11/04/2014

Une semaine alimentaire pour 25 euros : pas facile mais possible

Comme vous l'avez lu tout au long de la semaine, chacune a fait son expérience et a à peu près réussi à rester dans la limite du budget, voire moins : Agnès a dépensé moins de 20 euros ! Julie, environ 24 euros, moi, 25,60 euros et Sophie, un peu perdue dans le nombre de jours, 26 euros. Et on a mangé bon et varié.

Mais, je le répète, cela ne veut pas dire que c'est facile !

Cette expérience a des limites par sa définition même : faire cela pendant une semaine nécessite une stricte attention au prix de chaque chose, de jongler avec des aliments pas trop coûteux, de ne pas faire d'écart, de cuisiner tous les repas. Probablement, on développe une certaine habileté en cela si on continue sur la durée mais on doit se limiter toujours : pas de restaurant, même pas de sandwich, pas de café à l'extérieur (j'en avais accepté un et par chance, j'ai été invitée !). Je crois que c'est cette rigueur qui est difficile à tenir dans la durée et qui est éprouvante : ne pas pouvoir se permettre d'écart, être dans un contrôle permanent... Cela m'a fait pensé à une de mes patientes qui a un budget "ric rac" et me racontait qu'elle ne pouvait se permettre aucun écart et combien cela lui pèse parfois : pas de sortie, pas de restaurants, pas de fantaisies alimentaires..‬.

Par ailleurs, cela passe par de la cuisine, même simple. Il y a donc nécessité d'un minimum de savoir-faire culinaire.  Tout le monde n'en dispose sans doute pas mais pas besoin de faire compliqué (cf mon récit) et on peut, à tout âge, facilement acquérir les bases pour faire une soupe, une quiche, des pâtes...  Mais il faut aussi décider d'y consacrer un peu de temps.

budget alimentaire,manger pour pas cher,petit budget,défi 25 euros,jack monroe,serge papin,réduire son budget alimentaire

Les pâtes, évidemment un classique des petits budgets mais il y a de multiples autres possibilités


Toutefois, il me semble quand même important de penser aussi à replacer  son budget alimentaire dans une vision de son budget global et que cela ne soit pas forcément la portion congrue. Comme le dit le patron de Super U, Serge Papin, que l'alimentation ne soit pas toujours "la variable d'ajustement".

En conclusion, on peut parvenir à manger "bien" et pour un budget modeste si :

- on est attentif dans ses courses,

- on fait la cuisine avec des produits bruts et de saison,

- on s'organise, on prévoit ses repas, on ne gaspille rien,

- on accepte de consacrer une part de son temps à cela. Ne s'agit-il pas de prendre soin de soi (et des siens) ?

Et sachez que l'on peut aller bien en-deçà d'un budget comme celui qu'on avait défini. Récemment, la presse s'était fait l'écho de l'expérience de Jack Monroe, en Angleterre, jeune mère chômeuse qui apprend à déployer des trésors de créativité pour préparer des repas appétissants et variés pour son petit garçon et finit par en faire un blog puis un livre...

Et vous, êtes-vous très attentif(ve), un peu, pas du tout, à votre budget alimentaire ?

 

Commentaires

Plein d'idées intéressantes à piocher mais globalement un peu trop de préparation pour mon "budget temps" (même si c'est vrai que la compote maison a le délicieux goût du "c'est moi qui l'ai fait" et parfume agréablement la pièce) et pas assez de laitages/viandes/poisson par rapport à mes habitudes et goûts personnels. J'ai quand même acheté des pois chiches en faisant les courses hier car ça m'a vraiment donné envie ;-) Je précise que j'ai la chance de ne pas avoir besoin de faire trop attention mais je préfère quand même limiter mon budget alimentation pour pouvoir l'utiliser à autre chose. Merci pour cette initiative intéressante en tout cas !

Écrit par : Nutriac | 11/04/2014

Répondre à ce commentaire

@Nutriac merci, franchement je n'ai pas l'impression de passer beaucoup de temps en cuisine, particulièrement cette semaine-là... cette semaine me semble assez correspondre à mon profil global de vaguement flexitarienne...

Écrit par : Ariane | 11/04/2014

Répondre à ce commentaire

Merci pour tous ces retours...Il faudrait que je tente l'expérience.Franchement, j'achète ce qui me fait plaisir et il est vrai que certains plaisirs coûtent un peu...En tout cas tout est intéressant à prendre dans les expériences des autres...La semaine dernière,par exemple, j'ai testé un bloc de tofu fumé d'une certaine marque dont j'avais lu une bonne critique sur un blog et j'ai aimé; j'ai pu faire au moins trois repas. J'ai donc été "gagnante" sur le plan gustatif et sur le plan consommation. Donc pas d'apriori!

