Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/05/2012

Les épinards, nous on aime !

Les épinards, j'ai toujours aimé cela. Je me souviens de ma mère qui en achetait régulièrement chez un petit maraîcher du coin (ça existait...), les épluchait patiemment, les faisait cuire, ajoutait une bonne dose de crème. Il était toujours étonnant de voir l'écart de volume entre la large brassée de feuilles de retour du marché et ce qui restait dans le plat. On se battait presque pour se resservir tellement on aimait ça (on mangeait souvent des frites aussi et on ne faisait vraiment pas de différence entre bons et mauvais aliments...). La présentation variait peu, avec des oeufs durs, mais je ne m'en lassais pas.

Depuis, on a bien varié les présentations, on mange bien sûr des épinards avec des oeufs car l'accord est délicieux.

- avec un oeuf mollet,

- sous forme d'omelette avec du chèvre,

mais aussi

- en accompagnement d'un pavé de saumon,

- en salade,

- à la japonaise avec du sésame pour un bento,

- et même à l'indienne.

Ces derniers jours, attiré par des recettes de son magazine chouchou, Saveurs, qu'il adapte toujours à sa façon, Monsieur a eu envie de nous les cuisiner autrement :

- avec des pâtes, accompagnés de basilic, de pignons et de parmesan, un régal à l'italienne,

pates_epinards.jpg

- en risotto, avec un peu de pecorino, onctueux et parfumé.

P1050420.JPG

P1050421.JPG

P1050424.JPG

Dans le nôtre, il y avait une bonne dose d'épinards, du pecorino plutôt que du parmesan, et on le mange à la cuillère, comme le font les vrais amateurs !

Les deux étaient absolument délicieux et renouvellent la façon de manger les épinards.

Et vous, vous les aimez, les épinards ? Vous les préférez comment ?

10/05/2012

1000e billet : A vos assiettes ! Concours de la plus belle assiette composée !

Le bento c'est démodé, vive l'assiette !

Je plaisante : le bento a toujours la cote surtout pour une nippophile comme moi et est bien pratique quand on est dehors, au travail, nomade, ... Mais l'assiette, elle, nous accompagne parfaitement chez nous, soit le midi quand on travaille chez soi, soit pour un dîner vite prêt.

Quand on rentre tard, qu'on n'a pas d'idée de repas, qu'on n'a vraiment pas envie de cuisiner, une assiette constituée de mets variés, disponibles au frigo ou au congélateur peut constituer un dîner vraiment agréable et pas compliqué. Ce n'est pas véritablement un plat tel qu'on l'entend, ce n'est pas non plus une salade, c'est une assiette composée.

Si elle est jolie à regarder, c'est encore mieux. Car on mange avec tous nos sens et la vue est souvent le premier qui nous met en contact avec les aliments.

concours,cuisine,assiette composée,repas simple et rapide,cuisine du placard

Exemple : une délicieuse assiette italianisante avec jambon Culatello, artichauts à l'huile, roquette, burrata et flan aux épinards (reste de l'"appareil" de la quiche ricotta-épinard)

 

Pour vous inciter à disposer de ressources variées dans vos garde-manger, pour imaginer des assiettes savoureuses, pour partager vos idées, pour penser aussi à leur présentation, je profite de fêter le 1000e billet de ce blog (eh oui, tant que ça, mais pas tous mémorables, c'est sûr...) pour lancer

le CONCOURS DE LA PLUS BELLE ASSIETTE COMPOSEE.

Il ne s'agit pas de cuisine à proprement parler même si certains composants peuvent nécessiter réchauffage ou cuisson Il s'agit d'imaginer des repas du quotidien vite prêts pour que le plaisir des sens remplace l'angoisse de l'éternel "qu'est-ce qu'on mange ce soir ?" !

Qui participe : toute personne intéressée. Jusqu'à 3 assiettes par participant.

Critères d'évaluation : un jury expert (que je vous présenterai très vite) évaluera les assiettes selon 4 critères :

- la qualité esthétique,

- l'originalité et la diversité des composants,

- le côté appétissant,

- la facilité de constitution de l'assiette.

Modalités : envoi des photos sous format jpeg, accompagnées du descriptif des composants par mail à artdemanger@gmail.com avant le 21 juin. Des prix jolis et gourmands à la clé, notamment :

- de belles et sobres assiettes de Sucre Glace qui mettront en valeur vos compositions.

- un assortiment de mets gourmets de la savoureuse Epicerie du 4, dans le 19e à Paris,

et d'autres.

 

Alors, c'est parti, à vos assiettes ! Et surtout, faites-vous plaisir !

Et ne soyez pas égoïstes, partagez l'info :-)

07/05/2012

Soirée télé : oui mais avec un bon buffet !

