Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/09/2012

Comment manger dans un buffet ?

C'est une difficulté que rencontrent grand nombre des personnes qui me consultent : comment ne pas trop manger dans un buffet ?

Une personne qui a une relation normale avec l'alimentation mangera peut-être un peu machinalement si elle est prise par les conversations. Ou au contraire picorera à peine pour la même raison. Et ne se prendra pas la tête.

Une personne qui a souvent des repas tristes poura voir cela comme une fête et ne pas décoller du buffet.

Une personne qui s'est déconnectée de ses sensations alimentaires  perdra ses repères si elle se retrouve sans l'assiette qu'elle a l'habitude de terminer et risquera de manger trop en le réalisant trop tard.

Une personne qui se restreint, est au régime, se prive de certains aliments, aura très souvent tendance à "se lâcher" dans ce type d'occasions et à manger, éventuellement en grande quantité, des aliments qu'elle s'interdit ailleurs.

Une personne curieuse aura envie de tout goûter simplement parce que c'est là, ou par peur de rater une sensation gustative essentielle...

Et parfois une même personne combine plusieurs de ces comportements....

Alors, que faire ?

- Surtout ne pas suivre un conseil régulièrement donné par les nutritionnistes et autres qui prescrivent des régimes, qui serait de manger avant ! Car cela n'empêche pas la plupart du temps d'avoir envie de manger sur place et donc on mange deux fois plus au final. Ou sinon on se prive et on est terriblement frustré(e).

- Il ne s'agit pas non plus d'arriver affamé(e), mais juste avec une faim normale.

- Si on est gourmand(e), on peut faire le tour du buffet pour repérer ce qui fait le plus envie (en se mettant dans la têt qu'on ne pourra probablement pas tout goûter et ce n'est pas si grave !).

- Se souvenir qu'on est probablement là pour d'autres raisons que manger... et donc on peut se désintéresser un peu du buffet.

- Si c'est possible, prendre une assiette, ce qui permet d'avoir davantage conscience de ce qu'on mange si on n'est pas très à l'aise avec la perception d'être rassasié(e).

- Sinon, s'efforcer de ne pas manger trop machinalement et faire le point sur son appétit de temps en temps.

- Si on aime le sucré, se dire qu'il y aura très probablement une partie desserts et qu'il serait mieux de lui garder une place pour l'apprécier.

- surveiller sa consommation d'alcool, entre autres car elle brouille la perception de ce qui est mangé.

Enfin, il n'y a rien de dramatique à manger un peu trop, surtout si c'est parce qu'on se régale : on attendra ensuite le retour de la faim, quitte à sauter un repas...

Ainsi, il y a quelques jours, j'étais à la Journée Associative du GROS, où le contenu des débats était plus passionnant que celui des assiettes...

P1060188.JPG

Il s'agit donc de se rappeler pourquoi on est là : se nourrir d'échanges largement autant que d'aliments ! (certains reconnaitront peut-être Gérard Apfeldorfer sur le gauche)

P1060186.JPG

Et évaluer sa faim et ses envies pour se servir en conséquence et, si on aime le sucré, garder une petite place pour le dessert...

 

Et pour vous, comment cela se passe-t-il dans les buffets, cocktails, apéros, ... ? 

 

 

19/11/2010

Je vois à manger, je mange...

Avez-vous remarqué que souvent, dans un petit déjeuner de boulot riche en viennoiseries, dans un pot amical ou professionnel, dans un cocktail, beaucoup de personnes mangent alors qu'en fait, elles n'ont pas vraiment faim, que ce ne sont pas forcément leurs aliments préférés. Pourquoi ?

