Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/11/2010

Réveillon sans aliments obligés

Lundi matin, mon emploi du temps m'a permis d'écouter l'émission Service Public sur France Inter, à laquelle participaient deux bloggueuses que j'apprécie beaucoup, Esterelle et Clotilde, à propos des repas de fête. Je me souviens de ce que j'avais écrit l'année dernière à propos du réveillon. Je suis tout à fait d'accord avec Esterelle Payani, qui disait de réfléchir à se vraies envies, qui ne sont pas forcément conformes aux stéréotypes : foie gras, saumon fumé, dinde, ... Elle parlait ainsi d'un Noël en famille autour d'une flamiche aux poireaux ! Car là était leur envie ce jour-là. Il est essentiel de se faire plaisir et cela peut se faire avec des ingrédients plus simples. Toutefois, on peut prendre le temps de les préparer dans des recettes un peu sophistiquées, qui changent du quotidien, en prenant un peu de temps pour cuisiner (surtout, sans se bloquer en cuisine à l'heure du dîner).

L'année dernière, fidèles aux traditions, nous avions notamment dégusté foie gras, langoustines,… mais aussi des plats préparés à base de légumes, d'ingrédients simples. Je m'étais demandé pourquoi on choisissait toujours les mêmes mets pour ces dîners de fête, sans que ce soit peut-être nos mets favoris. On se contente en fait de suivre la tradition, année après année, et de sélectionner des plats coûteux qu’on ne peut pas s'offrir régulièrement.

Bien sûr, j’avais apprécié ces plats mais j’avais réalisé que :
- je m'étais davantage régalée avec des plats que j’avais préparés, notamment un délicieux soufflé au chocolat (très simple à faire) et une soupe de mandarines,
- ces produits très coûteux ne figurent finalement pas forcément parmi le palmarès de mes plats préférés. Et peut-être est-ce le cas pour vous aussi.

risotto.jpg

Pourquoi pas un risotto pour les fêtes ?

De plus, après une année de plaisirs gourmands, je persiste à penser qu'on peut se faire plaisir tous les jours et qu'il ne faut pas réserver cela aux jours de fête. Et manger du foie gras ou des huitres à un autre moment permet aussi de les payer moins cher.

Vous êtes-vous déjà demandé quels sont réellement vos plats favoris ? Ceux qui vous font particulièrement plaisir. Faites donc l’exercice et vous réaliserez sans doute qu’ils ne sont pas forcément très coûteux.

Alors, cette année, pourquoi ne pas inviter quelques-uns de vos « intrus » préférés à vos tables de fête, sous réserve qu’ils soient de saison ? Vous êtes prêts à tenter le coup ?

29/11/2010

Osons des accords inédits

Lors d'un des ateliers que j'animais il y a quelques jours, il y avait un peu deux profils de femmes : celles qui suivent pas à pas une recette, ne se font pas trop confiance, ne savent pas quels accords de saveurs faire. Et celles qui sont décomplexées, osent tout, se débrouillent avec ce qu'il y dans le frigo, aiment tester de nouveaux mélanges. Aux premières, je dis de faire confiance à leur goût, de ne pas se limiter aux accords ultra-connus de type saumon-aneth ou tomate-basilic. Pour leur donner quelques repères quand même, je leur ai parlé d'un livre de Julie Andrieu, "Carnet de correspondances, mes accords de goûts". Dans ce livre, elle passe en revue quelque 200 aliments courants et elle propose des tas de correspondances avec d'autres aliments. Plus quelques recettes. Je dois avouer que je l'ai mais que je ne pense pas souvent à m'y référer malheureusement !

Pour ma part, je suis tantôt l'une, quand je suis une nouvelle recette pas à pas, tantôt l'autre, quand je fonctionne à l'inspiration avec ce que j'ai sous la main.

P1020941.JPGCette fois, j'étais dans le deuxième cas. Pas envie d'une soupe malgré le froid. Des haricots verts al dente restaient du repas précédent. Avec quoi les assembler ? Je fais le tour du frigo et je décide de tenter un accord inédit : haricots verts-bresaola-roquefort. Cela me parait tentant malgré une petite crainte que ce soit un peu salé (surtout ne pas rajouter de sel) et je me lance.

C'est très vite fait juste à découper le fromage et la bresaola. Un filet d'huile d'olive et le tour est joué. Qu'en disent les papilles ? C'est tout à fait fameux, pas trop salé, les haricots verts étant en quantité suffisante pour atténuer cela. Voilà un délicieux repas improvisé. Alors, n'hésitons pas à pratiquer la cuisine du frigo en osant des mélanges qui nous font envie.

