Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/12/2011

Manger seul(e) au resto, est-ce si triste ?

Cette semaine, alors que beaucoup vont passer des moments en famille, je vous propose deux billets légèrement à contre-courant, à propos des repas pris en solitaire, à l'extérieur (aujourd'hui) ou chez soi (demain).
 
Beaucoup de personnes détestent, le mot n'est pas trop fort, manger seules au restaurant. Déjà, nombreux sont ceux qui n'aiment pas se retrouver face à leur assiette chez eux. Au restaurant, ils sont non seulement tristes de ne pas partager un moment avec autrui mais de plus, souvent, ils ont l'impression que tout le monde les observe et sans doute les plaint de ne pas être accompagnés.

Certes, manger est une activité de partage. Par goût ou par obligation, ce n'est pas toujours possible. Du coup, on peut peut-être trouver des conditions pour que ce soit quand même un bon moment.

Un très bon restaurant, c'est bien normal de préférer le partager (encore que... si la conversation est trop passionnante, elle risque de prendre le pas sur les mets et ce serait dommage). Alors, on peut lui préférer des lieux plus simples, voire même où le fait d'être seul (e) est prévu.

Soit parce qu'il y a un comptoir : il est souvent présent dans les restaurants japonais de sushis (les vrais bien sûr !), et dans quelques lieux qui s'y sont mis. Il y a aussi les bistrots où l'on peut déjeuner au bar, il permet de s'asseoir face au chef, au serveur, ... Eventuellement d'engager la conversation, de regarder les préparatifs, ...

D'autres lieux, du plus traditionnel au plus branché, ont installé une table d'hôtes, une grande table où tout le monde mange ensemble et où il est donc facile d'échanger quelques mots avec son voisin si on en a envie.

On peut aussi emporter un livre, un journal, ou le trouver sur place mais en veillant à ce que cette occupation ne nous détourne pas complètement de l'assiette et des sensations plaisantes que l'on peut capter en mangeant.

En restauration rapide, le mangeur solitaire est largement attendu et des types d'assises multiples sont prévus (longue table face au mur ou à la vitre, petites tables hautes, ...). En général, on sait qu'on ne va pas s'attarder. Ce n'est pas une raison toutefois pour avaler son repas à toute vitesse ! Faisons de ce moment une vraie pause plaisante. En effet, pourquoi ne pas profiter d'être seul(e) pour manger avec un peu plus d'attention, surtout si on a choisi quelque chose qui nous faisait envie.

P1040714_cojean.jpg

Ainsi, il y a quelques jours, de retour d'une "expédition" lointaine et pluvieuse, je suis allée déjeuner chez Cojean, ce qui est devenu assez rare. J'avais entendu parler de leur soupe de gyoza ("fantastic gyoza & noodle soup") et cela m'a paru bien adapté à la température. J'ai choisi ceux au poulet (il y a aussi végétarien et fruits de mer). On prend sa "soupe", à la caisse, le serveur ajoute le bouillon et on s'installe. Je hume les exotiques parfums (citronnelle, coriandre, menthe...), je remue et je déguste avec des baguettes. Les délicieuses sensations suffisent à m'occuper et à me satisfaire. C'est parfumé et nourrissant : outre les gyoza (sortes de ravioli), il y a des soba, un peu de légumes, un bouillon épicé. Un vrai bon plat et aucune tristesse à le manger seule !

Et vous, comment vivez-vous un repas solitaire à l'extérieur ?

10/08/2011

La belle salade à Label Ferme ?

Je suis assez à l'affût des nouveautés de restauration déjeunesque dans le 9eme à la fois pour moi et pour nourrir de temps en temps ma rubrique "plat du jour" dans le Daily Neuvième. Aussi j'avais envie de découvrir une nouvelle adresse de restauration rapide, Label Ferme. Ses créateurs mettent en avant trois particularités : des produits en provenance directe des producteurs (notamment fromages et charcuterie de Haute-Savoie) ; un choix libre d'ingrédients pour composer son sandwich ou sa salade sur mesure ; un prix au poids (donc sur mesure aussi).

