Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/07/2015

Et juin fila, et l'été arriva...

En juin,

J'ai écouté :

- mes patient(e)s bien sûr, toujours différent(e)s et parfois si meurtri(e)s par leur relation à l'alimentation qui les obsède et leur gâche la vie. A qui je rappelle toujours que même si c'est parfois difficile, même s'il faut s'accrocher, on peut vraiment changer son rapport à la nourriture.

- les Journées de Nutrition de l'Institut Pasteur à Lille, avec un contenu pointu (parfois trop) sur le microbiote (ou flore intestinale, soit des milliards de bactéries), un élément absolument fondamental du fonctionnement de notre corps : son rôle, ses difficultés, les perspectives, la place de l'alimentation.

- une superbe émission de France Culture, non seulement sur le pain comme son titre l'indique, mais aussi sur la qualité nutritionnelle de ce qu'on mange, avec un état des lieux limpide de l'état de l'alimentation moderne par le chercheur en nutrition, qui résonnait largement avec ce que je décris souvent à mes interlocuteurs,

- l'émission Service Public sur les troubles alimentaires, qui vaut surtout pour la participation de Philippe Jeammet, psychiatre spécialisé dans ces troubles, que j'ai déjà eu la chance d'écouter en conférence, toujours très juste sur la souffrance des adolescents.

- une table ronde organisée par Géraldine Dormoy, de l'Express Styles, pour les dix ans de son blog Café Mode, sur l'usage des réseaux sociaux, très riche et intéressante, autour des échanges avec les lecteurs, de la frontière vie publique/vie privée quand on est une blogueuse célèbre, de l'authenticité qui fait le succès, ...

J'ai parlé :

- pour une conférence sur l'alimentation durable avec Slowfood, source d'échanges intéressants mais où l'on se dit que les personnes présentes ne sont pas celles qui ont le plus besoin d'informations...

- pour une intervention en entreprise où j'ai notamment montré aux salariés qu'ils ont tous les ressources de faire des repas variés et simples et décrypté les étiquettes alimentaires avec quelques règles simples car on ne peut pas toujours manger du 100% fait maison.

- à un journaliste de Slate.fr qui voulait se moquer du "dadbod", le petit ventre des hommes qui deviendrait tendance, d'où un article assez amusant sur le sujet.

J'ai appris :

A faire du pain de haute qualité dans les règles de l'art (et aussi de la pizza, des ciabatta...), en très bonne compagnie, sous la houlette de Thierry Delabre, boulanger naguère clandestin, mais plus vraiment et bientôt plus du tout s'il parvient à ouvrir son fournil (projet en cours sur Kiss Kiss Bank Bank). Si vous voulez en savoir plus sur lui, il y a un bel article sur son parcours et son projet sur le site Ideemiam.

20150623_162418.jpg

20150625_194941.jpg

J'ai savouré :

- Quelques plaisants repas au restaurant, de belles et bonnes assiettes de Monsieur ou de délicieux fruits de saison.

20150627_200210.jpg

20150614_124917.jpg

20150621_184650.jpg

- Plusieurs glaces d'un tout nouveau glacier qui vient tout juste d'ouvrir à deux pas de chez moi, à Montmartre, Scaramouche. L'accueil y est très sympathique, c'est la deuxième boutique d'un glacier (reconverti) installé dans un petit village du Sud de la France, les glaces sont préparées avec exigence. Ils font volontiers goûter plein de parfums, ont envie de s'adresser notamment aux enfants. Ce ne sont sans doute pas les meilleures glaces du monde mais ce que j'ai goûté était vraiment très bon : fraise, vanille, pastis, citron... On peut s'asseoir au calme pour savourer et on est loin du snobisme chic qui fait "buzzer" la foodosphère. 

diététicienne à paris,conférences alimentation,nutrition,tarte abricots,aubergine,terra gourma,thierry delabre

diététicienne à paris,conférences alimentation,nutrition,tarte abricots,aubergine,terra gourma,thierry delabre

diététicienne à paris,conférences alimentation,nutrition,tarte abricots,aubergine,terra gourma,thierry delabre

J'ai réalisé :

Une déclinaison autour de l'aubergine : en taboulé selon une recette du Veggivore de Clotilde Dusoulier, en "caviar" épicé, à la façon Ottolenghi avec des grenades (recette qu'on retrouve chez Papilles).

