Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/09/2014

Le coing, début réussi, merci Clea !

Le coing, je crois que j'en avais assez rarement mangé. Quelques rares fois dans des plats, très occasionnellement de la pâte de coing ou de la gelée. Jamais dans ma famille, jamais acheté. Mais Monsieur est très fan. Alors, quand j'ai vu le nouveau livre de Clea, je me suis précipitée pour l'acheter : de quoi nous faire plaisir à tous les deux : la rhubarbe pour moi, le coing pour lui. Comme on est ouverts et tolérants, on accepte aussi les préférences de l'autre ! Et les recettes de coing font saliver...

coings,fruits d'automne,clea cuisine,gateau aux coings

Je prévoyais donc de découvrir la cuisine du coing à l'automne d'ici quelques semaines. Et voilà que samedi, passant à l'Epicerie Générale, lieu chic et bio nouvellement installé tout près de mon cabinet (pour le possible malheur de mon portefeuille..), je vois des coings. Et aussi des petites poires Louis Bonne dont "Mingou Mango" avait parlé et des kiwaïs que je découvre avec gourmandise, c'est délicieux.

coings,fruits d'automne,clea cuisine,gateau aux coings

Emportée par mon élan, j'ai eu envie de préparer deux desserts différents, servis en petite quantité. N'ayant pas vraiment anticipé, j'ai choisi deux recettes réalisables avec les moyens du bord :

- un tout simple gâteau aux coings, recette du blog (j'ai à peu près suivi la recette, mais avec des petites variations d'ingrédients, de l'huile d'olive à la place de la margarine et un petit tiers de farine de sarrasin en complément de la farine de blé.

coings,fruits d'automne,clea cuisine,gateau aux coings

- des coings farcis au croustillant de noisettes, recette très appétissante du livre (croustillant avec noisettes, pâte de noisette, flocons de céréales...) (euh, résultat pas très photogénique !).

coings,fruits d'automne,clea cuisine,gateau aux coings

Les coings manquaient un peu de goût ou de mûrissement mais c'était globalement très bon et je compte bien multiplier les essais avec ce fruit. Merci à Clea pour les conseils d'épluchage, parfaits, et pour son inspirante gourmandise.

Qui a dit qu'il n'y avait que les fruits d'été ?!

23/09/2014

Ni Cru Ni Cuit, en livre ou conférence, passionnant !

Ni cru ni cuit, cela peut paraître un peu bizarre non ? Eh bien pourtant, cela existe, ce sont les aliments fermentés.

Un jour, je découvre chez mon libraire, un livre avec cet étrange titre, Ni cru ni cuit, au rayon culinaire. Il est imposant, je le feuillette et il m'apparait tout de suite passionnant car jetant un regard transversal et international sur ces aliments. Je m'en empare et je découvre que c'est l’œuvre de la journaliste-auteur culinaire Marie-Claire Frédéric. Elle a décidé de s'intéresser à cette catégorie alimentaire largement laissée de côté en termes d'études alors qu'elle est omniprésente dans notre alimentation, et même de se passionner pour elle.

livre.jpg

Je ne sais plus trop quand et comment cela a commencé mais je suis en contact avec Marie-Claire Frédéric via Facebook (eh oui, cela est quelquefois utile !) depuis un certain temps, on se lit, on échange et j'ai l'impression qu'on partage beaucoup d'idées sur l'alimentation et la cuisine saines et gourmandes. Elle a un joli blog, Du miel et du sel, où elle prend le temps d'expliquer avec précision recettes, usages et traditions culinaires.

A l'occasion de la sortie de son livre et pour le prolonger, elle a lancé un autre blog, Ni cru ni cuit, où elle explore le monde ses aliments fermentés, expérimente de nombreuses recettes, donne moult conseils.

Tout cela me donnait très envie de la rencontrer mais elle vit dans un petit village loin de Paris. Par chance, elle donnait il y a quelques jours une conférence au Musée du Quai Branly (eh oui, la nourriture, c'est de la culture !) autour de son livre. J'ai ainsi le plaisir de la rencontrer brièvement et de l'écouter. C'était passionnant !

Marie-Claire Frédéric a d'abord souligné que ces aliments fermentés, même si on ne les identifie pas en tant que tels, font vraiment partie des basiques de notre quotidien : pain, fromage, yaourt, jambon, cornichons, olives, anchois, chocolat, vin, bière, café et tant d'autres.

Elle a mis en relief les différentes dimensions de ces aliments puisqu'elle a fait un travail pas seulement culinaire mais historique, géographique, anthropologique, sociologique...

1. Des aliments fermentés

C'est cette caractéristique qui les rassemble : la fermentation, c'est la transformation par des micro-organismes (bactéries, levures, moisissures) pendant l'élaboration. Cela peut vous paraître moyennement appétissant à première vue mais ce sont ces organismes qui ont un effet quasi-magique et nous permettent de nous régaler...

