Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/01/2010

Du pain : plaisir gourmand du 5 janvier

Bon dîner mardi dont je retiens en particulier le savoureux pain qui l'accompagnait : un pain aux céréales goûteux et craquant. Un des grands plaisirs de l'alimentation française. 

alim div 002.jpg

De mon côté, j'aime le pain croustillant avec une croûte épaisse, peu de mie. Ce n'est pas étonnant vu mon intérêt pour les textures craquantes (cf ma note sur les textures).

Je me réjouis car je dispose à proximité de plusieurs bonnes boulangeries et c'est un réel progrès par rapport à il y a 10 ou 15 ans où le pain était plutôt médiocre partout. Malheureusement, il y a parfois une tendance à proposer des pains peu cuits, trop mous, qui ne me satisfont pas.

Fotolia_pain.jpg

Steven Kaplan, spécialiste du pain, a expliqué récemmment ici de façon très intéressante comment déguster le pain. Là encore, il s'agit de mettre en action tous ses sens :

- prendre le temps de regarder le pain, sa forme, sa couleur, ce qui donne déjà envie de le goûter.

- s'attacher à la texture de la croûte, ainsi qu'à celle de la mie. Steven Kaplan rappelle que le croustillant est la caractéristique principale du pain français à la différence du pain anglais qui privilégie le moelleux ou du pain allemand* dont on aime la densité.

- sentir le pain, à la fois les arômes de la croûte et ceux de l'intérieur. Prenez le temps d'identifier ce que ces odeurs vous évoquent.

- enfin, bien sûr, le goûter. Trouvez-vous des notes salées, sucrées, un peu acides si c'est un pain au levain ?

Conclusion : ne le mangez pas machinalement mais soyez attentif(ve) !

Steven Kaplan insiste aussi sur le fait qu'il faut manger le pain à température et non pas chaud car on ne peut alors sentir tous ses arômes.

Alors, ne croyez-vous pas que cela vaut le coup de faire preuve d'un peu de curiosité pour explorer la richesse de cet aliment qu'on peut goûter de façon très variée : baguette, pain aux céréales, pain complet, pain au levain, pain de campagne, pain de seigle, pain aux noix, ... ? Trouvez votre bonheur et alors pourquoi ne pas acheter un bon pain, le faire trancher et le congeler, par exemple pour en avoir à disposition pour le petit déjeuner, plutôt qu'un banal pain de mie industriel ?

* A propos de pain allemand, j'adore le "pumpernickel", un pain noir d'origine allemande, très dense, et après avoir été souvent déçue, j'en ai trouvé un excellent dans une fabuleuse boulangerie-pâtisserie (où il y a beaucoup d'autres gourmandises à goûter) : Des Gâteaux et du Pain, 63 boulevard Pasteur dans le 15eme arrondissement à Paris. Leur pain de campagne au levain et leur focaccia sont excellents également.

Et vous, quelles sont vos préférences en matière de pain ?

20/12/2009

Repas de fête chez les autres : comment en profiter ?

quenelles turbot voltaire.jpgCette année, pour les fêtes, vous n'avez pas de repas grandiose à préparer, vous êtes invité (e). Dans la famille, chez des amis peut-être. Cela devrait être plus reposant pour vous, mais pas nécessairement pour votre estomac, pensez-vous peut-être : vos hôtes sont bons vivants, on vous servira copieusement, vous ne décidez pas du menu, vous êtes toute la soirée à table avec la tentation de vous resservir en cas de temps mort, vous ne maîtrisez pas le rythme... Est-ce finalement une situation plus enviable ?

A vous de juger mais, en tout cas, il n'y a pas de raison de vous inquiéter. L'important est de penser à vos envies, de veiller à votre confort, d'affirmer vos préférences si besoin. Quelques conseils pour chacun de ces repas festifs :

- D'abord ne sautez pas de repas avant, sous prétexte de faire des « réserves » de faim. Le risque est fort que vous arriviez affamé(e) au dîner et que vous vous « lâchiez » sur l'apéritif, en le regrettant ensuite devant les plats tentants du repas lui-même. L'apéritif est rarement le moment le plus intéressant gustativement mais il correspond à la plus grande faim, c'est injuste !

