Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/04/2011

Légumes tout verts de printemps

Souvent, le dimanche soir, je fais une soupe. Mais cette fois, j'ai eu envie de légumes sous une autre forme, pour fêter le début du printemps. Je repère une recette qui correspond tout à fait à mon envie dans "Le Bonheur de cuisiner", livre de Perla Servan-Schreiber dont je vous ai déjà largement parlé. Elle a appellé cela "brouillade de printemps", j'imaginais donc des oeufs mais pas du tout. Il s'agit d'une poëlée de légumes variés : petits oignons blancs, petits artichauts poivrade, asperges vertes, petits pois fraichement écossés (au lieu des fèves de la recette), fenouil émincé, jus de citron.

P1030339.JPG

Du retour du marché....

P1030343.JPG

... à l'assiette

Cela demande un peu d'attention car les légumes ont des temps de cuisson différents et on ne les met donc pas tous ensemble mais cela n'est vraiment pas compliqué. Et le résultat était vraiment délicieux !

Et vous, quelles sont vos premières recettes de printemps ?

NB : afin de vous encourager à prendre plaisir à manger le plus souvent possible, je vous donne régulièrement un plaisir gourmand personnel. Je serai ravie que vous postiez un commentaire si vous voulez plus d'informations ou faire une suggestion gourmande.

 

02/04/2011

Repas en kit pour dîner facile

P1030336.JPGCe vendredi soir, j'ai recours aux ressources de mon congélateur. Je sais que je vais rentrer assez tard, donc j'anticipe un peu : je réfléchis à un repas rapide à préparer et à ce qu'il faut décongeler pour cela (en l'occurrence, du fait maison en stock). Finalement, je prévois un repas en kit qui a encore des parfums d'hiver :
- un petit bol de soupe de brocoli,
- une part de pain de chou-fleur aux tomates confites,
- une petite part de tagine de poulet aux pruneaux.

Pourquoi tout ça ? Parce qu'il reste une petite part de chacun et cela ne ferait pas un repas. Le soir, il suffit de réchauffer le tout. C'était très bon quand on l'a goûté et cela l'est toujours. Ainsi, quand on a des restes, plutôt que de se forcer à les finir ou les garder pour le lendemain où l'on n'en a pas forcément envie, c'est sympa de les congeler. On sera bien contents de les retrouver quelques jours ou semaines plus tard.

NB : afin de vous encourager à prendre plaisir à manger le plus souvent possible, je vous donne régulièrement un plaisir gourmand personnel. Je serai ravie que vous postiez un commentaire si vous voulez plus d'informations ou faire une suggestion gourmande.

01/04/2011

J'ai fait le régime Dukan ! (c'était un poisson d'avril !)

P1030286.JPGLes fêtes, les restos, les sorties, l'hiver, et voilà que 5-6 kilos supplémentaires se sont installés. J'essaie de me réguler mais rien à faire, ils sont là. Alors, je fais le choix de me lancer comme tant d'autres, pourquoi auraient-ils tort ? C'est décidé, je fais le régime Dukan ! Adieu à mes chers pain, pâtes, riz, ... A moi le jambon de poulet ou de dinde, la bresaola, le poisson vapeur, le steak grillé, le fromage blanc à 0%. Et même les galettes au son d'avoine. Cela est un peu lassant, je m'accroche mais je vais sans doute bientôt détester le poisson. Je commence à rêver de pâtes et de chocolat mais je tiens bon. C'est dur ! Je mâche du chewin gum comme c'est recommandé pour mon haleine. J'ai ressorti la balance et me voilà accro, une fois par jour minimum !
Et les résultats ne se font pas attendre : moins un, moins deux, moins trois kilos en une semaine, trop facile ! Moins six en deux semaines ! Je continue et j'en perdrais sûrement dix sans effort, histoire de devenir une liane !

PS : euh, on est quel jour aujourd'hui ?!

Pour plus de détails sur le régime en question, c'est ici


 

26/03/2011

Une assiette composée, c'est la liberté

Souvent, quand on veut faire un repas simple, on pense salade : on prend différents ingrédients, on les mélange, on sert. C'est souvent très bon si les parfums des aliments se marient harmonieusement. Mais la salade impose sa règle : tout est mélangé et on n'a pas forcément accès à tel ou tel ingrédient qu'on voudrait goûter de façon isolée. Alors, pour varier et retrouver un peu de "liberté", pensons aussi aux assiettes composées. Cela peut donner une jolie présentation, plus claire, et chacun peut décider de manger les aliments ensemble ou séparément. Ainsi, ce soir-là, il y avait du saumon fumé et des oeufs de saumon, des pommes de terre, du concombre, de la salade. On aurait pu en faire une salade mais c'était appétissant et délicieux comme cela.

alimentation,nutrition,salade,assiette composée,manger froid,saumon fumé,diner rapide

Les beaux jours arrivent : on est plus enclins à manger froid. Alors, pensons à remplir nos placards pour pouvoir concocter ainsi des assiettes gourmandes et colorées.