2. Des aliments identitaires

Ils représentent le goût du pays natal et sont ceux dont on a la nostalgie quand on quitte son paye ou qui nous manqueraient le plus. Ainsi, selon une enquête, ce sont le pain et le fromage qui manqueraient le plus aux Français s'ils quittaient la France.

3. Des aliments universels

Toutes les traditions culinaires dans le monde ont leurs aliments fermentés. L'INRA en répertorie plus de 3000. Ils varient selon le climat et les matières premières disponibles mais sont partout. Du kimchi coréen au miso japonais, de la choucroute au nuoc-man... Mais ils ont un point commun à tous : partout, affirme Marie-Claire Frédéric, ils sont l'aristocratie des aliments. Ils font l'objet de croyances, de superstitions, de précautions lors de la fabrication, longtemps jugée mystérieuse, avant que Pasteur n'explique le phénomène.

4. Des aliments anciens

Il n'y a pas de certitude sur l'apparition des aliments fermentés mais on trouve leur trace dans nombre de civilisations anciennes, à travers des jarres, ... Il y avait déjà de la sauce poisson fermentée chez les Sumériens 3000 ans avant Jésus-Christ. Et, bien avant, il y a des centaines de milliers d'années, il est même possible que le fermenté soit arrivé avant la cuisson et ait permis une évolution de la dentition humaine (la taille des molaires), qui avait moins d'efforts à faire... Les boissons fermentées ont précédé les premiers foyers d'agriculture. On a retrouvé par exemple une boisson fermentée dans une tombe chinoise datant de 7000 ans avant Jésus-Christ, et elle était plutôt sophistiquée, faite à base de riz, raisin, miel et aubépine.

010.jpg

Le plus vieux pain du monde répertorié, qui aurait 5700 ans

5. Des aliments civilisateurs

Aussi étonnant que cela puisse paraître, ce serait pour réaliser des boissons fermentées que l'homme se serait mis à domestiquer les céréales. Chaque civilisation a la sienne : blé, orge, riz, maïs, sorgho mil, et en a tiré une boisson. On ne sait pas ce qui est arrivé en premier, la bière ou le pain mais la bière alors était très nourrissante, une sorte de "pain liquide". Ainsi, les ouvriers des Pyramides étaient rémunérés en bière.  

6. Des aliments sacrés

Partout, ces aliments fermentés participent aux rituels religieux, que ce soit le pain et le vin dans la chrétienté, le thé en Mongolie, le beurre au Tibet, ...

011.jpg

7. Des aliments sociaux

Ces aliments sont au cœur des pratiques communautaires, participent à la convivialité et aux échanges. Cela peut être la fabrication qui se fait en groupe : on a vu une photo d'une foule en train de préparer le kimchi en Corée. Idem pour la choucroute en Alsace. Ou bien sûr la consommation : on festoie en Suède pour consommer le très odorant Surströmming (hareng fermenté longuement), ... Ce sont des aliments précieux qu'on se doit de partager quand on reçoit, car on offre ce qu'on a de meilleur.

8. Des aliments bons pour la santé

On vivrait plus longtemps et en meilleure santé en consommant des aliments fermentés. Marie-Claire cite Jeanne Calment et son verre de porto quotidien en souriant. Mais elle garantit surtout que ce sont des aliments parfaitement sûrs, aux qualités nutritionnelles supérieures à celles des aliments frais. Et ils sont bons pour notre microbiote intestinal.

Tout cela était passionnant et est largement plus développé dans le livre que dans la conférence, avec également des recettes.

Là où le livre ne relève pas que de la recherche mais s'apparente un peu à une croisade, c'est que Marie-Claire Frédéric est inquiète pour ces aliments dans un monde où l'hygiénisme tend à triompher. Elle explique que paradoxalement, c'est au moment où l'on a décrypté et compris leur rôle, jusque-là mystérieux, grâce à Pasteur, que l'on s'est mis à en avoir peur et donc à lutter contre en aseptisant tout. A cela s'ajoute la volonté des industriels de standardiser la production par souci d'économie, ce qui va à l'encontre de la fermentation dont le résultat est chaque fois différent.

Je ne peux qu'être d'accord avec elle. Si une certaine dose d'hygiène est bien sûr nécessaire, trop d'hygiénisme est dangereux car, en aseptisant tout, on met en danger ces micro-organismes (présents également par milliards dans notre système digestif) et leur fabuleux travail, les aliments fermentés et par là même, la santé et la culture humaines. Marie-Claire Frédéric a toutefois conclu sur une note d'optimisme relatif car elle observe, avec le développement d'un mouvement écolo-locavore, un renouveau de la fermentation.

Et vous, quels sont vos aliments fermentés favoris ? Pratiquez-vous la fermentation de certains produits ?

 

05/09/2014

Ni soleil ni Sud mais Provence dans l'assiette !