- Essayez d'écouter votre faim et de sentir le moment où vous allez être rassasié(e) pour vous arrêter sans trop le dépasser. Ainsi, essayez de vous renseigner sur le menu pour garder de l'appétit pour vos plats préférés. Prenez des petites parts de chaque plat, en particulier de ceux qui ne vous ravissent pas spécialement. Soyez raisonnable avec les plats modulables où vous avez la main sur la quantité (des huîtres par exemple). Faites honneur aux plats que vous appréciez particulièrement et complimentez la maîtresse de maison.

- Surtout, mangez lentement, dégustez les mets, soyez attentif(ve) aux saveurs pour en retirer le maximum de plaisir sans avoir besoin de vous resservir. Ne mangez pas machinalement.

- Participez activement aux conversations entre les plats : la convivialité est peut-être la part la plus agréable de ces repas et être plongé(e) dans les conversations vous évitera de vous resservir pas simple inaction.

huitres 001.jpg- N'abusez pas du pain qui est souvent servi largement dans ces occasions, qu'il s'agisse des canapés de l'apéritif, du pain de seigle compagnon des huîtres, des toasts du foie gras, ... Pourquoi pas un peu mais faites aussi l'expérience que la saveur de ces mets de choix est bien intéressante aussi quand elle vit seule.

- Affirmez-vous vis-à-vis de la maîtresse de maison si elle vous sert trop généreusement : demandez une petite part en parlant de votre faim qui diminue, refusez d'être resservi(e) d'un plat, annoncez votre envie de garder une place pour le dessert. Tout cela passera mieux si vous commentez avec enthousiasme et précision certains plats.

- Proposez d'aider la maîtresse de maison dans le service, cela vous permettra d'être un peu actif(ve) dans ces repas qui sont en général à rallonge, ce dont vous ne raffolez peut-être pas.

Tout cela devrait vous amener à ne pas manger de façon trop excessive. Mais soyez rassuré(e) : quelques excès de bouche ponctuels n'auront pas de conséquence sur votre poids si vous ne vous forcez pas à manger sans faim les jours suivants, si vous écoutez vos envies ensuite pour manger plus léger. Et surtout pensez à votre confort digestif : faut-il rechercher les sensations pénibles de repas trop lourds qui perturbent votre sommeil et peuvent même gâcher le souvenir d'une belle soirée ?

Je vous souhaite des repas de fête gourmands et sereins !

Retrouvez ma chronique Nutrition sur le site Toutpourlesfemmes

01/11/2009

De retour de Brides-les-Bains !

J'ai beaucoup entendu parlé ou vu des cures thermales ou thalasso orientées minceur et il me semble que le plus souvent, ce type de séjour se situe plus dans la restriction calorique temporaire permettant de perdre 1 à 3 kilos que dans la modification réelle du comportement alimentaire. Est-ce dû à une croyance dans les régimes ou à un cynisme économique qui voudrait que la rentabilité est justement de faire revenir les personnes régulièrement en cure car elles reprennent tout le poids perdu voire plus ?

Dans cette catégorie des cures thermales, Bride-les-Bains a orienté une grande partie de son activité sur la minceur et est devenu le numéro 1 des cures dans ce domaine, avec de nombreuses animations associées. La station s'est même intitulée le "Village pour maigrir".