20150621_201320.jpg

Une très belle et délicieuse tarte aux abricots pour accueillir dignement notre ami du Japon de passage à Paris.

20150629_170731.jpg

J'ai découvert :

L'épicerie Terra Gourma à Levallois, dont j'entendais parler depuis longtemps, à l'occasion de 'une soirée de découverte de l'ail noir, cuisiné de façon délicieuse par Elisabeth Scotto. Cela a beau être loin, j'y retournerai sûrement car l'accueil est sympathique et la sélection de produits exigeante.

Instagram : eh oui, un peu après tout le monde et beaucoup d'hésitation vu le temps que je passe déjà sur twitter... Je me suis dit que c'était peut-être le lieu de publier quelques photos puisque j'en prends quasi-systématiquement de ce que je mange et qu'elles n'aboutissent pas toutes, loin de là, sur le blog. Si cela vous dit de m'y retrouver...

Et plein d'autres choses qui ont fait que juin a filé à grande vitesse...

Et vous, qu'avez-vous fait en ce court mois ?

 

05/09/2012

Lutter contre le gaspillage alimentaire, cela se fait au quotidien...

Régulièrement, on nous parle des kilos de nourriture qu'on gaspille. Bien sûr il y a ceux des supermarchés, de la restauration collective, ... Mais aussi une part concerne les particuliers. Ces annonces, ces reportages ont sans doute un effet culpabilisant mais cela fait-il changer les habitudes au quotidien ?

Pas sûr, pourtant il est clair que chacun peut agir à son niveau pour gaspiller au minimum (et en plus on fait des économies !).

Quelques suggestions pas trop compliquées (enfin, je crois...) dont j'ai déjà parlé :

Au moment de partir faire les courses :
- faites le tour de ce qui vous reste au frigo, dans les placards, au congélateur... Pour utiliser d'abord ce que vous avez déjà et ne pas risquer de l'acheter en double.
- faites le point sur vos besoins réels : par exemple, pas la peine de prévoir des courses pour les dîners de toute une semaine si vous sortez tous les soirs !
- si vous êtes souvent incertain(e) sur votre emploi du temps, pensez aux produíts qui vont se garder un peu : sous vide, conserves, surgelés..
- si vous avez des fruits vieillissants, prenez le temps de les cuire pour avoir une délicieuse compote (en osant les mélanges !).

Quand vous cuisinez :
- pour doser, observez les quantités que vous avez l'habitude de manger. Si les restes sont souvent présents, ayez ainsi quelques repères pour préparer à peu près la bonne dose ;
- ou prévoyez une portion supplémentaire si vous avez l'habitude d'emporter votre déjeuner du lendemain. Et mettez-la de côté avant de servir le repas ;
- ou cuisinez en grande quantité si c'est un plat que vous aimez et que vous avez la possibilité de congeler (cf ma dernière ratatouille).

Si malgré cela, vous avez prévu en trop grande quantité, pensez cuisine des restes ou cuisine domino. Nos parents, nos grands-parents ne gaspillaient jamais car ils avaient l'art de cuisiner les restes, qui s'est peu à peu perdu.  Par exemple :
Du pain : pain perdu, chapelure, croûtons.
De la viande : la hacher pour une farce, une sauce, un hachis parmentier...
Des légumes : une soupe, une purée.
Du riz : le faire sauter avec des légumes.
Des pâtes : en gratin.
Du risotto : des arancini (boulettes frites).
Etc.

Pour ma part, je n'ai pas forcément envie de remanger exactement la même chose à deux repas d'affilée, j'ai donc plutôt tendance à pratiquer la cuisine domino : pas de gaspillage et un repas différent.

Un de mes bentos d'un lundi récent était essentiellement composé ainsi :
- il me restait une aubergine suite à la realisation d'une excellente recette d'aubergines gratinées au pesto de roquette trouvée dans le magazine Yummy*. J'ai fait des aubergines sauce miso.

