Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/03/2013

"On est foutus, on mange trop" : pas vraiment démodé, Souchon !

La semaine dernière, j'ai assisté à un concert d'Alain Souchon. De longues années que je suis fan de ce chanteur qui n'a pas son pareil pour épingler les caractéris-tics d'une époque. Le florilège de chansons qu'il avait choisies ne portait pas vraiment à l'optimisme et à la gaité, qu'il s'agisse de solitude, de soumission à la société de consommation, de désenchantement...

Il y a une chanson qu'il n'a pas chantée, qui figurait sur un des premiers 33 tours que j'avais achetés de lui, c'est "Papa Mambo" alias "On est foutus, on mange trop". 

La chanson à écouter...

...ou les paroles à lire

Extrait : 

"Nous voilà jolis, nous voilà beaux,
Tout empâtés, patauds, par les pâtés les gâteaux.
Nous voilà beaux, nous voilà jolis,
Ankylosés, soumis, sous les kilos de calories".

La chanson date de 1978 (35 ans !) et elle n'a pourtant fait que gagner en actualité, vous ne trouvez pas ?... Tiens, vous aviez vu Wall-e ?

alain souchon,papa mambo,surpoids,alimentation,on mange trop,obésité,habitudes alimentaires

 

13/12/2011

C'est drôle comme la façon de manger peut évoluer...

Quand j'étais enfant, on mangeait souvent de la viande. Le plus souvent cuisinée à la poêle : escalope de veau, tournedos, ... Ou alors cuite au four, souvent pour le déjeuner du samedi : c'était alors un rôti de boeuf ou de veau. Et bien sûr le poulet rôti du dimanche ! Jamais de plats mijotés lentement sur le feu, pas de blanquette, de boeuf bourguignon, ..., cela ne faisait pas partie du patrimoine familial.

Alors qu'aujourd'hui, je mange finalement très peu de viande poêlée, de temps en temps un steak hâché principalement. La viande au four ne fait plus non plus partie de mon quotidien. En revanche, j'ai découvert au fil des années, des livres de cuisine, du partage, de nombreuses recettes de plats mijotés et je m'en régale. Qu'il s'agisse d'un boeuf-carottes, d'un sauté de veau aux poivrons, aux pommes, ..., c'est l'occasion de déclinaisons multiples selon les saisons. Je me suis même équipée d'une cocotte en fonte ! Un exemple que les habitudes alimentaires peuvent vraiment changer, qu'on n'est pas forcément "scotchés" sur notre de façon de manger dans l'enfance.

Ainsi, samedi, nous nous sommes réjouis de manger un plat de saison, un pot au feu de veau : d'abord un petit bol de bouillon puis le "plat de résistance", avec des légumes parfumés et une viande (du jarret de veau) fondante à souhait. Un plat que je n'ai découvert qu'à l'âge adulte !

cuisine,alimentation,viande,veau,pot au feu,habitudes alimentaires,plat mijoté

Et vous, votre façon de manger a-t-elle vraiment changé par rapport aux habitudes familiales ou êtes-vous fidèle aux plats de votre enfance ?

10/12/2011

Votre fille ado est préoccupée par sa silhouette ? Ceci est pour vous...

adolescente,jeune fille,puberté,silhoutte,minceur,régime,nutrition,habitudes alimentaires,surpoidsIl y a quelque temps, une personne que j'avais rencontrée lors d'une conférence dans un cercle féminin m'a contactée pour me demander d'animer un atelier pour sa fille et une copine, toutes les deux ados d'une douzaine d'années. Le but : parler bonnes habitudes alimentaires, risque du premier régime, gourmandise, morphologie, ... J'ai dit OK et, du coup, je me suis dit que ce serait encore plus sympa si elles étaient un petit groupe, pour échanger entre filles du même âge.

Peut-être êtes-vous de votre côté vaccinée contre la tyrannie des régimes (surtout si vous lisez ce blog !). Mais ce n'est pas toujours le cas des ados, plus facilement influençables, que ce soit par les médias ou les copines filiformes. Alors, quand leur corps commence à changer, elles peuvent vouloir contrôler leur alimentation pour se conformer à un idéal de minceur, sans en imaginer les conséquences pour la tête et le corps. D'autres, exagérément attachées aux douceurs sucrées de l'enfance et peu mobiles, s'arrondissent irrésistiblement... Dans les deux cas, elles s'éloignent de leur juste poids.

Comme c'est bientôt les vacances scolaires, cet atelier est programmé mardi 20 de 10h30 à 12h. Alors, si vous aussi vous avez une ado entre 12 et 15  ans en désamour avec sa silhouette qui change, proposez-lui de participer à cet atelier informatif, interactif et ludique qui pourra peut-être lui éviter d'entrer dans la dangereuse spirale des régimes et de gâcher sa relation à l'alimentation.

Atelier "Faut-il commencer un premier régime ?"
Mardi 20 décembre 10h30-12h, Paris 9e.
Participation : 30 euros
Inscriptions par mail : ariane.grumbach@bbox.fr

Visuel © Pétrouche - Fotolia.com

25/05/2011

Suis-je flexitarienne ?

Connaissez-vous les flexitariens ? C'est une nouvelle catégorie de mangeurs inventée il y a quelques années par les Américains. Il s'agit d'une sorte de végétariens flexibles, des personnes en voie de "végétarisation" ou qui ont une alimentation majoritairement à base de fruits, légumes, céréales, légumineuses, mais qui peuvent par goût ou par nécessité manger de la viande ou du poisson de temps en temps.

Pour ma part, je n'ai aucun problème à faire un repas sans viande ou poisson. Ainsi, lundi midi, j'ai préparé un bento avec quelques restes que j'avais : des pousses d'épinard, de la feta, de la pastèque, de la coriandre et j'ai mélangé cela avec du sarrasin (c'était frais et délicieux !). Cela ne me choque pas de faire un tel repas. Je ne me pose pas la question, j'aime beaucoup le poisson, les oeufs, la viande, j'en mange régulièrement mais je ne me sens pas obligée d'en manger à chaque repas. Je mange assez rarement de la viande rouge, plus par manque d'opportunité que par manque de goût pour elle. Je n'ai aucune intention de devenir végétarienne mais j'adore le tofu et il m'arrive fréquemment de faire un repas de pâtes aux légumes ou à base de quinoa sans que cela me perturbe. Au contraire, je me régale.

P1030535.JPG

Il existe ainsi de nombreuses personnes qui ne sont pas végétariennes mais qui mangent relativement peu de viande, qui ont une façon de s'alimenter souple, ni végétarienne ni carnivore. Faut-il pour autant les mettre dans une case ? Je ne suis sans doute pas flexitarienne mais quelle importance ?!

Et vous, vous sentez-vous flexitarien (ne) ?