J'avais a priori un avis un peu différent sur la cure de Brides-les-Bains car une collègue du GROS (Groupe de réflexion sur l'obésité et le surpoids), psychologue, avait insisté sur tout l'accompagnement prodigué sur place pour justement obtenir des résultats durables et mettre en avant le bien-être plus que la minceur à tout prix. En même temps, j'avais quelques témoignages de patientes, ayant fait une cure à Brides les Bains, mais n'ayant rien changé à leur comportement source de surpoids et se sentant perdues à leur retour hors du cocon tranquille de la cure. C'est donc avec curiosité que je me suis rendue à Bride-les-Bains, ayant la chance d'être invitée à l'occasion des Journées Rondeur et Bien-être (comme chroniqueuse nutrition du site www.toutpourlesfemmes.com ).

brides_plat.JPG

Le village de Brides propose certaines cures thermales remboursées par la Sécurité sociale, en liaison avec les bienfaits admis de son eau thermale pour l'amaigrissement. Les curistes ont de nombreux soins et boivent plusieurs fois par jour cette eau, réputée coupe-faim. D'autres cures, plus courtes, proposent des services différents, avec une triple approche : soins thermaux, alimentation, activité physique. Le but est de créer un déclic de changement, qui donne envie aux curistes de poursuivre la démarche, une fois rentrés chez eux. Ces cures donnent accès à un très beau spa où de nombreux soins sont proposés.

Le séjour à Brides apparaît vraiment comme une parenthèse de bien-être où les personnes goûtent à de nombreuses activités nouvelles, de la salsa au stretching, de la marche nordique aux massages. Elles redécouvrent le plaisir de bouger et de s'occuper de leur corps et ont souvent envie de continuer en rentrant chez elles.

brides_bain.JPG

Les Journées Rondeur et Bien-être se déroulent à Brides deux fois par an. A cette occasion, la station thermale propose un grand nombre de conférences, ateliers, ... avec une grande richesse  d'intervenants. Si bien que certains curistes réservent leur date de cure en fonction de ces journées. En effet, il y a une réelle richesse d'ateliers, autour de la cuisine, du look (comment se valoriser avec le maquillage, la coiffure, les couleurs, les vêtements), des activités de détente (intervention d'une sophrologue, danse, réflexion sur le stress, ...). J'ai particulièrement apprécié différents ateliers qui essayaient vraiment de fournir des outils concrets pour envisager sereinement le retour à la maison, que ce soit des astuces pratiques pour cuisiner simplement ou des conseils pour s'habiller autrement, en ayant un regard plus objectif sur sa silhouette, sans se dévaloriser systématiquement !

De même, les diététiciennes qui reçoivent les curistes (hors cure « Sécurité sociale ») les incitent à considérer le moment de Brides comme un déclic engageant la démarche de changement. Le problème, c'est qu'elles ne sont pas toujours écoutées ! De nombreuses personnes continuent après leur séjour à suivre le même régime, à se priver, plus ou moins durablement, et perdent l'idée de plaisir dans l'alimentation. Une démarche plus axée sur la durée serait nécessaire, avec notamment peut-être un accompagnement renforcé pour comprendre pourquoi on a pris du poids afin d'agir sur les aspects adéquats.

La station a visiblement pris conscience de cela et des réflexions sont en cours pour améliorer encore la prise en charge, que ce soit sur place ou en allant plus loin dans l'après-cure. Cet aspect me parait particulièrement important afin que les personnes ne se sentent pas « lâchées dans la nature » et puissent engager un changement durable de leurs habitudes alimentaires sans privation.

 

 Photos copyright Thermes de Brides-les-Bains

 

31/10/2009

Atelier obsession de la minceur : feedback

Petit retour sur le premier de mes ateliers consacrés à l'alimentation et au corps, qui s'est déroulé jeudi 29 octobre. Malgré les vacances scolaires, sept femmes étaient présentes et la réunion s'est très bien passée. Beaucoup d'échanges, de questions, de réflexions autour des images des femmes dans les medias, de la façon dont cela nous influence plus ou moins consciemment, de la prise de conscience qu'une personne, c'est loin d'être seulement un physique !