Je m'y rends donc début août. Il est tôt, il y a encore peu de monde, je me fais bien expliquer le fonctionnement : il y a deux types d'ingrédients à deux prix différents : ceux de base (en gros les légumes) et ceux "plus gourmands" (dixit le vendeur) : charcuterie, poulet, fromage (ah bon, les légumes, cela ne peut pas être goumand ?!). Je me fais composer une salade variée avec pousses d'épinard, dés de tomate, champignons, carottes rapées, poulet mariné, mozzarella de bufala (en direct du producteur ?), noix de jambon. Tout cela va sans doute se marier agréablement. Plus un dessert, yaourt artisanal et un peu de confiture de reine-claude, et un morceau de pain.

Côté déco, tout est cohérent pour donner une touche rustique : sièges-cageots, plateaux en osier, carafes-bouteilles traditionnelles. 

Côté assiette, la salade est bonne, les ingrédients sont ok (noix de jambon un peu salée à mon goût, tomates manquant de parfum) et copieuse (son coût s'est élevé à 8 euros) mais rien d'extraordinaire. Je suis un peu frustrée côté sensations gustatives : pas de problème mais un peu trop classique. Certes, je ne devrais m'en prendre qu'à moi-même puisque j'ai choisi les ingrédients ! Mais j'ai trouvé que le choix manquait d'audace. En fait, j'ai l'impression que l'accent est surtout mis sur la charcuterie et le fromage et ce n'est pas forcément ce dont j'ai envie le plus souvent au déjeuner. Et finalement quand je mange une salade à l'extérieur au lieu de la préparer, j'aime être étonnée, découvrir des accords nouveaux, ....

 P1030848.JPG

En résumé :

Ce qui m'a plu : l'accueil sympathique, les explications claires, la possibilité de savoir d'où viennent les produits. De plus, par rapport à une saladerie classique, l'intérêt est qu'on choisit ses ingrédients sans être limité par le nombre ; qu'on prend l'exacte quantité correspondant à son appétit, ce qui évite soit de trop manger, soit de gaspiller ; qu'on mange (sur place) dans une "vraie" assiette et c'est mieux que le plastique ;

Ce qui est à améliorer (si possible) : l'aménagement de l'espace qui est vraiment tout petit et peut difficilement contenir simultanément les tables pour ceux qui déjeunent sur place et la queue des personnes qui commandent (et on était en août...) ; le choix d'ingrédients à diversifier/renouveler en fonction des saisons.

Au global, je ne suis sans doute pas dans le coeur de cible et cela peut marcher car c'est une bonne alternative aux sandwiches déjà prêts (et pas toujours bons) des boulangers. De plus, l'aspect "en direct du producteur" est assez dans l'air du temps...


Label Ferme, 43 rue Le Peletier, Paris 9eme, 01 44 63 71 94.

16/04/2011

Cojean : 10 ans déjà et toujours bon !

Je me souviens très bien de ma première visite chez Cojean, tout en ayant du mal à réaliser que cela date déjà d'il y a dix ans ! C'était au premier qui a ouvert, rue de Sèze, près de la Madeleine. Je passais par là un samedi matin et j'ai vu ce nouvel endroit clair et moderne, assez différent de ce qu'on connaissait, avec de l'herbe en bacs dans la vitrine. Je suis entrée et j'ai pris un jus de fruits frais au nom poétique, c'était "le jardin dévasté" je crois. C'était calme (un samedi vers 10h , normal !), il y avait des journaux à lire, les gens étaient gentils. Le tout m'a bien plu.

alimentation,diététicienne gourmande,manger bon et sain,restauration rapide,10 ans de cojean

Après, j'y suis allée souvent durant ma vie de salariée avec "tickets restaurant", seule, avec des collègues ou ami(e)s, ou pour emporter mon repas (j'ai travaillé plusieurs années à proximité de la rue Le Peletier et du boulevard Haussmann, où ils se sont installés), Depuis que je suis diététicienne, j'y vais beaucoup moins car je privilégie les repas faits maison ou l'immédiate proximité. Mais je pousse parfois jusqu'à la rue de Provence.