La deuxième quinzaine d'août a majoritairement vu un temps parisien mitigé. Mais ce n'est pas une raison bien sûr pour que l'assiette soit triste. On a eu des envies de Sud, de Provence, de plats familiaux ou traditionnels. Et on s'est bien régalés ! Au programme :

- des légumes farcis (tomates et courgettes) comme les faisait la "mamma", que Monsieur s'emploie à refaire aussi bons. C'est la recette familiale et pour ce plat, comme pour bien d'autres, chaque famille a sa recette. Ainsi, celle que Camille raconte sur son blog n'a pas grand chose à voir mais est sûrement succulente aussi.

P1100584.JPG

- pour ma part, je n'ai pas de souvenirs familiaux de la sorte, j'emprunte parfois ceux de Monsieur ou cette fois,  je me suis inspirée du livre d'Esterelle Payani, Cuisine de Provence, qu'elle m'a très gentiment offert. J'y ai pêché :

P1100588.JPG

- un tian d'aubergines (aubergine, tomate, oignon) très réussi,

provence, été, cuisine du sud, légumes farcis, esterelle payani, tian de légumes, bohémienne, recettes familiales

P1100595.JPG

- une bohémienne aubergine-tomate (rien à voir avec la ratatouille !) qui a fait mes délices plusieurs jours de suite, chaude, froide, en tartine, en bento-salade avec quinoa, lentilles...003.jpg

Et j'ai bien envie aussi de me lancer dans la soupe au petit épeautre, d'attendre l'automne pour un tian de courge et de riz cette fois... Et pourquoi pas une tourte de blettes ?

Et vous, vous aimez, vous pratiquez la cuisine provençale ?

01/07/2014

Au revoir juin, ça y est c'est vraiment l'été !

En juin, après notre court séjour toscan, il a fallu se remettre dans le rythme parisien. Il y eut beaucoup de consultations, l'animation d'un atelier en entreprise, un colloque à Lille, une formation... mais aussi beaucoup de moment amicaux, gourmands, joyeux.

Côté amicale convivialité :

J'ai eu le plaisir d'une balade fort agréable à Versailles avec le trio de blogueuses que j'ai toujours grand plaisir à retrouver, Corinne, Gaëlle et Sophie (Corinne est versaillaise, a créé un blog très lu sur la ville et nous en a fait découvrir des recoins méconnus).

J'ai goûté avec des amis de longue date et il y avait un très bon cheesecake maison.

blog diététicienne

J'ai retrouvé avec bonheur Sandrine et Frédérique et on a découvert le BAT : beau plat d'encornets au chorizo et envie d'y retourner le soir goûter les tapas.

blog diététicienne

J'ai savouré un délicieux déjeuner en terrasse aux Philosophes, avec deux belles dames, Béatrice, coach et hypnothérapeute, et Fiamma, auteur de BD drôles et intellligentes. Il y avait un dessert frais et japonisant (la présence de gelée dont raffolent les Japonais en été) à la pêche qui m'a ravie.

blog diététicienne

J'ai participé à un déjeuner d'"entrepreneuses" chez Hélène, qui nous avait concocté un repas simple et délicieux, avec notamment une tarte aux blettes (elle achète ses légumes chez le célèbre Joël Thiébaut et cela n'est pas ruineux dit-elle !).

blog diététicienne

J'ai découvert les nouveaux petits déjeuners "Batterie nouvelle" destinés à booster notre créativité de la délicieuse Christie et ça tombe bien, ça se passe au Wepler, place Clichy, tout près de chez moi. J'aime ces moments d'échange bienveillant dont je ressors toujours avec des idées, des envies.

J'ai passé un moment à la plaisante et colorée soirée Fraich'Pop, organisée dans le cadre de la semaine Fraich'Attitude, qui vise à promouvoir la consommation de fruits et légumes, même si ce n'est certainement pas moi qui suis à convaincre :  je ne cesse d'en manger pour le plaisir et non par devoir ! J'y ai notamment croisé Véronique, l'initiatrice d'Amoureusement Soupe, un événement montmartrois fort sympathique autour des soupes (manque de chance, je ne suis jamais disponible pour y aller). Le programme 2014 (le 8 novembre) a été mis en ligne et cela s'annonce assez grandiose avec des blogueur(se)s de grand talent.

blog diététicienne

Côté médias :

C'est un plaisir de prendre son temps avec France Culture, avec le sujet du poids traité de façon approfondie à travers un intéressant entretien avec Bernard Waysfeld, Président d'honneur du GROS.

Pour ma part, de façon plus légère, j'ai été plusieurs fois sollicitée/citée par les medias web :

- un chat sur le site du quotidien 20 minutes, avec beaucoup de questions autour de la perte de poids.

- comme je l'ai déjà dit, la distinction de mon blog comme "Top blog stylé" par l'Express Styles,

- encore l'Express Styles qui m'a demandé mon avis sur une mode de thé chinois anti-gonflette qui s'est répandue sur le web,  

- la publication de mon interview par le site dédié à la gastronomie A Tabula, autour de la BD "Mon gras et moi" sur les malheurs d'une régimeuse (j'en avais déjà parlé).