Merci à toutes les participantes d'avoir participé activement, avec beaucoup de franchise. Leur retour : une prise de conscience accrue des méfaits des régimes, de l'importance de s'écouter pour manger, une meilleure acceptation de la diversité des corps et de soi-même.

Un seul petit regret, elles étaient tellement absorbées par le sujet qu'elles n'ont pas touché au délicieux cake salé que je leur avais concocté !

A très bientôt pour l'annonce d'un nouvel atelier.

Au secours, le régime protéiné revient !

... Mais était-il vraiment parti ?

J'ai lu par hasard le magazine Elle de la semaine dernière et je suis tombée sur un article intitulé "Le régime protéiné revient". J'ai un instant cru qu'il s'agissait d'une critique des régimes protéinés. Que nenni ! Bien sûr, on critique sévèrement les anciens régimes protéinés, excessifs, inefficaces, frustrants... Mais c'est pour mieux affirmer que tout cela a bien changé et que c'est tout à fait fiable aujourd'hui.

j0422209.jpg

Mais non ! Comme la quasi-totalité des régimes, cela ne marche pas ! On se prive, on dérègle son organisme, on craque, on est malheureuse, on regrossit. Les études citées dans l'article parlent de personnes qui n'ont pas repris de poids après 6 mois. Et après ? Et en plus quelle contrainte : Il faut A VIE suivre une journée Tout protéines par semaine !

Et si les régimes ne marchent pas dans la quasi-totalité des cas, ne croyez pas que c'est une question de volonté insuffisante. Si cela ne marche pas, c''est la faute des régimes, pas la vôtre, arrêtez de culpabiliser ! Un régime, c'est anti-naturel. Mais peut-être faudrait-il arrêter aussi de vouloir être toujours plus minces ! On lit ici que les régimes protéinés sont "les seuls qui permettent de maigrir vite". Pourquoi vouloir maigrir vite ? En général, si on a des kilos en trop, ils ne sont pas arrivés en un jour. Pourquoi partiraient-ils à toute vitesse ?

Préférez donc un changement en douceur de vos habitudes, après avoir compris pourquoi vous aviez pris du poids, en mangeant de tout,  sans vous priver.

 

29/04/2009

Le 6 mai, Journée internationale sans Régime !

jisr2009-fr.jpgMercredi 6 mai 2009, c’est la Journée Internationale sans Régime !

Il s’agit pendant cette journée de dénoncer l’inefficacité des régimes, les dangers liés à l’obsession de la minceur et les préjugés dont font l’objet les personnes en surpoids.

Cette journée a été initiée en 1992 par une anglaise, ancienne anorexique, qui voulait dénoncer la dictature de la minceur à tout prix et les régimes associés.

La Journée s'est progressivement répandue dans de nombreux pays où elle est célébrée chaque année le 6 mai : Afrique du Sud, Allemagne, Australie, Canada, États-Unis, Nouvelle-Zélande, Norvège, Russie... et la France depuis 2003. C’est devenu le International No Diet Day dans les pays anglophones, la Journée Internationale sans Diète (JISD) au Canada, et la Journée Internationale sans Régime en France (JISR). Le GROS (Groupe de Réflexion sur l’Obésité et le surpoids) et Allegro Fortissimo, entre autres, soutiennent cette journée.

A cette occasion, le 6 mai (après-midi et soir), j’anime à mon cabinet deux ateliers conviviaux (gratuits !) sur le thème « Place à la diversité corporelle », en liaison avec des collègues canadiens très actifs et engagés sur les sujets du poids et de l’alimentation, le groupe Equilibre (www.equilibre.ca).

Ces ateliers, destinés plutôt aux femmes et jeunes filles (les hommes sont bienvenus mais ils restent quand même pour l’instant moins concernés par cette obsession de la minceur !) visent à les inciter à remettre en question le modèle unique de beauté présenté dans la mode et les medias et à se soucier plutôt de leur bien-être quel que soit leur poids.

