Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/05/2012

Dessert domino, ou merci Internet pour tes bons tuyaux !

Je vous ai déjà parlé de la cuisine domino, un nom rigolo que j'ai trouvé pour la réutilisation des restes en vue de créer un nouveau plat. Cette fois, il s'est agi de desserts domino.

Saison des fraises oblige et souvenir d'avoir beaucoup apprécié ce dessert lors d'un de nos petits buffets, j'ai eu envie de tartelette aux fraises.

Pour cela, j'ai une recette de pâte sablée super-express que m'avait livrée une amie un jour où l'on cuisinait de façon improvisée : on met 3 cuillères d'eau, 3 cuillères de sucre, 125 g de beurre à chauffer dans une casserole pour faire bien fondre le beurre, on ajoute environ 200 g de farine, on mélange, on constitue une boule et c'est prêt à étaler (avec délicatesse) !

Pour la crème patissière dont j'étale une fine couche sur le fond de tarte, j'utilise la recette basique que j'avais apprise dans mes cours de diététique (ingrédients : lait, vanille, jaune d'oeuf, sucre, maizena). De bonnes fraises Gariguette, un peu de sirop de groseille pour napper, miam !

P1050541.JPG

Bref, on a savouré de merveilleuses tartelettes mais il restait de la crème pâtissière. Pas question de la gaspiller et il faut agir vite car cela ne se conserve pas longtemps, que faire ? Direction internet, ressource quasi- infinie ! Voilà une idée : faire une crème pour tarte tropézienne, en mélangeant crème pâtissière et crème Chantilly. Pas sûre que ce soit la recette authentique mais cela tombe très bien car j'ai un pack de crème liquide qui va bientôt se périmer...

Je ne compte pas me lancer dans la réalisation de la brioche, alors je m'équipe d'une jolie brioche au sucre chez Gontran Cherrier (ce charmant boulanger est très à la mode mais ce n'est pas plus cher que dans une autre boulangerie : 1,20 euros la brioche). Je la découpe en deux, la garnis de crème et le tour est joué !

cuisine domino,cuisine des restes,tartelette aux fraises,crème pâtissière,tarte tropézienne,gontran cherrier,desserts

Conclusion : comme le disent les savants, "rien ne se perd, (rien ne se crée), tout se transforme" !

Et de façon générale, halte au gaspillage alimentaire, utilison, congelons, recyclons, ... ! Si vous voulez d'ailleurs des idées sympa pour utiliser des restes de viande ou de pain, direction l'émission On va déguster sur France Inter, diffusée le 27 mai 2012.

NB : Avant de penser au dessert, le plat compte aussi : Concours de la Plus Belle Assiette Composée : ne tardez pas, trois assiettes différentes proposées = trois chances de gagner / clôture le 21 juin !

30/05/2012

Déjeuner au soleil, pourquoi pas un sandwich ?

Quand il fait beau, on a envie d'en profiter, de déjeuner dehors, de faire une vraie pause détente. Plutôt que de s'attabler en terrasse pour un prix souvent exhorbitant ou d'acheter un sandwich moyen et au contenu imposé dans une boulangerie, on pourrait préparer son déjeuner nomade soi-même, non ?

Pas forcément un bento, qui demande plus de temps, mais plutôt notre traditionnel sandwich, qui peut être délicieux quand il est fait maison.

Précision diététique : pas d'inquiétude à manger un sandwich de temps en temps. Dans votre esprit, cela ne constitue sans doute pas ce que vous imaginez être un "déjeuner équilibré". Mais rassurez-vous, l'équilibre nutritionnel se fait sur la durée. L'important, c'est que le sandwich soit :

- savoureux au goût car le plaisir du repas est important pour se sentir rassasié(e),

- donc varié dans ses ingrédients pour avoir une diversité de parfums, de textures,

- pratique à manger (pas de sauce qui dégouline ou d'ingrédients qui s'échappent),

- nourrissant pour constituer un repas (on peut le compléter si besoin, par un fruit ou un dessert lacté par exemple),

Les combinaisons sont multiples et à adapter selon les ingrédients qu'on a chez soi, sans hésiter à tester des mélanges. Quelques exemples :

- saumon fumé-concombre-fromage frais-graines germées,

- bresaola-artichaut-parmesan,

- bresaola, ricotta, aubergines grillées, roquette, basilic,

- concombre-oeuf-moutarde-salade

- jambon de Parme-artichaut-roquette,

- filets de maquereau ou sardine, fromage frais, tomates, concombre, basilic,

- poulet-tomates-salade,

- jambon cru-ratatouille,

P1010670.JPG

P1010840.JPG

J'aime bien ajouter une poignée de graines germées quand j'en ai sous la main car cela apporte goût piquant et croquant, sans compter que c'est aussi de saines vitamines à manger.

