Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/06/2011

Miam, des fruits !

Un soir récent, je me suis régalée avec une salade pomme-cassis. Une fort gentille patiente m'avait en effet fait cadeau de quelques cassis rapportés de la campagne car elle partait en voyage, ne voulait pas les gaspiller et savait qu'ils tombaient ainsi dans les mains d'une gourmande !

P1030651bis.jpg

Car je mange des fruits pour le plaisir et non par obligation. Je suis ravie de manger des pommes, poires, kiwis, fraises, framboises, abricots, pêches, prunes, figues, melon, etc. Chaque saison apporte ses plaisirs.

D'ailleurs, c'est un message que j'ai essayé de faire passer, brièvement, sur le site lamaisonducancer.com, qui m'a sollicitée. Il s'agit de montrer que ce n'est ni cher, ni compliqué ni une corvée de manger des fruits et légumes ! Mais c'est sans doute une question d'éducation à une alimentation variée... Sans se focaliser exagérément sur le trop entendu "5 fruits et légumes", on peut faire le point de sa consommation et la développer avec plaisir si elle est vraiment limitée. Cette courte video vient d'être mise en ligne.

19/06/2011

OhmyFood, je me suis régalée... d'échanges !

Samedi et dimanche, j'animais une conférence au salon OhmyFood : "Peut-on maigrir sans faire de régime ?" Sans fausse modestie, elle a pas mal "cartonné" en faisant le plein aussi bien samedi que dimanche, avec un public nombreux et intéressé, posant des questions très diverses sur ma pratique. Et semblant assez convaincu par mon approche. J'ai notamment expliqué qu'il n'y avait pas de réponse unique à la question posée, que cela dépend de son histoire alimentaire, de ses régimes passés, des raisons qui font manger en excès, du fait d'être à son poids naturel ou pas. Mais que, quelque soit la situation, un régime ne ferait de toute façon qu'aggraver les choses.

A part cela, je me suis baladée dans le salon et j'ai eu le plaisir de revoir la Fée Diet, de rencontrer en vrai la bento-girl (mais pas que) noldenol, d'écouter (trop brièvement) Mlle Thé, de découvrir en vrai la belle vaisselle japonaise de Sucre Glace, de discuter avec les personnes de l'ANDES qui font du beau travail pour les populations précaires et ont publié le super Manuel de cuisine populaire, de revoir quelques collègues diététiciennes, d'écouter une conférence de l'agence Prunelle sur la communication nutritionnelle depuis un siècle, qui a bien changé et est de plus en plus savante, ...

ohmyfood,diététicienne gourmande,régimes,maigrir sans régime,nutrition,cuisine

Mademoiselle Thé, passionnée et accessible (sous sa veste, on devine un T-shirt "Make tea not war" évoqué sur son blog)

ohmyfood,diététicienne gourmande,régimes,maigrir sans régime,nutrition,cuisine

La vaisselle japonaise proposée par Sucre Glace

Bref, un salon plaisant et intéressant, plus sur le plan des échanges que sur le plan de la gourmandise car je n'ai pas vraiment été tentée de goûter aux spécialités proposées.

13/05/2011

Et si on commençait par le dessert ?

alimentation, nutrition, desserts, pâtisseries, gourmandise, diététicienne gourmandeTraditionnellement, un repas français, c'est souvent entrée-plat-dessert ou plat-dessert : en tout cas, le salé avant le sucré. Mais n'est-ce pas juste une convention, une habitude culturelle ?

J'avais un jour entendu le merveilleux chocolatier Patrick Roger, très amateur de sucré, parler de sa tentative (vaine) de convaincre des chefs de faire commencer des repas par la partie sucrée. Pourquoi ? Pour pouvoir vraiment en profiter ! Car souvent quand on arrive au dessert, on n'a en fait plus très faim et on n'en tire pas le maximum de plaisir.

J'apprends donc à mes patients à garder une place pour le dessert ou à manger des pâtisseries en dehors des repas. Voire même à s'autoriser des repas sucrés si c'est vraiment cela dont ils ont envie, plutôt que de garder une frustration qui engendrera un craquage tôt ou tard.