Comme je vous le disais il y a deux semaines, il nous arrive rarement de dîner devant la télé. Le plateau télé, ce n'est pas trop notre truc car on aime prêter attention aux bons repas que l'on prépare. Mais, une fois de temps en temps, certains événements nous amènent devant la télé à l'heure du dîner. Alors, il faut quelque chose de pratique à manger sans en mettre partout, qui ne refroidit pas, ... On pourrait bacler, préparer des sandwiches, se faire livrer une pizza. Mais finalement, cela avait déclenché une certaine envie de cuisiner qui s'est renouvelée ce dimanche.

cuisine,plateau télé,élection présidentielle,pascale weeks,manger devant la télé,printemps

Alors, cette fois, j'ai proposé :

- un velouté d'asperges, préparé en avance avec des queues d'asperges restant d'un autre plat,

- des petits cakes petits pois-mortadelle-ricotta, un essai d'inspiration italiano-printanière, .

- un faux houmous de lentilles corail, une recette trouvée par hasard chez la toujours imaginative Pascale Weeks, qui m'a paru une façon originale d'utiliser mon stock de lentilles corail, à savourer avec des bâtonnets de légumes,

- des mini-sandwiches au concombre et aux graines germées,

- des toasts ricotta-caviar d'aubergines sur un délicieux pain au romarin et aux pignons de Gontran Cherrier,

- des tartelettes aux fraises avec pâte sablée et crème pâtissière maison.

J'ai mangé avec appétit, tout était très bon, mais j'ai veillé à garder une place pour le dessert car j'avais vraiment envie d'apprécier la tarte aux fraises. J'avais raison, elle était vraiment délicieuse, je suis assez fière ! Et chouette, on a de bons restes.

Alors, finalement, un buffet télé, c'est sympa et on s'est dit qu'on remettrait peut-être ça sans trop attendre...

02/05/2012

Miam, un 1er mai épicé !

Premier mai non travaillé et semi-paresseux, envie de cuisiner mais sans se donner trop de mal. D'abord, dans l'ordre de préparation et non de dégustation, des petits gâteaux poire-gingembre. Un reste d'hiver, une recette du magazine Saveurs que j'avais mise de côté sans la réaliser et sur laquelle je suis retombée par hasard, dans le fouillis actuel des paperasses en attente (j'avoue !). Il n'est pas trop tard et les gâteaux fruités, on adore. Ce sera donc poire. Alors que, si on se régale de fraises depuis quelques jours, c'est un fruit que je préfère toujours nature ou presque.

P1050407.JPG

Puis, en plongeant dans un livre dont je vous ai déjà beaucoup parlé, "Le Bonheur de Cuisiner" de Perla Servan-Schreiber, je retrouve une recette que j'avais réalisée avec du poisson : un curry de poulet au lait de coco. Une recette très facile à faire et pas très longue (d'autant que j'utilise des oignons surgelés déjà émincés !). L'assemblage d'oignons, tomates, pomme Granny, banane, coriandre, lait de coco avec le curry donne un résultat richement parfumé et très équilibré. Accompagné de riz basmati, c'est un plat à inscrire dans mon répertoire culinaire intemporel qui peut traverser les saisons.

P1050409.JPG

Le repas étant sous les signes des épices, on goûte ensuite le dessert. Le parfum du gingembre est bien présent sans être trop marqué, le gâteau est moelleux, la poire est fondante, c'est délicieux.

1er mai, cuisine, curry de poulet au lait de coco, gateau poire-gingembre, épices, saveurs, bonheur de cuisiner, perla servan-schreiber

Et vous, un peu de cuisine ou total repos le 1er mai ?

30/04/2012

Verdure de printemps façon Ducasse

Ce week-end, j'ai parcouru quelques livres de cuisine pour repérer des recettes de saison pour les prochains jours (peu de livres ont un classement par saisons mais ce n'est pas non plus désagréable de prendre un peu de temps pour les feuilleter...). Et, dans le livre Nature d'Alain Ducasse, qui ne m'a encore jamais déçue, je suis tombée sur une recette que j'avais réalisée il y a deux ans quasiment jour pour jour et qui m'a semblé parfaitement de saison. Il s'agit d'un riz et légumes de printemps à l'étouffée.

Il faut bien sûr un peu de temps pour laver, éplucher, découper les légumes, mais le résultat en vaut vraiment la peine : ce plat est un vrai régal qui ravira les végétariens et tous ceux qui peuvent sans problème faire un repas sans viande ou équivalent. Et quand on mange cela, on se dit que ceux qui n'aiment pas les légumes ratent quelque chose... "Reportage" en images...

P1050398.JPG

Retour du marché,, que de vert !

P1050399.JPG

Ca y est, tout est prêt pour la cuisson

P1050400.JPG

Première étape, les légumes...