En résumé, un délicieux sandwich, ce serait :

- un bon pain pas ramollo,

- un "tartinage" : fromage frais, chèvre, beurre, caviar d'aubergines, mousse de légumes ou de thon, ...

- une source de protéines pour le rassasiement : jambon cru ou cuit, poulet, rosbeef, bresaola, viande des Grisons, oeuf dur, saumon fumé, thon, crevettes, crabe, ...

- des légumes crus ou cuits : tomate, concombre, radis, carottes râpées, laitue, roquette, épinards, artichaut, aubergine, courgette, fenouil, champignons, avocat, ...

- des herbes, des graines germées, des cornichons, ...

Le jambon-beurre, ça n'est pas interdit mais un peu monotone je trouve !

Et surtout, on ne le mange en marchant, on se pose dans un endroit calme et plaisant et on prend le temps de le savourer.

Si vous voulez d'autres recettes, il y en a plein sur ce site spécialisé, qui ont l'air plutôt sympa (je n'ai pas testé).

Et vous, vous en faites, des sandwiches ?

NB : pour chez vous, pensez assiette composée ! Concours de la Plus Belle Assiette Composée : ne tardez pas, trois assiettes différentes proposées = trois chances de gagner / clôture le 30 juin !

 

 

29/05/2012

Quand je triche avec la saison !

soupe, velouté, fèves, légumineuse, légume sec, printemps, pascale weeks, cuisine, recette du dimanche soirLe printemps, c'est la période des fèves fraîches. J'en avais mis une poignée il y a quelques semaines dans mon plat de légumes tout vert mais il faut reconnaître que c'est tout un travail à écosser pluis éplucher. Alors, ayant envie de tenter un velouté de fèves, j'ai reculé devant la tâche et j'ai eu recours à des fèves surgelées.

Une soupe, ce n'est pas compliqué mais il peut y avoir des variantes : compléter les fèves avec  des légumes, de la crème, un peu de fromage frais, un bouillon parfumé, des lardons, ... Alors, comme je fais parfois, j'ai confronté cette envie générique d'un plat à des recettes existantes pour affiner les ingrédients. Pour cela, je consulte mes blogueuses de cuisine favorites, jamais en panne d'une suggestion. J'ai ainsi trouvé une recette "du dimanche soir", donc tout à fait adaptée, un velouté de fèves au cumin, sur le blog toujours plein de ressources gourmandes de Pascale Weeks.

Rien de compliqué et le résultat, tout vert, fut très plaisant à savourer. J'aurais sans doute pu forcer un peu plus sur le cumin. Comme l'indique par ailleurs Pascale dans sa recette, pas forcément besoin de crème pour le velouté, je n'en ai pas mis, mais si besoin, cela peut adoucir le goût des fèves.

Les soupes de légumineuses (ou légumes secs), c'est une variante agréable pour changer des légumes, qu'il s'agisse de lentilles vertes, de lentilles corail, de haricots, de pois chiches, ... Est-ce que vous y pensez parfois ?

 

NB : Concours de la Plus Belle Assiette Composée : ne tardez pas, trois assiettes différentes proposées = trois chances de gagner / clôture le 21 juin !

28/05/2012

Je suis sympa, j'ai lu Elle pour vous !

P1050539.JPGDe temps en temps, assez rarement, j'achète le magazine Elle. Et chaque fois, je comprends pourquoi je ne l'achète pas plus souvent... Alors, je "rentabilise" la dépense en vous en faisant profiter ! En général, c'est un des articles de couv qui attire mon oeil. En l'occurence, la collision de deux expressions : "kilos psycho" et "le régime qui va vous réussir", m'a interpellée. En effet, "kilos psycho" m'a évoqué mon approche de l'alimentation émotionnelle, de ce qui fait manger sans faim, et c'est un sujet que l'on ne traite surtout pas avec un régime, qui ne fait qu'aggraver les choses... 