Si vous voulez plus d’informations, y participer ou en parler à quelqu’un que cela peut intéresser, contactez-moi à l’adresse mail indiquée sur ce blog (ariane.grumbach@club-internet.fr)

Et, ce jour-là, surtout, faites-vous plaisir en mangeant et zéro privation !

09:45 Publié dans Activités d'une diététicienne | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : minceur, regime, jisd, nutrition, surpoids, santé | |  Facebook | |  Imprimer

22/03/2009

Le brocoli bientôt au prix du caviar ?

On nous abreuve régulièrement d’informations sur les fantastiques bienfaits du brocoli ; qui serait un de ces fameux aliments anti-cancer (notion qui n’existe pas, aucun aliment ne protège à coup sûr du cancer !). Du coup, je suis étonnée que le prix de ce légume n’ait pas atteint des sommets et remplace dans nos fantasmes le caviar !

Cela n’arrive pas, d'après moi, car il appartient à la famille des légumes. Du coup, pour une grande partie des mangeurs, cela devient un aliment à manger par obligation et non par plaisir. Donc, on ne se jette pas dessus. Or, le brocoli, c’est délicieux et, de mon côté, j’en mange pour cette raison et non pour me protéger de telle ou telle maladie !

brocoli.jpg


Je me permets donc de vous faire quelques suggestions pour le cuisiner :

- cuit à la vapeur avec un filet d’une excellente huile d’olive,
- pour accompagner un poisson, un filet de poulet, une viande,
- dans des pâtes : à associer par exemple à des pignons ou des anchois,
- en soupe, à mixer avec du fromage frais (St Moret, ricotta, Vache qui rit...)
- en gratin, seul ou à combiner avec son ami le chou-fleur,
- en salade avec des pommes de terre,
- dans une omelette,
- en purée,
- cru, à tremper dans une sauce pour un buffet.

A noter : le brocoli vit très bien surgelé, c’est donc bien pratique d’en avoir un sachet au congélateur.

Parmi les enfants, il y a ceux qui adorent et ceux qui détestent. Pour ces derniers, c’est en général une question d’aspect et de texture plus que de goût. On peut donc privilégier purée, soupe, ... mais on peut aussi en profiter pour sensibiliser les enfants à la texture des aliments, en faisant une dégustation d’aliments de différentes consistances : lisse, granuleux, mousseux, ... et leur faire commenter. Allez-y, lancez-vous !

12:42 Publié dans Du côté des aliments | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : légumes, régime, minceur, santé, anti-oxydant, cancer | |  Facebook | |  Imprimer

14/03/2009

Grignoter, qu'est-ce que ça cache ?

Le mot grignotage est entré dans nos vies depuis pas mal d'années. Quand on parle de grignoter, on pense spontanément au fait de manger de petites choses, souvent avec les doigts, de façon un peu machinale, sans vraiment s’arrêter de faire ce qu’on est en train de faire. On parle de grignotage quand on s’empare d'un paquet de biscuits ou de quelques fruits secs, bonbons, ..., pas quand on se met à table. Ce comportement est parfois entaché de culpabilité et considéré comme anormal. Et il est fort répandu.

Dans notre société, les tentations sont pléthoriques, des rayons de l’épicerie au distributeur automatique, du tiroir du bureau au placard de la cuisine. Alors, c’est parfois dur de résister. Grignoter de temps en temps, se faire plaisir avec des friandises qui parfois nous ramènent en enfance n’est en rien anormal. Mais si c’est un comportement très fréquent, qui s'est banalisé, cela mérite de s’y arrêter et d’essayer de comprendre à quoi il est dû.

