contacts, découvertes, partages avec des personnes qui ont des centres d'intérêt communs. Et quand on semble avoir des affinités à distance, on finit par se rencontrer dans la vraie vie, c'est quand même plus sympa ! Les derniers jours furent particulièrement riches en rencontres virtuello-réelles...

Ainsi dimanche dernier, Deborah, qui a créé il y a quelques mois le blog Sweet Paris pour nous alimenter en adresses gourmandes, m'avait invitée à l'Atelier Renault. Nous nous suivions mutuellement par blogs interposés et j'aime bien la signature du sien, qui traduit son goût pour le sucré : "La vie est incertaine...commencez par le dessert". J'ai aussi fait la connaissance d'une autre sympathique bloggueuse, Fanny, qui fourmille de conseils parisiens qu'elle livre sur son blog Paris Pêle Mêle. L'Atelier Renault, car il s'agissait de découvrir le "Goooté", une pâtisserie chocolatée conçue pour faire écho aux décorations circulaires de l'avenue pendant la période des fêtes. J'avais fait un déjeuner léger en prévision de ce goûter et j'ai bien apprécié ce gâteau de taille raisonnable, composé d'une mousse au chocolat onctueuse, d'un biscuit moelleux à la noisette et de cercles de chocolat imitant les illuminations. Très agréable à savourer en contemplant le jour qui tombe sur la "plus belle avenue du monde", accompagné d'un thé.

P1040704_gooote.jpg

Cela m'a donné assez envie de revenir déjeuner ou boire un verre à cet Atelier Renault si je suis dans les parages car les propositions plaisantes ne fourmillent pas sur les Champs et le cadre est spacieux. Je dois avouer que le lieu a bien changé par rapport à mes souvenirs d'adolescente (euh, c'était il y a assez longtemps...). J'aimais alors y venir après une séance de ciné pour manger un énorme dessert glacé (un "Chocolate rock" surtout, qui renfermait de la glace vanille et autres, un gâteau au chocolat, de la chantilly, ...). Autre époque, autres envies !

Mardi, j'ai eu le plaisir de revoir autour d'un café Anne-Sophie, psychologue et diététicienne, qui s'abrite sous le délicieux pseudo LaFeeDiet et publie, sans promesse de magie, des billets nutritionnels pleins de malice et de sagesse sur son blog.

Mercredi, c'est Stéphane, le créateur de Recettes.de, le site des "recettes des passionnés de cuisine" qui avait initié un "Aperomiam", une rencontre entre bloggueurs culinaires (ce que je ne suis pas...). Cela se passait au Berimbar, une endroit atypique, où l'on peut venir boire un verre en apportant sa nourriture. Il y avait la très nippophile Agnès et ses appétissantes Interprétations Culinaires, Amélie qui vient de démarrer un blog culinaire teinté d'Asie, joliment nommé OhMyNem, Nadji, que j'ai croisée trop rapidement, et dont j'aime qu'elle dise sur son blog SaveursetGourmandises : "Cuisiner est un facteur d’équilibre, un vrai moment de détente, de plaisir toujours renouvelé, jamais épuisé".

Enfin, jeudi, j'ai savouré une assiette végétarienne aux parfums marocains Chez Les Filles (un salon de thé du 6eme où je n'avais pas remis les pieds depuis de longues années) avec Sophie alias Gourmetise, avec qui j'ai toujours plaisir à papoter de bons produits gourmets et gourmands.

fêtes,illuminations,champs-élysées,atelier renault,gooote,goûter,bloggueurs culinaires,gourmandise

Et vous prenez-vous le temps de nouer des contacts dans le monde virtuel ou le monde réel selon vos domaines de prédilection professionnels ou personnels ?

Atelier Renault, 63 avenue des Champs-Elysées, Paris 8ème

Berimbar, 131 rue Oberkampf, Paris 11ème

16/12/2011

Rencontre avec Annabel, gourmande BCBT*

Vous allez peut-être déjà lu certains de mes entretiens avec des gourmandes BCBT : des femmes Bien dans leur Corps Bien dans leur Tête qui aiment manger sans se priver et qui habitent leur corps sans complexe. En voilà encore une charmante, Annabel.

P1040646.JPGAnnabel est une jeune femme pétillante que j'ai rencontrée par hasard au pot d'une société spécialisée dans l'innovation, Tilt Ideas. Son domaine, c'est les tendances, détecter les "signaux faibles" dans notre mode de vie qui annoncent des changements à venir. Elle a sévi dans la pub et depuis quelque temps travaille en indépendante et publie des réflexions sur son site www.protendances.com. Nous avons sympathisé ce soir-là en parlant alimentation (cela vous étonne ?!) et j'ai eu l'impression qu'elle collait bien à l'idée de "gourmande BCBT". Du coup, je l'ai revue pour cette interview et autres papotages. Je me suis permis quelques commentaires a posteriori en italique...

