Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/10/2010

Japonais, nouveau et bon : Kunitoraya 2 (plaisir gourmand du 23 octobre)

Le samedi midi, nous déjeunons souvent japonais: c'est un de nos plaisirs du début de week end de déjeuner dehors et de nombreux restaurants japonais sont ouverts. Cette fois, nos pas nous ont mené vers un restaurant ouvert récemment, Kunitoraya 2. Peut-être connaissiez-vous Kunitoraya, rue Ste Anne ? "La Mecque" des udon, ces grosses nouilles japonaises à base de blé souvent servies dans un bouillon brûlant, que l'on aspire bruyamment. C'est un restaurant que l'on repère facilement à la longue queue franco-japonaise qui attend pour y déjeuner.

Kunitoraya 2, c'est plus chic, plus spacieux (installé dans un ancien bistrot traditionnel au décor pas vraiment japonisant), plus calme. Et aussi plus cher. On peut s'y régaler d'un bol de udon pour 15-20 euros. Nous avons choisi la formule "bento" (réservée aux grandes faims !) pour avoir un aperçu de diverses spécialités. C'était très bon de bout en bout :

P1020779.JPG 

Des petites entrées pleines de saveurs, parfois assez relevées (poutargue, wasabi, ...) servies dans un bento

P1020780.JPG
Des tempura plaisantes
P1020782.JPG
Un original et succulent sushi d'anguille à la vapeur (joliment dessiné par "la peau d'ourse"
 
On a terminé par la spécialité de la maison, une mini-soupe de udon agréablement parfumée. Tout cela était savoureux et tout à fait adapté à une journée grise. On serait bien restés au chaud toute l'après-midi à boire du thé grillé servi copieusement.
 
Kunitoraya 2 : 5 rue Villédo (près de la rue Ste Anne), Paris Ier. Le menu "bento" : 37 euros

NB : afin de vous encourager à prendre plaisir à manger le plus souvent possible, je vous donne chaque jour un plaisir gourmand personnel. Je serai ravie que vous postiez un commentaire si vous voulez plus d'informations ou faire une suggestion gourmande.

18/08/2010

Saveurs du Japon (plaisirs gourmands de l'été 2010)

Comme certain(e)s d'entre vous l'avaient peut-être compris, ce blog était un peu en sommeil du fait des vacances comme beaucoup. Et celles-ci m'ont menée au Japon, pays que j'adore et qui me passionne, notamment sur le plan culinaire. Une nouvelle fois, nous nous sommes régalés d'aliments connus et de mets inconnus, ce qui n'enlève rien au plaisir gustatif qu'ils procurent. Je ne peux pas rendre compte de tout ce que nous avons goûté (ou eu envie de manger, car il y a une telle masse d'aliments qu'il ne peut être question de tous les  goûter !).

Les vedettes du voyage

Il fait vraiment très chaud au Japon en été (et très beau) et, pour avoir un temps un peu plus doux, nous avons poussé jusqu'à l'Hokkaido, l'île la plus au Nord du Japon. Le poisson y est d'une fraîcheur extrême et nous y avons mangé de merveilleux sushis, peut-être parmi les meilleurs qu'on peut manger au Japon (et impossible malheureusement de trouver un équivalent en France) : des sushis au restaurant mais aussi du poisson cru, des oeufs de saumon, des oursins d'une douceur inouïe, et cela parfois dès le petit déjeuner au marché aux poissons de Sapporo ou d'Hakodate.

P1020116.JPG
Cela ne vous dirait pas au petit déjeuner ? Nous, si !
P1020232.JPG

Manger du poisson et des crustacés n'était pas une surprise mais on a aussi découvert que la spécialité estivale de la région, pas trop dépaysante, était le melon, proposé à toute heure : il parait très mûr de texture mais il est toujours impeccablement à point et sucré. Un régal, qu'on trouve aussi bien au marché en part pré-découpée à manger sur le pouce, que dans les dîners de "ryokan" (auberge traditionnelle) ou décliné en jus, glace, bonbon, ...