PS : j'aurais pu ajouter des amandes, accord vu a posteriori chez Julie Andrieu, cela aurait apporté une texture croquante. A noter pour une autre fois

NB : afin de vous encourager à prendre plaisir à manger le plus souvent possible, je vous donne de temps en temps un plaisir gourmand personnel. Je serai ravie que vous postiez un commentaire si vous voulez plus d'informations ou faire une suggestion gourmande.

28/11/2010

Pour une fin d'année gourmande et sereine

P1010968.JPGEn cette presque fin d'année, il me semble important de concentrer ses ressources mentales sur ce qui est le plus important. Dans ce but, j'organise deux derniers ateliers cette année :
 
MARDI 7 DECEMBRE A 19H00, ON SE VIDERA LA TETE DE L'OBSESSION DE LA MINCEUR
Vous lisez les magazines avec envie en regardant les mannequins et cela vous fâche avec votre propre corps ? Vous avez trop voulu ressembler aux modèles de la mode et des médias et cela vous a entrainé dans une spirale de régimes qui a produit malheureusement kilos supplémentaires et mal-être ? Un atelier ludique et informatif pour remettre en question le modèle unique de beauté qu'on nous présente, afin de privilégier le bien-être plutôt que la minceur à tout prix. 

 
JEUDI 9 décembre à 19h00, ON ENLEVERA LE STRESS DES REPAS DE FETE POUR N'EN GARDER QUE LE PLAISIR
Quand on mange souvent dans sa famille ou sa belle-famille généreuse en mets de table, que l'on participe à des fêtes amicales, on a souvent l'impression de trop manger mais on a du mal à faire autrement pour ne pas décevoir. Avec le risque que les kilos s'installent peu à peu. Quand on invite soi-même, on se fixe souvent des exigences immenses et sources de grand stress. Atelier participatif pour trouver des solutions concrètes à ces situations sans se fâcher avec qui que ce soit ! Et une préparation spéciale fêtes de fin d'année !

 
Ces deux ateliers durent 2 heures. Nombre de place limité pour favoriser l'interactivité. Inscriptions (25 euros par atelier) :
 

15:45 Publié dans Activités d'une diététicienne | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer

Psychologies explique le piège du régime Dukan

psychologies_dec10.pngA la une du magazine Psychologies ce mois-ci, on trouve une critique du régime Dukan. Un long article, écrit avant le rapport de l'ANSES sur les dangers des régimes, donne des pistes à la fois pour comprendre pourquoi on se laisse séduire à répétition par ce type de régimes et pourquoi on court à l'échec. Une analyse intéressante, avec des interventions de Gérard Apfeldorfer, Jean-Philippe Zermati, Arnaud Cocaul. Et c'est plutôt sympa, l'article est en ligne sur leur site (et actualisé en plus).

Je ne connais pas du tout le profil du lectorat de Psychologies. Les lectrices de Psychologies font-elles autant de régimes que la moyenne ou le fait de lire ce magazine les aide-t-elle à mieux se connaître et s'accepter ? Seule certitude : ce magazine est lu par 3/4 de femmes. Etant donné le nombre de femmes qui surveillent leur poids, il y en a forcément aussi parmi ces lectrices. Puisse cet article, comme le rapport cité plus haut, les faire réfléchir !

27/11/2010

Alimentation et stress avec HEC au Féminin

Fotolia_Ibi.jpgMardi et mercredi derniers, j'animais des ateliers dans le cadre d'HEC au Féminin.

Le thème choisi était "Alimentation et Stress". Sous ce titre plutôt large, j'avais imaginé trois thématiques qui me paraissaient concerner de nombreuses femmes. Nous les avons traités de façon nécessairement superficielle en deux heures mais je crois que cela a amené certaines participantes à réfléchir un peu différemment à leur relation à l'alimentation. Les trois thèmes étaient les suivants :

- Manger stresse : la dictature de la minceur, les injonctions santé permanentes et la cacophonie nutritionnelle auxquelles s'ajoutent maintenant les préoccupations écologiques, tout cela complique l'acte de manger. On a échangé autour des discours en vogue, du poids, des régimes, des croyances et réfléchi à comment manger un peu moins avec sa tête et plus avec son corps pour que la préoccupation alimentaire n'occupe pas tout l'espace mental.

- Le stress fait manger : bien souvent on mange sans faim, pour se détendre, se faire du bien, parce qu'on est tendue. On a travaillé à partir d'exemples concrets autour du décodage des émotions et des façons de les accepter pour ne pas forcément se réfugier dans la nourriture.