Mais pourquoi ne pas parfois commencer un repas par le dessert ? Ce n'est pas dans nos coutumes : je me souviens d'avoir organisé un jour un "slunch", sorte de goûter dinatoire et j'avais prévu qu'on commencé par le sucré (l'aspect goûter) pour finir par le salé (l'apéritif). Mais j'avais tout présenté à la fois et, bien qu'il soit 17h, tout le monde, par réflexe, avait commence par le salé. On ne change pas des habitudes facilement !

Pour notre part, ce dimanche, on a ainsi commencé par le dessert. Il était simple mais très attirant : quelques fraises au citron et une petite tranche de brioche tartinée d'une délicieuse pâte dont je vous reparlerai (son nom ne commence pas par un N !). On l'a vraiment apprécié et très probablement davantage que si nous l'avions mangé à la fin du repas. Et, comme il n'était pas très copieux, cela n'a pas nui à la suite.

Et vous, vous arrive-t-il de commencer un repas par le dessert ? Voire de faire un repas 100% sucré ?

16/04/2011

Cojean : 10 ans déjà et toujours bon !

Je me souviens très bien de ma première visite chez Cojean, tout en ayant du mal à réaliser que cela date déjà d'il y a dix ans ! C'était au premier qui a ouvert, rue de Sèze, près de la Madeleine. Je passais par là un samedi matin et j'ai vu ce nouvel endroit clair et moderne, assez différent de ce qu'on connaissait, avec de l'herbe en bacs dans la vitrine. Je suis entrée et j'ai pris un jus de fruits frais au nom poétique, c'était "le jardin dévasté" je crois. C'était calme (un samedi vers 10h , normal !), il y avait des journaux à lire, les gens étaient gentils. Le tout m'a bien plu.

alimentation,diététicienne gourmande,manger bon et sain,restauration rapide,10 ans de cojean

Après, j'y suis allée souvent durant ma vie de salariée avec "tickets restaurant", seule, avec des collègues ou ami(e)s, ou pour emporter mon repas (j'ai travaillé plusieurs années à proximité de la rue Le Peletier et du boulevard Haussmann, où ils se sont installés), Depuis que je suis diététicienne, j'y vais beaucoup moins car je privilégie les repas faits maison ou l'immédiate proximité. Mais je pousse parfois jusqu'à la rue de Provence.

Toutes ces années, je n'ai cessé d'apprécier le plaisir gustatif de leurs salades, l'originalité des mélanges, la fraîcheur, le renouvellement des recettes, et je me suis parfois inspirée de certains de leurs plats.

Ce vendredi, profitant du report de rendez-vous d'une patiente (toute situation peut être positivée ;)), j'avais un peu de temps pour déjeuner et bien faim. Je me suis donc posée, avec un repas qui me faisait envie :
- une mini-salade quinoa, fèves, radis, artichaut, billes de chèvre, cerfeuil ;
- une salade oeuf poché, bâtonnets de chorizo, pois gourmands, petits pois, courgettes, épinard, fromage de brebis,pesto menthe-basilic ;
- un mini-gâteau fromage blanc-fruit de la passion.

alimentation,diététicienne gourmande,manger bon et sain,restauration rapide,10 ans de cojean

Tout cela était vraiment bon et agréable à manger, même si, bien sûr, on serait encore plus heureux de ne pas manger dans du plastique.

Vraiment, comme je l'ai déjà dit, en 10 ans, selon moi, Cojean a été beaucoup imité, mais jamais égalé ! (je vous promets, je ne suis pas payée pour dire cela !)

Et vous (parisien/nes), que pensez-vous de Cojean si vous y allez parfois ?

PS : en prenant un plat étiqueté "10 ans", j'ai reçu un sac en cadeau. Le problème : comment penser à l'emporter quand je pars acheter à manger ?!

alimentation,diététicienne gourmande,manger bon et sain,restauration rapide,10 ans de cojean

11/04/2011

Mon interview sur Larousse Cuisine !