P1020095.JPG

Une autre constante de notre voyage a été le dadacha-mame : une petite fève verte dans une cosse, délicieuse à l'apéritif, cousine proche d'un aliment qu'on commence à connaitre en France, l'eda-mame (on en trouve dans les épiceries japonaises et même depuis quelque temps chez Picard).

P1020450.JPG

Et bien sûr, omniprésent, le riz (sauf quand on mange un repas à base de pâtes !) et notamment l'excellent riz de la variété koshi-hikari, d'une blancheur nacrée, produit dans la région de Niigata, dont nous avons traversé les grandes étendues vertes.

P1020442.JPG
P1020397.JPG

Les grands classiques nippons

Au menu, il y a eu aussi bien sûr les grands classiques dont on se lasse pas :

- Les tempura, notamment délicieuses quand elles sont à base de légumes avec une très fine couche de pâte. Leur composition varie car elles utilisent souvent des légumes locaux et de saison. Exemple : les pousses de bambou.

P1020383.JPG

On trouve aussi très souvent le duo "tempura soba", avec des soba servies froides en ce moment.

P1020076.JPG

- les yakitori,

- des gyoza (raviolis) frais et goûteux,

- le thé, souvent froid, mais parfois aussi un matcha

P1020144.JPG

Le plaisir des yeux

Comme je l'ai déjà évoqué, les Japonais accordent une grande importance à l'aspect visuel des plats et certains repas sont un régal pour les yeux avant de l'être pour le goût.

P1020093.JPG
P1020432.JPG

Autre fête pour les yeux, qui est un des grands plaisirs des gourmands qui se rendent à Tokyo : déambuler dans le sous-sol de grands magasins, dévolu à la nourriture sous toutes ses formes. Cela regorge de produits frais, de spécialités japonaises (miso, algues, ...), de toutes sortes, de plats de traiteur tous plus appétissants les uns que les autres. Et, si on y va en fin de matinée, on peut goûter toutes sortes de mets et quasiment faire ainsi son déjeuner.

P1020470.JPG
De jolis bentos attendent leurs clients

Les fruits sont traités comme des produits de luxe, et en ont parfois le prix, mais ils sont délicieux.

P1020474.JPG

Une cuisine de saison

Les Japonais sont très respectueux des saisons et leur cuisine s'adapte à l'été. Ainsi, on peut souvent avoir une petite gelée fraîche à la place d'un gâteau, en accompagnement d'un thé par exemple.

P1020078.JPG
P1020384.JPG

La gelée est d'ailleurs utilisée aussi dans les plats salés et a un effet rafraîchissant bienvenu. Par ailleurs, les Japonais adorent les glaces, c'est donc un de leurs grands plaisirs d'été, avec la bière : il y a des "beer gardens" partout et des bars à bière branchés où les gens font la queue sous le soleil pendant des heures). Et, très souvent, on nous offre à boire dans les boutiques : du thé glacé ou du mugicha (boisson à base d'orge).

Et un des grands plaisirs de ce voyage culinaire, c'est la variété, qui permet de ne pas ressentir de lassitude ou de manque de ses aliments habituels. 

17/08/2010

Les plaisirs gourmands, cela reprend demain !

P1020071.JPG

De retour du Japon où la température était propice à une paresse proche de celle qu'on peut imaginer ci-dessus, je vous raconterai demain de multiples plaisirs gourmands vécus là-bas.

P1020133.JPG
Exemple : un sushi d'oursin d'une douceur exquise

06/07/2010

Se préparer à manger, un plaisir (plaisir gourmand du 5 juillet)

Au menu de lundi midi, un bento japonais et végétarien. L'inspiration est partie d'une demi-aubergine qui me restait et de tofu acheté samedi dans une épicerie japonaise "au cas où". Un peu de cuisine sur cette base et voilà : de l'aubergine sauce miso ; du tofu au gingembre ; une salade de chou chinois ; un onigiri à l'ume (prune saumurée). J'ai eu plaisir à le préparer car je me réjouissais d'avance dun bon moment que constituerait sa dégustation. Cela a bien été le cas, toutes les composantes étaient vraiment japonisantes et délicieuses : aubergines archi-fondantes, salade de chou croquante, tofu moelleux et à la saveur piquante de gingembre. Seul petit regret, cela manquait peut-être un peu de couleur pour un bento d'été.

