Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/04/2014

Je ne suis pas végétarienne mais... (2eme épisode)

...on mange souvent végétarien à la maison. Très souvent, la viande ou le poisson ne sont pas au centre du repas, quel que soit celui qui cuisine, et cela ne nous pose pas de problème. Tellement, il y a de variété de goûts, de couleurs, de textures dans le monde végétal.

Car tous les hommes ne sont pas accros à la viande (quoi qu'en disent de nombreux commentaires sur la reprise de ma semaine à 25 euros sur Rue89...). Ainsi, Monsieur, s'il est content de manger ou préparer un burger ou de cuisiner un pot au feu de temps en temps, est aussi coutumier de repas végétariens. Ces derniers jours, on s'est par exemple régalés de polenta aux aubergines et tomates gratinée ou de pâtes aux parfums de printemps avec tomates cerise, asperges et petits pois.

P1090841.JPG

P1090818.JPG

Parfois, ce n'est pas un repas végétarien mais les légumes sont la base du repas et la viande apparaît comme un assaisonnement, ce que suggère le journaliste-défenseur du manger sain américain, Michael Pollan : ainsi, dans ces artichauts à la barigoule, plat concocté de temps par temps par Monsieur et que j'adore : il y a un peu de poitrine fumée pour relever le goût et franchement, je n'ai aucune envie de remplacer cela par du tofu fumé ou autre substitut végétal !

P1090906.JPG

P1090909.JPG

(je rassure ceux qui croient parfois, au vu des photos, que je m'affame : je me suis resservie et ai mangé du pain !)

Et vous, vous faites souvent des repas avec peu ou pas de viande et poisson ?

12/10/2013

La polenta, c'est en toute saison !

Beaucoup de personnes ont peur des féculents, limitent leur consommation, croient qu'ils font grossir. Moi, non seulement je mange du pain, des pâtes, du riz, un peu moins souvent des pommes de terre mais quand tout cela n'est pas au menu, on se tourne vers la polenta !

Je vous ai déjà raconté mon apprentissage progressif de la polenta, du dégoût initial en Suisse en passant par la redécouverte en Italie jusqu'à la passion cultivée par Monsieur. Aujourd'hui j'adore ça et je ne boude jamais mon plaisir. Récemment, nous avons eu deux occasions de nous régaler, une encore un peu estivale et une autre clairement automnale. Reste à décliner ce mets savoureux sur les autres saisons...

Pour la fin de l'été, c'est une aubergine disponible qui a donné l'idée du plat. On prépare la polenta, on l'étale dans un petit plat à gratin. Et aubergine, tomate, basilic, parmesan : le tout au four, ça gratine. Un délice.

P1080696.JPG 

Cette semaine, polenta à nouveau à l'honneur : un mélange de cèpes et de girolles (les restes des agapes du week-end), de la mozzarella, du parmesan pour gratiner, recouvraient une couche de polenta onctueuse et au léger goût fumé car Monsieur l'a préparée avec du lait et une touche de scarmoza fumée. Plus un petit cèpe pour la touche finale. Miam !

polenta,cuisine italienne,cuisine de saison,italie,gratin,légumes,féculents,maïs

Et vous, vous aimez la polenta ? Vous la cuisinez avec quoi ?

08/11/2012

La congélation maison, ça a du bon !

congélateur, surgelés, congélation maison, plats mijotés, daube, polenta, photographie culinaireDe temps en temps, j'ai des patientes qui aiment cuisiner, qui ont plaisir à préparer et à se régaler en famille de "bons petits plats". Mais qui ne les préparent que pour un repas unique, en général le week-end. Pour ensuite se contenter de basiques dans la semaine. Beaucoup d'entre elles ont un congélateur. Mais souvent, elles l'associent davantage à Mr P. qu'à de la congélation. Par manque d'habitude, de repères familiaux, par méconnaissance, par crainte de risques bactériologiques, .... Alors qu'on peut sans risque préparer un plat, en mettre des portions en barquettes, les laisser refroidir, bien fermer les contenants et les mettre dans le compartiment congélation. Puis les utiliser dans les quelques semaines qui suivent, en les décongelant au frigo. Quel plaisir alors de savourer un bon plat réconfortant après une longue journée de travail.