P1060041.JPG

- lors du délicieux repas japonais du dimanche, il restait un peu de "kariage" de maquereau (maquereau frit) car je n'avais plus faim, direction le bento ;

- il restait aussi un morceau de concombre que j'ai préparé en salade avec quelques algues wakame ;

- il ne me restait plus qu'a cuire le riz et le bento était prêt. Et ce fut un fort savoureux déjeuner.

*Yummyc'est un magazine de cuisine téléchargeable gratuitement, initié par des blogueurs et accueillant des recettes d'autres blogueurs. Outre ces aubergines gratinées très réussies, j'ai fait un crumble de prunes et mûres qu'on a adoré (avec des variantes de fruits et de biscuits par rapport à la recette indiquée).

P1060030.JPG

 Et vous, comment luttez-vous contre le gaspillage alimentaire ?

30/08/2011

Aubergine d'ici et d'ailleurs...

Je vous parlais récemment de Marché sur l'eau et des achats de légumes que j'y avais faits, d'origine locale. Après les tomates, je me suis occupée des aubergines. J'étais contente d'en avoir des blanches et des rondes, qu'on ne trouve pas si souvent. Et c'est vraiment un légume qui se prête à des déclinaisons multiples, connu quasi-universellement me semble-t-il. Ainsi, au Japon, on trouve de toutes petites aubergines toutes douces et on prépare notamment des aubergines au miso qui sont un pur délice. Je n'ai pas voulu faire très compliqué et j'ai préparé deux variations : d'abord, avec la blanche, des aubergines marinées avec huile d'olive et basilic, quelque chose d'assez méditerranéen. Avec la ronde, une sorte de caviar d'aubergine, où la purée d'amande remplace l'habitel sésame, plus proche d'une tradition moyen-orientale. Les deux se sont avérés délicieux et ont composé une assiette dînatoire avec des tomates, du jambon cru, un peu de mozzarella de bufala.

P1030924.JPG

Pour celles qui me restaient, j'ai eu l'idée de consulter un livre qui est pour l'instant peu sorti de ma bibliothèque, pour des raisons mystérieuses : "La bonne cuisine bon marché bonne pour la santé" de Gérard Vives. J'ai pensé à lui car il est classé par aliment, ce qui pouvait être un gain de temps. J'ai donc trouvé un tagine d'aubergines confites fort appétissant pour lequel il me semblait avoir tous les ingrédients (oignon, ail, tomates, pignons, basilic, persil, miel). Mais je découvre, un peu tard, qu'il me manque le ras-el-hanout, que je croyais avoir dans mon étagère à épices. Pas de panique, passons d'un continent à l'autre, je m'empare du Garam Masala, conçu par la paire Beena-Roellinger, en me disant qu'il fera sûrement bon ménage avec des aubergines (Beena, j'espère que tu ne m'en voudras pas de cet usage fantaisiste ;-)) Le tout mijote et embaume. Résultat : une assiette moelleuse et ultra-parfumée.

aubergine, marché sur l'eau, épices, cuisine méditerranéenne, légumes


Et vous, d'où viennent vos plats d'aubergines ?

16/03/2011

En alimentation, soyons curieux mais jusqu'où ?!

Ce lundi, le quotidien Libération décrivait la curiosité sans limites du photographe Neil Setchfield pour les étranges aliments liés aux différentes cultures du monde. Ce curieux personnage publie un livre à ce sujet. Il y a des insectes, des mollusques, ... Beaucoup diront "beurk" mais, en fait, tout cela n'est qu'une question de culture, d'us et traditions locales.

Bien sûr, on n'est pas obligés d'être aussi aventurier que lui devant son assiette ! Mais, sans aller jusqu'aux extrêmes décrits, êtes-vous plutôt curieux(se) ou casanier (e) en ce qui concerne l'alimentation ? Prenez-vous plaisir à goûter des aliments inconnus ou êtes-vous plutot méfiant (e) ? Enrichissez-vous régulièrement votre répertoire gustatif par de nouvelles découvertes ou vous régalez-vous avec toujours les mêmes plats hérités des coutumes familiales ? Choisissez-vous en priorité les plats que vous connaissez et les valeurs sûres au restaurant ou vous aventurez-vous le plus souvent en terre inconnue ?