P1050401.JPG

Puis le riz basmati et le bouillon, on couvre...et on attend paisiblement

P1050402.JPG

Un peu de roquette et de citron confit, un trait d'huile d'olive et voilà un plat absolument délicieux !

 

Et vous, comment savourez-vous le printemps ?

08:00 Publié dans Livres & medias, Plaisirs gourmands | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : cuisine, printemps, légumes, riz, ducasse, nature, cocotte | |  Facebook | |  Imprimer

25/04/2012

Quand les magazines de cuisine nous inspirent...

On lit régulièrement des magazines de cuisine. On repère des recettes qui nous font saliver, parfois on les découpe, on les entasse, on les classe, on les oublie... Et parfois, on a envie de les réaliser tout de suite. Enfin, cette fois, pas moi, mais mon chef perso ! Dans Zeste, un magazine plutôt sympa avec des recettes orientées vers le quotidien et la simplicité, j'avais vu une recette dont je me doutais qu'elle était faite pour lui plaire, car elle regroupait plusieurs de ses ingrédients favoris. Cela n'a pas raté, deux-trois jours après, elle était au menu : oeuf poché, asperges vertes et polenta onctueuse. Il a suivi la recette (c'est plutôt ressemblant, non ?!) et apporté quelques touches perso dans l'assaisonnement. En tout cas, c'était délicieux !

P1050373.JPG

P1050372.JPG

Et vous, que faites-vous des recettes de magazines : utilisation immédiate ou stockage longue durée ? 

16/04/2012

Un poisson, une papillote, c'est facile !

Il y a quelques jours, fait rarissime, je n'avais pas de consultation en fin de journée. J'en ai profité pour faire quelques courses alimentaires dans mon quartier, notamment passer chez le poissonnier pour le dîner. Choix d'une daurade, préparation des filets sur place, puis achat de quelques légumes et direction la cuisine !


L'idée, c'était de faire un poisson en papillote. J'en fais de temps en temps et j'ai un rouleau de papier sulfurisé pour cela. Le plus simple, c'est un lit de légumes sur le carré de papier, le filet de poisson, un peu d'assaisonnement et on referme bien.

P1050340.JPG

On peut improviser avec ce qui passe par la tête ou ce qu'on a sous la main. Cette fois, j'ai pensé à un petit livre qui m'avait plu il y a quelques mois mais qui était au bord de prendre la poussière dans ma bibliothèque culinaire... "Mes petites papillotes" dans la collection très abordable "Les petits plats" de Marabout. J'ai feuilleté le livre et fait un mix de plusieurs recettes, ce qui a donné un filet de daurade sur un lit d'épinards (des pousses d'épinard en lanières) avec un émincé de vert de poireau.

P1050341.JPG

Voilà, rien de compliqué, pas d'odeurs (c'est souvent la crainte qu'on a avec le poisson) et un résultat délicieux, cuit parfaitement à point.

Une papillote pour le poisson, ce n'est pas très original mais ce qui est sympa dans ce livre c'est qu'il y a aussi des idées appétissantes autour du poulet, des légumes et même des desserts.

P1050342.JPG

06/04/2012

Des légumes, une cocotte, facile !

En hiver, je fais souvent des soupes, en été, des salades. A ce moment de début de printemps, je penche plutôt pour une cocotte de légumes.

D'ailleurs, souvent des personnes me disent qu'elles ne savent pas cuisiner les légumes. Il me semble que la cocotte est une façon plaisante et simple de le faire.

Ici, pas de recette suivie à la lettre mais une provision de légumes variés, si possible de saison. Epluchés, coupés, les uns mis à cuire directement (jeunes carottes, fenouil, asperges, champignons, cébettes) avec un fond d'eau si besoin, les autres cuits rapidement en parallèle dans l'eau (petits pois, pois gourmands) et ajoutés en fin de cuisson, du persil plat, un trait de vinaigre de Banyuls et c'est prêt. C'était excellent !

légumes,cocotte,printemps,cuisine,cuisiner les légumes,ducasse

légumes,cocotte,printemps,cuisine,cuisiner les légumes,ducasse

Et on peut varier à l'infini en changeant les légumes, en ajoutant différentes herbes ou épices (de la coriandre, du curry, du gingembre, ...), voire du lait de coco, de la sauce soja, ...On peut aussi glisser quelques fruits (dés de pomme, poire, grains de raisin, ...) pour une note sucrée acidulée, comme le propose Alain Ducasse dans son livre Nature.

Et comme rien ne se perd, tout se recycle : j'ai improvisé une soupe toute verte avec les fanes de carottes et les restes de fenouil, de pois gourmand, quelques petits pois, les tiges d'apserges, du persil. Elle fut vraiment délicieuse le lendemain.

légumes,cocotte,printemps,cuisine,cuisiner les légumes,ducasse

 

Et vous, vous faites des cocottes de légumes ?

