Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/02/2010

Lentilles au chorizo : plaisir gourmand du 27 février

lentilles_chorizo.jpgSamedi soir, une sorte de réinterprétation du traditionnel petit salé aux lentilles avec des lentilles au chorizo : soit de savoureuses et tendres lentilles acompagnées de quelques tranches de chorizo plutôt doux. C'était tout à fait délicieux.

Comme je l'ai indiqué l'autre jour au sujet de la polenta. mes premières expériences de lentilles, faites dans des cantines, étaient également assez dramatiques gustativement parlant et je suis restée des années sans en manger. Mais j'ai eu heureusement l'occasion d'en goûter à nouveau dans d'autres circonstances et depuis j'adore les lentilles :  vertes ou corail, chaudes ou en salade, avec par exemple un assaisonnement à base de jus d'orange, avec du poisson, seules, en soupe, en purée, associées à des légumes, ... Les variations ne manquent pas. Et ce n'est ni long ni fastidieux à préparer : le temps où il fallait les faire tremper des heures est bien fini.

Les légumes secs, aussi appelés légumineuses (lentilles, haricots, pois chiches, ...) étaient tombés en désuétude mais pensez à les redécouvrir, car c'est un élément à ne pas négliger dans une alimentation variée et plaisante. 

De plus, si vous êtes végétarien(ne), les légumes secs associés à des céréales vous permettent de compenser l'absence de viande et poisson, comme dans les associations semoule et pois chiches du couscous, ou les lentilles avec du riz en Inde par exemple.

NB : afin de vous encourager à prendre plaisir à manger le plus souvent possible, je vous donne chaque jour un plaisir gourmand personnel. N'hésitez pas à poster un commentaire si vous voulez une recette détaillée, une adresse,... ou faire une suggestion gourmande.

27/02/2010

Les ingrédients japonais, cela vous dit ?

La cuisine japonaise est à la mode, vous avez dû vous en rendre compte : les livres de cuisine japonaise fleurissent. Les bentos sont très tendance même si on n'y consacre peut-être pas la même attention que la femme japonaise (dernier avatar, le "bento minceur" !). Les cours d'apprentissage du sushi ne désemplissent pas même s'il faut au moins dix ans pour devenir un bon maître sushi ! 

nimes 017.jpgLe JETRO France, organisme en charge du développement des relations commerciales entre le Japon et la France, a pris le sujet sous un autre angle, celui des ingrédients. Pas le matcha ou le yuzu dont la mode envahit plats et pâtisseries sans trop de recul. Mais des ingrédients de base de l'alimentation japonaise. Cet organisme a proposé à quatre chefs* de s'intéresser à des ingrédients typiques et de créer des recettes avec eux. J'en avais parlé ici. Des recettes bien dans leur style, pas des recettes japonaises. La réussite et la créativité étaient au rendez-vous et, pour le JETRO, ce ne serait qu'une étape. L'idée serait progressivement d'intéresser les Français, et pas seulement les chefs, à ces ingrédients pour leur donner une place dans notre cuisine.

Si découvrir les ingrédients et d'autres aspects de l'alimentation japonaise vous intéresse, vous pouvez profiter d'une visite au Salon de l'Agriculture (jusqu'au 7 mars) pour visiter le Pavillon Japon (hall 3). La journée du mercredi 3 mars sera une journée Japon avec de nombreuses animations pour enfants et adultes. Peut-être n'est-ce pas l'une de vos destinations naturelles ?!

Il s'agit donc de partir des ingrédients bruts. Certains aliments japonais (et asiatiques) ont commencé à percer un peu dans notre alimentation : la sauce soja, les champignons shiitake, le tofu, les algues. Mais il y a des aliments plus étranges. C'est peut-être cette bizarrerie justement qui pourrait leur donner une place, s'ils n'ont pas vraiment d'équivalent. Ainsi, le naga-imo (tubercule proche de l'igname), aliment à la texture gélatineuse très spéciale pourrait trouver un usage. La racine de lotus pourrait se faire remarquer dans certains plats avec son drôle de look ajouré en forme de roue et sa texture très croquante. Le wasabi peut déserter les sushis-sashimis et relever des sauces avec sa saveur piquante.