Ta définition de la gourmandise
Se faire plaisir comme une forme de bonus : c'est du plaisir et pas un besoin. Et je ne me considère pas comme gourmande, je n'aime que le salé (alors, tout est question de mots, en fait elle aime manger, ce n'est pas ça la gourmandise ?!)

Ta gourmandise favorite
Les chips ! Cela regroupe tout ce que j'aime : du croustillant, du léger, du salé ! Et le contraire du cremeux, du sucré, du lourd !

Ta dernière découverte gourmande
Une glace café capuccino très subtile et complètement atypique au restaurant (ah, mais ça, c'est plutôt sucré et onctueux Annabel non ?!)

Le plat / l’aliment que  tu ne parviens absolument pas à aimer
Le chou-fleur, rien à faire !

Tu pars sur une île déserte, l’aliment que tu emportes absolument
Du pain, j'adore et c'est tout ce dont j'ai besoin

Que consommes-tu sans modération ?
L'eau

D’où vient ton tempérament gourmand ?
C'est de famille, on aime les bonnes et belles choses

Ta gourmandise inavouable ?
Je n'ai rien à cacher !

La cuisine, c’est quoi pour toi ?
C'est un assemblage d'ingrédients pour donner des plats bons et beaux. J'aime trouver des idées pour assembler des aliments de façon à ce qu'on ait au final le meilleur goût possible.

Dans tes placards (et ton frigo), il y a toujours… ?
Du beurre, des cornichons, de la salade, des pommes de terre, des oignons frais, divers légumes, du lait, de la crème, des yaourts, du tarama, du jambon, des oeufs, ... (Waouh, voilà une personne prévoyante !)

Ta madeleine de Proust, le goût que tu n’arrives pas à retrouver
Un gâteau au chocolat que faisait une dame qui me gardait enfant : il était à la fois bien chocolaté et pas lourd, ni trop fort ni trop sucré. Impossible à reproduire !

Ta recette super-express et super-bonne
Ma salade verte avec sa vinaigrette immuable : une cuillère de vinaigre, deux cuillères d'huile d'olive, du sel, du poivre, des petits oignons frais hachés (c'est pour cela que j'en ai toujours chez moi).

L’effort que tu fais pour ta ligne ?
Aucun ! Je ne suis pas parfaite mais j'ai fini par l'accepter ! Je ne me prive de rien mais je ne mange pas excessivement non plus.

C’est quoi les régimes pour toi ?
Trop de privation. Pour maigrir, il faut s'affranchir du terme régime et se concentrer sur ses habitudes alimentaires (promis, je ne lui ai pas soufflé !)

Ta meilleure façon de bouger ?
La marche, le plus souvent possible.

Une astuce gourmande pour embellir le quotidien
Un thé et un carré de chocolat, une pause délicieuse. En ce moment c'est le thé Anastasia* de Kusmi Tea (oh, de la pub !)

Merci beaucoup Annabel pour ce sympathique échange mené tambour battant ! 

*pour info , c'est un mélange de thés noirs de Chine et de Ceylan aromatisés à la bergamote, au citron et à la fleur d'oranger

Si vous voulez lire les autres interviews de gourmandes BCBT, rendez-vous à la rubrique "La parole aux gourmandes"

15/12/2011

Connaissez-vous le goût de Noël ?

Vous êtes-vous déjà demandé si Noël avait un goût, un parfum ?

Pour moi, je crois que ce serait celui des épices, de l'orange, des clémentines, du pain d'épices, et, bien sûr, du thé de Noël. Ce serait aussi le parfum d'un pot-pourri rapporté des Etats-Unis que j'ai gardé longtemps, avec de chaudes senteurs de cannelle et d'agrumes.

Cannelle, orange, vanille, ce sont les parfums du thé "Esprit de Noël" de Mariage Frères, que j'aime depuis longtemps et savoure au chaud chaque hiver. J'en ai goûté beaucoup d'autres car chaque fabricant de thé a sa recette, sans qu'il soit égalé pour moi (c'est très subjectif bien sûr) . Mais, depuis l'année dernière, il a quand même un rival, le thé de Noël de la maison de thé Cannon, qui a un peu les mêmes ingrédients, est plus épicé (cardamome, clou de girofle), contient des pétales de bleuet, des petites boules qui le font briller, ... noël, thé, confiture, Mariage frères, Cannon, chambre aux confitures, gourmandise, fêtes, hiver, épices

Et puis cette année, une autre gourmandise est venue donner une présence à ce goût, c'est la confiture de Noël de la délicieuse Chambre aux confitures (dont je vous reparlerai) : elle contient des figues, noix, noisette, orange confite, fruits secs, épices ... Et l'avantage, comme avec tous les délices de cette petite boutique, c'est que l'on peut goûter avant de se décider !