Ainsi, une barquette de daube maison rapportée de la belle-famille nîmoise (merci !) avait cheminé vers le congélateur. Peu de temps après, elle s'est rappelée à notre souvenir et a constitué un plat tout à fait approprié pour un soir d'automne. Elle fut accompagnée de polenta. J'illustre ce billet d'une photo mais elle est loin de rendre hommage à ce plat délicieux. Comme le racontait il y a peu Laurent, pourtant vrai photographe, un plat de viande n'est pas aisé à photographier. Et là, le plaisir du nez et des papilles fut bien supérieur à ce que la photo vous laisse imaginer...

De la même façon, toutes sortes de plats mijotés se prêtent parfaitement à la congélation pour s'en régaler par épisodes

Et vous, vous pensez à congeler votre production maison ?

14/09/2012

Le maïs, ce n'est pas trop mon truc...

Eh oui, je suis gourmande, curieuse, passionnée d'alimentation,... mais, comme à peu près tout le monde, il y a des aliments que je ne parviens pas à aimer. Au choix, les olives, malgré de multiples tentatives, la betterave cuite, les choux de Bruxelles (un des aliments les plus mal-aimés quand je sonde mes patients...), ... Et aussi, le maïs, un mets qui ne me réjouit vraiment pas.

Jamais de ma vie je n'ai acheté de maïs, frais ou en boîte. Jamais on n'en mangeait dans ma famille. J'avais dû en goûter à droite à gauche dans des salades mais une de mes premières vraies occasions de me confronter à cet aliment, ce fut lors d'un séjour linguistique aux Etats-Unis quand j'avais 15-16 ans (il y a donc fort longtemps...). J'étais accueillie dans une famille et on a dû manger des épis entiers et chauds, plat facile à faire qu'ils adoraient. Beurk !

Fotolia_©yotrakbutda.jpg

Aujourd'hui, je peux quand même en manger sans faire la dégoûtée mais je ne cours vraiment pas après et j'ai tendance à le laisser de côté quand j'en trouve dans mon assiette. Jamais je n'en mets dans une salade, et je n'en mange pas chaud non plus.

Mais je me demande ce qui me déplait, le goût, la texture ?

Le goût, pas sûr, car j'adore la polenta, j'ai bien aimé du pain au maïs quand j'ai eu l'occasion d'en goûter, j'ai même un très bon souvenir d'une soupe de maïs, mais était-ce dû à son assaisonnement ?

Toutefois, je me demande si je ne serais pas en train d'évoluer un peu. En tout cas, pour supporter le maïs quand il est enrobé. Quelques grains peuvent même me plaire mais pas tout seuls : ainsi, sous forme de tempura chez Guilo Guilo ou sous forme de kushiage (brochette panée) ches Bon, j'ai apprécié.

Je ne connais pas beaucoup de personnes qui n'aiment pas le maïs. Alors vous, vous l'aimez un peu, beaucoup, passionnément, pas du tout ?

NB : Le maïs est intéressant pour varier l'alimentation des personnes qui ont des (vraies) difficultés avec le gluten puisqu'il n'en contient pas. La polenta ou la farine de maïs permettent de nombreuses déclinaisons.

Photo © yotrakbutda - Fotolia.com
 

25/04/2012

Quand les magazines de cuisine nous inspirent...

On lit régulièrement des magazines de cuisine. On repère des recettes qui nous font saliver, parfois on les découpe, on les entasse, on les classe, on les oublie... Et parfois, on a envie de les réaliser tout de suite. Enfin, cette fois, pas moi, mais mon chef perso ! Dans Zeste, un magazine plutôt sympa avec des recettes orientées vers le quotidien et la simplicité, j'avais vu une recette dont je me doutais qu'elle était faite pour lui plaire, car elle regroupait plusieurs de ses ingrédients favoris. Cela n'a pas raté, deux-trois jours après, elle était au menu : oeuf poché, asperges vertes et polenta onctueuse. Il a suivi la recette (c'est plutôt ressemblant, non ?!) et apporté quelques touches perso dans l'assaisonnement. En tout cas, c'était délicieux !

