Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/07/2010

Stop aux serveurs qui font la gueule !

Fotolia_© James Steidl.jpgOn a pu s'étonner il y a quelques années, quand le guide américain Zagat est apparu en France, d'y voir que les restaurants recevaient 3 notes parallèles pour la nourriture, le service et le décor. En France, quand on va au restaurant, on considère que le plus important, c'est ce qu'on a dans l'assiette. Certes, ce n'est pas moi, gourmande passionnée, qui dirait le contraire ! Mais le reste de l'expérience n'influence-t-il pas notre perception du repas ? Si on est dans un cadre inconfortable, bruyant, ... cela nous pertube. Et le service joue aussi un rôle important. Si le serveur nous ignore et pose notre assiette avec désinvolture, cela ne crée-t-il pas un climat peu propice à la dégustation sereine du plat ? Au contraire, si l'assiette est posée avec délicatesse et un sourire, que le serveur prend la peine de nous nommer/décrire le plat, on est dans d'excellentes dispositions pour l'apprécier. Et ce n'est pas gagné à Paris !

Ainsi, récemment, dans la même journée, j'avais eu une expérience de service très indifférent, assez déprimant et j'ai lu un billet de Caroline Mignot, sur son blog Table à découvert, où elle se plaignait de quelque chose d'assez similaire, dans un restaurant très tendance. Je n'aime pas du tout non plus les restaurants où l'on traite différemment les habitués et les nouveaux venus : ce n'est pas comme ça qu'on aura envie de revenir !

Parmi mes expériences récentes de service vraiment top, il y a le merveilleux restaurant les Bacchanales, à Vence, où le chef Christophe Dufau en personne vient vous présenter le menu, expliquer ses choix, répondre à vos questions. Un vrai plaisir ! (le reste du service était très bien aussi, sans être du grand style, mais en parfaite harmonie avec le lieu).

 

Ce n'est pas vraiment cela que j'attends ! (photo © James Steidl - Fotolia.com)

26/07/2010

L'été, c'est sympa de pique-niquer !

En vacances, on part souvent se promener à la découverte des paysages, villages, sites environnants. A pied, à vélo, en voiture, en bus, ... Parfois, on part à la découverte des petites auberges locales. Mais d'autres fois, par économie ou pour avoir la liberté de s'installer où on veut et le plaisir de manger à n'importe quelle heure, on préfère pique-niquer. Et on se trouve un lieu idyllique pour cela. Pour en faire aussi des moments de grand bonheur gustatif, on peut peut-être changer un peu du saucisson, des œufs durs ou des tomates cerise.

Vous pouvez décider de vous fixer une règle stricte pour que ce soit un pique-nique à déguster en toute facilité : que tout puisse se manger avec les doigts ! Bien sûr, vous allez penser sandwiches et pourquoi pas ? Mais on peut profiter de l'été pour changer du traditionnel jambon-beurre. A vous les sandwiches tomate-mozzarella, jambon de Parme-ricotta-roquette, concombre-oeuf-salade, ratatouille,... A imaginer en fonction des ressources locales et en utilisant des pains variés.

P1010693.JPG
 
Le sandwich, un habitué des pique-nique !
Il y a plein d'autres possibilités. Il est peu probable que vous disposiez du matériel pour réaliser muffins et autres mini-cakes charmants dont regorgent les magazines. Mais vous pouvez préparer une quiche que vous découperez à l'avance (chèvre et courgettes, tomates et thon, ...), une tarte à la tomate, un cake salé en tranches, ou une omelette froide à proposer en gros cubes (le plus simple, il suffit d'une poêle !). Une soupe froide dans une thermos et servie dans des gobelets peut être une note de fraîcheur agréable (à acheter toute prête sans doute, il ne s'agit pas non plus de passer des heures en cuisine !). Pour le dessert, il sera préférable d'opter pour des fruits pas trop juteux (abricots, cerises, ...) éventuellement piqués sur des brochettes, ou pour des yaourts à boire.
L'avantage de ce « finger picnic », c'est qu'on peut s'installer un peu n'importe où, pas besoin d'un grand confort. Mais n'oubliez pas les serviettes en papier !
Fotolia_© lily_picnic.jpg
Pas besoin du panier en osier et de la nappe à carreaux pour réussir son pique-nique !