Racine de lotus (renkon) en fine friture

 

Clea, bloggueuse et auteur culinaire (www.cleacuisine.fr), qui a vécu au Japon, avait proposé l'année dernière un petit livre allant un peu dans le même sens, sous un angle végétarien-bio : « Comment utiliser les ingrédients japonais ? » (éditions La Plage). Là encore, l'idée était de montrer que certains aliments courants au Japon peuvent être utilisés sans faire une vraie cuisine japonaise.

De votre côté, utilisez-vous certains ingrédients japonais ? Lesquels ? Pour faire de la cuisine japonaise ou pour les intégrer dans votre cuisine ?

Et rendez-vous ans quelques années pour voir où on en est avec ces aliments ! Car la cuisine française usuelle est faite de métissages. Non seulement le couscous est un des plats préférés des Français mais l'alimentation française a complètement intégré certains ingrédients venus d'ailleurs. Sans remonter à l'arrivée de la pomme de terre, de la tomate, du chocolat et des épices à la Renaissance, vous souvenez-vous avoir mangé des brocolis, des kiwis ou de la mozzarella il y a 30 ans ? Ou du quinoa il y a même 5 ans ? Faisaient-ils partie de votre alimentation usuelle ?

* Il s'agissait de :
- Thomas Bouffault, l'Arôme, Paris 8ème ;
- Guillaume Delage, Jadis, Paris 15ème ;
- William Ledeuil, Ze Kitchen Galerie, Paris 6ème ;
- Jean-Christophe Rizet, chef de la Truffière, Paris 5ème.

Clafoutis d'endives : plaisir gourmand du 26 février

23fev 005.jpgVendredi, je tente une première recette d'un livre très intéressant : "Les saveurs du zen, la cuisine végétarienne au temple zen de la falaise verte". Il s'agit des recettes de ce temple, situé dans l'Ardèche, rassemblées par Françoise Dye, la cuisinière du lieu pendant 15 ans. Les recettes ne sont sans doute pas révolutionnaires mais tentantes pour qui aime bien cuisiner les légumes et céréales. Et, surtout, ce n'est pas qu'un livre de cuisine puisqu'il y a aussi les "grains de sel" de Taïkan Jyoji, qui dirige le temple et nous fait connaître différents aspects de la cuisine zen et du zen en général.

26fev 005.jpgHiver oblige, je me suis tournée vers les "endives du diable", soit des endives avec du roquefort (ou autre fromage bleu) et des noix, un trio classique de saison. On peut les préparer seules ou les traiter en "clafoutis" ou en crumble. Pour le clafoutis, les endives sont d'abord cuites dans une sauteuse puis au four en les nappant d'un léger appareil oeuf battu-farine-Roquefort fondu, plus les noix concassées en fin de cuisson.

C'était tout à fait délicieux, les endives étaient fondantes, avaient la juste amertume et étaient agréablement relevées par le "clafoutis" au fromage bleu.

 NB : afin de vous encourager à prendre plaisir à manger le plus souvent possible, je vous donne chaque jour un plaisir gourmand personnel. N'hésitez pas à poster un commentaire si vous voulez une recette détaillée, une adresse,... ou faire une suggestion gourmande.

26/02/2010

Pour ou contre les légumes surgelés ?

Très souvent, mes patients me parlent des courses qu'ils font le week end, parfois au marché, avec notamment l'achat de légumes. Mais certains, notamment les célibataires, sortent de façon impromptue plusieurs fois par semaine et finissent par manger ces légumes tardivement, un peu défraîchis, voire par en jeter une partie, avec culpabilité à la clé.

Alors, je leur suggère d'acheter des légumes surgelés. Ils me regardent souvent étonnés,  car beaucoup pensent que c'est moins bien que des légumes frais.