- Faire à manger stresse : je m'adressais à des femmes actives, souvent mères de famille, qui rentrent tard, ont des journées chargées et pas toujours l'envie ni le temps de préparer à dîner à hauteur des exigences qu'elles se donnent. Sans compter le manque d'idées, l'impression de monotonie, le frigo parfois un peu vide. Il y a eu un riche échange d'idées, d'astuces, de recettes rapides et je me suis employée à les déculpabiliser de ne pas passer des heures en cuisine.

Tout cela s'est déroulée dans une très bonne ambiance, très participative, avec des femmes de profils très variés avec lesquelles j'ai échangé avec grand plaisir. Merci à HEC au Féminin de m'avoir invitée.

Bien sûr, ces thèmes concernent toutes sortes de femmes, diplômées ou non, avec ou sans enfants, de tous âges et ma préoccupation est de modestement remettre un peu de sérénité dans tout cela.

Image copyright Fotolia_Ibi

26/11/2010

Agrémentons les surgelés

P1020934.JPGRencontrant beaucoup de femmes qui travaillent, qui rentrent tard, qui culpabilisent de ne pas cuisiner mais qui finissent souvent par gaspiller des légumes frais achetés le week end, je leur suggère d'avoir un petit stock de légumes surgelés parmi ceux qu'elles préfèrent.
Pour ma part, il ne s'agit ni d'acheter des poêlées de légumes toutes faites (dont on ne maîtrise pas l'assaisonnement) ni de servir des légumes juste cuits à la vapeur ou réchauffés au micro-ondes. Mais de trouver un bon mix qui sera vite prêt et agréable à manger. Ce peut être l'assemblage de plusieurs légumes proposés séparément. Ce peut être aussi les mélanges de légumes nature. Ainsi, l'autre soir, il s'agissait d'un mélange de notre fournisseur préféré (P..., n'est-ce pas ?!), une "jardinière de légumes bio" (carottes, haricots verts, petits pois, chou-fleur, pommes de terre) : avec l'ajout par mon chef cuisinier pesonnel d'huile d'olive, d'un peu d'ail, de quelques champignons de Paris émincés qui se trouvaient là, elle est devenue tout à fait savoureuse pour accompagner du bon jambon tranché fin. Et, pour tout dire, bien supérieure à ce que j'aurais imaginé, même si cela n'a pas le croquant du frais. Un repas simple, vite prêt et bon.

NB : afin de vous encourager à prendre plaisir à manger le plus souvent possible, je vous donne de temps en temps un plaisir gourmand personnel. Je serai ravie que vous postiez un commentaire si vous voulez plus d'informations ou faire une suggestion gourmande.

25/11/2010

Un rapport officiel de l'ANSES sur les dangers des régimes

Fotolia_regime2.jpgEnfin un rapport sur les dangers des régimes qui va peut-être nous aider, mes collègues et moi, à convaincre les personnes de ne plus entreprendre de régimes pour perdre du poids mais de travailler à une modification durable de leurs habitudes alimentaires. C'est l'ANSES (ex-AFSSA fusionnée avec l'AFSSET) qui vient de publier ce rapport, basé sur les travaux d'une expertise collective, qui a analysé les principaux régimes en vogue*.

En résumé, la conclusion est que les régimes amaigrissants pratiqués sans les recommandations ni le suivi d'un spécialiste (par exemple les régimes diffusés par les livres ou internet) présentent de nombreux risques pour la santé. Ils perturbent le fonctionnement normal du corps et peuvent avoir un impact sur les os, le coeur, les reins par les privations ou les surconsommations de certains nutriments qu'ils proposent. Ils peuvent aussi entraîner des perturbations psychologiques et des troubles du comportement alimentaire. De plus, le rapport souligne le paradoxe que les régimes entrainent une reprise de poids dans la durée, éventuellement supérieure à la perte (un cercle vicieux à l'origine du fameux yoyo : l'obésité commence parfois par un tout petit régime).

Je vais lire le rapport de façon plus approfondie et vous en reparlerai. D'ores et déjà, une petite remarque aux pouvoirs publics : si autant de personnes se tournent vers internet ou les livres, c'est peut-être qu'ils n'ont pas les moyens de consulter un spécialiste, nutritionniste ou diététicien. A quand un remboursement des consultations de diététique ?!

Le rapport complet "Evaluation des risques liés aux pratiques alimentaires d'amaigrissement" est sur le site de l'ANSES. Il fait 160 pages : si vous voulez un peu moins, il y a un dossier de presse plus synthétique.

