Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/10/2010

Pâtes de luxe (plaisir gourmand du 30 octobre)

P1020837.JPGComme je le dis souvent, les pâtes sont déclinables quasiment à l'infini, on évite donc toute lassitude et on renouvelle les plaisirs. Samedi soir, il s'agissait de pâtes au crabe. Les miettes et pattes de crabe étaient associées à des spaghetti al dente et une goûteuse sauce tomate. C'était absolument délicieux, on s'est régalés ! Et quand je dis luxe, j'exagère un peu, il s'agissait de crabe surgelé de notre ami P..., pas ruineux.

Et rappelez-vous, les pâtes ne font pas grossir ! (à condition bien sûr d'en manger à sa faim).

NB : afin de vous encourager à prendre plaisir à manger le plus souvent possible, je vous donne chaque jour un plaisir gourmand personnel. Je serai ravie que vous postiez un commentaire si vous voulez plus d'informations ou faire une suggestion gourmande.

09:49 Publié dans Plaisirs gourmands | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | |  Imprimer

30/10/2010

Miam, du tofu ? (plaisir gourmand du 29 octobre)

P1020799bis.jpgLe tofu est un aliment qui segmente les mangeurs : il y a ceux qui adorent, ceux qui le mangent pas nécessité (des personnes végétariennes qui recherchent son riche apport en protéines pour compenser l'absence de viande et de poisson dans leur alimentation) et ceux qui rejettent catégoriquement cet aliment  qu'ils jugent fade, insipide, pâteux, ...

Je ne suis pas du tout végétarienne mais ma fréquentation assidue de la cuisine japonaise a développé mon goût vif pour cet aliment. Je fais donc partie de la première catégorie et me régale régulièrement de tofu. Oui mais du tofu japonais moelleux et accomodé de façons variées.

Vendredi, par exemple, il était délicieusement préparé avec un bouillon à base de dashi et associé à des champignons shitake cuits dans une sauce à base de soja. C'était un régal (je peux d'autant plus le dire que ce n'est pas moi qui avait cuisiné !). On n'est absolument pas obligé (e) d'aimer le tofu mais, si possible, faites-vous une opinion après avoir goûté du tofu japonais  (ou coréen ou  chinois) nature et pas seulement du tofu tout sec ou très cuisiné, fumé, ... qu'on trouve souvent en magasin bio.

NB : afin de vous encourager à prendre plaisir à manger le plus souvent possible, je vous donne chaque jour un plaisir gourmand personnel. Je serai ravie que vous postiez un commentaire si vous voulez plus d'informations ou faire une suggestion gourmande.

29/10/2010

Salade colorée pour temps gris (plaisir gourmand du 28 octobre)

P1020797.JPGQuand le temps refroidit et devient gris, on a souvent envie de plats mitonnés, de soupes, de chaleur. Mais, quand on est bien installés chez soi, on peut aussi opter pour une salade colorée qui va égayer la grisaille.

Ce jeudi, tout est parti d'un peu de saumon fumé qu'il fallait manger sans trop tarder. Finalement, j'ai eu envie d'une jolie salade et je lui ai adjoint des crevettes, du concombre, du pamplemousse rose, de la mangue, de la laitue, de la coriandre, et même un peu de graines germées pour une touche d'amertume. Un tour de poivre et cela a donné une salade sucrée-salée, fraîche et tout à fait délicieuse.

Alors, les salades peuvent être encore de saison, écoutez vos envies !

NB : afin de vous encourager à prendre plaisir à manger le plus souvent possible, je vous donne chaque jour un plaisir gourmand personnel. Je serai ravie que vous postiez un commentaire si vous voulez plus d'informations ou faire une suggestion gourmande.

28/10/2010

Bento solo aux couleurs d'automne (plaisir gourmand du 27 octobre)

Mercredi midi, plaisir d'un bento savouré en solo. Bien sûr, manger, c'est de la convivialité et du partage. Mais manger seul (e) peut être un plaisir aussi, comme je l'ai déjà évoqué. Notamment quand on ouvre un joli bento varié le midi. Qu'on peut être attentif(ve) aux saveurs qu'il renferme.

P1020791.JPG

Cette fois, il y avait, outre le traditionnel riz, du tofu grillé, des champignons (prélevés sur la poêlée de la veille), des carottes saupoudrées d'un délicieux mélange made in japan, du potiron au soja et sésame. C'était appétissant et délicieux.