Côté gourmandise, elle fut variée avec par exemple :

blog diététicienne

Une jolie assiette composée comme sait si bien les préparer Monsieur

blog diététicienne

un repas "du placard avec un mélange de céréales et des légumes du "Bonheur est dans le pot"

blog diététicienne

blog diététicienne

 une salade d'épeautre, thon et tomates à l'Oenosteria, suivi d'un tiramisu partagé, pour conclure une jolie balade à St Germain des Prés

blog diététicienne

 De savoureuses aubergines à la parmesane, toujours avec Monsieur en cuisine

blog diététicienne

Une salade de fruits (pêche, abricot, banane, kiwi) parce qu'il n'y a pas que les smoothies dans la vie (et le blender parait en piteux état...)

blog diététicienne

 Une très réussie salade fenouil, courgette, anchois, mozarella, inspirée par le magazine Zeste.

Côté repérages divers :

Je vous recommande la lecture de cette interview de Lydia et Claude Bourguignon, "médecins de la terre" dont j'ai déjà vu avec intérêt les travaux, qui aident les agriculteurs à changer leur façon de travailler.

J'ai aimé que le chef Michel Roth travaille à une alimentation plus plaisante et adaptée aux personnes âgées en maison de retraite et rêve que d'autres lui emboîtent le pas...

J'ai adoré cette jolie citation partagée par Roselyne sur twitter (avec qui on partage -au moins- le goût de la natation) : "La motivation, c'est quand les rêves enfilent leurs habits de travail." Benjamin Franklin.

J'ai appris que la ministre Marisol Touraine avait lancé une base de données pour la transparence des activités des professionnels de santé pouvant donner lieu à liens d'intérêt. Vous ne risquez pas de m'y trouver, je n'ai pas la moindre accointance avec quelque marque ou organisme que ce soit !

Et vous, que retenez-vous de votre mois de juin ?

 

10/06/2014

Un wok, du poulet, des légumes : un plat facile et délicieux

Il y a quelques jours, je disais ma lassitude du magazine Saveurs... Mais j'avoue que le numéro qui vient de sortir est plus sympa que le précédent et, de toute façon, Monsieur reste fan... Il s'est d'ailleurs empressé de réaliser une recette assez classique, en l'adaptant un peu au goût du jour (des asperges plutôt que des brocolis). Soit du poulet, qui marine tranquillement dans une sauce soja/gingembre/miel/citron + des légumes du moment : asperges, petits pois, haricots verts, qu'il a préparés à part... On cuit rapidement le tout (c'est le propre du wok...) et on déguste un délicieux plat.

006.jpg

 

011.jpg

012.jpg


Une recette de base qu'on peut décliner : varier les légumes selon l'envie et la saison, varier l'élément complémentaire : crevettes, dés de tofu, dés de saumon, lamelles de bœuf... ou rien. On peut préparer les légumes et la marinade à l'avance et du coup, c'est très vite prêt.

Cela vous dit ?

NB : on n'est pas obligé(e) d'avoir un wok, la cuisson sera juste un peu différente dans une poêle.

26/05/2014

Et si on faisait un point (subjectif) sur les magazines de cuisine ?

Ce mois de mai, le hasard a fait que l'on a eu beaucoup de magazines de cuisine sous la main. L'occasion de refaire un point sur ce qui m'intéresse, ou pas. De façon générale, ce que je recherche dans ces magazines, ce sont des recettes appétissantes et pas trop compliquées, de saison, et aussi des articles sur des aliments, des produits, ou toute autre question alimentaire. Alors, tour d'horizon non exhaustif et totalement subjectif.

P1100033.JPG

On peut observer différents aspects :

- ce sont d'abord des magazines de cuisine. Combien de recettes attirantes je repère ?

- parallèlement, qu'ai-je trouvé à y lire ?

- des remarques éventuelles sur le style, la maquette, les images ?

- le prix n'est pas à négliger...

Elle à Table

Je me suis abonnée deux ou trois ans à ce magazine, je ne sais plus vraiment pourquoi, et j'attends maintenant avec impatience la fin de mon abonnement, qui, je crois, est arrivée. Car ni les recettes ni les textes ne me conviennent. Les recettes ne sont pas vraiment fiables après expérience, et les textes, numéro après numéro, apparaissent terriblement verbeux.

Ce numéro de mai-juin  :

Les articles :

- je lis les brèves avec un certain intérêt mais je ne repère rien d'essentiel.

- les deux pages de Clotilde Dusoulier, que je lis toujours avec plaisir : je n'apprends pas grand chose sur le premier sujet, les produits industriels qu'on refait chez soi mais elle en parle avec un recul intéressant. Je m'intéresse à l'autre article sur le kombucha mais ne suis pas vraiment sûre de m'y mettre...