  P1010932.JPG

NB : afin de vous encourager à prendre plaisir à manger le plus souvent possible, je vous donne chaque jour un plaisir gourmand personnel. Je serai ravie que vous postiez un commentaire si vous voulez une recette détaillée, une adresse,... ou faire une suggestion gourmande.

24/06/2010

Sushis : vive la diversité ! (plaisir gourmand du 23 juin)

Mercredi, je devais me rendre dans les 15e-16e arrondissements. Du coup, j'en ai profité pour aller découvrir un restaurant japonais dont j'avais entendu parler, Sushi-Marché, rue Mirabeau. Un restaurant tranquille, vraiment japonais avec de nombreux plats typiques à la carte. Envie de goûter les sushis qui sont une spécialité de la maison.

P1010887.JPG

On m'apporte une copieuse assiette avec 10 sushis et 6 makis. La serveuse, aidée par un des chefs, me décrit les différents poissons car je ne les connais pas tous. Car, pour une fois, il y a un choix original, avec par exemple des poissons que je n'avais jamais goûtés en sushis, du mérou et de la liche. Trop souvent, les menus sushis (même dans les vrais restaurants japonais) tournent autour des mêmes poissons, notamment du saumon, du thon, une crevette, de la dorade. Grand plaisir à découvrir d'autres poissons savoureux. Les sushis, sans être les meilleurs du monde, sont très bons pour Paris. Dans les autres originalités, il y avait un délicieux sushi de saumon légèrement cuit avec une sauce sucrée et un sushi d'aubergine toute fondante. Une bonne adresse si vous êtes dans les parages.

Sushi-Marché, 20 rue Mirabeau, Paris 16eme, 01 42 88 11 49. Menu sushis à 15,50 euros au déjeuner.

21/06/2010

Pensez-vous au maquereau ? (plaisir gourmand du 20 juin)

On a souvent tendance à manger toujours les mêmes poissons : du saumon, du thon, du cabillaud, ... Pensez-vous parfois au maquereau, un poisson gras qui a beaucoup de goût ? La tradition française, c'est plutôt les maquereaux au vin blanc en boîte mais au Japon, on en mange beaucoup en sushi ou grillé.

P1010884.JPG

Hier, c'était un délicieux maquereau grillé au sel, arrosé d'un peu de sauce soja. Ce n'est vraiment pas compliqué car le poissonnier avait levé les filets. Ce poisson n'était pas tout seul. Il était accompagné bien sûr de riz, d'une soupe mais aussi de légumes variés. On a parfois une image de la cuisine japonaise à base de sushis et de yakitori, voire de ramen : du poisson, du riz, de la viande, des pâtes. Or, en réalité, les Japonais mangent beaucoup de  légumes sous des formes différentes. Dans un repas typique japonais, il y a souvent plusieurs petites salades, mixant des légumes crus, cuits, mijotés, mêlés à des algues, du tofu, ... Au déjeuner d'hier, il y avait des aubergines sauce miso fondantes à souhait, des légumes variés mijotés dans un "dashi" (bouillon à base d'algue kombu), une salade de concombre et algues wakame, quelques tomates cerise sautées. Un régal de saveurs variées !

NB : afin de vous encourager à prendre plaisir à manger le plus souvent possible, je vous donne chaque jour un plaisir gourmand personnel. N'hésitez pas à poster un commentaire si vous voulez une recette détaillée, une adresse,... ou faire une suggestion gourmande.