*Les régimes qui ont été étudiés sont les plus populaires (en termes de fréquentation internet ou de livres) : Régime du Dr Atkins, Régime Californien du Dr Guttersen, Régime « Citron détox », Régime de la Chrononutrition du Dr Delabos, Régime du Dr Cohen, Régime du Dr Dukan, Régime du Dr Fricker, Régime Mayo, Régime Miami du Dr Agatston, Régime Montignac, Régime du Dr Ornish, Régime Scarsdale du Dr Tarnower, Régime de la Soupe au chou, Régime Weight Watchers, Régime Zone de M. Sears.

24/11/2010

Simple, bon, pas cher, ça existe !

P1020920.JPGOn me demande souvent des idées de repas simples pour le soir. Les oeufs sont une base bien utile pour cela et il y a un accord que j'adore : oeufs + épinards. On peut avoir de bons épinards en branches au congélateur, on les fait décongeler doucement, on ajoute un peu de beurre ou de crème selon son goût. Bien sûr, ce ne sont pas les épinards irremplaçables que me faisait ma maman (achetés chez un petit maraîcher local, épluchés soigneusement, cuits, mixés avec de la crème) mais je me régale aussi. Elle les servait alors avec des oeufs durs. Dans la formule actuelle, c'est plutôt un oeuf mollet ou poché (prévoir des oeufs bien frais) et je préfère. Tout cela avec un bon pain croustillant fait un repas simple, vite prêt, délicieux et vraiment pas très cher.

NB : afin de vous encourager à prendre plaisir à manger le plus souvent possible, je vous donne de temps en temps un plaisir gourmand personnel. Je serai ravie que vous postiez un commentaire si vous voulez plus d'informations ou faire une suggestion gourmande.

23/11/2010

Bento made in congélo pour aller au boulot

Lundi, j'avais une courte pause déjeuner à mon cabinet. Retour au bento pour la rendre plaisante et nourrissante. Comme je devais partir tôt le matin, j'avais presque tout préparé la veille au soir et je n'ai eu qu'à cuire le riz et mettre le tout en boite. Je m'étais appuyée en partie sur les ressources de mon congélateur : quand c'est possible, je fais des petits stocks de différents légumes pour avoir de la variété. J'ai ainsi trouvé des champignons et des pois gourmands, ainsi que du cabillaud. J'y ai ajouté des carottes, j'ai préparé le morceau de cabillaud avec une sauce miso (le miso est un incontournable d'un frigo japonisant !). Cela a donc donné un joli bento assez varié, avec du poisson / du riz / trois légumes. Dans un bento tout rond pour changer !

P1020929.JPG

Ce n'est pas si compliqué de se préparer à manger. N'en faisons pas forcément une obligation quotidienne, c'est trop contraignant. Mais on peut le faire par exemple une ou deux fois dans la semaine selon son envie. En s'organisant avec des restes du dîner et/ou des éléments stockés au congélateur, on n'y passe pas trop de temps. Et on se réjouit d'avance à l'idée de le déguster. Ce fut mon cas et ce bento était excellent.

NB : afin de vous encourager à prendre plaisir à manger le plus souvent possible, je vous donne de temps en temps un plaisir gourmand personnel. Je serai ravie que vous postiez un commentaire si vous voulez plus d'informations ou faire une suggestion gourmande.

22/11/2010

De la viande rouge de temps en temps

Je n'ai rien contre la viande rouge de temps en temps mais les circonstances font que je n'en mange pas très souvent. En week-end à Vérone, j'ai eu envie d'un plat local proposé dans de nombreux restaurants, la "tagliata de boeuf" : de fines tranches de boeuf servies avec une salade de roquette. Mais il y avait tellement de bonnes choses à goûter que finalement, cela ne s'est pas fait et je suis restée avec une légère frustration concernant ce plat. Je l'ai très vite oublié en replongeant dans la vie parisienne mais pas mon cher compagnon de gourmandise ! Il a eu à coeur de me le proposer ce dimanche pour prolonger le plaisir de cette escapade italienne. Il a fait cuire rapidement une belle tranche de faux-filet assez épaisse, l'a gardé bien tendre, puis l'a débitée en fines lamelles, déposée sur un lit de roquette. P1020921.JPG

Elle était accompagnée de quelques copeaux de parmesan et d'un petit assortiment d'antipasti, histoire de se sentir vraiment en Italie. Cela a donné une viande moelleuse dont le goût était réveillé par le piquant de la roquette : un régal ! 

NB : afin de vous encourager à prendre plaisir à manger le plus souvent possible, je vous donne de temps en temps un plaisir gourmand personnel. Je serai ravie que vous postiez un commentaire si vous voulez plus d'informations ou faire une suggestion gourmande.