P1010909.JPG

Cette envie de manger face à la présence d'aliments peut avoir plusieurs raisons et je ne suis sans doute pas exhaustive :
- on est déconnecté(e) de ses sensations de faim et de rassasiement, on ne sait plus trop les distinguer ou on ne les écoute pas. Du coup, on est sensible à des signaux extérieurs et on agit par une sorte de réflexe : à la vue d'aliments, on s'en saisit sans se poser de questions.
- on est occupé(e) à autre chose, on parle, on écoute, on rencontre des personnes, on travaille, ... Tout cela capte notre attention et par conséquent, on mange machinalement...un peu ou beaucoup : on n'y fait pas attention. Et on ne sait même pas trop dire si c'est bon ou non.
- on n'est pas très à l'aise dans ce type de contexte, on cherche à se donner une contenance et pour cela, on fait en sorte d'avoir toujours quelque chose à la main, qu'on mange bien sûr ! Un peu comme on pourrait tenir une cigarette ou un verre.
- on est habituellement en restriction, au régime et c'est dans ce genre d'occasions qu'on oublie ses principes : on se lâche et on mange beaucoup car ce sont des aliments qu'on s'interdit d'habitude et on en a donc soudain très envie (viennoiseries, biscuits apéritif, ...).

Que faire alors ? Surtout, ne pas se focaliser sur ces occasions pour se désespérer et culpabiliser. Cela ne serait sans doute pas très utile. Si on décide de changer ses habitudes alimentaires, ce n'est peut-être pas par là qu'il faut commencer. Mais si on fait un travail pour être davantage à l'écoute de sa faim, des ses envies, de ce qu'on aime vraiment, qu'on sort d'une logique de régimes, qu'on se fait plaisir au quotidien, cela peut progressivement changer aussi la façon dont on vit ces moments-là.

04/02/2010

Patisseries Plumes : plaisir gourmand du 3 février

patplume 001.jpg

Mercredi soir, je recevais des amis/anciens collègues autour d'un petit buffet. Pour la partie salée, manquant de temps pour faire les choses sérieusement, j'avais fait appel aux Pâtisseries Plumes, un traiteur qui se situe dans la gourmandise légère. J'ai fait un choix varié et on s'est régalés : roulé de courgette et saumon, pot de concombre de chèvre frais à la menthe, tarte épinards-chèvre, tartare de crevettes, quiche lorraine, roulade saumon-ricotta-aneth (1ère photo), pain au lait au guacamole et crevettes, toast de foie gras aux éclats de noisette (2ème photo). Tout était bon mais mention particulière pour ma part pour le concombre au chèvre et le tartare de crevettes.

patplume 002.jpg

Comme leur nom l'indique, les Pâtisseries Plumes (basées à Montreuil) proposent aussi bien sûr des pâtisseries et desserts : tartes, gâteaux, cakes, ... Le principe est d'alléger les préparations en sucre et en gras, d'abord pour retrouver la saveur des ingrédients de base. j'avais eu l'occasion de goûter par exemple une tarte au citron ou un cake aux framboises et ils étaient délicieux. Pour moi, il ne s'agit pas de manger cela dans une optique de régime, ni d'en manger deux fois plus sous prétexte que c'est plus léger mais de manger des préparations goûteuses et adaptées à la vie d'aujourd'hui où on supporte souvent assez mal des plats trop lourds.

Coïncidence, les Pâtisseries Plume sont aussi aujourd'hui dans la rubrique Foodingues de Libération pour une appétissante recette de tarte au chèvre frais avec citron et orange.

 

09/02/2009

Manger dans un cocktail : oui mais pas trop !

Vous êtes sûrement amenés à fréquenter pour des raisons amicales ou professionnelles "pots", buffets, cocktails, ... Faites-vous partie de ceux qui se jettent sur les petits fours comme s'ils n'avaient pas mangé depuis 3 jours ou des "réseauteurs" qui sont surtout là pour parler et faire connaissance, un verre à la main ? Vous trouverez quelques conseils à expérimenter dans de telles circonstances en cliquant sur ma chronique du site Toutpourlesfemmes, qui concerne complètement aussi les hommes !

Fotolia_buffet.jpg

21:12 Publié dans Pistes pour bien manger | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : soiree, buffet, cocktail, sortie, nutrition | |  Facebook | |  Imprimer