Si vous préférez un pique-nique plus confortable, avec assiettes et couverts, vous pouvez donner libre cours à votre créativité : salades variées (voir "Tables d'été"), terrine de légumes ou de poisson ; fromage ; compotes, ...

Dans tous les cas :
- Pensez à vous munir d'une glacière ou a minima d'un sac isotherme ;
- Attendez d'avoir une bonne faim pour profiter au mieux de tous les mets préparés ;
- Ne prévoyez pas des quantités pantagruéliques, cela vous évitera de trop manger ou de rapporter des restes.
- Trouvez un endroit calme et agréable ;
- Prévoyez éventuellement une bâche ou un plaid pour vous asseoir.

Et régalez-vous !

Photo pique-nique © lily - fotolia.com

22/07/2010

Japon et plaisir de manger

A côté de l'alimentation, j'ai une autre grande passion, le Japon.

Et ces deux passions sont liées.

Bien sûr, parce que j'adore la cuisine japonaise, dans toutes ses composantes et je m'en régale assez souvent. Le Japon est un pays au moins aussi passionné de nourriture que la France, les Japonais adorent manger !

Mais aussi, parce qu'il y a une relation entre mon approche de l'alimentation et le Japon.

D'abord, les Japonais sont sûrement plus imprégnés que nous de l'idée de manger avec tous leurs sens. Par exemple :

- ils sont très attentifs à l'aspect visuel : non seulement la présentation des mets mais aussi la vaisselle, et tous les petits détails.

Japon_2009_Tohoku 172.jpg
Comment transformer une simple fève...
P1010814.JPG 
...ou séduire dès l'arrivée avec un porte-baguettes

- ils ont beaucoup plus de mots que nous pour parler des textures des aliments, un aspect essentiel du plaisir gustatif à côté des saveurs et des arômes.

Par ailleurs, la culture japonaise est imprégnée de bouddhisme, qui prône la pleine conscience du moment présent.

Et, pour savourer son alimentation, il faut être attentif à ses sensations et cela signifie être pleinement conscient et attentif au moment où l'on mange.

Ce qui veut dire si possible consommer son repas sans en être distrait par la télé, la radio, l'ordinateur, ...

C'est un des éléments qui contribue à manger l'exacte quantité dont on a besoin car on peut sentir le moment où l'on est rassasié, ce qui est impossible si on mange machinalement. C'est beaucoup plus fiable que de compter les calories !

Et cette attention permet d'avoir un plaisir gustatif maximal.

Je vous reparlerai du Japon prochainement.

Si vous vous intéressez au Japon, ne ratez pas l'émission "Faut pas rêver" sur France 3 demain vendredi 23 et tout le dossier que le site www.toutpourlesfemmes.com y consacre en parallèle, avec interviews, portraits, tourisme, recettes de cuisine, ...

Le Café qui parle... aux gourmands (plaisir gourmand du 21 juillet)

P1020015.JPGQuand on est gourmand, on est souvent prêt à faire des kilomètres pour une bonne table. Mais c'est sympa et bien pratique aussi d'avoir des bons restaurants près de chez soi. On a donc été ravis de découvrir Le Café qui parle, rue Caulaincourt, dans le 18ème.

On y a dîné mercredi soir. Cadre agréable, service cool et menu tentant. Et aucune déception dans les assiettes. J'ai beaucoup apprécié une entrée : "Raviole ouverte de tourteau avec bouillon glacé de tomate et tartare d'avocat". C'était frais, plein de saveurs et de textures se complétant fort bien, original. Le reste était à l'identique, avec des bons produits très bien travaillés. Une adresse à retenir.

On mange pour 30-40 euros le soir mais il doit être intéressant de tester la formule du midi entrée-plat à 12,50 euros.

Le Café qui parle, 24 rue Caulaincourt, Paris 18ème, 01 46 06 06 88.

21/07/2010

Faisons-nous plaisir au déjeuner (plaisir gourmand du 20 juillet)

J'entends souvent les personnes qui viennent me voir parler de leur déjeuner comme de quelque chose de purement utilitaire : la nécessité de reprendre de l'énergie, une occasion de manger équilibré. Mais souvent, le plaisir est absent de ce repas. Or, il me semble que plus on a de repas sans plaisir gustatif, plus on ira chercher ce plaisir à d'autres occasions, dans du grignotage sucré par exemple. Donc, il est important de réintégrer le plaisir dans le repas et notamment dans le plat principal.