005.jpg

- les "nouveaux codes du bien manger", la rubrique de la diététicienne Véronique Liégeois, article qui m'amuse un peu et avec lequel je suis plutôt en phase.

- il y a ensuite un vaste dossier sur 15 ans de tendances à l'occasion des 15 ans du magazine mais moyennement intéressant car très "blablateux", De même, un article sur Michel Bras qui aurait pu m'enchanter devient vite pénible.

Les recettes :

- Rien de palpitant, on égrène les 15 années passées (15eme anniversaire du magazine).

- J'hésite à mettre de côté une page sur les jus : j'ai déjà plein de recettes et tendance à plutôt recourir à l'improvisation, cela risque fort de venir enrichir une pile de paperasse !

Bilan : pas de recette.

Le look : pas déplaisant mais trop "girly" à mon goût.

Le prix : 3,80 euros. Au global, aucune frustration à arrêter de le lire... (et Monsieur encore moins, mais il a quand même trouvé une recette à essayer !).

 

Régal

Après l'avoir acheté assez régulièrement, on avait arrêté il y a un an ou un peu plus, car les recettes sont souvent compliquées et ne nous attiraient pas vraiment. On le rachète de temps en temps et il est plutôt plus intéressant qu'avant.

Les articles : il y a pas mal à lire : le cru, les herbes aromatiques, le gingembre, un dossier Bretagne, avec une interview du chef Olivier Roellinger. Dans Régal, j'aime bien aussi le côté "shopping" et là c'est "le meilleur du Liban", appétissant et voyageur.

007.jpg

Les recettes sont souvent trop longues pour moi (j'aime passer du temps en cuisine mais pas pour des recettes qui prennent des heures). Je repère toutefois une soupe crue avec concombre et une tarte citron crue que j'essaierai peut-être par curiosité.

Le look est ok mais pas emballant. 

Le prix : 3,90 euros. Monsieur aime bien ce magazine et c'est lui qui l'achète.

 

Saveurs

Monsieur est très fan de ce magazine, moi nettement moins et je commence à en être vraiment fatiguée car le contenu rédactionnel qu'il propose hors recettes est limité ou me correspond peu.

Je repère quelques recettes, une de rhubarbe pochée qui me parait astucieuse, un taboulé de boulgour et quinoa aux herbes.

004.jpg

Les photos sont plutôt belles, c'est plaisant à regarder, mais trop classique pour moi.

Le prix : 5,00 euros... Je m'en passerai volontiers, à suivre !

Zeste

Zeste a un ton et un look assez différents de Régal ou Saveurs, et j'apprécie leur signature "Cuisinons simple et bon" qui me parle bien.

Il y a souvent des articles intéressants sur des aliments, de tendances... cette fois le ghee et la sardine, avec une appétissante recette de rouleaux de printemps, le locavorisme, le végétarisme. Je suis un peu agacée par l'article sur une blogueuse qui se positionne en experte santé sur la base de sa seule expérience  : je lis par exemple "le vinaigre de cidre est un nettoyeur et régénérant cellulaire, reminéralisant hors pair, stimulant digestif,. un immuno-stimulant", euh, c'est pour cela que vous utilisez du vinaigre de cidre, vous ?!

010.jpg

Côté recettes, mon intérêt est très variable selon les numéros. Cette fois,  je repère une recette d'"orge perlé du dimanche" qui renouvellera mes salades de céréales, une recette "télé" de banh-mi qui me tente pour un déjeuner printanier. Un dossier fromage propose d'appétissantes salades feta-pancetta ou courgette-fenouil-burrata. Des recettes simples qui font envie. 

Le prix : 3,90 euros. Le style et la forme, plutôt branchés, ne sont pas du goût de Monsieur...

 

Cuisine Actuelle

J'ai rencontré récemment la rédactrice en chef adjointe de ce magazine, fort sympathique, elle m'a donné un exemplaire du journal et cela m'a donné l'occasion de le feuilleter, alors que je le néglige chez le marchand de journaux (sans doute un a priori, j'imagine que ce n'est pas pour moi ;-)).

001.jpg

Les recettes ne sont pas trop mon style de cuisine mais je trouve quand même dans le nombre assez important, 2-3 idées comme des crevettes piquantes aux pois chiches, des bouchées poulet-poivrons...

Côté rédactionnel, il y a pas mal à lire, notamment toutes sortes d'informations sur les aliments de saison, des astuces pratiques (via en particulier une rubrique dont je ne sais pas si elle est récurrente "Sybille fait son marché"), une page sur les restes, un dossier sur la Normandie, "10 idées avec des yaourts". Côté "shopping", je repère une curieuse poudre de tomate et des graines appétissantes. Au global, il y a une orientation pratique et accessible qui peut donner des idées.

En revanche, la maquette et le papier ne sont plus vraiment au goût du jour, la couverture n'est pas attractive. Est-ce que cela m'empêchera de l'acheter ? A suivre !