P1050373.JPG

P1050372.JPG

Et vous, que faites-vous des recettes de magazines : utilisation immédiate ou stockage longue durée ? 

06/02/2012

Week-end italo-nippo-franco-gourmand !

Le week end s'est déroulé sous un beau soleil hivernal (euh, samedi surtout...) et a été riche en saveurs variées, dedans et dehors. Petit aperçu pour vous faire saliver...

Il a commencé par une balade gourmande dans le 9ème arrondissement, richement pourvu dans ce domaine. Première étape à la Chambre aux confitures dont vous avez dû entendre parler en 2011 si vous êtes parisien(ne)s et gourmets. Une boutique entièrement dédiée à de nombreuses et délicieuses confitures. C'est un produit dont je ne suis pas a priori une grande acheteuse car peu consommatrice au petit déjeuner. Mais l'originalité et la gourmandise des propositions, l'incitation aimable à goûter m'ont déjà convaincue plusieurs fois, pour moi ou pour des cadeaux gourmands. Confiture de Noël épicée, succulente châtaigne façon marron glacé, merveilleux ananas-rhum-coco, rhubarbe au sureau ou plus classiques coing ou mirabelles sont autant de délices parmi les jolis pots proposés. Bien sûr, c'est plus cher que la confiture que vous achetez peut-être au supermarché mais, en la matière comme en d'autres, je préfère si nécessaire aller vers moins et mieux...

diététicienne gourmande paris 9eme,chambre aux confitures,cuisine,japon,polenta,brandade,pizza di loretta,rap,italie

La suite fut dédiée largement à l'Italie avec :
- une savoureuse escale à la chaleureuse Pizza di Lorettaoù il est toujours agréable de caler les parts de pizzas sur ses envies et son appétit et dont le chaleureux patron me prend à témoin pour assurer que la pizza ne fait pas grossir ! (je confirme... tout est question de quantité).

diététicienne gourmande paris 9eme,chambre aux confitures,cuisine,japon,polenta,brandade,pizza di loretta,rap,italie

- une visite à la caverne aux trésors italiens qu'est l'épicerie Rap. Petite boutique mais très riche en produits de diverses régions d'Italie : fromages, conserves et bocaux de toutes sortes, huiles d'olive, multitude de pâtes, biscotti et autres spécialités sucrées, chocolats Gianduja, nougat aux noisettes croquant qui m'a tentée et délicieuses noisettes du Piemont dont je me fournis régulièrement, ...

diététicienne gourmande paris 9eme,chambre aux confitures,cuisine,japon,polenta,brandade,pizza di loretta,rap,italie


- une très italienne et fondante polenta à la brandade de morue gratinée au parmesan quand on est revenu à de la cuisine maison.

diététicienne gourmande paris 9eme,chambre aux confitures,cuisine,japon,polenta,brandade,pizza di loretta,rap,italie

Dans la suite du week end, le Japon, qui n'est jamais très loin de nous, s'est invité via un "brunch" (je crois que cela n'existe pas vraiment mais les petits déjeuners peuvent y être fort copieux !), conforme au classique petit déjeuner qu'on savoure là-bas dans les auberges traditionnelles : saumon grillé, omelette, petites salades très traditionnelles : brocolis au sésame, algues hijiki et carottes, concombre et algues wakame , riz, soupe miso, tsukemono (légumes saumurés).

diététicienne gourmande paris 9eme,chambre aux confitures,cuisine,japon,polenta,brandade,pizza di loretta,rap,italie

Et, plus français, il y a eu aussi les trésors du congélateur, une fondante daube, souvenir du réveillon, avec des pâtes, une soupe au potiron, ...