Un des moyens de se faire plaisir, ce peut être notamment de préparer son déjeuner si on en a le temps et si ses conditions de travail le permettent. C'est ce que j'essaie de faire plusieurs fois par semaine (ne nous fixons pas des objectifs trop ambitieux !).

Ce mardi, j'avais préparé une salade typique d'été : melon-pastèque-concombre-feta, avec une touche de persil plat qui apportait un parfum inattendu très plaisant. C'était très frais et coloré, un vrai moment de plaisir !

P1020007.JPG

NB : afin de vous encourager à prendre plaisir à manger le plus souvent possible, je vous donne chaque jour un plaisir gourmand personnel. Je serai ravie que vous postiez un commentaire si vous voulez une recette détaillée, une adresse,... ou faire une suggestion gourmande.

 

20/07/2010

Varions les salades ! (plaisir gourmand du 19 juillet)

P1020011.JPGAssortiment de salades pour un dîner fraîcheur : carottes râpées au citron, salade de pommes de terre au persil plat (ces deux-là étant rescapées d'un projet de soupe abandonné), salade de tomates et mozzarella au basilic, salade de concombre made in mandoline. Que des grands classiques : cela peut paraître banal mais c'était délicieux. Et finalement, ce sont des classiques que l'on ne mange pas si souvent que cela. Varions les salades pour varier les plaisirs d'été !

NB : afin de vous encourager à prendre plaisir à manger le plus souvent possible, je vous donne chaque jour un plaisir gourmand personnel. Je serai ravie que vous postiez un commentaire si vous voulez une recette détaillée, une adresse,... ou faire une suggestion gourmande.

 

19/07/2010

Bientôt un kakebo par Dominique Loreau

kakebo_jpn.jpgSi vous lisez ce blog, vous savez peut-être que j'apprécie Dominique Loreau qui par ailleurs avait eu la gentillesse de me citer plusieurs fois dans son dernier livre, L'Art de la Frugalité et la Volupté. Je vous avais d'ailleurs annoncé la sortie de ce livre en avant-première.
Eh bien, encore un scoop cette année : début septembre paraîtra le premier kakebo made in France. C'est un objet usuel au Japon. Dominique Loreau continue ainsi à nous faire approcher les us et coutumes japonais. Celles qui ont lu ses livres savent de quoi il s'agit (elle en parlait dans L'Art des Listes je crois), le site de Flammarion le présente ainsi :

"Au Japon, un "kakebo" est un livre de comptes tenu par la maîtresse de maison. Elle y reporte les dépenses du ménage et peut l'utiliser comme un journal intime. L'auteur en propose une version adaptée aux Européens, agrémentée de nombreux conseils pratiques."

Est-ce que vous serez intéressées par un tel objet ?

Sortie annoncée le 8 septembre, prix : 12 euros.

 

Un kakebo pour les Japonaises francophiles ! (pas encore vu la couv de celui de Dominique Loreau) (source papeterie gakken)

Je n'ai rien contre la viande ! (plaisir gourmand du 18 juillet)

P1020006.JPGCeux/celles qui lisent régulièrement ce blog ont peut-être remarqué qu'il y a assez peu de plaisirs gourmands à base de viande. Il est vrai que la viande n'est sans doute pas l'élément principal de mon alimentation, je mange davantage de pâtes, riz, légumes, oeufs, poisson ... On parle de mettre en place un "Jour sans viande" et je crois que je n'aurai aucune difficulté à atteindre cet objectif !

Pourtant, je n'ai rien contre la viande et j'en mange avec plaisir mais elle n'occupe pas une place centrale dans mes repas, contrairement à beaucoup de personnes en France qui en mangent une voire deux fois par jour. Et si quand on dit viande, on pense entrecôte grillée, je la pratique vraiment assez peu ! Je consomme plutôt des viandes mijotées (boeuf, veau, ....) ou du poulet sous diverses formes. Vous savez que la viande est un des aliments sources de protéines indispensables à notre organisme mais il y a aussi les oeufs, le poisson, la charcuterie, les produits laitiers, le tofu ... L'important, c'est la variété.

Ce dimanche midi, la viande avait pris la forme de savoureuses "saltimbocca de veau à la sauge", une recette italienne où de petits morceaux de veau sont recouverts d'une fine tranche de jambon de Parme et préparés avec du vin blanc et de la sauge. C'était accompagné de ratatouille et tout cela avait des accents du Sud fort agréables. 

NB : afin de vous encourager à prendre plaisir à manger le plus souvent possible, je vous donne chaque jour un plaisir gourmand personnel. Je serai ravie que vous postiez un commentaire si vous voulez une recette détaillée, une adresse,... ou faire une suggestion gourmande.

 

18/07/2010

Les glaces, le tube de l'été (plaisir gourmand du 17 juillet)

Samedi, le cours de NIA m'avait amenée dans le 7ème arrondissement. Assez faim en sortant et je réalise que je suis près d'un des temples de la gourmandise à Paris, les glaces Martine Lambert. Un peu de marche et m'y voilà. Il y a l'embarras du choix et, connaissant bien ces glaces, je sais qu'elles sont à peu près toutes délicieuses. Pour moi, ce sont les meilleures de Paris, à mon goût, mieux que Grom, Berthillon, Pozzetto, Caramello, Amorino, ... ! Bien sûr, comme dans toutes les bonnes maisons, ce n'est pas donné (4,70 euros pour deux boules !) mais c'est la promesse d'un grand moment de plaisir. Je préfère toujours la qualité avec un peu de rareté à la quantité banalisée.

J'ai trouvé un banc tranquille pour savourer ma glace avec lenteur : le praliné était de la pure noisette onctueuse et la framboise était tout simplement sublime comme si on avait pris les framboises les plus parfumées et qu'on les avait juste mixées et glacées. D'ailleurs, la grande attention à la qualité des ingrédients est une des marques de fabrique de Martine Lambert.

glace_Martine_Lambert_jul10.jpg

Certains qualifient la glace de "bombe calorique". C'est exagéré ! Il ne faut surtout pas se l'interdire, c'est un des grands plaisirs de l'été. Le problème sans doute, c'est que c'est onctueux et cela glisse tout seul, donc on peut en manger une très grosse quantité sans s'en rendre compte, un peu machinalement. Je vous livre quelques recommandations :

- la manger quand vous avez faim car vos sens seront davantage en éveil pour apprécier au mieux tous les parfums, donc si c'est à la fin d'un repas, prévoir de lui garder une place.

- la savourer doucement et avec attention et vous verrez que vous n'aurez pas besoin d'une énorme quantité pour avoir un grand plaisir. Ne la mangez pas trop froide, pour avoir le maximum de saveur.

- pas la peine de prendre quatre boules chez le glacier, vous y reviendrez si d'autres parfums vous tentent. Ou, si vous êtes plusieurs, goûtez les parfums des autres pour avoir de la variété. Si vous avez des bacs de glace chez vous, servez-vous dans une coupe et, avant d'y revenir, demandez-vous si vous avez vraiment encore suffisamment faim pour l'apprécier encore.

Bonnes glaces !

Martine Lambert, 192 rue de Grenelle, Paris 7ème, 01 45 51 25 30, métro Ecole Militaire (boutiques d'origine à Deauville et Trouville)

17/07/2010

Stop aux corps normés !

Ce samedi, j'étais à un cours de NIA, donné par la co-créatrice de cette discipline, Debbie Rosas-Stewart. Ce qui est bien avec le NIA, outre le bien-être énergisant qu'il procure, dont j'ai déjà parlé ici, c'est qu'on y cultive la diversité des corps : pas des corps normés comme en danse classique, pas des corps sur-musclés comme en aérobic, pas des corps tous pareils et androgynes comme dans les magazines : non,  ici, il y a des corps grands, des petits, des minces, des ronds, des maigres : tous les corps ont droit de cité et la règle est bienveillance et non jugement. Car le problème des normes, c'est qu'on veut y ressembler alors que nos corps sont faits pour être différents. Et on se met au régime, on se met sous contrôle, en restriction permanente pour atteindre un poids, une silhouette qui ne nous sont pas naturels, et pour le plus souvent prendre du poids in fine. Alors, ne pourrait-on s'inspirer du NIA pour la vraie vie et cultiver la diversité des corps ?

NIA_Debbie_juL10.jpg
NIA_Debbie2_juL10.jpg

18:01 Publié dans Stop à ... | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : nia, danse, corps, femme, minceur, régime, normes, sport, modèles féminins | |  Facebook | |  Imprimer