Toutes ces années, je n'ai cessé d'apprécier le plaisir gustatif de leurs salades, l'originalité des mélanges, la fraîcheur, le renouvellement des recettes, et je me suis parfois inspirée de certains de leurs plats.

Ce vendredi, profitant du report de rendez-vous d'une patiente (toute situation peut être positivée ;)), j'avais un peu de temps pour déjeuner et bien faim. Je me suis donc posée, avec un repas qui me faisait envie :
- une mini-salade quinoa, fèves, radis, artichaut, billes de chèvre, cerfeuil ;
- une salade oeuf poché, bâtonnets de chorizo, pois gourmands, petits pois, courgettes, épinard, fromage de brebis,pesto menthe-basilic ;
- un mini-gâteau fromage blanc-fruit de la passion.

alimentation,diététicienne gourmande,manger bon et sain,restauration rapide,10 ans de cojean

Tout cela était vraiment bon et agréable à manger, même si, bien sûr, on serait encore plus heureux de ne pas manger dans du plastique.

Vraiment, comme je l'ai déjà dit, en 10 ans, selon moi, Cojean a été beaucoup imité, mais jamais égalé ! (je vous promets, je ne suis pas payée pour dire cela !)

Et vous (parisien/nes), que pensez-vous de Cojean si vous y allez parfois ?

PS : en prenant un plat étiqueté "10 ans", j'ai reçu un sac en cadeau. Le problème : comment penser à l'emporter quand je pars acheter à manger ?!

alimentation,diététicienne gourmande,manger bon et sain,restauration rapide,10 ans de cojean

25/06/2010

Le plat du jour (lasagnes végétariennes) sur le Daily Neuvième

cojean_lasagnes.JPGSi vous habitez le 9eme arrondissement, peut-être lisez-vous le Daily Neuvième, le journal en ligne de l'arrondissement. J'y écris de temps un temps une chronique "Le Plat du Jour" pour tester différents restaurants classiques ou rapides où l'on peut déjeuner pour 10-15 euros, un besoin que connaissent des dizaines de milliers de personnes dans cet arrondissement très vivant.

Cette fois, j'ai testé des lasagnes végétariennes chez Cojean.

J'ai ainsi déjà expérimenté Obene, Secrets de Famille, Tante Juliette, Cook in the City, Fructidor.

Bientôt d'autres adresses à suivre.

19/06/2010

Cojean : j'aime / j'aime pas

Cojean fait partie des principaux acteurs qui ont totalement renouvelé l'image de la restauration rapide à Paris en quelques années. Depuis leurs débuts en 2001, ils ont été beaucoup copiés mais selon moi jamais égalés. J'ai connu le tout premier Cojean à la Madeleine peu après l'ouverture (le décor clean, les herbes en vitrine et les jus originaux m'avaient attirée). Depuis, ils ont beaucoup grandi mais sans se renier. J'y vais beaucoup moins souvent que quand j'étais salariée car je privilégie aujourd'hui des repas maison quand c'est possible mais j'y retourne de temps en temps.

cojean3_juN10.jpg
Les herbes en vitrine sont là pour la déco, on ne les utilise plus pour fabriquer le jus d'herbes

J'aime :
- avant tout la qualité des produits : c'est très bon au goût, plein de saveurs, frais, 
- l'originalité des recettes, et le renouvellement fréquent, à côté du maintien de leurs classiques,
- une offre très large et variée adaptée à tous les appétits,
- le fait de suivre grosso modo le rythme des saisons,
- le service presque toujours souriant, disponible, efficace, avec des serveurs en nombre suffisant, ce qui fait qu'on attend assez peu même aux heures de pointe,
- le fait que Cojean malgré les demandes de certains clients, se refuse absolument à afficher les calories de ses plats (je l'ai lu dans leur newsletter) : en effet, cela n'aurait aucun sens, on a tous des besoins différents, l'important est de manger varié, à sa faim et de se faire plaisir. Cela conduirait les obsédées de la ligne à comparer les calories des plats plutôt que de choisir selon leur envie,
- le fait qu'il n'y a pas de formules imposées. Si on en a envie, on prend juste un plat ou 2 desserts, ... Dans de nombreux endroits, les formules nous font souvent dépenser autant d'argent, manger plus et pas forcément ce dont on aurait le plus envie, prendre une boisson dont on n'a pas besoin, 
- les plats chauds apportés à la place, donc qui n'ont pas le temps de refroidir pendant qu'on paie, qu'on s'installe, ...
- une innovation récente : certaines salades servies en petite taille, ce qui permet d'en goûter deux différentes dans le même repas.