Quand cela arrive, essayez de vous demander si vous avez faim. Si c’est le cas, il est tout à fait normal et même nécessaire de manger. Mais comme manger est une activité à part entière (je ne dirais jamais assez !), elle mérite de s’y consacrer et donc de faire une vraie pause, que ce soit au travail ou chez vous. Puis de réfléchir à ce que vous aimeriez manger et si possible de le trouver pour ne pas manger un aliment de substitution qui ne vous rassasiera pas en termes de plaisir gustatif. Il s’agit aussi de ne pas manger machinalement : certains aliments sont tout à fait propices à cela et, sans qu’on leur prête pas attention, on finit le paquet et on s’étonne ensuite de l’avoir fait.

Par ailleurs, rappelez-vous que nous sommes tous différents et n’avons pas forcément besoin du même nombre de repas. Certaines personnes se sentent bien avec deux repas par jour, d’autres avec quatre. Ces dernières vont avoir faim environ toutes les quatre heures et auront besoin d’une collation, comme le goûter des enfants. blog&tplf 004.jpgSi c’est votre cas et que, même avec un déjeuner rassasiant, vous avez un vrai « creux » régulièrement sur le coup de 17h00, prévoyez un en-cas, fruit, biscuits, fruits secs, chocolat, laitage, ... et consommez-le si la faim se manifeste, en veillant à ne pas trop entamer votre faim du dîner. Toutefois, si vous avez faim peu de temps après un repas, peut-être ce repas était-il insuffisant. Ne vous restreignez pas, mangez en fonction de votre faim et rappelez-vous qu’il est en général souhaitable pour tenir le coup de manger des féculents (pain, pâtes, riz, pommes de terre) à chaque repas selon votre appétit.

Si, en revanche, vous vous rendez compte que vous grignotez souvent sans aucune faim, essayez de comprendre dans quelles circonstances cela arrive : est-ce au bureau en travaillant, chez vous, dehors ? Est-ce l’après-midi, le soir en préparant à manger, dans la soirée après le dîner ? Cela est-il attaché à un état d’esprit particulier : stress, énervement, fatigue, ... ? Essayez de remonter le cours de la journée, de voir si des événements vous ont influencé. Apprenez à relativiser les petits désagréments de la vie. S’il s’agit d’une tension qui revient régulièrement sans raison précise, apprenez à vous détendre : la marche, l’écoute d’une musique apaisante, un sport, la relaxation, ... peuvent y répondre : chacun peut trouver le moyen qui lui convient, expérimentez ce qui vous fait du bien !

Ceci est à peu de choses près le texte de ma chronique à paraître sur le site Toutpourlesfemmes

18:48 Publié dans Fondamentaux | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : grignotage, régime, minceur, stress, nutrition, dietetique, snacking | |  Facebook | |  Imprimer

20/07/2008

Est-ce qu'on peut vraiment manger de tout ?

Souvent, les personnes qui viennent me voir expriment un peu de scepticisme quand je leur explique que, dans mon approche, il n'y a aucun aliment interdit. Habituées qu'elles sont des régimes, elles doutent et demandent "Mais est-ce qu'on peut vraiment manger de tout ?"

La réponse est OUI !

Même des gâteaux, des biscuits, des barres chocolatées !!!

1f8f287164c3ed1f276be8b02d533da5.jpg

Pourquoi ? parce que l'interdit crée la frustration et, un jour ou l'autre, le "craquage".

Mais on ne les mange pas n'importe comment :

- on travaille sur la faim et la satiété pour mieux respecter ses sensations alimentaires et manger ces aliments quand on a faim et en s'arrêtant quand on est rassasié,

- on est attentif à ce qui peut faire manger ces aliments quand on n'a pas faim et on met en place des moyens d'éviter que le stress, l'énervement, ... orientent automatiquement vers le grignotage,

- on se concentre sur le goût et la dégustation pour voir si, finalement, quand on savoure lentement et avec attention ces aliments, on les aime tant que ça. Et on essaie de trouver les aliments qu'on aime vraiment.

Pour profiter du plaisir si vaste de manger des aliments variés et savoureux !

11:05 Publié dans Fondamentaux | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : régime, aliments, interdit, nutrition, grignotage | |  Facebook | |  Imprimer