Le prix : 2 euros. Monsieur n'accroche pas...

Bilan général 

Le sentiment global que j'en retire est une lassitude côté recettes. Je trouve plutôt mon bonheur dans quelques livres et blogs et je ne ressens pas trop le besoin de recettes supplémentaires.  J'aime avoir du contenu rédactionnel et c'est plutôt cet aspect qui me fera choisir. Avec sans doute des choix différents selon les mois, en n'étant pas dans un achat systématique mais plutôt à décider en fonction du sommaire.

Je vois bien que j'aspire aussi à un autre contenu. Qui ne suffit probablement pas à faire vivre un journal. Ainsi, la revue Alimentation Générale qui se positionnait sur une approche plus large n'est parue qu'une seule fois et je n'avais pas été totalement séduite. Elle vient de réapparaitre via le web

Dans le beau trimestriel 180°, dont le numéro 3 vient de paraître (19,90 euros...), je préfère de même me plonger dans les longs articles sur un produit, une expérience, une aventure, plutôt que dans les recettes, pourtant appétissantes. Et c'est un grand bonheur de lecture, qu'il faut essayer de disséminer au fil des mois puisque c'est un semestriel.

magazine de cuisine,saveurs,zeste,régal,cuisine actuelle,recettes de cuisine,presse,journaux,revues de cuisine,180°,alimentation générale

Et vous, que lisez-vous, qu'aimez-vous, que recherchez-vous côté magazines de cuisine ?

 

NB : Cuisine Actuelle/cadeau ; Elle à Table/abonnement ; Régal et Saveurs/achat par Monsieur ; Zeste et 180°/achat

 

 

22/05/2014

Je ne suis pas végétarienne mais...j'en parle !

Je vous ai parlé récemment de divers repas végétariens ou végétaliens. Mais je n'ai pas l'intention de devenir végétarienne (pour l'instant du moins...) : je crois que j'aime trop la diversité pour me priver de certaines catégories d'aliments sans y être obligée. Mais je mange très souvent végétarien et, à titre professionnel, je donne parfois des conseils à des personnes qui le sont ou souhaitent le devenir.

J'ai trouvé que le livre récemment paru Etre végétarien, d'Alexandra de Lassus, édité dans la série "Les guides du Chêne", était très bien fait et donne réponse à de nombreuses questions si on a envie et/ou on hésite à emprunter cette voie alimentaire. J'ai bien aimé les conseils pour dialoguer entre végétarien et non végétarien, pour répondre aux objections. Cela m'a paru aller dans le sens de la tolérance, du dialogue et de l'ouverture, caractéristiques qu'on ne trouve pas toujours chez les adeptes de tel ou tel mode alimentaire, tellement convaincus de leur choix qu'ils veulent absolument vous persuader que c'est le seul valable...

P1090850.JPG

Côté concret, si l'on veut se mettre à la cuisine végétarienne de façon gourmande, il y a une bonne variété disponible. Je me suis tournée par exemple vers Mon premier dîner végétarien dont j'avais entendu parler favorablement par diverses personnes et dont les recettes m'ont paru plutôt tentantes.

Il y a aussi le livre de Laure Kié, dont je vous ai parlé en début de semaine.

Plus ciblé, j'ai eu le plaisir de me faire offrir par la créativo-gourmande Esterelle le livre qu'elle a co-écrit avec Clea. Elles se sont visiblement bien amusées à imaginer des Veggie burgers et c'est tellement sympathique et original que je compte bien me lancer dans la réalisation y compris de buns. Je dois avouer que j'ai manqué un peu de temps ces dernières semaines...

On m'a demandé récemment conseil pour des blogs. Pour ma part, je n'en consulte pas spécifiquement mais en en parlant, j'ai trouvé que les recettes de Juliette a l'air fort sympathique et appétissant, alors que je ne suis pas trop convaincue à première vue par Vegemiam.

Et vous, avez-vous des suggestions de livres ou blogs végétariens ?

 

20/05/2014

Déclinaison avocat avec "Cuisine végétarienne" de Laure Kié : goûté et approuvé !

Laure Kié, jeune femme franco-japonaise, on la connait depuis longtemps pour ses livres de cuisine japonaise, Monsieur en a quelques-uns car c'est son domaine, et moi, je m'en tenais jusque-là à son petit ouvrage sur le bento. J'apprécie ses livres car elle donne des explications, des conseils pratiques, et les recettes sont claires, simples, fiables et bonnes, avec une touche de fantaisie. 

Il y a quelques jours, je vois que Clea mentionne sur son blog qu'elle vient de publier "Cuisine végétarienne". M'intéressant pas mal à cette cuisine (puisque je suis un peu flexitarienne...) et faisant confiance à la qualité d'auteur culinaire de Laure Kié, j'ai aussitôt l'idée de m'en emparer. Je le trouve quelques jours plus tard* et quand je le feuillette, il ne déçoit pas du tout mon attente. La plupart des recettes correspondant tout à fait à mes goûts, elles sont classées par saisons, ce qui facilite le choix, beaucoup me font de l’œil...

vegetarien_kie.jpg

Il y aussi une plaisante partie "Atelier" où Laure Kié décrypte des classiques de la cuisine maison végétale, faire germer des graines, faire des légumes "lacto-fermentés", ... et tout parait tellement bien expliqué que, végétarien(ne) ou pas, on a envie de se lancer.