J'avais tout préparé à l'avance, cuit plusieurs aliments simultanément, combiné des ingrédients de plusieurs repas. Donc, au final, j'ai assez bien optimisé mon temps. Et cela vaut la peine de passer un peu de temps à cuisiner pour des repas à la fois bons, sains et économiques.

 

27/10/2010

Des champignons, vite, c'est la saison ! (plaisir gourmand du 26 octobre)

P1020790.JPGMardi, plaisir d'une poêlée de champignons aux saveurs renforcées par un peu d'ail et de persil plat. Profitons des girolles, des cèpes, des trompettes de la mort, ... pendant que c'est la saison.

Mais, hier, lors d'un de mes ateliers, une participante disait qu'il était difficile d'avoir le repère des saisons quand on trouve de tout toute l'année. Est-ce vraiment si compliqué ? D'abord, les étals sont-ils vraiment toujours uniformes ? Et on peut retrouver cette notion : observons la provenance des fruits et légumes et privilégions ce qui vient de France : il y a plus de chance que ce soit de saison ! Ils auront plus de goût car ils n'auront pas voyagé longuement au froid. Regardons aussi les prix : en pleine saison, les aliments à qualité égale seront moins chers.

Donc, réapproprions-nous cette notion d'aliments de saison qui n'a que des avantages, y compris celui de nous conduire nécessairement à de la variété dans nos repas, quand je vois tant de personnes se plaindre de monotonie.

NB : afin de vous encourager à prendre plaisir à manger le plus souvent possible, je vous donne chaque jour un plaisir gourmand personnel. Je serai ravie que vous postiez un commentaire si vous voulez plus d'informations ou faire une suggestion gourmande.

26/10/2010

Miam, une soupe ! (plaisir gourmand du 25 octobre)

soupe08nov.jpgCertaines personnes font grise mine à l'idée de manger une soupe. Et pas que les enfants. Comme si c'était un repas triste. Peut-être si on achète des soupes banales dans le commerce. J'ai ainsi un lointain souvenir de mes jeunes années autonome où j'achetais des briques de "Pursoup". Je ne sais plus quel goût cela avait. Sans doute pas très intéressant.

Aujourd'hui, je me régale régulièrement avec des soupes variées. Et ce sont toujours des soupes maison car ce n'est vraiment pas compliqué.  Jamais de lassitude, j'enrichis régulièrement mon répertoire et je choisis des légumes de saison la plupart du temps. Ce lundi, c'était une soupe particulièrement savoureuse, que j'avais déjà réalisé l'année dernière : une soupe de légumes et lentilles corail au cumin. Elle est pleine de parfums et on peut la manger soit "en julienne" (avec des petits morceaux de légumes et les lentilles), soit moulinée. Dans les deux cas, elle est délicieuse.

NB : afin de vous encourager à prendre plaisir à manger le plus souvent possible, je vous donne chaque jour un plaisir gourmand personnel. Je serai ravie que vous postiez un commentaire si vous voulez plus d'informations ou faire une suggestion gourmande.

25/10/2010

Stop au tout beau tout bio !

Souvent, on me demande ce que je pense de l'alimentation bio. Je suis tentée de retourner une question à mes interlocuteurs : pourquoi voulez-vous manger bio ? En fait, cela ne parait pas toujours très clair dans leur tête. Il y a sans aucun doute un effet de mode chez les consommateurs et aussi une démarche marketing de certains intervenants de l'agro-alimentaire face à un filon qu'ils pressentent rentable. Si on creuse un peu, on pourrait manger bio pour plusieurs raisons :

legumes_varies.jpg
Si tous ces légumes ne sont pas bio, c'est grave ?

- Manger bio, c'est écolo !

On répondrait à des préoccupations d'ordre écologique. C'est sûrement mieux pour la planète. On est en train de la maltraiter à coup de produits chimiques. Sans doute. Mais je vois beaucoup d'incohérences dans cette approche : pourquoi tellement de produits bio contenant de l'huile de palme qui contribue à la déforestation ? Pourquoi tellement de produits bio venant de l'autre bout du monde, de Chine ou de Nouvelle-Zélande et donc à forte empreinte carbone ? Ne vaudrait-il pas mieux consommer des produits cultivés localement, bio ou non ? Même Laurence Salomon, restauratrice apôtre d'une alimentation saine, déclare faire confiance à des petits producteurs locaux, même s'ils ne sont pas estampillés bio. Beaucoup de producteurs pratiquent une agriculture raisonnée, ne peut-on s'y intéresser ?