 

20/06/2010

Le vrai goût du Japon chez Juan (plaisir gourmand du 19 juin)

P1010876.JPGSamedi midi, invitation surprise, pour un quartier que je fréquente assez peu, la rue de la Pompe dans le 16ème arrondissement. Cela s'avère être un départ pour une terre lointaine, une petite enclave japonaise, Juan (à prononcer Dju-an, et pas comme le prénom espagnol !). C'est un tout petit restaurant d'une quinzaine de couverts, à la belle et sobre décoration toute nipponne, avec service attentif en tenue traditionnelle.

Et le festival de saveurs vraiment japonaises commence. Nous allons déguster avec délice les 11 petites assiettes du menu "Sushi-dégustation" : cela commence par un peu de tofu onctueux,

P1010869.JPG

puis une salade d'algues hijiki, une salade konnyuaku-épinards, un fabuleux inarizushi tout sucré (poche de tofu frit farcie de riz),

P1010870.JPG

du sashimi avec des poissons goûteux et fondants, une salade concombre-algues wakame qui réveille nos papilles avec son acidité, des légumes mijotés,

P1010873.JPG

quelques petites tranches fines de boeuf fondant sauce ponzu, une assiette de sushis, une soupe miso, et enfin une mousse aux fruits et des petites friandises. Le tout accompagné de thé sencha Tamayura.

Tout est plein de finesse, délicieux, joliment présenté. Il s'agit de petites assiettes et l'ensemble est copieux juste comme il faut, si on a une bonne faim. C'est un plaisir de goûter autant de plats différents dans un repas et cela manque souvent dans les repas traditionnels français entrée/plat/dessert. Un excellent moment de sérénité et de gourmandise, qui a vraiment le goût de la cuisine japonaise authentique.

Le service est efficace mais vu le nombre de plats, il vaut mieux prévoir 2 heures pour ce menu (menu à 34 euros au déjeuner et cela les vaut vraiment. Nettement plus cher au dîner).

Juan, 144 rue de la Pompe, Paris 16ème, 01 47 27 43 51, fermé dimanche et lundi.

04/06/2010

Onigiri, un repas vite prêt (plaisir gourmand du 3 juin)

Les onigiri, c'est l'équivalent d'un sandwich pour un Japonais, le stade le plus simple du repas à emporter. C'est plus rapide à préparer qu'un bento, il n'y a quasiment qu'à cuire le riz (du riz rond japonais qu'on aura préalablement lavé). Ce mercredi, sachant que j'aurai peu de temps pour déjeuner, j'en avais préparé deux, qui font partie des grands classiques : l'un aux prunes ume et l'autre au saumon teriyaki. On cache la garniture au milieu du riz et c'est un plaisir de la découvrir. On enrobe cela au dernier moment d'une feuille de nori qui apporte une saveur supplémentaire et facilite la prise en main. Les deux étaient un vrai régal. Et, comme les Japonais pensent à tout, il y a même des boites spéciales pour le transport d'onigiri, qui arrivent ainsi intacts !

P1010801.JPG

NB : afin de vous encourager à prendre plaisir à manger le plus souvent possible, clé d'une relation sereine à la nourriture, je vous donne chaque jour un plaisir gourmand personnel. N'hésitez pas à poster un commentaire, donner vos propres plaisirs gourmands, faire une suggestion. 

01/06/2010

Variations sur les aliments bretons (plaisirs gourmands des 29-30-31 mai)

Il est toujours étonnant de voir comment la cuisine peut transfigurer un aliment et le présenter sous des saveurs variées.
Un mois de mai inhabituellement riche en voyages et nous voilà cette fois du côté de St Malo et Cancale pour savourer quelques délices de la mer et autres. Nous avons ainsi eu l'occasion de goûter de délicieuses huîtres de quatre façons :

- au naturel, très iodée et douce à la fois, c'est toute la mer qu'on déguste.

- fumée à la cannelle et à la badiane, surprenante et délicate, au délicieux restaurant Tanpopo de St Malo.

- entourée d'une gelée et purée de pomme, sucrée et fondante, une merveille de la Table Breizh Café de Cancale.

- frite, étonnante et croustillante, une pratique japonaise inhabituelle ici, à cette même Table.

