Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/02/2017

Une agriculture vertueuse et productive n'est pas une utopie !

J'avais commencé ce billet il y a bien longtemps (un an en fait...) et le brouillon était tombé aux oubliettes mais le sujet est toujours ô combien d'actualité. Il m'est revenu à la mémoire à l'occasion d'un échange sur les Bourguignon. Du coup, je suis tombée sur cette video d'une intervention très claire de Claude Bourguignon, "soigneur de terre". Regardez-la si vous voulez comprendre/réviser quelques bases de la vie des sols.

Peut-être certains d'entre vous croient que l'agriculture bio est "un truc de bobos" et que ce n'est pas comme ça qu'on va nourrir les milliards d'humains peuplant la planète? Car vous pensez que bio ou vertueux veut dire non productif. Soyez curieux de réviser peut-être votre jugement.

"Soigneurs de terre", c'est ainsi qu'était intitulé un documentaire qui était consacré il y a un an à Lydia et Claude Bourguignon, spécialistes mondialement reconnus des sols. Pour sa femme et lui, "moins on travaille la terre, plus elle est fertile", message difficilement accepté par de nombreux agriculteurs.

20170204_191847 (1).jpg

Quelques phrases que j'avais notées :

"On ne nourrit pas la planète, on engraisse le système...au détriment de la vie",

"Cette terre, on lui donne de l'amour, elle nous rend des plantes",

"On gagne beaucoup d'argent à tuer la terre",

"Quand on aura compris que les agriculteurs sont là pour nourrir les gens et pas pour engraisser le système, on aura fait un grand pas"

Dans ce documentaire, on voit aussi Roland Feuillas, le paysan-meunier-boulanger et Bernard Ronot, au sujet duquel j'avais vu une video qui m'avait marquée par son honnêteté et sa clarté, ou une autre plus longue. 

On pourrait aussi parler permaculture (brièvement évoquée dans le documentaire) Fermes d'avenir, agro-écologie, lire le beau livre de Camille Labro, etc.

Bien sûr, le sujet est vaste et complexe, ce n'est qu'un tout petit aperçu. Mais il est difficile d'être indifférent au type d'agriculture qui nous entoure si l'on s'intéresse à ce qu'on mange...

10/02/2017

Et la souplesse ? bordel !*

La souplesse, ce mot que j'emploie tous les jours dans mon travail et que j'ai pourtant, comme je l'ai déjà évoqué, oublié dans mon abécédaire à la lettre S, pourquoi est-elle si importante ? 

Je vois de nombreuses personnes enfermées dans un fonctionnement rigide, strict, discipliné, perfectionniste, qui se mettent une forte pression. Entre autres sur leur alimentation et leur silhouette. Or, comme tout le monde, elles peuvent rencontrer des difficultés, ne pas réussir à tous les coups, ou pas de la façon souhaitée. Et plus on se fixe des objectifs inatteignables, plus cela risque d'arriver... Si on est une personne à tendance rigide, on a tendance à vouloir que les choses se déroulent exactement comme prévu. Alors, si ce n'est pas le cas, patatras, désespoir !

Les personnes rigides ont tendance à voir les choses en noir et blanc, sans beaucoup de place à la nuance. Dans le contexte de l'alimentation, cela entraîne des comportements extrêmes, du style "tout ou rien". Exemple : je me mets au régime avec détermination, je le suis strictement puis je craque sur des gâteaux que je m'interdisais. Puisque j'ai failli, je suis nulle, autant manger tout le paquet ! Et je recommencerai le régime demain. Une expression souvent utilisée par les personnes qui viennent me voir pour illustrer ce comportement, c'est "foutu pour foutu, autant continuer !" Puis vient la culpabilité, l'auto-critique... 

Quand j'accompagne les personnes à retrouver l'écoute de leurs sensations de faim et de rassasiement, ce qui est souvent une nouvelle façon de manger pour elles après des années de régime, j'insiste souvent sur le fait que cela ne doit pas devenir une autre façon de manger rigide, avec de la culpabilité dès qu'on mange trop. Evidemment qu'il arrive de trop manger et le corps sait réguler cela en retardant le retour de la faim. Et on essaie peu à peu de comprendre pourquoi on mange trop, les raisons émotionnelles, familiales, alimentaires par exemple.

La rigidité peut aussi conduire à rater des occasions, comme cette patiente qui m'avait un jour raconté avoir refusé un déjeuner dehors a priori sympathique avec ses collègues parce qu'elle avait apporté son déjeuner et ne pouvait envisager de changer ses plans...

La souplesse justement, cela ne veut pas dire tout improviser ou s'affranchir des règles, mais cela veut dire accepter une part d'incertitude, une part de changement, accepter que chaque journée est différente et nécessite une part d'adaptation, accepter que la réalité et le fonctionnement humain sont complexes et rarement résumables à oui/non, blanc/noir. Il y a beaucoup de nuances de gris !

La souplesse, c'est refuser de s'enfermer dans le cadre d'un régime, c'est ne pas viser l'équilibre parfait dans son alimentation car la perfection n'existe pas en ce domaine comme je l'avais écrit...

La souplesse, c'est aussi ne pas se dire qu'on fait trois séances de sport par semaine ou rien, qui conduit à tout arrêter au premier ralentissement de son entraînement. C'est s'autoriser à varier la fréquence selon les semaines, la disponibilité, la fatigue, ...

La souplesse, ce pourrait être aussi peut-être d'accepter de manger occasionnellement un peu de poisson ou de viande même si on se dit végétarien, de l’œuf ou du fromage si on est végétalien, car les circonstances le demandent, que cela fait plaisir à un proche, que c'est parfois tellement plus simple.... Cela ne veut pas dire renier des choix ou des convictions, mais les vivre avec un peu de souplesse. C'est ne pas s'enfermer dans une case au cadre inamovible.

La souplesse mentale, c'est comme la souplesse corporelle : on a peut-être quelques facilités ou pas au départ. On a fait ses gammes dès l'enfance ou pas. Quoi qu'il en soit, on peut à tout âge s'entraîner, la cultiver, la développer peu à peu, jour après jour. Comme on se met au stretching, à la gym ou au yoga, on peut assouplir son esprit. Les psychologues parlent parfois de flexibilité mais je trouve le mot souplesse plus joli, davantage en harmonie avec ce qu'il signifie.

Fotolia_109627624_XS.jpg

Mais alors, comment assouplir son fonctionnement ? Je crois qu'on peut avancer petit à petit.

- D'abord, repérer qu'on est dans un fonctionnement binaire, rigide, tout ou rien, fermé aux solutions intermédiaires.

- Identifier une circonstance où on se met dans un fonctionnement rigide pénalisant, observer son discours intérieur et voir si on peut faire autrement. Exemple : quand on se rend compte qu'on se dit "au point où j'en suis, je termine le paquet", essayer de se dire "eh bien non, je peux arrêter de manger à tout moment, j'ai cette possibilité". La souplesse, ce n'est pas manger zéro biscuit ou tout le paquet, c'est décider librement de la quantité qu'on souhaite manger, quelle que soit la raison.

- S'autoriser à faire des erreurs, à essayer des chemins nouveaux, à sortir d'habitudes bien ancrées, à assouplir les règles qu'on se fixe soi-même. Je vous donne un exemple personnel : j'avais pour habitude d'aller certains jours à la piscine à l'ouverture à 7 heures du matin pour être dans les premiers arrivés et avoir le plus de temps possible de relative tranquillité dans ma ligne de nage. Du coup, il pouvait m'arriver de carrément renoncer à y aller car m'étant réveillée en retard, je ne pourrais y être que 15-20 minutes plus tard. Je me suis dit un jour que c'était stupide, que ne pas nager me manquait, et j'ai alors accepté d'y aller un peu plus tard et de nager tant que l'affluence le permet. Bref, je m'adapte.

Et vous, cultivez-vous la souplesse ?
 

NB : ce billet est tout à fait imparfait mais plutôt qu'attendre indéfiniment de le publier, je me donne la souplesse de le modifier plus tard si besoin...

*Désolée pour ce titre un brin grossier, ceux qui ont des souvenirs cinématographiques un peu anciens verront l'allusion...

Visuel fotolia.com / olha_oleskova 

06/02/2017

Manger sans aller au supermarché, c'est possible ?

Il y a quelques mois, une journaliste du Figaro, Mathilde Golla, annonçait sur twitter le défi qu'elle s'était lancé : un mois sans supermarché. Pour toute sa consommation. Cela lui a permis de découvrir de nouveaux circuits d'approvisionnement, elle a appris à faire ses propres cosmétiques, a cuisiné davantage et différemment. Et, à son étonnement, dépensé moins d'argent ! Comme elle avait lancé un appel à témoigner sur twitter, j'ai échangé un peu avec elle. Pour ma part, je n'ai pas été vraiment surprise de ses conclusions. En effet, comme je l'avais expliqué lors d'une conférence où je suis intervenue au printemps, les consommateurs doivent arbitrer entre trois critères : le temps, la qualité, le prix. On ne peut pas gagner sur tous les tableaux ! Le supermarché permet ainsi de gagner du temps mais quid des autres aspects ? Acheter en direct ou en circuits courts, par exemple, prend davantage de temps, au moins au départ, pour trouver les bons fournisseurs, mais ce n'est pas forcément plus cher. La journaliste en a dit quelques mots sur France Inter.

Cela m'avait aussi fait prendre du recul pour analyser ma propre consommation alimentaire. J'ai constaté que depuis quelques années, et encore davantage depuis mon déménagement en 2015, je fréquente de moins en moins le supermarché, sauf rare dépannage. Et jamais les hypermarchés, car je n'ai pas de voiture. Ce que j'y achète, outre quelques produits d'hygiène/entretien :

- des bouteilles d'eau minérale pétillante (Monsieur en est grand consommateur et m'a en partie convertie),

- parfois quelques ingrédients : crème (si c'est urgent et la fromagerie est fermée), lait de coco (ou en magasin bio), "fleur de maïs".

Et finalement pas grand chose d'autre...

Mais alors, où est-ce que je fais mes achats ? Majoritairement dans des petits commerces, si possible avec peu d'intermédiaires.

- le pain, en quantité dans de bonnes boulangeries (et je le congèle tranché),

- la crèmerie, les fromages, lait, beurre, laitages dans diverses fromageries, et depuis quelques semaines plus particulièrement dans l'une d'elles, sympathique, qui a ouvert tout près de chez moi, Frescolet. J'y trouve notamment du lait cru une fois par semaine pour, de façon pas encore régulière, refaire des yaourts maison.

manger sans aller au supermarché, circuits courts, ne plus aller au supermarché, grande distribution, épiceries de quartier, épiceries de qualité, petit commerce

- les produits italiens, les pâtes, les noisettes du Piémont, certains fruits et légumes selon les arrivages de saison.... chez la fantastique épicerie RAP,

manger sans aller au supermarché, circuits courts, ne plus aller au supermarché, grande distribution, épiceries de quartier, épiceries de qualité, petit commerce 

- des céréales, légumineuses, graines, farines, sucres, fruits secs, souvent dans des magasins bio (mais pour l'instant, aucun ne m'emballe vraiment) ou des épiceries de qualité. 

- les fruits et légumes, dans divers lieux, si possible avec peu d'intermédiaires, sans qu'aucune solution ne soit parfaite sur tous les critères (proximité, prix, choix, origine et mode de culture). Ce peut être par exemple Au Bout du Champ, Berrie, Causses pour la proximité mais pas toujours une totale satisfaction côté goût et "sourcing". Chanceux les habitants du 11eme qui ont l'embarras du choix entre diverses épiceries travaillant en direct avec les producteurs. Il y a ainsi le Zingam si je vais par là-bas (et où j'ai trouvé de la farine de blé bio "sourcée") et aussi La maison Pos, la Petite Cagette, Saveurs et Vous, les Poireaux de Marguerite... Il m'est arrivé aussi de commander via Le Comptoir Local (livraison à domicile) mais cela implique des quantités trop importantes d'un coup si on veut minorer le coût de livraison. Il y a aussi les AMAP, les "Ruches", les paniers, les marchés bien sûr (avec vigilance pour trouver les vrais maraîchers...), ... Je suis tentée de réessayer la livraison de paniers bio, mais je voudrais garder de la souplesse de choix et de moment.

manger sans aller au supermarché, circuits courts, ne plus aller au supermarché, grande distribution, épiceries de quartier, épiceries de qualité, petit commerce

Bref, je cherche des bons produits, des artisans et des circuits courts (rarement du direct producteur à Paris...) en restant dans des prix corrects, et en cherchant si possible à défendre par mes achats des gens qui travaillent honnêtement dans le respect des producteurs...

La situation est sans doute différente à Paris et en régions. A Paris, il y a sans doute davantage d'offre, en revanche, en régions, il est peut-être plus facile, en se renseignant, de se rapprocher de groupements de producteurs....

Bine sûr, manger sans aller au supermarché, cela passe pour moi par le fait de cuisiner. Il existe bien sûr des traiteurs qui font des plats du jour, des épiceries qui proposent des soupes maison...mais ce n'est pas mon choix.

Et vous, quelles est votre fréquentation des supermarchés ? Quels sont vos circuits favoris ?

NB : je ne veux par ce billet ni être donneuse de leçons ni vous culpabiliser si vous fréquentez beaucoup les supermarchés : c'est mon expérience personnelle avec la réalité de Paris, à chacun de prendre s'il le souhaite du recul sur ses habitudes et voir s'il a envie ou pas de les changer, dans la limite du possible en termes d'offre, pour se mettre en cohérence avec ses convictions

 

 

23/12/2016

Bonnes fêtes sereines et gourmandes !

En cette période que je vous souhaite festive si vous en avez envie, quelques mots dans la lignée de l'abécédaire qui a occupé une bonne partie de mon année :

Que les AGAPES soient à votre goût 

Evidemment, pas de BALANCE le lendemain des repas de fête !

Oubliez la CULPABILITE, elle ne sert à rien !

DETENDEZ-vous même si les repas de famille vous pèsent

Ecoutez vos ENVIES !

Attendez d'avoir à nouveau FAIM si vous avez trop mangé.

Prêtez attention au GOUT des aliments dès les premières bouchées

Appréciez les plaisirs de l'HIVER

Buvez des INFUSIONS ou des thés à votre goût

Préparez de JOLIES tables

joyeux noel,bonnes fêtes, table de fête, excès à table

N'ayez pas peur de prendre un KILO et quelque, il repartira vite

Faites des LOUANGES aux personnes qui reçoivent et ont cuisiné avec talent

Appréciez une MARCHE tonifiante

Passez un joyeux NOEL !

Ne vous sentez pas OBLIGE(E) de manger ce que vous n'aimez pas

Faites-vous PLAISIR !

Pensez QUALITE plutôt que quantité

REPOSEZ-vous

SAVOUREZ des mets délicieux avec attention

Essayez de sortir de TABLE sans inconfort déplaisant

Bonnes VACANCES si vous en prenez !

 

Et pour information, pour bien commencer l'année, sachez que je serai lundi 2 janvier de 15h à 16h sur RTL dans l'émission de Flavie Flament, On est fait pour s'entendre.

 

Visuel © izumikobayashi - Fotolia.com

 

09/12/2016

Les émotions, un univers complexe et essentiel

Les émotions que l'on ressent, c'est un sujet que j'évoque très fréquemment avec mes patients car elles ont souvent un lien avec la nourriture, qu'il s'agisse de se réconforter, de se faire plaisir, de s'apaiser voire de fuir quelque chose de ressenti trop pénible. "Le poids des émotions" étaient le thème du congrès aux XIVemes rencontres du GROS (Groupe de Réflexion sur l'Obésité et le Surpoids, association dont je fais partie depuis mes débuts de diététicienne) le jeudi 24 novembre. Je ne vais pas rendre compte de la totalité mais évoquer quelques interventions particulièrement intéressantes et complémentaires.

congrès du gros,rencontres du gros,obésité et surpoids,comportement alimentaire,émotions,thérapie des émotions

En introduction, Gérard Apfeldorfer s'est réjoui que les émotions reviennent sur le devant de la scène après des siècles où on a essayé de nous convaincre que nous devrions être des êtres de pure rationalité... Et heureusement ! Car les émotions sont un moyen de nous adapter aux événements et à notre environnement et d'assurer entre autres notre survie ! Et notre bien-être. Elles nous aident à comprendre ce dont nous avons besoin, à nous motiver, à avoir des relations avec autrui...

congrès du gros,rencontres du gros,obésité et surpoids,comportement alimentaire,émotions,thérapie des émotionsLe professeur et psychothérapeute belge Pierre Philippot, spécialisé dans la thérapie des émotions, a rappelé ainsi que les émotions avaient d'abord une fonction, celle de réguler nos interactions avec notre environnement. Elles sont toutes utiles, il n'y a donc pas lieu d'opposer "bonne" et "mauvaise" émotion. Mais les problèmes commencent quand le processus d'expression d'une émotion dérape, qu'on veut la fuir, la refouler, l'étouffer ou qu'elle soit en décalage avec la situation.

Cette habitude qu'ont certaines personnes de réprimer ainsi leurs émotions peut trouver son origine dans l'enfance, selon l'éducation émotionnelle qu'on a reçue. La psychologue Jeanne Siaud-Facchin, a fait une intervention passionnante sur 'l'enfance des émotions", la place des émotions dans l'enfance. Les émotions étant un régulateur et un moyen d'exprimer nos besoins profonds, il est impératif de prendre en compte sans discuter les émotions de l'enfant, qu'il ressent de façon brute et instantanée et de ne surtout pas faire comme si c'était "pas grave", "sans raison" et au contraire de nommer l'émotion qu'il ressent, de lui donner un sens. J'ai trouvé très intéressant qu'elle affirme que, finalement, il y a une seule question à poser à un enfant dans ce cas-là est "De quoi as-tu besoin ?" 

Elle a montré l'importance de l'attachement qui se crée avec une figure de "mère" (pas forcément la mère biologique) qui sécurise les débuts de la vie. Une relation aimante, soutenante, empathique permet de développer d'une bonne régulation émotionnelle. Cela m'a évoqué le contre-exemple absolu, dans un livre qui m'a beaucoup marquée et passionnée ces derniers mois, Laetitia, d'Ivan Jablonka : Laetitia et sa sœur jumelle ont totalement manqué justement de cette sécurité affective et en ont eu des séquelles durables.

Il n'y a cependant pas de fatalité à avoir un mode d'expression émotionnel perturbé. Jeanne Siaud-Facchin a expliqué qu'on peut à tout âge développer ses compétences émotionnelles et déclencher les hormones de l'attachement et de la sécurité (la fameuse ocytocine). Il n'est jamais trop tard pour apprendre à repérer, nommer, accueillir, exprimer son vécu émotionnel.

J'ai beaucoup apprécié que Pierre Philippot tempère la mode omniprésente de la pleine conscience en parlant d'une souhaitable flexibilité : l'important est d'élargir son répertoire émotionnel et de ne pas fonctionner toujours sur le même mode. Au lieu d'être toujours dans l'évitement émotionnel (qui finit par nuire au respect de ses émotions et peut conduire à des compensations alimentaires) ou d'être toujours dans l'introspection de son ressenti (qui demande un effort certain), on peut avoir la souplesse (ah, la souplesse, un mot que j'emploie à longueur de temps mais que j'ai mystérieusement oublié dans mon livre !) de jongler avec différentes possibilités : on peut parfois se confronter à ses émotions ou en parler à un proche mais on a aussi le droit de se changer les idées et se distraire avec une série, un magazine, ... Et bien sûr aussi, se réconforter avec le nourriture en ne culpabilisant de le faire de temps en temps avec un aliment qu'on aime.

Bienvenue au royaume des émotions, ne les craignez pas !

Image © claudykant Fotolia.com

 

 

26/11/2016

Chacun son tour en cuisine : quelques instantanés gourmands

Monsieur et moi nous répartissons la préparation des repas, avec en général une plus grande fréquence de son côté car il est davantage disponible. Je mesure la chance que nous avons de nous partager ainsi la cuisine car beaucoup tombent dans la lassitude quand il faut préparer le repas chaque jour sans relais du conjoint. On choisit souvent des plats simples, végétariens de mon côté.

Quelques exemples :

De mon côté, ces derniers temps, j'ai laissé faire l'inspiration du moment en fonction de ce que j'avais à disposition. Cela a donné par exemple :

- Une salade épinards-champignons crus et cuits-noisettes-parmesan tout à fait délicieuse.

20161111_195018.jpg

- Dans la même veine improvisée, une salade brocolis-pommes de terre-fenouil-"haricots de mer" très plaisante.

20161113_195523.jpg

- Une soupe courge de Nice-patate douce tout à fait savoureuse, additionnée d'une pointe de crème fraiche

20161121_195140.jpg

Du côté de Monsieur, aussi des salades, en donnant moins dans l'improvisation :

- une excellente Caesar salad d'un grand classicisme avec de très bons ingrédients

20161123_195914.jpg

- Comme une réminiscence des années 80, une salade au crottin de chèvre chaud, entouré de crudités !

cuisine maison,fait maison,salades d'hiver,soupe,chacun son tour en cuisine

- Une délicieuse assiette composée italienne où ne manquent que les tomates pour se sentir encore en été

cuisine maison,fait maison,salades d'hiver,soupe,chacun son tour en cuisine

Je me rends compte qu'on mange encore souvent des salades, qu'on n'est pas obligés de manger chaud en cette saison, où ne sévissent pas encore les grands froids.

Et vous, qu'avez-vous préparé de bon récemment ?

 

10/11/2016

Ma trombine à la télé pour parler gourmandise et aussi des rencontres en vrai !

Ce mardi, j'étais invitée de l'émission Les Matins de Paris, animée par Paul Wermus, sur France 3. Ce furent des échanges très sympathiques et j'ai eu un peu le temps, malgré le rythme rapide des questions, de placer quelques idées importantes. Le replay est là (émission du 8 novembre). Ne tardez pas trop !

Wermus.jpg

C'est bien la télé mais si vous avez envie d'échanger en vrai, il y aura deux occasions à Paris prochainement :

- un super petit déjeuner revivifiant Batterie Nouvelle organisé par Christie Vanbremeersch au Wepler place Clichy : c'est mardi prochain 15 novembre de 8h45 à 10h30. Inscriptions ici. IL ne s'agira pas tant de parler du livre que d'un thème qui concerne beaucoup de monde "Ah si j'avais autant de temps que d'idées !"

- une après-midi toute en gourmandise chez Chocolatitudes à l'occasion du dixième anniversaire de cette fabuleuse boutique ouverte par Laurence Alemanno, autour du chocolat, dimanche 20 novembre de 15h00 à 19h00, dans le 14eme.

Alors, vous viendrez ?

28/10/2016

Encore moi ! Sur Europe 1 cette fois...

Eh oui, peut-être ai-je ici des fans inconditionnels qui traquent mes moindres déclarations ! Pour eux, et désolée pour les autres, voici le replay de mon interview sur Europe 1 dans l'émission Questions de Santé mercredi dernier (je parle à partir de la 13eme minute). Ce fut bref et dynamique.... 

la gourmandise ne fait pas grossir, diététicienne à la radio, europe 1, questions de santé, faire la paix avec l'aliemntation, idées reçues, halte aux régimes

Bon week-end serein et gourmand !

20/10/2016

A table avec Maman Chef, un livre pour embellir le quotidien en famille

Je connaissais un peu Laura Annaert alias Maman Chef par ses livres, dont un que j'aime beaucoup qui vise à déstresser les parents, Libérons l'assiette de nos enfants, ses interventions dans la presse ou sur les réseaux sociaux. C'est une passionnée de l'accompagnement des enfants et familles vers la diversité gourmande et le fait maison.

J'ai entendu parler de son nouveau livre, A Table ! (recettes faciles et très bonnes pour toute la famille) il y a quelques semaines et je l'ai vu annoncer une dédicace dans le 18eme arrondissement de Paris, pas très loin pour moi. Je me suis trompée d'horaire mais elle était déjà là et on a fait connaissance brièvement. J'ai l'impression qu'on est largement en phase sur le "bien manger". Je suis repartie avec le livre et me suis plongée dedans.

http://www.mamanchef.fr/a-table-monlivre/
C'est un livre copieux, aéré, pratique, utile, plaisant, facilitant pour les parents, avec beaucoup de conseils concrets et de recettes variées. Il y a par exemple des pages autour de quelques aliments de base comme l’œuf ou la carotte ; des recettes en fonction du temps dont on dispose (ce qui correspond à ce que je suggère à mes patients : distinguer les recettes rapides du soir et celles plus longues qu'on peut préparer à l'avance) ; des pistes pour changer ses habitudes en douceur et que le quotidien soit plus plaisant ; des informations pour adapter selon l'âge des enfants, etc.

20161018_150520.jpg

20161018_150452.jpg

Beaucoup de recettes sont appétissantes et d'ailleurs tentantes même si l'on n'a pas d'enfants ! Je ne me suis pas encore lancée mais suis attirée par exemple par des beignets de fenouil au Comté ou des boulettes de lentilles et pois chiches !

20161016_174021.jpg

20161016_174047.jpg

Cela vous dit, si vous avez des enfants ?

A Table, de Laura Annaert, éditions Solar, 24,90 euros

19/10/2016

Fourche & Fourchette, bel hommage aux travailleurs terriens !

Camille Labro est une journaliste gastronomico-culinaire que j'aime beaucoup lire, que ce soit sur son blog "Le ventre libre" ou dans M le magazine du Monde. Je l'avais déjà croisée brièvement et je l'ai revue plus longuement quand j'ai eu la chance qu'elle m'interviewe pour ce magazine. Elle m'avait alors parlé de son livre en cours de finalisation, Fourche & Fourchette, entrepris dans la continuité de la Cuisine des Marins, comme une sorte de parallèle terrien. Avec une approche encore plus centrée sur les hommes et femmes en prise avec la nature terrestre. Le livre vient tout juste de sortir, textes de Camille Labro, photos de Juliette Ranck.

20161015_173022.jpg

La journaliste et la photographe sont parties à la rencontre d'agriculteurs, maraîchers, fromagers, paysans-boulangers... de toutes régions, tous âges, de parcours variés, néo-ruraux ou de descendance paysanne, qui ont décidé d'avoir une approche de leur travail exigeante, respectueuse de la nature et en harmonie avec elle. Des personnes qui travaillent beaucoup, se donnent du mal, y trouvent du plaisir aussi, apprécient le résultat qui ne dégrade pas la nature, respecte les animaux et permet de nourrir des hommes. On trouve chez eux un mélange de réalisme indispensable à qui est confronté quotidiennement à la nature et sa rudesse et de convictions solides et de certains idéaux. Chaque portrait est un plaisir (un peu trop court) de lecture, chaque page révèle des photos restituant l'ambiance et le style de chacun chez lui. Et le livre est judicieusement ponctué de phrases fortes des personnes rencontrées. Exemple :

20161015_173240.jpg

20161015_173035.jpg

Fourche & Fourchette est un livre que je situe dans la même famille que le film Demain (d'ailleurs, son réalisateur Cyril Dion signe la préface) : un livre positif, optimiste, qui montre que le pire n'est pas tout à fait sûr en termes d'alimentation, que des solutions à petite échelle mais largement multipliables existent... Que beaucoup œuvrent à leur niveau, avec courage et détermination, pour un monde nourricier et respectueux de la nature à la fois.

Avec chaque portrait, viennent s'ajouter une ou deux recettes appétissantes, la plupart assez simples, livrées par les protagonistes. Plusieurs me tentent. J'ai commencé par une recette de saison, forcément, une tarte au cresson, pour changer de la soupe du même légume dont je suis coutumière. Avec du cresson local de Méréville.

20161015_173130.jpg

fourche et fourchette,camille labro,juliette ranck,agriculteurs,respect de la nature

fourche et fourchette,camille labro,juliette ranck,agriculteurs,respect de la nature

Résultat tout à fait délicieux, en attendant de préparer par exemple la soupe de lentilles ou les galettes de pois chiches.

Fourche et Fourchette, éditions Tana, 29,95 euros