- Manger bio, c'est meilleur !

Manger bio, ce serait meilleur au goût. Ah, la saveur incomparable des légumes bio, nous dit-on. C'est ce dont on est convaincus. Or, les études basées sur des dégustations faites en aveugle ne montrent pas de plus-value gustative notable du côté des aliments bio. Bien sûr manger un produit naturel, des légumes de saison d'un petit producteur, cueillis à maturité, de la cuisine maison, tout cela peut être meilleur que les équivalents industriels, les légumes conservés longtemps au froid dans des circuits de grande distribution ou produits à contre-saison. Mais cela n'a rien à voir avec le fait d'être étiqueté bio. Du naturel, du brut, de l'aliment de saison, oui mais pas obligatoirement du bio. Ne confondons pas bio et naturel.

- Manger bio, c'est diététique !

Ce n'est pas l'argument le plus courant mais il y a parfois des confusions. Bien sûr, cela n'a aucun rapport ! Les produits bio ne sont pas plus légers que les autres. Quick vient par exemple de lancer un hamburger bio et comme l'écrivait justement une journaliste de Libération, "des calories et du gras bio, c'est toujours des calories et du gras !".
De même, les biscuits bio par exemple sont aussi caloriques que les autres. Il n'y a aucune raison de privilégier les produits bio pour des raisons de légèreté (mais pas non plus les produits allégés). Restons-en donc aux produits "normaux" !

- Manger bio, c'est bon pour la santé !

C'est sans doute un argument valable. Même si des preuves irréfutables n'ont pas encore été apportées, il est fort probable que l'absorption de certains pesticides présents notamment dans les fruits et légumes ne soit pas très bonne pour notre santé. Mais cela n'est pas vrai pour tous. Et on peut déjà laver, éplucher ceux qu'on achète. Attachons-nous déjà à avoir une alimentation variée, à ne pas acheter trop de produits industriels transformés à la composition complexe. Et si l'on trouve les aliments bio trop chers, que cela ne soit pas un prétexte pour ne pas manger de fruits et légumes. L'intérêt de ces derniers dans une alimentation variée existait bien avant que l'on parle de bio !

Au final, ce qui m'agace, c'est la folie bio qui envahit tous les domaines, sans beaucoup d'esprit critique. Pourquoi ne pas surtout acheter des aliments locaux, non transformés, naturels, de saison, et les cuisiner ?

Quant aux cosmétiques bio (ce n'est pas du tout mon domaine), la dermatologue avec laquelle je partageais un atelier Beauty Loft il y a quelques jours était plutôt catégorique pour dire que cela n'avait aucun intérêt et ses arguments avaient l'air assez convaincants.

24/10/2010

Chocolat soyeux avec Jacques Génin (plaisir gourmand du 24 octobre)

P1020786.JPGHasard des circonstances, je continue mon périple chez les hommes de haute gourmandise. Après Patrick Roger, Pierre Hermé, Christophe Vasseur, voilà le tour de Jacques Genin. J'adore ce chocolatier (ou fondeur en chocolat comme il se qualifie), ses caramels parfumés à tomber, sa tarte au citron, son salon de thé, ... J'ai entendu parler un peu partout de ses deux livres récents, autour de la tarte au citron justement et du chocolat. Cela me me paraissait pas des achats prioritaires, notamment le chocolat car j'ai déjà beaucoup de recettes en stock.

Mais j'ai été ravie de découvrir une recette dans la rubrique Foodingues du cher Jacky Durand dans Libération jeudi. Il donnait la recette d'une "mousse sans blanc d'oeuf, pour la texture d'une soie". A la place, il y a de la crème, autant dire que c'est plus velouté et plus riche aussi ! Mais aucune raison de se priver, on pense juste à garder une place pour le dessert.

