Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/10/2009

Atelier obsession de la minceur : feedback

Petit retour sur le premier de mes ateliers consacrés à l'alimentation et au corps, qui s'est déroulé jeudi 29 octobre. Malgré les vacances scolaires, sept femmes étaient présentes et la réunion s'est très bien passée. Beaucoup d'échanges, de questions, de réflexions autour des images des femmes dans les medias, de la façon dont cela nous influence plus ou moins consciemment, de la prise de conscience qu'une personne, c'est loin d'être seulement un physique !

Merci à toutes les participantes d'avoir participé activement, avec beaucoup de franchise. Leur retour : une prise de conscience accrue des méfaits des régimes, de l'importance de s'écouter pour manger, une meilleure acceptation de la diversité des corps et de soi-même.

Un seul petit regret, elles étaient tellement absorbées par le sujet qu'elles n'ont pas touché au délicieux cake salé que je leur avais concocté !

A très bientôt pour l'annonce d'un nouvel atelier.

Au secours, le régime protéiné revient !

... Mais était-il vraiment parti ?

J'ai lu par hasard le magazine Elle de la semaine dernière et je suis tombée sur un article intitulé "Le régime protéiné revient". J'ai un instant cru qu'il s'agissait d'une critique des régimes protéinés. Que nenni ! Bien sûr, on critique sévèrement les anciens régimes protéinés, excessifs, inefficaces, frustrants... Mais c'est pour mieux affirmer que tout cela a bien changé et que c'est tout à fait fiable aujourd'hui.

j0422209.jpg

Mais non ! Comme la quasi-totalité des régimes, cela ne marche pas ! On se prive, on dérègle son organisme, on craque, on est malheureuse, on regrossit. Les études citées dans l'article parlent de personnes qui n'ont pas repris de poids après 6 mois. Et après ? Et en plus quelle contrainte : Il faut A VIE suivre une journée Tout protéines par semaine !

Et si les régimes ne marchent pas dans la quasi-totalité des cas, ne croyez pas que c'est une question de volonté insuffisante. Si cela ne marche pas, c''est la faute des régimes, pas la vôtre, arrêtez de culpabiliser ! Un régime, c'est anti-naturel. Mais peut-être faudrait-il arrêter aussi de vouloir être toujours plus minces ! On lit ici que les régimes protéinés sont "les seuls qui permettent de maigrir vite". Pourquoi vouloir maigrir vite ? En général, si on a des kilos en trop, ils ne sont pas arrivés en un jour. Pourquoi partiraient-ils à toute vitesse ?

Préférez donc un changement en douceur de vos habitudes, après avoir compris pourquoi vous aviez pris du poids, en mangeant de tout,  sans vous priver.

 

25/10/2009

Le bento selon Dominique Loreau

J'ai déjà beaucoup parlé bento ici et les sites et blogs sur ce sujet fleurissent. Je vous recommande toutefois la lecture des pages consacrées au "o bento" par Dominique Loreau dans son dernier livre qui sort ce lundi, L'Art de la frugalité et de la volupté". Elle montre que le bento peut être vraiment ressenti comme un plaisir (et pas du tout comme une corvée), à la fois quand on le prépare et parce qu'on a un plaisir anticipé toute la matinée à l'idée du bon repas fait maison qu'on va savourer au déjeuner. 

IMG00012-20091022-1649.jpg

Elle révèle les principes du bento en théorie mais je doute que les Japonais eux-mêmes les respectent au quotidien : 5 couleurs, 5 goûts, 5 ingrédients, 5 modes de cuisson ! De quoi en tout cas réaliser des milliers de possibilités. Elle donne aussi quelques conseils pratiques et idées d'ingrédients.
Alors, vous vous lancez ?

23/10/2009

Démonstation bento à la Maison du Japon

Comme je l'avais dit dans un message récent, il y a beaucoup d'événements autour du bento actuellement. Pour ma part, j'ai assisté hier à la démonstration de bento à la Maison de la Culture du Japon à Paris. Le titre était clair : il ne s'agissait pas d'un atelier, donc d'un moment pour réaliser soi-même des plats, mais d'une démonstration par un chef, en l'occurence le chef du restaurant japonais haut de gamme Hanawa.

IMG00010-20091022-1617.jpg

Le déroulement a été le suivant : mini-histoire du bento (le premier bento, c'était l'onigiri !), présentation des 14 éléments composant le bento du jour, assez sophistiqué donc, et pas du style d'un bento maison qu'on prépare le matin avant de partir au bureau !

IMG00009-20091022-1611.jpg

Mais ensuite pas de démonstation de bento à proprement parler. Et donc un peu de frustration : pas ou peu d'explication sur comment réaliser les composants, d'idées ou de conseils pour faire un bento. Mais simplement une démonstation de deux techniques pour réaliser l'omelette roulée à la japonaise. Ce n'était pas tout à fait pour cela que j'étais venue !