Il y a quelques semaines, j'ai été contactée de façon sympathique par l'équipe du site Larousse Cuisine. Elle avait découvert mon blog et me proposait de m'interviewer, pour sa rubrique Découverte des blogs de cuisine. Je ne suis pourtant pas une bloggueuse culinaire, mais mon approche de la nutrition les intéressait. Aussitôt dit, aussitôt fait et voilà mon interview qui vient d'être publiée. Plutôt flatteur, je suis là aux côtés de plus célèbres bloggueuses du domaine : Anne, CleaClotilde, Mercotte, Pascale, ... ! Et c'est une nouvelle occasion de faire passer mon message anti-régime et pro-gourmandise. Pendant que vous y êtes, baladez-vous un peu sur ce site, qui regorge de conseils, astuces, recettes, ...

 larousse_site.jpg

 

10/04/2011

De retour du Foodcamp Paris, une belle journée

Ce dimanche était organisé le premier Foodcamp parisien, co-organisé notamment par Ohmyfood et des habitués dijonnais de ce type d'événements. foodcamp paris, vbarcamp, nutrition, nouvelles technonlogies, régimes, diététicienne gourmandeKezaco ? C'est un rassemblement de passionnés de l'alimentation et des nouvelles technologies. Le principe de ce type d'événements (les "barcamps" venus de la côte Ouest des Etats-Unis) est que chacun peut s'exprimer sans hiérarchie, proposer une idée d'atelier, un thème de discussion, qu'il soit néophyte ou expert d'une domaine. Il n'y a pas de programme pré-établi : parmi les sujets proposés sur place, ce sont ceux qui intéressent le plus de monde qui se tiennent. Et les ateliers sont interactifs, ce ne sont pas des conférences mais des moments d'échange.

foodcamp paris, vbarcamp, nutrition, nouvelles technonlogies, régimes, diététicienne gourmande

La journée est lancée par les organisateurs

La journée a attiré environ 150 personnes et cela a été l'occasion de rencontres de toutes sortes et de riches échanges entre des personnes réunies par un même intérêt pour l'alimentation et/ou les technologies. J'ai participé à plusieurs ateliers :

- "régime sans régime" (l'idée n'était pas de moi !) où on a parlé régimes, perte de poids, alimentation santé. J'ai notamment essayé d'expliquer qu'il ne fallait pas confondre le poids (une question d'apport calorique)et la santé (liée à une alimentation saine et variée) ; 

"la réalité augmentée et l'alimentation" : peut-être êtes-vous comme moi qui ne savais pas vraiment ce que c'était, la réalité augmentée ! Il s'agit en gros de superposer des images virtuelles à la réalité. On n'a pas seulement parlé de cela mais on a réfléchi à tout ce que les technologies pourraient apporter pour nous faciliter la vie en matière de cuisine, de nutrition, ... Stocker ses meilleures recettes, scanner l'étiquette des produits pour savoir s'ils sont compatibles avec une allergie, avoir une aide à la reconnaissance ou la description d'aliments en les prenant en photos, être alertés sur la date de péremption des aliments qu'on a chez soi,  ...

- "manger bon, sain, pas cher", où on a parlé bio, alimentation étudiante, coût des produits, comment manger moins de viande, ...;

Il y avait aussi un atelier d'improvisation culinaire, un atelier de dégustation de thé, un atelier smoothie, ... Bref, on ne pouvait pas tout faire !

Et surtout c'était l'occasion de discussions informelles dans une ambiance très sympathique et avec le soleil (j'ai découvert la magnifique terrasse de la Bellevilloise). J'ai eu le plaisir de faire la connaissance de deux charmantes et célèbres bloggueuses culinaires venues de Bordeaux, Anne de Papilles et pupilles et Joelle alias "Auntie Jo". J'ai découvert Food Reporter pour partager ses photos de plats (pas de problème, je fais déjà ces photos pour mes plaisirs gourmands ;)), rencontré Mademoiselle Thé, une passionnée absolue de thé, discuté "en vrai" avec Laure, foodie et geekette pour parler djeun's ! (elle a le site Crazy Gastronomie), échangé avec des étudiants en design culinaire, rencontré les créateurs de Recettes.de/cuisine, qui fédère les recettes de multiples blogs de cuisine, ou de SuperMarmite, un réseau pour partager ses plats maison. Et j'en oublie... qu'ils/elles me pardonnent.