Écrit par : Martine | 12/04/2014

Répondre à ce commentaire

Tout à fait d'accord et très intéressante cette "experience". J'avoue qu'être constamment dans le contrôle,le calcul ne doit pas être évident (même si dans certains cas on est obligé) .Je retiens simplement et sans aller dans l'excès qu'avec de l'organisation,du "recyclage" et du fait maison on peut allier bien manger et dépenses maitrisées! C'est aussi un choix d'y consacrer un peu de temps (et donc moins de temps sur autre chose!)

Écrit par : Simmoni | 12/04/2014

Répondre à ce commentaire

@Simmoni en effet, c'est une forme de contrôle difficile à vivre même si on doit peu à peu trouver des repères... La question de l'allocation du temps me parait essentielle, ce sont les choix de chacun mais on pourrait souvent trouver du temps en allégeant autre chose

Écrit par : Ariane | 12/04/2014

Répondre à ce commentaire

Il y a longtemps que je n'achète plus de compote. Au marché, mon vendeur de pommes vent des pommes deuxième choix à 60 cts le kilo. Un kilo de pommes variées, qu'il faut cuire tout de suite, mais qui permettent de varier les desserts et/ou de manger ça avec du porc.
J'ai vécu cette période où je devais tout contrôler, à cette époque, je ne pouvais même pas aller au marché, c'était vraiment au dessus de mon budget. J'avoue que je savais cuisiner les pâtes et les oeufs de centaines de façons. Difficile de créer dans ces conditions, j'avais un mélange de plats tout prêts pas cher et de choses faites maison (je ne peux plus manger de raviolis ou de couscous en boite... beurk).

Écrit par : Reequilibre | 13/04/2014

Répondre à ce commentaire

@Reequilibre oh oui, même si la compote industrielle peut dépanner parfois, rien ne vaut la compote maison et vous avez de la chance de trouver des pommes à ce prix très raisonnable. Pour ma part, sans doute une question d'éducation, impossible d'acheter une boite de raviolis !

Écrit par : Ariane | 13/04/2014

Répondre à ce commentaire

Bonjour Ariane,
j'ai adoré cette série et les différents témoignages : j'ai pu également trouver plein d'idées. Car cuisiner pas cher, n'est pas si difficile si l'on n'est pas accroc au poisson ou à la viande, mais l'on manque parfois d'imagination. Je ne sais pas s'il existe un blog en France proposant ainsi des recettes équilibrées, originales, à tout petit prix...

Écrit par : Anne-Sophie | 14/04/2014

Répondre à ce commentaire

@Anne-Sophie merci beaucoup, ravie que cela soit utile. Il y a des blogs en effet, je vais tâcher de compléter avec quelques adresses, et j'ajouterai à ces qualificatifs : simple et pas trop long à préparer ;-)

Écrit par : Ariane | 14/04/2014

Répondre à ce commentaire

Je viens de découvrir ce défi sur le site d'Interprétations Culinaires' et je trouve cela fort intéressant. J'ai aussi lu l'article de Télérama et cela interroge. Il est vrai que finalement bien manger ne semble pas demander forcément un budget important mais c'est surtout une question de temps accordé à l'anticipation des repas, aux courses (choix des aliments) et à la préparation.
Etant intolérante au gluten et lactose, je suis obligée de préparer tous mes plats. Parfois c'est un vrai plaisir, parfois une réelle contrainte. Je n'ai jamais calculé le coût d'une semaine et je songe faire le test afin de voir si cela est réalisable en ce qui me concerne.
Il est vrai qu'à la longue cela doit être contraignant mais lorsque l'on a un petit budget et que l'on veut se nourrir correctement on est bien obligé d'en passer par-là.
Je vais tester ...

Écrit par : Menyne | 08/05/2014

Répondre à ce commentaire

@Menyne en effet il s'agit de passer un peu de temps à cuisiner (les courses, on les fait de toute façon et on peut prendre facilement de nouvelles habitudes). Si cela vous dit de faire cette expérience pas forcément pour vous fixer une limite stricte mais pour prendre conscience de votre budget, pourquoi pas et je serais ravie si vous revenez partager.