NB : afin de vous encourager à prendre plaisir à manger le plus souvent possible, je vous donne régulièrement un plaisir gourmand personnel. Je serai ravie que vous postiez un commentaire si vous voulez plus d'informations ou faire une suggestion gourmande.


 

25/03/2011

Stop aux super-aliments !

alimentation,nutrition,super-aliments,anti-oxydants,baies de goji,brocoli,santéRécemment, la très sympathique Isabelle, freelance en communication, a pensé à moi pour animer un événement autour des baies de Goji. Je lui aurais bien fait plaisir mais mener une action à laquelle je ne crois pas, ce n'est pas possible pour moi. Alors, j'ai dit non. Pourquoi ?

D'abord, car, par curiosité, j'ai déjà goûté des baies de Goji, dans mon mélange de fruits secs ou dans mon muesli du matin, et franchement, je n'ai pas été convaincue par leur intérêt gustatif.

Ensuite, car cet intérêt pour quelque chose d'inconnu il y a peu et qu'on qualifie tout à coup de super-aliment indispensable à notre santé m'agace !

Régulièrement, en effet, on nous parle de super-aliments dotés de propriétés quasi-miraculeuses pour nous préserver de tas de maladies, dont le cancer : les baies de goji, le jus de grenade, les cranberries, le thé vert, le brocoli, ... Du coup, de nombreuses personnes se tournent vers ces super-aliments, pour certains assez chers, en pensant que c'est bon pour leur santé.

Pour ma part, je ne suis pas vraiment d'accord avec cette folie des super-aliments :

- d'abord, de nombreuses personnes consomment certains de ces aliments sans en tirer de plaisir gustatif. Un patient me racontait ainsi qu'il s'était forcé à boire du jus de grenade le matin alors qu'il préférait largement le jus d'orange, mais il pensait au bénéfice santé supposé ;

- ensuite, les études mettant en valeur les propriétés de ces aliments sont très évolutives, plus ou moins sérieuses et ils ne peuvent de toute façon pas nous garantir d'éviter les maladies ;

- enfin, j'ai l'impression qu'on évolue vers une société des extrêmes : d'une part, des personnes extrêmement soucieuses de l'impact de l'alimentation sur leur santé et s'orientant donc vers une alimentation fonctionnelle plus que source de plaisir (le modèle anglo-saxon de relation à la nourriture). De l'autre, des personnes qui vont au plus simple, au plus rapide, et consomment moult produits industriels, plats préparés, ... sans se soucier des additifs qu'ils contiennent le plus souvent. Ne serait-il pas préférable de promouvoir une "voie du milieu", basée sur une alimentation plutôt naturelle, variée et saine sans se préoccuper spécifiquement de manger tel ou tel aliment. Pour de nombreuses personnes, ce changement plus global ne serait-il pas d'abord souhaitable ?

Donc, il n'y a pas de raison de se priver de certains de ces aliments si on les aime mais n'en attendons surtout pas des miracles.

Et vous, que pensez-vous de ces super-aliments ? 

17/03/2011

Vive les pesticides !?

J'ai regardé mardi soir le documentaire de Marie-Monique Robin, "Notre poison quotidien" (voir mon autre billet à ce sujet). Cela a représenté un certain effort après une journée de travail car c'était assez austère. Je suppose que beaucoup ont dû lâcher en cours de route et je les comprends.

C'était toutefois une belle démonstration de la collusion entre l'industrie chimique et les instances décisionnaires, dans les pays développés, en matière de mise sur le marché de produits contribuant de près ou de loin à l'alimentation. Derrière tout cela, comme toujours, il y a bien sûr le pouvoir de l'argent, l'appât du gain... Le problème, c'est que cela n'est pas inoffensif. Le film montrait clairement les dangers de certains composants (le bisphenol A, l'aspartame, les pesticides...). Cela incitera sûrement certains à modifier leur comportement (arrêt des boissons à l'aspartame ou de bouteilles plastisque, achat de fruits et légumes tout bio, ...).

P1030271.JPG

A la poubelle, mes chewingums à l'aspartame (et au sorbitol, xylitol, isomalt, ...) ?!