Evidemment, il s'agissait aussi de manger ! C'était un "co-lunch" où chacun pouvait apporter une de ses spécialités culinaire sou du pain, du fromage, ... Il y avait pléthore de propositions appétissantes salées et sucrées.

foodcamp paris, vbarcamp, nutrition, nouvelles technonlogies, régimes, diététicienne gourmande

Pas de risque de mourir de faim !

Mon assiette salée : d'excellents petits rouleaux de courgette et d'aubergine, un moelleux flan aux épinards et au Philadelphia (car ce produit de base des ménages américains arrive en France et est largement promu), du taboulé, ... Pour ma part, j'avais fait une "frittata" aux asperges vertes qui a, semble-t-il, eu un certain succès car tout est parti assez vite.

Mon assiette sucrée : quelques bouchées de cake aux pommes, cake à la pistache, carrot cake, un peu de pate de coing et de "chocoboise" (une délicieuse confiture chocolat-framboise).

Bref, une excellente journée à tous points de vue. Je re-signe volontiers pour le prochain !

08/04/2011

Changer de vie, vous y avez déjà pensé ?

Si certain(e)s d'entre vous ont lu mon profil, vous savez que j'ai pris une grande bifurcation professionnelle il y a quelques années pour devenir diététicienne gourmande. J'ai été plusieurs fois interrogée sur la façon dont cela s'était passé car mon parcours n'est pas si fréquent. Cela a été le cas il y a quelques mois pour le site http://www.changermalife.com/ , un site qui a été lancé en 2010 pour accompagner les personnes qui envisagent un changement de vie. Personnellement, je n'aime pas beaucoup le nom mais ont-ils eu le choix ? Peut-être certain(e)s d'entre vous s'interrogent parfois sur la possibilité de changer de vie professionnelle. Eh bien, c'est possible ! Ce site leur donne des pistes, des témoignages, ...

Si vous réfléchissez en ce sens, je vous recommande aussi, dans un autre style, certains articles du site de Sylvaine Pascual, qui accompagne notamment des personnes qui réfléchissent à une reconversion professionnelle : http://www.ithaquecoaching.com/

NB : cela a été tourné à l'été 2010.

08/02/2011

Les légumes d'hiver, on les aime !

Quand on vient voir une diététicienne, on croit souvent qu'elle va relayer les discours nutritionnels en vigueur. Alors, on commence par se justifier, par exemple : "ben, je mange pas beaucoup de légumes, parce que....". Et récemment, plusieurs personnes m'ont donné comme explication que c'était l'hiver et qu'en hiver, il y aurait moins de légumes. Ah bon ?! Je ne crois pas vraiment que ce soit une question de disponibilité. En hiver, il y a la carotte, le céleri, le céleri-rave, toutes sortes de chou (chinois, frisé, rouge, ...), le chou-fleur, le brocoli, les endives, le poireau, les courges, .... On peut les préparer en soupe, en gratin, sautés, en purée, en salade, ... Ce n'est pas le choix qui manque et il faut se dépêcher car l'hiver ne dure pas éternellement ! Mais peut-être qu'on n'y pense pas, qu'on croit que cela prendra trop de temps ou qu'on ne sait pas trop les cuisiner.P1030150.JPG Et aussi on croit qu'on DOIT en manger alors qu'on peut en avoir ENVIE !

Pour ma part, j'apprécie les légumes de toutes les saisons et surtout la diversité que cela entraîne de les manger au fil des mois. Ainsi, dimanche, j'ai préparé des endives au jambon, un plat traditionnel d'hiver. J'avais expérimenté l'an dernier une délicieuse recette d'Alain Ducasse, dans son livre "Nature" et je l'ai rééditée. Il y a deux originalités qui font tout l'intérêt gustatif de la recette : la béchamel est remplacée par une sorte de "crème d'endives" (endives, lait, gruyère râpé) qui est forte en saveur (pour amateurs d'amertume) et on ajoute des noix concassées sur le dessus du plat.