cojean2_jun10.jpg
Un large choix de salades originales

J'aime pas :
- évidemment, le prix, c'est franchement pas donné mais c'est le prix de la qualité et de la fraîcheur,
- l'incohérence consistant à proposer du fromage blanc 0% quand on prêche la gourmandise et qu'il est par ailleurs proposé avec un coulis très sucré,
- certains produits pas tout à fait à la hauteur, cf mon test sandwich,
- bien sûr, comme dans la plupart de ces lieux de restauration rapide, le fait de manger dans des récipients en plastique qui enlèvent une partie du plaisir des yeux et du toucher.

Pour moi, un bilan globalement positif. Et vous, allez-vous parfois chez Cojean ? Et si vous fréquentez des lieux de restauration rapide, quels sont vos critères de choix ?

29/05/2010

Une gourmande rencontre des gourmandes (plaisir gourmand du 28 mai)

quinoa_gourmandes_280510.jpgDéjeuner tardif ce vendredi, je remonte la rue de Clichy, cela ne m'arrive pas très souvent et je tombe sur un petit endroit qui a l'air sympathique et dont le nom forcément m'attire : Les Gourmandes. Je n'ai pas très faim, on me conseille gentiment du quinoa aux légumes, à manger chaud. C'est très bon, avec du goût, des légumes variés et bien présents. Exactement ce qu'il me fallait. Avec un petit dessert pour compléter. Pour une fois, un endroit où l'on n'est pas obligés de prendre une formule ! L'accueil est très sympathique, on n'est pas dans le défilé des clients à la chaine. Le seul petit hic, comme d'hab, c'est qu'on ne peut pas être pleinement heureux de manger dans des récipients en plastique. Mais bon... Je reviendrai voir les Gourmandes.

Les Gourmandes, 62 rue de Clichy, Paris 9ème

23/04/2010

O'bene : plaisir gourmand du 22 avril

P1010653.JPGJeudi midi, retour chez O'bene où j'avais déjà déjeuné. C'est un plaisir d'y aller, l'accueil est très chaleureux, souriant, il y a du choix, c'est bon et d'un prix très raisonnable. On peut choisir 3 saveurs ou 5 saveurs, ce que j'ai fait car j'avais bien faim. Il s'agit d'une cuisine maison à tendance méditerranéenne. Mes 5 saveurs du jour : tarte aux champignons, mélange de céréales (blé, épeautre, seigle) à la feta, carottes et brocolis, poulet aux légumes, salade de haricots verts et fenouil. Tout est bien cuit, assaisonné, et se mange avec plaisir. Voilà un repas complet, varié, savoureux. Un must pour qui travaille dans le quartier.

NB : afin de vous encourager à prendre plaisir à manger le plus souvent possible, clé d'une relation sereine à la nourriture, je vous donne chaque jour un plaisir gourmand personnel. N'hésitez pas à poster un commentaire, donner vos propres plaisirs gourmands, faire une suggestion

O'bene, 37 rue St Lazare, Paris 9ème

24/02/2010

Mon plat du jour pour le Daily 9ème

Si vous êtes habitant ou travailleur dans le 9eme arrondissement, peut-être lisez-vous le Daily 9ème, www.dailyneuvieme.com, un journal en ligne sur toute la vie du 9eme arrondissement. J'y ai régulièrement une rubrique "Le plat du jour" pour explorer gustativement et nutritionnellement les lieux de restauration du quartier. Cette fois, mes pas m'ont menée chez Cook in the City, rue de Châteaudun, où j'ai mangé un "poulet à l'espagnole".