Bref, je m'y suis mise sans attendre et j'ai eu l'idée d'une déclinaison avocat printanière en repérant plusieurs recettes utilisant cet aliment.

P1100121.JPG

Cela a donné un fort plaisant dîner pas trop copieux. J'ai préparé ainsi :

- des endives au guacamole,

- une salade poire-avocat-vieux Gouda,

- des rouleaux de printemps aux crudités variées et avocat.

Les trois étaient vraiment délicieux et pas de doute, je vais vite continuer à explorer le livre.

P1100116.JPG

Et vous, avez-vous fait de récentes découvertes dans le domaine du livre culinaire ?

Cuisine végétarienne, Laure Kié, Les Grands Classiques Mango

06/05/2014

6 mai : pas de régime, pas d'obligation de mincir non plus !

Chaque année, le 6 mai, c'est la Journée Internationale sans Régime. Chaque année, ou presque, j'en parle, sans beaucoup d'écho ici en France. Toutefois, cette année, est-ce un hasard, France 2 rediffuse à 22h35 son documentaire "Régimes, la vérité qui dérange", plutôt bien fait sur le sujet.

Vous qui me lisez, savez bien que je suis contre les régimes, tous les régimes. Je suis intervenue récemment sur ce sujet sur France Inter : le temps imparti m'a permis de critiquer les régimes et leurs prescripteurs mais pas forcément de détailler mon approche alternative, que j'avais résumé ici, consistant notamment à comprendre pourquoi et comment on a pris du poids et à agir sur les leviers adéquats, de façon personnalisée, sans privation (écoute des sensations, travail sur les émotions, acceptation de soi, réconciliation avec tous les aliments...).

Nous sommes au printemps et les magazines féminins n'hésitent pas à proposer, quelle originalité, de nombreuses couvertures à objectif minceur (quoique c'est un peu toute l'année désormais...). Mais cette année, comme cela est déjà arrivé ponctuellement, on ne parle pas (en apparence) de régime mais, dans plusieurs magazines, plutôt de l'aspect psychologique des kilos pris : couverture de Marie-Claire : "Maigrir c'est dans la tête", couverture de Elle : "les kilos émotionnels".

Cela appelle plusieurs remarques :

- Je devrais me réjouir de cette prise en compte de la dimension émotionnelle de la relation à l'alimentation car je la rencontre quasi-quotidiennement dans mon cabinet : en parler dans des magazines grand public dénote une meilleure prise en compte de la complexité de cette relation, qui ne peut être traitée par une approche simpliste comme un régime. Cela semble donner peu à peu davantage de visibilité aux personnes qui, comme moi, travaillent sur ce sujet (et ce ne sont pas forcément que des psys !).

MAIS...

- Cette mise en avant des "kilos émotionnels", de "maigrir, c'est dans la tête" est faite par les mêmes magazines qui, quelques semaines plus tôt ou plus tard, vont vanter le dernier régime à mode, le "régime 5-2" américain ou  le 7-4-2 du Dr Fricker ou... Tout se vaut du moment que cela fait vendre...

- J'ai feuilleté ces magazines (j'avoue que je suis parfois fatiguée de dépenser de l'argent pour les lire, m'agacer et vous en parler..) et j'ai été étonnée d'une certaine incohérence : ainsi Marie-Claire par exemple relaie des propos du Docteur Zermati* (président de l'association G.R.O.S. dont je fais partie), avec lesquels je me sens plutôt en phase et, soudain, en lisière d'article, parmi les "adresses" à retenir, que vois-je : les sites de Jean-Michel Cohen ou de Weight Watchers...

- Comme le soulignent "Mélissa & Nora" sur leur blog, en prenant cet angle d'approche, n'y a-t-il pas toujours une injonction à maigrir, à se conformer aux stéréotypes de la silhouette féminine, une culpabilisation sous-jacente des femmes qui ne prendraient pas soin d'elles-mêmes sur ce plan et qui ne sauraient pas "gérer" leur stress ?

- Je ne suis toutefois pas totalement en phase avec leur analyse : certes, il y a une incitation à maigrir alors que chacune a la droit de s'accepter et d'être bien dans son corps sans faire une taille 36... Mais, en même temps, souligner cet aspect émotionnel peut être instructif pour certaines femmes et il ne relève pas forcément de la culpabilisation : ainsi, quand je traite cet aspect émotionnel avec mes patientes, j'insiste sur l'importance de comprendre comment on réagit et non de se juger (sévèrement, le plus souvent). Par ailleurs, il faut différencier la personne qui veut mincir alors qu'elle a un poids normal, pour se conformer à certains canons, et la personne qui a effectivement pris un certain nombre de kilos pour diverses raisons.

minceur,magazines féminins,injonction minceur,maigrir sans régime,diététicienne anti-régime,comportement alimentaire,kilos émotionnels

Se rêver plus mince... pour quoi faire ?