NB : afin de vous encourager à prendre plaisir à manger le plus souvent possible, je vous donne régulièrement un plaisir gourmand personnel. Je serai ravie que vous postiez un commentaire si vous voulez plus d'informations ou faire une suggestion gourmande.

01/01/2011

Un réveillon parfumé pour bien conclure 2010

Quand j'ai commencé à penser au menu du réveillon, j'avais en tête la structure, avec pas mal de petits éléments variés pour avoir des saveurs multiples : des amuse-bouche, une soupe, des St Jacques, du poisson, des légumes, de la salade et du fromage, un dessert à deux têtes, chocolat et fruit. Sans beaucoup plus de détails. Puis j'ai eu une discussion avec Michèle Gay et cela m'a donné l'idée d'un réveillon parfumé. Je ne suis pas allée comme elle jusqu'à utiliser des huiles essentielles parfumées mais avec des herbes et des épices, j'ai donné une intention particulière à ce repas tout en restant finalement dans des plats assez classiques. Et cela n'a pas pris trop de temps à préparer. Voilà ce que cela a donné :

- Quelques amuse-bouche (crevette au curry et pamplemousse, magret fumé et mangue pimentée, poulet et carotte vanillés, velouté de concombre aux oeufs de hareng fumés) : joli et varié,

P1030044.JPG

- Un velouté de potiron au gingembre et aux éclats de foie gras, piquant et fondant,

- Un carpaccio de St Jacques aux baies roses, délicatement parfumé sans tuer la saveur du produit,

P1030046.JPG

- Du saumon confit à l'aneth avec des petites pommes de terre, une première tentative tout à fait réussie, je dois le dire sans fausse modestie, de saumon genre gravlax,

P1030047.JPG

- Une petite poëlée de champignons aux pistaches,

- Un peu de salade mentholée et quelques lamelles de vieux fromages absolument merveilleux dont je m'étais emparée à la fromagerie Quatrehomme,

- Une mousse au chocolat à la fève tonka accompagnée de clémentines semi-confites.

En accompagnement, une délicieuse couronne de fêtes concoctée par Gontran Cherrier, avec quatre pains différents adaptés aux différents mets.

P1030043.JPG

On s'est bien régalés, tout était en petite quantité et on n'a quand même pas tout mangé (ce qui a fait d'agréables restes pour le lendemain). Du coup, on est sortis de table sans avoir l'impression d'exploser, ce qui est appréciable pour attendre les douze coups de minuit. 

Voilà une année 2010 qui se termine bien, j'espère que c'était le cas pour vous aussi. Je vous souhaite de bien commencer 2011, si possible sans vous mettre la pression avec des résolutions assez illusoires !

02/12/2010

Rencontre singulière avec André de Chateauvieux

Je rencontre beaucoup de coachs (vous savez, ce métier tellement répandu aujourd'hui) car je me trouve une certaine proximité avec leur travail d'accompagnement. André de Chateauvieux est l'un d'entre eux. Il anime un blog qui s'appelle l'Art de Changer. Quand je l'ai découvert, la proximité de nom avec mon propre blog m'avait amusée. Je l'ai lu avec plaisir car c'est un coach sensible, poète, curieux.

Ayant ressenti le besoin de me faire accompagner dans la transition entre vingt ans de salariat et une vie d'indépendante, je l'ai rencontré. Et depuis quelque mois, il m'accompagne dans mon avancée dans cette nouvelle vie professionnelle de diététicienne gourmande. Car j'ai parfois des interrogations, des hésitations, des idées pour lesquelles le retour et l'aide à la réflexion d'une personne extérieure sont bien utiles.

Gourmand des autres, il m'a interviewée pour une Rencontre singulière, un processus qu'il affectionne, où il pose des questions inhabituelles, qui font réfléchir. Vous pouvez aller lire cette Rencontre singulière et par ailleurs vous promener au gré de ses notations personnelles.