Écrit par : Ariane | 09/05/2014

Répondre à ce commentaire

Bien sûr que cela me tente ! En plus de cuisiner avec un appareil photo, je vais ajouter une calculette.
Je pense commencer lundi et je vous tiens au courant.

Écrit par : Menyne | 09/05/2014

Répondre à ce commentaire

Et puis la compote maison n'est jamais la même... Pommes différentes, épices différentes (cannelle, cardamome, vanille, zeste de citron etc.). Oui les épices sont parfois chères mais qui n'en n'a pas dans son placard en train, non pas de périmer, mais de perdre leur goût depuis belle lurette ?! Merci Ariane pour cette aventure intéressante. Je vous suis depuis un moment mais je ne commente pas, mea culpa, c'est réparé !

Écrit par : la pintade aixoise | 23/06/2014

Répondre à ce commentaire

Je devais vous tenir au courant ... et puis, j'ai un peu oublié !
En ce qui me concerne, je n'ai pas réussi le défi. Mes repas quotidiens tournent plutôt autour de 4 euros, 4,50 euros.Si je réduis, je n'appelle plus cela manger équilibré mais s'affamer équilibré.
Je mange très peu de viande/poisson (1 fois par semaine max voire pas du tout) donc ce n'est pas ce qui me coûte le plus cher. Cherchons ailleurs : je mange principalement bio et/ou local mais surtout sans gluten ni lactose. Ce n'est hélas pas par choix mais pour cause d'intolérances et la note est plutôt salée. Même si je cuisine mes p'tits plats tout est plus cher : les laits végétaux, les farines autres que le blé, les margarines végétales, les pâtes (même pas bonnes), les galettes de céréales ... J'ajoute aussi que je grignote pas mal de fruits secs ce qui a un coût non négligeable.
Pour atteindre les 3,50 euros sur toute une semaine, il faudrait vraiment que je me prive de nombreux choses mais je n'aurais pas l'impression de me nourrir. ET les 4,50 euros, c'est en faisant vraiment attention. Aucun extra.
Donc, ce n'est pas si évident de tenir le budget surtout lorsque l'on doit suivre un régime alimentaire particulier.

Écrit par : Menyne | 23/06/2014

Répondre à ce commentaire

@la pintade aixoise oh que oui, c'est meilleur, bien moins cher et anti-gaspi

@Menyne merci beaucoup pour le retour. Ce n'était pas un défi mais plutôt une expérience instructive sur sa façon de manger et de dépenser pour cela, donc bravo de l'avoir fait. Outre les fruits secs, c'est sans doute en effet les différents aliments végétaux que vous achetez qui sont en effet coûteux. Une étape supplémentaire si vous en avez l'envie et le temps, serait de faire davantage vous-même que ce soit des galettes, du pain, ...

Écrit par : Ariane | 26/06/2014

Répondre à ce commentaire

Ah ! mais le pire est que je cuisine beaucoup car les prix du 'tout prêt sans gluten' est vraiment excessif. Je n'achète que très rarement des biscuits ou pain, ce n'est qu'en dépannage. Mais même en cuisinant, le coût des matières premières est très élevées.
Pour les galettes de céréales, je voulais parler des galettes de riz que je prends au p'tit dej. mes galettes de céréales accompagnant mes plats de légumes, je me les prépare toute seule en variant les ingrédients, les épices.
Cela fait maintenant plus de 3 ans que je suis obligée de cuisiner ainsi et s'il est vrai que j'y gagne du côté équilibre alimentaire ... je perds beaucoup du côté du porte-monnaie. Je m'en étais rendu-compte sans me pencher réellement dessus mais cette semaine de calculs m'a vraiment ouvert les yeux sur le prix exorbitants de certains produits donc je ne peux que difficilement me passer.
Le sans gluten, sans lactose est aussi une niche commerciale fort attractive pour les vendeurs qui je suis certaine, en profitent.
Les farines de riz, sarrasin, quinoa, lupin, pois chiche, lentille, pomme de terre ... sont plus chères qu'une farine de blé même bio. Il en est de même pour les laits végétaux.
Je conclue donc que pour une famille à faibles revenus et devant gérer un régime alimentaire spécifique c'est la galère.
En écrivant ce commentaire, je m'aperçois que je suis un peu 'en colère' d'avoir ces intolérances qui m'empêchent de me délecter d'un bon pain de campagne tout chaud et qui en plus me coûte très cher ! Comme dirait Caliméro : 'C'est vraiment trop injuste !'.

Écrit par : Menyne | 28/06/2014

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire