Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/01/2011

Stop à la gourmandise à date fixe !

Il y a quelques jours, à propos de la galette, je vous parlais de mon agacement devant ce déluge de pâte feuilletée et de frangipane, qui m'enlève toute envie d'en manger. Je n'ai rien contre les fêtes traditionnelles mais en même temps, elles nous obligent à tous manger la même chose à date fixe, alors qu'on n'en a pas forcément envie. Pourquoi forcément manger du foie gras à Noël, des chocolats à Pâques, ... Faut-il se forcer pour faire comme tout le monde ? Oui si cela reste un plaisir. 

P1030093.JPGMais on peut aussi penser à certains mets en dehors de la période obligée. Les crêpes par exemple. Bien sûr, on peut en manger à la Chandeleur (ce sera le mercredi 2 février). Mais pourquoi pas aussi quand on en a envie. Pour faire plaisir à ses enfants un froid dimanche d'hiver. Ou pour un dîner plaisant et tout simple.

P1030094.JPGC'est ce qui nous est arrivé un soir récent. On avait quelques petites crêpes de sarrasin (trouvées au Comptoir Baulois) et on a préparé des grands classiques. Une ornée d'un oeuf miroir, une autre avec un peu de fromage et de la salade et la dernière avec du chocolat. On s'est régalés !

Et vous, quand mangez-vous des crêpes ?

31/01/2010

Des crêpes chez West Country Girl : plaisir gourmand du 30 janvier

Samedi, je me suis appliquée à moi-même avec grand plaisir mes conseils de saison : manger des crêpes ! Nous sommes partis à la découverte d'une récente crêperie citée dans les gazettes gastronomes : West Country Girl, planquée dans une petite rue du 11eme arrondissement de Paris (encore que je me méfie un peu des nouveaux lieux encensés parfois un peu rapidement). C'était un semi-détour car nous avions ensuite rendez-vous à L'Ecole du Thé, également dans le 11eme, lieu que je recommande vivement à tous ceux qui veulent explorer les multiples saveurs du thé.

Revenons aux crêpes. Elles valaient largement le voyage : deux galettes de sarrasin, l'une à l'oeuf (qui était parfaitement cuit), l'autre simplement au beurre, fines, légères, croustillantes comme je les aime, bref délicieuses. Je me suis régalée, et la crêpe sucrée aux pommes au four (une spécialité de la maison) qui a clos le repas était excellente aussi.

creperie 018.jpg

Voilà donc une prétendante sérieuse à mon palmarès des crêpes parisiennes !

West Country Girl : 6 passage St Ambroise, Paris 11eme

NB : afin de vous encourager à prendre plaisir à manger le plus souvent possible, je vous donne chaque jour un plaisir gourmand personnel. N'hésitez pas à poster un commentaire si vous voulez une recette détaillée, une adresse,... ou faire une suggestion gourmande.

29/01/2010

Mangeons des crêpes !

Lundi, c’est la Chandeleur, moment où l’on mange traditionnellement des crêpes. Pourquoi ne pas en profiter pour en manger ou même pour les préparer ? C’est un plat qui réjouit tout le monde et permet un bon moment de convivialité.

Bien sûr, ce n’est pas évident en semaine quand on travaille mais on peut prévoir un goûter crêpes dimanche, après un déjeuner léger, ou une soirée crêpes où l’on prévoira différents ingrédients pour garnir les crêpes et galettes : fines tranches de jambon ou de saumon fumé, lamelles de fromage, tranches de pomme, de banane ou compote, jus de citron... Si possible, munissez vous de farine de sarrasin pour faire de « vraies » galettes.

En même temps, c'est la Chandeleur, d'accord, mais ne soyez pas obsédé par les dates festives obligées. Les envies ne se commandent pas : le plaisir sera sans doute d’autant plus grand si vous faites une fête de crêpes à une autre occasion, quand c’est vous qui décidez.

crepes_fotolia4-c0949.jpg

Les crêpes, c'est bien chez soi (prévoyez bien le temps de repos de la pâte, environ 2 heures) mais ce n'est pas toujours possible. Il y aussi les crêperies. Malheureusement, les meilleures crêpes c'est vraiment en Bretagne et, à Paris, il y a une multitude de crêperies vraiment sans intérêt. A mon goût, la meilleure crêperie, c'est Ty Breiz, boulevard du Montparnasse où les galettes salées sont fines et craquantes et qui propose une fameuse crêpe Chocorange (à condition d'avoir une grosse faim) ! 

Quand on vous propose d’aller manger dans une crêperie, ne vous privez pas. Outre le fait que la crêpe est un aliment délicieux auquel on a souvent pris goût dans l’enfance, c’est un aliment rassasiant qui va jouer le rôle de féculent pour vous apporter de l’énergie durablement. Une crêpe nature, c’est excellent quand on est dans une bonne crêperie mais cela risque de ne pas être suffisamment rassasiant. Il vaut sans doute mieux choisir une crêpe au fromage ou à l’œuf ou au jambon mais peut-être pas les trois à la fois (la fameuse « complète », un peu trop nourrissante !).

Prenez donc l’occasion de la crêperie comme l’occasion de manger des crêpes (si vous aimez ça) et pas d’avoir un plat complet entouré d’une crêpe (la crêpe steak haché-salade !). Parfois, on fait cela pour viser le repas parfaitement équilibré, mais, je vous le rappelle, l’équilibre ne se fait pas sur un repas ! Faites-vous d’abord plaisir et écoutez votre faim pour manger des crêpes adaptées. Ecoutez aussi vos envies : salé ou sucré par exemple ? Si vous n’êtes pas très porté sur le sucre, vous pouvez par exemple prendre deux crêpes de sarrasin salées, l’une simple, l’autre plus garnie. Ou une salée, une sucrée : l’important est de manger de façon à être rassasié, pour sortir de table léger(e). Et si vous allez un peu au-delà car vous avez « craqué » sur une crêpe particulièrement consistante, ce n’est pas grave, vous aurez moins faim au repas d’après.

Alors, surtout si vous aimez les crêpes, n’allez pas à la crêperie pour manger une salade, ce qui ne serait que source de frustration et pas forcément plus équilibré !

Retrouvez aussi ma chronique Nutrition sur www.toutpourlesfemmes.com.