Je regardais tout cela un peu désespérée. Et puis, je vais peut-être vous choquer, tout à coup, une petite voix en moi s'est demandé si finalement une certaine dose de pesticides et autres additifs n'était pas un des traits de l'époque, comme le téléphone portable, les embouteillages, le nucléaire (!), la mondialisation, ... Et qu'il fallait en partie l'accepter. Je m'interroge...

Ces produits qui impactent notre alimentation ont clairement des méfaits pour la santé. Mais en même temps, les autres époques en avaient aussi, d'autres maladies, une alimentation moins sûre, moins variée, tout cela conduisant à une espérance de vie moins élevée. Alors notre époque est-elle pire ?
Comme je le dis souvent, je suis pour une alimentation saine, naturelle, peu transformée. Je ne baisse pas les bras, je suis persuadée qu'il faut donner une éducation alimentaire, faire évoluer les pratiques de la chaine de l'agro-alimentaire, améliorer la réglementation. Mais il serait illusoire de penser qu'on peut revenir un siècle en arrière. Et cela serait-il vraiment souhaitable ? Qu'en pensez-vous ?

15/03/2011

Faut-il stresser devant son assiette ?

Il est assez probable que vous ayez entendu parler du documentaire diffusé ce soir sur Arte, "Notre poison quotidien", réalisé par Marie-Monique Robin. C'était la réalisatrice d'un sérieux documentaire sur Monsanto et cela incite plutôt à regarder.

notre poison quotidien, stress, alimentation, nutrition, arte, pesticides, stress devant l'assiette

notre poison quotidien, stress, alimentation, nutrition, arte, pesticides, stress devant l'assietteDans le domaine de l'alimentation, comme dans les autres, réjouissons-nous de la transparence, d'être informés, que les excès et manquements de toutes sortes soient dénoncés pour faire évoluer les pratiques. Mais faut-il nous déverser autant d'angoisse, comme le fait par exemple Télérama avec sa couverture de cette semaine : "Manger tue" ? (pour info, manger fait vivre aussi !).

Le problème, c'est que le risque est fort que cela augmente encore votre stress devant l'assiette, votre inquiétude sur ce que vous mangez, votre questionnement incessant : faut-il manger ceci, ne pas manger cela (la viande qui polluerait, le lait qui nous ferait du mal, les fruits et légumes qui seraient pleins de pesticides, le poisson qui transporterait des métaux lourds, etc.), ce qui pourrait vous enlever ce plaisir si agréable d'un bon repas.

Pour ma part, je ne pense pas que chaque citoyen doive devenir un expert de l'alimentation passant son temps à décrypter les étiquettes, à connaître la composition détaillée des aliments (et ce n'est pas parce que j'ai peur pour mon boulot !). Je suis plutôt pour une alimentation intuive, où le bon sens aurait une large place, où l'on aurait majoritairement de saines habitudes sans se prendre trop la tête : acheter des produits bruts, de saison, plutôt locaux, dont on connait à peu près l'origine, manger varié, cuisiner, ... Mais il me parait utile également qu'on ait un regard critique sur les discours peu nuancés, qu'ils viennent de l'agro-alimentaire, du monde de la santé, des acteurs du développement durable, .... pour ne pas se laisser embrigader d'un côté ou de l'autre, pour savoir pourquoi on agit de telle ou telle façon, qu'il s'agisse de manger bio, d'arrêter la viande ou de boire du jus de grenade !

Je serais ravie d'avoir vos retours sur cette émission si vous la regardez. Bonne soirée !

14/03/2011

Le petit déjeuner, c'est important !

Vous pensez peut-être à une rengaine nutritionnelle : il faut prendre un bon petit déjeuner, il faut 3 repas par jour, ... Ce n'est pas du tout de cela que je veux parler ici. Mais de l'importance du petit déjeuner dans la journée de nombreuses femmes, que je constate très régulièrement.

En fait, il y a souvent deux positions radicalement opposées pour ce repas : celles qui ne prennent rien car vraiment pas le temps, ou qui avalent une tartine et un café debout à toute vitesse, éventuellement en préparant le petit déjeuner du reste de la famille.

Fotolia_12331515_brkf_TPLF_© Ernst Fretz.jpg

Ce n'est pas pour tous les jours, ça !

Et il y a celles qui prennent leur temps, qui s'assoient, qui mangent tranquillement, souvent seules, quitte à se lever avant tout le monde quand elles ont une famille. Celles-là, quand je leur demande si elles ont faim au moment du petit déjeuner, elles me répondent "ah, j'adore le petit déjeuner !". Euh, ce n'était pas tout à fait la question ! Elles semblent avoir peur que je les prive de ce moment si crucial. Car pour beaucoup d'entre elles, c'est leur repas préféré. Pour certaines parce qu'elles aiment le pain, le sucré et qu'elles s'autorisent à manger des aliments dont elles se privent le reste de la journée. Mais aussi souvent car cela semble être un moment de calme, peut-être le seul de la journée, un moment de tranquillité avant le stress, l'agitation, un moment pour prendre du courage pour affronter une longue journée bien chargée.

C'est tout à fait légitime. Mais du coup, souvent, cela devient une habitude, avec toujours les mêmes aliments, la même quantité, sans tenir compte de sa faim ou de ses envies. Donc, cela peut être intéressant de prendre un peu de recul sur son petit déjeuner, de se demander si on l'aime vraiment comme cela ou si l'on aurait envie de le changer.

Alors, posez-vous la question : aimez-vous le petit déjeuner ? Et si oui, pourquoi ?

07:51 Publié dans Pistes pour bien manger | Lien permanent | Commentaires (17) | Tags : alimentation, nutrition, petit déjeuner, femmes, repas | |  Facebook | |  Imprimer

09/03/2011

Le poisson, mille façons de le préparer

alimentation, nutrition, poisson, cuisine, espadon, philippe delacourcelleEn ce moment, je me plonge dans mes recettes de poisson en vue d'un atelier. Et il y a vraiment des façons de préparer du poisson faciles et rapides. Saumon, espadon, cabillaud, sole, ... se prêtent à des variations multiples et pas besoin d'être expert(e) en cuisine. Ainsi, j'ai préparé de l'espadon en croûte de pavot, une recette de Philippe Delacourcelle, chef passionné d'épices (chef du restaurant le Pré Verre à Paris). C'est vraiment très simple (on enrobe la tranche d'espadon de graines de pavot avant de la cuire), c'est joli, original, bon, cela craque sous la dent. Accompagné de fenouil au citron vert et à l'huile de noisette, c'était un plat très plaisant.

Dans un autre style, il y a quelques jours, j'ai cuisiné des filets de sole avec un mélange poireaux-champignons, c'était très différent et délicieux aussi.

Alors, n'ayez pas peur de cuisiner le poisson si vous aimez cela, ce n'est pas plus compliqué que le reste.

NB : afin de vous encourager à prendre plaisir à manger le plus souvent possible, je vous donne régulièrement un plaisir gourmand personnel. Je serai ravie que vous postiez un commentaire si vous voulez plus d'informations ou faire une suggestion gourmande.

 

03/03/2011

Pourquoi pas un hamburger de temps en temps ?

Récemment, je lisais un résumé d'une déclaration d'un prestigieux boucher parisien, Hugo Desnoyer : "mangeons moins de viande mais de la bonne !".

C'est tout à fait ma philosophie : je ne mange pas énormément de viande, notamment de viande rouge (vous avez dû constater que ce n'est pas ce qui revient le plus souvent sur ce blog). Mais je n'ai rien contre et donc, quand j'en mange, j'aime autant qu'elle soit bonne.P1030205.JPG

C'est dans ce but que je suis volontiers allée goûter ce que certains semblent appeller "le meilleur hamburger de Paris". Je ne peux pas être juge moi-même, je n'en connais pas assez. Il s'agit du hamburger du Bar des Variétés, bistrot traditionnel du Passage des Panoramas dans le IIeme. On peut goûter ce hamburger le midi dans une formule très raisonnable (autour de 10 euros) avec une salade aux noix en entrée. La viande du hamburger, issue de boeuf de Salers, est bien grillée, moelleuse et cuite parfaitement. Elle est servie dans un bon bun chaud avec une fondue d'oignon et des pommes sautées en accompagnement. Le tout était bon et copieux, j'ai laissé une bonne partie des pommes de terre. Un bon hamburger mais probablement parmi d'autres, je vous laisse juges si vous êtes connaisseur/se. 

Pendant qu'on y est, petits rappels à propos de la viande :
- on n'a aucunement besoin de manger de la viande deux fois par jour ;
- il est souhaitable de varier les viandes et de ne pas manger que des entrecôtes !
- on peut se passer de viande si on a d'autres apports en protéines (poisson, oeufs, charcuterie, tofu, ...) (sans parler des végétariens) mais la viande rouge est toutefois un des quelques aliments qui fournissent un bon apport en fer bien absorbé. Ne pas en manger du tout, ce que font de nombreuses femmes, peut entraîner une carence en fer et de l'anémie. Il peut être utile quand on est dans ce cas de faire vérifier cela ponctuellement en demandant une analyse à son médecin généraliste.

Donc, de la viande oui mais surtout de la variété !

Le Bar des Variétés, 12 passage des Panoramas, Paris IIème,