Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/12/2013

Au revoir novembre, bonjour décembre...

Nouvel épisode de mon récit mensuel que vous avez eu plutôt l'air d'apprécier le mois dernier. Novembre a été un mois bien rempli, comme prévu :

• J'ai participé au congrès du GROS, association dont je fais partie depuis mes débuts dans ce métier. J'ai commencé à vous raconter cela plus en détail ces derniers jours et j'y reviendrai sûrement encore par petites touches car le sujet des peurs alimentaires est vaste.

P1080955.JPG

• Je suis aussi partie à Tours pour assister aux rencontres François Rabelais sur le thème très actuel du "fait maison". Le compte-rendu de ce qui m'a marquée va arriver bientôt, patience !

• J'ai assisté à Paris à un colloque organisé par le FFAS sur le modèle alimentaire français. A suivre aussi, pas le temps de digérer tout cela !

• J'ai animé un atelier en entreprise (cela m'arrive de temps en temps) et été ravie que les personnes apprécient beaucoup mon approche non culpabilisante et me demandent une suite.

• J'ai lancé une réflexion dont je vous avais parlé sur le "french doggy bag" et cela devrait avancer peu à peu. A propos de gaspillage alimentaire, j'ai bien aimé ce livret de conseils pratiques et recettes de France Nature Environnement et ces sympathiques animations de la région Ile-de-France.

• J'ai aimé constater les effets du travail avec une patiente en l'entendant me dire "Depuis que je peux manger des frites quand je veux, j'ai envie de brocolis !"

• J'ai salivé devant le beau reportage de Camille sur les takoyaki que l'on mange brûlants dans les rues d'Osaka, un délicieux souvenir.

• J'ai fait la connaissance virtuelle (peut-être bientôt réelle ?) de "Radio Fanch" qui a un blog passionné et passionnant sur la radio et qui s'est saisi du sujet du pain sur les ondes.

P1070940.JPG

• J'ai aimé ce billet de Geek&Food sur les possibilités de culture de légumes en ville. Vais-je me lancer ?

• J'ai "pâtissé" le 1er novembre avec ce que j'avais sous la main, un délicieux "cake du placard" banane-citron-sésame, une idée de Clea.

• J'ai merveilleusement fêté mon anniversaire chez Kei et l'on s'est régalés de bout en bout de ces délicates créations qui satisfont tous les sens.

P1080888.JPG

Délicate et discrète impro en cuisine après que j'ai lâché l'info...

• Pour mon anniversaire justement, je me suis offert un magnifique livre à lire et à pratiquer, "Japon, la cuisine à la ferme"(éditions Philippe Picquier) : s'y plonger est un délice !

automne,twitter,cuisine,alimentation,recettes,gaspillage,kei,congrès,diététicienne gourmande paris 9eme

• J'ai bien aimé cet autre avis sur La Ruche qui dit Oui à Paris, plus sérieux que le mien 

• J'ai trouvé si juste une phrase de Doris Lessing lu dans l'article de Libération qui lui rendait hommage "Nous qui sommes gavés de nourriture, avec nos placards pleins de vêtements, et qui étouffons sous le superflu" et cela m'a rappelé la "sobriété heureuse" de Pierre Rabhi.

• J'ai aussi adoré cette phrase de Paul Valéry citée par Jean-Philippe Zermati au congrès du GROS : "Ce qui est simple est faux. Ce qui ne l'est pas est inutilisable".

• J'ai lu avec tristesse un article de Caroline Franc Desages pour l'Express sur le "thigh gap", terrible obsession des jeunes filles que j'avais déjà évoqué ou avec effroi cette nouvelle folie dangereuse, le "régime coton". Quand retrouvera-t-on la raison pour s'accepter et apprécier la diversité des corps ?!

• J'ai crié "Vive le goût, stop à l'hygiénisme !" en lisant cet article du Monde magazine sur les fromages.

• Je vous conseille de lire cette réaction de Matthieu Ricard suite à l'attribution du prix mondial de l'alimentation à Monsanto...

• Je me suis intéressée au développement de La Louve, futur supermarché collaboratif à Paris.

En décembre, il y aura de nombreuses rencontres amicales, familiales, festives, gourmandes... et aussi du travail évidemment !

Et vous, qu'est-ce qui vous a marqué(e) en novembre ?

31/10/2013

Au revoir octobre, bonjour novembre

Récemment, j'ai réalisé que je partageais beaucoup de choses lues, vues, échangées, sur twitter, par facilité et parce qu'elles ne méritent pas à elles seules un billet de blog la plupart du temps. Est-ce pour autant normal de vous en priver, vous fidèles lecteurs/lectrices de ce blog ? Alors, un peu inspirée par la newsletter de Clotilde Dusoulier ou les "liens du lundi" de Flo Makanai, je me suis dit qu'une fois par mois (sans doute), je partagerai des informations, des découvertes, des faits du mois passé et vous annoncerai des événements prévus pour le mois à venir. Et ça commence maintenant !

EN OCTOBRE (et un peu en désordre)

J'ai enfin ajouté un moteur de recherche sur le blog (colonne de gauche), qui vous permet de faire facilement des recherches par mot-clé sur un aliment, un sujet, ...

blog_moteur.jpg

J'ai assisté à une conférence de l'Institut Benjamin Delessert sur le thème "Agriculture et alimentation : regards indisciplinés et interdisciplinaires". L'après-midi était animée par le sociologue Claude Fischler qui plaide sans cesse justement pour le partage des compétences, l'échange des savoirs, entre professionnels qui approchent l'alimentation sous divers angles : j'approuve ! Le prix a été remis à un livre que je ne lirai probablement pas car très approfondi, un peu trop pour moi sans doute : Marion Guillon et Gérard Matheron, (INRA/CIRAD) : "9 milliards d'hommes à nourrir – Un défi pour demain". Mais il y a un bon aperçu ici. J'ai apprécié que Marion Guillou insiste sur le fait que chacun est concerné, dans sa façon de manger, de consommer, de gaspiller...

J'ai fait un goûter à la Pascade. Je vous ai déjà dit combien j'apprécie ce lieu pour déjeuner et il y maintenant une délicieuse formule pour un goûter (ou dessert) à deux (voire plus) : 10 mini-pascades sucrées à partager (15 euros).

pascade_gouter_oct13.jpg

J'ai lu une intéressante contribution du sociologue Thibaut de St Pol sur la minceur suite à une publicité américaine très culpabilisatrice qui a circulé sur internet.

J'ai lu avec intérêt et gourmandise cet article sur la chimie du chocolat (et je vous recommande le blog de Carine qui est en train de se reconvertir (encore une !) dans la chocolaterie.

J'ai aimé ce texte de John Lennon partagé sur twitter par "geriroz"

la vie_lennon.jpg

J'ai tremblé devant la belle et forte colère de Floriana qu'elle exprime à travers ses pâtes à l'arrabiata.

J'ai été interviewée par l'Information agricole, le magazine de la FNSEA sur le thème "Une relation apaisée avec la nourriture" (l'article n'est pas en ligne) et j'aime qu'on me qualifie de "diététicienne hédoniste"...

Je ne suis pas écrivain, juste blogueuse mais j'ai trouvé beaucoup d'intérêt à un article sur la difficulté d'écrire, que beaucoup doivent rencontrer

J'ai appris le lancement du  "Think Tank Obésité",  un rassemblement de professionnels sur ce sujet complexe, j'espère qu'ils apporteront sagesse, savoir et avancées.

Je parle souvent du livre de Claire-Marie Best à mes patientes dont le perfectionnisme a des conséquences néfastes. Elle est interviewée ici.

diététicienne paris 9,congrès du gros,anti-régime,plaisir de manger,fait maison,ffas,pascade,rencontres françois rabelais

J'ai pensé que ces fiches consacrées à l'hygiène faites par le Ministère de l'Agriculture peuvent être utiles et nous apprendre des gestes nécessaires.

EN NOVEMBRE

Au programme, sûrement de passionnants échanges et de belles rencontres...

Les 8 et 9, je vais à Tours assister aux Rencontres François Rabelais sur le thème du "Fait maison".

Les 14, 15 et 16, je participe au congrès du GROS (Groupe de réflexion sur l'obésité et le surpoids). Thème de cette année : "Les peurs alimentaires. Je mange donc j'ai peur. J'ai peur donc je mange". Vaste sujet ! Cette année, il y a en particulier une conférence grand public gratuite le samedi 16 novembre matin : inscrivez-vous si vous êtes intéressé(e) ! Pour ma part, j'animerai le 15 un atelier pour des diététicien(ne)s : "Comment ne plus prescrire de régimes ?".

diététicienne paris 9,congrès du gros,anti-régime,plaisir de manger,fait maison,ffas,pascade,rencontres françois rabelais

Bon, je vois que je suis plutôt bavarde... Merci d'avance de me dire si cela vous intéresse et éventuellement quoi en particulier.

 

11/09/2013

Hippie, moi ? Non mais fan du granola de Woodstock !

Dans les années 70, j'étais fort jeune mais j'ai porté des pantalons pattes d'eph comme beaucoup. Et aussi des foulards indiens multicolores. Je me souviens très bien de ma découverte de Woodstock-le film intégral au ciné-club de mon lycée quand j'avais 13-14 ans. Je me souviens aussi d'un petit pélerinage dans le quartier hippie Haight-Ashbury à San Francisco des années plus tard. Ce doit être à peu près tout ce qui constitue mon "histoire hippie" !

Mais j'ai quand même eu envie d'acheter le petit livre "Peace 'n' food" d'Elsa Launay. Je me suis régalée de ses sympathiques commentaires avant de me plonger dans les recettes souvent appétissantes. Et, en hommage à mes jeunes années, j'ai fait le "granola de Woodstock", dont j'ai découvert l'histoire dans le livre : un granola devenu quasi-mythique puisqu'il aurait permis de nourrir 400 00 fans affamés. 

woodstock,peace and food,elsa launay,petit déjeuner,états-unis,amérique,hippies

Cela faisait longtemps que je repérais des recettes de granola deci-delà* mais il fallu cette anecdote pour que je me lance enfin. Celui-ci contient des flocons d'avoine (flocons 5 céréales pour moi), des amandes, des noix, du miel, du sésame, de l'huile de colza. Rien de compliqué, il suffit de mélanger, d'étaler, de cuire, de retourner à mi-cuisson. Résultat doré et croquant, un peu trop sucré à mon goût, je pourrai sans doute diminuer le miel la prochaine fois.

woodstock,peace and food,elsa launay,petit déjeuner,états-unis,amérique,hippies

Avec quelques fruits et du yaourt, ce fut en tout cas délicieux ! 

woodstock,peace and food,elsa launay,petit déjeuner,états-unis,amérique,hippies

Peace 'n' Food, d'Elsa Launay, éditions Alternatives

 

*Quelques pistes chez Clea, Clotilde, Marcia...

26/08/2013

Replongeons-nous dans nos "vieux" livres de cuisine (épisode 1 : Chocolat & Zucchini)

Je me souviens du plaisir que j'avais eu il y a quelques années à la découverte et la lecture du livre de Clotilde Dusoulier, Chocolat & Zucchini. J'avais aimé le ton, les recettes, les conseils, la gourmandise. J'avais envie de quasiment tout goûter ! J'en ai réalisé beaucoup de plats au fil du temps.

Mais ces dernières semaines, plongeant dans ma bibliothèque culinaire, je me suis rendue compte que je l'ouvrais moins souvent ces derniers temps. Peut-être parce que, comme beaucoup, j'ai de multiples sources de recettes, papier ou numériques.

Peut-être aussi parce que je sens qu'il ne correspond plus tout à fait à la cuisine que pratique Clotilde aujourd'hui : il me semble qu'elle est devenue nettement plus bio-flexitarienne. Du coup, son blog propose un peu un autre type de plats. Ce que semble confirmer son dernier livre en anglais (dont on verra j'espère bientôt la traduction : il paraît que c'est en bonne voie) : il propose des recettes végétariennes (je l'ai juste feuilleté, je suis paresseuse, je préfère les recettes en français !).

livres de cuisine,clotilde dusoulier,chocolat & zucchini,été,tomates,sandwich,salade,recettes de cuisine,flexitarienne

Toujours est-il que j'ai profité de la saison pour :

- découvrir une recette quasiment du placard que je n'avais jamais faite : du pain perdu aux tomates et parmesan, qui nous a ravis pour un dîner dominical.

livres de cuisine,clotilde dusoulier,chocolat & zucchini,été,tomates,sandwich,salade,recettes de cuisine,flexitarienne


- me préparer un délicieux sandwich sardine-tomate (cette fois conforme à la recette) que j'ai savouré pour un tranquille déjeuner ensoleillé ;

livres de cuisine,clotilde dusoulier,chocolat & zucchini,été,tomates,sandwich,salade,recettes de cuisine,flexitarienne

- refaire pour un autre déjeuner une salade que j'adore : poulet-pêches-noisettes ;

livres de cuisine,clotilde dusoulier,chocolat & zucchini,été,tomates,sandwich,salade,recettes de cuisine,flexitarienne


Et vous, replongez-vous parfois dans vos livres de cuisine plus ou moins anciens ?

PS : décidément, beaucoup de recettes de Clotilde au programme ces derniers jours, j'ai aussi fait et adoré sa recette de chakchoukaultra-parfumée publiée sur son blog il y a quelques jours.

livres de cuisine,clotilde dusoulier,chocolat & zucchini,été,tomates,sandwich,salade,recettes de cuisine,flexitarienne

29/07/2013

Rosanjin, ou la quintessence du gourmet japonais

Il y a quelque temps, j'avais reçu l'information qu'une exposition sur le céramiste, cuisinier, esthète et gourmet japonais Rosanjin Kitaoji (1883-1959) était prévue au Musée Guimet. Fan de cuisine et de Japon, c'était forcément une expo pour moi. Un joli article dans le magazine Wasabi me conforte dans cette idée, avec notamment cette belle et si juste expression pour le qualifier : "l'homme qui voulait manger la beauté".

japon,rosanjin kitaoji,musée guimet,exposition,cuisine japonaise,vaisselle japonaise,club des gourmets

Je m'apprêtais donc impatiemment à me rendre à cette exposition quand j'ai reçu une invitation du Musée Guimet à la visiter. Ça, c'est bien ciblé !

Me voilà donc partie un lundi matin (le privilège de l'indépendante qui organise son temps librement !) pour le Musée Guimet. L'exposition est plutôt calme et c'est propice à la contemplation des oeuvres. Rosanjin disait "la vaisselle est l'habit de la cuisine" et l'exposition nous montre de très belles pièces : magnifiques et gigantesques "saladiers", bols, flacons de sake, vases, plats divers, avec beaucoup qui sont de grande beauté. Il y a aussi d'amusantes animations multimédia visant à mettre la vaisselle en situation.

japon,rosanjin kitaoji,musée guimet,exposition,cuisine japonaise,vaisselle japonaise,club des gourmets

Au Japon, il n'y a pas vraiment de distinction entre artiste et artisan et ces derniers sont considérés avec beaucoup de respect. On avait même proposé à Rosanjin de devenir "trésor national vivant", la récompense ultime dans ce pays. Mais il l'a refusée.

Il accordait la plus haute importance au monde de la cuisine, de la vaisselle et du goût.  Il a ainsi dit, phrase reprise sur un mur de l'exposition : "Grave dans ton esprit qu'un monde si profond et si nécessaire, le monde du goût, existe". Et la cuisine était matière noble pour lui, ce qui ravira sans doute quelques gastronomes ou chefs et c'est d'ailleurs si juste : "La cuisine, tout en prenant comme matière la nature et en satisfaisant le désir le plus primitif des êtres humains, sublime ce savoir-faire au niveau de l'art ".

japon,rosanjin kitaoji,musée guimet,exposition,cuisine japonaise,vaisselle japonaise,club des gourmets

La visite est donc un régal pour les yeux. Je dis souvent à mes patients qu'on mange avec tous les sens et notamment avec les yeux. L'aspect, la présentation, l'harmonie visuelle des mets et de la vaisselle ne sont donc pas à négliger car c'est notre premier contact avec un plat : les Japonais y accordent une grande importance et, parmi eux, Rosanjin a mené une recherche intense et globale. Du coup, il y a dans cette visite une légère frustration par rapport à ce que l'on nous décrit du personnage  : on aimerait en savoir plus sur la façon dont il animait son restaurant "club des gourmets", en voir une reconstitution, avoir des informations sur les plats servis, voire en goûter peut-être. Pourquoi la "cafête" du Musée ne s'adapterait-t-elle pas de temps en temps aux expos avec des menus dédiés dans un forfait expo-repas ? Bon, sans doute une question de temps (l'exposition a été conçue visiblement dans un délai court) et de budget... Je sais qu'il y a eu quelque événements en lien avec la Maison du Japon mais seulement sur un ou deux jours (et je n'étais pas là !).

Quoi qu'il en soit, si vous aimez le Japon, la vaisselle et les arts de la table, la gastronomie, vous devriez trouver de l'intérêt à cette visite. A noter que le Musée propose toute une "Saison japonaise" avec plusieurs expositions et accrochages qui justifieront une nouvelle visite.

Je vous signale aussi un délicieux recueil de textes, réunis et commentés par la japonaise Ryoko Sekiguchi, "Le club des gourmets et autres cuisines japonaises" (j'avais adoré le petit livre "Manger fantôme" de cette auteur).

Exposition au Musée Guimet jusqu'au 9 septembre

Merci au Musée Guimet pour l'invitation et les visuels :

Bols laqués aux motifs de soleil et de lune - Collection privée photo Sotaro Hirose © DR

Bol à motifs de fleurs de cerisiers et feuilles d’érable rouges - Collection privée photo Sotaro Hirose © DR

22/07/2013

Ralentir, c'est au programme ? (j'ai lu Elle pour vous !)

Samedi matin, de retour matinal de la piscine, j'avais envie d'un peu de lecture-détente. Direction le kiosque à journaux. Je tombe là sur la couverture de Elle et le titre "marcher, manger, méditer". Comme cela est proche de mon propre programme de vacances (en ajoutant l'indispensable "nager"), j'ai été tentée de l'acheter. Cela m'arrive très occasionnellement car vous savez si vous me lisez que ce magazine ne me passionne vraiment pas.

elle_jul2013.jpg

Le titre cité faisait référence à un article sur les vacances vantant les bienfaits de la pause, de la lenteur, du calme via ces activités assez dans l'air du temps : ce n'est pas moi qui vais les contredire (même s'il me paraît plus essentiel encore d'intégrer cela dans son quotidien...) ! Marcher, oh oui, sur la plage, en ville, en montagne, dans la verdure ou pas, c'est forcément ralentir, retrouver son rythme et pas besoin de se lancer dans un pèlerinage ! Méditer, ce n'est pas forcément à prendre au sens propre mais c'est déjà réapprendre à se poser, à ne rien faire, à accepter le silence et ne pas être dans l'action permanente. Quant à manger, il s'agissait plutôt de jeûner dans l'article ! Alors que ralentir, ce peut être prendre le temps de cuisiner, savourer les mets avec tous ses sens... Au-delà de ce papier, comme d'habitude, si je ne parviens pas à aimer le ton général du magazine, j'ai picoré quelques informations.

Coté gourmandise, si vous ne programmez pas de jeûne, il y a notamment :

- quelques conseils appétissants et simples de Christophe Moret, le chef du restaurant Lasserre, par exemple une boisson pour décliner ma traditionnelle citronnade : il y ajoute verveine, gingembre et citronnelle ; ou une salade de poulpe qui me donne bien envie de tenter de cuisiner ce drôle d'animal.

- les "dips de l'été", ces sauces dans lesquelles on trempe des bâtonnets de légumes, brochettes, ... Il y a par exemple un "avocat à la japonaise" pour lequel on mixe avocat, algues nori, sésame, sauce soja, jus de citron qui paraît amusant pour accompagner des crevettes ou tartiner un sandwich au saumon fumé.

Dans ce numéro, il y avait aussi quelques éclairages sur comment "Bien vieillir". Une psychanalyste affirme ainsi que c'est une question d'harmonie et qu'"on ne peut bien vieillir qu'en aimant sa vie ". Je suis peut-être bien partie alors ! Cela résonne avec les propos d'un sociologue : savoir qui on est et ne pas se conformer au discours standard sur le bien vieillir. Il s'agit aussi d'être de dialoguer avec son corps, en prendre soin mais aussi de rester en mouvement dans sa tête, ouverte au changement. Beau programme !

Côté minceur, le magazine ne craint pas le grand écart entre un article préoccupé sur le "thigh gap" (l'écart entre les cuisses) (phénomène déjà évoqué sur internet, dernier avatar de la folie de la minceur, nouveau graal des jeunes filles en désamour avec leur silhouette), et les images d'extrême minceur qui constituent la quasi-totalité des visuels page après page...

Et vous, lecture de Elle ou pas, qu'avez-vous prévu pour une pause estivale ?

10/06/2013

Mode, mannequins, minceur, maigreur : quand changera-t-on de modèles ?!

Les mannequins, forcément, vous en voyez. Dans les pages de magazines, les publicités, sur les affiches, dans les comptes-rendus des défilés. Et au-delà de la mode, certaines deviennent des vedettes, des actrices, chanteuses. Cette personnalisation est assez récente comme le montrait une intéressante exposition qui est encore à voir quelques jours à la Cité de la Mode. Même si vous n'êtes pas accro à la mode, leur silhouette s'imprime inconsciemment dans votre rétine. 

Au départ, était le porte-manteau. Puis la mannequin sans tête donc anonyme (démarche reprise aujourd'hui par certains sites de vente de vêtements). Et c'est ce besoin de "femmes porte-manteaux" qui a conduit de nombreux couturiers peu à peu à privilégier des femmes très minces sans beaucoup de formes qui ne faisaient que porter/mettre en valeur les vêtements.

Donc, rien a voir avec la vraie vie. Sauf que peu à peu, ce type de femmes a investi la publicité, les pages des magazines féminins, les sujets mode et elles sont aussi devenues de plus en plus maigres. Sans compter les retouches tellement facilitées par l'ordinateur, devenues systématiques.

Vous pensez peut-être que ce n'est pas un problème, que tout le monde fait la différence avec les "vraies" femmes, celles qu'on voit dans la rue dans toute leur diversité. Pas si sûr... J'avais été ainsi étonnée lors d'un atelier que j'avais animé pour des ados de constater que cette extrême maigreur, elles la qualifiaient de minceur voire de normalité. Et, à partir de là nait souvent l'envie de se conformer à cette pseudo-normalité et donc le refus d'accepter son propre corps, sa silhouette si elle s'éloigne de cette norme. D'où la course au régime, à la restriction alimentaire, .... 

Qu'en est-il du rôle des magazines, qui présentent largement à la fois des campagnes de publicité et des pages de mode, toujours avec des mannequins mincissimes. Ils ne doivent pas se sentir complètement innocents... L'année dernière, j'avais été intéressée par la démarche annoncée en fanfare par Vogue, un pacte en six points, déclarant que désormais les magazines travailleraient avec "des mannequins en bonne santé", refuseraient d'encourager les marques recherchant des mannequins extrêmement minces, ...

Pour suivre au plus près leur changement, je suis allée jusqu'à m'abonner... Quelle tristesse ! D'abord, j'ai rarement vu un magazine aussi rempli de pubs, il faut quasiment chercher à la loupe le rédactionnel ! Ensuite, pas trace du moindre changement de silhouette des mannequins : imaginons qu'il soit difficile d'influencer les campagnes de publicité. Mais leurs propres clichés ?!!! En voici un petit échantillon. A moins qu'on diverge sur la notion de "extrêmement mince"... ?

minceur,maigreur,corps des femmes,mannequin,mode

Bref, pure intox !

Certes, on commence à voir quelques ébauches de diversification des silhouettes. Enfin, diversification est un grand mot : des femmes rondes de temps en temps mais quasiment jamais des femmes "normales", celles qui sont la majorité ! Et je me demande s'il n'y a pas une dimension socio-économique dans ces initiatives : ainsi, c'est H&M qui montre des femmes rondes pour sa dernière collection de maillots de bains, pas une marque de luxe... Sans doute cela signifie-t-il que H&M a compris l'intérêt marketing de donner à voir à ses clientes potentielles des modèles qui leur ressemblent davantage...

Mais mon souhait n'est pas que l'on remplace les maigres par des rondes à tout prix. Ce que j'aimerais, c'est que l'on accepte et que l'on montre la DIVERSITE des corps ! Je ne suis bien sûr pas la seule dans ce cas, une collègue québecoise a écrit récemment un intéressant billet à ce sujet. Le magazine Psychologies avait lancé une campagne, mais quel effet ?

Une très bonne émission Service Public de France Inter a aussi traité le sujet à l'occasion de l'exposition Mannequins.

Et vous, que pensez-vous de l'influence de ces images sur notre envie de corps mince et parfait ?

A relire : les 3M : morphologie-métabolisme-minceur

Photos droits réservés Vogue

01/06/2013

Repas hors saison pour temps hors saison (mangeons des féculents !)

Dimanche dernier, le temps parisien n'était pas clairement printanier... L'occasion de faire un repas hors saison ou intemporel : pas d'aliment de saison au menu, un plat assez festif sans raison (pourquoi en faudrait-il toujours ?).

Soit une salade de lentilles au foie gras, avec des ingrédients de choix : des lentilles locales, de la Brie, saveur d'Ile de France, que j'avais trouvées au Salon de l'Agriculture ; du foie gras Dupérier,déjà goûté et apprécié.

P1070794.JPG

 

Cela fut fort plaisant, on a aussi mangé un peu de foie gras avec du pain de seigle au miso, accord réussi.

P1070797.JPG

Le lundi, comme j'avais toutes sortes de restes, j'ai eu l'idée de faire une salade improvisée pour mon bento, une salade "fuzitu" avec : des petits dés de carotte et de concombre, de fines lamelles de courgette, des lentilles, des petits pois, de la salade, du saumon émietté, de la tomate, de la ciboulette. Un improbable régal et de la vraie cuisine domino !

P1070798.JPG

A propos notamment de lentilles et de comment varier les féculents, j'ai été interviewée mardi par Sud Radio. C'est écoutable quelques jours ici (émission du 28/05, séquence féculents au bout de 20 minutes environ). Car, combien de fois faudra-t-il le répéter, beaucoup de personnes, surtout des femmes, n'en mangent pas assez par peur de grossir.

 

22/05/2013

Quelques lectures du moment...

De temps en temps, j'ai envie de partager des lectures. Puis le temps passe, j'oublie. Cette fois, j'y ai pensé et ce sont des lectures mi-perso mi-pro tellement les deux sont liés dans ce métier qui me passionne.

P1070667.JPG

J'ai découvert avec intérêt et gourmandise la nouvelle revue (ou plutôt "mook", ce nouvel objet écrit, mi magazine-mi livre) 180°C (nom qui fait référence avec une température usuelle du four) : beau papier, superbes photos, absence de pub (tout cela expliquant un prix vraiment élevé). J'ai beaucoup aimé les articles consacrés à des passionnés du domaine alimentaire, cultivateurs isolés de pommes de terre ou dynastie boulangère... Mais j'en aurais aimé davantage, et moins de recettes, car ces dernières, on en trouve tellement facilement ailleurs. J'ai l'impression que ce sont plutôt des reportages et découvertes originales et au long cours, des hommes et femmes qui se cachent derrière nos aliments, qui peuvent vraiment être un élément de différenciation. Et j'ai trouvé l'ensemble pas tout à fait assez étoffé pour ce qui se voudrait à mi-chemin d'un livre. J'attends le numéro 2...

P1070668.JPG

P1070672.JPG

P1070669.JPG

Dans un tout autre registre, j'ai eu le plaisir de découvrir le livre de l'hyper-actif Dominique Dufour, auteur du blog du freelance : Jesuisfreelance.com. C'est une mine de conseils pratiques et concrets pour mieux utiliser les réseaux sociaux quand on a une activité indépendante (mais beaucoup seraient sûrement utiles à d'autres). En le feuilletant, j'y ai déjà glâné des idées, des astuces et ce n'est pas fini. Dominique m'avait interviewée pour ce livre, à propos de la Minute Gourmande, inspirée par sa "Minute du freelance". Minute Gourmande qui s'était d'ailleurs un peu endormie mais qui vient de revenir.

En pleine résonance avec mon activité, j'avais acquis il y a quelque temps le passionnant livre "Manger en pleine conscience" du Dr Chozen Bays, ouvrage canadien qui applique la pratique de la pleine conscience (être pleinement à ce qu'on fait/à ce qu'on vit) à la nourriture. Une mise en pratique qui peut transformer la façon de manger en proposant une meilleure compréhension de sa façon de manger et un entraînement régulier à manger en conscience. Le livre vient de sortir en édition française avec une autre couverture et augmenté d'un CD d'exercices.

Côté magazine, un intéressant numéro spécial de Sciences et Avenir : "Bien manger, la santé par la naturel". Cela pourrait sembler être du bobo bio avec ce sous-titre mais pas du tout, c'est une vision globale, scientifique mais tout à fait accessible de notre alimentation actuelle et ça parle goût, terroir, non-régime, plaisir de manger... (je l'ai lu dans le train avec un numéro de Neon, magazine qui m'accompagne souvent dans mes voyages).

P1070626.JPG

Et vous, vous avez envie de partager quelques belles lectures ?

08:14 Publié dans Livres & medias | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook | |  Imprimer

02/04/2013

France 2 ce soir, pour en finir avec les régimes, enfin j'espère !

Je ne suis pas sûre que ce soit vous qui soyez les plus à convaincre si vous lisez ce blog. Mais il reste tant d'autres personnes qui se laissent, année après année, convaincre qu'elles atteindront enfin le poids et la silhouette de leurs rêves après un n-ième régime. Avec, quasiment toujours, la déception à la clé. Et autres conséquences physiologiques et psychologiques pas du tout mineures.

Il n'y a certes pas que moi qui le dit et ce sera aussi le thème de l'émission Infrarouge ce soir sur France 2. Je ne l'ai pas vue mais j'ai plutôt l'impression qu'il s'agit de critiquer les régimes et tout le business associé. Et il y a la participation, que j'espère pas trop microscopique, de Jean-Philippe Zermati, Président du GROS. Peut-être une émission un peu dans le style de celle qu'avait consacrée Canal + au même sujet l'année dernière.

Et en attendant ce soir, une initiative originale, il y a un blog en lien avec l'émission, animé par le Pfr Jean-Michel Lecerf (oh, on aurait pu me demander mais je ne suis pas médecin et je n'ai pas écrit de livre, alors ma crédibilité... ;-)) et aussi une page Facebook.

Alors, si vous connaissez des personnes à sensibiliser au sujet, merci de partager l'info ! 

régimes, minceur, surpoids, régimes : la vérité qui dérange, france 2, infrarouge, documentaire, jean-michel lecerf, les régimes font grossir, comportement alimentaire, cercle vicieux des régimes

Quand cessera-t-on de (faire) croire que toute femme peut avoir cette silhouette imaginaire ?!

La bande annonce de l'émission

Pour mémoire le site du GROS pour l'alternative aux régimes

Et moi, j'ai écrit beaucoup sur le sujet, par exemple Maigrir sans régime après des régimes récit d'une intervention où je succédais justement à Jean-Michel Lecerf ou mon approche en 4C.

Alors, vous êtes d'accords, plus jamais de régime ?
 

Visuel © diavolessa - Fotolia.com