Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/06/2011

Le Yuzu, ce n'est pas qu'un agrume !

Le yuzu, c'est un petit agrume délicieux très courant au Japon. Devenu tellement à la mode chez les chefs et les pâtissiers qu'on a fini par s'en lasser. Mais voilà un autre type de Yuzu, un restaurant.  La nouvelle est arrivée par le très gourmet et bien informé blog Food Intelligence : Yuzu a ouvert il y a quelques mois dans le 7ème arrondissement et on s'y régalerait de sushi et tempura. Mon attention est éveillée, comme à chaque fois que j'apprends l'ouverture d'une nouvelle adresse nippone sérieuse à Paris. En route donc pour Yuzu, avec d'abord une belle balade pour se mettre en appétit.

On y retrouve un chef sushi autrefois croisé chez Bizan/ex-Isse. Le lieu est calme et clair. On s'installe au comptoir, souvent une place de choix dans les restaurants japonais pour voir le chef travailler. Notre choix s'oriente vers un bento qui nous donnera l'occasion de goûter différentes spécialités. Et en effet, la variété est au rendez-vous : sashimi goûteux, "sushi" d'oeufs de saumon, omelette japonaise, rolls moelleux crabe/avocat/sésame, tempura toutes légères, légumes fondants.

P1030594.JPG

Avant cela, une petite salade d'algues hijiki. Et pour clore le tout, une glace au sésame noir. De la cuisine japonaise classique, savoureuse, très bien préparée, comme on n'en trouve pas tant que ça à Paris finalement.

restaurant japonais,yuzu,paris 7,sushi,tempura,bento

Yuzu, 33 rue de Bellechasse, Paris 7eme. 01 47 25 28 84. Ouvert tous les jours sauf dimanche midi et lundi. Bento : 30 euros au déjeuner

Pour mémoire, un aperçu de quelques restaurants japonais favoris à Paris

06/06/2011

Les joies de la thermos ! (ou un jour de balade à Paris)

Je ne vais pas vous faire le coup de la "Première gorgée de bière", livre que je n'ai jamais lu. Mais il est parfois des petites joies simples. Comme par exemple, partir en balade avec une thermos. J'avais décidé d'une journée calme et tranquille sans programme pré-établi. Et soudain, la collision de deux envies, boire un thé que je venais de préparer et sortir profiter du soleil avant qu'il ne se sauve m'a rappelé que j'avais reçu en cadeau une jolie bouteille thermos. Me voilà donc versant le thé dans la bouteille et en route pour une longue balade parisienne, entrecoupée de pauses lecture accompagnées de thé.

P1030591.JPG

Du thé, un livre, le soleil, ce ne serait pas proche du bonheur, ça ?!

Cela va peut-être vous paraître étrange mais j'ai gardé très peu de souvenirs de thermos de boissons chaudes. Je me souviens de départs en vacances quand j'étais  enfant, avec emport de boissons fraîches. Et depuis, je pars en balade plutôt munie d'une bouteille d'eau. Cette fois, il y avait un plaisir particulier à savourer un thé chaud au grand air plutôt que chez moi. Je prévois cet été de vous parler de boissons fraîches mais les hautes températures n'empêchent pas de boire chaud, n'est-ce pas ? Ne le fait-on pas dans le désert ?
 
NB : Il s'agit d'une thermos du fournisseur de très bon thé vert japonais de la région du Kyushu, Tamayura.

 

06:56 Publié dans Plaisirs gourmands | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : thé, thermos, boissons, promenade, paris, balade, tamayura, japon | |  Facebook | |  Imprimer

01/06/2011

Les légumes, on les aime crus ou cuits

Hier, je vous disais que j'aimais les légumes crus ou cuits et j'ai plaisir à alterner les deux.

Ainsi, ces derniers jours, j'ai préparé un délicieux gratin de légumes perla-ducassien (une recette du "Bonheur de cuisiner") : des légumes revenus dans une sauteuse avec beurre et huile (oui, on a le droit de manger du gras !), puis cuits dans un bouillon, puis gratinés au parmesan pour un résultat délicieux. Il y avait des jeunes carottes, des pommes de terre nouvelles de Noirmoutier, des cébettes, des pois gourmands et la cuisson était parfaite.

alimentation,cuisine,légumes,cru ou cuit,peur du concombre,bactéries,hygiène

J'ai aussi préparé une salade de crudités, avec les mêmes carottes, des courgettes, des pousses d'épinards, des radis. Du croquant, de la douceur, du piquant. Comme d'autres, je n'ai pas toujours le courage de sortir le robot pour faire des carottes râpées. Alors, j'ai recours à d'autres ustensiles, en l'occurence, le "rasoir" à légumes, un bon couteau pour les radis, et bien sûr un bon vieil économe pour éplucher. Cela donne des volutes de légumes jolies et agréables à manger.

alimentation,cuisine,légumes,cru ou cuit,peur du concombre,bactéries, hygiène

Et vous, les légumes, vous les aimez crus, cuits, les deux ?

31/05/2011

Méfions-nous des recettes !

alimentation,cuisine,recettes,cuisine intuitive,crêpes,courgetteCertaines personnes qui n'ont pas reçu la compétence culinaire en perfusion maternelle se sentent obligées de se tourner vers des recettes (livres, magazines, internet) pour se lancer dans la réalisation de plats qui les tentent. C'est tout à leur honneur de préférer le fait maison, au prix de quelques efforts, au prêt-à-manger industriel.
Mais c'est parfois raté et cela entame leur confiance et leur persévérance. Alors que, bien souvent, ce n'est pas de leur faute, mais de celle de la recette qui est fantaisiste dans ses proportions ou imprécise dans son déroulement.

Et cela peut arriver aux plus aguerris ! Ainsi, un soir, tenté par une recette de galettes aux courgettes et à la feta, mon cuisinier en chef, suit à la lettre les indications d'un magazine, sans y mettre son sens critique habituel. Résultat : le premier essai donne une pâte beaucoup trop liquide et une sorte de crêpe toute fine très différente de la photo témoin ! A la relecture, les proportions des ingrédients (courgette, oeuf, farine, feta, parmesan, menthe) semblent assez étranges. On décide d'ajouter une dose de farine pour épaissir la pâte et tout s'arrange. Le résultat est non seulement présentable mais plutôt bon. Mais il fallait se détacher de la recette, se faire confiance et on n'ose pas toujours si on manque d'expérience.

Le mieux à faire, c'est finalement de repérer quelques bons créateurs de recettes dont vous avez éprouvé la production et auxquels vous pouvez faire confiance : ils ou elles donnent suffisamment de détails et sont fiables pour les quantités, durées, ... et la saveur du résultat final ! Ainsi, je fais confiance par exemple aux recettes de Patricia Wells ou de Clotilde Dusoulier, dans des styles différents, car elles sont d'une grande clarté et je suis sûre de les réussir du premier coup !

Et pour vous, elles marchent à tous les coups, les recettes ?

27/05/2011

Les Bretons doivent rigoler...

alimentation,nutrition,cuisine,bento,sarrasin,soba,sobacha,blé noir,galette,crêpesLundi midi, je m'étais préparé un bento à base de sarrasin. J'ai trouvé cela vraiment délicieux. Le goût et la texture changent du quinoa, du blé, du riz, de l'épeautre, ... J'ai réédité la chose cette fois avec une association classique avocat-pamplemousse-crevettes et j'y ai ajouté des dés de concombre, un reste d'asperges vertes, des graines germées, du basilic. Un régal !

Le sarrasin est à la mode. Les gourous de l'alimentation santé s'en sont emparés comme d'un nouvel aliment miracle, un super-aliment comme la grenade, les cranberries. On parle d'une fabuleuse boisson detox ! Pour ma part, j'en mange et bois depuis pas mal de temps sans me poser de question car cela fait partie des basiques japonais (alimentation dont je suis très friande, vous le savez) : il y a les soba, pâtes à base de sarrasin et le sobacha, infusion à base de graines de sarrasin.

Ici, on a l'impression qu'on vient de découvrir cet ingrédient... Du coup, ce sont les Bretons qui doivent rigoler ! Car le sarrasin fait partie de leur alimentation depuis probablement le 15eme siècle, apporté par les Sarrasins, et on le connaît bien à travers leurs galettes dites de blé noir : c'est bien de sarrasin qu'il s'agit (en l'occurence on utilise la farine de sarrasin). Le sarrasin est aussi bien connu à l'Est de l'Europe et on y utilise le sarrasin grillé, qu'on appelle kacha.

Pour information, j'avais d'ailleurs acheté mon sarrasin à St Malo .

NB : ce n'est pas compliqué à préparer : basiquement, une douzaine de minutes dans l'eau bouillante salée, et il est préférable si possible de le faire griller ou revenir avec un peu de matière grasse au préalable.

Et vous, mangez-vous du sarrasin ? 

26/05/2011

Piègée par Tumult ? (hihi, jeu de mots !)

Cette semaine, j'ai eu la chance d'être invitée avec d'autres blogueur(se)s et intervenants du monde de l'alimentation à la découverte d'une nouvelle boisson sans alcool dédiée à l'apéritif, Tumult (j'y reviendrai plus en détail). Tumult s'est offert les services du chef Jean-Francois Piège et c'est lui qui a concocté le dîner.

Il y a plusieurs événements de ce type prévus et chacun se déroule dans un lieu différent, avec un menu changeant. Car JF Piège trouve en partie son inspiration dans le lieu pour faire vivre une expérience globale particulière. Ainsi, ce dîner se passait au théâtre le Trianon et ce thème du spectacle l'a guidé et a donné lieu à quelques clins d'oeil cinéma dans l'assiette, autour d'une inspiration de cuisine style "fast food" revisité. Et à un service par des "ouvreuses", panier en bandoulière comme au bon vieux temps des cinémas de mon enfance !

Nous avons dégusté une multitude de petits plats en discutant plaisamment et en buvant, pour ce qui me concerne, de la Tumult Maltée (il y a deux parfums) qui s'accordait très bien avec les mets.

On a commencé par du foie-gras au pop corn pour un contraste crousti-fondant. Puis se sont succédés deux rafraichissants "makis", une drôle de "pizza" soufflée aux anchois, une croustillante et originale frite de riz à tremper dans un ketchup maison, une savoureuse crêpe au turbot sauce aux morilles (chemin de l'inspiration du chef : Tumult fruitée>cidre>crêpe !), un mini hotdog de ris de veau et un mini hamburger au canard pleins de parfums. A ce stade, j'ai laissé une grande partie du plat, pourtant très bon, car je n'avais plus vraiment faim et je préférais pouvoir apprécier les desserts.

tumult_plats.jpg

Un bonbon glacé inspiré par "La pie qui chante" a fait office de transition avant un trio de desserts délicieux : un mini-esquimau à la noix de coco, un yaourt maison au coulis de fraise, un onctueux pseudo-rocher à la noisette. Miam !

tumult_desserts.jpg


Cela a aussi été l'occasion de faire la connaissance de personnes sympathiques et gourmandes, notamment :
Betty Marais qui vient de quitter Le Havre pour Paris ;
Violaine, une des plumes acérées et chocolato-maniaque de Atabula ;
Rachel Khoo dont la Little Kitchen ne désemplit pas ;
Caroline, une Food Reporter active
Et d'autres.

Bref, une fort agréable soirée. Mais suis-je piégée et obligée de dire du bien de Tumult ?! A suivre...

23/05/2011

Journée de la fraise, youpi !!!

Quand on mange en respectant à peu près les saisons, on ressent parfois une sorte d'urgence. Vite, vite, il faut profiter de tel ou tel aliment avant qu'il ne disparaisse... jusqu'à l'année prochaine. Ainsi en va-t-il des fraises, qui ne durent guère plus que le printemps (enfin, les bonnes, les goûteuses, françaises forcément !). Et j'aime tellement ce fruit que je veux en profiter largement.

Du coup, j'ai décidé de mettre ce dimanche sous le signe de la fraise et je l'ai donc savourée sous différentes formes tout au long de la journée, sans me lancer dans des recettes compliquées :

alimentation,cuisine,fruits,fraise,salade rouge,dessert

- des fraises nature très parfumées ;

- un milk-shake : des fraises, du kéfir*, une touche de vanille pour adoucir l'acidité du yaourt, des glaçons : délicieux ;

- une salade toute rouge : j'avais un souvenir imprécis d'une salade dont je m'étais régalée l'année dernière avec fraise et pastèque notamment et j'ai élargi le propos. J'ai mis le paquet côté arômes avec des fraises, des tomates cerises, de la pastèque, de la feta, des pousses d'épinard, un mélange de graines germées, de la coriandre, du poivre, une vinaigrette avec du vinaigre de Banyuls. Waouh, tout ça ? Oui et ce n'était pas trop, ce fut une explosion parfumée et une pure merveille de salade !

- un trio de desserts fraisiers : une salade de fraises à l'orange, une poêlée de fraises au miel et au gingembre, une tentative de glace à la fraise sans sorbetière, avec ce qu'il restait du milk-shake : trois manières, trois températures, un grand plaisir même si la glace manquait un peu d'onctuosité.

Et vous, vous aimez les fraises ? Comment les préférez-vous ?

* Le kéfir est un lait fermenté d'origine grecque qui ressemble un peu à du yaourt semi-liquide.

19/05/2011

Salade terre et mer, régal totale impro !

salade,cuisine des restes,poulet,improvisation culinaire,légumesMercredi, je n'avais pas prévu de me préparer un déjeuner mais finalement, faisant le tour des ressources du frigo, cela m'a donné envie d'une salade. Aussitôt dit aussitôt fait, avec :
- un filet de poulet que je coupe en languettes et fais revenir et dorer rapidement avec citron et romarin,
- du concombre que je prépare en dés,
- du fenouil que j'émince finement,
- des crevettes,
- de la coriandre que j'ajoute généreusement,
- quelques pousses d'alfafa,
- un assaisonnement intuitif, sauce soja et jus de citron.

Et le résultat de cette improvisation fut un vrai délice : parfum merveilleux de la coriandre (ah, que je l'aime, elle transfigure une salade !), touche anisée du fenouil, fraîcheur croquante du concombre, légère note de romarin, accord poulet-crevettes réussi.

Faire les fonds de frigo, cela a du bon et ce n'est jamais monotone !

NB : afin de vous encourager à prendre plaisir à manger le plus souvent possible, je vous donne régulièrement un plaisir gourmand personnel. Je serai ravie que vous postiez un commentaire si vous voulez plus d'informations ou faire une suggestion gourmande.

18/05/2011

Je vide mon congélo, épisode 6 (et fin !) : tortilla aux légumes

Congélo, tortilla, kezako ? Je vous rassure, je n'avais pas d'oeufs au congélateur ! Mais, dernière ligne droite de cette "liquidation" des aliments surgelés pour faire place nette, j'y ai retrouvé une part de courgettes et tomates et un reste de poëlée de champignons. J'ai mélangé le tout, fait réchauffer, versé des oeufs battus dessus, et cela a cuit tranquillement pour donner une jolie tortilla (ou assimilé). Je l'ai emportée et, froide, elle a constitué un délicieux déjeuner.

alimentation,nutrition,déjeuner rapide,bento,lunchbox,repas au bureau,légumes,oeufs

Voilà une façon d'utiliser des restes de légumes en petite quantité, plutôt que de se forcer à les manger quand on n'a plus faim ou de les jeter, dilemme auquel sont parfois confrontées les personnes que je suis.

Résumé : le congélateur, c'est bien pratique ; les oeufs, cela se prête à un repas vite prêt.

Et ça y est, le congélateur est tout propre et prêt à être rempli de bonnes choses !

NB : afin de vous encourager à prendre plaisir à manger le plus souvent possible, je vous donne régulièrement un plaisir gourmand personnel. Je serai ravie que vous postiez un commentaire si vous voulez plus d'informations ou faire une suggestion gourmande.

Fraicheur de printemps : citron total !

P1030452.JPGParfois, quand on mange quelque chose, on cherche une boisson qui contraste, ou une boisson qui s'accorde. Et pourquoi pas une boisson qui prolonge ?

Ainsi, un dimanche, de passage chez mon quasi-voisin, le délicieux boulanger Gontran Cherrier, je m'empare d'une tartelette au citron, curieuse de goûter peu à peu bon nombre des spécialités de la maison. De retour chez moi, je m'interroge, que boire pour accompagner cette douceur acide ? Un thé ? non, pas envie. De l'eau ? bof. Il fait chaud, j'aime dans ces circonstances boire une citronnade. Mais citron et citron, qu'est-ce que cela va donner ? Est-ce que le citron à boire ne va pas "tuer" le citron à manger ? Je me lance et je m'attable avec ma citronnade (citron pressé + eau + glaçons) et ma tartelette. Première bouchée : parfum de citron très puissant, zestes de citron vert, crème comme on l'aime dans une tarte au citron mais toute légère, onctueuse, pas du tout compacte. Plus une pâte sablée parfaite, pas trop épaisse. Miam ! Et le parfum de citron est tellement présent que c'est la citronnade qui fait toute douce à côté ! Bref, une réussite !

Et vous, comment assortissez-vous pâtisseries et boissons ?

Et rappelez-vous, un gâteau sera toujours meilleur si vous le mangez quand vous avez faim !

Boulangerie Gontran Cherrier, 22 rue Caulaincourt, Paris 18ème