Alors, forcément, quand on mange aussi bien chez soi, on est aussi très exigeant quand on va dépenser son argent au restaurant et on n'a pas du tout envie de le gaspiller pour des plats industriels comme cela est trop souvent proposé (cf le documentaire République de la malbouffe, que je vous incite à visionner et dont je vous reparle demain).


Et vous, quelles saveurs ont embelli votre week end ?

La Chambre aux Confitures, 9 rue des Martyrs, Paris 9ème.

Pizza di Loretta, 62 rue Rodier, Paris 9ème, 01 48 78 42 56

Epicerie Rap, rue Rodier, Paris 9ème, 01 42 80 09 91.

15/11/2010

Italie automnale et gourmande

Escapade en Italie pour trois jours, un cadeau d'anniversaire immédiatement consommable que j'ai savouré avec gourmandise, dans tous ses aspects. Nous étions à Vérone, en Vénétie, dans le Nord de l'Italie.

P1020894.JPG

Le temps fut clément, mi-brume, mi-soleil, la lumière belle pour mettre en valeur une architecture très diverse dont les couleurs ocre, rouge, jaune s'harmonisaient avec les feuilles des arbres. L'automne était aussi dans l'assiette avec des champignons ou des pâtes au potiron (zucca).

P1020887.JPG

C'est une  région riche où l'on mange traditionnellement plus de viande et de charcuterie que de pizza. Ce fut notre cas aussi, nous adaptant aux coutumes locales. A Vérone, de plus, l'aliment de base incontournable, c'est la polenta, que l'on propose avec de la viande, du fromage, des champignons, du poisson (la mer n'est pas très loin).

P1020877.JPG

Le plaisir d'un voyage est bien sûr aussi dans ses haltes gustatives mais il ne s'agit pas non plus de trop manger et s'alourdir au point de rêver plus de sieste que de balade. La nourriture est servie copieusement et plus personne n'enchaine antipasti/primi piatti/secondi piatti ! Donc, on a fait de même. On peut aussi parfois éviter le restaurant et grignoter quelques amuse-bouche, crostini et autres dans les bars, un peu comme les tapas espagnoles. Ainsi, après un déjeuner léger composé de quelques crostini variés, on s'est offert une délicieuse pause avec deux petites pâtisseries et un chocolat chaud intense. P1020903.JPGLes Italiens mangent rarement des desserts en fin de repas au restaurant mais ils apprécient ainsi des douceurs en dehors. Ils continuent notamment à se régaler de glaces en automne. Amateur de praliné, j'ai adoré un "gianduitto" : glace noisette, crème fouettée, chocolat fondu, éclats de noisettes, une merveille qui restera dans mon souvenir !P1020886.JPG Il y eut aussi quelques légumes (un peu de verdure était bienvenue après quelques plats plus consistants !), des fromages locaux, ...

Au chapitre des boissons, l'expresso bien tassé est un plaisir italien éternel et se déguste dans de lieux de toutes sortes, debout ou assis, des petites pauses bien agréables et nécessaires : en voyage comme ailleurs, il est important de prendre son temps !

P1020898.JPG

 

10/10/2010

La polenta, pour changer la pizza (plaisir gourmand du 9 octobre)

Samedi soir, l'Italie était au menu. Avec un plat goûteux, facile à faire, une pizza de polenta. Kezaco ? Au lieu d'une pâte à pizza, on a un fond de polenta et on met dessus divers ingrédients comme sur une pizza. En l'occurence, de la sauce tomate maison, de la mozzarella, des anchois, du basilic. Tout autre ingrédient aurait pu faire l'affaire : l'important est d'avoir suffisamment de sauce et qu'elle soit onctueuse et liquide pour qu'elle imprègne bien la polenta, qui, sinon, serait trop sèche. Cela peut être un plat adapté pour un dîner où l'on n'a pas trop d'idées et qu'on dispose de quelques ingrédients de base dans ses placards.