Or, il y a plein de bonnes raisons d'acheter des légumes surgelés (je parle des surgelés et pas des légumes en conserve dont une pub complètement idiote à la radio nous a rebattu les oreilles ces derniers temps, et que, personnellement, je trouve quand même moins bons) :

21fev 002.jpg

- on évite le gaspillage et on peut utiliser la juste portion dont on a besoin.

- on gagne du temps de lavage et d'épluchage, ce qui peut être essentiel quand on a peu de temps pour préparer le repas, le soir notamment.

- les légumes surgelés, contrairement à ce qu'on pense, sont souvent plus intéressants nutritionnellement parlant : ils ont été congelés juste après récolte et ont gardé leurs vitamines alors qu'au bout de quelques jours dans le bac à légumes, les légumes frais les ont en grande partie perdues.

- cela permet d'avoir une plus grande variété de légumes puisqu'on n'utilise pas tout d'un coup.

- cela permet parfois de s'échapper des légumes de saison si on en a vraiment envie (par exemple pour faire de la sauce tomate pour les pâtes en hiver !)

- c'est plus économique : du fait du non gaspillage dont j'ai parlé, mais aussi car ce n'est pas tellement plus cher (voire équivalent) que les légumes frais au poids brut. Et c'est même carrément économique si on ramène cela au poids utile, après épluchage. Pour en avoir le coeur net, j'ai pris quelques exemples :

* côté surgelés, c'est le prix Picard pour des légumes nature, épluchés et découpés (je vous promets que je n'ai pas d'actions chez Picard, mais j'apprécie la diversité de leur choix)

* côté produits frais, j'habite à Paris, je n'ai pas de voiture, donc je vais chez le commerçant du coin, qui a des produits de qualité et on peut très probablement trouver des légumes frais moins chers :

Les légumes frais m'ont paru vraiment chers : c'est peut-être dû à un hiver plutôt rigoureux ?

Voici donc les prix au kilo comparés pour trois légumes de saison : carotte, brocoli, poireau :

Carottes : Picard 1,40 euro / Légumes frais bruts 1,99 euro / Légumes frais utiles 2,49 euros (perte en épluchage : 20 %)

Brocoli : Picard 2,20 euros / Légumes  frais bruts 2,99 euros / Légumes frais utiles 3,74 euros (perte en épluchage : 20 %)

Poireaux : Picard 2,20 euros / Légumes frais bruts 2,99 euros / Légumes frais utiles 4,98 euros (perte en épluchage : 40 %).

Que des avantages alors ? Vous allez sans doute me dire : et le goût ?

Soyons honnêtes, selon les légumes, le goût n'est pas toujours aussi bon et surtout la texture n'a pas forcément le croquant du frais. Je vous suggère, sur ce sujet, de faire votre propres expérimentation pour déterminer les légumes surgelés qui vous conviennent.

Pour ma part, je n'ai pas tout testé mais je retiens pour le côté pratique : le brocoli, le chou-fleur, les artichauts, les épinards, les fèves (on n'a pas à les éplucher !), certains champignons (mais parfois, ils manquent de saveur), les oignons émincés (qui dépannent bien et évitent de pleurer à l'épluchage). 

En revanche, les haricots verts surgelés ne sont jamais à la hauteur. Les carottes, courgettes, ... sont souvent trop molles en texture, donc cela dépend de l'utilisation qu'on veut en faire.

Cela me parait vraiment utile pour une utilisation en semaine. Toutefois, le reste du temps, éplucher et découper, émincer des légumes est une activité qui calme et fait oublier ses préoccupations, donc il ne faut pas s'en priver !

 Et vous, que pensez-vous des légumes surgelés ?

Pâtes aux crevettes : plaisir gourmand du 25 février

25fev 003.jpgJeudi soir, une envie soudaine de pâtes. Pas de problème, je m'y mets, c'est rapide, de bons spaghettis et quelques crevettes que j'ai sous la main, un peu d'assaisonnement et voilà un savoureux plat qui me fait plaisir. Et, je le rappelle, les pâtes ne font pas grossir ! Nous avons besoin de manger des féculents pour l'énergie et ce n'est pas non plus un problème d'en manger le soir.