Bref, n'arrivant pas à le feuilleter chez le marchand de journaux, je me suis délestée de 2 euros en songeant à l'activité détente que ce serait de le lire en buvant une citronnade (ma recette rafraîchissante et basique : des glaçons, 1/2 citron pressé, de l'eau pétillante).

L'article en question n'était en fait que la présentation d'une n-ième cure bien-être zen / detox de luxe pour people fatigués. Et comme Elle se doute que ses lectrices ne pourront pas se la payer, une adaptation dans leur intérieur douillet (mais sans vue sur la mer turquoise) est proposée. Finalement, entre la détente, le fait de prendre son temps pour savourer et manger consciemment, de s'arrêter quand on est rassasié, de comprendre ce qui stresse, cela n'est pas si loin de la façon dont je travaille avec mes patient(e)s, l'habillage zenifiant en moins et la totale variété alimentaire en plus (là, c'est à forte tendance macrobiotique)... Je devrais peut-être devenir gourou alors...

Bon, heureusement, il y avait d'autres lectures gourmandes :

- la réhabilitation du goûter, à laquelle je m'emploie souvent avec mes patientes au petit appétit qui se sont mis en tête qu'il ne fallait surtout pas manger entre les repas. Pas question de se contenter d'une salade à midi mais, certaines, avec un vrai repas, ont quand même un creux vers 16-17h. Il est alors souhaitable de faire une petite collation car sinon, on risque fort d'arriver affamé(e) au dîner.

- les bonnes adresses italiennes de Laura Zavan à Paris, qui m'ont donné idée de quelques incursions gourmandes en quête de rares fromages ou autres "feuilles de pain" sardes ;

- les idées de dîners thématiques, pétillants d'originalité d'Esterelle Payani, et, comme elle est généreuse, elles sont aussi en ligne. Pour ma part, je serais bien tentée par le menu "veggie" (probablement sans faire tout à la fois) : un mesclun pêche-menthe-feta, qui doit être d'une plaisante fraîcheur, un "orgetto" (risotto d'orge) à l'avocat qui pique ma curiosité, un meringué de rhubarbe aux épices, bien de saison.

A part ça, rien à faire, les filles des pages mode sont toujours aussi maigres...

25/05/2012

Les ministres, le jean et les codes...

Je me souviens d'un petit livre qui s'appelait "Les carriéristes" dans les années 80. Il donnait de façon caustique quelques conseils de comportement aux jeunes aux dents longues pour réussir en entreprise. Et il contenait un encart consacré aux looks observés et recommandables dans telle ou telle grande entreprise....

Car chaque lieu a ses codes vestimentaires. A priori, vous ne vous habillez pas pareil pour une soirée ou pour un pique-nique. En adoptant la tenue adéquate, vous vous intégrez plus facilement au groupe visé. Ce qui ne veut pas dire forcément passer inaperçu (e).

Parfois, on n'est pas au courant de ces codes implicites et on peut se retrouver "à côté de la plaque". On arrive en costume trois pièces dans une agence de pub où tout le monde est en jean et tee-shirt. Ou on porte une cravate à un sommet de chefs d'état décontracté et on se fait rappeler à l'ordre gentiment par le maitre des lieux...

Les choses se sont assouplies au fil des années mais restent souvent assez cadrées dans beaucoup d'entreprises. On accepte le polo ou le jean comme "friday wear" mais gare à celui qui le porte un autre jour. Pour les hommes, c'est assez simple, costume ou pas, cravate ou pas, chemise ou pas. Pour les femmes, la palette est plus vaste et plus subtile...

On peut décider de casser les codes pour montrer qu'on est différent. Ou assez puissant pour faire ce qu'on veut ? Comme Mark Zuckerberg, le patron de Facebook, quand il arrive en sweat à capuche et non en costume-cravate à la Bourse (mais pas à son mariage quand même...). 