IMG00011-20091022-1626.jpg

Conclusion ! moment assez sympathique, intéressant pour qui voulait perfectionner sa technique d'omelette japonaise, et, pour finir, très bonne dégustation d'un mini-bento avec tous les éléments présentés.

13/10/2009

Scoop ! Dominique Loreau parle nourriture

Petit scoop en avant-première : Dominique Loreau dont vous avez peut-être lu et aimé l'Art de la Simplicité (qui avait trouvé un large écho en moi), sort d'ici à la fin du mois d'octobre un nouveau livre, consacré au sujet qui me passionne, l'alimentation : l'Art de la frugalité et de la volupté. Je pense être d'accord avec une grande partie de ce qu'elle écrit mais peut-être pas tout à fait la totalité, car je me situe plus du côté de la volupté (du plaisir de manger, que je défends toujours ici) que de la frugalité, qui me parait être un terme d'une dimension un peu stricte.

loreau.gif

En tout cas, c'est un livre hautement recommandable car, comme ses précédents livres, il combine harmonieusement pistes de réflexion sur soi et conseils pratiques pour le quotidien.

Quand vous l'aurez lu, n'hésitez pas à revenir donner votre avis ici.



 

05/10/2009

Décrypter les images de minceur

Je lance une série d'ateliers informatifs, ludiques et interactifs autour de l'alimentation et du corps.
Le premier atelier se déroulera le jeudi 29 octobre de 19h à 20h30. Le thème :
Cultiver le bien-être en se détachant de l'obsession de la minceur.
Tout un programme !
Dans la foulée de la proposition de loi de Valérie Boyer relative aux photographies d'images corporelles retouchées, il s'agit de développer de façon ludique votre regard critique sur les images des médias et de remettre en question le modèle unique de beauté présenté, afin de privilégier le bien-être plutôt que la minceur à tout prix.
creme2.jpg

La participation à ces ateliers, limités à 10 personnes, s'élève à 10 euros, boissons comprises mais, exceptionnellement, ce premier atelier sera GRATUIT !

Merci de me contacter si vous, ou des personnes de votre entourage, souhaitez participer.
Parmi les autres thèmes à venir :
- Travailler beaucoup et bien manger
- Se mettre en valeur sans être au poids rêvé
- Déguster plutôt qu'avaler

Messieurs, non, la brioche n'est pas une fatalité !

En prenant de l'âge, beaucoup d'hommes se retrouvent progressivement avec quelques rondeurs localisées, souvent joliment nommées : poignées d'amour, brioche, ... Les hommes, le plus souvent, n'ont pas l'obsession de la minceur de femmes, et c'est heureux. Donc ils l'acceptent et les kilos peuvent s'installer durablement, à coup de repas d'affaires, dîners entre amis bien arrosés, souvent couplés avec un abandon du sport des jeunes années...

Même si ce n'est plus une marque de prospérité comme au 19ème siècle, ils s'en accomodent et considèrent un peu que c'est une fatalité.ingres_bertin.jpg Du coup, nombreux sont ceux qui attendent jusqu'au jour où leur ventre devenu assez proéminent alerte leur médecin, qui leur assène de grands mots : syndrome métabolique, risque cardio-vasculaire, limite de l'obésité, ... alors que jusqu'alors, tout allait bien ! Et s'ils prennent peur, ils se lancent dans un régime strict où il faut oublier le beurre, le fromage, la charcuterie, le sucre et choisir le poisson vapeur au restaurant !

Mais non, cette brioche n'est pas une fatalité. D'abord, on peut rester à son poids d'équilibre, son poids naturel, longtemps, sans effort, sans privation, simplement en ayant une alimentation variée et en restant à l'écoute de ses sensations de faim et de rassasiement, en prêtant attention à ce que l'on mange.

On peut aussi essayer de retrouver ce poids d'équilibre. Pour ma part, je suis ravie quand mes patients me disent : "moi, je suis gourmand, j'aime manger" pour expliquer les kilos en trop. Je les prends au mot et on essaie de définir ce qu'est la gourmandise : la gourmandise, ce n'est pas  la gloutonnerie ! Ce n'est pas manger des quantités énormes mais c'est avoir un grand plaisir gustatif car on prend le temps de savourer les aliments et de les manger quand on a faim et qu'on est le plus disponible pour les apprécier. Ainsi, en revenant à l'écoute de ses sensations, on réduit les quantités et on revient à ses besoins réels, qui ne nécessitent pas toujours de se resservir ou de finir le plat ! On apprend aussi à se détendre et, le cas échéant, à ne pas gérer le stress par le grignotage. Et petit à petit, on s'achemine vers un poids d'équilibre auquel on se sent bien. Et ce n'est pas plus mal pour la santé !

 

04/10/2009

Cuisine et parfum : lancez-vous !