Ce poulet est cuit dans une ces papillotes en papier transparent. Le poulet était bien cuit, parfumé, moelleux, les carottes (en petite quantité) étaient bonnes, et le boulgour qui accompagnait était agréablement parfumé.

Mon récit complet sur ce plat sur le site du Daily Neuvième ici

cook_city 003.jpg

29/01/2010

Le plat du jour du Daily Neuvième

A partir d'aujourd'hui, vous pourrez me retrouver de temps en temps sur le site du Daily Neuvieme, un site d'informations sur tout ce qui se passe dans le 9eme arrondissement de Paris : actualité générale, faits divers, actualité culturelle, nouvelles boutiques, restaurants, métiers étonnants, tests de produits, ...

J'y analyserai régulièrement (environ tous les 15 jours) un "plat du jour" que j'aurais mangé dans un des lieux de restauration du 9eme arrondissement où l'on peut déjeuner le midi en semaine. Je commenterais ce plat sous les angles gustatif et nutritionnel mais je serai aussi attentive au service, à l'ambiance, au rapport qualité-prix.

En effet, des dizaines de milliers de personnes déjeunent chaque jour à l'extérieur dans le 9eme arrondissement. C'est sans doute cette densité de population qui explique la richesse de lieux de restauration rapide ou un peu moins rapide. J'ai même l'impression que c'est un des arrondissements les plus innovants en matière de restauration. C'est ainsi dans le 9eme que Goutu, le sandwich à un euro, s'est installé, que Cojean s'est multiplié. Et on y trouve aussi les Wokbar, Cook in the city, Lemoni, A la Carte, etc. Il sera aussi intéressant de voir s'il est plus cher de manger plus traditionnnellement dans un bistrot.

L'idée : parler d'une restauration quotidienne et donc rester dans un budget de 10-15 euros maximum pour un repas.

Vous pouvez retrouver le premier article de cette série, à propos de mon déjeuner d'hier chez O'bene, de façon plus détaillée que dans mon "Plaisir gourmand".

28/01/2010

O'bene : plaisir gourmand du 28 janvier

Déjeuner chez O'bene, un petit espace de restauration rapide au 37 de la rue St Lazare, que je découvre. J'ai assez faim, j'opte pour la formule 5 saveurs (pour 8 euros, rien d'excessif, il y aussi une formule  saveurs à 6 euros) : je choisis 5 portions de plats parmi les nombreux qui sont proposés, à tendance méditerranéo-orientale, avec beaucoup de céréales et de légumineuses. Mon assiette (voir photo) se compose de spaghetti au pesto roquette-pistache, de céréales à l'indienne (un mélange de quatre céréales avec noix de cajou, pistaches, cranberries, raisins secs), d'haricots verts à la libanaise, d'une curiosité : une sorte de gâteau de tagine tunisien, et d'une soupe Madras : lentilles, legumes, coco (hors photo). Le tout est vraiment délicieux, parfumé, relevé et je me régale. C'est bien agréable d'avoir cinq plats différents, cela permet une variété de goûts et de textures très agréable. De plus, l'accueil est très sympathique.

Légumes, céréales (riz, pâtes, semoule) et légumineuses (lentilles, haricots,...) peuvent tout à fait constituer un repas complet : c'est la cuisine de base dans de nombreux pays. En France où l'on a plutôt tendance à manger trop de viande, un repas de ce type constitue une alternative agréable. Et ce n'est pas de la cuisine végétarienne, on pouvait aussi prendre du poulet, des sardines, ...

obene.jpg

NB : afin de vous encourager à prendre plaisir à manger le plus souvent possible, je vous donne chaque jour un plaisir gourmand personnel. N'hésitez pas à poster un commentaire si vous voulez une recette détaillée, une adresse,... ou faire une suggestion gourmande.