Et vous, comment décririez -vous le goût de Noël ?

03/12/2011

Noël avant l'heure (ou On n'est jamais si bien servie que par soi-même !)

Sans attendre le moment des cadeaux et ayant envie de me faire plaisir avec quelques gourmandises livresques repérées deci delà, j'ai passé en quelques clics une commande sur Amazon. Et 3-4 jours plus tard, le colis était sur mon paillasson (les colis ont droit à quelques livraisons fantaisistes par chez moi). Je l'ai ouvert en me réjouissant d'avance des régals de lecture à venir. Et cela peut éventuellement, modestement, vous donner quelques idées de cadeaux pour des ami(e)s gourmands, gourmets, gastronomes, cuisiniers, ... au milieu de la jungle des rayons livres de cuisine des librairies.

P1040658.JPG

Un autre plaisir que je ne manquerai pas de m'offrir bientôt toutefois, c'est d'aller faire un tour à la Librairie Gourmande pour d'autres découvertes bien choisies.

Dans ce colis, il y avait :

- Umami, de Laurent Seminel, qui est parti à la découverte de cette "cinquième saveur" chère aux Japonais (qui vient s'ajouter aux quatre habituelles, salé, sucré, acide, amer, que nous connaissons bien) et donne explications, conseils, recettes, ... : pour un gourmet curieux et exigeant ;

- Une initiation à la cuisine des champignons, de Philippe Emmanuelli, célèbre bruxellois passionné : un légume que j'adore et que jai donc envie de mieux connaître, même si la diversité présentée dans le livre risque de créer un peu de frustration chez le marchand de légumes... : pour un fin gastronome amoureux des bons produits ;

- Nature, Mers & océans, d'Alain Ducasse et Paule Neyrat, dans la lignée de leur "Nature" que j'aime beaucoup, achat encouragé aussi par la chaude recommandation de la food-addict Esterelle : pour un(e) cuisinier(e) soucieux de manger sain et respectueux de l'environnement ;

- Le petit épeautre, d'Esterelle Payani justement, de quoi me donner de nouvelles idées pour cuisiner cette petite graine savoureuse ; dans une sympathique petite collection des éditions La Plage, "Toqués de Bio", dont quelques ouvrages rassemblés pourraient réjouir un(e) bio-phile ou flexitarien (ne) revendiqué(e).

Question quand même : quand vais-je trouver le temps de lire/expérimenter tout ça ?!

09/11/2011

Connaissez-vous la retox ?

Vous connaissez sûrement la detox. Toutes ces cures, ces régimes, cette purification... dont on nous abreuve régulièrement au printemps, après les fêtes, avant ou pendant les vacances... En oubliant sans doute que notre corps, si on lui donne une alimentation saine et variée, est tout à fait compétent pour se "détoxifier" tout seul. Ainsi, pour ma part, je ne ressens pas le besoin de me lancer dans des cures detox car je fais confiance à mon corps et à ses organes.

Mais la retox ? Eh oui, ce terme commence à apparaître deci delà*, pas encore très souvent. Je l'ai par exemple entendu à la radio il y a quelques semaines. Cela pour qualifier une tendance de ras-le-bol de l'hygiénisme exagéré, de la terreur des diktats alimentaires et santé, qui veut se faire plaisir, redonner une place de choix à la gourmandise.

A priori, je devrais adhérer à cette tendance pro-gourmandise et anti-privation.

Fotolia_©viperagp.jpg

Oui s'il s'agit bien de gourmandise, de manger de tout avec plaisir et même volupté, sans culpabilité, de ne pas se priver, de ne pas s'interdire les frites ou le chocolat, de protester contre la présence envahissante et moralisante de l'alimentation santé.

Mais s'il s'agit de s'empiffrer excessivement, d'enchainer non stop tartiflette et gaufre à la chantilly, fast food et barres chocolatées, de ne se nourrir que de nourriture hyper-riche, industrielle, de "junkfood" sans la savourer, alors, non, je ne suis pas du côté de la retox !!!

Donc à suivre pour voir si le mouvement retox prend son envol et avec quel contenu.

*ce que j'ai glané au fil du web sur le sujet :

Madame Figaro

Elleadore 

Potinsdecuisine

Visuel © viperagp - Fotolia.com