alimentation, curiosité, aubergine, gastronomie

A titre d'exemple, nous dinions dernièrement dans un restaurant au carrefour de la tradition et de la modernité : sur la carte des desserts, à côté d'une crème brulée au speculos et de macarons chocolat-fruits rouges-sésame, il y avait une étrangeté : un mille-feuille d'aubergine et fleur de sureau. Notre curiosité fut éveillée, nous avons été trois sur quatre à choisir ce dessert. J'imaginais un peu de grosses tranches d'aubergine confites mais ne savais pas trop à quoi m'attendre. Finalement, ce fut très différent : deux très fines tranches d'aubergine complètement séchées entre lesquelles se lovaient des boules de crème sucrée agréablement parfumée à la fleur de sureau dont la douceur s'harmonisait parfaitement avec une certaine amertume de l'aubergine. Eh bien, c'était étonnant et vraiment délicieux, nous étions donc très contents d'avoir écouté notre curiosité. Et le risque est quand même assez limité, n'est-ce pas ?!

05/09/2010

Les légumes sont des caméléons (plaisir gourmand du 4 septembre)

P1020553.JPGSamedi, déjeuner dans un restaurant indien. C'était plutôt bon et j'ai particulièrement apprécié une purée d'aubergines, faite avec du yaourt et de la coriandre, qui était très parfumée. Cela était très différent des autres aubergines savourées récemment (ratatouille, clafoutis, vapeur, ...).

Car un légume peut prendre de multiples visages. Cela évite toute lassitude. Et surtout, si vous n'avez pas aimé un légume cuisiné d'une certaine façon, ce n'est peut-être pas une raison pour le jeter aux oubliettes. Pensez à le goûter à nouveau sous une autre forme et vous changerez peut-être d'avis.

Bien sûr, on n'est pas obligé d'aimer tous les légumes, ils sont si divers. Mais ce serait dommage de se priver du plaisir qu'ils peuvent apporter à un repas, en termes de couleurs, de formes, de saveurs, de textures. Faites le point sur ceux que vous n'aimez pas et voyez si vous pourriez les goûter autrement. Par exemple, avez-vous déjà testé toutes ces possibilités :
La carotte : crue ou cuite, à l'orange, avec du cumin, en velouté, ...
Le brocoli : en purée, en soupe, en salade avec un filet d'huile d'olive, en gratin, ...
Le chou-fleur : en gratin, en soupe, en taboulé, à la croque, en purée, ... 
La courgette : en soupe, crue, finement émincée en antipasti, en gratin, dans une omelette, dans des pâtes avec des crevettes, ...
Le fenouil : cru finement émincé, braisé, confit, ...
etc. etc.

N'y aurait-il pas de nouvelles expériences gustatives à tenter ?

NB : afin de vous encourager à prendre plaisir à manger le plus souvent possible, je vous donne chaque jour un plaisir gourmand personnel. Je serai ravie que vous postiez un commentaire si vous voulez une recette détaillée, une adresse,... ou faire une suggestion gourmande.

30/08/2010

Dans la famille légumes d'été, je demande l'aubergine ! (plaisir gourmand du 29 août)

P1020531.JPGJe continue d'explorer avec plaisir le livre d'Alain Ducasse, "Nature" et je n'ai pas encore été déçue par les recettes que j'ai réalisées. J'adore les aubergines sous toutes leurs formes. J'ai donc été séduite par une recette de "clafoutis d'aubergines" : une sorte de clafoutis (oeuf et lait) + de l'ail, de l'origan, du chèvre,des dés d'aubergine préalablement revenus avec de l'oignon. Le résultat, accompagné d'un mesclun parfumé, était excellent : moelleux, goûteux, avec une association de saveurs très agréable.

PS : si vous avez le livre, attention, le temps de cuisson m' a paru très sous-estimé (ou c'est mon four qui a un gros problème !). 

NB : afin de vous encourager à prendre plaisir à manger le plus souvent possible, je vous donne chaque jour un plaisir gourmand personnel. Je serai ravie que vous postiez un commentaire si vous voulez une recette détaillée, une adresse,... ou faire une suggestion gourmande.