J'avais déjà réalisé une mousse similaire ("sans oeufs, sans beurre, sans sucre"). L'astuce est qu'on mélange au chocolat la crème sous deux formes : une crème fouettée et une crème qu'on a fait bouillir comme pour une ganache (bien sûr, il s'agit de crème fleurette : de la crème liquide entière). Cela donne une sorte d'intermédiaire entre une ganache et une mousse, qu'on laisse bien reposer au frais avant dégustation. Et c'est comment ? Onctueux, fondant, délicieux... et nourrissant !

Le meilleur du chocolat, Jacques Génin, éditions Alternatives, 15 euros

NB : afin de vous encourager à prendre plaisir à manger le plus souvent possible, je vous donne chaque jour un plaisir gourmand personnel. Je serai ravie que vous postiez un commentaire si vous voulez plus d'informations ou faire une suggestion gourmande.

Japonais, nouveau et bon : Kunitoraya 2 (plaisir gourmand du 23 octobre)

Le samedi midi, nous déjeunons souvent japonais: c'est un de nos plaisirs du début de week end de déjeuner dehors et de nombreux restaurants japonais sont ouverts. Cette fois, nos pas nous ont mené vers un restaurant ouvert récemment, Kunitoraya 2. Peut-être connaissiez-vous Kunitoraya, rue Ste Anne ? "La Mecque" des udon, ces grosses nouilles japonaises à base de blé souvent servies dans un bouillon brûlant, que l'on aspire bruyamment. C'est un restaurant que l'on repère facilement à la longue queue franco-japonaise qui attend pour y déjeuner.

Kunitoraya 2, c'est plus chic, plus spacieux (installé dans un ancien bistrot traditionnel au décor pas vraiment japonisant), plus calme. Et aussi plus cher. On peut s'y régaler d'un bol de udon pour 15-20 euros. Nous avons choisi la formule "bento" (réservée aux grandes faims !) pour avoir un aperçu de diverses spécialités. C'était très bon de bout en bout :

P1020779.JPG 

Des petites entrées pleines de saveurs, parfois assez relevées (poutargue, wasabi, ...) servies dans un bento

P1020780.JPG
Des tempura plaisantes
P1020782.JPG
Un original et succulent sushi d'anguille à la vapeur (joliment dessiné par "la peau d'ourse"
 
On a terminé par la spécialité de la maison, une mini-soupe de udon agréablement parfumée. Tout cela était savoureux et tout à fait adapté à une journée grise. On serait bien restés au chaud toute l'après-midi à boire du thé grillé servi copieusement.
 
Kunitoraya 2 : 5 rue Villédo (près de la rue Ste Anne), Paris Ier. Le menu "bento" : 37 euros

NB : afin de vous encourager à prendre plaisir à manger le plus souvent possible, je vous donne chaque jour un plaisir gourmand personnel. Je serai ravie que vous postiez un commentaire si vous voulez plus d'informations ou faire une suggestion gourmande.

Stop à la diabolisation des aliments !

Le budget se mêle d'alimentation et de surpoids. Croyant sans doute bien faire, des députés ont déposé un amendement dans le cadre du projet de loi de finances pour supprimer le taux réduit de TVA pour les pâtisseries, viennoiseries, crèmes glacées et sorbets et le chocolat (source CNA - Centre national de  l'alimentation). Le motif invoqué est celui de la santé publique et de la lutte contre l’obésité. Jean-Pierre CROUZET, Président de la CGAD (Confédération Générale de l'Alimentation de détail), a, à juste titre, saisi les députés afin qu’une telle disposition ne soit pas adoptée.

P1020585.JPG

Un délicieux flan de boulanger ne serait pas un aliment comme les autres ?

Car que veut-on dire par là ? Que les pâtisseries, les glaces, le chocolat ne seraient pas des aliments comme les autres ? Qu'ils seraient responsables des problèmes de surpoids et d'obésité ? M. Crouzet souligne qu'"il n'y a pas de mauvais aliments mais de mauvais comportements alimentaires".

Et l'on sait bien que plus on diabolise des aliments, plus on développe la frustration et l'envie d'en manger. Chocolat, pâtisseries, glaces ... font partie d'une alimentation normale, variée, équlibrée. Il n'y a aucune raison de les traiter différemment des autres aliments. J'imagine qu'à quelque jours de l'ouverture du Salon du chocolat, certains chocolatiers vont aussi monter au créneau pour défendre leur beau métier !