C'est important, quand on le peut, de réfléchir à ce qu'on a envie de manger. En effet, si on mange un plat qui correspond à cette envie, on va se régaler beaucoup plus. Et on sera rassasié en terme de plaisir gustatif, ce qui permet d'arrêter de manger. Bien sûr, ce n'est pas toujours possible. Mais déjà, on peut faire en sorte d'avoir à disposition une certaine variété d'aliments qu'on aime et qu'on peut assembler, dans le placard, le frigo, le congélateur. Par ailleurs, beaucoup de personnes n'aiment pas manger seules mais c'est en tout cas un avantage de cette situation : on n'a pas à "négocier" ce qu'on va manger, on peut se faire plaisir à soi !

NB : afin de vous encourager à prendre plaisir à manger le plus souvent possible, je vous donne chaque jour un plaisir gourmand personnel. N'hésitez pas à poster un commentaire si vous voulez une recette détaillée, une adresse,... ou faire une suggestion gourmande.

 

25/02/2010

Diner japonais avec thon confit : plaisir gourmand du 24 février

Mercredi soir, retour à l'un de nos pays de coeur, le Japon, avec un dîner japonais composé de quatre éléments tous délicieux :

- un bol de riz recouvert de thon confit et ciboulette (une recette inspirée de Philippe Delacourcelle, chef du restaurant le Pré Verre, qui a largement arpenté le Japon et étudié sa cuisine) : le thon cuit tranquillement dans une sauce composée de sauce soja, un peu de sucre et saké (on pourrait aussi utiliser de l'espadon).

- une salade mixte avec laitue, concombre, algues wakame, champignons de Paris, haricots mungo (ce qu'on appelait autrefois pousses de soja) et sésame : un festival de textures croquantes,

- une soupe miso,

- des légumes tsukemono (aubergine et prune ume) pour l'acidité.

Un repas varié qui n'est toutefois pas prêt en 5 minutes, c'est pour les jours où on a un peu de temps !

24fev 007.jpg

NB : afin de vous encourager à prendre plaisir à manger le plus souvent possible, je vous donne chaque jour un plaisir gourmand personnel. N'hésitez pas à poster un commentaire si vous voulez une recette détaillée, une adresse,... ou faire une suggestion gourmande.

 

 

09:29 Publié dans Plaisirs gourmands | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : alimentation, cuisine, diététique, nutrition, japon, riz, thon, poisson | |  Facebook | |  Imprimer

24/02/2010

Boulettes boulgour-légumes : plaisir gourmand du 23 février

23fev 004.jpgIl semble qu'il y ait une "vogue" actuelle de la boulette (j'y reviendrai prochainement), puisque, après le "Traité de la boulette" de Pierre-Brice Lebrun en 2009, vient de sortir un petit livre des éditions de l'Epure : "Les boulettes, dix façons de les préparer". C'est écrit par Andrée Zana Murat, auteur de nombreux livres de cuisine, pour qui c'est un plat qui remonte à l'enfance et aux traditions culinaires de sa famille.

Je me suis lancée dans la réalisation de "boulettes toutes plates aux légumes et boulgour", fort appétissantes. Il s'agit d'un mélange de boulgour, carottes râpées, oignon rouge, ail, oeuf, menthe, persil plat, épices, qu'on façonne en petites galettes (des boulettes plates) et qu'on fait cuire. Cela manquait un peu de tenue, j'avais dû égoutté le boulgour insuffisamment, donc j'ai ajouté un oeuf et cela allait. Je les ai fait cuire doucement (et pas frire) avec un peu d'huile d'olive. Et, mangées chaudes ou froides, ces galettes étaient absolument délicieuses et pleines de parfums. Un plat végétarien savoureux et complet, qu'on peut accompagner d'une salade verte.