27/03/2012

Ménage de printemps, ménage de congélo !

Je vous avais déjà fait une petite série "je vide mon congélo". C'est sympa en effet de temps en temps de faire le point sur ce qu'on a stocké (certains ont des congélateurs pleins à craquer et ne savent plus vraiment ce qu'il y a dedans...), de faire le vide pour peu à peu le remplir à nouveau de bonnes choses : des portions de plats maison qui dépanneront, des filets de poisson ou de poulet pour gagner du temps, des légumes hors saison dont on ne peut pas se passer, ... En plus, le printemps, c'est la période traditionnelle du ménage et c'est un moment ou l'on songe davantage à se ravitailler en légumes frais.

Cette fois, le congélateur n'était pas très plein mais je voulais néanmoins faire place nette. Qu'ai-je fait ?

- j'ai fini les dernières crevettes dans un bento avec riz, oeufs de saumon, concombre, carottes.

- un jour où je travaillais chez moi, je me suis fait un déjeuner savoureux avec un reste de quiche poireau-feta-orange, un accord original imaginé par Clea que j'ai encore plus appréciée que la première fois.

congélateur, cuisine, surgelés, printemps, ménage, vider le congélateur, restes


- les framboises surgelées qui me restaient, j'en ai mixé une partie pour de savoureux smoothies (par exemple banane-framboise-orange-pomme-citron : ce que j'avais sous la main) et avec le reste, j'ai fait des muffins style gâteau au yaourt : framboise-thé matcha et framboise-citron. Délicieux !

congélateur, cuisine, surgelés, printemps, ménage, vider le congélateur, restes

congélateur,cuisine,surgelés,printemps,ménage,vider le congélateur,restes


- j'ai décongelé deux mini Fondants Baulois (lors d'une nouvelle visite au Comptoir Baulois  il y a quelques mois, la vendeuse du Comptoir Baulois nous avait vendu une promo en nous assurant que cela supportait très bien la congélation : je confirme !). L'un a été savouré en petites parts lors d'une visite familiale, l'autre m'a servi comme support d'une courte dégustation (manger avec tous ses sens) lors de mon intervention à la SFT.

congélateur, cuisine, surgelés, printemps, ménage, vider le congélateur, restes


- les quelques châtaignes et champignons qui restaient ont fini en soupe plus vraiment de saison mais néanmoins fort agréable (une délicieuse recette du livre de Clotildeque j'avais déjà faite).

congélateur,cuisine,surgelés,printemps,ménage,vider le congélateur,restes

Et avec tout ça, le congélateur est quasi-vide !

Et vous, cela vous arrive de vider votre congélateur ?

07/03/2012

La cuisine : de l'expérience, de l'intuition, du partage (ou une paëlla en famille)

Je me suis éloignée un peu de mon cabinet autour de ce dernier week-end. D'abord pour deux jours de formation à Lyon puis pour deux jours de repos à Nimes, terre de la "belle-famille". La gastronomie a été au rendez-vous mais pas forcément là où l'on s'y attendrait... En effet, rien de bien intéressant dans la ville de Lyon, pourtant réputée en la matière, pour cause de temps, de lieu, de priorités. En revanche, les nourritures intellectuelles furent présentes en quantité et les beaux échanges humains aussi.

Un peu plus au Sud, à Nimes ce fut très chaleureux, plus dans les coeurs que sur le thermomètre ! Là, le bon temps passé ensemble tourne souvent autour de la table car tout le monde est gourmand. On s'est donc régalés. Notamment avec une généreuse paëlla au feu de bois préparée dans les règles de l'art.

Souvent, on dit que la cuisine est affaire d'intuition et la pâtisserie affaire de précision. Et que les bons cuisiniers ne font donc pas forcément de bons pâtissiers... La préparation de cette paëlla fut un bel exemple de cette cuisine d'intuition basée sur l'expérience, sur la répétition des paëllas festives qui apprennent à préparer le feu de bois qui offrira le temps et la puissance de cuisson adéquats, à trouver sans calcul ni recette la bonne dose de safran ou de piment, à verser le riz authentiquement espagnol au bon moment, ...

P1050132_paella.jpg

L'ordre des choses est optimisé aussi, d'abord les crevettes et les viandes (poulet, lapin, porc ici), puis les légumes, le riz et son bouillon, le piment, les moules, ... On laisse cuire tranquillement, on arrête le feu, on laisse le riz s'imprégner. Et cela donne une paëlla délicieuse, dont chacun se sert selon son envie de terre et de mer et selon son appétit, et que l'on partage avec grand plaisir.

P1050135.JPG

P1050136.JPG

Et vous, vous avez vos plats festifs et intuitifs ?

15:01 Publié dans Plaisirs gourmands | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : cuisine, convivialité, paella, espagne, repas de famille, riz | |  Facebook | |  Imprimer