Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/06/2010

Oui, on peut maigrir en mangeant des pâtes ! (plaisir gourmand du 5 juin)

Samedi soir, pâtes tout à fait délicieuses au menu : des spaghetti avec des courgettes, du basilic, des dés de mozzarella, quelques copeaux de fromage de brebis. Un mélange de goûts fort harmonieux. Les courgettes étaient elles-mêmes taillées en spaghetti (grâce à un ustensile qui ressemble à une sorte de taille-crayon à légumes) : ce peut être un moyen amusant de renouveler la façon de manger certains légumes.

Les pâtes se prêtent à toutes sortes d'apport, il suffit de suivre les saisons et son imagination. J'ai parfois du mal à convaincre mes patients que cela peut constituer un plat unique et pas seulement un accompagnement. On n'a pas besoin de manger de la viande à tous les repas. Par ailleurs, contrairement à une idée qui est encore assez répandue, les pâtes ne font pas grossir ! Comme tout aliment, cela dépend de la quantité, de notre faim, de l'accompagnement. On peut maigrir en mangeant des pâtes. C'est même recommandé. Car quand on limite trop les féculents, notamment au déjeuner, on risque fort d'avoir un coup de barre dans l'après-midi car on ne peut pas se passer de féculents (pâtes,riz, pain, pommes de terre), sources d'énergie. Outre l'inconfort que cela peut amener, c'est alors qu'on craque pour ce qu'on a sous la main, sans forcément beaucoup de plaisir. Alors, mangeons des pâtes (si on aime ça)!

P1010808.JPG

NB : afin de vous encourager à prendre plaisir à manger le plus souvent possible, clé d'une relation sereine à la nourriture, je vous donne chaque jour un plaisir gourmand personnel. N'hésitez pas à poster un commentaire, donner vos propres plaisirs gourmands, faire une suggestion. 

04/06/2010

Les tomates, un aliment à savourer (plaisir gourmand du 4 juin)

P1010797.JPGLes tomates, j'adore ça. Lors d'une formation où l'on m'avait demandé mon aliment préféré, j'avais répondu après réflexion que c'était la tomate. Car j'ai du mal à m'en passer (notamment en hiver, quand ce n'ai vraiment pas le moment) et je serai malheureuse de ne plus en manger. Heureusement, la saison revient tranquillement et alors, quoi de meilleur qu'une salade tomates-basilic-huile d'olive ? Différentes variétés de tomate à goûter pour comparer leurs saveurs. C'est ce dont je me suis régalée ce vendredi et c'était un vrai moment de plaisir.

NB : afin de vous encourager à prendre plaisir à manger le plus souvent possible, clé d'une relation sereine à la nourriture, je vous donne chaque jour un plaisir gourmand personnel. N'hésitez pas à poster un commentaire, donner vos propres plaisirs gourmands, faire une suggestion. 

Onigiri, un repas vite prêt (plaisir gourmand du 3 juin)

Les onigiri, c'est l'équivalent d'un sandwich pour un Japonais, le stade le plus simple du repas à emporter. C'est plus rapide à préparer qu'un bento, il n'y a quasiment qu'à cuire le riz (du riz rond japonais qu'on aura préalablement lavé). Ce mercredi, sachant que j'aurai peu de temps pour déjeuner, j'en avais préparé deux, qui font partie des grands classiques : l'un aux prunes ume et l'autre au saumon teriyaki. On cache la garniture au milieu du riz et c'est un plaisir de la découvrir. On enrobe cela au dernier moment d'une feuille de nori qui apporte une saveur supplémentaire et facilite la prise en main. Les deux étaient un vrai régal. Et, comme les Japonais pensent à tout, il y a même des boites spéciales pour le transport d'onigiri, qui arrivent ainsi intacts !

P1010801.JPG

NB : afin de vous encourager à prendre plaisir à manger le plus souvent possible, clé d'une relation sereine à la nourriture, je vous donne chaque jour un plaisir gourmand personnel. N'hésitez pas à poster un commentaire, donner vos propres plaisirs gourmands, faire une suggestion. 

03/06/2010

L'omelette, un plat facile pour le dîner (plaisir gourmand du 2 juin)

P1010794.JPGMais pas n'importe quelle omelette ! Pas une omelette nature, un peu tristounette peut-être. Celle-ci était à la ciboulette et aux courgettes, ces dernières la rendant toute moelleuse. Il y avait aussi quelques copeaux de fromage de brebis. Le principe est simple et déclinable : on fait revenir dans une poêle des dés de légumes (de saison ou éventuellement surgelés), on verse dessus les oeufs battus et on laisse cuire tranquillement. Ensuite, on peut au choix la retourner pour cuire l'autre coté ou sinon la faire dorer au four si la poêle a un manche pas trop long ou amovible. C'ela donne une omelette plate, une sorte de tortilla espagnole ou frittata italienne : pour les personnes qui veulent faire simple, c'est plus facile qu'une omelette à la française qui requiert une certaine dextérité. Et le résultat est différent, d'une cuisson plus uniforme. On l'avait accompagnée d'une salade. Elle est très bonne froide aussi s'il en reste. A tester, non ?

NB : afin de vous encourager à prendre plaisir à manger le plus souvent possible, clé d'une relation sereine à la nourriture, je vous donne chaque jour un plaisir gourmand personnel. N'hésitez pas à poster un commentaire, donner vos propres plaisirs gourmands, faire une suggestion. 

02/06/2010

Avec les fruits, varions les plaisirs (plaisir gourmand du 1er juin)

Mardi, déclinaison de fruits pour le plaisir et selon les circonstances :

- un fruit le matin : de la fraîcheur, du goût, des vitamines.

- une salade de fruits frais à midi : de la couleur, des saveurs variées. Pensez-vous à en préparer chez vous ? On utilise les fruits de saison et franchement, ce n'est pas long à préparer. Des fruits découpés, un peu de jus de citron ou d'orange, pas besoin de sucre si les fruits sont bons et on peut décliner cela à l'infini. Un délicieux dessert. Et bien sûr, cela n'a rien mais vraiment à voir avec une salade de fruits en boîte !

- des fruits secs l'après-midi pour tenir en vue d'une longue soirée. C'est bien pratique d'en avoir sous la main pour combler un petit creux.

Je ne calcule pas si je suis bien dans les clous de "5 fruits et légumes", je mange des fruits car j'aime ça !

P1010696.JPG
Profitons des fraises avant qu'il ne soit trop tard !

NB : afin de vous encourager à prendre plaisir à manger le plus souvent possible, clé d'une relation sereine à la nourriture, je vous donne chaque jour un plaisir gourmand personnel. N'hésitez pas à poster un commentaire, donner vos propres plaisirs gourmands, faire une suggestion. 

01/06/2010

Variations sur les aliments bretons (plaisirs gourmands des 29-30-31 mai)

Il est toujours étonnant de voir comment la cuisine peut transfigurer un aliment et le présenter sous des saveurs variées.
Un mois de mai inhabituellement riche en voyages et nous voilà cette fois du côté de St Malo et Cancale pour savourer quelques délices de la mer et autres. Nous avons ainsi eu l'occasion de goûter de délicieuses huîtres de quatre façons :

- au naturel, très iodée et douce à la fois, c'est toute la mer qu'on déguste.

- fumée à la cannelle et à la badiane, surprenante et délicate, au délicieux restaurant Tanpopo de St Malo.

- entourée d'une gelée et purée de pomme, sucrée et fondante, une merveille de la Table Breizh Café de Cancale.

- frite, étonnante et croustillante, une pratique japonaise inhabituelle ici, à cette même Table.

Ces très différentes saveurs autour de l'huître montrent à quel point les cuisiniers peuvent créer des mets différents avec un même ingrédient. De la même façon, avec probablement un peu moins d'imagination, nous pouvons varier les préparations d'un aliment. C'est un moyen de multiplier les plaisirs gustatifs, d'éviter la lassitude, de réussir à faire manger un aliment à ceux qui y sont réfractaires.
Basez-vous sur les aliments de saison, écoutez votre inspiration et vos repas seront variés et appétissants.

huitres 001.jpg

D'autres variations nous ont charmés, autour du sarrasin. La Bretagne est le pays du sarrasin (anciennement appelé blé noir) et on découvre aujourd'hui ses vertus santé dans la ronde incessante des aliments qu'il faudrait absolument adopter. On ne se posait pas ces questions auparavant et on utilisait du sarrasin parce qu'on n'avait pas vraiment le choix.
Donc, j'ai savouré le sarrasin au travers de deux crêpes toutes simples, salée et sucrée (plus rare mais ne pas hésiter à le demander) :
- au beurre aux algues, un mélange terre et mer savoureux,
- au miel de sarrasin, riche en arômes : douceur et amertume se mêlent avec gourmandise.

Mais la Bretagne n'est pas le seul endroit où on utilise le sarrasin et un chef japonais installé en terre cancalaise est bien heureux d'en utiliser pour fabriquer ses traditionnelles soba à la main (80% de farine de sarrasin, 20% de farine de blé), qui sont ainsi bien fermes.

Toujours curieuse, j'ai aussi acquis du sarrasin décortiqué que je vais cuisiner comme du riz (à faire revenir d'abord dans un peu de matière grasse pour préserver sa texture). Je pense qu'on peut ensuite l'utiliser avec des herbes, des dés de légumes ou en accompagnement. Je vais l'utiliser sans tarder (n'avez-vous pas souvenir de produits que vous achetez en voyage sous le coup d'une fabuleuse émotion gustative  et qui végètent sans fin au fond d'un placard ?!).

Dans la région, il faut bien sûr se régaler d'huîtres et crêpes mais, si vous êtes curieux(se), amateur de cuisine japonaise raffinée ou simplement fin gourmet, je vous recommande donc deux adresses :
- Tanpopo à St Malo, une cuisine japonaise soucieuse d'exploiter les produits locaux avec créativité.
- La Table Breizh Cafe, récemment ouvert à Cancale, avec un excellent chef qui, après des années de cuisine francaise en France et au Japon, met son expérience au service d'une cuisine d'inspiration japonaise mais surtout subtile et délicieuse dans un très beau décor à la sobriété toute nipponne.

29/05/2010

Une gourmande rencontre des gourmandes (plaisir gourmand du 28 mai)

quinoa_gourmandes_280510.jpgDéjeuner tardif ce vendredi, je remonte la rue de Clichy, cela ne m'arrive pas très souvent et je tombe sur un petit endroit qui a l'air sympathique et dont le nom forcément m'attire : Les Gourmandes. Je n'ai pas très faim, on me conseille gentiment du quinoa aux légumes, à manger chaud. C'est très bon, avec du goût, des légumes variés et bien présents. Exactement ce qu'il me fallait. Avec un petit dessert pour compléter. Pour une fois, un endroit où l'on n'est pas obligés de prendre une formule ! L'accueil est très sympathique, on n'est pas dans le défilé des clients à la chaine. Le seul petit hic, comme d'hab, c'est qu'on ne peut pas être pleinement heureux de manger dans des récipients en plastique. Mais bon... Je reviendrai voir les Gourmandes.

Les Gourmandes, 62 rue de Clichy, Paris 9ème

27/05/2010

Pas si difficile de trouver des idées de repas (plaisir gourmand du 27 mai)

Jeudi soir, une recette issue d'un blog culinaire que j'aime bien, Papilles et Pupilles. J'avais reçu un messsage la veille et cela m'a inspirée. Une salade de fèves et poivrons très colorée et délicieuse. Quelle bonne idée ! Plus un filet de cabillaud cuit doucement au four.
Je trouve ainsi parfois des idées sur internet, dans les blogs culinaires. Il suffit d'en trouver deux ou trois qui nous plaisent et on s'abonne. Mais internet me sert surtout quand j'ai un aliment particulier et pas d'idée de recette associée. Sinon, j'ai plus souvent recours aux livres, voire aux magazines, de cuisine. Et vous, ou trouvez-vous vos idées de repas ? Sur internet, dans des livres de cuisine, dans la tradition familiale, dans votre imagination, en faisant le marché ? Est-ce la variété ou la répétition qui domine à table ?

P1010771.JPG

NB : afin de vous encourager à prendre plaisir à manger le plus souvent possible, clé d'une relation sereine à la nourriture, je vous donne chaque jour un plaisir gourmand personnel. N'hésitez pas à poster un commentaire, donner vos propres plaisirs gourmands, faire une suggestion. 

La cuisine pour découvrir le monde (plaisir gourmand du 26 mai)

P1010768.JPGSi vous lisez ce blog régulièrement, vous avez dû constater que nous aimons beaucoup la cuisine japonaise. Donc, mercredi soir, dîner japonais assez vite prêt : une salade concombre-algues wakame croquante et acidulée (un grand classique), quelques brocolis sauce sésame, des gyoza (raviolis japonais) au poulet et légumes, moelleux et parfumés (merci cher Mr Congélo), du riz et une soupe miso. Un repas à savourer comme le font les Japonais : il n'y a pas d'ordre des plats, on les a tous en même temps et on picore une bouchée de l'un, une bouchée de l'autre, ... Un moment bien agréable.
Et vous, avez-vous des cuisines préférées ? Plutôt pour manger au restaurant ou pour cuisiner chez vous ? La cuisine est-elle pour vous une occasion de découvrir d'autres cultures ou d'approfondir votre amour d'un pays ou d'une région ?

NB : afin de vous encourager à prendre plaisir à manger le plus souvent possible, clé d'une relation sereine à la nourriture, je vous donne chaque jour un plaisir gourmand personnel. N'hésitez pas à poster un commentaire, donner vos propres plaisirs gourmands, faire une suggestion. 

26/05/2010

Adaptons ce qu'on mange au temps disponible (Fondant baulois : plaisir gourmand du 25 mai)

comptoir_baulois.jpgIl arrive à de nombreuses personnes qui travaillent d'avoir peu de temps pour manger le midi. Mardi, entre une consultation qui se termine vers 13h15 et une réunion à l'autre bout de Paris à 14h, je savais que j'aurais un  temps très restreint pour déjeuner. J'aurais pu préparer un sandwich comme je le fais souvent dans ce genre de circonstances. Mais il y a des jours comme ça où l'on n'a pas vraiment envie/où l'on ne peut pas anticiper.
En fait, je n'avais pas très faim. J'ai mangé deux crackers que j'ai au cabinet et finalement j'ai tenu sans problème jusqu'à la fin de ma réunion. Au retour, vers 16h30, j'avais un petit moment libre et davantage faim. Plutôt l'heure d'un goûter que d'un déjeuner. J'avais noté un lieu gourmand pas très loin : le Comptoir baulois. Sa spécialité est un fameux gâteau, le fondant baulois, originaire de La Baule. Ils proposent un thé gourmand, l'occasion de goûter plusieurs mini-portions : fondant nantais (au rhum et aux amandes), cake aux fruits confits, fondant baulois. Tout était savoureux. J'ai particulièrement apprécié le fondant baulois, à la texture étonnante, délicieusement fondante, comme j'avais rarement mangé, chocolaté juste à point, avec une légère saveur de caramel. Excellent. Du coup, j'en ai acheté un petit à emporter : ce gâteau a la particularité de se garder près de trois semaines à température ambiante (la recette datant d'il y a près de 30 ans, est un secret soigneusement gardé, racheté par les actuels détenteurs il y a 10 ans). Ce gâteau est préparé uniquement avec des produits naturels, sans conservateur : oeufs, beurre à la fleur de sel, sucre de canne, chocolat, farine de froment.

J'ai passé un très bon moment, le lieu est cosy (34 rue Godot de Mauroy, Paris 9eme), l'accueil pro et sympathique. On y trouve aussi de nombreux produits bretons. Pas besoin d'être dans les parages pour savourer le Fondant baulois, on le trouve chez 200 revendeurs.

En fait, j'ai appliqué ce que je propose à mes patients : à midi, adapter ce qu'on mange au temps disponible et non essayer de manger un repas complet à toute vitesse. Quitte à manger peu et à re-manger quand on a un peu plus de temps.

NB : afin de vous encourager à prendre plaisir à manger le plus souvent possible, clé d'une relation sereine à la nourriture, je vous donne chaque jour un plaisir gourmand personnel. N'hésitez pas à poster un commentaire, donner vos propres plaisirs gourmands, faire une suggestion.