On a le pressentiment que les codes du Conseil des Ministres, c'est plutôt costume-cravate et tailleur. Alors, pour faire écho à uen polémique récente, que veut-on signifier en arrivant en jean ? Qu'on n'est pas pareille ? Que ce qui relève de l'apparence est sans importance ? Qu'il est temps de changer les codes ?

On ne peut pas méconnaître que l'apparence joue un rôle important, encore plus aujourd'hui, où, pour les personnes en vue, elle est relayée instantanément sur des millions d'écrans.

conseil_ministres_2012.jpg

Pour ma part, avant la polémique aux proportions démesurées sur un jean de ministre, j'avais réagi à la photo du nouveau gouvernement en me disant que tout cela était plutôt terne et que la plupart des membres, et notamment les femmes, gagneraient à s'habiller un peu différemment. Il ne s'agit pas de se transformer, ni de faire des extravagances inadaptées, mais de trouver des tenues les mettant en valeur.

Mon métier est très lié à l'apparence (on vient plus souvent me voir pour sa silhouette que pour sa santé...) et je suis sensible à la façon dont les personnes se présentent. Je suis frappée par le fait que bien souvent, les femmes ne savent pas ce qui conviendrait le mieux à leur silhouette, ou ne font pas le minimum d'efforts en matière de coiffure, maquillage, habillement pour se montrer à leur avantage.

D'aucuns m'opposeront que c'est futile et qu'il vaut mieux travailler ses dossiers. Certes mais l'un n'empêche pas l'autre et à l'ère de l'image omniprésente, a-t-on vraiment le choix ? Ainsi, il me semble qu'on pourrait rechercher pour une telle occasion une élégance simple et contemporaine. Pour ma part (totale subjectivité !), c'est Fleur Pellerin, Ministre déléguée à l'Economie Numérique, qui m'a paru répondre le mieux à ce "cahier des charges"... Visiblement, je ne suis pas la seule à le penser...

Et vous, qu'est-ce que cela vous dit, cette agitation vestimentaire ?

24/05/2012

Et une jolie assiette composée du dimanche !

P1050515.JPGEvidemment, je ne participe pas au concours de La Plus Belle Assiette Composée que j'ai lancé récemment. Mais cela ne m'empêche pas d'en faire moi-même, pour le plaisir des papilles qui aiment la variété. Ainsi, ce dimanche, il s'est agi d'une assiette un peu italienne avec :

- une omelette épinards-feta-basilic,

- des tomates, de la mozzarella di buffala, du basilic,

- des asperges vertes,

- une salade de fenouil aux pignons

- un petit toast de caviar d'aubergine,

- des artichauts à l'huile.

C'est ça une assiette composée : quelques mets déjà prêts, un peu de préparation, un peu de cuisson ou des restes, bref, rien de compliqué mais c'est savoureux !

Du bon pain pour accompagner cela : de la baguette et aussi de la délicieuse fougasse pignons-romarin de Gontran Cherrier, très parfumée. On s'est régalés !

Alors, vous aussi, pensez assiettes composées et participez au concours sans tarder ! Et vous pouvez proposer trois assiettes différentes pour augmenter vos chances...

22/05/2012

Café de la Jatte : saveurs italiennes, préjugés oubliés !

Je ne vous parle pas très souvent de restaurants italiens, hormis pour de délicieuses pizzas ou quelques produits de choix. La raison : il y a vraiment un haut niveau de cuisine italienne à la maison (merci Monsieur !), notamment en matière de pâtes et de risotto, on se régale et, du coup, on est assez souvent déçus quand on tente l'aventure ailleurs, surtout quand on voit le prix d'un plat de pâtes.

Aussi, je ne me serais sûrement pas intéressée au Café de la Jatte, qui cumulait les handicaps : italien, situé dans un ancien repaire de gens de la pub, dans un lieu que je jugeais quasi inaccessible et très chic, restaurant d'une taille imposante pas forcément compatible avec une cuisine de qualité, ...

Mais le hasard fait parfois de drôles de choses... Quelques minutes de connexion sur twitter entre deux consultations, on cherche une bloggueuse pour participer à un dîner le soir même pour cause de défection, je suis disponible, je réponds sans trop y croire et bingo ! Je suis invitée, j'accepte, sans même savoir où.

Quand je reçois les informations, je n'ai pas vraiment d'idée de ce qu'est devenu le Café de la Jatte. Je vérifie tout d'abord que je peux y aller en transport. Finalement, ce n'est pas si compliqué, quelques minutes de métro jusqu'au Pont de Levallois, puis une marche fort agréable (quand il fait beau) pour arriver au coeur de l'Ile de la Jatte.

jatte1.jpg

Le lieu est vaste, joliment aménagé, avec une terrasse qui doit être bien agréable.

IMG-20120509-00019.jpg

Nous sommes quelques bloggueuses* et le chef Giovanni Perrone (qui fut le chef du restaurant Il Viaggio dans le 7eme) nous accueille et nous raconte son goût des bons produits qu'il fait venir de ses Pouilles natales (de la straciatella, des tomates San Marzano, de l'huile d'olive, ...). Il a l'air vraiment passionné et exigeant. Il souhaite proposer une cuisine saine, goûteuse, à base de produits de saison, "genuina" en italien (légère et authentique, dit-il).

IMG-20120509-00010.jpg

On a de la chance, on nous a concocté un menu dégustation pour goûter le maximum de spécialités, j'adore !

Cela commence par l'apéritif avec une bonne focaccia tiède, de la crème d'artichauts, ... Puis une soupe à la tomate avec du crabe, rafraichissante, des asperges vertes (je n'ai pas raffolé de la chantilly au balsamique), une croquante salade d'artichauts délicieuse, tout un assortiment d'entrées très plaisantes, parmi lesquelles j'ai apprécié un carpaccio d'espadon traité comme un vitello tonnato, des sardines marinées avec de la tomate et du céleri, de la moelleuse burrata.

IMG-20120509-00014_bis.jpg

Ensuite, il y a eu de bonnes pâtes à l'encre de seiche aux langoustines et aux courgettes, des pâtes à la truffe, un risotto aux poivrons, au romarin et au chèvre (avec un peu trop de place pour le chèvre à mon goût).

Heureusement, tout est servi en mini-portions mais on zappe quand même le poisson pour garder une petite place pour les desserts. Délicieuse panacotta à la noix de coco légère et onctueuse, léger carpaccio d'ananas et grand plaisir citronné avec quelques bouchées de tiramisu au limoncello, à mi-chemin entre le tiramisu et la tarte au citron, miam ! Ouf,  quelques gorgées d'excellent limoncello pour digérer mais finalement pas trop de sensation de lourdeur, j'ai bien géré les quantités.

café de la jatte,restaurant italien,ile de la jatte,neuilly,giovanni perrone,antipasti,pâtes,pouilles

Désolée pour la photo, la lumière avait sérieusement baissé... D'autres belles photos, c'est

Tout cela était majoritairement plein de saveurs et avec le bon dosage de classicisme italien et de touches d'originalité. Bien sûr, une bonne cuisine dans un vaste restaurant, cela nécessite de bons produits et un personnel nombreux. Donc, ce n'est pas vraiment bon marché mais c'est le prix de la qualité et du lieu. En fait, c'est en quelque sorte de brasserie italienne, quelque chose d'assez inhabituel en fait.

Il y a aussi un brunch italien au menu plutôt appétissant, qui doit être sympa en famille.

Alors, la question habituelle qui me permet de synthétiser ma perception : ai-je envie d'y retourner ? Réponse : OUI ! Ne serait-ce que pour vérifier que la bonne impression n'était pas liée qu'à un traitement privilégié... Par ailleurs, il doit être particulièrement agréable de venir en été pour déjeuner d'une grande assiette d'antipasti et d'un dessert, et s'éterniser un peu en terrasse...

*j'ai été ravie de partager ce bon dîner avec Aurélie-Expressions d'Enfants, Marie-Agite tes Papilles , Romy-CdimancheaParis, Sandra-desenviesdecuisine .

Le Café de la Jatte, Ile de la Jatte; 60 boulevard Vital Bouhot, Neuilly sur Seine, 01 47 45 04 20.

 

 

21/05/2012

Mange-t-on trop de viande ? ça dépend...

Jeunes femmes, mangez du fer !

Ah bon, ça se mange ? Bien sûr, pas tel quel ! Encore qu'un intervenant de la conférence organisée par le CIV (Centre d'Information des Viandes) à laquelle j'assistais il y a quelque temps rappelait une vieille coutume en la matière : elle consistait à faire boire de l'eau contenant un clou rouillé aux personnes en manque de cet oligo-élément. Nul n'a pu garantir l'intérêt scientifiquement prouvé d'une telle méthode...

viande,aliments riches en fer,femmes,anémie,teneur en fer

Je parle bien sûr du fer contenu dans les aliments, notamment dans la viande de boucherie (1). Et le monde est mal fait... les femmes qui ont des besoins en fer deux fois plus élevés que les hommes (du fait de leur cycle menstruel) en absorbent moins qu'eux, et du coup en manquent souvent. En effet, d'après les données (2) présentées à cette conférence, 39% des femmes de 18 à 29 ans ont des réserves faibles en fer et 17 % présentent même une baisse des réserves. Et la carence en fer non traitée peut conduire à l'anémie. Mieux vaudrait intervenir avant !

Je sais que certaines femmes mangent peu de viande notamment du boeuf. Or, si certains éléments apportés par la viande (les protéines, certaines vitamines et minéraux) peuvent assez bien être fournis par d'autres aliments, pour le fer, c'est plus compliqué.

Où trouve-t-on le fer ? En résumé, d'abord dans la viande plutôt que dans les épinards ! Pour ceux-là, c'est une croyance erronée due à une erreur de virgule et perpétuée notamment par Popeye ! On trouve le fer à la fois dans des sources animales : en tête le boudin, le foie de volaille, puis le boeuf, l'agneau, le canard, et plus modestement le poisson, les oeufs, la charcuterie. Côté végétaux, il y a le germe de blé, les pistaches, le soja, les légumes secs, ... Mais le fer animal est mieux absorbé par l'organisme que le fer végétal.

La consommation moyenne de viande de boucherie en France est de 390 g/semaine soit 55 g/jour. Cette consommation est en baisse depuis plusieurs années, à l'inverse de la volaille et de la charcuterie qui progressent. Notamment pour des raisons économiques et de praticité culinaire, ...

Par ailleurs, cette moyenne cache d'importantes disparités, notamment entre les hommes et les femmes : 435 g pour les hommes, 330 g pour les femmes. Or, comme je le disais plus haut, elles ont un besoin deux fois plus important.

Souvent, quand mes patientes m'annoncent un projet plus ou moins proche de grossesse, j'attire entre autres leur attention sur leur consommation de viande. Pour nombre d'entre elles, cette consommation est assez limitée pour des tas de raisons (goût, coût, opportunité, tendance au végétarisme, ...). Alors, je leur recommande de demander à leur médecin une vérification de leur taux de ferritine (qui indique l'état des réserves de fer de l'organisme) pour être fixée sur la conduite à tenir. Un gynécologue présent a en effet insisté sur les sérieux dangers d'un manque de fer pendant la grossesse et en vue de l'accouchement, période où les besoins sont encore accrus. Bien sûr, on peut prendre un complément alimentaire, voire même recevoir des injections en urgence, mais n'est-ce pas plus simple de couvrir ses besoins par la nourriture ?

Evidemment, comme vous, je me dis qu'un colloque organisé par le Centre d'Information sur les Viandes n'a sûrement pas pour but de nous dissuader d'en manger. Et mon idée, mesdemoiselles, mesdames, n'est pas de vous convaincre de manger de la viande si vous ne l'aimez vraiment pas. Mais, si c'est un aliment qui est plutôt à votre goût, de prendre un peu de recul sur votre consommation.  Est-ce que vous "oubliez" régulièrement d'en manger ? Ou au contraire, en mangez-vous vraiment beaucoup, par habitude familiale par exemple ? Pas besoin d'un steak tous les jours ! Dans tous les cas, il est intéressant de savoir, par une analyse, où vous en êtes côté réserves de fer.

Pour ma part, je ne mange pas énormément de viande (je suis plutôt flexitarienne !) mais je ne m'en prive pas. J'aime cela sous diverses formes, sans excès (3) et par ailleurs je sais, par mes analyses de sang faites de temps en temps, que je ne suis pas en manque de fer, même si cela n'est déjà arrivé à une époque où j'étais fort ignorante des choses de l'alimentation...

Et vous, vous en êtes où côté viande ? NB : Bien sûr, je sais qu'il y a des végétarien(ne)s parmi vous !

 

(1) Ce qu'on appelle la viande de boucherie regroupe le boeuf, le porc (hors charcuterie), le veau, l'agneau, le cheval.

(2) au global, informations source CIV, Credoc, Etude nationale Nutrition Sant, Ciqual

(3) cela se passait au Ritz (opération séduction !) et je me suis absolument régalée lors de la démonstration-culinaire qui a suivi la conférence : un chef de l'Ecole du Ritz nous avait concocté une daube provençale absolument merveilleuse de fondant. J'ai la recette détaillée et les astuces du chef, je vais la refaire très bientôt en m'appliquant.

viande,aliments riches en fer,femmes,anémie,teneur en fer

19/05/2012

Des oeufs, oui mais espagnols pour changer !

Je vous parle assez fréquemment des oeufs. Non seulement car c'est bon (quoique certains n'aiment pas du tout), sain, pas cher. Mais aussi bien sûr car ils sont largement déclinables en savoureuses recettes si on ne veut pas en rester au classique oeuf au plat.

Il y a quelques années, en été, j'étais très fan d'une recette d'oeufs au plat dans une poëlée de tomate, toute simple : on fait fondre de bonnes tomates fraîches avec de l'ail et du thym (éventuellement la veille) et on casse dedans des oeufs. Plus sophistiquée, on s'était régalés d'une recette d'oeufs basquaise pêchée chez Alain Ducasse.

Ce n'est pas encore tout à fait la saison des tomates, alors heureusement, il y a les tomates en boite. Cela nous a permis de goûter une recette tout à fait délicieuse et riche en arômes du Sud: des oeufs à l'espagnole (une recette du magazine Zeste, décidément plutôt une bonne source d'idées simples et bonnes), soit de la tomate, des oeufs, du chorizo et des lamelles de pommes de terre. Plus du basilic (du thym dans la recette d'origine). Voilà un plat complet et nourrissant.

oeufs à l'espagnole,riz à la cubaine,magazine zeste,cuisine,tomate

Sinon, pour rester dans la sphère hispanophone, j'ai récemment tenté la recette du riz à la cubaine suggérée par une fidèle lectrice : du riz, un oeuf au plat, de la banane caramélisée : de la savoureuse cuisine du placard, sucrée-salée. Merci Marie-Pierre !

oeufs à l'espagnole,riz à la cubaine,magazine zeste,cuisine,tomate

 

18/05/2012

Concours de la PLUS BELLE ASSIETTE COMPOSEE : oh le beau jury !

La semaine dernière, je vous annonçais le lancement du concours de


LA PLUS BELLE ASSIETTE COMPOSEE !

Je le répète, il ne s'agit pas de cuisine à proprement parler même si certains composants peuvent nécessiter réchauffage ou un peu de cuisson. Il s'agit plutôt d'imaginer des repas du quotidien vite prêts, appétissants et composites.

Aujourd'hui, j'ai le plaisir de vous présenter le fabuleux jury d'expertes (désolée, pas d'hommes, c'est un hasard !) qui s'intéressera à vos photos :

- Anne-Laure alias La Soif du Miam, aux papilles exploratrices toujours curieuses,

- Camille alias Moutarde et Macaron, d'une gourmandise affinée tant salée que sucrée,

- Fanny alias la "La Dame du Phare" qui parmi toutes ses belles photos nous présente parfois ses jolies assiettes,

- Florence "Sucre Glace", dont la belle vaisselle témoigne de son sens de l'esthétique.

De belles expertes mais ne vous laissez pas impressionner ! A vos assiettes !

Celles-ci seront évaluées sur quatre critères :

- la qualité esthétique,

- l'originalité et la diversité des composants,

- le côté appétissant,

- la facilité de constitution de l'assiette.

cuisine,concours,assiette composée,repas rapide,cuisine du placard,manger avec ses yeux

N'attendez pas, commencez dès maintenant à envoyer vos photos sur artdemanger@gmail.com