NB : afin de vous encourager à prendre plaisir à manger le plus souvent possible, je vous donne chaque jour un plaisir gourmand personnel. N'hésitez pas à poster un commentaire si vous voulez une recette détaillée, une adresse,... ou faire une suggestion gourmande.

Mon plat du jour pour le Daily 9ème

Si vous êtes habitant ou travailleur dans le 9eme arrondissement, peut-être lisez-vous le Daily 9ème, www.dailyneuvieme.com, un journal en ligne sur toute la vie du 9eme arrondissement. J'y ai régulièrement une rubrique "Le plat du jour" pour explorer gustativement et nutritionnellement les lieux de restauration du quartier. Cette fois, mes pas m'ont menée chez Cook in the City, rue de Châteaudun, où j'ai mangé un "poulet à l'espagnole".

Ce poulet est cuit dans une ces papillotes en papier transparent. Le poulet était bien cuit, parfumé, moelleux, les carottes (en petite quantité) étaient bonnes, et le boulgour qui accompagnait était agréablement parfumé.

Mon récit complet sur ce plat sur le site du Daily Neuvième ici

cook_city 003.jpg

23/02/2010

Mesdames, acceptez vos rondeurs pour votre santé !

Fotolia_2502415_XS.JPGLes études en matière de nutrition et de maladies associées sont foison, souvent contradictoires, parfois un peu superficielles, ... La nutrition est une science récente et très complexe et on est loin d'avoir tout compris au fonctionnement du corps humain. Ce qui explique la succession de messages nutritionnels pas toujours cohérents.
C'est la raison pour laquelle je prône surtout une alimentation variée en étant à l'écoute de ses besoins et de ses envies plutôt qu'une alimentation scientifiquement structurée en se prenant la tête.

Mais je ne résiste pas à l'envie de vous faire partager les résultats d'une étude dont les résultats étaient présentés sur le site canadien www.Passeportsante.net avec le titre : "Des fesses généreuses protégeraient contre les maladies cardiovasculaires". Voilà qui devrait ravir quelques femmes de profil dit méditerranéen ou en forme de poire.

En effet, alors qu'il est assez reconnu qu'un embonpoint au niveau du ventre peut être un facteur de risque cardio-vasculaire, des fesses rondes protègeraient plutôt contre ce risque. D'après l'étude citée dans l'article, le gras qui s’accumule autour des hanches aiderait à capter des acides gras nocifs qui circulent dans le sang. Si on cumule les deux types d'embonpoint, ce bénéfice ne serait plus présent. Mais beaucoup de femmes, sans avoir de problèmes de poids, ont, car c'est leur morphologie, des hanches et des fesses généreuses. Malheureusement, elles s'en lamentent car elles rêvent au profil irréaliste de mannequins androgynes, qui est le modèle qu'on nous impose.

Et si la préoccupation santé pouvait aider à mieux s'accepter ?

Pour lire l'article complet, c'est ici.

Image © Laetitia Bouaziz

22/02/2010

Poireaux vinaigrette : plaisir gourmand du 22 février

poireaux 004.jpgMangez-vous parfois des poireaux vinaigrette ? C'est un hors d'oeuvre typique des bistrots, sans doute un peu rétro. Du coup, ce n'est peut-être plus trop au goût du jour et on réserve souvent les poireaux à la soupe ou pour une tarte aux poireaux peut-être. Or, c'est absolument délicieux. On enlève une partie du vert, on lave soigneusement les poireaux, on les fait cuire 10-15 mn à la vapeur, puis on peut les servir tièdes ou juste refroidis, avec une vinaigrette. Celle du jour était un peu moutardée et parfaitement adaptée. Plus quelques herbes, ici du persil plat. Je me suis vraiment régalée ! Et dépêchez-vous de profiter des légumes d'hiver, dans moins d'un mois, c'est le printemps !

NB : afin de vous encourager à prendre plaisir à manger le plus souvent possible, je vous donne chaque jour un plaisir gourmand personnel. N'hésitez pas à poster un commentaire si vous voulez une recette détaillée, une adresse,... ou faire une suggestion gourmande.