Pour ma part, je prends soin de faire réfléchir les personnes qui viennent me voir à leurs motivations. Certaines ne cherchent pas à mincir, ou pas en priorité, mais plutôt à se libérer la tête de l'obsession alimentaire. D'autres souhaitent arrêter une spirale de prise de poids. D'autres veulent se défaire de ce qu'elles considèrent comme une sorte d'addiction à la nourriture. D'autres encore, nombreuses, ont une demande d'amincissement. Alors, s'agit-il de confort, de retrouver une silhouette d'antan, d'injonctions des médecins, de peur pour leur santé, de séduction, de plus grande liberté à s'habiller, ...? Il est important de clarifier cela et de ne pas tout miser sur la minceur : eh non, la vie ne sera pas parfaite et sans souci une fois qu'on sera mince !

 

*Malheureusement, les Drs Apfeldorfer et Zermati, pour lesquels j'ai beaucoup d'estime pour tout ce qu'ils m'ont appris, ont tendance désormais à promouvoir davantage leur entreprise en ligne Linecoaching que l'association G.R.OS. qui regroupe un ensemble de thérapeutes partageant un certain nombre de convictions, notamment contre les régimes...

Dessin © diavolessa - Fotolia.com

02/05/2014

Au revoir avril changeant, bonjour joli mois de mai

Ce mois d'avril fut souvent changeant dans le ciel et aussi dans mon activité, des jours archi-chargés et d'autres plutôt calmes pour cause de vacances pascales des Parisiens. Comme toujours, je me suis baladée dans la webosphère inépuisable et ai fait des découvertes sympas. En voici quelques-unes...

Côté cuisine

J'aime l'idée des déclinaisons en cuisine autour d'une base, par exemple celles que propose Pascale Weeks autour du cake salé.

Je sais faire cuire le riz mais j'ai quand même noté la recette de riz toujours parfait de Joëlle, qui ne me parait pas très différente de ma pratique habituelle...

riz_bol.jpg

Côté cuisine & photo

J'ai admiré les photos de Dinah Fried qui interprètent joliment les  repas décrits dans des livres célèbres, j'aimerais feuilleter le livre complètement (mais pas l'acheter quand même...).

De façon plus pratique, je compte bien tirer parti des bons conseils de Pascale Weeks, encore elle, sur les photos culinaires, j'ai des progrès à faire en la matière !

 

Côté consommation alimentaire

J'ai lu avec intérêt ces témoignages de personnes qui ont changé leur mode de consommation alimentaire et espère qu'ils sont nombreux à agir ainsi.

Je me suis sentie en phase avec ce qui se disait dans cette émission de France Culture sur les obsessions alimentaires, dont je vous recommande l'écoute.

 

Côté chocolat

J'ai beaucoup apprécié cette belle interview de Stéphane Bonnat, grand nom du chocolat, par le gourmet Baptiste et aimé que cet homme dise, dans un documentaire de France 5 sur le chocolat encore, ""On ne s'assied pas sur la détresse des gens pour gagner de l'argent, ça ne se fait pas". Beaucoup gagneraient à s'en inspirer...

Et aussi cet article, dans un autre style, sur la Maison du Chocolat, où je suis par ailleurs retournée goûter (la première fois, c'était un cadeau) les merveilleux accords praliné et café.

P1090603.JPG

A propos de chocolat, j'ai profité d'une escapade Rive gauche pour rendre visite à la délicieuse Laurence et constituer un petit stock mi-classique mi-cru chez Chocolatitudes, où je ne vais pas assez souvent...

chocolatitudes.jpg

Côté silhouette et minceur

J'ai aimé que Meryl Streep dise aux jeunes filles : « Ne perdez pas votre temps à vous inquiéter de votre poids » et  « Ce qui fait votre force, c’est votre différence ».

J'ai repéré les conseils de célèbres mannequins "rondes" même s'ils ne sans doute pas si faciles à mettre en pratique...

J'ai été amusée par le nombre élevé de reprises de cette photo postée sur twitter accompagnée d'une phrase que m'avait inspiré spontanément cet étalage : "Et si on décidait de refuser l'uniformité et d'accepter la diversité de nos corps, tous différents, comme ces radis"

radis_diversite.jpg

Côté boulot

J'ai donné une conférence en entreprise sur l'étiquetage alimentaire en essayant de faire passer quelques messages simples et concrets. Si le sujet vous intéresse, j'avais écrit ceci, plus bref.

Et vous, qu'avez-vous lu, vu, écouté d'intéressant en avril ?