Les odeurs et parfums jouent un rôle majeur dans le plaisir de manger. On peut non seulement y être attentifs mais aussi jouer avec et innover pour le plus grand bonheur des sens.

On parle souvent à propos des plats, des aliments, de leur saveur. Mais en fait, les saveurs que détectent nos papilles ne sont qu'au nombre de 4 : salé, sucré, acide, amer, voire 5 avec l'umami japonais. Et elles ne représentent qu'une infime partie des qualités gustatives des plats que nous aimons. Savez-vous que l'odorat entre pour 80 à 90% des sensations dans ce qu'on appelle le goût des aliments, par le mécanisme de la rétro-olfaction (qui nous fait sentir les arômes quand l'aliment est en bouche) ? Et cette richesse des odeurs est infinie. C'est elle qui fixe dans notre mémoire le souvenir des aliments et crée nos « madeleines de Proust ». C'est à cause d'elle que l'on se sent presque rassasié (e) quand on a cuisiné car nous avons absorbé toutes les odeurs de la cuisine en train de se faire. On n'a presque plus envie de s'attabler mais il le faut pourtant, pour la convivialité bien sûr mais aussi car notre corps réclame sa dose d'énergie fournie par les aliments, que la simple odeur ne suffit pas à combler !Fotolia_epices.jpg

Malheureusement, l'odorat est dans un des sens que l'on néglige le plus dans notre civilisation. Aucune éducation olfactive n'est dispensée à l'école. Mais il n'est jamais trop tard. Alors profitez de toutes les occasions pour développer votre nez, que ce soit autour des parfums, de la cuisine, du vin, ...

Il est donc important de prendre le temps de humer les plats avant de les manger (de la façon la plus élégante possible !) et de commenter ce que l'on a senti : c'est un premier pas vers le plaisir gustatif. Mettre des mots sur ses sensations aide à les mémoriser : ces odeurs viendront se ranger dans votre bibliothèque olfactive et vous les retrouverez de temps en temps, parfois très longtemps après et elles seront évocatrices de souvenirs multiples. Enrichir cette bibliothèque vous fera mieux apprécier non seulement les aliments, les plats, mais aussi les thés, les vins, ...

Pour renforcer les parfums des aliments, on utilise traditionnellement quelques épices, herbes et aromates. Dans ce domaine, il y a bien sûr des accords incontournables : la pomme et la cannelle, la tomate et le basilic, le saumon et l'aneth, ... Mais on les a un peu usés ! Alors, osez sortir des sentiers battus et tester de nouvelles harmonies. C'est votre goût qui vous dira si c'est une bonne idée ou non. Ainsi, déclinez les carottes au cumin, à l'orange, à la vanille, au citron, au curry, à la ciboulette, à la cannelle... et décidez de vos préférences.

Michèle Gay, elle, a décidé de pousser plus loin la chose : elle s'est spécialisée depuis de nombreuses années dans la parfumerie culinaire et elle a décidé de nous faire profiter de ses recherches et talents. Elle propose depuis début octobre un atelier de parfumerie culinaire. Pendant 3 heures, il s'agit de définir votre profil sensoriel (naturel, rebelle, intemporel, ...), de sentir et goûter un certain nombre de parfums associés à ce profil et de créer vous-même vos propres mélanges odorants à utiliser en cuisine. Concrètement, on utilise une matière brute (sucre ou sel) à laquelle ajoute des huiles essentielles pour créer des mélanges étonnants. Ainsi, un des grands classiques de Michèle Gay est le fromage confit au vétiver. j'ai goûté, c'est étonnant et délicieux.

On peut craindre que cette cuisine parfumée originale s'adresse à des cuisinier(e)s avertis. Pas du tout ! Michèle Gay prétend être elle-même (peut-être avec un peu trop de modestie) une piètre cuisinière, préférant partir de produits simples (compote, fromage blanc, fromages, poulet grillé, ...) et en faire des plats originaux et savoureux par la magie d'une note parfumée. A chacune de se définir sa personnalité de parfumeur/euse culinaire et là encore d'expérimenter pour définir ses préférences. A vous le yuzu, la fève tonka mais aussi le pin sylvestre ou le géranium ! Ces ateliers, que j'ai pu tester, sont un très bon moment de plaisir des sens et je ne peux que souscrire à sa signature « Oser la gourmandise » !

Ces ateliers "Parfums et saveurs" se déroulent à Paris le 1er jeudi de chaque mois de 18h à 21h chez Cinquième sens , société spécialisé dans la conception de parfums, le conseil et la formation et qui organise également des ateliers spécifiquement autour des parfums.

Pour aiguiser son odorat et passer un bon moment, on peut aussi essayer les cours de dégustation de l'Ecole du Thé, le thé ayant une diversité de parfums propice au travail aromatique.

 Retrouvez ma chronique sur Toutpourlesfemmes