P1020696.JPG

Cela se fait en deux étapes :

- la cuisson habituelle de la polenta dans une casserole avec de l'eau (voir les instructions sur le paquet) pour obtenir une pâte ferme.

- puis on constitue la "pizza" et cela gratine au four 10-15 minutes.

Pour que ce soit plus joli, on peut lui donner une forme de cercle.

Conseil de saison : la polenta s'accorde aussi très bien avec les champignons. Un exemple ici.

NB : afin de vous encourager à prendre plaisir à manger le plus souvent possible, je vous donne chaque jour un plaisir gourmand personnel. Je serai ravie que vous postiez un commentaire si vous voulez une recette détaillée, une adresse,... ou faire une suggestion gourmande.

14/06/2010

Aimez-vous la polenta ? (plaisir gourmand du 13 juin)

P1010844.JPGJ'ai déjà raconté ici que la polenta, j'avais commencé par la détester puis fini par beaucoup l'apprécier. Comme quoi, il ne faut vraiment pas rester "scotché" sur ses dégoûts d'enfance et goûter à nouveau les aliments qu'on n'avait pas aimés. Surtout quand on les a goûtés à la cantine, qui est rarement le lieu privilégié de découvertes délicieuses. On pourra avoir des bonnes surprises. J'ai ainsi au fil des ans redécouvert par exemple les navets, les lentilles, les calamars et même les salsifis !

La polenta est un plat très facile à préparer : on cuit la semoule de maïs dans de l'eau, on remue jusqu'à la consistance adéquate (un peu ferme). Ensuite, on peut la compléter avec des légumes ou de la viande. L'important, c'est qu'il y ait une sauce car sinon, la polenta sera un peu sèche.  

Dimanche, il s'agissait d'une polenta végétarienne, associée avec de la tomate, des aubergines, de la mozzarella et du basilic. Des saveurs d'Italie bien agréables.

NB : afin de vous encourager à prendre plaisir à manger le plus souvent possible, je vous donne chaque jour un plaisir gourmand personnel. N'hésitez pas à poster un commentaire si vous voulez une recette détaillée, une adresse,... ou faire une suggestion gourmande.

 

21/02/2010

Polenta aux champignons : plaisir gourmand du 20 février

20fev 004.jpgLa première fois que j'ai mangé de la polenta, c'était en classe de neige, en Suisse, j'avais 8 ou 9 ans. Il s'agissait d'une masse molle et gluante, j'avais trouvé cela infâme ! Puis j'ai eu l'occasion d'en manger en Italie et j'ai découvert la vraie polenta, d'une tout autre  saveur et consistance, beaucoup plus ferme. J'en mange parfois à la maison car la cuisine italienne est assez présente chez nous et maintenant j'aime beaucoup ce plat. Cela montre qu'il ne faut pas rester sur une première impression d'un aliment, surtout quand on le goûte dans des conditions non optimales (cantine, ...). Il ne faut pas hésiter à le goûter à nouveau, voire à le cuisiner soi-même.

La polenta est un plat très facile à préparer, on fait juste cuire la semoule de maïs avec de l'eau en remuant jusqu'à la consistance adéquate, puis on peut l'associer à de multiples plats. C'est un mets qui s'accomode très bien avec des viandes en sauce, par exemple du veau aux champignons, de la daube, mais on peut aussi l'associer à des légumes ou de la sauce tomate et faire gratiner un peu de fromage dessus.

Samedi, c'était simplement des tranches de polenta avec une poëlée de champignons variés. Un plat peut-être plus automnal qu'hivernal (le congélateur a participé) mais en tout cas délicieux.

A noter que, pour des personnes végétariennes ou intolérantes au gluten, c'est un aliment qui permet d'introduire un peu de variété dans les menus et de préparer des plats savoureux.

NB : afin de vous encourager à prendre plaisir à manger le plus souvent possible, je vous donne chaque jour un plaisir gourmand personnel. N'hésitez pas à poster un commentaire si vous voulez une recette détaillée, une adresse,... ou faire une suggestion gourmande.