Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/11/2016

Ma trombine à la télé pour parler gourmandise et aussi des rencontres en vrai !

Ce mardi, j'étais invitée de l'émission Les Matins de Paris, animée par Paul Wermus, sur France 3. Ce furent des échanges très sympathiques et j'ai eu un peu le temps, malgré le rythme rapide des questions, de placer quelques idées importantes. Le replay est là (émission du 8 novembre). Ne tardez pas trop !

Wermus.jpg

C'est bien la télé mais si vous avez envie d'échanger en vrai, il y aura deux occasions à Paris prochainement :

- un super petit déjeuner revivifiant Batterie Nouvelle organisé par Christie Vanbremeersch au Wepler place Clichy : c'est mardi prochain 15 novembre de 8h45 à 10h30. Inscriptions ici. IL ne s'agira pas tant de parler du livre que d'un thème qui concerne beaucoup de monde "Ah si j'avais autant de temps que d'idées !"

- une après-midi toute en gourmandise chez Chocolatitudes à l'occasion du dixième anniversaire de cette fabuleuse boutique ouverte par Laurence Alemanno, autour du chocolat, dimanche 20 novembre de 15h00 à 19h00, dans le 14eme.

Alors, vous viendrez ?

20/01/2011

Peut-on manger sain et pas cher ?

J'ai été interrogée par France 3 sur ce thème pour le journal de mi-journée d'hier mercredi 19 (visionnable quelques jours). On a réalisé un reportage sur un marché parisien. Je voulais faire passer quelques idées mais bien sûr, le montage n'a pas forcément gardé ce qui était le plus important pour moi.

soupe celeri 001.jpg

Deux idées de base, qui ressortaient toutefois me semble-t-il (relayés par une consommatrice), pour manger sain, BON et pas cher, c'est :

- cuisiner et non faire appel à des produits tranformés, des plats tout préparés ;

- suivre les saisons des aliments.

Cela présente non seulement des avantages pécuniaires mais aussi gustatifs.

En revanche, j'ai été déçue au global car j'ai trouvé que mon intervention était gâchée par le discours tenu par Serge Hercberg, responsable du PNNS (Programme national nutrition santé) en plateau. Il a affirmé avec certitude qu'il y avait une "fracture alimentaire" selon la catégorie sociale. En fait, il dit, sur la foi d'études (et je ne le conteste pas), que les familles modestes mangent "moins sain" (selon ses critères, c'est-à-dire moins de fruits et légumes, plus gras, plus sucré).

OK pour le constat. Mais quid des causes ? Je suis persuadée que ce n'est pas seulement une question d'argent. On peut relire à ce sujet un billet que j'avais écrit il y a un certain temps. Selon moi, c'est aussi une question d'avoir appris à cuisiner et d'en avoir envie, de prendre le temps pour cette activité en y trouvant un intérêt, d'influence des images de valorisation proposées par la publicité alimentaire, ... C'est donc beaucoup plus compliqué que seulement une question d'euros disponibles dans son portefeuille.

Qu'en pensez-vous ?

 

22/07/2010

Japon et plaisir de manger

A côté de l'alimentation, j'ai une autre grande passion, le Japon.

Et ces deux passions sont liées.

Bien sûr, parce que j'adore la cuisine japonaise, dans toutes ses composantes et je m'en régale assez souvent. Le Japon est un pays au moins aussi passionné de nourriture que la France, les Japonais adorent manger !

Mais aussi, parce qu'il y a une relation entre mon approche de l'alimentation et le Japon.

D'abord, les Japonais sont sûrement plus imprégnés que nous de l'idée de manger avec tous leurs sens. Par exemple :

- ils sont très attentifs à l'aspect visuel : non seulement la présentation des mets mais aussi la vaisselle, et tous les petits détails.

Japon_2009_Tohoku 172.jpg
Comment transformer une simple fève...
P1010814.JPG 
...ou séduire dès l'arrivée avec un porte-baguettes

- ils ont beaucoup plus de mots que nous pour parler des textures des aliments, un aspect essentiel du plaisir gustatif à côté des saveurs et des arômes.

Par ailleurs, la culture japonaise est imprégnée de bouddhisme, qui prône la pleine conscience du moment présent.

Et, pour savourer son alimentation, il faut être attentif à ses sensations et cela signifie être pleinement conscient et attentif au moment où l'on mange.

Ce qui veut dire si possible consommer son repas sans en être distrait par la télé, la radio, l'ordinateur, ...

C'est un des éléments qui contribue à manger l'exacte quantité dont on a besoin car on peut sentir le moment où l'on est rassasié, ce qui est impossible si on mange machinalement. C'est beaucoup plus fiable que de compter les calories !

Et cette attention permet d'avoir un plaisir gustatif maximal.

Je vous reparlerai du Japon prochainement.

Si vous vous intéressez au Japon, ne ratez pas l'émission "Faut pas rêver" sur France 3 demain vendredi 23 et tout le dossier que le site www.toutpourlesfemmes.com y consacre en parallèle, avec interviews, portraits, tourisme, recettes de cuisine, ...

01/07/2010

Stop à la terreur alimentaire !

Lundi soir, France 3 diffusait, dans le cadre de son programme "Pièces à Conviction", une émission intitulée "Assiette tous risques", portant sur un certain nombre de pratiques en matière d'aliments qui rendent nos assiettes suspectes. Pour ma part, je n'ai pas eu de grandes révélations mais c'était concret et argumenté et la vue des saumons malades en Norvège ou les pratiques de certains vétérinaires en matière d'antibiotiques pour animaux faisaient assez froid dans le dos. Et les réponses très "langue de bois" du Ministre face aux questions insistantes de la journaliste Elise Lucet n'étaient pas très encourageantes pour l'avenir.

C'est tout à l'honneur de la télé de lever le voile sur ces situations et de défendre les intérêts du consommateur. Mais je crains que cette dramatisation renforce les angoisses vis-a-vis de l'alimentation alors que celle-ci est quand même globalement plutôt saine. Je crains que l'on se pose trop de questions qui fassent oublier le côté plaisir des repas.  Alors, que finalement, ce n'est peut-être pas si compliqué de bien manger : la conclusion du médecin interrogé en fin d'émission ressemblait à ce que je répète souvent : mangeons varié, local et de saison.

P1010809.JPG
Faut-il arrêter de manger des fraises ? Non ! Mais peut-être pas n'importe quand / n'importe lesquelles

Cela veut dire par exemple :
- privilégier souvent les produits bruts plutôt que les produits transformés (ce qui évite d'avoir à lire des étiquettes !),
- regarder la provenance des aliments, notamment les fruits et légumes, pour donner l'avantage à ceux qui viennent de France. Voire se fournir en paniers de légumes locaux si on a une consommation suffisante.
- manger des aliments de saison, qui seront plus goûteux et moins chers. Et cela garantit une grande variété. Si vous êtes un peu perdus face aux saisons car vous n'avez pas grandi à la campagne (c'est de plus en plus la norme !) et que les étalages ont tendance à proposer un peu tout en toute saison, vous pouvez par exemple vous référer au calendrier des saisons des fruits et légumes du site Fraich'Attitude.

Si vous voulez voir l'émission Pièces à conviction du 28 juin, c'est ici