Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/07/2012

Pendant l'été, la cuisine (japonaise) continue...

Ce n'est pas parce que c'est l'été qu'on va s'arrêter de cuisiner, qu'on va se nourrir uniquement de salades... d'autant que le temps n'y incite pas vraiment... Et cuisiner, ce n'est pas toujours innover : ainsi, dimanche dernier, ce fut repas japonais d'un grand classicisme, qui nécessite un certain temps de préparation (mais pas par moi !).

P1050753.JPG

Il y avait du saumon grillé au sel, de l'omelette (tamago), une salade d'algues hijiki et carottes, des prunes salées (umeboshi), une salade concombre-algues wakame, et bien sûr du riz, une soupe miso, du thé vert ... Certains diraient que c'est un parfait repas santé mais on n'y pense pas, on pense surtout à se régaler ! Et à se remémorer le Japon qu'on aime tant...

04/06/2012

François Simon, Tokyo et l'amour du Japon

La semaine dernière, François Simon, critique gastronomique et grand amoureux du Japon, nous emmenait en voyage à Tokyo. J'apprécie son ton, sa compréhension du Japon mais j'ai été déçue qu'il donne surtout des adresses luxueuses et qu'il ne délaisse pas les hôtels occidentaux pour quelque auberge bien japonaise.

C'est à revoir (pendant quelques jours ?) ici :

http://www.direct8.fr/video/a0lNbGlO/les-dessous-de-table...

françois simon,direct _,tokyo,leçons de japon,dessous de tables,cuisine japonaise

Comme il a donné quelques "leçons", cela m'a rappelé mes leçons de Japon de l'automne dernier, en attendant d'y retourner, malgré le cours astronomique du yen... (quel que soit ce cours, on n'ira pas de toute façon manger des sushi chez Jiro à 300 euros le repas !).

Si vous ne les avez pas lues, les voici :

http://ariane.blogspirit.com/archive/2011/12/08/lecons-de...

 

Et comme on est nous aussi de grands amoureux du Japon, vous avez dû le noter, il se retrouve souvent à notre table, comme ce dimanche avec un délicieux repas, coloré et varié :

françois simon, direct _, tokyo, leçons de japon, dessous de tables, cuisine japonaise

 - salade concombre-algues wakame acidulée,

- aubergines au misos toutes douces et onctueuses,

- saumon grillé au sel et oeufs de saumon pour le côté mer,

- omelette moelleuse,

- prune ume et algues kombu au shiso pour accompagner le savoureux riz.

Côté liquide, thé japonais et petit bouillon au yuzu.

A propos de Japon, deux jolies assiettes japonaises de Sucre Glace (qu'on trouve désormais à la table du restaurant Le Quinzième de Cyril Lignac ) seront le premier prix du Concours de La Plus Belle Assiette Composée : alors, n'hésitez pas, participez avant le 21 juin !

 

04/04/2012

Du Japon à l'Italie, le riz...

J'aime le Japon,

J'aime l'Italie,

J'aime le riz...

Ce grain blanc fait le pont entre ces deux pays où il est assez semblable, petit et rond. Il était largement présent ce week end à notre table, avec :

- un riz japonais au maquereau et au cresson, une recette toute simple faisable avec une boite de maquereau au naturel mais rendue encore meilleure par l'utilisation de maquereau frais : associé au cresson, cela avait un goût bien marqué.

japon,italie,cuisine japonaise,cuisine italienne,risotto aux asperges,riz au maquereau

- un risotto aux asperges, au Speck et au gorgonzola. De l'onctuosité et là aussi, beaucoup de goût et le plaisir de savourer chaque bouchée moelleuse à la cuillère.

japon,italie,cuisine japonaise,cuisine italienne,risotto aux asperges,riz au maquereau

Au global, on s'est régalés. Et si vous pensez que cela fait beaucoup de riz, dites-vous qu'au Japon, la plupart des personnes en mangent tous les jours et même plusieurs fois par jour. Comme le pain chez nous !

Et vous, vous l'aimez comment, le riz ?

19/03/2012

Merveilles des mers et de la terre...

Il y a quelques jours, nous nous sommes offerts un fabuleux repas à dominante orangée, proposant un assortiment de quelques merveilles des mers :

P1050175.JPG

- des crevettes délicatement grillées,

- un peu de filets de bar et de daurade,

- une huitre à la japonaise,

- un faux sushi d'oursin.

Ces délices étaient accompagnés de quelques savoureuses bouchées plus terriennes : des petits oignons, de la salade cuite (une autre façon plaisante de manger de la salade) et des carottes râpées ; un bol de riz.

La diversité des mets était au rendez-vous et je la préfère largement à un plat mono-goût. Et pas la peine d'aller forcément au restaurant pour se régaler !

 

16/03/2012

Voyage immobile : le Japon authentique à Paris

De plus en plus souvent, je fais des cadeaux éphémères aux uns et aux autres, à savourer dans l'instant et à inscrire peut-être dans la mémoire. Sorties, voyages, spectacles, repas, mets de choix,... Cette semaine, pour une importante célébration ou que je jugeais telle, j'ai ainsi décrété des festivités totalement nippones. Comme un voyage immobile, le Japon en plein Paris. Bon, pas de tatami ni de onsen mais pour le reste, on pouvait presque s'y croire.

On a ainsi visité un jardin japonais qu'on ne connaissait pas encore, à Rueil-Malmaison : jardin sec imposant mais manquant de l'entretien quotidien qu'on observe au Japon, tori et pont de bois qui créent un petit univers décalé de l'environnement proche, touche de printemps dans un arbre, sans doute un amandier. Bon, soyons honnêtes, cela ne vaut pas tout à fait le voyage !

japon,thé japonais,cuisine japonaise,bon kushikatsu,juan,yasu kakegawa

On a découvert une jolie boutique de céramiques japonaises, Yakimono, où on a été très gentiment accueilli avec un thé offert par les jeunes vendeurs, exactement comme on aurait pu le vivre à Kyoto.

Grâce à Mademoiselle Thé, nous avons passé un grand moment en compagnie de Yasu Kakegawa, véritable esthète du thé et du goût (il s'est aussi intéressé au vin et au chocolat dans son parcours et il dresse des parallèles en termes de richesse aromatique). Il nous a fait déguster quelques grands crus de thé vert fort rares aux arômes surprenants, produits en toute petite quantité (avec la conséquence sur le prix que vous pouvez imaginer...). Une enclave de pur Japon à deux pas du centre Pompidou.

japon,thé japonais,cuisine japonaise,bon kushikatsu,juan,yasu kakegawa

La gastronomie a évidemment occupé une place importante dans ce voyage immobile. Sur plusieurs jours, nous nous sommes régalés dans des lieux d'exception, de ceux qu'on ne s'offre pas quotidiennement. On a ainsi fait un repas de haute volée chez Bon, spécialisé dans les kushikatsu (ou kushiage), des brochettes panées. Le lieu est très beau et c'est un festival de quinze brochettes servies avec élégance, toutes plus délicieuses les unes que les autres, avec un mix d'ingrédients français et japonais : foie gras, boeuf Chateaubriand, sole, crevette, champignon shitake, pomme de terre japonaise ,... et deux sucrées en conclusion, dont, saison oblige, un sakura-mochi (gâteau enrobé d'une feuille de cerisier, symbole de printemps) !

japon,thé japonais,cuisine japonaise,bon kushikatsu,juan,yasu kakegawa

On est aussi retournés chez Juan: entre la délicatesse des mets, la discrétion du chef et la gaieté bien arrosée d'une table de Japonais voisins, on avait là encore une forte sensation de Japon. Un repas dégustation qui mêle poissons crus et cuits, légumes variés, en toutes sortes de petits plats jolis et délicieux.

japon,thé japonais,cuisine japonaise,bon kushikatsu,juan,yasu kakegawa

Que de beaux souvenirs engrangés ainsi en attendant un voyage plus réel !

 

Yakimono, 14 rue de Langeac, Paris 15ème, 09 51 53 29 43.  

Yasu Kakegawa - Thés du Japon, 12 rue Simon Le France, Paris 4ème, 01 44 61 28 21.

Bon Kushikatsu, 24 rue Jean-Pierre Timbaud, Paris 11ème, 01 43 38 82 27.

Juan, 144 rue de la Pompe, Paris 16ème, 01 47 27 43 51.

 

 

15/03/2012

Quand l'ustensile fait la cuisine...

Non, il ne s'agit pas de vous parler de ces fabuleux (et fort coûteux) robots modernes qui préparent un repas de bout en bout tout seuls. Rien de cela chez nous ! Au contraire, il s'agit d'un ustensile sûrement d'ancienne origine, une poêle en fonte noire, au superbe design, qui nous arriva comme un très beau cadeau de Tokyo.

P1050151.JPG

Sans plus attendre, le cuisinier en chef, impatient de l'expérimenter et voulant rendre hommage à l'ami offreur, trouva une inspiration dans cet ustensile le soir même. Et nous avons eu droit à un savoureux dîner à base de saumon et légumes traités à la japonaise. En accompagnement, il y eut aussi un délicieux riz aux champignons glané sur ce site fort gourmand. Miam ! Et la poêle a sûrement un bel avenir dans notre cuisine...

P1050147.JPG

C'est ainsi que parfois certains ustensiles sont sources d'inspiration. C'est parfois le cas pour les chefs d'aujourd'hui, qu'il s'agisse de la mandoline, du siphon, ... ou pour nous, dans notre cuisine plus simple.

Et vous, avez-vous des ustensiles qui vous inspirent ?

21/02/2012

Oui, les Japonais mangent aussi de la viande !

On pense souvent au poisson quand on évoque l'alimentation japonaise. A juste titre. C'est un pays fort maritime étant donné sa longueur de côtes, dont les habitants ont su au mieux tirer parti des ressources disponibles.

Mais les Japonais sont aussi mangeurs de viande depuis plus ou moins longtemps, sous différentes formes, par exemple :

- les traditionnelles brochettes de poulet "yakitori" dont on n'a pas toujours le plus savoureux exemple dans les restaurants pseudo-japonais en France...

- le porc pané ou "tonkatsu" qu'on peut manger à Paris chez Momonoki ou chez Tonkatsu Tombo à Montparnasse, ou que l'on peut préparer chez soi grâce à la recette pas compliquée qui figure dans le nouveau livre d'Esterelle Payani, "Petits panés" (avec plein d'autres recettes amusantes) ;

- le sukiyaki ou le shabu-shabu, où l'on trempe de fines tranches de viande dans une sauce ou un bouillon, un vrai régal, encore davantage quand on déguste cela avec du boeuf wagyu.

Et les Japonais ont aussi des plats familiaux utilisant de la viande mijotée. Tel ce plat que nous avons savouré ce week end : du boeuf aux oignons et au gingembre sur du riz. Molleux, parfumé, délicieux et très couleur locale !

japon,cuisine japonaise,viande,boeuf,spécialités japonaises

Car manger de la viande, ce n'est pas toujours manger une entrecôte ou un steak haché ! 

17/02/2012

Un bento car je le vaux bien !

P1050030.JPGParfois, on prépare un bento pour quelqu'un d'autre : les mamans japonaises le préparent pour leurs enfants écoliers qui n'ont pas souvent de cantine, la femme pour son mari. Parfois, ce peut être pour les deux à la fois : j'aime beaucoup cette idée, mise en place par une de mes patientes, de préparer un double bento, qu'elle et son compagnon savourent en même temps et à distance, en ayant une pensée pour l'autre. Mieux que la Saint-Valentin !

Et parfois, on se le prépare pour soi. Car on le vaut bien ! Accorder de l'importance à ce qu'on mange, le présenter joliment, prendre le temps de le manger, c'est prendre soin de soi et c'est important, non ?

Ainsi, je me suis concoctée sans y passer trop de temps, en faisant le tour des placards et autre congélo, un bento classique avec des épinards au sésame, des champignons variés, du saumon, du riz japonais et des petites prunes "ume". Un grand plaisir à déguster, sur un "furoshiki" orné de petits poissons pour l'accord !

08/02/2012

Ouf, des restes pour mon bento !

bento, cuisine japonaise, utiliser les restes, déjeuner au bureau, lunchbox, japonSouvent, des patientes me parlent de l'absence de restaurant dans leur entreprise, ou de sa mauvaise qualité, du bruit, de l'envie de changer d'air à l'heure du déjeuner. Alors, elles se tournent vers un sandwich, une salade, des sushis, un plat de traiteur, ... selon les propositions environnantes. Sans être toujours satisfaites. Et quelques-unes, courageuses, exigeantes ou économes (ou les trois à la fois !) apportent leur déjeuner au travail, qu'elles ont préparé à la maison, la veille au soir ou le matin. Le plus facile, ce qu'elles font souvent et que je leur recommande, c'est de partir des restes du dîner, de prévoir une part supplémentaire, ...

C'est ce que je fais souvent moi-même car je n'ai en général pas le temps ou l'énergie de préparer un repas de bout en bout. Par chance, ce lundi, où je disposais de peu de temps, j'ai pu bénéficié de quelques restes du délicieux déjeuner japonais de la veille : du saumon, de l'omelette, du riz, une salade d'algues-carottes et j'y ai ajouté une petite poêlée de champignons variés.

Un bento varié fort agréable à déguster, en compagnie d'un thé et d'une soupe miso pour la note de chaleur.

Et vous, vous êtes plutôt accomodement de restes, impro frigo ou préparatifs tranquilles quand vous empportez votre déjeuner ?

 

26/01/2012

Pour de bons sushis parisiens, direction Kifune

Je ne mange pas énormément de viande (sans m'en priver pourtant) et ce week end, placé sous le signe des produits de la mer, fête des coquilles St Jacques oblige, en a été une nouvelle preuve.

Car il a aussi été question de poisson cru. Il n'est pas évident de trouver de vraiment bons sushis à Paris, quelle que soit la qualité des sushi-men. Question de fraîcheur et de façon de pêcher le poisson semble-t-il... Mais il y a quand même quelques lieux pour cela et Kifune en fait partie selon moi. Il est rarement cité quand on interroge les gens sur leurs restaurants de sushis préférés à Paris. Pourtant, sans prétendre tout connaître, il me semble que c'est vraiment un des meilleurs...

P1040901_kifune.jpg

Nous y sommes retournés samedi dernier avec plaisir. J'ai souvent goûté leurs sushis et cette fois j'ai eu plutôt envie de sashimi. Plusieurs menus sont proposés le midi (à 32 euros, certes ce n'est pas donné) avec à chaque fois, outre le plat principal, deux petites entrées, une soupe, du riz (hormis quand on prend des sushis bien sûr), des tsukemono (pickles), une salade de fruits frais. Le poisson cru était délicieux*. Je préfère décidément en manger moins souvent et du bon !

*Vous noterez que, comme beaucoup de restaurants japonais, ce n'est pas politiquement correct puisqu'il y a du thon rouge...

Kifune, 44 rue St Ferdinand, Paris 17eme (à proximité de la Porte Maillot) 01 45 72 11 19