Ces très différentes saveurs autour de l'huître montrent à quel point les cuisiniers peuvent créer des mets différents avec un même ingrédient. De la même façon, avec probablement un peu moins d'imagination, nous pouvons varier les préparations d'un aliment. C'est un moyen de multiplier les plaisirs gustatifs, d'éviter la lassitude, de réussir à faire manger un aliment à ceux qui y sont réfractaires.
Basez-vous sur les aliments de saison, écoutez votre inspiration et vos repas seront variés et appétissants.

huitres 001.jpg

D'autres variations nous ont charmés, autour du sarrasin. La Bretagne est le pays du sarrasin (anciennement appelé blé noir) et on découvre aujourd'hui ses vertus santé dans la ronde incessante des aliments qu'il faudrait absolument adopter. On ne se posait pas ces questions auparavant et on utilisait du sarrasin parce qu'on n'avait pas vraiment le choix.
Donc, j'ai savouré le sarrasin au travers de deux crêpes toutes simples, salée et sucrée (plus rare mais ne pas hésiter à le demander) :
- au beurre aux algues, un mélange terre et mer savoureux,
- au miel de sarrasin, riche en arômes : douceur et amertume se mêlent avec gourmandise.

Mais la Bretagne n'est pas le seul endroit où on utilise le sarrasin et un chef japonais installé en terre cancalaise est bien heureux d'en utiliser pour fabriquer ses traditionnelles soba à la main (80% de farine de sarrasin, 20% de farine de blé), qui sont ainsi bien fermes.

Toujours curieuse, j'ai aussi acquis du sarrasin décortiqué que je vais cuisiner comme du riz (à faire revenir d'abord dans un peu de matière grasse pour préserver sa texture). Je pense qu'on peut ensuite l'utiliser avec des herbes, des dés de légumes ou en accompagnement. Je vais l'utiliser sans tarder (n'avez-vous pas souvenir de produits que vous achetez en voyage sous le coup d'une fabuleuse émotion gustative  et qui végètent sans fin au fond d'un placard ?!).

Dans la région, il faut bien sûr se régaler d'huîtres et crêpes mais, si vous êtes curieux(se), amateur de cuisine japonaise raffinée ou simplement fin gourmet, je vous recommande donc deux adresses :
- Tanpopo à St Malo, une cuisine japonaise soucieuse d'exploiter les produits locaux avec créativité.
- La Table Breizh Cafe, récemment ouvert à Cancale, avec un excellent chef qui, après des années de cuisine francaise en France et au Japon, met son expérience au service d'une cuisine d'inspiration japonaise mais surtout subtile et délicieuse dans un très beau décor à la sobriété toute nipponne.

27/05/2010

La cuisine pour découvrir le monde (plaisir gourmand du 26 mai)

P1010768.JPGSi vous lisez ce blog régulièrement, vous avez dû constater que nous aimons beaucoup la cuisine japonaise. Donc, mercredi soir, dîner japonais assez vite prêt : une salade concombre-algues wakame croquante et acidulée (un grand classique), quelques brocolis sauce sésame, des gyoza (raviolis japonais) au poulet et légumes, moelleux et parfumés (merci cher Mr Congélo), du riz et une soupe miso. Un repas à savourer comme le font les Japonais : il n'y a pas d'ordre des plats, on les a tous en même temps et on picore une bouchée de l'un, une bouchée de l'autre, ... Un moment bien agréable.
Et vous, avez-vous des cuisines préférées ? Plutôt pour manger au restaurant ou pour cuisiner chez vous ? La cuisine est-elle pour vous une occasion de découvrir d'autres cultures ou d'approfondir votre amour d'un pays ou d'une région ?

NB : afin de vous encourager à prendre plaisir à manger le plus souvent possible, clé d'une relation sereine à la nourriture, je vous donne chaque jour un plaisir gourmand personnel. N'hésitez pas à poster un commentaire, donner vos propres plaisirs gourmands, faire une suggestion.